Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LudiCullen : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Château des brumes Le Château des brumes
Kerstin Gier   
Je ne sais vraiment pas quoi dire, c'est comme d'habitude du grand art à la Kerstin Gier.

L'univers d'une beauté à couper le souffle, les personnages plus humains que nature, le scénario avec ses plots-twists imprévisibles en veux-tu en voilà, le style d'écriture à la fois léger et rempli d'émotions, l'humour caractéristique de Kerstin Gier et j'en passe...

Bref, une histoire unique en son genre que j'ai dégustée de la première à la dernière page.

par Ninim
Les Cartographes, Tome 1 : La Sentence de verre Les Cartographes, Tome 1 : La Sentence de verre
S.E.Grove   
Alors je ne sais pas si c'est moi qui ai fait ma blonde ou si le récit est vraiment ardu à la compréhension, mais plus j'avançais dans l'histoire, moins je la comprenais. Dès l'explication des Cartes, j'étais perdue... (et ça n'a fait qu'empirer à chaque nouvelle explication.)
En tout cas, le résultat est que je n'ai pas compris grand-chose de ce que je lisais. Entre le Théo qui débarque plus ou moins de nulle part, Sophia qui se comporte comme une adulte, le lachrima qui vient comme un cheveu sur la soupe (d'ailleurs je n'ai toujours pas compris le rôle de cette créature) l'enlèvement de Shadrack par... euh... bah là encore je n'ai pas compris qui était cette personne, ni ce qu'elle voulait... Bref, j'ai rien pigé ou presque.

Pourtant, je n'ai pas de suite arrêté ma lecture, car bizarrement je n'en avais pas envie. Je me suis un peu retrouvée comme une gamine qui regarde un film dont elle ne saisit pas tout (doux euphémisme) mais qui est grisée par l'atmosphère et l'action de celui-ci. Dans les Cartographes c'est ça, l'univers est très complexe (beaucoup trop d'informations en peu de temps) mais en même temps il est électrisant et donne envie de connaître la suite.
Sauf que, à un moment donné, la gamine qui mate son film auquel elle ne pige rien, fini par ? Par ?
Par... s'endormir, oui !
Donc voilà, quand est arrivé ce moment inévitable où je me suis ennuyée, j'ai préféré stopper là ma lecture.
Par contre, il n'est pas dit que je ne la reprenne pas un jour, quand j'aurais plus de temps, l'esprit plus éclairé et pas d'enfants dans la maison.

Avis complet sur : http://lesreinesdelanuit.blogspot.com/2015/10/les-cartographes-t1-la-sentence-de.html

par toutoun
Désenchantement, Tome 1 : La Malédiction de Lady Walsh Désenchantement, Tome 1 : La Malédiction de Lady Walsh
Lynn Viehl   
C'était ma première incursion dans l'univers steampunk-fantastique et j'en ressors mitigée...
J'ai aimé certaines choses et moins d'autres. Honnêtement, je n'ai pas tout compris.

En fait, je reproche à l'autrice d'avoir inutilement compliqué son histoire et son univers, pourtant déjà suffisamment riches et intéressants. Elle fait évoluer ses protagonistes dans un univers complexe, fantasque (steampunk) et fantastique (magie), pourquoi avoir ressenti le besoin de compliquer aussi le vocabulaire ? C'est bien gentil de mettre un dico à la fin du bouquin, mais quand on le lit en ebook, c'est loin d'être pratique.
Je prends quelques exemples : alumine (au lieu d'allumette), alors qu'elle appelle normalement un briquet et une bougie ; lumiciole (au lieu de luciole) ; infuse-minute (au lieu de théière), mais appelle normalement les tasses, assiettes et couverts... et c'est comme ça tout du long !
Je vous mets au défi d'ailleurs, en ayant lu le livre une seule fois, de dire avec précision qui sont les cogneurs, les frappeurs, les laboureurs et j'en passe...

On pourrait prendre en comparaison l'univers de Harry Potter, contenant lui aussi des termes fantasques, tout ça dans un univers parallèle au nôtre. Sauf que nous découvrons toutes ces nouvelles choses petit à petit à travers les yeux de Harry (sur 7 bouquins), qui lui non plus ne les connaît pas et nous avons donc des explications au fur et à mesure.
Là, j'ai eu l'impression que l'autrice connaissait parfaitement son monde mais elle ne prend pas toujours la peine de nous l'expliquer, elle nous balance direct dedans avec un personnage principal (Kit), qui le connaît déjà. Donc peu d'explications au final, ce qui rend difficile de vraiment rentrer dedans.

Le deuxième gros point négatif pour moi a été la misogynie qui parsème le récit. En soi, ça ne m'aurait pas dérangé en ce qui concerne ce que doit subir Kit de la société et des méchants, et qui est même implicitement critiqué d'ailleurs. Par contre, c'est également ce qui mine ses relations avec Lucien Dredmore et Thomas Doyle. Autant l'un que l'autre ne se gênent pas pour l'agresser sexuellement, la frapper, la kidnapper, la séquestrer, la droguer, tout ça selon leur gré juste parce que c'est une femme et qu'elle ne peut du coup rien dire. Franchement, où est la romance là-dedans ?!?
Et Kit ne réagit absolument pas mal à tout ça comme elle devrait le faire par rapport à son caractère. Elle se fâche un peu contre Lucien, mais ne lui en veut pas [spoiler]et couche même avec juste après[/spoiler]. Doyle lui file une gifle et elle ne dit rien... On dirait parfois que Kit prend tout à la légère, ne ressent rien et que rien ne la touche, c'était très bizarre.

Enfin, le troisième et dernier point négatif pour moi a été les évasions perpétuelles de Kit. Franchement, au bout de la cinquième ou sixième fois, il ne faut pas déconner ! Elle se fait retenir ou enfermer tous les deux chapitres et elle réussit toujours à s'échapper comme de rien !

Au final, bien que je n'ai pas détesté ce bouquin, je n'y ai pas vraiment adhéré et je n'ai pas envie de lire la suite.

par Vitany
Pax et le petit soldat Pax et le petit soldat
Sara Pennypacker   
En ce qui concerne les illustrations, elles sont magnifiques. Elles ne sont pas très nombreuses, mais suffisent. Le titre peut être interprété de différente manière en ce qui concerne « le petit soldat », est-ce le jouet de Pax ou Peter lui-même ? Il est dans tous les cas très évocateur à propos de l’histoire. 

Peter à trouver un petit renardeau aux portes de la mort et l’a rapporté chez lui, son père l’a laissé l’adopter « pour le moment ». A cette époque le petit garçon venait juste de perdre sa mère. Pax, surnommé ainsi car il s’est endormi dans un cartable de la marque paxon et non car cela veut dire paix ce qui est pourtant approprier, est très attaché à Peter. Mais en tant de guerres, les sacrifices sont nécessaires, Peter ne voulait pas abandonner son renard, mais il avait bien trop peur de sa peur pour contre dire un de ses ordres. 

La zone de conflit se rapproche de chez Peter et son père a décidé de l’éloigner, mais son renard n’est pas du voyage. Alors le père et le fils emmènent Pax dans un endroit isolé et sure avant de l’abandonné. C’est déchirant de voir le renard attendre son humain encore et encore sans perdre espoir. C’est un peu hors contexte, mais ça me fait penser aux abandons d’animaux, les chiens laissés sur le bord des routes, leur maître n’ayant aucun scrupule à les laisser… Le père de Peter est ce genre de personne. Obliger son fils a abandonner son ami et laisser un animal domestiqué ne sachant pas chasser en pleine nature ne lui pose apparemment aucun problème… Certes c’est la guerre mais rien n’empêchait de laisser Pax ailleurs ou de permettre à Peter de prendre son renard avec lui. 

Sauf que Peter n’est pas du tout comme son père, il tient à son renard, il lui est fidèle. Il lui a fallu du temps pour se rebeller et décider de ce qu’il allait faire, mais il va finalement tout faire pour retrouver Pax ! 

C’est un récit initiatique autant pour Peter que pour Pax. Peter va rencontrer Vola une femme surprenante qui lui apprendra beaucoup. Tandis que Pax sera « aidé » de Hérissé et Avorton, deux renards qui lui apprendront a chassé et qu’il aidera à son tour. 
Mais malgré leur complicité Peter et Pax se sont découvert, Peter a beaucoup appris sur son père, il ne lui ressemble pas c’est un fait. « Quelquefois, la pomme roule très loin de l’arbre », c’est une belle leçon pour le garçon qui avait peur de ressembler à ce père, colérique. Quant à Pax, il ne faut pas oublier que c’est un animal sauvage qui de fait aspire à une certaine liberté. Certes, il aime Peter et il ne lui fera pas de mal, mais il a des instincts. Il a vite a appris à se débrouiller seul dans la nature sans l’aide de son humain. En réalité, ni l’un ni l’autre n’appartient à l’autre. Et Peter le comprend. 

C’est un magnifique roman jeunesse, moi qui adore les renards et la littérature jeunesse, j’ai été ravie de le lire et le recommande chaudement. C’est un petit coup de cœur ! 

par Cookies18
Fairy Oak, Tome 1 : Le Secret des jumelles Fairy Oak, Tome 1 : Le Secret des jumelles
Elisabetta Gnone   
http://reveuseeveillee.blogspot.fr/2015/12/fairy-oak-tome-1-le-secret-des-jumelles.html

Fairy Oak est le deuxième livre que je lis dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Kennes. J'avais beaucoup entendu parler de ce roman à sa sortie et j'étais assez curieuse de le découvrir. Une fois de plus, je n'ai pas du tout été déçue par ma lecture : c'est une très bonne découverte dans un genre totalement différent de Ninn.

Fairy Oak est un village enchanté peuplé de fées, de sorcières et de magiciens qui vivent en harmonie avec les humains. A la nuit tombée, les fées, qui s'occupent des enfants jusqu'à leur majorité, racontent tout ce qu'il s'est passé pendant la journée aux sorcières. Il arrive que dans les familles dans lesquelles il y a des sorcières, les enfants se révèlent en être eux-même. Les pouvoirs de sorcières et de magiciens se transmettent de tante en nièce et d'oncle en neveu.

C'est dans le monde que l'on fait la connaissance de Féli : la fée nourrice qui va devoir s'occuper de Vanilla et de Pervinca Periwinkle deux jumelles de 9 ans et nièces de Lalla Tomelilla, une des sorcières de Lumière les plus puissantes. Celle-ci a de grands espoirs de voir un jour ses nièces devenir des sorcières, mais cela semble tarder.

En effet, il existe plusieurs signes qui permettent de savoir si un enfant est une sorcière ou un magicien mais ceux-ci ne semblent pas concerner les deux jumelles, à la grande consternation de Lalla Tomelilla. Mais un certain nombre d'événements vont nous faire decouvrir que les deux jumelles ont une destinée peu ordinaire.

L'histoire nous est racontée du point de vue de Féli, la fée qui s'occupe des deux petites filles. Si au début cela m'a étonnée (je pensais qu'une des jumelles raconterais l'histoire), je m'y suis très vite habituée. Il est très facile d'entre dans l'histoire et, une fois le livre commencé, il est impossible de le lacher.

Féli est une petite fée qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour s'occuper des deux jumelles. Mais celles-ci reussissent parfois à lui jouer des tours. Elle fait aussi la connaissance de plusieurs autres fées, qui s'occupent des amis des jumelles, qui deviendront ses amies et qui lui seront d'une aide précieuse au moment opportun.

Vanilla est une petite fille très douce et maladroite tandis que Pervinca est son contraire. On découvrira très vite que leurs différences scelleront leurs destins. Cependant, elles sont très proches l'une de l'autre même s'il leur arrive de se disputer, comme tous frère et soeur.

On fait aussi la rencontre de la famille Burdock, une famille de magiciens dont Grisam fait tourner la tête des deux petites filles. On découvre aussi la famille Pollimon, avec Flox, la meilleure amie de Vanilla. Vanilla fera aussi la rencontre de Shirley, une petite fille assez étrange qui va en bordure du village. Enfin, la famille du maire, les Pimpernel, nous est presentée.

L'intrigue en elle-même est assez simple : découvrir si les jumelles sont porteuses des gènes des sorcières et les aider à utiliser leurs pouvoirs si c'est le cas. Mais la découverte d'un Ennemi, qui avait été vaincu bien des siècles plus tôt, pointe de bout de son nez. L'intrigue prend alors un plis assez sombre pour un livre pour enfants, mais cela ne rend l'intrigue que plus intéressante ; et promet une suite qui, je l'espère, sera à la hauteur de ce premier tome.

Le petit plus : deux petits carnets d'illustrations en couleur qui nous permettent de mieux situer les personnages, les lieux et les familles. C'est très intructif pour ne pas se perdre dans la marrée de personnages. De plus, ces illustrations sont tout simplement un régal pour les yeux!

En conclusion, bien que ce soit un livre qui cible les enfants d'une dizaine d'années, l'intrigue a su me captiver et je n'ai pas pu lacher le livre avant de l'avoir terminer. Le côté innocent du roman cache en réalité une intrigue bien plus sombre et un destin hors du commun pour les petites jumelles Periwinkle. J'attend de pouvoir lire la suite du journal de Féli avec une grande impatience!
Reviens-moi Reviens-moi
Rachel Ward   
http://wandering-world.skyrock.com/3164191754-Reviens-moi.html

Ouaw ! Quelle lecture ! REVIENS-MOI est un roman qui m'a coupé le souffle, et je ne m'attendais vraiment pas ça ! J'ai suffoqué, me suis noyé, et j'ai été entraîné dans un torrent d'émotions palpitantes ! Que de suspense, de stress, de surprises et d'adrénaline ! Je tiens à préciser que la couverture du roman et le titre du livre collent PARFAITEMENT à l'histoire ! L'ambiance de ce récit est tellement bien représentée à travers ces deux éléments ! Même si la fin de REVIENS-MOI m'a semblé un peu précipitée et reste ouverte, je dois bien reconnaître qu'à part cela, tout m'a conquis ! J'ai adoooooooooré avoir peur en tournant les pages du livre le soir dans mon lit, à écouter la pluie tomber. Lorsqu'on se lance dans REVIENS-MOI, impossible d'en ressortir ! Quelle formidable découverte !
En commençant REVIENS-MOI, je ne savais pas exactement à quoi m'attendre : une histoire de souvenirs, d'amnésie, de deuil impossible à faire ou de mort qui vous hante ? Au final, rien de tout cela ne s'est avéré être juste. Enfin presque. Le truc, c'est que REVIENS-MOI explore énormément de domaines ultra saisissants, tels que les regrets, la mélancolie poussée à l'extrême, l'obsession ou encore la peur. Seigneur, que j'ai aimé ça !!! Dès les premières pages, on sent bien que l'ambiance ne va ni être joyeuse ni nous permettre de respirer. Loin de là, même. Avec REVIENS-MOI, nous sombrons. Nous avons le souffle coupé. Mais pas dans le bon sens du terme. On peine vraiment à respirer. On suffoque. On coule. On se noie. Et je peux vous assurer que cela n'a jamais été aussi grisant de se laisser submerger. Vous connaissez ce sentiment d'être sous l'eau et de ne pas vouloir remonter, même pour reprendre une gorgée d'air ? Vous voulez juste rester sous la surface, à jouer avec votre perception des choses. Qu'est-ce qui est flou et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Eh bien avec REVIENS-MOI, on éprouve cette sensation de la première à la dernière page. Puissance mille. Et c'est tellement exaltant !
Le héros de l'histoire, Carl, est un jeune homme dévasté après la mystérieuse mort de son frère. Étant présent sur les lieux, il sait qu'il a quelque chose à faire dans ce décès mais, à cause de son traumatisme, impossible pour lui de se remémorer les derniers instants qu'il a passé avec Rob. En seulement quelques pages, je me suis senti lié à Carl. Sa personnalité duelle - à la fois dure et à fleur de peau - m'a complètement convaincu. C'est un protagoniste qui possède une réelle épaisseur et auquel on n'a vraiment aucun mal à s'identifier. Tout ce qu'il ressent est légitime, et on ne peut pas s'empêcher d'avoir mal pour lui. Entre instants de pure folie, larmes, cris, ressentiment, rage et désespoir, Carl est un personnage noir et renfermé, que j'ai beaucoup aimé apprendre à connaître au fil des chapitres. Ce n'est pas un héros parfait, et c'est ce qui fait de lui une personne avec laquelle j'ai adoré passé du temps.
Très rapidement, nous faisons également la rencontre de Neisha, le troisième personnage clé de l'histoire. Je me suis également très facilement attaché à elle, car son comportement complète parfaitement la personnalité ambigüe de Carl. A eux deux, ils forment un duo touchant et perdu, qui nous offre des instants de lumière au beau milieu de cet océan de noirceur captivant. J'ai été subjugué par leur relation faite de peine et de rage, de douleur et de pitié, de passion et de parcelles d'espoir. On sent bien qu'ils se raccrochent l'un à l'autre comme si l'univers entier menaçait de s'écrouler autour d'eux. C'est beau, c'est poignant, c'est déchirant, et c'est tellement passionnant !
Ensemble, Carl et Neisha vont vivre des expériences bouleversantes et ultra perturbantes, qui nous font passer, à nous lecteurs, par toute une palette d'émotions. On passe de l'angoisse à la peur, du stress à la terreur en un clin d'œil, on se ronge les ongles, on s'imagine mille scénarios, et on panique au moindre petit bruit qui se manifeste pendant qu'on lit ! C'était tellement bon de ressentir ça ! Je ne m'attendais absolument pas à être autant troublé en entamant REVIENS-MOI. L'auteure maîtrise les moments gorgés de suspense à la perfection, et nous fait vivre un véritable cauchemar éveillé. Surtout qu'en plus, elle joue énormément avec la santé mentale de ses personnages. Paranoïa, obsession, folie, ou encore déraison sont des thèmes récurrents dans ce roman. Et c'était tellement génial de les explorer !!! On ne peut pas s'empêcher de se demander si Carl débloque ou si tout est bien réel. Du coup, nous tournons les pages sans nous en rendre-compte, comme emportés par un courant impossible à remonter.
En parlant de courant, les thème de l'eau et de la pluie reviennent à de très nombreuses reprises dans REVIENS-MOI. Je peux vous assurer que c'est bien la première fois que je panique autant à cause de quelques gouttes d'eau ! Rachel Ward nous livre ici un récit qui change et qui surprend, de la meilleure des façons possible. J'ai adooooooré le climat pluvieux et orageux du roman. La pluie, encore et encore. Tout ce qu'elle cache derrière son voile. L'eau, et les secrets qu'elle préserve. Le torrent, et les morts qui peuvent s'y trouver. Vraiment, j'ai complètement craqué pour cet aspect de l'intrigue. C'est comme si les couches d'eau s'effaçaient une par une, nous révélant finalement les réponses à nos questions.
La conclusion du roman, justement, m'a par contre moins convaincu. Elle reste ultra plaisante et me convient, mais j'ai trouvé que tout s'accélérait un peu trop rapidement. L'auteure précipite un poil les choses. Par ailleurs, le dernier chapitre est ouvert ; pas trop, mais bien assez pour me frustrer un peu tout de même. Il y a quelques explications que j'aurais aimé recevoir mais que Rachel Ward ne nous fournit pas, et j'ai trouvé ça dommage. Bon après, ça n'enlève quasiment rien au charme du récit. Il y a tellement d'excellents points que le bémol concernant la conclusion du livre peut ( presque ) être oublié.
En résumé, REVIENS-MOI est une excellente découverte, un roman qui nous happe et nous entraîne dans un océan de sensations exquises. J'ai adoré rencontrer Carl et Neisha. J'ai beaucoup aimé leur relation, ainsi que tous les délicieux moments perdus qu'ils ont pu passer ensemble. Avec REVIENS-MOI, les surprises s'enchaînent et, entre frisson, peur, angoisse et cauchemar, aucune minute de répit ne nous est accordée. Le climat du livre est réellement addictif: noir, palpitant, haletant, et ultra prenant. Si la fin n'est pas parfaite, c'est le cas pour pratiquement tout le reste du roman. Une lecture perturbante et enivrante, qui change de nos lectures habituelles, que je vous recommande chaudement !

par Jordan
Boomerang Boomerang
Tatiana De Rosnay   
Encore un super roman de Tatiana de Rosnay, je suis très heureuse d'avoir découvert cette auteur totalement par hasard. Ses romans que j'ai littéralement dévorés m'ont comblés ! Son écriture est incroyablement fluide, Boomerang est très riche en émotion, la mort y est omniprésente. C'est une histoire plutôt triste mais tellement touchante. Cette histoire fait réfléchir sur le sens de nos vies.

par Laurie67
Kryna, l'intégrale Kryna, l'intégrale
Rose Berryl   
Je remercie Rose Berryl pour m'avoir fait parvenir son livre en service presse numérique. Le résumé me tentait vraiment beaucoup : asile psychiatrique, meurtres, vampire, hiérarchie vapirique, soif de sang... que des mots qui m'ont titillés les yeux et les oreilles. Signée Alexandra V. Bach, la couverture est tout simplement magnifique ! Rien de tel pour commencer une lecture en bonne et due forme.

Avant de commencer à parler de ce livre, il faut savoir qu'il fut d'abord proposé en épisodes numérique de novembre 2014 à août 2015, puis une sortie intégrale le 21 septembre 2015 en version papier. (Couverture cartonnée)

Bien, les présentations sont faites, parlons tout de même du contenu.

Kryna est une jeune femme, internée pour avoir tuée une femme d'une manière très, très particulière. La scène de crime semblait être assez éprouvante pour qu'elle reste jusqu'à la fin de ces jours entre ces murs et avec une jolie chemise à manches trèèèèèèèèèèèèès longues – la fameuse camisole. Mais Kryna a plus d'un tour dans son sac et se fera la malle d'une manière quelque peu sanglante. Dans sa fuite, elle fera la rencontre d'un geek, pensant que la jeune femme sort d'une soirée spéciale.

Le ton est donné rien qu'avec les premières pages. Ici pas de vampires doux comme des agneaux que nous pouvions lire depuis pas mal de temps, nous revenons à la source, enfin ! Des vampires qui sont sanguinaires, des animaux même. Ils ne sont pas des tendres, ne s'amusent pas avec la nourriture et traquent les humains pour leur propre survie. Pas besoin de faire de dessin pour faire comprendre que l'humain est la poche à sang sur pieds. LE Vampire dans toute sa splendeur, avec cet instinct qui prend le pas sur l'humanité qui pourrait rester en eux. Pas d'extase possible devant des êtres malfaisants comme ceux décrits. La puissance, le pouvoir, la « caste » suffit à faire trembler les « innocents ».

Kryna fait partie de cette catégorie de vampire. Elle est dure, froide, égocentrique, indésirable aux yeux des siens, car même entre eux, les guerres de territoires existent et sont durement menées. Plus j'avançais dans sa propre histoire et plus je comprenais pourquoi elle est si dure. Toujours à regarder derrière soi, à surveiller ses arrières, à attendre le bon jour pour assouvir sa vengeance. Et même s'il ne s'agit pas uniquement de cela, elle a besoin de cette colère pour avancer. Nous découvrons son prénom, son passé, ce qu'elle était avant de devenir ce fauve prêt à tout.

Je ne savais pas quoi penser d'elle, mais plus les pages défilaient et plus j'avais de la peine pour elle et l'envie de me battre à ses côtés devenait de plus en plus présente. Sa vie d'humaine n'a pas été humaine, impossible de dire autrement. Elle n'a fait que déverser sa colère dans cette seconde vie qui est sanglante, allant jusqu'au gore sans en écrire de trop.

Entre elle et le geek qui porte le doux prénom de Quentin-Charles – pauvre de lui – il se passe une sorte d'accord tacite, mêlée à de la peur, du dégoût, du dépit, des paroles blessantes, bref de quoi faire un super lien d'amitié – ironie quand tu nous tiens. Ils ne passeront pas beaucoup de temps ensemble, mais le peu qu'ils auront fait ressortir une part de Kryna qu'elle pensait avoir oubliée et concernant le jeune homme, il apprendra que la vie n'est pas toujours comme les jeux vidéos, quoique...

J'ai adoré la façon de voir de l'auteur concernant ses vampires. L'histoire d'une vengeance qui embarque un humain et lui fait découvrir son monde. L'inverse est également vrai. J'ai adoré les passages de son passé mis juste là où il le fallait afin de mieux comprendre les faits et gestes de Kryna. Ce livre n'est pas à mettre dans les mains des plus jeunes, car le côté sanguinaire est bien présent. Par contre n'hésitez pas à vous le procurer. L'écriture est fluide, tout comme l'histoire riche en rebondissements. Ce n'est pas un peu de sang qui va faire peur, si ? N'empêche, une petite question à l'auteur : Quentin-Charles aura le droit à une suite ?

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/kryna-rose-berryl-a119571170
Le Plus Petit Baiser jamais recensé Le Plus Petit Baiser jamais recensé
Mathias Malzieu   
Je n'ai pas grand chose à dire à propos de ce livre. Une fois encore je suis totalement sous le charme de la plume de Mr Malzieu. C'est beau comme toujours, et bien sûr poétique.
C'est un vrai magicien des mots!
Un nouveau conte pour grands enfants!
J'aime j'aime et re aime !
Appelle-moi par ton nom Appelle-moi par ton nom
André Aciman   
Un coup au cœur, à l’âme......deux êtres , deux entités tellement attirée l’une par l’autre qu’elles en ont peur. S’appartenir et en même temps maintenir une telle distance . Le style de l’auteur est une merveille , une revue , une palette des sentiments décortiqués, doutés, rêvés et pour certains vécus......un livre qui comptera dans ma vie de lecteur et d’homme