Livres
464 097
Membres
424 257

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaire de Aryia

Lune indienne


Commentaire ajouté par Aryia 2018-02-12T17:14:32+01:00

La culture amérindienne m’a toujours passionnée, et ce depuis que je suis toute petite, sans que je ne sache vraiment ce qui a fait grandir en moi cet intérêt dévorant pour ce peuple fier mais discret, qui tache de préserver son mode de vie sans se replier totalement sur lui-même. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers les romans d’Antje Babendererde, qui a fait de ce peuple son thème de prédilection. J’ai ainsi emprunté une bonne vingtaine de fois Lune indienne et Le chant des orques au CDI de mon collège avant que mes parents ne se décident à me les acheter. Mon rêve serait d’avoir une étagère entière consacrée aux romans consacrés aux indiens d’Amérique, alors si vous avez des titres à me proposer, n’hésitez pas à le faire en commentaires !

En dépit de l’absence chronique de son père, toujours par monts et par vaux depuis le divorce, en dépit de la taille ridicule de l’appartement dans lequel il vit avec sa mère, et en dépit de son corps maigrichon, Olivier est heureux : il file le parfait amour avec Nina, avec qui il a construits de beaux projets pour l’avenir. Mais voilà que sa mère vient réduire en miettes ce programme idyllique en lui annonçant l’inimaginable : non seulement elle a décidée de refaire sa vie, mais c’est avec un indien Lakota qu’elle va se marier. Arraché à son pays, Olivier embarque pour les Amériques, persuadé qu’il ne survivra pas à cet exil au cœur d’une réserve indienne : vivre dans un tipi, au milieu d’alcooliques permanents, sans la moindre technologie, très peu pour lui ! D’autant plus qu’il appréhende la séparation avec sa belle Nina … C’est donc pleins de préjugés, de rancœur et d’amertume que l’adolescent débarque chez son beau-père, Rodney. Mais Olivier va se retrouver confronté à des difficultés qu’il ne soupçonnait pas, en particulier la haine viscérale de Ryan, le fils de Rodney, qui ne semble pas apprécier le fait d’avoir un blanc comme demi-frère …

Lune Indienne, c’est avant tout une belle histoire de tolérance et de respect, une histoire puissante qui aborde avec beaucoup de finesse des thèmes aussi variés que le racisme, le dépaysement, les préjugés et la jalousie. D’un côté, nous avons Olivier, aveuglé par sa colère et sa tristesse d’avoir été séparé de son pays et de ses amis, qui se barricade derrière une ribambelle de clichés et de préjugés pour justifier son rejet viscéral de ce nouveau monde qu’on lui impose. Malgré les efforts et la patience de Rodney, qui fait tout pour le mettre à l’aise, malgré la bienveillance et la sagesse de Grand-père Joe, qui tente d’ouvrir son cœur à la beauté de ce pays, Olivier s’obstine à s’apitoyer sur son sort en s’attardant sur les côtés négatifs de ce qu’il vit comme un exil. De l’autre, nous avons les jeunes indiens, et particulièrement Ryan, aveuglés par la haine héréditaire des indiens envers les blancs qui leur ont pris leurs terres, dénigrent leurs croyances et les prennent de haut, qui vont rejeter toute cette animosité sur Olivier. D’un côté comme de l’autre, la méfiance et les aprioris empoissonnent les esprits et aveuglent les cœurs.

Cependant, les choses vont progressivement évoluer, puis changer radicalement. Aidé par Tammy, sa cousine à la joie débordante, Olivier va petit à petit sortir de son cocon d’auto-apitoiement pour ouvrir les yeux sur ce qui l’entoure : les choses ne sont pas si terribles qu’il ne le pensait. A l’exception de Ryan, toute sa nouvelle famille l’accueille les bras et le cœur grands ouverts, bien décidés à l’initier progressivement à la beauté de cette terre et à leur mode de vie, tout en respectant sa nostalgie et ses réticences face à leurs croyances. Il va progressivement prendre conscience de l’injustice à laquelle doit faire face ce peuple qui se bat pour protéger son identité profonde en dépit des attaques répétées du gouvernement sur leur territoire et leurs droits. Et, sans même s’en rendre vraiment compte, il va finalement se libérer de ses idées préconçues pour se laisser envahir par la joie et la sérénité qui font la force de cette tribu si fière et si solidaire. Dans le même temps, Ryan va lui aussi être amené à se débarrasser de ses préjugés, en prenant conscience qu’Olivier n’est pas le blanc prétentieux et hautain qu’il imaginait, mais un adolescent comme lui en dépit de leurs différences culturelles.

C’est bien ce qui est merveilleux avec ce roman : il n’y a pas que le personnage principal qui évolue au fil des rencontres et des événements, les personnages secondaires changent également d’opinion à son contact. L’auteur a voulu mettre en avant cette indispensable réciprocité que nécessite le respect : pour que ce dernier puisse germer, grandir et porter du fruit, il faut que les deux camps soient disposés à le donner et le recevoir. Plus généralement, ce livre met en évidence l’importance de la solidarité mutuelle, d’être à la fois l’épaule sur laquelle l’autre peut s’appuyer et celui qui s’appuie sur l’épaule de l’autre : c’est dans les épreuves partagées et dans le soutien qu’on peut apporter à l’autre qu’on peut soi-même trouver la force de se relever. Seul, Olivier n’aurait sans doute pas réussi à dépasser le stade « c’est nul ici, j’veux rentrer chez moi », et seul, Ryan ne serait surement pas parvenu à aller plus loin que l’étape « c’est un sale blanc qui veut s’approprier l’amour de mon père ». A partir du moment où Olivier a sauvé la vie de Ryan et où Ryan a empêché Olivier de se faire tabasser, tout s’est soudainement améliorer entre eux, même si les incompréhensions restent fortes.

Outre cette thématique magnifiquement bien développée, Lune indienne possède une ribambelle de points très positifs qui font de ce récit destiné à la jeunesse un véritable coup de cœur. Tout d’abord, ses personnages. Ceux qui me connaissent le savent : j’accorde une grande importance à la profondeur et à la complexité des protagonistes. J’aime quand ces derniers sont suffisamment travaillés pour être réalistes, quand ils ne sombrent pas dans les clichés et les caricatures. Et avec ce roman, je suis comblée ! Que ça soit Olivier ou Ryan, Tammy ou Grand-Père Joe, Rodney ou Susan, ils ont tous une personnalité riche et unique, leurs réactions sont cohérentes et les relations qu’ils entretiennent sont très intéressantes à suivre. Je suis tombée sous le charme de tous ces personnages, qui ont tous quelque chose à apporter au lecteur. Je pense tout particulière à Boo, dont l’histoire, inspirée d’un fait réel, m’a vraiment bouleversée. A travers ce personnage si innocent et si attachant, l’auteur cherche à sensibiliser ses jeunes lecteurs à une terrible réalité qui n’est que trop peu mise en avant dans la littérature jeunesse.

On le sait, il ne suffit pas d’avoir une morale pertinente et des personnages attachants pour entrainer un coup de cœur. Et heureusement pour elle, l’auteur ne s’est pas arrêté là. Car ce récit a un petit quelque chose en plus, ce genre de petit quelque chose qui fait toute la différence et qui élève ce roman dans la catégorie des inoubliables : l’émotion qu’il véhicule page après page. Ainsi, l’intrigue en elle-même est porteuse d’une multitude d’émotions, du désarroi de l’arrivée à la plénitude du final en passant par l’enthousiasme, l’angoisse, le ravissement, la douleur et l’espoir. Il me semble tout simplement impossible de ne pas entrer en empathie avec Olivier, ébranlé par tous les bouleversements qui rythment sa nouvelle vie et qui vont le faire grandir si soudainement. Et ces émotions, elles sont aussi diffusées par la narration, en apparence si simple et si fluide mais finalement si particulière. Je ne saurai vous dire ce qui la rend si unique, mais cette plume est vraiment exceptionnelle et retranscris avec beaucoup de finesse les émotions, les sensations et les sentiments qui rythment les pensées et le cœur d’Olivier. Et c’est beau, tout simplement. Alors vous imaginez bien qu’entre l’histoire émouvante et l’écriture troublante, je n’ai pas pu empêcher quelques larmes de couler de temps à autres !

Lune indienne, c’est donc un beau récit initiatique qui, en plus de nous apporter un témoignage troublant de réalisme sur les croyances, les coutumes et les épreuves qui jalonnent la vie des Lakotas, nous offre également une très belle leçon d’humanité. Porté par des personnages d’une profondeur inouïe et par une narration particulièrement saisissante, ce roman est tout simplement inoubliable. Je le conseille aux jeunes lecteurs comme aux moins jeunes, à ceux qui sont passionnés par la culture amérindienne comme à ceux qui apprécient les histoires au message puissant, ainsi qu’à ceux qui désirent tout simplement passer un bon moment de lecture. Lune indienne a beau être un roman assez court, il n’en est pas moins unique et exceptionnel ! A dévorer sans hésitation et sans modération.

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2016/10/lune-indienne-antje-babendererde.html

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode