Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lvallot : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
The vanishing girl, Tome 3 :  The Disappearing Act The vanishing girl, Tome 3 : The Disappearing Act
Laura Thalassa   
Ce live me fait tellement envie! La relation Ember/Caden est bien! Rapprochée, éloignée mais ferme. On ne sait jamais comment va réagir l'autre face aux avances de l'un. L'intrigue de l'ennemi ou ami est impressionnante! Qui a trahi le couple de téléporteurs? Le gouvernement les utilisent-ils pour une bonne cause? Tout est à remettre en eju. Peut-etre même
Gardiens des cités perdues, Tome 8 : Héritages Gardiens des cités perdues, Tome 8 : Héritages
Shannon Messenger   
je vais devenir folle. j'en peut plus j'ai trop hâte, ça fait des mois que je l'attend

par FRENOR
Red Queen, tome 4 : War Storm Red Queen, tome 4 : War Storm
Victoria Aveyard   
Si des gens ont des infos concernant la trad du dernier tome n’hésitez surtout pas hein ! ^^
Merci

par Luc18
Everless Everless
Sara Holland   
«I know better than to be afraid of stories.»

Ce moment où je viens de passer les dernières heures plongée dans la préparation de mon examen de droit pour le bac (parce que j'aime préparer les choses en avances) et que je ne sais plus parler que de liberté sexuelle... Du coup, vous voulez un cours ? Non, très sérieusement. Mon cerveau va exploser. En plus, je suis malade (oui je passe ma vie à être malade, c'est dingue -la fille que vous pouvez entendre éternué à l'autre bout de la Terre, c'est moi-) donc c'est franchement pas cool. (Je raconte ma vie aussi, au cas où vous ne l'auriez pas du tout remarqué.)

BREF.

Première chose, mes amis, parlons de la couverture. De manière très simple, je la trouve vraiment très belle. J'adore les couleurs et j'admets que ce truc de sablier me plait bien. Ah, que voulez-vous, il en faut peu pour être heureux.... Wait. ♫♪ Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire... ♪♫ Non ? Enfin, tout ça pour dire que j'aime cette couverture, voilà.

J'avoue que je n'ai rien à dire sur la plume de Sara Holland. Rien. Du. Tout. Nada. Nothing. At. All. Bref, vous avez compris. Le néant total. *hausse les épaules*

In Time meets Red Queen. (Et pour les incultes, In Time est un film.)

Soyons honnêtes. Entre les personnes qui ont moyennement aimé voir pas du tout apprécié ce roman et celles qui l'ont adoré, je n'avais pas envie de me faire mon propre avis. Je voulais juste rester sous ma couette à entendre une illumination qui me donnerait l'envie de donner sa chance à Everless. Bon, j'admets que l'illumination n'a pas perdue de temps. J'ai lu Everless assez rapidement, et je n'ai sérieusement pas vu les pages défilées. Ce qui, je suppose, est une bonne chose. Ce n'est pas tant que l'histoire soit addictive mais plutôt le simple fait qu'elle est suffisamment entraînante pour ne pas vous lâcher. Oui, il y a une nuance, merci.

Cela dit, il est temps que vous ayez mon verdict, non ? Je suis entrée dans l'histoire aussi facilement qu'on rentre dans un jeans à notre taille (pourquoi il faut toujours que je dise des trucs pareils ?) et très honnêtement, j'ai beaucoup aimé l'histoire en elle-même. Elle a du potentiel, et même s'il est vrai que ça aurait pu être encore mieux, je suis presque certaine que le second tome saura nous donner ce petit mieux. Everless a tout pour plaire, une bonne intrigue, de bons personnages, une pointe de romance, et un univers intéressant, sans oublier les retournements de situations.

Mais de quoi ça parle ? Dans le Sempera actuel, Jules et son père ne roulent pas sur l'or. Ils vivent dans un petit coin appelé Crofton et ils doivent se battre pour ne pas finir à la rue et mourir de faim (enfin ça reste à voir, je ne suis pas sûre). Cependant, lorsque Jules était enfant, ils vivaient à Everless qui est le domaine de l'une des familles les plus puissantes de Sempera ; les Gerlings. Suite à un accident avec les frères Gerlings, Jules et son père ont dû fuir et se cacher. Depuis Jules nourrit une haine profonde pour ces foutus Gerlings et un des frères en particulier. Mais à présent que son père a du mal à les faire vivre, Jules décide de retourner à Everless en tant que servante malgré le fait que son père lui a dit et redit qu'elle ne devait jamais y retourner. Everless est un endroit dangereux et avec la Reine en visite à l'occasion du mariage d'un des frères Gerlings avec sa fille adoptive, Jules va être forcée de découvrir qui elle est vraiment au risque de perdre ceux qu'elle aime le plus...

Je ne l'ai pas encore dit mais si vous connaissez le film In Time vous vous doutez peut-être que la vie à Sempera c'est de l'argent et que l'argent c'est du temps. Alors laissez-moi vous raconter une petite histoire... Il était une fois (parce que je ne me priverai certainement pas du plaisir d'un tel début) sur les terres de Sempera, un Alchimiste et une Sorcière. L'Alchimiste vola le cœur de la Sorcière, volant par la même occasion son immortalité (sinon c'est pas drôle) et mélangea le temps au sang. Et quitte à faire des expériences cheloues, autant aller jusqu'au bout. L'Alchimiste mélangea aussi le temps au métal et en fit de l'argent (money money). Pour faire simple, plus vous avez d'argent, plus vous pouvez vivre longtemps (par longtemps entendez des siècles, merci). Bah, on savait bien que l'immortalité c'était pas gratuit. ;) En tout cas, toute cette affaire est fascinante à découvrir.

Ce tout petit aspect, qui est un élément important de l'histoire puisque c'est là-dessus qu'elle se base m'a énormément plu. J'ADORE. Même si j'admets que je ne voudrais pas que ça devienne une réalité parce que j'ai tellement de chance que je serais pauvre comme pas possible et que je serais donc condamnée à mourir jeune. Non, merci.

Le world building de Everless m'a énormément plu. En plus du côté argent = temps, il y a un tas de petits détails qui m'ont charmée. Comme par exemple, Briarsmoor. Je n'en dirais pas plus sur cette petite ville (pour ne pas vous gâcher le plaisir) mais je veux y aller pendant mes vacances. Sérieusement, je suis tellement fan.

MAIS ALORS pourquoi est-ce que ce roman n'est pas un coup de cœur ? Eh bien, premièrement je suis malade donc ça réduit carrément mon amour pour à peu-près tout. SORRY. Ensuite, malgré tout Everless a quelques défauts, on ne va pas se leurrer. La principale raison c'est qu'au final, il n'y a pas tant de surprises que ça. Il y a en bien une ou deux bien placées, mais au-delà de ça, Everless n'offre pas grand-chose de nouveau qui puisse m'éblouir. Et de plus, certaines choses me paraissaient sous-développées et j'ai trouvé ça super dommage. Je n'en dirais pas plus, pour ne spoiler personne, mais en tout cas, c'est sûr qu'il y a de bons éléments mais il y en aussi de moins bons...

Ah les personnages... J'adore parler personnages. C'est le moment où soit je suis super emballée soit totalement entrain de ramer. C'est cool, je trouve. ^^ Je suis partagée concernant les personnages de Everless. Il y a bien deux ou trois que j'ai apprécié, un ou deux que j'ai détesté, et quelques autres qui ne m'ont fait ni chaud ni froid... C'est très hétérogène, pour ma part.

• Jules c'est le genre typique de personnage principal que tu peux adorer et détester en même temps. Des fois elle fait des trucs bien, et des fois comme ça elle fait un truc débile comme pas possible et tout ce que tu peux faire c'est la regarder faire en secouant la tête. Cela dit, dans la mesure où elle n'est pas le pire personnage principal que j'ai croisé et que je considère qu'on fait tous des choses franchement merdiques parfois, je tolère. (Je suis sympa comme ça.)

• Alors Roan, notre très cher Roan... Le Gerlings préféré de tout Sempera. Un volontaire pour lui donner une claque dans la gueule ? Non ? Tant pis, je me dévoue. Comme vous pouvez le savoir, je suis quelqu'un de patient et de tolérant. Je suis pacifiste, même, la plus part du temps. Mais là, non. Pas possible. Ce gars m'a tellement insupporté avec ses airs de mec gentil et parfait qui chie des arcs-en-ciel... Excusez mon langage. C'est simple, chaque fois qu'il souriait j'avais envie de le gifler. Il ouvrait la bouche ? Gifle. Il bougeait ? Gifle. Il respirait ? Gifle. Simple comme bonjour. Bon, pas besoin de vous le cacher, je ne l'aime pas. Dès le début, lui et moi ne pourrions pas nous entendre. À la fin, je ne regrette rien. (Comprendra qui aura lu le livre.) *rire diabolique.*

• Liam (le vilain petit canard Gerlings de Sempera) c'est mon bébé, c'est le personnage que j'ai préféré dans ce bouquin, et moi aussi je vais commencer à faire des expériences cheloues pour le rendre réel... C'est un personnage complexe qui, je pense, n'a pas fini de nous surprendre. J'ai hâte de le retrouver dans le prochain tome pour voir ce qu'il a encore en réserve. Et puis j'aime bien son air d'éternel boudeur. JE L'AIME D'AMOUR.

• Que puis-je dire sur Caro ? C'est un personnage diaboliquement génial. Je l'adore même si elle a littéralement pris mon cœur entre ses mains et l'a serré, elle l'a écrasé jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien et ensuite elle m'a laissé à genoux ramasser les dernières miettes de mon pauvre cœur et m'a laissé les regardé partir en poussière... Je vous le redis, je l'adore.

• Les autres, en clair, je m'en fous. Sauf Hinton, parce qu'il est trop mignon et que j'ai envie de lui faire pleins de câlins.

Parlons Romance. Comme je l'ai dit plus haut, Everless nous offre une pointe de romance. Ou plutôt un aperçu d'une romance potentielle ? Je ne saurais même pas vraiment comme décrire ce que Sara Holland nous a offert mais en tout cas, c'était pas mal. Alors déjà, je suis bien heureuse que la romance ne soit pas l'aspect principal de l'intrigue parce qu'autrement je sens que j'aurais fini par me taper la tête contre un mur. La romance dans Everless était bien partie pour soit aller dans le mauvais sens (aka avec un gars que je ne supporte pas) soit finir en triangle amoureux (aka quelque chose que je ne supporte pas non plus -heureusement que je suis censée être tolérante et tout le blala-). MAIS remercions le dieu du livre pour ça, on a évité le pire. Je suis pleinement satisfaite avec ce que nous a offert Sara H. dans ce premier tome et maintenant je suis impatiente de découvrir ce qu'elle réserve à ces deux personnages pour la suite. Bien-sûr vous vous doutez que je ne vous dis pas de quels personnages il s'agit pour ne pas vous spoiler, oh gentil âme que je suis. → nouveau ship en vue. ♥

La fin m'a TELLEMENT plu. C'est probablement l'une des choses que j'ai préféré. Je n'ai pas grand-chose à dire dessus hormis qu'elle m'a donné envie de me rouler par terre comme un gros bébé en pleurant toutes les larmes de mon corps sans trop savoir pourquoi. Je l'ai trouvé à la hauteur de mes attentes et elle prouve vraiment le potentiel de l'histoire et du prochain tome. Pourtant, j'avoue que j'avais un peu peur que Sara Holland se prenne pour Victoria Aveyard mais NON, nous sommes sauvés ! Paix à nos âmes.

En conclusion, je suis plutôt impatiente de pouvoir découvrir le second tome. Everless n'est pas parfait mais j'ai un bon pressentiment concernant Evermore. Il y a de très bons éléments qui font que Everless réussit à se démarquer des autres de son genre mais il me manque encore un petit quelque chose pour que cette histoire soit véritablement "unique". Une dernière chose : LIAM. Juste ça et je suis comblée. Maintenant vous m'excuserez mais je vais aller pleurer le fait que ce mec soit fictif sur ma dissertation de philo (que je dois rendre mardi donc faut que je me presse). ;)

«“Fox”, said Snake, curling slowly around her friend's heart. “It's time we face the truth.”»

theblacksunshineblog.wordpress.com/2018/04/01/everless-sara-holland/

par Sheo
L'Arrache-mots L'Arrache-mots
Judith Bouilloc-Carré   
Un livre que je ne connaissais pas du tout avant qu'il arrive dans ma box de ce mois. Dans le flyer qui l'accompagnait, l'auteure précisait qu'elle s'inspirait de "la Passe-Miroir" pour son roman.
Effectivement, toute l'histoire nous rappelle "la Passe-Miroir" : le physique des héros (elle, maladroite et myope, lui grand, glacial, les traits acérés), leurs personnalités (elle a un don rare et peaufiné à l'extrême, lui est juste mais intransigeant et incorruptible), l'intrigue (elle est fiancé à un noble issu d'une lignée désavouée, un inconnu qu'elle ne connaît pas et qui compte plus l'épouser pour son don que pour elle-même. Elle se retrouve au milieu d'une cour avec une femme de sa famille haute en couleur pour chaperon. Elle se fait courtiser par un autre noble que son cher et tendre).
Bref, chaque page évoque "la Passe-Miroir", ce qui est vraiment dommage parce que pour le reste, l'écriture de l'auteure n'est pas déplaisante et le roman se lit facilement. Mais bon voilà, à chaque page je pensais (et comparais) à Ophélie et Thorn et les deux livres étaient pour moi trop semblables pour que j'arrive à me détacher et à faire abstraction de l'un pour plonger dans l'autre. Un one-shot qui aurait pu être une bonne surprise, mais qui au final se révèle décevant ...

par Moridiin
Chroniques du Monde Émergé, Tome 1 : Nihal de la Terre du Vent Chroniques du Monde Émergé, Tome 1 : Nihal de la Terre du Vent
Licia Troisi   
Ce livre est tout simplement super : on se met facilement à la place de Nihal grâce à l'écriture géniale de l'auteure. L'histoire est passionnante, ce livre a tout pour lui.

par celle13
La Déferlante, Tome 3 : Heart of the storm La Déferlante, Tome 3 : Heart of the storm
Michael Buckley   
Alors que j'avais aimé le premier et le deuxième tome, j'ai été plutôt déçue par ce troisième et ultime tome.

Lyric revient après trois mois d'absence passée dans l'océan. Elle retrouve sa famille et ses familles et on apprend au travers de flashback ce qu'il s'est passé durant ces trois mois. En effet, une mission est donnée à Lyric, elle doit *roulement de tambour* sauver le monde ! Et oui, elle seule en est capable avec l'aide de ses amis.

Si j'ai été captivée par le début parce que j'avais hâte de retrouver Lyric et l'univers surprenant de Undertow, j'ai été rapidement confronté à l'écriture froide de Michael Buckley. Alors oui, j'ai déjà lu les deux tomes précédents, mais avec celui-ci, le manque d'émotions était vraiment palpable ! Surtout au niveau de la révélation "choc" du livre, très mal gérée par Lyric qui ne reflète absolument pas les pensées d'une adolescente de dix-sept ans. Alors qu'elle est censée avoir gagné en maturité durant ces mois passés dans l'eau, Lyric est une lâche à l'intérieur et préfère fuir en disant que c'est pour son bien alors qu'elle fait croire qu'elle est forte à l'extérieur. Les deux premiers tomes laissaient entrevoir une love story entre Lyric et Fathom mais avec ce tome, toutes mes espérances ont été réduites à néant.

La grande bataille que j'attendais durant tout le tome ne dure que pendant quatre pages et se termine bien trop vite à mon goût.... Quant à la fin... disons que j'ai eu l'impression que l'auteur voulait vite en finir pour passer à autre chose.

En conclusion, grosse déception, j'ai l'impression d'être passée totalement à côté de ce troisième tome...

par MissEcho
Magisterium, Tome 1 : L’Épreuve de fer Magisterium, Tome 1 : L’Épreuve de fer
Holly Black    Cassandra Clare   
J'ai longtemps hésité avant d'attaquer ce livre mais - franchement - je n'aurais pas du ! Magisterium est une vrai bouffée d'air frais, gorgée d'une ambiance magique, doté de personnage attachant, et d'un suspense étonnant (bien que celui-ci pointe son nez plutôt vers la fin, l'attente vaut le coup !)...

Sans doute ai-je démarré ma lecture avec un peu trop de clichés, puisque qu'en voyant la couverture (qui fait très jeunesse entre nous), et en apprenant que le héros avait 12ans, je me suis attendu à une lecture un peu trop légère et à des réactions immatures des personnages...
Eh bien non , pas vraiment !

L'intrigue m'a beaucoup surprise : très bien construite, elle ne manque pas de nous époustouflé !
Et les personnages, bien que jeunes, sont loin d'être immature et vivent des aventures assez incroyables ! Et leurs jeunesses apporte à l'histoire une sorte de "bouffée d'air frais" !

Cassandra Clare (auteur de la genialissime saga mortal instruments, ne l'oublions pas) et Holly Black (une autre auteur young adult célèbre ) nous ont décris un univers haut en couleurs, de mages, de pouvoir, de guerre, mais en y insufflant quelques touches d'originalités (qui aurait pensé qu'au magisterium , les élèves allait manger du lichen ?)

L'ambiance du livre m'a également fait un peu pensé à Harry Potter (simple observation par rapport au film, je ne les ai jamais lu) : sans doute ceux qui ont aimé cette saga apprécieront le Magisterium ?

Becky07

par Becky07
The Effigies, Tome 1 : Les Flammes du destin The Effigies, Tome 1 : Les Flammes du destin
Sarah Raughley   
https://aliceneverland.com/2017/04/14/the-effigies-tome-1-les-flammes-du-destin-sarah-raughley/

Sarah Raughley ne prend pas de pincettes : elle nous plonge directement dans le bain de cet univers alternatif au notre. En effet, on se croirait presque dans notre monde contemporain, si ce n’est que celui-ci est attaqué par les spectres depuis le XIXème siècle. Seuls des systèmes anti-spectre protègent les villes et leur population des attaques de ces monstres cauchemardesques. Car, la seule arme efficace contre eux, ce sont les Effigies : quatre jeunes filles dotées de pouvoirs représentant chacun des quatre éléments. Quand une Effigie meurt, son âme, ainsi que tous ses souvenirs, sont transférés à la personne suivante, celle qui prend la relève. Alors, quand Maïa se retrouve, du jour au lendemain, Effigie du feu, elle comprend immédiatement que sa vie ne sera plus jamais la même..

Dès les premières pages, New York est attaquée. On découvre ainsi, sous nos yeux, les principaux éléments mis en place dans l’univers de Sarah Raughley, que ce soient les Effigies, les spectres ou encore les systèmes anti-spectres. Et cela donnera le ton pour tout ce premier tome : action ultra présente, retournements de situations… On ne s’ennuie définitivement pas, le rythme est intense pour un univers riche et complexe.

J’ai vraiment beaucoup aimé le mythe des Effigies que met en place l’auteur. Entre secrets et mystères, on ne sait pas grand chose sur ces jeunes filles, et pourtant, ce que l’on découvre petit à petit laisse sans voix. J’ai vite senti que quelque chose de plus grand était à l’œuvre ; je ne sais pas vraiment ce que nous réserve l’auteur sur ce point mais le peu que l’on découvre dans ce premier tome nous promet quelque chose de phénoménal.

Nos quatre Effigies ne sont pas en reste. Maia, notre narratrice, est très lucide sur les évènements qui se produisent. Certes, elle est la nouvelle Effigie du feu, mais elle n’est pas (encore) une super héroïne. Alors quand elle se retrouve au milieu d’une attaque de spectres, elle ne sait pas comment réagir, clouée sur place par la frayeur. Mais, plus l’histoire avance, plus son côté « humain » prend de l’ampleur : elle va devoir apprendre à être une Effigie, mais cela ne l’empêche pas pour autant d’essayer de résoudre les problèmes, à sa façon même si dans une moindre mesure.

Les autres Effigies sont loin de l’image que l’on pouvait avoir d’elles. D’ailleurs, Maïa se fera avoir à plus d’une reprise, mais elle sera également la première à reconnaitre ses torts (un aspect de sa personnalité que j’ai tout simplement adoré). Et, plus on les découvre, plus on se pose de multiples questions à leur sujet. Il faut dire qu’elles sont très différentes les unes des autres ; l’auteur a vraiment travaillé ses personnages et cela les rend si réelles que l’on se retrouve un peu dans chacune.

Pour conclure : je me suis tout simplement régalée avec ce livre qui se dévore en un temps record. Ce premier tome met en place l’intrigue et les personnages de nos Effigies et, même s’il peut paraitre assez introductif, ce qu’il laisse apercevoir reste plus qu’accrocheur. Sarah Raughley a construit un univers spectaculaire qui nous donne immédiatement envie d’en découvrir plus encore. Et les mystères qu’elle dissémine ici et là renforce ce côté addictif de cette série. Une très belle découverte, j’ai hâte d’en découvrir bien plus encore sur ce monde !

par Kesciana
99 jours 99 jours
Katie Cotugno   
«I was trying not to lose you. But I lost you anyway.»

WARNING: sûrement pas le meilleur de mes commentaires. (Et certainement pas le meilleur livre que j'ai lu.)

J'ai lu How To Love fin 2015 (c'est le moment où je réalise pleinement qu'on est en Mars 2017 et que j'ai l'impression d'avoir quitté 2015 hier) et ce fut une légère déception pour moi. Pourtant, je me suis quand-même décidée à donner sa chance à 99 Days (un bon bout de temps après mais quand-même).
Résultat, je ne suis pas sûre de pouvoir dire que j'ai aimé 99 Days.

J'apprécie la plume de l'auteure. Ce n'est pas mal écrit, c'est même plutôt agréable et c'est une plume fluide. Sincèrement, je n'ai pas de problème avec sa façon d'écrire. Même si j'ai toujours le sentiment qu'il me faut une éternité entière pour lire ce qu'elle écrit.

Ce qui ne m'a pas plu dans 99 Days c'est l'histoire (et par extension les personnages). Le synopsis me plaisait. Dès le départ on nous prévient, Molly a brisé le cœur de son premier amour Patrick en passant la nuit avec son frère Gabe. Même si je ne suis pas fan de l'idée d'infidélité, je n'avais pas envie de m'arrêter sur ce point et risquer de passer à côté d'une bonne histoire (ça risque pas).

SAUF QUE....

J'aurais pu vivre avec cette histoire du mec trahi par la fille qu'il aime parce que celle-ci a préféré son frère. Seulement, en ce qui concerne Molly et les frères Donnelly, je n'ai pas apprécié une seconde de tout ça.

Je n'ai pas aimé l'histoire et je n'ai pas aimé les personnages et je n'ai pas aimé ce qu'ils faisaient, blablabla.
J'ai même pas envie d'en parler! Je veux juste oublier ce livre. Je veux faire comme si je ne l'avais pas lu.

(MENTEUSE!
Je dirais juste...
Je ne comprends pas vraiment les gens qui se mettent dans une telle situation. Déjà ça complique toujours tout à mort et ça n'apporte clairement pas grand chose qui en vaut le coup. Mais quand c'est ton frère la personne d'en face (vous savez la personne avec laquelle votre amoureux/se vous trompe = personne d'en face -ouais je mets des parenthèses dans les parenthèses-), c'est une double trahison! Quel genre de frère/sœur peut faire ça? Et quand tu es la copine (n'est-ce pas Molly!?), si jamais ça te tente vraiment de tromper ton copain, est-ce que t'es obligée de le faire avec son frère et ne même pas te sentir réellement coupable? AHRRR!!! (mon cri inhumain, le retour).

Ça me donne des envies de violence. Moi, la petite fille si gentille! *pleure de façon dramatique* *ouin ouin ouin ouin*

Voilà pour ce point.
Seconde point!

Au-delà de cette situation dont je pourrais parler pendant un certain bout de temps pour ne rien dire de spécial au final, je voudrais qu'on parle de la mère de Molly... qui a écrit un livre sur sa fille.
(PAUSE: Quelle idée.)
Déjà, quand est-ce que tu te dis que tu vas bousiller la vie privée de ta fille juste pour entrer dans la longue liste des bestsellers? Et quand est-ce que tu te dis que ça serait cool de raconter dans ce fameux bouquin que ta fille a trompé son copain avec le frère de ce dernier en sachant qu'après elle passera pour la pire des salopes? (Désolée pour le mot.) Non mais sérieux, quelqu'un a pensé à lui donner un cerveau? Ou un cœur?! Quel genre de parent peut faire un truc pareil? C'est le moment où je me sens vraiment désolée pour Molly.

Je suis révoltée! ^^)

Je dois admettre que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire. Je n'ai pas aimé et je ne suis vraiment pas désolée de ça parce qu'étant la personne que je suis (si, si, je vais laisser cette phrase) aka je me sentais pas capable d'aimer un tel roman. (C'était inutile, hein? Même pas une réelle explication.)

Personnages? Non.
Histoire? hmmm... non.
Bref, tu peux apprécier une plume autant que tu veux, si l'histoire tu n'aimes pas (Hello, je m'appelle Yoda) et que les personnages tu as envie de frapper, il n'y a pas une infinie de possibilité. (Toujours inutiles?)

En gros,
CE QU'IL Y A À RETENIR c'est que je ne mettrais plus jamais la main sur un roman de Katie Cotugno. Sauf si elle écrit un truc de malade. Là, peut-être.

Au fait! J'allais oublier, c'est une romance, on est d'accord? Où est passée l'alchimie entre les personnages? (Al' sort de ta cachette on a besoin de toi d'urgence!!)

OK.

par Sheo