Livres
439 795
Membres
369 766

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par PlzAllow 2017-11-27T23:01:08+01:00

"Je me suis allongé à côté de mon blouson, on avait tous les deux les bras en croix, et j'ai grelotté de joie."

Afficher en entier
Extrait ajouté par PlzAllow 2017-11-27T22:59:37+01:00

"Voilà, quand je voulais dire quelque chose d'immense ça finissait toujours petit."

Afficher en entier
Extrait ajouté par PlzAllow 2017-11-27T22:56:34+01:00

"Ce matin-là, dans cette pièce toute jaune de soleil neuf, j'ai compris quelque chose d'important. J'étais bizarre, pas normal, plein de problèmes, d'accord. On n'arrêtait pas de me le répéter. Mais finalement tout le monde était comme moi. Les autres avaient aussi leur Malocchio, leurs cauchemars et leurs Macret à eux, ils leur donnaient juste d'autres noms."

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellejuliette9a 2017-10-25T14:23:04+02:00

J’ai voulu la pluie. Je l’ai tant voulue que quand elle est venue, je ne savais plus comment l’arrêter. C’était une grosse pluie rose, vert, bleu, elle prenait la couleur d’un rien. Elle assommait les oiseaux. Il a plu comme ça pendant je ne sais pas combien de temps. Les vieux disaient qu’ils n’avaient jamais vu ça. Ils parlaient de leurs ancêtres et de Dieu
 et du ciel et de tout sauf de la raison de la pluie : moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Im-a-Sassenach 2018-08-28T21:26:22+02:00

J'étais triste, bien sûr. Mais d'une certaine façon, je me sentais mieux. Viviane avait laissé une lettre pour me prévenir qu'elle partait, elle ne m'avait pas abandonné. C'était moi qui avais tout gâché en la déchirant, si je ne l'avais pas fait j'aurais pu demander à Matti de me la lire plus tard. Je ne serais pas allé au château, je ne l'aurais pas démoli avec mon regard qui abîmait la magie. Tout cela, je l'acceptais, c'était mieux que de ne pas savoir, de demander à mon cerveau de comprendre quelque chose de trop grand pour lui. C'était moi qui avais trahi Viviane, pas l'inverse. Ça me rassure de savoir que c'était ma faute, parce que tout avait toujours été ma faute, que j'y étais habitué et que c'était aussi confortable que mon vieux pyjama en velours vert.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode