Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de mabiblio1988 : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Le manuel du serial-killer Le manuel du serial-killer
Frédéric Mars   
Pas accroché

J'avais hâte de lire ce roman car j'ai beaucoup aimé "Non-Stop" du même auteur. Le style est toujours aussi brillant, et rien à dire sur l'écriture irréprochable, pourtant ça ne l'a pas fait pour moi, je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. C'est une vraie déception car j'aime la plume de cet auteur, mais malgré tout je me suis passablement ennuyée, ça ne se commande pas.

Lu aussi : 4/10
Pour un éclat de lumière Pour un éclat de lumière
Sara Agnès L.   
https://lmedml.com/2017/08/09/pour-un-eclat-de-lumiere-sara-agnes-l/

Attention, je vous mets en garde avant de vous livrer mon ressenti, ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains, on débute sur une scène de viol, ce roman comporte des scènes sexuellement explicites et qui pourraientt heurter la sensibilité de certains lecteurs.

Ecrire cet avis n’est pas chose aisée, mais j’aime me dépasser et livrer mes avis au plus juste de mon ressenti. Pour ce roman, il s’avère que je suis partagée. Comme si je pouvais avoir deux avis sur ce roman. Si je vous assure que ce que j’ai ressenti est complexe et je vais vous expliquer pourquoi.

En terminant l’histoire de Mia, je suis comme scindée en deux. Une partie de moi a totalement et complètement adoré ce roman, la preuve, je l’ai lu d’une seule traite. La lectrice de romance que je suis a été comblée par le côté romancé de l’histoire mais l’ensemble manque de profondeur et le thème n’est à mes yeux pas assez exploité. Je sais bien que le but n’était pas de lire une thèse sur le syndrome de stockholm mais bien un roman qui en fait mention, néanmoins il m’a tout de même manqué ce petit plus qui m’aurait complètement convaincue par l’histoire de Mia.

Le contexte est assez sordide, sombre et révoltant. Et pourtant, comme à son habitude Sara Agnès L a réussi à m’embarquer dans l’univers qu’elle a souhaité s’approprier. Cette dark erotica m’a captivée, dans le sens où l’ensemble est très addictif, j’ai ressenti certaines émotions que je ne m’attendais pas à ressentir, comme cette contradiction entre dégoût et excitation. Je m’attendais à être écœurée mais pas excitée, et pourtant certaines scènes ont eu raison de moi. C’est plutôt bien joué de sa part, car cela m’a permis de comprendre certaines réactions du corps de Mia. Notre héroïne est séquestrée, violée, à la merci de cet homme qui désire la faire sienne coûte que coûte. Il va tout vouloir d’elle, et ce pour une courte durée, c’est cet élément qui apporte l’espoir à notre héroïne. Le cheminement de l’histoire est perturbant, l’auteure ne ménage pas son lectorat, les scènes sont explicites et l’érotisme est omniprésent dans la première moitié du récit. Il y a un avant et un après qui font ressentir au lecteur différentes émotions. Le tout est agréable à lire et la fin arrive sans que l’on ne s’en aperçoive. La romance est addictive et efficace. Mais est-ce suffisant ?

Là où j’ai ressenti un manque c’est au niveau de la gestion du thème. Effectivement, lorsque j’aborde certains romans, j’ai certaines attentes. Est-ce que je deviens « trop » exigeante ? C’est une bonne question, et finalement je peux y répondre très facilement. On a toutes des attentes différentes en découvrant un roman, ici certaines se contenteront de la romance telle qu’elle est écrite, car c’est un excellent roman. Mais il m’a manqué de l’approfondissement sur le thème du syndrome de stockholm. Le roman est relativement court, donc difficile de rentrer dans les détails complexes de l’esprit humain, et pourtant j’aurais voulu pouvoir totalement comprendre le revirement de situation. Comment Mia peut-elle s’éprendre de son ravisseur ? Je n’ai pas assez ressenti la peur de notre héroïne, ni même son instinct de survie. Pendant tout le temps où elle est à la merci de cet homme, il m’a manqué la phase de transition. Le côté psychologique qui me fasse comprendre les décisions qu’elle va prendre. La seconde partie du roman nous plonge davantage dans le vif du sujet, et c’est pour cela que je vous confirme que le côté romance a tout pour plaire aux lectrices. Mais cela n’a pas suffit à combler totalement mes attentes.

Je me suis aussi posé d’autres questions. Peut-on écrire sur tous les sujets ? Ici on est dans des thèmes difficiles. Viol, séquestration et enfin des émotions complexes comme l’amour et l’adoration. Le viol est un sujet a prendre avec des pincettes, mais cela arrive tous les jours, je pèse mes mots car il n’est pas question de cautionner cet acte, ni dans un roman, ni dans la vie. Ici il ouvre le récit violemment, il heurte la sensibilité des lecteurs, forcément on déteste cet homme, ce lâche qui se cache derrière un masque. On se prend d’affection pour Mia, on tremble avec elle. J’ai finalement eu un peu de mal à me faire un avis sur elle, de par ce manque de psychologie durant la phase de séquestration. Petit à petit, l’auteure lève le voile sur le personnage masculin. Il y a certains aspects de sa personnalités qui sont très intéressants, je me suis demandé à plusieurs reprises ce qui le motivait à faire ce qu’il a fait à Mia. Car le syndrome de stockholm est complexe et cela ne dépend pas que de la captive, le bourreau y est aussi pour beaucoup.

La plume de l’auteure est toujours aussi intense, Sara Agnès L aime sortir des sentiers battus. Elle assume pleinement son érotisme et ses univers si déviants. Ici le contexte est vraiment particulier. La noirceur est amplifiée avec le sexe qui est une constante dans la première moitié du récit. Les émotions se mélangent. La peur et l’angoisse laissent la place au plaisir et à la honte. Puis d’autres sentiments entrent en scène. Le trouble est plutôt bien représenté à mesure que le corps de Mia cède au plaisir. Et l’attachement et le manque se font sentir dans la seconde partie de l’histoire.

En bref, [Pour un éclat de lumière] s’avère être une dark erotica très addictive. La fan de romance en moi a été comblée par l’histoire pleine de noirceur et de lumière. Le dénouement est plaisant et la plume fluide de l’auteure rend l’ensemble agréable et efficace. La romance est bien menée et les personnages sont accrocheurs, cependant l’autre part de moi-même regrette que le thème n’ait pas été exploité différemment ou du moins plus approfondit. J’ai trouvé le récit et le dénouement un peu facile pour traiter un sujet aussi complexe, mais cela ne reste que mon avis, j’avoue que quand je découvre des romans avec des thèmes si controversés mes attentes sont souvent assez élevées. Je vous conseille néanmoins de découvrir cette dark romance car j’ai passé un bon moment de lecture, mais sachez que vous devez avoir le cœur bien accroché ^^
P'tit loup rentre à l'école P'tit loup rentre à l'école
Orianne Lallemand   
Chouette petit album pour apprendre aux enfants à ne pas avoir peur de l'école à la rentrée des classes.

par Laure17
The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy
Amy Engel   
Tiré de l'article → http://alizeabooks.blogspot.fr/2015/11/the-book-of-ivy-tome-2-revolution-of.html
Tiré du blog → http://alizeabooks.blogspot.com

Je ne sais pas vous mais moi je suis complètement accro de ce livre ! Le premier tome avait été un gros coup de cœur pour moi et celui-ci l'est également. Certes, il y a eu quelques points négatifs mais ceux-ci n'étaient pas assez nombreux et importants pour que je juge le livre bien alors qu'il était génial.

Je savais d'avance que l'univers du livre serait complètement différent – la fin du premier tome nous mettait la puce à l'oreille – mais je ne pensais pas autant apprécier ce nouvel environnement ! Il y avait beaucoup plus d'action par rapport au premier tome ce qui nous stimulait davantage pour le lire. C'était un des plus gros points positifs du roman !

L'intrigue était également très présente : je ne savais jamais à quoi m'attendre et s'en était déroutant ! J'avais toujours peur qu'il se produise quelque chose d'horrible qui changerait alors toute l'histoire et qui nous laisserait sur notre faim. Bien heureusement ce moment n'est jamais arrivé et j'en suis bien contente !

Amy Engel a toujours une belle et délicate plume. Lorsqu'elle décrit des paysages, nous avons l'impression d'y être tellement les détails sont précis. J'ai énormément voyagé durant ma lecture !
Les moments émouvants étaient eux aussi très bien écrits. J'avoue avoir eu la larme à l'oeil plus d'une fois, ce qui ne m'était par arrivée pour le premier tome. Le fait qu'il y ait de l'émotion m'a vraiment plu... le livre paraissait encore plus vivant qu'il ne l'était déjà !

La couverture du roman est vraiment très jolie : on y retrouve quelques éléments du premier tome notamment le poignard que tient Ivy ainsi que sa robe de mariée désormais en mauvais état. J'ai trouvé qu'ils étaient vraiment – et je pèse mes mots – primordiaux. Simplement avec la posture d'Ivy nous pouvons comprendre qu'il y a un énorme changement vis-à-vis du premier tome.

Ivy m'a bien plu mis à part pendant quelques chapitres où je la trouvais assez agaçante ! Vous comprendrez pourquoi en lisant le livre.
Elle est beaucoup plus courageuse qu'avant et son caractère bien trempé est toujours présent. C'est ce que j'avais bien aimé chez elle, son caractère. Je suis bien heureuse qu'il n'ait pas changé !
Au risque de vous spoiler sur l'histoire, je ne vais pas vous parler des autres personnages mais sachez que, comme dans tout bon livre, il y a des gentils et des méchants (vraiment méchants ! XD) mais je suppose que quand vous lirez le livre, car vous le lirez, vous saurez de qui je veux parler.

Je dois vous avouer que cela m'attriste beaucoup que la saga soit terminée... J'ai vécu tellement d'aventures avec Ivy et Bishop, devoir les quitter est vraiment dur. Mais je sais que l'histoire restera à jamais gravée dans ma mémoire. Et puis si j'en ai envie, qu'est-ce qui m'empêche de relire les bouquins ?

S'il y a quelque chose que j'aimerais par dessus-tout, c'est qu'un hors-série sur Bishop voit le jour. Savoir ses pensées et ses émotions me plairaient énormément ! Qui sait... un jour peut-être... ^^

Conclusion : un superbe volume qui conclut très bien la saga. Je n'en attendais pas moins d'Amy Engel ! Je vous le conseille vivement !

Hostiles Hostiles
Franck Thilliez   
Bonne nouvelle courte qui donne à frissonner. Elle me donne bien envie de découvrir les autres titres de l'auteur.
S.E.C.R.E.T., tome 1 S.E.C.R.E.T., tome 1
L. Marie Adeline   
Enfin un roman érotique qui sort de la mouvance BDSM .Mais S.E.C.R.E.T n’est ni l’un ni l’autre, plus simplement l’exploration des fantasmes plutôt modérés d’une femme de trente-cinq ans que la vie n’a pas gâtée. Il est plutôt réussi et le premier tome d’une trilogie, le chiffre magique actuellement !

par mantrisse
Wild Seasons, Tome 2 : Dirty Rowdy Thing Wild Seasons, Tome 2 : Dirty Rowdy Thing
Christina Lauren   
Alors pour ce deuxième tome je dis chapeau j'ai adorée !!!
Beaucoups plus que le tome 1 les personnages sont beaucoup plus drôle l'histoire est bien construite je le conseils fortement.

par Inconita
Le Domaine Le Domaine
Jo Witek   
http://papillon-voyageur.weebly.com/accueil/-le-domaine-jo-witek

Mercredi après-midi, j'ai terminé le deuxième roman que je lis de Jo Witek. En effet, après que l'auteure ait lu la chronique de Un hiver en enfer (ma chronique est ICI) et qu'elle ait tout simplement adoré, elle m'a demandé mon adresse postale afin de m'envoyer Le domaine. Je ne la remercierai jamais assez ! ♥ Toute ma gratitude vous est dirigée, Jo Witek, encore un très grand merci. Le domaine a été un terrible coup de cœur, à l'instar de Un hiver en enfer.

En résumé, Gabriel est passionné d'ornithologie (en gros, les oiseaux). Il a plein de livres, un « journal de bord » sur le sujet, une longue-vue, un appareil photo... Sa petite lubie est de sortir voir les oiseaux. Quand sa maman se fait embaucher par une femme âgée, riche et pas très sympathique, Gabriel voit sa vie changer. Parce qu'au domaine, il y rencontre la jeune et belle Eleonore. Et qu'il va en tomber amoureux. Jusqu'où ira-t-il pour lui plaire, elle qui semble à ce point inaccessible ?

Pour commencer ma chronique, je voudrais dire qu'une fois le livre fini, j'ai recueilli quelques avis par-ci, par-là, de gens qui avaient commencé le roman mais jamais terminé. Si vous vous sentez concernés par ce que je dis, surtout, ne lâchez pas le livre. Le début de ce dernier peut présenter certaines longueurs, je suis d'accord. Mais dès la deuxième partie (sur trois) de l'histoire, vous vous sentirez incapable de le lâcher. D'autant plus avec ce qui se passe par après. Encore une fois, Jo Witek m'a bluffée par son maniement précis et juste de la psychologie. On peut dire qu'elle s'y connaît et comprend les adolescents.

Sa plume a mûri depuis Un hiver en enfer. Je trouvais déjà que l'auteure écrivait magnifiquement bien dans le livre que j'ai dû lire pour les cours mais alors quand je me suis plongée dans Le domaine pour mon propre plaisir, je n'ai plus rien compris à ma vie. Les phrases, les mots, wahou, cette dextérité dans l'écriture m'a transportée dès la première page jusqu'à la toute fin, la toute dernière page refermée avec nostalgie. Quand on la lit, on en veut plus, toujours plus, infiniment davantage que ce qui nous est donné. Et quand nous refermons le roman, le seul mot qui parvient à franchir nos lèvres est « encore ! ».

Le scénario est fichtrement bien expliqué et manié à la perfection. Certes, la première partie est longue, je le conçois. Au début, Gabriel arrive avec sa maman au domaine où cette dernière devra travailler pour pouvoir payer les études de son fils. Une fois installé là-bas, le jeune garçon apprend qu'il a une semaine de solitude avant que les petits-enfants de la patronne de sa maman arrivent. On se doute alors, à ce moment-là, qu'il s'écoulera une partie du roman où nous nous accoutumerons aux habitudes et à la façon de vivre de Gabriel. Dès le départ, un sentiment d'angoisse est présent, surgissant sous forme de cauchemars ou des craintes du protagoniste. Ce roman est imprévisible, on ne cesse de se demander où Jo Witek va lâcher sa grosse bombe qui va tout capoter. Quand la deuxième partie commence, nous voici baladés un peu plus fort dans l'histoire, secoués autant que Gabriel par l'arrivée d'une troupe d'adolescents. C'est là que l'auteure va développer la romance de l'histoire du côté des émotions qui assaillissent le personnage principal. Quelque chose de réussi à 200%. Je ne pèse pas mes mots, Jo Witek est devenue une de mes auteurs préférés en seulement deux bouquins tant les deux présentent des similitudes mais aussi de sublimes différences qui les caractérisent.

Je suis complètement fan de son univers.

Les personnages se font plus nombreux dans ce livre que le précédent que j'avais lu, ce qui m'a un peu déstabilisée aux premiers abords. Je m'étais dit, à priori, que Jo Witek se sentait plus à l'aise avec peu de personnes dans son livre afin d'exploiter leur psychologie à fond. Pas une seule fois je m'attendais à ce qu'elle réussisse un coup de maître en faisant apparaître autant de personnages d'un coup, sans perdre une fois son lecteur. Bon, il est normal qu'au début on ne sache pas trop qui est qui car on a une petite mémoire et qu'il faut s'y habituer mais si nous sommes bien ancrés dans l'histoire, il n'est pas trop difficile de retenir les noms et même les lieux. C'est encore plus enrichissant de côté-là, si je continue sur ma lancée de comparaison entre les deux bouquins que j'ai lu d'elle. Je me suis particulièrement attachée à Gabriel car je le comprends parfaitement. Comme Edward dans Un hiver en enfer, Gabriel manquait de quelque chose et tout ce qu'on avait envie de faire, c'était aussi le prendre dans nos bras pour le consoler et le conseiller. Refermé dans sa bulle et sa passion de l'ornithologie, il refoule beaucoup de craintes en lui. D'ailleurs, j'ai souvenir que nous avons abordé cette problématique en cours de sciences-sociales dans l'année, j'avais dû faire un travail dessus. Pour expliquer ce qu'est le refoulement : Par Freud, il est cité comme le premier des mécanismes de défense du Moi contre les pulsions négatives. Sauf que tout refoulement finit par jaillir à un moment donné et je crois que le réel sens de ce bouquin est de nous faire nous rendre compte où et quand cela arrive et pourquoi. Par ailleurs, Gabriel n'est pas le seul personnage très développé. L'air de rien, les autres sont tout autant mis en avant quand il le faut, même si ce n'est que brièvement. Comme je le disais plutôt, Jo Witek réalise un coup de maître avec ce livre.

La dernière partie, mais également la fin, c'est LE MOMENT où on reste sur ses fesses au moins deux fois sur même pas cinquante pages. Sans mentir, un début de chapitre m'a carrément perturbée, j'ai dû relire la phrase, fermer le livre, le poser et me retenir d'éclater en sanglots, littéralement. L'auteure m'a surprise, j'étais révoltée, sans plus aucune envie de le lire. Une fois remise de mes émotions, j'ai repris le livre pour le terminer et, plus tard, nous voilà à nouveau complètement surpris. Je ne m'attendais pas à de tels rebondissements dans un roman de ce genre. Et clairement, à la fin d'une telle histoire, on ne peut qu'en redemander encore et encore.​

Grosso modo, si vous aimez les thrillers jeunesse, avec un poil de romance, lisez Le domaine de Jo Witek. Ce livre vous frappera de plein fouet, emportant votre esprit sens-dessus, sens-dessous dans son univers jeune et psychologique. Une vraie tuerie, comme Un hiver en enfer.

par Rosalys
D.I.M.I.L.Y, Tome 1 : Did I Mention I Love You ? D.I.M.I.L.Y, Tome 1 : Did I Mention I Love You ?
Estelle Maskame   
http://lireunepassion.blogspot.fr/2015/12/dimily-tome-1-did-i-mention-i-love-you.html

La première chose qui m'a attirée dans ce livre, c'est sa couverture. J'aime beaucoup le choix qu'ils ont fait, d'avoir un panorama de plusieurs photos dans une seule couverture. Et du coup, le sujet m'a intriguée et le résumé m'a plu. C'est une lecture qui m'a beaucoup plu et que j'ai dévorée en très peu de temps.

Éden, 16 ans, va passer les deux mois d'été chez son père qu'elle n'a pas revu depuis des années, depuis qu'il est parti avec une autre femme refaire sa vie loin d'elle et de sa mère. Qui dit refaire sa vie, veut dire nouvelle famille, et ici, trois nouveaux frères. Elle part avec beaucoup de préjugés et de mauvaise foi, ne voulant pas vraiment revoir son père et encore moins rencontrer sa belle-mère et ses demi-frères.

Arrivée sur place et malgré sa mauvaise foi, elle va vite se rendre compte que cette belle-famille est loin d'être aussi horrible qu'elle ne le pense. Sauf Tyler, le plus grand, qui en plus d'être souvent absent, est méchant, violent, égocentrique et séducteur. Elle le prend de suite en grippe, mais au fil des jours, décerne en lui autre chose : derrière ses airs de bad boy, se cache en fait un garçon épuisé, méfiant et une fragilité surprenante, due à un lourd passé. Et ce qui devait arriver, arriva : elle tombe sous le charme de la seule personne qui lui est interdite : son demi-frère.

Si globalement j'ai beaucoup aimé cette romance, le seul point négatif qui en ressort, c'est que la crédibilité des jeunes est une fois de plus mise en tort. Sexe, drogue, alcool, soirées, mensonges rythment le récit, ce qui donne vraiment une image des jeunes. Cela catalogue vite cette tranche d'âge et met tout le monde dans le même panier. Et même si Éden n'est pas de ce genre, elle finit vite par le devenir, étant en contact avec des gens de son âge qui ne vivent que de ça. J'ai trouvé ça assez dommage et dégradant pour les adolescents, car si c'est vrai que certains sont ainsi, la plupart ne le sont pas. Sans ce mauvais côté, cette lecture aurait sans doute été un coup de cœur. Mais passons.

Sur le fond en général, j'ai vraiment adoré ma lecture. De voir les personnages évoluer, voir leur carapace se fracturer, voir leur mentalité changer offre de nouvelles perspectives et un espoir au lecteur de voir tout ces soucis s'envoler. Éden, je me suis attachée à elle, mais sans pour autant m'identifier à elle. Je ne vis pas ce qu'elle vit, alors c'est difficile de se mettre à sa place, d'autant plus que certaines fois elle m'agaçait avec ses réactions de gamine, alors qu'à d'autres moments, je la comprenais parfaitement. Celui qui m'a le plus touchée, c'est évidemment Tyler. Je ne parle pas du moment où on sait ce qu'il a vécu, mais toute la partie mystérieuse sur lui.

Même s'il paraît désagréable au premier abord, on sent qu'il cache en réalité un lourd secret qui le rend triste à l'intérieur, mais une vraie peau de vache à l'extérieur. Il se défend par des fugues, des insultes, des propos désobligeants et des gestes déplacés. Mais en réalité, il est tout le contraire. Rongé par son secret, il cache d'une autre manière sa tristesse. Et puis sans être devin, on se doute que l'arrivée d’Éden ne va pas l'aider à s'améliorer. En sa présence, il est sans doute brusque, mais à travers ses gestes et mots, on voit qu'elle le trouble (sauf qu'elle, elle est aveugle, évidemment).

En résumé, c'est un premier tome que j'ai beaucoup aimé et qui me donne envie de poursuivre l'aventure avec les personnages. Même si le côté drogue, sexe et alcool est trop présent et donne une mauvaise image des jeunes d'aujourd'hui, je me suis plutôt concentrée sur l'intrigue qui a su me rendre addictive et le lire plus rapidement que je ne le pensais. Alors malgré son point négatif, c'est une lecture que je conseille, rien que pour découvrir Tyler et sa double facette. Une suite que je lirai donc avec plaisir !

* Je remercie Marie et PKJ pour leur confiance ! *

SORTIE LE 7 JANVIER 2015 !!

Justine P.

par just2iine
Wild Seasons, Tome 1 : Sweet Filthy Boy Wild Seasons, Tome 1 : Sweet Filthy Boy
Christina Lauren   
Apres avoir "dévorer" la sage beautiful, je me demandais a quoi m'attendre. Peut être légèrement en dessous de beautiful j'ai beaucoup aimé, j'aime vraiment le style d'écriture de ce duo d'auteur: Christina Lauren

par Isana
  • aller en page :
  • 1
  • 2