Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LuN36 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Elements, Tome 2 : The Fire Elements, Tome 2 : The Fire
Brittainy C. Cherry   
Je l'ai dévoré en une nuit... Ce roman est tellement beau. Je ne m'attendais pas à ça, j'étais restée un peu sur ma faim avec the air mais celui-ci est d'une beauté remarquable. Certes l'histoire est un peu du déjà vu et on s'attend un peu à la fin, mais on a tellement envie de connaître l'histoire de Logan, de savoir s'il va sortir de ses démons qu'on ne lâche The Fire.
Je trouve juste dommage que le personnage d'Alyssa ou même de Kellan ne soit pas assez développé, il y a deux points de vue et Alyssa est presque effacé par Logan, bon en même temps je l'épouserai bien ce Logan c'est juste que j'aurai voulu un peu plus d'initiative de la part d'Alyssa. Je n'en dis pas plus pour les prochains lecteurs

Bref. Je recommande chaudement ce roman qui a été un gros coup de cœur pour moi et qui m'a même fait lâché une petite larme

par Mylene-1
Spring Girls Spring Girls
Anna Todd   
Très grosse déception avec la lecture de ce livre. Avant de me lancer j’avais eu vent de quelques critiques négatives à son encontre mais voulais à tout prix me faire ma propre opinion. Voilà c’est fait. Et on ne peut pas dire qu’elle soit élogieuse.

En l’absence de leur père, actuellement en mission en Irak, les quatre filles de l’officier Spring passent Noël avec leur mère. Un Noël un peu triste de par l’absence de leur père mais aussi à cause de difficultés financières qui viennent entacher la fête.
Alors que Jo, la sœur cadette se lie d’amitié avec le nouveau voisin, l’ainée des filles Spring, Meg, attend impatiemment le retour de son petit ami et espère qu’il la demande en mariage. Mais le retour de son ancien amoureux va venir perturber la jeune fille et ses ambitions. Amy, le plus jeune des sœurs, se plaint de l’absence de cadeaux quand, Beth, la benjamine, fait tout son possible pour aider leur mère dans les tâches du quotidien.
Les quatre sœurs sauront-elles faire face à cette période un peu compliquée ? Comment vont-elles réagir aux difficultés qu’elles ont devoir affronter, que ce soit des difficultés financières, des amours contrariées ou des amitiés trahies ?

Qui n’a jamais entendu parler du livre Les Quatre filles du Dr March. Même sans avoir lu l’original (honte à moi), j’étais curieuse de découvrir cette version modernisée de ce célèbre roman. Malgré plusieurs critiques peu avenantes, je voulais me faire ma propre opinion. Après tout, je n’avais pas de point de comparaison, d’attente ou d’appréhension par rapport à ce livre, juste la curiosité de découvrir l’histoire sous un nouveau jour. Grand mal m’en a pris. Non seulement, je n’ai pas aimé ce roman mais en plus il m’a coupé toute envie de lire la version originale ou de me jeter sur le prochain livre de l’auteure.
Plusieurs raisons à cela. Premièrement, une histoire plate, sans relief avec beaucoup trop de descriptions. L’auteure se perd dans des longueurs de texte qui nous font décrocher. Par exemple, l’une des sœurs Spring pose une question à une autre et il faut attendre trois voire quatre pages avant d’avoir la réponse. Entre temps, l’auteure divague sur des éléments sans rapport direct et franchement, on a le temps d’oublier l’objet de la question quand enfin arrive la réponse. En tout cas ce fut mon cas. Obligée de remonter en arrière pour me souvenir. Donc niveau fluidité et accroche du lecteur c’est pas top et même un gros flop.
Ensuite, bien que l’histoire soit censée se dérouler à notre époque, impossible pour moi de m’y identifier. Malgré les nombreux rappels autour de la modernité (internet, films cultes, chanteurs célèbres…), je gardais en tête la période originale de l’histoire. J’imaginais chaque personnage comme dans Louisa May Alcott les avait conçu. Un décalage qui a aussi largement contribué à pénibiliser ma lecture.
En plus de ce décalage, j’ai trouvé que le scénario manquait d’équilibre. Certains aspects de l’histoire font l’objet de plusieurs chapitres et se perdent dans des longueurs inutiles alors que d’autres sont survolés ou simplement mis de côté. Je n’ai pas toujours réussi à bien comprendre la chronologie souhaitée par l’auteure.
Et pour finir, trop de questions sans réponse, une fin presque bâclée ou en tout cas pas suffisamment approfondie.
Niveau personnage, pas grand-chose à en dire si ce n’est qu’Anna Todd a conservé les principaux traits de caractère de chacune des sœurs. En revanche, le fait qu’elles appellent leur mère par son prénom m’a dérangé. Aucune des quatre sœurs ne m’a plus enthousiasmée ou conquise qu’une autre. J’avoue que parfois leurs attitudes m’a révolté.
Comme je l’ai dit en préambule, je n’ai pas lu l’histoire originale et ne peut donc certifier si cette dernière est aussi fade que sa version moderne ou non. Mais j’ose espérer que face au succès qu’elle a rencontré depuis sa sortie, elle soit de bien meilleure qualité. Malheureusement, je ne pense pas trouver l’envie de le découvrir par moi-même tellement je suis dégoutée par cette version modernisée.
Déjà déçue par les derniers livres écrits par Anna Todd (Landon et Before), je crois que je vais arrêter là les frais avec cette auteure. Mes dernières lectures ne m’ont procuré aucun plaisir, juste la sensation d’avoir perdu mon temps.
Ne me quitte pas Ne me quitte pas
Mary Torjussen   
https://followthereader2016.wordpress.com/2017/09/23/ne-me-quitte-pas-mary-torjussen/

Attention, les apparences sont parfois trompeuses …

Hannah est une jeune femme ambitieuse, comptable dans une grande entreprise et très proche d’une promotion selon ses supérieurs. Lorsqu’elle apprend cette bonne nouvelle, elle est à un séminaire et impatiente de le raconter lors de son retour à son petit ami, Matt. Quelle surprise lorsqu’elle franchit le pas de la porte de leur maison et découvre qu’il est parti avec toutes ses affaires. Tout a disparu (de sa télévision à ses habits en passant par ses aliments dans le frigo !) et elle n’a aucun moyen de le contacter : il n’y a plus rien dans son téléphone portable ou son ordinateur qui la relie à lui. Tout allait bien entre eux, elle ne comprend pas ce qu’il a pu se passer et va donc se lancer à la recherche du jeune homme, une recherche qui va virer à l’obsessionnel. Progressivement, elle ne va vivre que pour cela, quitte à négliger son travail qui comptait tant pour elle. Mais des évènements étranges vont arriver : des fleurs remplacées, des lettres anonymes… est-ce Matt qui essaie de prendre contact avec elle ? Mais pourquoi de cette façon ?

Ce thriller est totalement addictif. Tout est bien mené, bien ficelé et réfléchi de façon à ce qu’à chaque fois que nous avons une hypothèse, elle va être contredite. J’ai été totalement happée par cette histoire, je voulais toujours connaître la suite ! Impossible de reposer le livre avant d’avoir eu le fin mot de l’histoire. Mary Torjussen, avec un talent d’auteur indéniable, a su distiller au bon dosage les indices au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire afin de nous garder captivé. Sa plume est fluide et très agréable à lire, mettant beaucoup d’intensité dans notre lecture. Les personnages sont habilement travaillés et présentés : chacun a sa petite zone d’ombre qui nous fait douter, nous soupçonnons tout le monde et personne à la fois …

Cette histoire contient beaucoup d’interrogations. Pour ma part, j’avais deviné une partie mais j’étais loin de me douter de l’ampleur des choses : l’auteure a vraiment bien fait son travail ! Elle a réussi à nous faire douter tout au long de notre lecture pour nous surprendre avec un dénouement à couper le souffle. La fin est tout aussi travaillée que le reste, quel plaisir de finir le livre sur une telle touche. Un thriller psychologique passionnant et intense, que je recommande à ceux qui aiment haleter, douter, frissonner avec des personnages hors du commun. Un très bon ouvrage de « grip-lit », ce nouveau genre livrant des livres chargés en tension psychologique car le coupable est parmi nous, il ne faut faire confiance à personne car se mêle trahison, mensonge et divers troubles … Je ne vous en dis pas plus, à vous de découvrir ce livre !
Le Feu Secret, Tome 1 Le Feu Secret, Tome 1
C.J. Daugherty    Carina Rozenfeld   
http://wandering-world.skyrock.com/3255713552-THE-SECRET-FIRE-T-1-THE-SECRET-FIRE.html

OH. MON. DIEU. THE SECRET FIRE est un énorme coup de cœur, une lecture palpitante et addictive qui m'a complètement ensorcelé. Ce n'est pas compliqué : j'ai absolument tout aimé dans cette histoire. Les personnages sont touchants et émouvants au possible, l'intrigue est extrêmement prenante et hyper saisissante et l'ambiance du récit m'a juste passionné. C.J. Daugherty et Carina Rozenfeld nous livrent ici un roman haletant et enivrant grâce à leurs plumes vives et aiguisées. Une chose est sûre : si ce fût un véritable honneur et un vrai plaisir de lire ce livre en avant-première, devoir attendre encore plus longtemps que tout le monde pour sauter sur le tome 2 va être une vraie torture.

Dès les premières pages, je me suis senti comme absorbé par THE SECRET FIRE. J'étais déjà fan de la manière d'écrire des deux auteures séparément mais alors ensemble, le résultat est tout simplement explosif. J'ai trouvé ce cocktail des deux plumes exquis et vraiment entêtant. Immédiatement, l'atmosphère mystérieuse et ultra électrisante du roman nous enveloppe. C'est grisant, exaltant et renversant. J'ai adoré me perdre dans chaque chapitre, me laisser guider par chaque mot et être complètement investi dans l'histoire. Carina Rozenfeld et C.J. Daugherty sont irrévocablement des maitresses dans l'art d'attirer leurs lecteurs dans un récit et de les y enfermer.

Évidemment, rien de tout cela n'aurait été possible si THE SECRET FIRE n'était pas porté par deux héros tout bonnement extraordinaires et adorables. Taylor et Sacha m'ont tellement, tellement plu et bouleversé. Je suis tombé amoureux de leur personnalité, de leur caractère et de leur humanité. Bien que très différents, ils sont tous les deux matures, intelligents, drôles, sincères et hyper craquants. On sent bien que les auteures ont tout mis en place pour leur conférer une vraie profondeur. Tout ce qui les concerne est extrêmement bien décrit, extrêmement bien construit, extrêmement solide. Des éléments comme leurs amis, leur famille, leur scolarité et toutes ces petites choses qui font d'eux des adolescents ne sont JAMAIS mis de côté. Rien n'est oublié. Ainsi, l'impression de réalité est carrément palpable. On se sent alors irrémédiablement proche d'eux, de leurs sentiments, de leur désarroi, de leurs craintes et on veut sans cesse les rassurer. C'est vraiment un plaisir de pouvoir autant s'identifier à des héros et de vivre leur aventure avec eux. D'être eux. Sacha et Taylor me manquent déjà énormément et j'ai vraiment hâte de les retrouver. Cette expérience à leurs côtés a été fabuleuse et fantastique.

La force de THE SECRET FIRE réside également dans sa capacité à nous livrer ses secrets au compte-gouttes. Les choses évoluent à un rythme absolument parfait : ni trop rapidement, ni trop lentement, juste ce qu'il faut pour nous tenir en haleine à chaque fois. Impossible pour moi de ne pas lire une centaine de pages quand je reprenais ma lecture. Les rebondissements s'enchaînent, le mystère s'épaissit sans arrêt et, ainsi, nous sommes comme pris dans une sorte de frénésie incontrôlable. On en veut toujours plus : plus de révélations, plus de noirceur, plus de coups de poing, plus de coups de théâtre inattendus. Carina Rozenfeld et C.J. Daugherty tiennent leurs promesses à chaque fois et nous permettent de vivre un voyage époustouflant et captivant. J'ai adoré voir le fil conducteur de THE SECRE FIRE se dérouler sous mes yeux, en apprendre constamment plus sur les origines de cette histoire et voir l'intrigue prendre vie devant moi. Tout est vraiment bien dosé, parfaitement maîtrisé et extrêmement clair. C'est net, concis, saisissant et passionnant.

Du début à la fin, le roman suit cette idée. Dès lors, les pages se tournent d'elles-mêmes et très/trop rapidement, nous parvenons à la conclusion de l'histoire. Tout s'enchaînent logiquement, tout s'accélère et explose pour une livrer une fin parfaite et qui promet de magnifiques choses pour la suite. Si nous avons déjà quelques réponses à nos questions, les plus grosses interrogations restent en suspens, ce qui me rend encore plus enthousiaste et excité pour le tome 2 ! Après 400 pages d'émotion et de surprise, je dois bien avouer que je suis ressorti de ma lecture à la fois déboussolé et embrumé. J'aurais aimé que cette histoire ne se termine jamais et que l'aventure continue. Vivement l'année prochaine !

En résumé, THE SECRET FIRE est une excellente lecture. C.J. Daugherty et Carina Rozenfeld ont réussi avec brio leur pari d'écrire une série à quatre mains. Les protagonistes qu'elles ont créés sont sublimes, l'intrigue qui naît au fil des pages est à la fois énigmatique et ultra poignante et l'atmosphère qui émane du roman est tout aussi oppressante qu'elle est addictive. C'est un joli coup de cœur que nous offrent ici deux auteures incroyables et dont il me tarde énormément de connaître la suite !

par Jordan
Burning Dance, Tome 1 Burning Dance, Tome 1
C. S. Quill   
http://labibliodemaya.blogspot.fr/2017/06/burning-dance-de-cs-quill.html

J'écris ce commentaire à chaud, je viens de terminer ce roman et je suis encore sous le CHOC.

Je ne m'entendais pas à prendre une telle claque.

Je pensais au vu du résumé, lire une romance classique avec des personnages beaux gentils mais torturés, avec pour environnement sportif la danse.

C'est bien plus que ça, bien plus troublant...

On comprend d’emblée que les personnages principaux Sin et Jolan, ont un passé très douloureux. Le premier tome, est plus axé sur l'érotisme avec beaucoup de passage et dialogues assez crus. J'ai également beaucoup ri avec des échanges et dialogues très affutés. Ce tome installe les bases du roman, avec l'installation de Sin dans un collocation avec 4 garçons, tous différents : Jolan, Carlos, Brennan et Charly.

Sin est une jeune fille qui fuit le contact humain et se consacre uniquement à ses objectifs. Elle évite toutes relations et cherche à éviter qu'on la remarque. Pour cela elle va utiliser divers subterfuges, dont un assez farfelu qui donnera droit à des situations assez cocasses.

Jolan est un beau gosse, très queutard qui n'a aucun respect envers la gente féminine. On comprend aussi que cela est dû à l'environnement dans lequel il a malheureusement grandi. Il ne se sert des filles uniquement pour assouvir son besoin sexuel, et ne s'en cache pas.

Toute cette petite bande va apprendre à cohabiter et à s'apprivoiser. Mais voilà, certains ont un passé trop lourd et il est difficile de vouloir aider quelqu'un qui ne veut pas être aider.

Je ne veux pas trop rentrer dans les détails car vraiment je ne veux spoiler aucun renseignement, j'ai lu le bouquin après avoir lu uniquement le résumé, sans les avis.

Tout ce que je peux dire, c'est que cette histoire va me marquer très longtemps. Je ne me souviens pas de la dernière fois où je n'ai versé autant de larmes de plusieurs émotions mélangées en lisant un roman.

Le volume deux est tout simplement fantastique.

Cette auteur a un écriture bouleversante, elle arrive à faire passer des émotions à travers des mots, des figures de styles et des expressions qu'elle emploie toujours à bon escient.

Et quelle merveilleuse idée, elle a eu d'intégrer la narration à plusieurs personnages : celle des deux personnages principaux Sin et Jolan, et celles d'autres pour des flashbacks. Cela rajoute petit à petit des éléments pour nous faire monter l'adrénaline.

Vraiment ne passez pas à côté de ce bijou. L'humour, les émotions et le suspens vous tiendront jusqu'au bout sans que vous ne vous en rendiez pas compte.


Bonne lecture !!!




par jorie13
Marche ou crève Marche ou crève
Stephen King   
ça faisait déjà un moment que je l'avais dans le collimateur, et je m'y suis finalement mis, malgré que je doive bosser...
Au début j'avoue je me suis demandé comment SK allait pouvoir justifier cette marche en apparence stupide et à laquelle personne ne voudrait participer. C'est vrai quoi, après tout, qu'est-ce qui les oblige ?
Mais l'intérêt du bouquin n'est pas là.
Cette marche (terme employé à la place de "livre", car ici il ne s'agit que de ça : la marche) m'a apparu au fur et à mesure comme un récit relatif à la mort. La mort, ici, est omniprésente. Pas parce qu'il y a beaucoup de morts, ça c'est le côté visible, superficiel. Mais parce qu'à tout moment, à chaque page, la mort est là, dans l'esprit, dans les pensées, derrière celui qui marche, sur chaque pas. Et si on s'arrête, elle nous tombe dessus. Ainsi, on suit la marche de Garraty, qui lui aussi, comme les autres, participe. Pourquoi ? Il ne sait pas très bien. Mais on comprend, nous lecteurs, peu à peu comment fonctionne ce monde (dystopique), et la vision que peuvent avoir les gens de la Longue Marche. On ne peut pas, il ne faut pas la voir de notre point de vue, mais tenter de voir ce que ces gens, là, autour des marcheurs, le long de la route, les spectateurs ; ce que la foule en pense. "Comment peuvent-ils ?" nous demandons-nous alors. Mais pensez un moment : un monde où annuellement un évènement national est organisé sur lequel on mise, on parie ; un évènement qui rassemble tout le monde, et donc le vainqueur gagne le prix : ce qu'il veut. Il peut avoir ce qu'il veut. Un tel prix, que ne donnerions-nous pas pour l'avoir ? Et puis, marcher, tout le monde peut le faire, non ? Après tout, ce n'est que mettre un pied devant l'autre, ça ne fatigue pas trop. Et la mort ? La mort est quelque chose de si abstrait, presque une pure idée, quelque chose qui se passe, là-bas ; ça ne nous touche pas vraiment. Ajoutez à cet état d'esprit un système gouvernemental répressif qui condamne les mauvaise pensées vis à vis de la Longue Marche, et vous comprendrez pourquoi. Pourquoi chaque année on concourt, on sélectionne, on est adoré, on devient l'idole puis finalement un matin, on est cent à 9h sur le départ, frais et dispos ; increvables.

Cette marche m'est apparue aussi, plus tard, comme une analogie de la vie. Je ne sais pas si c'est ce que l'auteur à voulu montrer ou pas, mais la ressemblance est frappante. Ici, on ne peut pas décider de s'arrêter pour "faire une pause", et si on ralentit, on est largué, perdu, mort. Si on s'arrête, on est mort. Si on refuse, si on se défile, on est mort. Il faut marcher, toujours marcher, marcher sur les autres, marcher sur leurs tombes. Et malgré les amitiés, les sympathies, tout cela est vain, car à la fin on reste tous ennemis et concurrents.
Les marcheurs sont ainsi amenés à penser, encore et toujours, à penser à "pourquoi ?", pourquoi ils sont là ? Qu'est-ce qui les y a poussé ? Mais cette pensée arrive trop tard. Cette lucidité. Alors la mort, là derrière, prête à les happer, devient ce qu'il y a de plus réel et de concret. La mort, c'est l'arrêt. C'est les jambes qui ne nous portent plus. Et la mort n'est pas magnanime, pas compréhensive. Elle fait mourir. La mort n'est pas un jeu, "and so is" la Longue marche. Il n'y a pas un moment où, comme pensait inconsciemment Garraty, on va pouvoir dire : "ouf, pouce, j'suis crevé, je m'arrête un moment", ou "je rentre chez moi". Il n'y a que la route, et cette règle immuable ; un pied devant l'autre, puis un autre, un autre...
Lettre à mon ravisseur Lettre à mon ravisseur
Lucy Christopher   
C'est une pépite, comme on en voit rarement. Gemma, Ty, et un décor aussi beau que mortel. Là, pas d'histoire d'amour, mais une histoire de haine, un attachement dérangeant pour Ty, cet homme givré. Croyez-moi ou pas, quand Gem était sur le point de s'enfuire, je me disais "Non, non, non, il faut qu'elle reste !". C'est une lecture, une lettre, dont on ne sort pas indemne, les personnages encore moins. La folie d'un homme poursuivit par son enfance et celle de sa victime, prête à le défendre. Etonnant.

par Ornella
L'Infini + un L'Infini + un
Amy Harmon   
http://wandering-world.skyrock.com/3264715576-L-INFINI-UN.html

Autant aller directement droit au but : L’INFINI + UN est un énorme, énorme coup de cœur. Cette histoire m’a fait vivre de véritables montagnes russes émotionnelles. Moi qui ai habituellement beaucoup de mal avec les romances, je me surprends à être complètement et irrémédiablement tombé amoureux de celle-ci. Amy Harmon nous livre ici un récit spectaculaire et bouleversant. Je crois que L’INFINI + UN est responsable des cernes que j’ai affiché ces derniers jours à la fac tant il m’était impossible de lâcher le roman une fois que j’y replongeais avant d’aller dormir. J’ai adoré Bonnie et Finn, leur aventure, l’écriture de l’auteure et toutes ces histoires de théorèmes et de paradoxes mathématiques. L’INFINI + UN est définitivement une magnifique découverte et un livre hors-du-commun.

La force de cette histoire réside évidemment dans ses deux principaux héros : Bonnie et Finn. Je peux certifier qu’en l’espace d’une soirée et de quelques chapitres, j’étais déjà inexorablement attaché à eux et dépendants de leur personnalité. Ils sont tous les deux tellement humains, tellement écorchés et tellement passionnés qu’ils m’ont tout simplement touché en plein cœur. J’ai adoré découvrir, au fil de l’histoire, leurs souvenirs, leurs fissures, leurs expériences, leurs douleurs et leurs projets. Bonnie et Finn possèdent quelque chose de rare et d’hyper saisissant en eux. A mes yeux, ils n’étaient pas que de simples personnages de papier ou des mots imprimés à l’encre noire, loin de là. Pour moi, ils étaient physiquement présents à mes côtés. J’assistais visuellement à leur aventure. Vraiment. C’est quelque chose de très compliqué à définir et à retranscrire tant c’est une expérience sensorielle et purement émotionnelle. Séparément, Bonnie et Finn sont extrêmement renversants et fascinants. Ils sont à la fois très différents et inséparables. Nous sommes liés à l’un et à l’autre mais pour des raisons variées. L’auteure possède vraiment un don pour conférer à ses personnages des traits de caractère réalistes et auxquels on croit sans hésiter une seconde. Néanmoins, s’ils sont déjà irrésistibles lorsqu’ils progressent séparément, ensemble ils deviennent tout simplement dévastateurs.

En effet, le rapprochement Bonnie/Finn sur le plan sentimental prend un peu de temps (chose que j’ai trouvé parfaite, tout ne se fait pas d’une seconde à l’autre et n’est pas mielleux ou niais). Une fois que le duo a pris ses marques, L’INFINI + UN gagne en intensité. J’ai complètement craqué pour la manière dont Finn et Bonnie se raccrochent l’un à l’autre pour garder la tête hors de l’eau. La connexion qui s’établit et s’épanouit entre eux prend littéralement vie sous nos yeux. De plus, l’aspect road-trip du roman m’a totalement pris au dépourvu et m’en a fait voir de toutes les couleurs. J’ai adoré parcourir les différents états de l’Amérique à leurs côtés. Bonnie et Finn se livrent à nous petit à petit, on découvre vraiment les différentes facettes de leur personnalité graduellement et j’ai trouvé que cela apportait une vraie consistance au récit. L’INFINI + UN est avant tout l’histoire de deux êtres perdus et brisés qui veulent se reconstruire et, fatalement, j’ai été époustouflé et pris aux tripes par cette idée de la première à la dernière page.

Le petit plus de ce roman se cache dans toutes les réflexions qu’il recèle et dans son caractère hyper addictif. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi mais ce récit m’a véritablement envoûté. L’écriture d’Amy Harmon est vraiment parfaite, sans aucun défaut, juste, précise et saisissante. Par ailleurs, l’auteure a décidé – à juste titre étant donné la personnalité de Finn – d’intégrer, dans cette histoire, de nombreuses explications au sujet de certains théorèmes et paradoxes mathématiques. J’ai tellement, tellement aimé ça. Croyez-le ou non mais je me suis retrouvé à regarder des vidéos sur Youtube à propos de certains de ces paradoxes tant j’ai adoré les concepts exposés par l’auteure. On sent bien qu’il y a tout un travail de réflexion et de préparation derrière ce roman. Tout est parfaitement bien orchestré et minutieusement prévu. Les surprises s’enchaînent avec un rythme sans fausse note et, jusqu’à la fin, tout est mis en place pour nous couper le souffle. Les dernières pages, à l’instar du livre entier, m’ont complètement satisfait. L’INFINI + UN ne possède donc, à mes yeux, aucun point noir.

En conclusion, L’INFINI + UN est une lecture époustouflante et un coup de cœur que je n’avais absolument pas vu venir. Faire la rencontre de Bonnie et Finn a été un véritable honneur et je dois bien reconnaître que ce duo embrasé et embrasant me manque déjà énormément. Amy Harmon est parvenue à les rendre terriblement humains, touchants et lumineux, ce qui fait d’eux des protagonistes rares et prodigieux. Du début à la fin, ce road-trip m’a complètement renversé et m’a fait oublier comment respirer. Un récit enfiévré et foudroyant sur lequel je vous conseille de vous jeter sans plus attendre !

par Jordan
Ça peut pas rater ! Ça peut pas rater !
Gilles Legardinier   
On dit que les hommes viennent de Mars et les femmes de Venus mais d’après moi, Gilles Legardinier doit s’être égaré en chemin et venir de Venus. Sinon, comment expliquer qu’un homme comprenne si bien les femmes et décrive si bien leurs émotions.
Dans “Ca peut pas rater”, l’auteur nous fait partager la vie de Marie après sa rupture avec Hugues. Si l’héroïne nous apparait d’abord dévastée, elle est pleine de ressources. Entourée par ses ami'(e)s, sa famille, elle rebondit en multipliant les bons et mauvais plans.
Je dis partager la vie parce qu’à travers la plume de Gilles Legardinier, on a vraiment l’impression de participer à la vie de Marie.
Lire ce roman s’est aussi être envahi par les émotions, passer du rire aux larmes en quelques pages.
D’ailleurs, à ce sujet, je tiens à préciser à tous les usagers de la ligne de bus 27 que non je ne suis pas folle, non il ne faut pas m’enfermer avec Marie et Emilie, j’ai juste eu un fou rire mémorable à la lecture des aventures du lapin et de la fée.
Si vous souhaitez passer un super moment, si vous cherchez un vrai remède contre la déprime automnale, n’hésitez pas et foncer chez votre libraire et comme moi, vous globicherez “ça ne peut pas rater”
Prémonitions : Intégrale Prémonitions : Intégrale
L.J. Smith   
On ne voit pas passer les 600 pages, car on s'attache très rapidement aux personnages et c'est avec un réel plaisir que j'ai suivi leur histoire. J'ai beaucoup aimé le personnage de gabriel et son côté sombre, complexe et attachant malgré tout. De même pour l'héroïne qui est entière et vrai. Pareil pour les personnages secondaires même si parfois j'aurais aimé avoir plus de détails quand a leur dons respectifs.
Encore une fois le style L.J. SMITH a fait mouche, même si pour une fois on sort du schéma vampire (ce qui 'est pas plus mal) je ne regrette pas ma lecture et c'est encore une très belle découverte.

par noeline