Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lullaby29 : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Le vol de Pégase, tome 5 : Les enfants de Damia Le vol de Pégase, tome 5 : Les enfants de Damia
Anne McCaffrey   
Il y'avait plus d'humour et d'attrait dans les premiers que dans les derniers tome du cycle, mais celui-ci passe encore.
Découvrir ce qu'est devenu Damia et rencontrer sa descendance nous donne un peu l'impression de faire partie de la famille...
Malheureusement, l'auteur semble penser qu'un seul des 5 enfants Gwyn-Raven peut nous intéresser...

par Mokuren
La romance de Ténébreuse, Tome 7 : La chaîne brisée La romance de Ténébreuse, Tome 7 : La chaîne brisée
Marion Zimmer Bradley   
On va suivre Jaelle sur plusieurs tomes, mais ici on découvre son histoire et ce qui a motivé son choix de devenir une amazone libre, mais a t elle vraiment brisée ces chaines, les thèmes chers à M.Z.B, la place des femmes dans un monde d'hommes, les combats qu'elles peuvent mener pour se libérer du joug masculin mais également de soi-même et dépasser ses a priori et ce que l'on croit être la vérité, pour vivre enfin pleinement et assumer ses choix .

par cathardy7
La princesse de la nuit La princesse de la nuit
Marion Zimmer Bradley   
J'ai bien aimé la version de Marion Zimmer Bladley de la Flûte Enchantée. Un livre fantastique qui allie mystère, quête, courage et amour.

par Sechat
Chroniques des vampires, Tome 2 : Lestat le vampire Chroniques des vampires, Tome 2 : Lestat le vampire
Anne Rice   
Ce livre m'a été conseillé par quelqu'un qui en était fan. Moi j'avoue qu'il m'a parfois un peu ennuyé. Je crois que c'est la façon dont elle écrit, mais sans pouvoir en être sûr. L'histoire par contre est vraiment très bonne. On apprend comme Lestat de Lioncourt, quittant sa famille, va se rendre à Paris avec un ami, et se qui va s'y passer. Comment il va devenir un vampire, et ce que ça va impliquer pour lui et son entourage. Sa vie va se transformer, sa personnalité. Son créateur l'aura laissé avec un héritage de questionnement et de vision de la vie qui ne le lâchera pas et participera à la construction de ce qu'il va devenir. Un vampire libertin, libéré et désireux de savoir, de connaître.
Ainsi, à la recherche des anciens, il rencontrera Armand, puis Marius...
L'approche des vampires de Anne Rice est assez singulière, s'écarte de la tradition vampirique des pieux dans le coeur, des crucifix et de l'ail. Ces vampires là ont l'air plus "vrais", plus réels dans leur psychologie qui est très bien développée. On vit vraiment dans ce monde et on en apprend la complexité de cette vie, et à la fois l'anarchie qui règne dans ce qu'on pourrait croire être une société de vampires. Mais il n'en est rien, Lestat s'en aperçoit vite. Tout chez les damnés n'est qu'anarchie, incompréhension, perditude, solitude. Rien ne les unis que leur mode de vie.
Cette biographie de Lestat précède bien évidemment Entretien avec un vampire dans la chronologie, mais il a été écrit après ; il est le 2nd dans la chronique des vampires. La fin du livre fait directement lien avec la Reine des Damnés qu'il introduit.
Les Dames du Lac, Tome 1 Les Dames du Lac, Tome 1
Marion Zimmer Bradley   
Prix obtenus
*Locus, roman de fantasy, 1984*
L'imaginaire médiéval, le merveilleux propre à la littérature celtique et l'heroic-fantasy se conjuguent parfaitement dans ce livre, le tout servi par une écriture fluide et imprégnée de poésie.
Légendes Légendes
Terry Pratchett    Robert Jordan    Robert Silverberg    Orson Scott Card    Raymond E. Feist    Anne McCaffrey    Tad Williams    Terry Goodkind    Ursula Le Guin    Stephen King    George R. R. Martin   
J'ai trouvé la première "nouvelle" (enfin, nouvelles de 100 pages au moins, donc de grosses nouvelles) très fidèle à Stephen King, dans son sujet et sa façon de le développer. Elle n'a rien d'exceptionnel en soi ; elle s'intègre dans le début de La Tour Sombre, au moment où Roland poursuit Walter. Elle tranche pas mal avec la fantasy conventionnelle, forcément, si on connait pas l'auteur, ou la série plus précisément. En gros, le héros est un pistoléro, et c'est un univers post-apocalyptique avec un côté du fantastique stephenkingien, lorsqu'on a des choses qui arrivent, et qu'on ne peut pas vraiment expliquer, où qu'on préférait pas parce que putain, c'est bien barré quand même (d'où la difficulté de catégoriser la série ; fantasy ? science-fiction ? fantastique ? aventure, en tout cas). Ici, l'intrigue de cette histoire fait venir des sujets connus ou peu surprenants, quand on est habitué à l'auteur. Mais ça donne un bon aperçu de ce qu'il écrit, du coup. Bref, c'était agréable, et je continue avec la suite.
A suivre, donc.
__________________________

La seconde nouvelle de Pratchett est très agréable à lire, fidèle également à ce que j'ai lu du Disque Monde. Dans celle-ci il est question de Mémé Ciredutemps, un personnage récurrent, et d'une festivité traditionnelle entre sorcières. Pas d'aventure ni rien, mais cette ambiance et cet humour typique pas non plus très absurde, mais sympathique, dans le relationnel, la parodie de fantasy, l'aspect tellement naturel et choquant nos représentations d'un tel univers. Humour présent, mais peut-être un peu léger, à mon goût. Pour ça que le Disque-Monde ne m'a pas happé quand j'avais lu les 2 premiers tomes, comme l'a fait, par exemple, H2G2 par la suite.
__________________________

L'histoire de Goodkind sur l’Épée de Vérité m'a fait découvrir l'auteur et sa série, que je prévoyais de lire dans un futur proche. Mais peut-être que je délayerai. En effet, l'écriture de Goodkind a beau être bien et agréable et simple et tout, le fond reste très convenu, normal, archétypal. Les personnages sans grande originalité, tout juste des clichés du genre, et si l'histoire a quelque ambition, la fin en revanche en fait quelque chose de tristement banal. J'ai été déçu. Mais bon, ce n'était pas nul non plus. Juste que ce n'était pas ni intéressant ni déroutant ou brillant par sa singularité. Et vu que ce n'était pas non plus une perle d'écriture ou de mise en scène, ben ça reste un peu fadasse.
__________________________

La nouvelle d'Alvin le Faiseur était agréable à lire, et assez inhabituelle, dans son décor et son histoire. Mais j'avoue que l'environnement et l'époque ne m'attirent pas plus que ça, ni les incrustations de personnages historiques en mode uchronie. Mais les personnages d'Alvin et d'Arthur sont intéressant, même si leur relation me parait un peu trop monotone et scolaire ; du maître au disciple. Bon ensuite, forcément on n'en sait pas assez ; sur ce que fait précisément le "Faiseur", lorsqu'il utilise son talent, et ce qu'ils font précisément sur la route, car ils semblent être ne chemin pour rallier un rendez-vous avec d'autres personnes. Après, l'histoire de la nouvelle en elle-même, elle reste très anecdotique et gentillette ; rien à voir avec la violence ou l'action de celle de Goodkind ou de King. Elle est... rurale, en fait. Un peu comme une fable, façon ancienne, avec un héros qui sait ce qu'il fait, et nous qui observons et, comme Arthur, suivons ses leçons.
__________________________

La nouvelle de Silverberg était bonne. Très bonne, en tout cas dans la forme et dans une partie du fond ; le côté enquête, histoire, mythologie mélangée, était très appréciable. Après, ce que j'ai regretté c'est que le protagoniste ait l'air si quelconque, mais bon, j'imagine qu'en tant que Pontife il est moins libre d'exprimer sa personnalité, et que dans les autres tomes on ne connait plus.
L'histoire se passe sur une planète étrangère, mais est du genre fantasy, plutôt ; de la vieille SF mélangée, donc. Peu crédible, hélas (une planète géante ? Je ne sais combien de fois la terre ? Certes, mais la gravité est proportionnelle à la masse, donc...)
Aussi, la nouvelle rappelle beaucoup du background de l'univers, et donc spoil grandement sur l'histoire de Majipoor, et c'est dommage. Déjà que j'évite dorénavant de lire les introductions, pour ne pas gâcher mes lectures futures... Tant pis pour Majipoor.
Bref, une bonne découverte, quand même. Il écrit fichtrement bien, en tout cas, et il maîtrise son sujet, ses personnages, les différences, les caractères, etc. On sent l'expérience du doyen :p
_________________________

J'ai bien aimé la nouvelle de LeGuin sur Terremer. Je ne connais pas la saga, mais j'ai trouvé l'univers et l'écriture belle et agréable ; je ne sais pas si c'est parce que je le sais, mais j'ai l'impression que le fait que ce soit une femme se ressent dans les rellA NOUVEations, et surtout l'impression laissée par la protagoniste.
Après, j'ai plus aimé la première partie que la seconde, sur Roke, qui est plus mystique, plus lente. L'univers se rattache, à ce moment, à la saga (références, etc), et la fin est, j'ai trouvé, très abrupte, surprenante, assez frustrante pour le coup.
_________________________

La nouvelle de Tad Williams, sous la forme de récit rétrospectif à la première personne, était encore différente, et faisait référence à l'Arcane des épées (la Tour de l'Ange, les Sithis...). Elle aborde un thème particulier, pas très original (la foi monothéiste ~ christianisme), mais dans un cadre qui l'est (l'univers de la saga). C'était très agréable.
_________________________

Le Chevalier Errant, de Martin, est superbe. Je n'ai pas lu le Trône de Fer (j'attends qu'il termine la saga, et je ne veux pas entendre parler de la série TV), donc je ne savais pas à quoi m'attendre côté style, et j'ai été très agréablement surpris. D'abord par la fluidité, le détail, la facilité et la simplicité, quand même (sinon de l'écriture, au moins de la traduction). Plus qu'un récit de fantasy (ou moins ?) c'est un récit chevaleresque, médiéval, comme ces vieux films des années 50 ou 60, Prince Vaillant, Ivanohe, Les chevaliers de la Table Ronde ; la nouvelle se centre autour d'un tournoi : joutes, lances, armures ; un archétype qu'on a tendance à oublier quand on parle de chevalerie.
Les évènements et personnages sont très bien racontés, j'ai retrouvé la qualité et le sentiment d'immersion que j'avais eu en lisant Les Piliers de la Terre, de Ken Follet, qui n'était pas sur le même thème, mais qui se situait dans la même époque.
Ensuite, côté Fantasy, je n'ai pas pu échapper aux informations et spoilers lâchés çà et là, on a donc plaisir à voir, 100 ans plus tôt que le début du Trône de Fer, citées les familles Lannister, Targaryen évidemment, qui règne sur le Royaume des Sept Couronnes ; Port-Réal, Port-Lannis... Pas de spoil donc, puisque ça se passe 100 ans avant, et une histoire qui n'a rien à voir avec l'intrigue développée dans la saga (du moins je pense) ; ici il est question d'un (faux) chevalier errant qui va vouloir participer au tournoi de Sorbier. C'est la nouvelle que j'ai lu le plus rapidement, tant je l'ai dévorée.
_________________________

Par contre, la Messagère de Pern, je me suis fait chier. Tout le récit repose sur la description des messagers et de leur activité ; on suit Tenna durant sa course et son histoire, puis elle a un accident, et après ça part en histoire à l'eau de rose, conte de gamines avec histoire cliché, beauté et dressing, bal et copines. -__- J'ai lu la seconde moitié en diagonale.
_________________________

Le Garçon du Bois est une nouvelle courte mais que j'ai trouvée vraiment prenante et convaincante, assez froide et sombre, et très agréable à lire. Je retiens cet auteur des Chroniques de Krondor.
_________________________

La dernière nouvelle, de Robert Jordan, m'a ravie aussi, car j'appréhendais la qualité, étant donné que la série de la Roue du Temps est une des plus longues de la fantasy, et que ça rend suspicieux. Mais en vérité, c'est très bon, bien écrit, et haletant, très prenant et intéressant. Par contre, l'abondance de noms, détails, précisions, dès le début, m'a un peu perdu pour la première partie avec Lan ; inévitable cependant, vu l'ampleur que l'auteur a voulu donner à son récit, même court. Bref, un super suspense, des personnages singuliers et crédibles, ça donne envie d'en savoir plus !

Ce qui clôture cette anthologie. C'était ma foi bien sympathique !
La Maison au bord de la mer La Maison au bord de la mer
Elisabeth Vonarburg   
♦ Les Grandes Marées ont déjà considérablement rongé la falaise ; ce n'était d'ailleurs déjà à leur époque qu'un promontoire oblique de quelques centaines de mètres de long, une résurgence de la montagne dont l'échine érodée par l'âge, mais artificiellement consolidée, constitue l'assise de Baïblanca un peu plus au sud. Ils y venaient souvent dans leur enfance, Narval et elle. C'est là qu'il a fait construire sa villa...
À la pointe d'un Sud, au bord d'une mer, dans un monde posé entre mort et renaissance, se dresse Baïblanca, ville hantée par la montée des eaux, où se côtoient humains métamorphosés, oeuvres d'art vivantes et autres créatures énigmatiques.
Or, est-ce bien une ville ? Ou plusieurs ? Ou alors le point nodal de différents univers, l'attracteur étrange qui leur permet peut-être de communiquer ?
Sept nouvelles d'hier et d'aujourd'hui, sept voyages dans l'espace-temps infiniment flexible d'Élisabeth Vonarburg.


♦ Sommaire :

1 - Oneïros
2 - Bande ohne Ende
3 - Dans la fosse
4 - Les Dents du dragon
5 - Janu
6 - La Maison au bord de la mer
7 - ...Suspends ton vol


par x-Key
Tarendol Tarendol
René Barjavel   
Un roman de Barjavel que j'ai trouvé surprenant par son écriture poétique et classique.C'est étonnant lorsqu'on a lu ses romans d'anticipation.Dans ce livre, on prend les personnages principaux en affection et on les suit dans le temps avec plaisir.Magnifique roman.

par Birginie
La petite Licorne, tome 4 : Le monde d'Acorna La petite Licorne, tome 4 : Le monde d'Acorna
Anne McCaffrey    Elizabeth Ann Scarborough   
Un dernier souffle de cette serie dans ce tome, un couple definitif ?
Une nouvelle espece consciente, et menaçante volontairement ?

par barzoi
Les enfants de Ji, tome 4 : Le patriarche Les enfants de Ji, tome 4 : Le patriarche
Pierre Grimbert   
ce tome 4 amène une dimension plus psychologique sur les relations entre les personnages
toujours aussi palpitant

par magdave