Livres
464 333
Membres
424 809

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MelissaMacy 2016-10-03T16:41:38+02:00

Tu devais changer depuis longtemps déjà. Sans bruit, devenir quelqu'un d'autre. Comment pouvais-je le deviner, alors que tu déployais tous ces efforts pour nous faire croire que tu étais encore une enfant ? Comment pouvais-je te protéger ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par MelissaMacy 2016-10-03T16:37:24+02:00

- Qu'est-ce qui va se passer ? demanda-t-il d'un air perdu.

- On va la retrouver, mon chéri. La police s'en occupe.

Je m'efforçai de donner l'impression que je croyais à ce que je disais, de faire comme si une foule de questions hystériques ne se bousculaient pas dans ma tête.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MelissaMacy 2016-10-03T16:36:55+02:00

La paix. Le sentiment rassurant de savoir les enfants à la maison, les portes fermées et la nuit dehors.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MissDupont 2016-08-12T16:42:17+02:00

L'automne s'achemine vers l'hiver. Le matin, je sens la froideur du silence contre mon visage.

J'écoute, sans savoir quoi. Depuis le temps, j'aurais dû me faire à l'absence des bruits que je tenais pour acquis: le tapotement assourdi des pieds nus, le chuintement de la bouilloire, le murmure de la radio, le tintement d'une tasse de café contre le bord de la baignoire. Les bruits que fait une personne seule sont doux, prudents, isolés. Ils refluent dans le silence. J'ouvre la fenêtre et la respiration de la mer pénètre dans la pièce, comme un être vivant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-08-03T15:49:57+02:00

Son portable sonna et elle recula pour répondre, sa main sur l’égouttoir. Ses doigts étaient longs. Elle avait de minuscules taches de rousseur jusqu’à la deuxième articulation, d’un doré très clair, comme des grains de cassonade. Ses ongles rongés enfantins juraient avec la jolie bague. Je pris sa main et y déposai un rapide baiser. Elle parlait à Nikita et ne parut pas y prêter attention. Elle était encore si jeune que j’avais l’impression de toucher des petits noyaux quand j’embrassais la jointure de ses doigts. Elle raccrocha et se dirigea vers la porte, m’adressant un signe avant de sortir. Sa manière de s’excuser d’avoir été aussi irritable.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-08-03T15:49:44+02:00

Je sais qu’on est vendredi aujourd’hui parce que c’est le jour de la poissonnière. Je m’accroupis sous l’escalier lorsque la camionnette se gare dehors, une tache blanche floue derrière le vitrage martelé de la porte. La femme sonne et attend, silhouette trapue qui scrute par la fenêtre en hochant la tête. Si elle me voit, je devrai ouvrir, faire des phrases, sourire. Je m’en sens incapable. Une petite araignée court sur ma main. Je me recroqueville, respire la poussière du tapis. Enfin, la camionnette repart en cahotant sur le chemin. C’est un jour à être seule. Je me cache et j’attends que ça passe. Les vendredis font encore mal.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-08-03T15:49:37+02:00

Je me mis à genoux, ouvrant ma sacoche pour faire l’inventaire des médicaments qui me restaient et vérifier ce dont j’avais besoin. C’était plus facile quand je n’étais pas au cabinet ; je risquais moins d’être dérangée si je choisissais bien mon moment. Occupée à fouiller au fond des poches en cuir, je ne l’entendis pas entrer. Lorsqu’elle passa à côté de moi, son sac heurta mon épaule. Je levai la tête, un doigt sur ma liste ; il ne me restait plus beaucoup de paracétamol et de péthidine. Elle baissa vers moi des yeux bleus songeurs. En dépit de l’épaisse couche de maquillage dont elle s’était tartinée pour la pièce, ses cernes étaient bien visibles. Elle semblait épuisée. Ce n’était pas le moment de lui poser la question qui me démangeait.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-08-03T15:49:22+02:00

Un peu plus tard, Ted appela pour dire qu’il était retenu à l’hôpital. Les jumeaux rentrèrent affamés. Ed leva la main en guise de salut et prit une assiette de toasts qu’il monta dans sa chambre. J’entendis sa porte claquer et je l’imaginai allumant la musique et se laissant tomber sur son lit, un toast à la main, les yeux fermés. Je n’avais pas oublié cet aspect de mes dix-sept ans : surtout que personne ne vienne tambouriner à ma porte ou, pire, n’entre pour me parler. Theo, dont les taches de rousseur flamboyaient sur sa peau claire, énumérait ses succès du jour d’une voix retentissante tout en engloutissant les biscuits les uns après les autres, apparemment résolu à vider le paquet. Naomi redescendit et traversa la cuisine, ses cheveux mouillés formant des pointes épaisses dans son cou. Je me dépêchai de glisser des sandwichs dans son sac à dos tandis qu’elle se dirigeait vers la porte et je restai quelques minutes sur le seuil, écoutant ses pas s’éloigner lentement. Le théâtre du lycée se trouvait à une rue de chez nous, mais elle était toujours en retard. Elle ne courait plus partout ; la pièce sapait son énergie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-08-03T15:49:07+02:00

Je pris la bouteille de Ted au réfrigérateur et me servis un verre de vin. Naomi n’avait pas l’habitude de me répondre ni de me planter là alors que j’étais en train de lui parler. Je posai ma sacoche et mes notes dans un coin de la penderie puis, sirotant mon verre, j’entrepris de replier les torchons qui traînaient dans la cuisine. Autrefois, elle me racontait tout. En accrochant son manteau, je me raisonnai. J’avais fait un choix et je devais en accepter les avantages comme les inconvénients. C’était simple. Je faisais le travail que j’aimais et je gagnais bien ma vie, mais je passais moins de temps à la maison que d’autres mères. Cela signifiait aussi que les enfants jouissaient d’une certaine liberté. Ils devenaient autonomes et c’était ce que nous avions toujours souhaité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-08-03T15:48:45+02:00

Naomi souriait toute seule et je l’observais, imaginant que je peignais la courbe de ses joues. J’utiliserais une nuance plus claire pour rendre le reflet de la lumière sur la peau. À chacun de ses mouvements, sa frange blonde se soulevait doucement, révélant des perles de sueur à la racine des cheveux. Elle avait retroussé les manches du pull de son uniforme et son bracelet à breloques montait et descendait sur sa peau lisse, manquant de glisser de son poignet. J’étais heureuse de constater qu’elle le portait ; je croyais qu’elle l’avait perdu depuis longtemps.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode