Livres
438 981
Membres
367 952

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Camille77150 2015-04-28T22:54:53+02:00

"Lorsque ses lèvres se sont posées sur les miennes, son odeur m’a fait frémir et j’ai eu l’impression qu’une décharge électrique parcourait tout mon corps. Une multitude de sensations m’a envahie. Quand il s’est écarté, il a scruté mes yeux avec attention. Il m’a fallu quelques secondes pour revenir à la réalité.

— Emma ?

C’était la voix de notre prof. Evan a ouvert des yeux grands comme des soucoupes avant de m’entraîner rapidement dans la chambre noire. Le temps de reprendre mes esprits, j’ai attendu quelques secondes.

— Bonjour, madame Mier, ai-je dit d’une voix peu assurée en sortant de la pièce.

J’avais l’impression d’être écarlate.

— Ah, tu es là ! s’est-elle exclamée avec un sourire étonné.

Elle déplaçait des affaires sur son bureau.

— J’avais besoin de récupérer un papier. Tu pourras fermer la porte à clé quand tu partiras ?

— Bien sûr.

Elle a levé la tête vers moi et son sourire s’est élargi.

— Ça te va bien, cette couleur, a-t-elle remarqué.

Je me suis sentie devenir encore plus rouge. J’ai baissé les yeux sur les traces bleues laissées par Evan sur mon tee-shirt.

— Non, je parlais du rouge…

J’ai froncé les sourcils et l’ai regardée se diriger vers la porte. Avant de sortir, elle m’a jeté un dernier regard et m’a dit :

— Dis à Evan Mathews que je lui souhaite un bon retour parmi nous."

Afficher en entier
Extrait ajouté par okeanos01 2015-05-05T15:56:04+02:00

« – Et si je ne veux pas être ami avec toi?

– Alors nous ne seront pas amis.

– Et si j’ai envie d’être plus qu’un ami?

– Alors nous ne seront rien du tout… »

Afficher en entier
Extrait ajouté par guerriere 2015-03-15T11:08:54+01:00

Dans ma vie instable, c'est l'amour qui , finalement , m'a poussée à me battre . Qui m'a convaincue de ...Respirer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Camille77150 2015-04-28T22:54:59+02:00

"Oubliant que je tenais un pinceau, j’ai bougé mon bras un peu brusquement et une grande traînée verte a zébré son tee-shirt gris. Il a baissé le regard en fronçant les sourcils. J’ai retenu ma respiration, les lèvres pincées, avant d’éclater de rire, incapable de me retenir.

— Tu trouves ça drôle, hein ?

Je me suis mordu la lèvre pour essayer de me contenir.

— On va voir si tu trouves ça drôle aussi.

D’un geste rapide, il s’est penché par-dessus la table et a barbouillé ses mains de peinture bleue. J’ai aussitôt compris son intention et sauté de mon tabouret pour échapper à sa contre-attaque.

— Evan, non ! ai-je supplié.

J’ai contourné la table et je me suis précipitée vers la chambre noire, mais il m’a attrapée par la taille, laissant l’empreinte bleue de ses mains sur mon tee-shirt."

Afficher en entier
Extrait ajouté par audreymaelynn 2015-06-11T14:29:55+02:00

Après avoir dit ça, il est sorti de la pièce et m'a conduite à la grange. Lorsque je me suis assise sur le canapé, en face de lui, j'avais le ventre totalement noué. J'ai retiré mes chaussures et je me suis appuyée sur l'accoudoir, les genoux ramenés sous le menton. J'étais prête. Enfin...

- Ce dont je veux te parler date d'avant mon départ, a-t-il commencé en tripotant nerveusement la couture du coussin. C'est une chose que j'aurai dû te dire pendant le mois où on ne se parlait pas. Avant de partir.

Il a marqué une pause puis m'a regardée droit dans les yeux. J'ai vu sa mâchoire se contracter tandis qu'il prenait une profonde inspiration. J'attendais, retenant mon souffle, l'estomac retourné par l'angoisse.

- Je t'aime.

J'ai senti un gros choc dans ma poitrine. Mon coeur réagissait. C'était la première fois qu'on me disait ces trois mots.

- Je n'ai pas du tout assuré. Je n'aurai pas dû m'énerver contre toi. je t'ai dit des choses que je ne pensais pas et qui t'ont éloigné de moi. C'est moi qui t'ai pratiquement poussée dans les bras de Drew Carson, et ça m'a tué.

J'ai ouvert la bouche pour protester mais je n'ai pas eu le temps d'articuler un mot.

- Je sais très bien ce que j'ai fait , Emma. Tu n'es pas responsable. Mais le pire de tout, ç'a té de te voir évanouie sur le terrain de basket. Je ne parviens pas à chasser cette image de ma tête.

J'ai baissé les yeux, incapable d'affronter la souffrance dans son regard.

- C'était le pire moment de ma vie. Et après, quand tu n'as plus voulu me voir...

Sa voix a tremblé. il s'est interrompu une nouvelle fois avant de poursuivre.

- Si tu ne me laissais même pas être la pour toi, alors il valait mieux ne pas être là pour toi du tout. Donc je suis parti. Mais c'était horrible. Des copains me parlaient de toi, me racontaient t'avoir bcroisée à une f^te ou à un match de basket. Je ne demandais que ça : entendre parler de toi. Enfin... Sauf une fois...

Afficher en entier
Extrait ajouté par bellajessica 2015-03-05T19:20:38+01:00

— Merci, Evan.

Elle m’a lancé un regard inquiet.

— Emma, comme tu as quelques réserves à l’égard de la proposition d’Evan et que tu es la rédactrice en chef du journal, je te propose la chose suivante : tu lui donnes le feu vert pour qu’il fasse son article mais c’est toi qui décideras, en dernier lieu, de le publier ou pas. Qu’en penses-tu ?

— Je suis d’accord.

— Evan, ça te convient ?

— Tout à fait. C’est elle la rédactrice en chef.

Mais quel prétentieux ! J’ai replongé mon nez dans mon ordinateur pour ne plus voir sa tête de beau gosse imbu de lui-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2015-06-19T14:30:28+02:00

Je suis passée devant lui et me suis dirigée vers l’escalier.

- J’avais confiance en toi ! s’est écrié Evan dans mon dos.

Je me suis retournée. Il s’est avancé jusqu’à moi. Un mètre à peine nous séparait.

- J’avais confiance en toi, et toi non, a-t-il poursuivi.

À mon tour, je l’ai regardé droit dans les yeux. Et j’ai perçu sa souffrance. Mon cœur s’est mis à battre très vite.

- Pour la première fois de ma vie, j’ai défait mes valises. Pour toi. J’ai été totalement sincère, y compris sur mes sentiments. Jamais je n’avais été si honnête. J’avais confiance en toi.

Sa voix s’est transformée en un murmure et il s’est penché tout près de moi.

- Pourquoi tu ne m’as pas fait confiance ?

La gorge nouée, les yeux gonflés de larmes, j’ai essayé de respirer. Je lisais la douleur dans ses beaux yeux gris et mon cœur me suppliait de lui tendre la main, de le toucher. Les secondes ont duré une éternité. Puis je me suis remise à marcher.

J’ai poussé les portes et ai commencé à dévaler l’escalier.

- Je t’aime toujours ! a-t-il hurlé du haut des marches.

Une larme a coulé sur mes joues.

- S’il te plaît, ne t’en va pas.

D’autres larmes ont coulé. Mon cœur battait comme un forcené dans ma poitrine. Appelait à l’aide. L’espace d’une seconde, j’ai failli faire demi-tour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par El_n 2015-05-21T20:42:05+02:00

Il s'est penché vers moi et m'a embrassée, posant ses mains sur ma taille pour m'attirer à lui. Son souffle chaud a caressé ma bouche tandis qu'il suivait le contour de mes lèvres avec sa langue. Un frémissement m'a chatouillé le ventre et j'ai laissé échapper un gémissement d'excitation. Nos deux corps se sont serrés l'un contre l'autre pendant que nos lèvres se cherchaient.

Lorsqu'il m'a relâchée, j'ai poussé un léger soupir, le souffle court.

- Whaouh, a-t-il lâché.

- Comme tu dis...

Tout mon corps vibrait. C'était une sensation que je n'avais jamais éprouvée jusque-là. Je devais absolument calmer ma respiration et le tourbillon dans ma tête avant d'envisager le moindre mouvement.

- Je dois y aller, ai-je murmuré.

- OK.

En guise d'au revoir, il a déposé un doux baiser sur mes lèvres. A l'instant où il m'a effleurée, nous avons plongé dans la même intensité que la minute précédente. Avant de perdre tout contrôle, j'ai réussi à me détacher.

- Il faut vraiment que j'y aille.

Il m'a suivie des yeux tandis que je franchissais la porte.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AudacieuseErudite 2015-04-22T14:28:00+02:00

"Quand l'espoir ne tient qu'à un fil, l'amour est un miracle."

Afficher en entier
Extrait ajouté par nevizhed 2015-04-20T19:18:08+02:00

Le temps s'écoulait, les secondes passaient. Je percevais un bruit sourd ; mon cœur luttait pour garder le rythme. Mais les battements s'espaçaient de plus en plus. Autour de moi, l'obscurité gagnait du terrain. Une solution s'offrait à moi, si facile. Si tentante. Il suffisait de céder à la tranquillité et d'accepter l'idée du néant. De renoncer.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode