Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LynnRenier : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le bal des loups-garous Le bal des loups-garous
Barbara Sadoul   
Ce recueil de 10 nouvelles présenté par Barbara Sadoul est savoureux.
Le thème: Les loups-garous.
Autant vous le dire tout de suite, les deux premières nouvelles sont très moyennes.
La première du grand Poul Anderson est presque incompréhensible et la deuxième est beaucoup trop brève.
Il en reste 8 et là nous trouvons des nouvelles magnifiques.
Pour n'en citer que quatre, je dirai "coupable" de Stephen Laws (un homme un peu allumé est laissé par ses copains de fête en pleine campagne. Le cauchemard commence), "Le loup de Saint-Bonnot" ( Un loup-garou apparaît lors d'une séance de spiritisme et possède une jeunne femme), "La proie" (un jeune artisan viens réparer une maison habitée par un famille de loups-garous) et surtout "Au sud d'Orégon city" (Un indien au 19ème se marie avec une louve-garou).
Mis à part les deux premières nouvelles, ce recueil est génial et plaira non seulement aux fans de Kelley Armstrong mais à tous les amateurs de littérature consacré à ce mythe.
Je le conseille vivement.
Bonne lecture.
Adanson Marco.

par Adanson
Coeurs de Loups Coeurs de Loups
Manon Fargetton    Sophie Guth    Sandy Julien    Marika Gallman    Sophie Dabat    Samantha Bailly    Carina Rozenfeld    Anne-Sophie Silvestre    Fabien Clavel    David Bry    Anne Ferrier    Jean-Luc Marcastel    Marie Caillet    Nadia Coste   
Si je devais ne retenir qu'un mot concernant ce recueil de nouvelles: bouleversant.
Des nouvelles poignantes où l'Homme est plus souvent le prédateur que le loup et qui nous ramène à notre condition de bête.
Les 16 auteurs qui ont participé à cette aventure, tous avec leur propre sensibilité, ont su parler de la relation complexe qui unit l'Homme et le loup depuis des temps immémoriaux. De façon poignante, presque dérangeante parfois.
Bref, une lecture à conseiller. Et en plus vous ferez une bonne action! ;)

par Hellea
Kamala, une louve dans ma famille Kamala, une louve dans ma famille
Pierre Jouventin   
Comme l’a souligné Pendergast, il n’est pas question ici d’un récit jour par jour de la vie de l’auteur avec Kamala, la louve. Mais ce n’est pas pour autant que ce livre est inintéressant, très loin de là : les quelques anecdotes sur Kamala étayées par les propres observations de Pierre Jouventin sur d’autres espèces animales offrent une réflexion très intéressante et pertinente entre la ressemblance loup/homme. En déconstruisant toutes les idées reçues qu’on peut avoir sur cet animal que pourtant on pourrait croire connaître et en remettant les points sur les i, l’auteur nous met également face à nos propres erreurs et aux limites de notre conception du monde animalier.
Bref, c’est un ouvrage éthologique facile à lire et très accessible malgré la vastitude du sujet et parfois sa complexité.

par Isallya
Mes frères les loups Mes frères les loups
Ronald Douglas Lawrence   
Un très bon livre mais j ai eu du mal a le lire (peut-être à cause des cours aussi). J aime beaucoup les personnages et ce livre est très instructif, on y apprend des choses sur le mode de vie des animaux et pas seulement celui des loups !

par Lily-Lou
Coeur de loup Coeur de loup
Ronald Douglas Lawrence   
Coeur de loup est un très bon livre, bien écrit qui montre la vie au Grand Nord sans idéalisation ni dénigrement. C'est une histoire de relation entre un maître et son loup mais c'est surtout l'histoire d'une amitié réciproque qui ne se créer qu'à force de travail et d'efforts.

par loana585
Un carnivore infatigable, le loup Un carnivore infatigable, le loup
Anne Royer   
Les loups, quel plaisir dans découvrir plus sur eux ! Ils sont dans pleins de mythes assez intéressants. Ce sont vraiment des animaux incroyables ^^

par Felli
Le Dernier Loup d'Irlande Le Dernier Loup d'Irlande
Elona Malterre   
Un petit livre très facile à lire avec une histoire très émouvante qui peut même arracher quelques larmes pour les lecteurs qui ont facilement la larme à l'oeil. A lire pour ceux qui aiment les animaux !

par Balamania
La Tendresse des loups La Tendresse des loups
Stef Penney   
Canada, 1867. Dans le village de Caulfield, c’est l’agitation. Un trappeur a été assassiné et, pour résoudre ce meurtre inquiétant, des hommes appartenant à la Compagnie de la baie d’Hudson ont été envoyés sur place. Leur tâche n’est pas facile, entre le manque d’indices, la disparition inexpliquée du fils de Mme Ross, Francis, la venue du mystérieux Sturrock qui s’intéresse de près à l’affaire… sans oublier le climat hostile et impitoyable de cet hiver glacial.
Un aperçu pour le moins prometteur : un roman policier situé dans un paysage qui attire les lecteurs de par les légendes qui l’entourent ; un intrigue qui ouvre de nombreuses portes pour jouer avec le suspense et faire preuve d’originalité ; une période historique intéressante en raison des relations entre les Blancs et les Indiens en particulier.
Et pourtant, la Tendresse des loups ne m’a pas convaincue. Je dirais même qu’il m’a quelque peu déçue, et bien après avoir terminé ma lecture, je suis encore indécise quant aux raisons qui m’ont permis de me forger une opinion.
Le résumé de quatrième de couverture, ainsi que quelques critiques que j’avais lues auparavant, y sont sans aucun doute pour quelque chose. Je me réjouissais de découvrir une autre culture, un paysage qui me passionne, des animaux que je respecte et que j’admire beaucoup, une intrique palpitante… Attentes qui n’ont pas réellement été satisfaites lorsque j’ai tourné la dernière page.
L’idée de l’intrigue, bien que plutôt banale, est particulièrement intéressante en raison du lieu géographique où elle se déroule et de l’époque durant laquelle les évènements se produisent. L’enquête manque toutefois de dynamisme à mon goût. J’ai été captivée par le début, lorsque Mme Ross et son guide indien se mettent à suivre des traces dans ce paysage impitoyable et dangereux. Toutefois, par la suite, lorsque les délégués de la Compagnie se mettent à les suivre et que l’expédition de Francis sur les traces d’un inconnu est narrée, je me suis vite lassée car le tout me semblait très répétitif.
Heureusement, plusieurs épisodes romantiques sont venus ponctuer ces quêtes qui n’étaient guère excitantes. Les personnages principaux sont complexes et bien décrits, et leurs sentiments sont évoqués avec talent de manière qu’on s’attache beaucoup à eux. J’ai personnellement eu un faible pour Donald et Mme Ross, qui sont sans doutes les plus développés, bien qu’une partie de leur caractère reste mystérieuse jusqu’à la fin. Nous faisons également la connaissance de plusieurs autochtones qui sont décrits de manière un peu différente, ce qui nous fait bien ressentir la discrimination qui peut exister entre eux, mais surtout les grandes différences de culture qui existent.
La manière dont l’histoire est contée prête cependant à confusion. Un grand nombre de petites histoires sont entremêlées, avec de fréquents changements de point de vue. Certains chapitres sont des flashbacks alors que d’autres racontent les actions en cours. Une des spécificités du roman est qu’un des narrateurs parle à la première personne – il s’agit de Mme Ross – alors que les autres actions sont soit décrites par un narrateur externe, soit par d’autres personnages s’exprimant à la troisième personne. Cela n’est pas un problème en soi et pourrait être intéressant, mais j’ai à plusieurs reprises été un peu embrouillée car je ne savais pas de qui l’auteur parlait. Le grand nombre de personnages et l’emploi un peu abusif du pronom anaphorique « il » ou « elle » – surtout en début de chapitre – entravent la lecture et empêchent parfois de saisir à qui on fait référence. Le style d’écriture m’a aussi quelque peu gênée, surtout au début, car il y a un nombre incroyable de parenthèses et de tirets qui alourdissent le texte.
Les petits épisodes appartenant chacun à une histoire différente ne facilitent pas non plus la compréhension. C’est pourtant dommage, car l’idée d’explorer la communauté écossaise, les postes de la Compagnie et les camps d’autochtones est intéressante et permet de donner de la profondeur au roman. J’au toutefois ressenti une impression d’inachevé, comme si l’auteur s’était contentée d’esquisser ces passages plutôt que de les développer de manière suffisante. L’histoire de Line, par exemple, n’apporte par réellement d’éléments importants à l’histoire. En ce qui concerne la famille Knox, c’est un peu le contraire : très présente au départ et directement liée au meurtre, elle disparaît soudainement tout à fait, nous laissant avec de nombreuses questions la concernant.
Ces épisodes, mêlés à l’enquête, sont un peu déstabilisants car ils suscitent de nombreuses questions qui resteront sans réponse, comme si elles avaient été oubliées en chemin. Elles ajoutent à l’enquête des éléments qui ne sont pas indispensables et qui m’ont perturbée pour comprendre la fin. En effet, si le début est plutôt lent et répétitif, la fin surgit comme un éclair et on termine le livre sans qu’on n’ait réellement le temps de comprendre ce qui se passe.
Toutefois, il n’y a pas de coup de théâtre, contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre. Le suspense a disparu depuis longtemps et même les relations des personnages restent suspendues, comme s’il manquait quelque chose. Une fin ouverte ne me dérangerait pas – bien au contraire – mais l’auteur a ici fait un choix qui limite considérablement l’interprétation.
La dernière critique que j’ai à formuler concerne le titre, que je ne trouve pas réellement adapté. Bien que les loups soient évoqués à plusieurs reprises, ils n’apparaissent réellement qu’une fois – voire deux – dans tout le roman et je dois avouer que je m’attendais à plus.
Les passages concernant les Indiens m’ont particulièrement plu car je ne connais pas bien leur culture et que leur manière de vivre dans la nature avec des conditions climatiques si difficiles m’impressionne beaucoup. La cohabitation avec les Blancs est également traitée de manière complète et plusieurs points de vue nous sont donnés.
La tendresse des loups est donc une histoire divertissante, mais qui se penche plutôt sur des histoires d’amour et les relations entre les personnages, sur le paysage canadien du Grand Nord et sur la cohabitation entre les autochtones et les Blancs. Vien que les personnages soient pour la plupart attachant – ou haïssables, selon l’intention de l’auteur – je conserve un arrière-goût d’inachevé car certaines petites histoires ne me paraissent pas suffisamment développées pour prendre sens dans le roman. Le suspense n’est pas non plus gardé suffisamment longtemps à mon goût et j’ai trouvé la fin plutôt décevante. Si vous vous intéressez aux trappeurs et à l’organisation de la population blanche et indienne au Canada dans les années 1860, vous trouverez cependant sans doute votre bonheur dans ce roman.
Ombre Ombre
Nathalie Parent   
Au milieu de la nuit, Alexandre entendit Shadow émettre un grognement. Quand il ouvrit les yeux, il aperçut à la lueur de la lune Shadow couché près de l’entrée de la chambre. Il était étendu et ses oreilles rabaissées vers l’arrière de sa tête. Ses crocs sortis, il ne cessait de grogner. Alexandre retira lentement la couverture et posa ses pieds par terre. Il fixa l’entrée tout en se levant sans bruit. Avançant sur la pointe des pieds, il arriva à proximité du chien. Il pensa que s’il y avait un danger imminent, le chien se précipiterait en avant. Mais puisqu’il restait immobile peut-être ressentait-il de la crainte.
Alexandre jeta de nouveau un regard sur le chien. Son poil hérissé et ses crocs imposants, il était toujours aux aguets, scrutait le corridor. Quand Alexandre revint poser ses yeux dans la demi-pénombre du corridor, il aperçut pendant une fraction de seconde une ombre sur le mur. Il sursauta et recula, manquant de trébucher. Du plus profond de son être, la peur le tenaillait. Ce qu’il avait aperçu n’était pas une ombre projetée par un individu ou une bête quelconque. Elle avait surgi au milieu du mur pour ensuite grimper jusqu’au plafond et enfin disparaître brusquement. Un peu comme si elle s’était fondue à l’intérieur du plafond.
Un aboiement de Shadow le fit revenir à la réalité. Le corps couvert de chair de poule et le coeur battant à tout rompre, il sortit néanmoins de la chambre en prenant soin d’atteindre l’interrupteur et d’allumer. Mais à présent, la chose n’était plus présente. Shadow se dandinait à ses pieds comme si rien d’étrange n’était survenu. Alexandre effectua le tour des pièces sans rien y trouver comme il s’y attendait. Il passa le reste de la nuit assis dans son fauteuil à réfléchir.

par emibook
Mes amis les loups Mes amis les loups
Farley Mowat   
Farley Mowat est un scientifique que l'on envoie dans le nord canadien pour étudier les causes de la disparition des troupeaux de caribous. Les loups sont en ligne de mire et sont accusés d'être les prédateurs sanguinaires qui déciment sauvagement les troupeaux. Mowat va prendre contact de manière inopinée avec une famille de loup composée des 2 parents, des 4 louveteaux et d'un "oncle". Il va suivre pendant plusieurs mois leur vie et s'apercevoir que les légendes sont des légendes, que le loup n'est pas l'être des contes à sauter sur les gens pour les dévorer sans raison, mais qu'il est un être social et sociable, que sa nourriture n'est pas principalement la viande de caribou et quand elle l'est, ce sont les bêtes malades et faibles qui sont attaquées. La relation entre le caribou et le loup est très étroite et même vitale pour la bonne santé des uns et des autres. Alors pourquoi les troupeaux ont vu leur population baisser de manière significative durant les 50 dernières années ? Devinez ! Non ? Vous ne voyez pas ? L'homme, bien-sûr, c'est l'homme qui est le plus grand prédateur et qui par sa consommation et par ses loisirs de chasse va anéantir les plus grands troupeaux comme il l'a déjà fait avec les bisons... ou avec les gens. Il suffit de diaboliser l'image que l'on doit avoir d'eux pour susciter la peur, la haine et l'envie d'extermination. Pour quoi ? Pour le profit, évidemment. Quelle autre raison a l'homme pour se débarrasser de ce qui gène ?
Avec humour et sans complaisance pour lui-même face à ses réactions façonnées par des siècles d'histoires effrayantes, Mowat part à la découverte de l'univers des loups et nous dresse un portrait étonnant de cet animal fabuleux. Le loup est vraiment un animal de légende et s'avère être d'une autre nature que celui du Petit chaperon rouge ou des Trois petits cochons...