Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Ludo-1

Extraits de livres par Ludo-1

Commentaires de livres appréciés par Ludo-1

Extraits de livres appréciés par Ludo-1

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Foxy écrit par Pam Grier
date : 09-02
That was the African American mantra—“Waiting for times to get better”—as we tried to envision a with fewer obstacles, apprehensions, and hostility.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 01-01
Tourneur et McCrea rendent au western une bienveillance enfantine, une pureté salvatrice. Un monde où l’enfant-cinéma s’avère capable de battre le monstre de l’Histoire.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 10-12-2019
Chaque plan de Peckinpah est comme un « ersatz » d’une façon de faire du cinéma qui a disparu pour toujours, mais pour laquelle nous éprouvons tous une très grande nostalgie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 10-12-2019
« Nobody mess with Sam Peckinpah ».
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-11-2019
« The sound system dances were where the ghetto people came to enjoy themselves. No airs nor graces, just be among your own people. This was a big attraction. Sometimes there was trouble, but, back then, more often there wasn't. It seem like to be a teenager in Jamaica during that era was the best thing on earth. The people would have on their best clothes – when it come to dressing up nobody can look fine like the ghetto people – and you would have a drink or whatever and hear the very best music. It made us feel real good about ourselves. Like we could do anything. »

Extrait de 
Bass Culture
Lloyd Bradley
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-11-2019
« Tu demandes comment ça se passait à New York, vieux ? Comment, tu sais pas, personne t’a dit ? Pas de boulot, tout le monde ferme les yeux sur ta souffrance. T’arrives aujourd’hui et le type qu’est arrivé hier te dit de te barrer, qu’y reste pas de place pour toi. Tous les Antillais qui sont là-bas, ils sont sur des coups. On peut pas se fier à sa propre mère. Toutes les femmes, elles ont trop à faire. Les Blancs, ils ont peur même de regarder de ton côté. Tu peux même pas pisser sans avoir des ennuis. Mon vieux, c’est là-bas qu’il est, le cœur sulfureux de Babylone. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-11-2019
« Dis-moi ça veut dire quoi, ces mots-là : guérilla, Babylone en flammes, et le peuple de Jah libéré de ses chaînes ?
— Mais t’es qui, mon vieux ? T’es jamaïcain, maintenant ou quoi ?
— Jusqu’ici j’ai pas trouvé où s’arrête la corruption. Notre pays est foutu, tout comme la Jamaïque.
Fish se gratta la tête, réfléchissant à la question. Althea lui offrait du sucre, Glasford voulait lui faire avaler du sel.
— Un seul homme qu’a une vision, ça suffit pour faire un monde meilleur, ajouta Glasford. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-11-2019
« Eh, vieux, pourquoi qu’elle t’intéresse tellement, la ville ? C’est un endroit mauvais, un lieu qui fait que bouffer l’argent dans la poche des gens.
— Viens avec moi, répéta Glasford, viens avec moi, comme s’il était ensorcelé.
— Écoute, pourquoi qu’t’as besoin de moi ?
— Pour la fraterrenité.
— La fraterrenité ? Vieux, elle peut attendre jusqu’à demain matin.
— Pour le témoignage.
— Le témoignage ! Eh, mon gars, tu vas aller en procès ?
— Pour rendre témoignage au lion.
— Glaasford, j’ai l’impression qu’tu forces un peu, mon vieux. Tu regardes de tout près quéque chose que je vois pas.
— Tu peux pas m’entendre en ce moment, Fish. Je parle la langue de Jah Rastafari. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-11-2019
« Je vois là une intention profonde, la magie capable de retenir la civilisation au bord du gouffre et l’empêcher de basculer. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-11-2019
« J’avais passé un mois en Afrique, en mission temporaire pour le gouvernement, chargé de répandre des dollars à travers le Sahel, la seule chose verte qu’ils aient vue dans le coin depuis des générations. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-11-2019
« Il a un petit penchant pour les accessoires, les trouvailles et ce qui est théâtral, tout ce qui peut le distinguer des autres et contribuer à sa légende grandissante. Porter des chaussures avec le bout coupé avait été une décision de cette nature. Elles symbolisent, dit-il, son enfance et ses origines modestes, ses liens avec le peuple. Quand sa maman n’a plus été en mesure de s’offrir autre chose que des soucis, son fils a hérité de chaussures données par la Première Église Baptiste du Cœur Aimant. Comme aucune pointure ne semblait convenir à ses grands pieds, il a pris sa machette et il a coupé les bouts de la paire qui lui plaisait – des chaussures de ville à lacets, décorées de petits trous, noires et poussiéreuses. Il les a gardées aux pieds pendant huit ans. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-11-2019
« QUAND j’ai abandonné mes études à l’université Old Dominion, j’ai pris le premier boulot que j’ai pu trouver : je faisais sauter des hamburgers dans un fast-food près d’une des marinas d’Ocean View. Mon éducation ne me servait à rien du tout, alors il était temps que je fasse quelque chose qui enrichisse ma vie… comme si la vie de quelqu’un ressemblait à un pain qu’on peut bourrer de vitamines. Je me croyais ambitieuse, plutôt que forte. Travailler dans un endroit comme ça me faisait l’effet d’une pénitence appropriée, à supporter tant que je n’aurais pas réussi à me situer. C’est idiot, je le sais bien. Pas le genre de pensée inspirée qui vous change réellement la vie. Je rentrais chez moi graisseuse et épuisée, avec mes cheveux abîmés et qui sentaient l’oignon. J’avais l’impression d’être une vraie pouffiasse. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-11-2019
« Il devrait peut-être interdire Rosehill aux Américains. Les Canadiens faisaient de meilleurs touristes. Ils acceptaient l’existence d’un monde extérieur à eux. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-11-2019
« CHAQUE jour était une petite aventure épique sans objet, un long canular qui défilait toujours à la manière d’un dessin animé, comme si la moindre activité n’avait de sens que si elle était plongée dans l’atmosphère de drame et de menace d’un mauvais opéra. »

Extrait de 
Au bonheur des îles
Shacochis, Bob
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'espoir est un concept qui vieillit mal...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 12-11-2019
“I supposed to be a dead mon by then,” he said. “But the duppy go home in style!”
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-11-2019
I is a ghetto mon, born an’ bred
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 31-10-2019
« Chacun a sa propre conception de l’intolérable et de l’indignation. Tant que cette conception n’est pas partagée, largement ou non, la plupart d’entre nous surmontent ces sentiments en privé : nous en souffrons et nous tâchons de les refouler et de les oublier. Le prophète solitaire fait sa traversée du désert en se confrontant à l’indifférence, aux moqueries et à l’évitement de ceux auxquels il s’adresse et qui se montrent peu désireux de l’écouter. »

Extrait de 
Manuel d'action politique
Michael Walzer
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 31-10-2019
« Si ces choix sont si durs à faire, c’est notamment parce qu’ils imposent à des gens qui, jusqu’alors, étaient restés passifs de faire preuve d’initiative. Ces personnes ne sont pas incompétentes (en tout cas, la majorité d’entre elles), mais souvent peu au fait de la complexité de la vie politique. Elles n’ont pas conscience des risques personnels qu’elle implique, ne sont pas préparées à affronter l’hostilité et le conflit, ne maîtrisent pas la vaste discipline de l’art oratoire et de la persuasion. Néanmoins, elles agissent. Au sein d’associations, de mouvements, pour telle ou telle campagne, elles s’efforcent de combiner leur sentiment que quelque chose ne va pas avec leur volonté de changement. Ce petit manuel s’adresse à ces personnes, parce qu’elles sont profanes, tout autant que je le suis ; pour que le peu que nous apprenons sur le terrain ne devienne pas un secret de fabrication. »

Extrait de 
Manuel d'action politique
Michael Walzer
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-10-2019
« Ça marchait comme ça, quand vous commenciez à en prendre, la première fois vous aviez l’impression d’être emporté, à l’intérieur de votre corps et de votre tête, dans un endroit où vous étiez censé être et où vous pouviez sentir ce que vous étiez censée ressentir, comme un putain d’ange ou ce genre, ce qu’ils ressentent. Après c’était nettement moins agréable, et ça empirait et à la fin vous vous sentiez comme avant d’en prendre la première fois, bon, et ensuite vous rêviez de revenir à ce niveau. Mais se sentir comme un ange en feu, oublie ce truc, ça ne risque pas de t’arriver à nouveau, ça non, juste te sentir comme la personne que tu étais alors pendant dix putain de minutes, c’est ça ta putain de grande ambition en ce moment. Le paradis, où t’es allée la première fois, maintenant il est fermé. Le monde ordinaire où tu vivais avant, fermé aussi, la plupart du temps, et t’es coincée quelque part, quelque part sous tout ça, comme si tu vivais sous terre putain. »

Extrait de 
Jérusalem
Alan Moore
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-10-2019
« Elsie avait dit qu’autrefois on trouvait une statue juste à côté du Criterion au bord de Katherine’s Gardens, c’était genre une femme aux seins nus, qui tenait un poisson, mais les gens arrêtaient pas de la saloper, ils barbouillaient ses nichons de peinture, et un jour quelqu’un cassa sa tête. Après ça, ils durent se dire que les gens du coin ne méritaient pas de statue alors ils la déplacèrent à Delapré, à l’abbaye de Delapré où tout était vieux et guindé, juste derrière Beckett’s Park où Elsie disait qu’avant ça s’appelait Cow Meadow – le pré aux vaches. Marla trouvait ça dommage, pour la statue, avec les nichons et tout, il y aura toujours un enculé, un sale con pour vouloir la casser. Tout ce qui est beau, comme Lady Di ou Samantha. Pour la tuer. Lui arracher la tête. Il en allait ainsi, c’est tout, et il en était toujours allé ainsi. Y a des connards, ils ont aucun respect pour rien, putain. »

Extrait de 
Jérusalem
Alan Moore
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-10-2019
« Bedford Immobilier avait remis à neuf les deux immeubles bradés qui se dressaient maintenant dans l’attente du flux promis de travailleurs sociaux, de flics, d’infirmières et consorts. Face à une population qui était pauvre et indocile parce qu’elle n’avait aucun endroit correct où vivre, la meilleure solution consistait à ne pas dépenser d’argent pour améliorer sa condition mais plutôt à embaucher davantage de policiers au cas où les choses tourneraient mal, et à loger ces nouveaux sbires dans des maisons déjà purgées heureusement de leurs troupeaux irritables et mécontents. »

Extrait de 
Jérusalem
Alan Moore
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-10-2019
« Quand ce piètre lotissement avait été édifié alors que Mick et Alma étaient à peine ados, l’impasse était une éprouvante parodie de terrain de jeux pour enfants avec un dédale à échelle réduite de briques bleues en son centre, construit apparemment pour des lutins faibles d’esprit, et la version par un peintre cubiste autiste d’un cheval en béton qui paissait éternellement non loin, trop anguleux et inconfortable pour qu’un enfant l’enfourche, et dont les yeux se résumaient à un trou percé d’une tempe à l’autre. Même ça, davantage la vision abstraite d’un terrain de jeux que la chose réelle, avait été moins horrible que ce haut lieu du harcèlement propice au viol, avec son macadam bâclé évoquant un caviar rance et bon marché tartiné à même un carrelage rose pour piéton, les allées cahoteuses et les passages dallés sous eux. »

Extrait de 
Jérusalem
Alan Moore
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-10-2019
« Un jour, alors qu’il lui disait, non sans une certaine véracité, qu’elle était perçue par les gens comme un homosexuel piégé dans une version bâclée de corps de femme, elle avait dit « Ouais, mais toi aussi », puis ri à s’en étrangler, infiniment ravie comme à chaque fois par son esprit d’à propos. »

Extrait de 
Jérusalem
Alan Moore
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-10-2019
« Elle avait eu néanmoins, au fil des ans, son lot d’admirateurs, mais la vérité c’était que la grande majorité des hommes trouvaient Alma « globalement inquiétante » pour reprendre l’expression d’un ami, ou « un cauchemar ménopausé » selon l’image plus abrupte d’un autre, même si tout cela était dit sur un ton qui paraissait presque admiratif. Mick trouvait parfois que sa sœur était juste du mauvais côté de la beauté, mais c’était plus drôle s’il affirmait qu’elle ressemblait à Lou Reed sur la pochette de Transformer, ou à « un Frankenstein glam solarisé », ainsi qu’Alma l’avait allègrement retravaillé, expliquant qu’elle s’en servirait dans la bio de son catalogue la prochaine fois qu’elle organiserait une expo de ses toiles. »

Extrait de 
Jérusalem
Alan Moore
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-10-2019
« Alan Moore a conçu un récit-monde où le moindre geste, la moindre pensée, laissent une trace vivante, une empreinte mobile que chacun peut percevoir à mesure que les temps semblent se convulser. Il transforme la ville de Northampton en creuset originel, et y plonge les brûlants destins de ses nombreux personnages.
Roman de la démesure et du cruellement humain, Jérusalem est une expérience chamanique au cœur de nos mémoires et de nos aspirations. Entre la gloire et la boue coule une voix protéiforme, celle du barde Moore, au plus haut de son art. »

Extrait de 
Jérusalem
Alan Moore
Ce contenu est peut-être protégé par des droits d’auteur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0