Livres
529 182
Membres
549 709

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Ludo-1 : Liste d'Or

Sandinista ! Sandinista !
Vincent Brunner   
Depuis « Police and Thieves », la musique jamaïcaine est une langue de moins en moins étrangère au Clash. Paul a été biberonné au reggae en grandissant à Brixton, et les autres ont comblé leur retard. Ensemble, ils ont prouvé qu’ils n’étaient pas des gogos victimes d’une mode ou désirant se déguiser en rastas le temps d’un succès opportuniste. Il ne s’agit pas pour eux de singer une musique exotique, mais bien d’intégrer dans leur vocabulaire musical de plus en plus d’éléments venant du reggae, cet idiome qui les fascine jusqu’à l’obsession. En quelques années, ils ont développé une connaissance approfondie du ska, du reggae et du dub. Dans « (White Man) In Hammersmith Palais » (1977), Strummer cite ainsi les noms des chanteurs Ken Boothe, Delroy Wilson, Dillinger ou Leroy Smart. Partir enregistrer à Kingston sur les terres mêmes de Lee Perry ou Bob Marley s’apparente donc à un rêve. Et leur permettrait de capter un peu de l’ambiance locale, de bénéficier de la dextérité des producteurs locaux.

par Ludo-1
Culture Clash Culture Clash
Don Letts   
Londres, 1977. Un DJ rasta secoue le Roxy Club, en mixant du reggae dub entre les sets des Clash ou de Generation X. En pleine explosion punk, Don Letts amorce un véritable choc des cultures et s'impose comme un des artisans de bon nombre de métissages musicaux à venir... Musicien novateur, réalisateur de documentaires sur le punk, Sun Ra, Jam, George Clinton ou plus récemment Damon Albarn, cet Anglais d'origine jamaïcaine est depuis la fin des années 70 de toutes les aventures. Manager des Slits, complice de Johnny Rotten et de Joe Strummer, un moment proche de Bob Marley, Don Letts surfe sur les vagues d'un formidable mix culturel, explore aux côtés d'Afrika Bambaata les débuts de la contre-culture hip hop new-yorkaise, puis forme en 1984, avec Mick Jones des Clash le groupe Big Audio Dynamite, véritable acte de naissance d'un electro rock taillé pour les dancefloors. Des rues de Brixton aux boutiques de King's Road en passant par les ghettos du South Bronx, cette étonnante autobiographie raconte son odyssée...
"En tant que réalisateur, musicien, documentaliste et historien, Don Letts a été et reste encore aujourd'hui un catalyseur des préoccupations et des énergies de nombreux d'entre nous." (Jim Jarmusch)

par Ludo-1
Le Reggae en Angleterre 1967-1997 Le Reggae en Angleterre 1967-1997
Eric Doumerc   
En 1981 le ska était devenu une mode, et les querelles internes se multipliaient au sein du mouvement « Two Tone ». L’Angleterre s’embourbait dans l’une des pires récessions que le pays avait alors connues. L’économie du pays était malade, le secteur industriel déclinait, la concurrence étrangère frappait et les journaux de l’époque décrivaient l’Angleterre comme « le malade de l’Europe ». De dures grèves du secteur public secouaient le pays, le chômage ne cessait d’augmenter, et le thème du déclin de la Grande-Bretagne domina la campagne électorale de 1979. Les Conservateurs, alors dans l’opposition, avaient une nouvelle secrétaire-générale, Margaret Thatcher, qui promit de rétablir la suprématie économique de la Grande-Bretagne, de freiner le pouvoir des syndicats, de réduire les dépenses publiques pour mettre fin au déficit, et de contrôler l’immigration qui, selon Mme Thatcher, menaçait l’unité du pays. Les Conservateurs remportèrent aisément les élections de 1979 et lancèrent un programme d’austérité qui visait à réduire les dépenses de l’État et à stopper toute aide accordée aux entreprises et aux secteurs en difficulté. En d’autres termes, il fallait se serrer la ceinture.

par Ludo-1
SAS, Tome 130 : Mortelle Jamaïque SAS, Tome 130 : Mortelle Jamaïque
Gérard De Villiers   
Malko se pencha, ouvrit la portière et poussa le corps du chauffeur dehors. Ce dernier bascula sur le trottoir. Au moment où Malko se glissait au volant, un des occupants du pick-up adverse surgit, les yeux injectés de sang, un pistolet automatique Glock au poing. Secouant ses dreadlocks, il braqua son arme sur Malko, à cinquante centimètres et jeta : - I kill the fuckin'mon ! Grimaçant de haine, il appuya sur la détente du Glock.

par catswoo
Le Temple de Jérusalem Le Temple de Jérusalem
Steve Berry   
Très bon roman.
Comme d'habitude avec Steve Berry, on apprend beaucoup de choses ! Les notes à la fin du livre sont également très intéressantes et permettent de démêler la réalité du fictif.

par Marie-A
Jamaïque : La construction de l'identité noire depuis l'indépendance Jamaïque : La construction de l'identité noire depuis l'indépendance
Antony Ceyrat   
Colonie britannique depuis 1655, la Jamaïque obtient son indépendance en 1962. Destination d'un voyage sans retour pour près d'un million d'Africains déportés, l'île est rongée par les cicatrices mémorielles de l'esclavage. Dominée par les Créoles, paupérisée et confrontée à une offre politique nationale inadaptée, la population africaine souffre de l'absence d'une identité noire revendiquée et institutionnalisée. De ce déni de reconnaissance officielle jailliront des mouvements alternatifs, dont la célèbre communauté rastafarienne. Incitant à réfléchir sur les mécanismes d'émergence des groupes identitaires, ce travail met en lumière l'importance de l'histoire et des problématiques de la mémoire dans le processus de construction des identités sociales et souligne le rôle central de la culture dans les luttes de pouvoir.

par Khryz
L'épopée du rastafarisme L'épopée du rastafarisme
A.S.M. Colomé   
Nouvelle Description

Que savez vous des rastas ? Les rastas existent depuis près d'un siècle : les premiers, issus de l'esclavage, étaient illettrés et sans métiers. Comment cette poignée d'hommes perdus, écrasés depuis des siècles a-t-elle réussi à créer en Jamaïque un mode de vie, le "Livity" pratiqué actuellement par des millions d'individus de par le monde ? Spiritualité, écologie, connaissance approfondie de la Bible, non violence, amour et fraternité, ils sont aussi végétariens et dénoncent régulièrement les injustices.


par Ludo-1
born fi dead born fi dead
Laurie Gunst   
“I supposed to be a dead mon by then,” he said. “But the duppy go home in style!”

par Ludo-1
Reggatta de Blanc Reggatta de Blanc
Vincent Jégu   

L'amateur éclairé, devant l'extrême éclectisme des titres choisis, peut de prime abord ressentir une légère impression d'égarement.

Que partagent des morceaux comme "Ob-La-Di, Ob-La-Da" des Beatles, "African Reggae" de Nina Hagen ou "Twist And Crawl" de Death in Vegas ?

A l'origine, un vent de liberté a soufflé sur une Ile des Antilles et emporté avec lui au-delà des Caraïbes des sonorités ska pour venir dissiper le smog anglais.

Dans les quartiers populaires de Londres, le beat jamaïcain se mêle naturellement aux sonorités punks. Le Clash, les Ruts, les Members ou les Slits trouvent dans le reggae un nouveau terrain de jeu.

De la même façon, le dub de King Tubby gagne les musiques électroniques dès les années quatre-vingt-dix. Le trip-hop voit ainsi le jour avec une multitude de groupes tels que Massive Attack ou Portishead. Reggatta de blanc, du nom du deuxième album de Police, donne à entendre d'une autre oreille le message métissé d'une bouteille jetée à la mer.

par LIBRIO64

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode