Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de M-Kirsten : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
De profundis De profundis
Oscar Wilde   
♫ Ça balance pas mal sur Bosie, ça balance pas mal ♪

Dans cette longue lettre qu’Oscar Wilde écrivit dans sa geôle à Reading, il y a de la passion, des questions et surtout des reproches à dressé à Bosie, lord Alfred Douglas, fils du 9ème comte de Queensberry.

Partant d’une connerie, Wilde a intenté un procès en diffamation au Queensberry et l’a perdu, se retrouvant ensuite sur la sellette avant de finir en matricule C.3.3 dans une prison.

Dans cette lettre, qui fut souvent censurée afin que l’on ne sache pas qu’elle s’adressait à son amant De Mes Deux où il balance tout, ce qui nous brosse un portrait pas très flatteur de ce Bosie.

Enfant gâté, capricieux, égoïste, méchant, ne s’intéressant qu’à l’argent et à ce qu’on peut acheter avec, considérant Wilde comme son banquier personnel, ce Bosie me fera dire une fois de plus que si son père avait mis une capote lorsqu’il s’envoya en l’air avec sa femme, et bien, le destin de Wilde eut été différent…

Où alors, il aurait mieux fait d’aller de masturber ou d’aller chez les pute, ce satané comte de Queensberry, celui qui réglementa le noble art qu’est la boxe alors que lui-même était une brute.

C’est violent, le texte que Wilde écrivit, ça suinte la passion, les regrets, les reproches, les sentences, les questionnements.

Bosie est coupable d’avoir utilisé Wilde et ce dernier est coupable d’avoir trop souvent cédé aux caprices de ce gamin de merde, d’avoir trop souvent passé l’éponge après ses esclandres, d’avoir trop souvent toléré sa présence et d’avoir épongé ses dettes.

Wilde était dépensier, mais avec son amant Bosie, c’est le quasi le budget de l’Angleterre qu’il dépense, ce qui le ruinera, sans compter que ce petit merdeux lui fit faire des mauvais placements.

Comment un homme de l’intelligence de Wilde, qui possédait la finesse des mots, qui balançait des aphorismes magnifiques à longueurs de journée, qui était épris de culture a-t-il pu foutre tout en l’air, famille et travail, pour cet espèce de petite merde qu’était Bosie, pour ce petit mec infatué de sa personne et qui était plus cupide que les banquiers de chez Godman Sachs ??

L’amour ? D’accord… Mais après des années de liaison destructrice, on ouvre en général les yeux, on redevient lucide. Là, même lucide, jamais Wilde ne mit fin à cet amour qui ne disait pas son nom mais qui vous pompait le compte bancaire plus rapidement qu’une actrice du porno le ferait de la chose à Rocco !

On ne sort pas grandi après avoir écrit cette lettre et le lecteur en ressort lessivé, avec moult questions auxquelles Oscar ne répondra jamais. Le savait-il lui-même ?

Cette édition bilingue comprend le texte original de la lettre intitulée « De profondis » (qui, sans l’intelligence de Robert Ross – un saint homme ! – qui en fit faire une copie, aurait fini brûlée par le Bosie en question), suivi du poème qui retrace les derniers jours d’un soldat exécuté pour avoir égorgé sa femme par jalousie, ainsi que la version originale en anglais et la version dans les deux langues.

Après avoir digéré tout cela, vous aurez droit aussi au récit du procès de Wilde contre Queensberry et de toutes les erreurs qui furent faite par lui pour une simple diffamation qu’il aurait mieux fait d’ignorer. Mais cet enfoiré de sa mère de Bosie en voulait à son père et à entrainé Wilde sur une pente savonneuse qui fut sa descente aux Enfers.

Le sort en était jeté.
L'Importance d'être Constant L'Importance d'être Constant
Oscar Wilde   
" 'L'importance d'être constant'? C'est juste un autre classique..."
Ôtez-vous ça de la tête si c'est l'image que vous avez de quoi que ce soit d'Oscar Wilde. C'est hilarant dans son absurdité, la logique tordue des personnages et la critique généreuse qu'il apporte ainsi de la société Victorienne.

Par contre, un bémol: le titre en français (Constant?.?) et les extraits que j'ai lus sur cette page aussi, ils perdent leur force dans la langue de Molière.
Un mari idéal Un mari idéal
Oscar Wilde   
un livre que j'ai redécouvert après avoir vu le film tout a fait comique a souhait un très bon moment détente! je tiens a préciser que c'est une pièce de théâtre pas un roman. a tester pour celles qui aime le genre régence, ca change!

par Node
Le Fantôme de Canterville Le Fantôme de Canterville
Oscar Wilde   
Comment initier les enfants à la littérature, exceptionnelle, d'Oscar Wilde? Faites-leur lire l'excellentissime Fantôme de Canterville, ils plongeront sans hésiter dans cet univers fantastique!!! Vivement conseillé même pour les adultes..
Le Crime de Lord Arthur Savile Le Crime de Lord Arthur Savile
Oscar Wilde   
Histoire courte, mais surprenante. Surprenant de voir à quel point la prédiction d'un événement peut le provoquer. Pour des raisons que l'on pourrait penser nobles (l'amour, en l'occurrence), mais qui deviennent presque absurdes dans ce contexte -j'essaie de ne pas trop en dévoiler. L'homme face à ses faiblesses, ses échecs, sa crédulité.
Néanmoins, cette histoire était intéressante, et même si j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'intrigue, j'ai fini par ne plus la lâcher, curieuse de découvrir ce qui allait se passer ensuite.
J'avoue que je m'attendais à une autre fin, peut-être plus surprenante.
Il n'empêche que ce fut une lecture agréable, que je conseille.

par Arwen14
Intentions Intentions
Oscar Wilde   
En 1891, c'est-à-dire l'année même où il fait paraître, précédé d'une préface qui résume ses théories esthétiques, Le Portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde, sous le titre d'Intentions, rassemble quatre études critiques : " Le Déclin du mensonge ", " Plume, pinceaux, poison ", " La critique est un art " et " La Vérité des masques ". Le recueil a sans doute souffert de sa trop grande proximité avec les formules si frappantes que propose la préface du Portrait. S'il mérite cependant d'être aujourd'hui redécouvert, c'est qu'Oscar Wilde y renouvelle l'esthétique de son époque, en prenant aussi bien pour cible la respectabilité victorienne qu'une modernité étriquée. En refusant l'alliance de l'art et de la morale et la superposition du Bien et du Beau, il nous propose une pensée de la transgression qui ne s'interdit ni le brillant du paradoxe, ni le mordant du polémique. -

par Lola-Rose
Une Maison de grenades Une Maison de grenades
Oscar Wilde   
Ce volume contient : Le Jeune Roi/The Young King, L'Anniversaire de l'Infante/The Birthday of the Infanta, Le Pêcheur et son Âme/The Fisherman and his Soul et L'Enfant de l'Étoile/The Star-Child.
Le sphinx sans secret Le sphinx sans secret
Oscar Wilde   
Je m'attendais à une vraie surprise à la fin et même si elle est surprenante, je l'ai trouvé un peu décevante. Dans l'ensemble je n'ai pas trouvé la nouvelle particulièrement originale où flamboyante mais sympathique à lire.

par PowLeen
Une femme sans importance Une femme sans importance
Oscar Wilde   
Créées entre 1892 et 1895 sur les scènes londoniennes, ces quatre comédies d'Oscar Wilde connurent le triomphe : brillantes et acides, elles tendaient à l'aristocratie et à la bourgeoisie britanniques un miroir dénué à la fois de complaisance et de cruauté. Irriguées par une belle joie de vivre et d'aimer librement, elles furent écrites alors que l'auteur entretenait une relation passionnée avec le jeune Lord Douglas. Quelques semaines après la représentation de L'importance d'être Constant s'ouvrait le procès qui allait ruiner la vie d'Oscar Wilde et mettre un point final à son œuvre théâtrale. Les nouvelles versions élaborées par Pierre Laville, auteur et metteur en scène, sont conçues dans l'esprit le plus fidèle aux textes originaux et dans une forme allégée ou recomposée plus proche des exigences du théâtre contemporain. C'est ce qui a permis, depuis la création d'Un mari idéal au Théâtre Antoine en 1995, une embellie des comédies d'Oscar Wilde, qui étaient jusqu'alors peu jouées ou quasi inédites.


par ge-choux
Le portrait de Mr. W.H. Le portrait de Mr. W.H.
Oscar Wilde   
Cette nouvelle est une sorte d'analyse des Sonnets de Shakespeare, se 'basant' sans se baser sur certaines spéculations autour de ces Sonnets.
Nouvelle intéressante et à la fois surprenante (je pense surtout à la 'chute' subtile de cette nouvelle).