Livres
466 516
Membres
430 528

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Caroline 2013-12-30T10:34:08+01:00

"Joe a allumé une touffe de sauge et nous a éventés avec la fumée, Ryan et moi, pendant qu’il marmonnait une prière disant que nous étions tous parents : les animaux, les hommes, les arbres et les pierres.

Ryan a saisi la fumée blanche dans ses mains ouvertes, qu’il a fait glisser sur son corps. Il prenait visiblement ce tintouin très au sérieux. Pour finir, Rodney s’est emparé de la sauge roussie et a purifié son père avec la fumée. Puis il a tendu la main vers moi et a dit :

- Tes lunettes, Oliver. Je vais te les garder.

A ce moment-là, j’aurais encore pu partir. Il m’aurait suffi de dire : « Hé, vous, là, je ne marche pas ! Je ne suis pas un maudit Peau-Rouge qui doit se purifier de quoi que ce soit. Mon cœur est pur. » Au lieu de cela, j’ai donné docilement mes lunettes à Rodney et me suis courbé pour me faufiler dans la cahute".

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-02-06T22:25:27+01:00

Abasourdi, j’ai marché dans les rues. Les paroles de ma mère me martelaient la tête. « Tu ne sais pas encore ce qu’est l’amour. » Bien sûr que si, je le savais ! J’aimais Nina, avec tout ce que ça impliquait. Depuis que je sortais avec elle, aucune autre fille ne m’intéressait plus. Je pensais sans arrêt à elle, et je me sentais tout chaud à l’intérieur. Quand elle parlait, je l’écoutais avec passion, quoi qu’elle raconte, même s’il s’agissait de fringues. Son style me plaisait ; elle était toujours parfaite. J’aimais la regarder, et j’aimais plus encore rire avec elle. Naturellement, j’avais aussi envie de coucher avec elle. Nous avions déjà fait quelques essais dans ce sens, mais le courage nous avait manqué pour sauter le pas. Ce n’est pas facile, quand à tout moment quelqu’un peut secouer la poignée de la porte et s’étonner que la chambre d’enfant soit fermée à clé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-02-06T22:24:14+01:00

— Mon Dieu, Oliver ! s’est écriée ma mère, soulagée, quand le policier m’a ramené à la maison vers quatre heures du matin.

Je n’ai même pas été fichu de m’enfuir. Lorsque la police m’a attrapé à la lisière de la ville, je n’ai pas essayé de lutter. Je n’en pouvais plus.

Dans la voiture, au bout d’un moment, j’ai fini par avouer à l’agent où j’habitais. J’étais mort de fatigue, je ne pensais qu’à rejoindre mon lit. C’était un type bien. Il m’a confié qu’il avait un fils de mon âge, qui lui aussi avait fait des fugues. Il a ajouté qu’après ils avaient beaucoup parlé.

C’était sans doute un bon père. Je l’ai laissé me ramener à la maison pour qu’il puisse terminer son service de nuit la conscience tranquille.

Après mon retour, ma mère ne cessait de m’enlacer. On voyait qu’elle avait pleuré et, soudain, elle m’a fait pitié.

— Je suis là, maman, l’ai-je rassurée. Je ne m’enfuirai plus cette nuit.

Elle s’est mise à sangloter, et j’ai embrassé ses joues mouillées.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-02-06T22:24:04+01:00

Je ne pouvais pas rejoindre mon père, pour la bonne raison que je ne savais même pas en quel endroit de la Terre il se trouvait. Sa dernière carte postale venait du Brésil ; seulement elle remontait déjà à trois mois. Il y a des moments, dans la vie, où un père peut être très utile ; le mien n’avait jamais été présent dans ces moments-là. Non, mon père n’était pas en mesure de m’aider.

Il nous avait quittés quand j’avais neuf ans. Déjà avant, lorsqu’il vivait encore avec nous, j’avais compris que ce n’était pas la peine de compter sur lui. S’il devait venir me chercher à l’école maternelle, j’étais souvent le dernier à l’attendre, et parfois il m’oubliait complètement. C’était vraiment atroce. Malheureux, j’appelais ma mère en pleurant. En revanche, quand nous étions seuls à la maison, tout allait bien. J’avais le droit de regarder la télévision jusqu’à ce que je m’endorme devant, nous mangions des pizzas et des glaces, et il me racontait les voyages qu’il avait faits, étudiant, sac au dos. C’était passionnant, et alors je rêvais de devenir comme lui. Nous étions une famille complètement normale avant qu’il s’en aille et laisse derrière lui un petit garçon de neuf ans qui ne comprenait rien.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-02-06T22:23:45+01:00

Je courais à travers la nuit. Il pleuvait, les rues de la ville étaient presque désertes. Personne ne faisait attention à moi, et c’était tant mieux. Je sanglotais de colère et de désespoir. Je voulais courir, seulement courir, aussi loin que possible de la maison.

Pourtant l’endroit où j’habitais ne me posait pas de problème. Au contraire, il me semblait tout à coup qu’il n’y avait pas plus beau que le petit trois-pièces que nous louions avec ma mère au troisième étage d’une vieille maison. Même notre ville me paraissait soudain pleine d’attraits, alors qu’elle n’avait rien d’extraordinaire.

Je m’enfuyais en courant, parce que je voulais rester.

Cela peut paraître fou ; or, c’est exactement ce qui m’arrivait. Je courais jusqu’à être trempé par la pluie, les poumons brûlés par l’air vif. Mais ma colère ne retombait pas, et ma douleur non plus. L’une et l’autre me lançaient, me coupant le souffle. Je ne pouvais tout simplement pas comprendre ce que ma mère voulait me faire : épouser un Indien et partir s’installer en Amérique.

Je me suis mis à rire, haut et fort, dans la nuit, comme un cinglé, ce que j’avais bel et bien l’impression de devenir. Ce n’était pas drôle, et je n’étais pas non plus dans un mauvais film : ma mère était fermement décidée à épouser ce Rodney Bad Hand, et à aller vivre avec lui dans sa réserve du Dakota du Sud. Dans une réserve indienne !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-12-30T10:33:52+01:00

"Qu'est ce qu'il y a dans ce trou, à part de l'herbe sèche, des autos cassées et quelques malheureuses huttes, avec des Indiens ivres dedans ? Rien !"

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode