Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Maael : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Cité de l'oubli La Cité de l'oubli
Sharon Cameron   
Un livre incroyable !
J'ai apprécié ce livre post-apocalyptique futuriste (comme la plupart du temps) avec, pour ma part, un énorme respect envers les réactions humaines à l'état pure !
Au début je n'étais pas vraiment tenté par l'histoire mais je ne regrette rien !
La Confusion des sentiments La Confusion des sentiments
Stefan Zweig   
Voilà que je relis pour la troisième foi de ma courte « carrière » de lecteur cette nouvelle très courte mais au combien puissante de Stefan Zweig juste pour le plaisir de faire un commentaire le plus sincère possible à mes amis Booknood.
Cette lecture est troublante du point de vu de l’exploration de l’âme humaine. Zweig plonge vraiment au plus profond de nos ombres. Sa dextérité à décrire les douleurs de la passion sentimentale est tout à fait envoûtante.
C’est en effet des thèmes aussi variés que la débauche de la jeunesse, la transmission du savoir, l’éveil d’une relation dévorante, l’homosexualité, la fidélité qui sont abordés à travers ce trio que forme Roland, jeune étudiant de 19 ans, son professeur de philologie, exaltant Shakespeare, érudit de l’Angletterre Elisabéthaine et sa jeune femme délaissée, libre et vivante. Leurs relations sont ambiguës, pleines de non-dit et l’on sent bien combien chacun d’eux est soumis à une vérité inavouable et encore taboue pour l’époque (1927).
C’est presque un combat ! Lutte intérieur de l’élève face à son mentor afin de s’en faire aimer, d’avoir sa reconnaissance, sa gratitude, un geste… Roland a la jeunesse candide, naïve, se débat avec ses sentiments, tente de trouver dans cette relation l’amour d’un père absent, pour finalement se brûler les ailes au soleil de cet homme, qui l’abreuve de son savoir, de ses passions intellectuelles mais aussi de ses propres ambivalences. Cette passion, cet amour sera quasi fatale à Roland.
Mais c’est aussi un guerre intérieur pour ce professeur qui lutte tant bien que mal avec ses vieux démons, exacerbés par l’idolâtrie que lui porte Roland ; en même temps que ce dernier lui redonne une ambition passée et le goût à cette vie.
Enfin, escarmouche pour cette femme qui pour ne pas trahir les secrets de son mari, ni briser la foi de Roland, tente d’équilibré cette surtension intellectuelle en entraînant Roland dans des dépenses physiques, des promenades dans la nature… jusqu’à offrir son corps, au corps de Roland.
Stefan Zweig dans un style sensible et délicate esquisse en pastelle la réalité des sentiments humains tout en cachant délicatement la crudité des faits. C’est la confusion des sentiments, sentiments moraux et charnelles pour l’élève et son maître mais également pour le lecteur que je suis.
Je suis passé du chaud au froid, de l’ombre à la lumière face à cette explosion de sentiments précieux, pudiques, face à ses vibrations intenses, à ses passions tortueuses.
Voici dont une très belle lecture. En espérant que mon commentaire vous donnera envie de lire cette nouvelle.


par RMarMat
Poison, Charme, Beaute - Intégrale Poison, Charme, Beaute - Intégrale
Sarah Pinborough   
Un livre qui m'attirai franchement par cette couverture magnifique, mais aussi parce que cela reprend des contes que j'aime beaucoup. Quand l'on a dans les mains, on a l'impression d'avoir un vieux livre précieux. Je suis déjà fan.
Cette intégrale est composé de trois histoires bien distincte, donc je donnerait trois avis.


Poison

Le première histoire est un renouveau du conte de 'Blanche-Neige et les sept nains'. Donc nous retrouvons une Reine jalouse de la fille de son mari. Elle va tout d'abord vouloir lui faire payer ce qu'elle représente : une personne aimé par son père et tout le peuple. Elle va finir par la faire fuir, puis tenter de la tuer. Mais les sept nains vont la garder et la protéger, jusqu'à ce que le Prince arrive.

Nous retrouvons donc le véritable conte, mais d'un points de vue extérieur suivant plusieurs personnages tels que la Reine, les nains ou encore Blanche-Neige. Puis, nous avons aussi quelques scènes érotique et des événements assez différents du conte classique. Et franchement, j'ai apprécie cette histoire beaucoup plus adulte et sympas à découvrir.

La fin m'a mis hors de moi - même si je n'ai pas compris l'épilogue. Mais le chapitre douze, j'ai cru que le livre allait traverser la pièce de part et d'autre. Non, mais comment c'est possible de finir une histoire comme cela ?

Sinon côté personnages, j'ai beaucoup aimé Blanche-Neige, une jeune fille magnifique, aimé par tous et surtout son père. Elle est complètement libre refusant toute forme d'autorité, mais étant malgré tout proche du peuple. Je me suis attachée à elle facilement.

Sa belle-mère, la Reine, est assez méchante, mais j'aurai presque eu pitié de son malheureux au départ. Mais après, l'auteur développe les principes de cette jeune femme et là, autant dire que je la déteste. Comment l'on peut penser que le bonheur n'existe pas ?

Enfin, les nains sont biens sur adorable. On les découvre sous un autre jour, qui me les a fais aimer encore plus. Le Prince quand à lui, je ne peux pas trop développé. Mais je l'aimais beaucoup au départ, mais il va faire quelque chose d'impardonnable.

L'écriture est assez fluide et rapide à lire avec pas mal de description. Le point de vue externe - que je n’apprécie pas beaucoup - ne m'a pas du tout perturbé. J'ai vraiment lu cela comme une lettre passe à la poste.

En général, une première histoire qui est presque un coup de cœur sauf que la fin m'a déçu.


Charme

La second histoire est une revisite du conte de Cendrillon et autant dire que cela m'a un peu perturber. En effet, l'on découvre qu'elle souhaite se marier avec le Prince par tous les moyens. Elle va donc passer un contrat avec un fée pour tomber amoureuse. Mais cela ne va pas se passer comme prévu... Le Prince a en effet un très lourd secret...

Le rapprochement entre 'Poison' et 'Charme' est juste top. En effet, le Prince est le même dans les deux romans,, on retrouve la Reine aussi et le rat - le Chasseur. Et franchement, je trouve cela juste top. Cela me rend accro à l'histoire pour savoir si l'on va encore les retrouver ou pas.

La fin est bizarre, mais donne envie d'en savoir plus avec notamment le retourne de Blanche-Neige et de la Reine, avec un accord pour Rose et le Prince. On ne sait pas trop à quoi s'attendre avec la suite.

Cendrillon est un personnage qui m'a franchement agacé. Elle se plaint continuellement et a des rêves complètement surréaliste, mais elle est sur de parvenir à ses fins. Je trouve cela franchement dommage. Enfin, je dirais qu'il y a un truc qui me perturbe : elle se masturbe ! Non, mais mon enfance est ruiné ainsi...

Sinon le Prince est comme dans le premier tome, même s'il est encore complètement sous le charme de sa Blanche-Neige. Rose est un personnage facilement manipulable, qui veut le bonheur de tout le monde... Mais peut-être pas le sien... La père et la belle-mère de Cendrillon ont l'air assez différents... Je comprends l'amour, mais là, cela me fait bizarre... Je ne sais pas y a un truc pas clair.

L'écriture est assez fluide et rapide à lire avec pas mal de description. Le point de vue externe - que je n’apprécie pas beaucoup - ne m'a pas du tout perturbé. J'ai vraiment lu cela comme une lettre passe à la poste.

En général, une histoire que j'ai moins aimé au-début que la première, mais que j'ai adoré à la fin.


Beauté

La troisième histoire est proche de celle de la Belle et la bête avec aussi Rumplestilskin et le Petit Chaperon Rouge. En bref, c'est l'histoire d'un Prince, en manque d'aventure, qui va partir à la recherche d'un royaume perdu endormi depuis cent ans. Pendant sa quête en compagnie d'un chasseur, il va faire la connaissance d'une jeune fille au courant de l'histoire, qui va le mener jusqu'à là-bas.

Petra est mon personnage préféré, une jeune fille au grand cœur, qui veut toujours le bonheur de tout le monde, allant même jusqu'à se sacrifier pour la bonne cause.

Le Prince n'est pas un prince charmant... Déjà il pleure, cela casse le mythe quand même...Puis, il est totalement sous le charme d'une femme totalement fausse.

Belle est une jeune fille magnifique à premier abord, mais plus on avance dans l'histoire, plus on en découvre sur elle. Mais je ne peux en dire plus...

Rumplestilskin est un personnage important retenant beaucoup de secret, notamment sur Belle, mais aussi sur sa vie. Il est habille et un grand sorcier puissant. J'aurai voulu en savoir plus sur lui...

Les autres personnes, même s'ils sont présents, ont des caractéristiques classiques, banales. Nous avons celui qui fais confiance à personne, le gentil...

A la fin de l'histoire, j'en aurai voulu tellement plus. Ma tête est remplie de questions sur les personnages et d'autres futures histoires, aventures.

L'écriture est assez fluide et rapide à lire avec pas mal de description. Le point de vue externe - que je n’apprécie pas beaucoup - ne m'a pas du tout perturbé. J'ai vraiment lu cela comme une lettre passe à la poste.

En général, une histoire que j'ai su apprécier et qui m'a énervé de temps en temps, en me disant : Mais pourquoi lui ne sera pas heureux ?


Pour conclure cette trilogie, j'ai bien aimé ces histoires qui m'ont transportés dans les contes de mon enfance en une version plus adulte.

Petit bonus, j'adore vraiment les illustrations et l'ambiance en lisant ce livre. C'est juste magique !

>>http://fifty-shades-darker.blogspot.fr/2015/12/contes-des-royaumes-integrale-de-sarah.html
Souviens-toi que l'amour n'existe pas Souviens-toi que l'amour n'existe pas
Diane Gontier   
Un roman très addictif et envoûtant. Les personnages sont intéressants, notamment le professeur Costa qui m'a hypnotisé tout le long du roman. J'ai été étonnamment surprise par la fin!
Je le conseille vivement.

par Luciole40
California girls California girls
Simon Liberati   
Charles Manson, Sharon Tate, des noms qui me parlent au vu de certaines de mes lectures.
Livre intéressant. La vision de Manson, sa façon de faire, l'emprise qu'il a sur les gens de sa secte et principalement les femmes.
Le meurtre, évidemment, que l'on s'imagine bien, grâce à l'écriture.
A lire pour comprendre.

par cocobong
Orphère, Tome 1 Orphère, Tome 1
Marine Pelbery   
Alors pour commencer, ce livre fait partie de mes préférés et est peut-être bien même mon préféré.
Je l'avais déjà découvert sur Wattpad à l'époque et l'avait adoré mais ça fait un bout de temps maintenant. Il m'avait déjà beaucoup plus, l'histoire est extrêmement addictive, je ne pouvais plus m'arrêter de lire et l'effet était encore présent lors de ma relecture bien que je connaissais déjà la fin.
Les personnages sont très attachant et variés, ils apparaissent tous à de très bon moment de l'histoire de manière à ce qu'on puisse les connaître tous personnellement et il y en a pour tout les goûts ! Si un personnage ne nous plaît pas (pour ma part c'était Orphère au début) il y en a toujours d'autres à aimé (moi j'ai adoré Hayden par exemple).
Et je voulais enfin parler de l'effet qu'a provoqué ce livre chez moi, aucun livre ni film ne m'avait fait ça, je tremblais quand l'histoire arrivait à sa fin, j'ai pleurer (ce qui m'est déjà arrivé) mais là j'étais carrement au bord du sanglot (je ne spoile pas ;-) ) . Marine Pelbery a vraiment un véritable talent, son roman est un vraie coup de cœur pour moi, je lirais le tome 2 dès que je le pourrais et j'attends de nouveaux romans de notre prodige avec impatience.

Je recommande vraiment ce livre à tout ceux qui, comme moi, adore le fantastique, n'ont pas froid aux yeux en lecture et adore quand tout ça est mêlé à de la romance. Bonne lecture ! ;)

par Auregane
Classé confidentiel, Tome 1 : Une si sublime créature Classé confidentiel, Tome 1 : Une si sublime créature
Alexi Lawless   
Wouaaah j'adore ! Vraiment surprise par la qualité de ce premier tome, je ne m'attendais pas du tout à ça !

Cela devient tellement rares, de nos jours, les romances où la femme tient réellement tête au mâle puissant par excellence. C'est tellement rafraichissant de voir enfin une femme capable de tenir les rênes et qui mène la vie dure à l'autre, une femme forte et mystérieuse au passé sombre et troublant telle que Sam. Tellement original comparé aux autres milliers de romances sur un milliardaire dominant et une soumise innoncente...

par MalauryL
Trilogie des Trylles, Tome 1 : Échangée Trilogie des Trylles, Tome 1 : Échangée
Amanda Hocking   
Ce premier tome met en place ce nouvel univers sans qu'on ressente de longueurs pour autant. Wendy est un personnage très attachant, la mythologie est assez prenante et Finn tout simplement délicieux :)

par So86
La Citadelle des monstres, Tome 1 : Le Pacte d'Hécate La Citadelle des monstres, Tome 1 : Le Pacte d'Hécate
Laura Black   
Cela fait plusieurs fois que je vois le nom de l'auteur passer et c'est donc par curiosité que j'ai voulu essayer un de ses écrits. La couverture est plutôt sympa et un petit extrait sur sa page FB a finit par me convaincre. Ce fut une lecture sympa même si je lui reproche les défauts des premiers écrits où l'auteur à tendance à un peu s'emballer.

L'auteur a une plume riche, peut-être un peu trop ronflante parfois, un petit allégement ne ferait pas de mal pour éviter une sensation de longueur et de vouloir en mettre plein la vue. On a compris qu'il y avait du vocabulaire et de jolies tournures. D'ailleurs, je ne pouvais plus voir le mot "pregnant", je ne l'ai jamais autant lu dans un bouquin UF... sachant quand plus en anglais ça veut dire "enceinte", était-ce un jeu de mot ? Sinon en effet, certains passages trainent le rythme, les descriptions du début peuvent en décourager certains.

Ce que je reprocherais ce serait le dosage que ce soit dans les mots ou tout simplement dans les capacités de l'héroïne ou dans les événements. Il y avait matière pour faire quelque chose d'un peu plus mesuré et sans partir dans les délires grandiloquents. Que ce soit la rencontre avec le "mâle", c'était un peu roulage de yeux avec un "mais bien sûr", il y avait moyen de faire monter la pression et créer une tension plus réaliste et moins "on s'en bat les c****" du "quand dira-t-on", du travail, etc etc. Ça manque de réalisme et d'approfondissement dans ses émotions. C'est très superficiel.

L'héroïne est au départ plutôt attachante, mais plus on s'approche de la fin et plus elle cherche à être "badass" et là ça part un peu en WTF. J'avais la même réaction que quand je regarde Rey rétamer Kiloren dans le Réveil de la Force, où est le putain de REALISME ?! Je parle évidement de la fin. Toutes les infos sont rapidement à notre portée, nous attendons la révélation mais quand ça vient, ça perd en saveur. Ça montre des incohérences ou alors des questions sans réponses, j'avais beaucoup trop de "mais bien sûr" en lisant ce qui a tendance à m'agacer.

Après globalement, l'auteur a un réel talent et je l'ai trouvée prometteuse, mais il va falloir revoir la mesure pour un meilleur dosage, apporter également de l'émotions parce qu'on a beau être dans de la fantasy, l'attachement qu'on peut avoir envers un personnage ou un lieu est pour moi primordiale et ça m'a manquée ici.

par LLyza
Étoile de brume Étoile de brume
Lily R. Davis   
http://www.lmedml.fr/2017/11/08/etoile-de-brume-lily-r-davis/

Lire ce roman fut intense, très intense. Cette histoire aborde un thème qui me touche de très près. J’ai été confronté à la bipolarité, j’ai ressenti des émotions parfois indéchiffrables pour comprendre mon père qui était bipolaire. Ce roman, il fallait que je le lise, j’ai été de suite attirée par l’originalité du thème traité par l’auteure. C’était un pari très osé de mettre en scène une héroïne bipolaire, et je peux vous dire que ce roman offre au lecteur une palette incroyable d’émotions. Je pense que vous devez vraiment mettre de côté vos a priori sur la bipolarité, souvent très mal perçue par ceux qui ne connaissent en rien les tenants et les aboutissants de cette maladie.

Le résumé m’a tout de suite convaincue que cette histoire allait être abordée avec beaucoup de tact, de sensibilité et d’intensité. Mais j’étais très loin de m’imaginer être totalement emportée dans le tourbillon de la vie de Brume… J’avais envie de la suivre au quotidien, aux prises avec ses démons intérieurs, en proie à un espoir qui pourrait naître de sa rencontre avec Jensen.

Brume, notre héroïne, est une jeune femme exceptionnelle, elle est intelligente, passionnée, un peu fantasque et tout simplement particulière aux yeux des autres, aux yeux de ceux qui ne savent pas qu’elle est malade. Elle pourrait passer pour une originale tant que les médicaments musellent ses phases maniaques et ses phases de profondes dépressions. Brume a besoin de normalité dans sa vie, mais que peut-on qualifier de normal ? Elle va à l’université, elle étudie la philosophie, elle a l’âme d’une artiste qui se perd dans ses peintures, abreuvant ses toiles de tout ce qui la stimule. Et depuis sa rentrée à l’université et sa rencontre avec Jensen, c’est lui qui occupe toutes ses pensées, c’est, malgré tout ce qu’il lui apporte, lui aussi qui fait renaître ses vieux démons, tapis dans l’ombre, n’attendant qu’une incertitude, qu’une crainte ou un choc trop intense pour la faire retomber dans l’excès. Jensen va lui apporter de l’espoir mais aussi faire resurgir certaines peurs, alimenter son instabilité… Mais c’est sans compter sur la force tranquille de Jensen qui sera là au moindre faux pas, à la moindre part d’ombre de Brume.

Ce roman n’est pas une simple romance, ce livre transmet un message de tolérance et d’acceptation. La bipolarité est une maladie méconnue, je sais ce que les gens en pensent, comment ils jugent les personnes atteintes de cette maladie, sans savoir réellement de quoi il est question. Je me suis tout de suite attachée à Brume, et ce, grâce au style singulier de l’auteure. On est comme transporté dans le subconscient de cette héroïne, je vous en convient qu’à certains moments c’est très perturbant car on se retrouve dans sa tête, on vit avec elle son quotidien, ses angoisses, ses peurs et ses espoirs. J’ai été très touchée par son histoire, et sa relation avec Jensen. Cette romance qui flirte avec une réalité saisissante est un véritable coup de cœur pour moi. J’ai été percutée de plein fouet pour ce récit, évident comme un écho à ma propre relation avec cette maladie, j’ai été infiniment compréhensive envers Brume, adoptant un peu l’attitude de Jensen envers elle, j’ai adoré le cheminement de l’histoire, malgré l’aspect déchirant et dramatique de certains rebondissements qui éclairent le lecteur sur ce que cette maladie implique dans la vie du malade.

On début le roman avec une explication très claire de la part de l’auteure, elle nous averti sur le sujet qu’elle traite dans son roman. Elle sensibilise le lecteur dès les premières lignes, et pour tout vous dire, j’ai été suspendue à ses mots du début à la fin, j’ai souffert avec nos personnages, mais j’ai aussi aimé et ressenti énormément d’émotions diverses et variées. J’ai eu de nombreuses pensées pour mon père durant ma lecture, comprenant la vie de Brume, j’avais envie d’être là pour elle, de l’encourager dans ses rêves, en gardant toujours à l’esprit que cette maladie est sournois et qu’elle est difficile à vivre. Les personnages de ce roman nous emmènent dans un récit très complexe. Nos héros centraux sont très importants et apportent leur lot de peines et de joies. Je me suis beaucoup attachée à Finn, le cousin de Brume. Je l’ai trouvé tellement vrai, généreux et aimant. Sa relation avec Brume est très particulière, presque fusionnelle, il est son équilibre, celui à qui elle peut tout dire sans avoir peur d’être jugée. Bien sûr, je me suis aussi attachée à la grand-mère de Brume, j’aurais donné n’importe quoi pour avoir une grand-mère comme elle, tel un phare dans l’obscurité, car c’est ce qu’elle est pour Brume. C’est aussi chez elle que notre héroïne se réfugie quand c’est trop dur d’exister auprès de personnes qui ne sont pas au courant de sa maladie. J’ai aimé chacun des personnages, différemment, car ils apportent tous leur pierre à l’ouvrage. J’ai compris leur réaction, leur personnalité mais j’ai parfois ressenti de l’amertume et de la colère envers certains d’entre eux, tout en comprenant leur façon d’agir et de réagir, car le contexte est particulier, délicat et qu’il faut avoir les épaules solides pour apporter son aide à son prochain, surtout quand la dite personne ne souhaite pas être aider.

L’auteure met en lumière une maladie méconnue dans un scénario exceptionnel. A mes yeux, tout y est ! Elle a fait le tour de beaucoup de situation qui vont survenir dans la vie de Brume, nous mettant face à nos émotions. L’aspect psychologique est très intense, vous vous en doutez vu le thème, l’approche de l’auteure est hypnotique, on se fond dans les méandres de l’esprit de Brume, se déconnectant parfois totalement de la réalité, cherchant du réconfort dans un monde rempli de vide, dans un monde où elle ne serait Brume, la fille bizarre qui vit un peu trop vite, un peu trop intensément. La dynamique de la romance est unique, elle prend en compte énormément de paramètres, elle se développe avec douceur, sensibilité et compréhension. J’ai de suite adoré le personnage de Jensen, même si je vous avoue que j’ai douté de ses intentions vis à vis de Brume. Mais l’auteure nous propose un récit très complet, au fil des pages, au cœur de la tourmente, on apprend beaucoup sur nos protagonistes, sur leur histoire, leur passé et leur façon d’appréhender l’avenir. Elle nous transmet d’autres messages à travers le quotidien des personnages secondaires, toujours en corrélation avec la vie de Brume, car tout les gens qui gravitent autour d’elle se retrouvent inévitablement au cœur de ses démons.

Ce roman, j’appréhendais tout de même de le lire, de mon point de vue, il a forcément eu un goût différent par rapport à un lecteur lambda qui n’a jamais été confronté à la bipolarité dans son entourage. J’ai mon point de vue « extérieur », car j’ai été celle qui vit au quotidien avec une personne ayant cette maladie, je me suis sentie vraiment concernée par la vie de Brume, étant parfois très mal émotionnellement, ce roman m’a rappelé certaines choses de mon passé, et vous savez quoi, je n’ai jamais gardé de mauvais souvenir de mon père, j’ai toujours fait en sorte de me remémorer les bons moments, car après tout, ils étaient nombreux aussi.

La plume de l’auteure est singulière, unique en son genre avec un côté poétique et un peu lyrique. Vivre cette aventure avec Brume c’est poser un regard bienveillant sur quelque chose que l’on est pas à même de comprendre. J’ai aimé le style de l’auteure, sa façon d’emporter le lecteur, sa façon de fondre la réalité avec la fiction. Sa façon d’aborder ce thème si mal perçu. Les détails sont saisissants car ils se fondent dans l’histoire, on ne ressent pas de lourdeur dans l’histoire, on ne tourne jamais en rond, on progresse dans un récit dont il est impossible de deviner l’issue finale. Le roman est scindé en plusieurs parties, comme des étapes dans la vie de Brume. On la suit dans ses phases de manie et de dépression, c’est vraiment percutant. J’ai pleuré à plusieurs reprises, j’ai été assaillie par beaucoup d’émotions jusqu’à parfois ressentir une sensation d’étouffement, comme-ci j’arrivais à ressentir la détresse de Brume. Lily R. Davis ne surjoue pas, jamais, elle nous plonge dans un univers fantasque, très bien exploité pour que le lecteur se sente en osmose avec l’histoire. Comme je l’ai dit, le style est particulier, mais je n’ai eu aucun mal à m’y faire, au contraire, j’ai aimé cette différence, cette écriture à fleur de peau, intense et ô combien représentative de la particularité de Brume. Cette héroïne passionnante, attachante et pleine de fêlures.

L’auteure ne nous vend pas du vent. Elle nous plonge dans une histoire sensationnelle, vous allez très certainement être perdus au milieu des émotions qui se dégagent de cette histoire, car il n’est pas aisé de se positionner face à ce que nos personnages vont vivre. Pour moi, ce roman est un vrai chef-d’oeuvre. Vous allez être secoués, sachez-le, ce récit n’est pas enjolivé, j’ai été frappé par le côté « vrai » et « poignant » de cette romance, les sentiments amoureux viennent sublimer l’ensemble avec beaucoup de douceur qui contrebalance très bien avec le tempérament incontrôlable de notre héroïne et l’aspect dramatique du récit.

J’espère sincèrement que vous aurez envie de découvrir ce roman, pour son unicité et son originalité, pour le message qu’il transmet, pour le thème peut usité que l’auteure a abordé ! J’espère que vous aurez envie de découvrir la vie de Brume, cette jeune femme unique et particulière qui se débat avec ses émotions, sa vie et ses rêves. J’espère aussi que vous aborderez ce roman avec toute la considération qu’il mérite, car je vous assure que vous en ressortirez grandit, ce roman nous « montre » certaines facettes de la bipolarité, j’ai trouvé que l’auteure est restée juste du début à la fin, en restant crédible et cohérente, tout en nous faisant rêver avec son héroïne et son héros hors du commun.

En bref, vous l’aurez compris, ce roman a eu un impact particulier sur moi. Le coup de cœur s’est fait sentir très rapidement, à mesure que j’ai fais connaissance avec Brume, Jensen et tous les autres personnages. La plume de l’auteure est poétique, unique et libre de droit, ce roman sera perçu différemment d’un lecteur à l’autre, Lily R. Davis nous propose une romance percutante, menée tambour battant, mise en scène avec beaucoup de tact, le récit est parfois violant et perturbant, mais toujours avec cette pointe d’espoir et de petits bonheurs à venir. Ce roman restera pour moi particulier, un petit chef-d’oeuvre à découvrir sans aucune idées préconçue sur un thème encore très controversé. La littérature nous prouve que les mots sont de véritables armes mais qu’ils peuvent aussi être source d’un grand bonheur et d’émotions d’une rare intensité. Pour moi, un roman inoubliable et incontournable.