Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ludo-1 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Le Reggae en Angleterre 1967-1997 Le Reggae en Angleterre 1967-1997
Eric Doumerc   
En 1981 le ska était devenu une mode, et les querelles internes se multipliaient au sein du mouvement « Two Tone ». L’Angleterre s’embourbait dans l’une des pires récessions que le pays avait alors connues. L’économie du pays était malade, le secteur industriel déclinait, la concurrence étrangère frappait et les journaux de l’époque décrivaient l’Angleterre comme « le malade de l’Europe ». De dures grèves du secteur public secouaient le pays, le chômage ne cessait d’augmenter, et le thème du déclin de la Grande-Bretagne domina la campagne électorale de 1979. Les Conservateurs, alors dans l’opposition, avaient une nouvelle secrétaire-générale, Margaret Thatcher, qui promit de rétablir la suprématie économique de la Grande-Bretagne, de freiner le pouvoir des syndicats, de réduire les dépenses publiques pour mettre fin au déficit, et de contrôler l’immigration qui, selon Mme Thatcher, menaçait l’unité du pays. Les Conservateurs remportèrent aisément les élections de 1979 et lancèrent un programme d’austérité qui visait à réduire les dépenses de l’État et à stopper toute aide accordée aux entreprises et aux secteurs en difficulté. En d’autres termes, il fallait se serrer la ceinture.

par Ludo-1
SAS, Tome 130 : Mortelle Jamaïque SAS, Tome 130 : Mortelle Jamaïque
Gérard De Villiers   
Malko se pencha, ouvrit la portière et poussa le corps du chauffeur dehors. Ce dernier bascula sur le trottoir. Au moment où Malko se glissait au volant, un des occupants du pick-up adverse surgit, les yeux injectés de sang, un pistolet automatique Glock au poing. Secouant ses dreadlocks, il braqua son arme sur Malko, à cinquante centimètres et jeta : - I kill the fuckin'mon ! Grimaçant de haine, il appuya sur la détente du Glock.

par catswoo
Jamaïque : La construction de l'identité noire depuis l'indépendance Jamaïque : La construction de l'identité noire depuis l'indépendance
Antony Ceyrat   
Colonie britannique depuis 1655, la Jamaïque obtient son indépendance en 1962. Destination d'un voyage sans retour pour près d'un million d'Africains déportés, l'île est rongée par les cicatrices mémorielles de l'esclavage. Dominée par les Créoles, paupérisée et confrontée à une offre politique nationale inadaptée, la population africaine souffre de l'absence d'une identité noire revendiquée et institutionnalisée. De ce déni de reconnaissance officielle jailliront des mouvements alternatifs, dont la célèbre communauté rastafarienne. Incitant à réfléchir sur les mécanismes d'émergence des groupes identitaires, ce travail met en lumière l'importance de l'histoire et des problématiques de la mémoire dans le processus de construction des identités sociales et souligne le rôle central de la culture dans les luttes de pouvoir.

par Khryz
L'épopée du rastafarisme L'épopée du rastafarisme
A.S.M. Colomé   
Nouvelle Description

Que savez vous des rastas ? Les rastas existent depuis près d'un siècle : les premiers, issus de l'esclavage, étaient illettrés et sans métiers. Comment cette poignée d'hommes perdus, écrasés depuis des siècles a-t-elle réussi à créer en Jamaïque un mode de vie, le "Livity" pratiqué actuellement par des millions d'individus de par le monde ? Spiritualité, écologie, connaissance approfondie de la Bible, non violence, amour et fraternité, ils sont aussi végétariens et dénoncent régulièrement les injustices.


par Ludo-1
born fi dead born fi dead
Laure Gunst   
“I supposed to be a dead mon by then,” he said. “But the duppy go home in style!”

par Ludo-1
Reggatta de Blanc Reggatta de Blanc
Vincent Jégu   

L'amateur éclairé, devant l'extrême éclectisme des titres choisis, peut de prime abord ressentir une légère impression d'égarement.

Que partagent des morceaux comme "Ob-La-Di, Ob-La-Da" des Beatles, "African Reggae" de Nina Hagen ou "Twist And Crawl" de Death in Vegas ?

A l'origine, un vent de liberté a soufflé sur une Ile des Antilles et emporté avec lui au-delà des Caraïbes des sonorités ska pour venir dissiper le smog anglais.

Dans les quartiers populaires de Londres, le beat jamaïcain se mêle naturellement aux sonorités punks. Le Clash, les Ruts, les Members ou les Slits trouvent dans le reggae un nouveau terrain de jeu.

De la même façon, le dub de King Tubby gagne les musiques électroniques dès les années quatre-vingt-dix. Le trip-hop voit ainsi le jour avec une multitude de groupes tels que Massive Attack ou Portishead. Reggatta de blanc, du nom du deuxième album de Police, donne à entendre d'une autre oreille le message métissé d'une bouteille jetée à la mer.

par LIBRIO64
Dispersés dans Babylone Dispersés dans Babylone
Jérémie Dres   
Pourquoi le reggae fait-il si souvent référence au judaïsme ? Cette question, qui tourne, à l'obsession, entraîne Jérémie Dres d'Addis-Abeba à New York dans une vaste et passionnante enquête, où se mêlent destins individuels et grandes légendes.
Écoutez nos défaites Écoutez nos défaites
Laurent Gaudé   
Quel magnifique tourbillon d'émotions que ce livre!

Ce livre raconte des moments-clé de l'existence de six personnages, trois historiques et trois fictifs. Deux agents spéciaux : un Français qui termine sa carrière, et un Américain s'étant retiré des forces spéciales. Une archéologue transportée par le désir de faire survivre l'histoire. Deux chefs militaires, Hannibal Barca, qu'on ne présente plus, Ulysses S. Grant, le plus grand général nordiste lors de la guerre de Sécession. Un chef politique, le Négus, Hailé Sélassié, roi d'Ethiopie.

Des histoires pour la plupart n'ayant aucun rapports, se rapprochent puis s'entre-croisent dans un typhon d'émotions.

Chaque fait historique est réel, et on y voit le dépit devant la nécessité de laisser tant de soldats mourir pour "remporter" la victoire. Les conséquences sont visibles rapidement, et on voit l'évolution de chaque personnage comprenant l'horreur qu'il a commise, allant d'une d'une perte de confiance en soi, suivi de remords inimaginables, à la dépression et la déperdition par l'alcool.

Laurent Gaudé, titulaire du prix Goncourt, ne cesse de bluffer avec son style plein de vie, d'émotions, nous emportant littéralement à chaque coin du monde, nous faisant traverser les époques avec toujours autant d'enthousiasme.

Ce livre est pour moi le bijou des sorties 2016
L'Idole des camés L'Idole des camés
Richard Stratton   
« Dans l’affaire Rude/Byrne-Downes, pour laquelle le gouvernement dépensait des millions, il était presque impossible de demander trop de fric. D’abord, au moins en ce qui concernait Rickie, il y avait une possibilité réelle de gagner ce procès. L’issue dépendrait, dans une large mesure, de la portée et de l’impact de la défense que Held pouvait monter. Et ça nécessitait de l’argent. Comme disait Held, en Amérique, la justice coûtait cher.
Le gouvernement pouvait rameuter des dizaines d’assistants procureurs fédéraux, pour préparer le procès. Il se servait d’une armée d’agents et d’enquêteurs pour rassembler des preuves, trouver des témoins, et harceler la défense – avec les fonds illimités des contributions. Plus grave encore, la puissance du système tout entier était derrière lui pour effrayer les jurés, intimider les témoins, et user les inculpés et leurs défenseurs jusqu’à ce qu’ils soient prêts à céder. La magistrature, censée rétablir la balance, prenait ouvertement le parti du gouvernement. »

Extrait de 
L'Idole des camés
Stratton, Richard
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.

par Ludo-1
On caracole aux Caraïbes On caracole aux Caraïbes
Jack Weeks   
Financier, Noir, Jasper Trilling doit sa position sociale élevée après avoir détroussé un noyé trente six ans auparavant.
A cinquante-deux ans, c'est un homme au statut en marge, dont les avis sont écoutés, dans cette île des Caraïbes dirigée par des Blancs. Ses meilleurs amis sont Alvin Hatch, un Blanc ancien de la Navy, King Cat, jeune danseur de limbo, et Crosscut qui vit retiré dans la campagne avec ses trois fils.
La mainmise américaine sur le tourisme local et celle de la Mafia sur le casino de Treasure Beach l'irritent et il décide de spolier les envahisseurs en forçant le coffre-fort de l'établissement de jeux. Dion Blake, le détective de l'hôtel dans lequel est installé le casino se méfie de cet homme affable qui sait encaisser les coups, surtout les paroles blessantes proférées à son encontre. Courtois, Trilling veut et exige que des emplois soient réservés à ses compatriotes noirs, que les Américains n'apprécient guère.
Alvin est chargé d'entraîner physiquement les fils de Crosscut tandis que Margie, une jeune femme aux charmes épanouis, ex-strip-teaseuse et propriétaire d'un petit hôtel, doit détourner l'attention de Blake.
Le grand soir est arrivé. Une fête est organisée sur une petite île voisine, et, pendant que King Cat monopolise l'attention des touristes, Jasper Trilling rejoint Treasure Beach. En compagnie de Hatch il grimpe à l'aide d'un grappin jusqu'au casino installé sous une terrasse contigüe à l'hôtel et neutralise assez facilement le directeur de la salle de jeux, le propriétaire de l'hôtel et l'encaisseur de la Mafia. Sous la menace de leur faire sauter la cervelle, Jasper Trilling et Hatch obtiennent rapidement la combinaison du coffre. Tandis que les fils Crosscut investissent la salle de jeux et dépouillent les joueurs, Crosscut crée une diversion en faisant exploser des pétards en divers endroits.
Trilling rejoint la petite île au moment où Cat ayant terminé son numéro de limbo jette ses brandons en l'air. Le mini incendie qui se déclare, allié au bruit des pétards, provoque un début de panique chez les touristes. Panique que Blake a du mal à canaliser. Le détective est persuadé que Trilling est à l'origine du hold-up mais il ne peut le prouver.

Au travers de cette histoire de hold-up préjudiciable à la Mafia, menée rondement et avec un certain humour, Jack Weeks, comme incidemment et innocemment, met le doigt sur le problème racial. Les Blancs et les Américains qui gouvernent cette île placée sous la dépendance de la Couronne Britannique, considèrent les Noirs comme une race inférieure, paresseuse, et ne veulent pas leur confier certains travaux.
Jasper Trilling dont la position sociale peut lui permettre de poser ses conditions, le fait avec courtoise mais autorité. il défend ses frères de couleur, et s'il semble céder sous les arguments de ses interlocuteurs, c'est pour mieux les contrer par la suite.
Les touristes de sexe féminin sont attirées par la couleur de la peau de Trilling et sont excitées par Cat et son numéro de limbo, atteignant parfois l'orgasme au cours du spectacle.

par Ludo-1