Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ludo-1 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Ethiopie, un drame impérial et rouge Ethiopie, un drame impérial et rouge
Jacques Bureau   
« L’Ethiopie : pays de la reine de Saba, où Rimbaud fit retraite et où régna longtemps l’attachant négus Hailé Sélassié. Ce pays n’existe plus dans notre atlas imaginaire. En dix ans, il a été remplacé par une autre Ethiopie, terre aride où se succèdent les famines, livrée au dogmatisme d’un Staline africain, Menguistu. Régime soumis à Moscou qui réprime férocement l’irrédentisme érythréen, déplace ou « villagise » les paysans comme des esclaves, exploite la force de travail sans même assurer sa survie, persécute les minorités religieuses et spécialement les falashas, « juifs éthiopiens ».

Jacques Bureau rappelle ces deux images, mais s’en démarque. Bien qu’il ne cherche pas à provoquer, on trouve sous sa plume quelques phrases à faire bondir celui qui n’a comme information sur l’Ethiopie que celles de la presse française. Prendre les falashas pour des juifs manifeste « un total aveuglement de la plus élémentaire réalité ». « Etablir un lien de causalité entre marxisme et famine tient de la simplification abusive. » "Vue d’Addis-Abeba, la question érythréenne n’est même pas discutable". Menguistu : « un homme [qui] symbolise la nation » .

Il ne s’agit pas pour autant d’un livre de combat. Ethnologue et chercheur au CNRS, Jacques Bureau nous aide à comprendre l’Ethiopie à travers ses héros, ses peuples, son histoire. Si sa documentation est solide, son écriture est légère et son livre jamais ennuyeux.

En dix chapitres, dont chacun nous mène du passé, parfois le plus lointain, au présent, parfois le plus actuel, il répond à beaucoup de questions... que l’on ne se pose habituellement pas.

Il rappelle que l’Ethiopie est peuplée d’Ethiopiens, et que leur vision du monde et d’eux-mêmes est essentielle pour l’avenir de leur pays. »

Didier Chabrol

par Ludo-1
Manhattan Transfer Manhattan Transfer
John Dos Passos   
Çà part dans toutes les directions au risque d'égarer le lecteur.
La vraie héroïne c'est la ville de New-York. On participe de l'odeur et des bruits de la grande métropole.
Publié en 1925, pour l'époque c'était un roman expérimental.
Je n'ai rien lu d'autre de cet auteur. Une expérience de l'expérimental me suffisait.


par Biquet
Ecrits de prison Ecrits de prison
Leonard Peltier   
Ecrire pour témoigner, pour faire reculer l'oubli. Ecrire pour instruire. Ecrire pour s'évader aussi. Léonard Peltier est emprisonné depuis plus de 25 ans. Il est condamné à perpétuité pour l'assassinat de deux agents du FBI trouvés morts sur la réserve sioux de Pine Ridge. Depuis tout ce temps, il n'a cessé de clamer son innocence et d'écrire pour dénoncer une machination orchestrée selon lui par le gouvernement américain. Jamais de preuves flagrantes n'ont pu établir sa culpabilité, son procès fut on ne peut plus expéditif. Plus grave cependant, plusieurs personnes venus à la barre, sous serment, auraient livrés de faux témoignages pour charger Peltier. Activiste connu, militant de la première heure de l'American Indian Movement, Léonard Peltier est le suspect idéal et, de fait, le bouc émissaire rêvé. Enchaîné et mis sous surveillance en quartier de haute sécurité, Léonard Peltier a su pour l'instant résister aux brimades en se créant un espace de liberté par la pratique fidèle et quotidienne des rites indiens, par l'exercice de l'écriture aussi. Mais jusqu'à quand tiendra-t-il ? Léonard Peltier appelle l'humanité entière à prendre connaissance et conscience de l'importance de son combat. Il en va du destin du peuple indien tout entier, relégué comme lui aux confins de l'oubli, aux portes de la disparition. --Denis Gombert

par loerlyn
La nuit des couteaux La nuit des couteaux
Marc Arno   
Dans le plus grand secret, les Etats-Unis et Cuba ont décidé d'ouvrir à La Jamaïque une conférence en vue d'un rapprochement entre les deux pays.
Cela ne fait pas l'affaire de tout le monde.
D'un côté, les exilés cubains craignent que Washington ne sacrifie leurs intérêts et leur interdise ainsi tout espoir de renverser Castro par la force.
De l'autre, tous les révolutionnaires émules du " Che redoutent que le dictateur barbu ne cesse de leur fournir l'aide indispensable de la poursuite de la guérilla aux Caraïbes et en Amérique latine.
Les uns comme les autres sont ferme-ment résolus à faire échouer la conférence.
Tout le monde entreprend de s'entre-tuer allègrement.
Et lorsque les Russes décident d'inter-venir à leur tour, cela tourne vite ,au carnage...

par x-Key
Reggae 100 Reggae 100
Florent Mazzoleni   

Petite île caribéenne devenue indépendante en 1962, la Jamaïque s'est distinguée dès cette époque par ses productions musicales, affirmation d'une vigueur culturelle jamais démentie depuis. On estime ainsi que le pays, aujourd'hui peuplé de moins de trois millions d'habitants, a produit plus de cent cinquante mille enregistrements.

Reggae 100 propose un panorama des musiques de la Jamaïque, des années soixante à nos jours, et plus particulièrement sur la période 1970-1980, son apogée.

La sélection de cent albums emblématiques plonge le lecteur dans l'histoire du reggae et des grands courants musicaux qui gravitent autour - ska, rocksteady, dub et dancehall - sans omettre la partie créative propre aux musiciens et aux studios, aux producteurs et aux labels. Cette épopée tropicale et musicale invite à une écoute souvent en marge d'une reconnaissance internationale.

par LIBRIO64
Just kids Just kids
Patti Smith   
Magnifique livre remarquablement écrit.
Très admirative du choix de vie de Patti Smith qui s'est tournée résolument vers l'Art.
Ce livre retrace une tranche de vie incroyable à New York avec ses difficultés, ses rencontres...
J'ai vraiment beaucoup aimé.

par chantwal