Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LunarEclipse : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Long John Silver, Tome 4 : Guyanacapac Long John Silver, Tome 4 : Guyanacapac
Mathieu Lauffray    Xavier Dorison   
Une fin que j'ai longtemps attendu et qui m'a émerveillé. Digne de la légende de Long John Silver et de l'île au trésor.
Les Lames du Cardinal, L'Intégrale Les Lames du Cardinal, L'Intégrale
Pierre Pevel   
“Tu vas rire, mais je me vois bien écrire une histoire de cape et d’épée avec des dragons et la cardinal de Richelieu”. Pierre Pevel à Stéphane Marsan, son éditeur.

J'avoue que la cohabitation entre l'univers d'Alexandre Dumas et des Dragons, m'avait initialement dérangé. Pourtant, une fois le livre terminé je ne peux que tirer mon chapeau à Pierre Pevel.

Sa trilogie est merveilleusement agencée. En effet,d'un premier tome se rapprochant d'un roman de cape et d'épée très légèrement saupoudré de fantastique, on bascule avec le second dans un roman d'héroic fantasy. Pour, au final, conclure avec un troisième tome flirtant avec la dark fantasy.

Mais, au delà du mélange des genres, la grande force de cet ouvrage est d'avoir su conserver l'héritage de Dumas. A titre d’exemple, le rôle de Richelieu est beaucoup plus ambigu que dans l'oeuvre de Dumas ; les mousquetaires de Dumas, quant à eux, ont un rôle très secondaire voir inexistant.

De plus, l'auteur prend un malin plaisir à nous faire traverser un Paris tel qu'il existait à l'époque de Richelieu, avec un soucis du détail et une écriture visuelle au point qu'on imagine sans mal ce à quoi devait ressembler la capitale à l'époque.

Quant aux héros, les Lames, d'un point de vue totalement subjectif, je trouve le groupe très disparate. Si Saint Lucq, Marciac et, dans une moindre mesure Laincourt, sont des personnages haut en couleur qui s'attirent très rapidement notre sympathie, il n'en va pas de même pour le reste de la troupe, le capitaine La Fargue en tête!

Pour autant, "Les lames du cardinal" font parties de ces livres rares, où une fois le livre terminé, vous avez la désagréable impression d'avoir perdu des amis.
En un mot, une trilogie tout simplement magnifique !

Un conseil pour les amoureux du merveilleux ou pour les néophytes de la fantaisie, lisez le !

https://voyagecodex.wordpress.com/

par ilks
Ekhö, Monde Miroir, tome 1 : New York Ekhö, Monde Miroir, tome 1 : New York
Alessandro Barbucci    Christophe Arleston   
J'ai acheté ce premier tome un peu sur un coup de tête. Une envie irrésistible de lire une bande dessinée, de découvrir d'autre horizon et surtout de me plonger dans une lecture rapide et sans prise de tête. Lisant que très peu de BD et surtout n'en ayant pas lu depuis une éternité, il s'agissait donc pour moi d'une grande découverte autant au niveau de l'auteur que de l'illustrateur.

L'univers est riche et étonnement fascinant par ses créatures ou encore son environnement. Nous sommes plongés dès les premières pages dans un monde parallèle au notre avec des allures steampunk, ce qui a su me ravir au plus haut point. L'intrigue monte progressivement au fil des pages et nous rend complètement addictif à l'histoire. Je n'ai pas vu les pages défiler sous mes yeux et lorsque la dernière à été tournée, je me suis maudite de ne pas avoir acheté le deuxième tome le même jour. La fin nous laisse sans voix et nous amène à nous poser une tonne de question.
Les personnages sont attachants et remplis d'humour. Ils ont tous un caractère bien différent et pour le moins électrique, ce qui donne des scènes, un peu, épiques et hilarantes.

Par contre, ce qui me chagrine le plus, surtout pour une bande-dessinée qui pourrait s'adresser à la jeunesse, ce sont les héroïnes plantureuses qui en viennent forcément à se dénuder ou les quelques allusions déplacées que l'on peut retrouver déjà dans ce premier tome.

Ekhö est pour moi une agréable découverte et m'a permis de me redonner goût à la lecture de BD. Je suis impatiente de découvrir la suite et conseille fortement ce premier tome à tous les amateurs de fantastique et de steampunk.

Lien du blog : http://aliybooks.weebly.com/bd---mangas/ekho-monde-miroir-tome-1-new-york

par Philla
Ekhö, Monde Miroir, tome 2 : Paris Empire Ekhö, Monde Miroir, tome 2 : Paris Empire
Alessandro Barbucci    Christophe Arleston   
Après New York, voilà enfin à quoi ressemble le Paris de cette Terre parallèle où Yuri et Fournille ont atterris. Il y a toujours les Preshauns, petites bestioles au tensiomètre susceptible, et oui, à tout moment ils peuvent se transformer en monstres effrayants mais quand sonne l'heure du thé, le problème est résolu. On se demande qu'elle prochaine ville sera ainsi revisitée : Tokyo ? Londres ? Rome ? …

Quand à la suite de l'histoire, il n'y a pas eu de nouveau éléments expliquant un peu plus la situation, c'est un peu dommage. On continue avec le jeu de séduction entre Fournille et Yuri pour la touche glamour, il y a aussi Yumma et le streap-tease ;) Tout est bon pour nous mettre de jolies courbes sous le nez, il nous faudrait plus de mâles d'ailleurs (pour l'équilibre de cette planète, je ne voudrai pas qu'il y ait encore un problème avec le flux Thaumique). Rien d'extraordinaire en soit dans ce tome 2, une histoire somme toute sympathique (où les fantômes ont encore fait des siennes) mais les dessins et les couleurs font passer un super moment.

par LLyza
Ekhö, Monde Miroir, tome 3 : Hollywood Boulevard Ekhö, Monde Miroir, tome 3 : Hollywood Boulevard
Alessandro Barbucci    Christophe Arleston   
Les dessins sont toujours magnifiques.

Alors peut-être moins inventifs que dans les deux premiers tomes où toute technologie se trouvait remplacée astucieusement par une machinerie, un dragon ou une personne.

Là, tout est designé pour correspondre au monde d’Ekhö mais on a les caméras et à peu près tout ce qui fonctionne dans le monde du cinéma.

Non, ce sont les personnages, toujours très vivants grâce au trait dynamique, les couleurs ocres, les caricatures ou presque qui fonctionne le mieux, les cases vastes aux cents détails alors que la paresse aurait pu pousser à faire un gros plan des personnages.

Les dessins, donc, sont magnifiques et c’est heureux car l’histoire n’a rien de palpitant…

Alors bien sûr, il y a tous ces clins d’œil à Marilyne, à sa vie, à Liz Tailor qui sont amusants. Et puis les situations cocasses car le don de Fourmille permet de mettre en relation des personnages qui ne devraient pas l’être.

Mais c’est à peu près tout ; l’enquête est assez creuse et tarabiscotée quand on a la réponse… Et on finit par décrocher de cette enquête tant ce n’est pas le plus intéressant (comme j’ai laissé tomber l’idée de trouver une logique crédible à la venue du Preshaun Sigisberg : le prétexte est bidon et permet juste sa présence).
Ekhö, Monde Miroir, tome 4 : Barcelona Ekhö, Monde Miroir, tome 4 : Barcelona
Alessandro Barbucci    Christophe Arleston   
Un tome dans la lignée des précédents. L'histoire principale avance lentement (quoique la fin nous laisse penser que le prochain tome sera centré dessus), mais les histoires secondaires restent plaisantes et agréables à lire.

Cette fois Fourmille est possédée par un chat (sacrée idée vous verrez...) ce qui donne lieu à de drôles de situations, car elle doit aider Grace accusée de vol à Barcelone. Au lieu de rester une agence de stars, Fourmille et Yuri devraient se reconvertir en détectives privés ils seraient bien plus efficaces !

Sigisbert est toujours craquant et prend une part active dans l'enquête. Celle-ci est une fois de plus originale et l'on retrouve encore de ci de là des références intelligentes.

Une bd toujours aussi appréciable donc !
Ekhö, monde miroir, tome 5 : Le Secret des Preshauns Ekhö, monde miroir, tome 5 : Le Secret des Preshauns
Alessandro Barbucci    Christophe Arleston   
Ah ! Ben voilà un excellent tome !

Bon, l’histoire entre Fourmille et Yuki n’avance pas beaucoup et manque d’intérêt mais le reste est original et intéressant.

Original, d’abord, parce qu’il y a plein de petits changements : le duo a des alliés, on a droit à des combats qui nous change de la routine, le mort sait qu’il est mort…

Mais intéressant également car on apprend la raison de la présence de Fourmille et Yuki sur ce monde, la raison de sa ressemblance avec le nôtre, pourquoi s’y trouve des Preshauns (même si on ne sait pas trop pourquoi ils sont ainsi dirigeant du monde…).

En tout cas, tout s’explique de belle façon et j’ai trouvé des réponses justifiées à un paquet de question que je me posais. Au point que je me dis que ce tome aurait pu être très bien un peu plus tôt mais que logiquement, ça n’était pas possible, il fallait que les choses avancent un peu…

Les dessins sont toujours magnifiques et Barbucci n’hésite jamais devant rien pour peupler ses cases de détails fascinants.
Ekhö, Monde Miroir, tome 6 : Deep South Ekhö, Monde Miroir, tome 6 : Deep South
Stéphane Lebreton    Alessandro Barbucci    Christophe Arleston   
Je suis une très grande fan du fantôme du jour. Mais Fourmille est encore mieux, quand elle est fachée, et elle l'est. À côté, caricature de l'Amérique profonde, mais qui fait du bien, et qui sonne vraie. (Qu'elle soit réaliste ou pas. Elle est cohérente.) Yuri à fond dans son élément, libre d'être aussi déjanté qu'il le veut, et Sigisbert qui s'en donne à cœur joie, à ne pas rater.

par Melenda
Soie Soie
Alessandro Baricco   
Une véritable merveille, c'est un classique. C'est la première fois que je lis cette auteur je ne le regrette pas du tous. Alessandro Barico ne s'attarde pas du les détails il vient directement aux faits. Ceux qui donne une lecture facile et très fluide. On pourrait presque regretter qu'il ne fasse seulement une centaine de pages ...
Chat bleu... chat noir Chat bleu... chat noir
Michel Peyramaure   
Les personnages de L'Orange de Noël avaient été portés à l'écran en 2005 dans Le Bal des célibataires, dont Michel Peyramaure a tiré le roman du même nom. On retrouve aujourd'hui nos héros dans la suite du livre et de la série Chat bleu, chat noir. Michel Peyramaure s'est inspiré du scénario pour écrire ce roman qui suit le périple de Sylvaine – à l'écran : Christiana Reali. Un film de deux fois quatre-vingt-dix minutes qui sera programmé sur France 2 à la fin de l'année 2006. Sylvaine, jeune Corrézienne, découvre le Paris de 1925. En compagnie de sa fille de cinq ans, elle survit difficilement en dansant chaque nuit dans un cabinet minable de Montparnasse. Malgré la misère, ce monde d'artistes géniaux et de cinglés magnifiques l'enchante. Elle se jure qu'elle aura un jour son propre cabaret. Ce sera Le Chat Bleu. Tout Paris y viendra danser. On y croisera Foujita, Man Ray, Kiki de Montparnasse et tant d'autres. Le seul véritable amour de Sylvaine, c'est sa fille, Monika, mais... Pourquoi a-t-il fallu qu'en vacances à Berlin, Monika tombe amoureuse d'un jeune étudiant allemand ? Pourquoi a-t-il fallu que ce même étudiant soit l'un des premiers officiers de la Wehrmacht a être rentré dans Paris ? Militante de l'amour, résistante dans l'âme, Sylvaine va devoir choisir... À travers les triomphes et les échecs de son entreprise, puis les tourments d'une vie sentimentale agitée, le portrait d'une femme courageuse.

par catswoo