Livres
464 406
Membres
425 186

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Mad About You - tome 1



Description ajoutée par cdv25 2017-03-15T07:54:56+01:00

Résumé

Jusqu’où iriez-vous par amour ?

Découvrez la trilogie "Mad About You" : 3 romans intenses, sexy et riches en émotions...

Mina est une escort de luxe. Aucun de ses proches ne se doute de sa double vie, qu’elle protège habilement, et pour tous elle est seulement Mina, brillante étudiante de l’ESSEC promise à un bel avenir. Pourtant, dès que la nuit tombe, elle retrouve ses clients, des hommes riches, puissants et cultivés, pour des prestations sur mesure. Mais, un jour, elle rencontre Louis Duprey. Et son monde explose.

Afficher en entier

Classement en biblio - 105 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Ips2013 2017-04-14T08:10:59+02:00

1

Jeudi 5 décembre

Le coup part, brutal et douloureux, et mes fesses brûlent. Je lance un regard affolé à Mark Sonderberg qui me sourit d’un air vicieux tout en caressant l’une de mes cuisses de sa cravache. Il étudie visiblement ma réaction et j’ai soudain envie de le frapper à mon tour. Mais je me retiens, baisse les yeux et serre les dents.

– Tu ne dis rien, hein ? Tu aimes ça, petite salope…

La peur au ventre, je m’appuie un peu plus contre le dossier de la chaise et m’efforce de garder la pose. Le grand miroir baroque me renvoie le reflet trouble d’une fille en corset de dentelle et bas noirs, les jambes écartées et le cul offert.

Mark se tient derrière moi, torse nu, le pantalon ouvert et sa cravache toujours bien en main. Il frotte son érection contre moi, visiblement très excité.

D’une main, il empoigne mes cheveux dénoués et tire ma tête en arrière, pendant qu’il se penche pour me murmurer des mots orduriers à l’oreille.

– Alors, tu aimes ça, exciter les hommes comme tu le fais avec moi ce soir ? Tu n’es qu’une petite pute et tu vas tout faire pour me satisfaire…

– Je ferai ce que vous voudrez, monsieur…

Devoir jouer ce rôle m’humilie plus que tout au monde. Rien ne m’est plus étranger que la soumission par la contrainte. Mais je n’ai pas vraiment le choix… Alors je détourne le regard et m’efforce de lui complaire.

C’est alors qu’il s’agenouille et se met à lécher mon sexe, lentement et de façon très sensuelle. Je tressaille, stupéfaite par son brusque changement d’attitude. Mais après tout, pourquoi pas ? Vu ce qui m’attend, j’aurai grandement besoin d’être lubrifiée pour supporter la suite. Fermant les yeux et visualisant quelques-uns de mes fantasmes les plus crus, j’arrive peu à peu à oublier cet appartement à la décoration sombre et morbide ainsi que le maître des lieux.

Et pourtant, mon tortionnaire vaut le détour, soyons honnêtes ! Pas tout à fait la trentaine, grand, mince, de longs cheveux d’un blond presque blanc noués en catogan et des yeux d’un vert étonnamment clair, presque transparent : le wonderboy de l’art contemporain a en théorie tout pour plaire. Si ce n’est une fâcheuse tendance à frapper les jeunes femmes dans mon genre et à les baiser brutalement.

Je dois avouer que sa langue fait des merveilles… Mais lorsque, en plus, il introduit deux doigts dans mon sexe tout en pressant mon clitoris de son pouce, je me mords les lèvres. Une intense excitation me submerge et me prend totalement de court. Jamais je n’aurais pensé que je pourrais ressentir du plaisir tout en crevant de trouille.

– Tu aimes sentir ma langue sur ta petite chatte de salope, hein ? Dis-moi, tu en veux encore ?

– Oui… S’il vous plaît, monsieur !

– Tu es trempée… Tant mieux pour toi car je vais te défoncer et tu es vraiment étroite !

Mark continue à me lécher tandis que ses doigts vont et viennent lentement. Je referme les yeux et rentre dans ma bulle, me concentrant sur les délicieuses sensations qui traversent mon corps. Mais une vive douleur m’arrache à ma rêverie et je pousse un cri. Mark vient de sauvagement me mordre l’intérieur de la cuisse et ça fait un mal de chien !

– Les yeux ouverts, petite pute ! Je veux que tu me regardes quand je te donne du plaisir !

– Oui, monsieur !

Il me pénètre alors brutalement et se laisse peu à peu griser par ses coups de boutoir. M’agrippant au dossier de la chaise, j’essaie de garder le rythme tout en faisant abstraction de ses propos décousus et pervers.

Aucun risque que j’oublie une nouvelle fois de garder les yeux ouverts : je me méfie désormais de lui comme de la peste, et il vient de s’emparer à nouveau de sa cravache. Il n’était absolument pas prévu que la soirée prenne un tour aussi violent. J’imagine que ce doit être l’effet de la cocaïne qu’il a sniffée juste avant que je n’arrive.

Il cingle à nouveau mes cuisses et je me sens soudain écœurée. Je n’ai plus le courage de supporter cela et je n’ai qu’une seule envie : fuir d’ici le plus vite possible. Prenant mon courage à deux mains, je tourne la tête vers lui.

– Monsieur, c’est tellement bon ! Laissez-moi vous donner du plaisir, moi aussi… Avec ma bouche… S’il vous plaît…

Il ralentit le rythme puis finit par se retirer. Je me redresse, lui fais face et, prenant un air soumis et heureux à la fois (je mérite vraiment une palme au prochain Festival de Cannes !), place mes deux mains sur sa poitrine. Doucement, je le repousse vers un grand canapé de cuir noir. Il arbore un sourire triomphant qui me fait pitié. Les hommes sont parfois tellement prévisibles !

Lorsqu’il retombe en arrière, je ne perds pas une seconde : je me précipite sur mon imperméable, que j’enfile en un tour de main, saisis mon sac et cours vers la porte de l’appartement que j’ouvre à la volée.

Je descends à toute vitesse les larges escaliers. Vu son état, je sais que Mark n’est absolument pas en mesure de me poursuivre. Une fois dehors, je me rue vers la station de métro. Une rame débouche au moment où j’arrive sur le quai. À bout de souffle, je me dépêche d’aller m’asseoir dans un coin et sors mon téléphone de ma poche.

Plan vraiment foireux ! Pas pu rester jusqu’au bout. Réservez quelqu’un d’autre la prochaine fois.

J’essaie de retrouver mon calme tout en regardant dans le vague à travers la vitre. Il y a des soirs comme ça où je me dis que j’ai vraiment une vie de merde.

Je m’appelle Mina Mavris.

J’ai vingt-deux ans.

Je suis étudiante le jour et escort girl la nuit.

2

Jeudi 12 décembre

20 h 30. Il fait très froid. Les rues sont violemment illuminées : à l’approche des fêtes, les vitrines des magasins se font de plus en plus aguicheuses. Emmitouflée dans mon manteau, je pénètre rapidement dans le hall de l’hôtel où je dois retrouver mon client.

J’ai rendez-vous dans l’un des cinq étoiles les plus prestigieux de la capitale, un repère pour hommes d’affaires pressés, toujours entre deux négociations, entre deux avions. L’agence m’a bookée pour la nuit entière.

Les consignes pour ce soir sont claires : tenue chic et sexy, mais sans être provocante, comportement charmant et surtout, de la conversation.

Je suis escort girl depuis près de deux ans maintenant. C’est arrivé par hasard, lorsque j’ai sympathisé avec Charlotte, une étudiante que je trouvais toujours suprêmement élégante et vaguement mystérieuse. C’est elle qui, au bout de quelques semaines, m’a expliqué comment elle faisait pour payer ses études et subvenir à ses besoins en même temps.

Au début, sa révélation m’a terriblement choquée mais j’ai finalement dû me résigner. Lorsqu’on vient, comme moi, d’un milieu modeste et que des études brillantes vous ouvrent les portes de l’une des écoles de commerce les plus prestigieuses, mais les plus chères aussi, on n’arrive tout simplement pas à boucler son budget, même si on a la chance d’obtenir une bourse.

Inutile de dire que c’est la mort dans l’âme que je me suis décidée. Quand on a vingt ans, on est plutôt romantique. La perspective de se vendre à des inconnus, même triés sur le volet, n’est donc franchement pas un idéal de vie. Mais la rupture douloureuse avec Alexandre, mon petit ami de l’époque, et les problèmes financiers récurrents de ma famille m’ont décidée à sauter le pas.

Après ma première mission, je suis rentrée chez moi en chialant comme une Madeleine. Pourtant j’étais tombée sur quelqu’un de vraiment sympa : Maurice Stein, qui est d’ailleurs devenu l’un de mes plus fidèles clients, a su se montrer attentionné, patient et très reconnaissant ! Mais bon… Mimer des gestes d’amour avec un inconnu, pour 400 € de l’heure (dont la moitié va à l’agence), n’est pas un exercice facile. En tout cas, pas la première fois. Après, on finit par s’y faire.

J’ai eu de la chance : International Partnering Services (IPS), l’agence qui s’occupe de moi, est managée par une femme étonnante qui effectue une sélection vraiment intelligente de ses clients ainsi que de ses escorts. Michelle connaît bien le marché et son produit. En règle générale, elle est toujours de bon conseil. Car c’est là une des spécificités de l’agence : il n’y a pas de catalogue en ligne et le client ne voit jamais l’escort avant. Il répond simplement à un questionnaire très poussé sur ses goûts et ses attentes, et Michelle lui trouve la (ou le…) partenaire idéal(e). Garanti satisfait ou remboursé ! Et les clients demandent rarement le remboursement…

J’essaie de ne pas faire ça trop souvent, en tout cas pas plus d’une à deux fois par semaine. Cela me paraît raisonnable : après tout, c’est le rythme de n’importe quelle chaudasse qui n’arrêterait pas de sortir à droite à gauche, non ?

Michelle fait attention à ne pas m’envoyer vers des hommes qui me demanderaient des trucs que je ne veux pas faire. Elle me connaît bien : elle sait que je suis une fille sérieuse, efficace et loyale. En deux ans, elle n’a jamais eu le moindre problème avec moi. C’est quelque chose qu’elle sait estimer à sa juste valeur.

En réalité, je suis une étudiante tout ce qu’il y a de plus classique. Je bosse dur, je mène une vie saine et je n’ai pas de petit copain. Vue de l’extérieur, mon existence n’est pas franchement folichonne, mais je m’en fous. Mon but est de faire partie des majors de ma promotion, d’obtenir un très bon poste dès le début de ma carrière et de gagner suffisamment bien ma vie pour ne plus jamais connaître la gêne financière. Quand on a grandi, comme moi, dans une banlieue moche, à l’ombre de tours moches obstruant toute perspective d’avenir un tant soit peu décente, on fait tout pour échapper à son destin. Tout.

Je me dirige vers l’ascenseur. Dans le grand miroir qui orne le hall, je vérifie rapidement mon apparence. J’ai vraiment l’air d’une jeune fille tout à fait convenable. Mes longues boucles brunes sont ramassées en un chignon strict, et j’ai choisi pour l’occasion une petite robe noire Dior très proche du corps, sans manches, à encolure bateau avec un grand décolleté en V dans le dos. Seule touche de folie : une paire d’escarpins Louboutin noirs. Je n’ai jamais rencontré d’homme qui résiste bien longtemps au modèle Pigalle : 12 cm de talon, raffiné et glamour en même temps, et la fameuse semelle rouge assortie à mon rouge à lèvres préféré.

Lorsque je frappe à la porte, j’ai, comme à chaque fois, le trac. Le grand saut dans l’inconnu commence…

L’homme qui m’accueille a la trentaine. Élégant, séduisant… Bref : un très beau spécimen d’homme du monde qui ne connaît pas de problèmes d’argent, juste des problèmes de solitude occasionnelle.

– Bonsoir, vous devez être Mina, m’accueille-t-il en souriant.

– Ravie de faire votre connaissance, monsieur Duprey.

– Je vous en prie, appelez-moi Louis.

Je lui tends la main et lui adresse mon sourire le plus charmeur. Discrètement, je l’observe pendant qu’il me conduit vers le canapé et offre de prendre mon manteau. Il est grand, a une allure à la fois chic et sportive, les cheveux bruns ondulés et de très beaux yeux bleus qui me lancent un regard franchement amusé lorsqu’il me surprend à le détailler.

– Prendrez-vous du champagne, Mina ? Le dîner sera servi à 21 heures. Nous avons donc un peu de temps devant nous.

– Oui, très volontiers.

Louis me tend une coupe avant de s’asseoir à mes côtés.

– Parlez-moi de vous, Mina. J’aimerais en apprendre un peu plus sur vous.

Et voilà ! Début de soirée on ne peut plus classique : il est en effet très rare de tomber sur un homme qui ne cherche pas à « mieux faire connaissance ». Comme si étaler son CV rendait la prestation à venir plus politiquement correcte ! Le but du jeu, dès lors, est d’en dire le moins possible tout en faisant semblant de se confier. Un exercice de haute voltige destiné à rassurer le client tout en l’amenant à se détendre.

– Eh bien, je m’appelle Mina Sarkis (vrai prénom, faux nom de famille : protection de la vie privée), j’ai vingt-cinq ans (toujours se vieillir un peu, ça rassure). Je suis en train de finir des études d’histoire de l’art (pas tout à fait faux : en plus de l’ESSEC, je suis aussi les cours de l’École du Louvre). Je vis à Paris depuis le début de mes études (vrai).

– Étudiante en histoire de l’art ? Je suis très impressionné. Et qu’est-ce qui vous a amenée à travailler pour Michelle ?

– Au début, c’était parce que je me sentais très seule à Paris (mon salaud de petit copain de l’époque venait de me larguer). Je ne connaissais pas grand monde et Michelle a été très gentille avec moi (j’avais aussi vraiment, vraiment besoin d’argent). Aujourd’hui, j’apprécie ces missions car elles me permettent de rencontrer des gens passionnants (parfois), avec qui j’apprends énormément (mes compétences en matière de fellation se sont grandement améliorées, il est vrai !). Et vous Louis, que faites-vous dans la vie ?

En règle générale, les clients font comme moi : ils mentent. Mais curieusement, dans le cas présent, j’ai le sentiment que Louis me dit la vérité lorsqu’il m’apprend qu’il travaille pour une banque d’affaires basée à Londres et qu’il est à Paris pour quelques jours.

– Connaissez-vous Michelle depuis longtemps, Louis ?

– Pas très longtemps, un peu plus d’un mois. Et vous ?

– Pas très longtemps moi non plus (si je lui annonce que je travaille régulièrement pour l’agence depuis deux ans, il risque de moyennement apprécier).

– Vous êtes très belle. Vous avez un petit quelque chose d’exotique…

– Vraiment ? Je suis d’origine grecque (ce qui est vrai). Rien de plus exotique que cela.

– D’origine grecque ? J’adore ce pays ! Un de mes très bons amis est grec et m’invite régulièrement à passer quelques jours chez lui, à Santorin. Vous parlez la langue ?

– Un peu, mais pas parfaitement. Quand je parle grec, c’est avec un accent français à couper au couteau ! Et vous ? Ces nombreux séjours en Grèce vous ont-ils donné envie d’apprendre la langue ?

– Je me débrouille suffisamment bien pour pouvoir commander un repas lorsque je vais au restaurant. Ça n’est déjà pas si mal !

Je lui souris. Je le trouve terriblement séduisant. Il émane de lui un mélange d’autorité et de politesse, de raffinement combiné à une présence physique indéniable. Honnêtement, dans ce métier, rares sont les occasions de fréquenter des clients aussi pleins de charme. En tout cas, moi, je n’en avais encore jamais rencontré d’aussi… appétissants. Admirant sa beauté virile, je me dis que ce soir j’ai bien de la chance, et qu’il me tarde de le voir dans le feu de l’action ! Comme s’il devinait la teneur de mes pensées, Louis ne se gêne pas pour me détailler lui aussi.

Nous passons le dîner à parler de choses et d’autres : d’art – Louis est membre de plusieurs associations muséales –, de la vie à Londres, de la crise économique grecque (évidemment…).

– Est-ce que vous allez souvent en Grèce ? me demande-t-il.

– Non, malheureusement. Mais j’ai une cousine qui y va chaque année. Elle me raconte ce qu’elle voit là-bas. La situation est terrible en ce moment.

– Je sais, Mina, mais c’est un pays qui a vécu pendant plus de trente ans au-dessus de ses moyens ! rétorque-t-il d’une voix dure. La Grèce a menti sur sa situation financière, a été championne en matière d’évasion fiscale, de népotisme…

– Vous en connaissez beaucoup, vous, des pays qui n’ont pas vécu au-dessus de leurs moyens au cours des trente dernières années ? je l’interromps, agacée de le voir si sûr de lui.

– La dette frôlait les 170 % du PIB et le déficit budgétaire les 13 %…

– Rappelez-moi le montant de la dette publique en France ? Ou encore aux États-Unis ? Plus de 100 % chez ces derniers… Heureusement qu’ils ont le dollar, eux !

– Mina, soyez raisonnable ! me tance-t-il sèchement. Il était impossible de laisser la Grèce continuer sur sa lancée…

– Oui, vous avez raison : il valait mieux l’achever grâce au plan de sauvetage mis en place par la Troïka ! je reprends, maintenant vraiment énervée. C’est quand même marrant de voir qu’aujourd’hui même le FMI admet s’être planté, non ?

– Mina, je ne veux pas en discuter avec vous, me coupe-t-il. Il s’agit de problèmes économiques que vous ne maîtrisez sans doute pas…

– Pardon ? Vous pensez que je suis trop stupide pour comprendre la notion de multiplicateur budgétaire, c’est ça ?

Merde ! Moi et ma grande gueule… Je ne pouvais pas la fermer plutôt que de bêtement l’agresser comme ça ?

– Je ne savais pas qu’on abordait la question du multiplicateur budgétaire en histoire de l’art… me dit-il en me lançant un regard acéré. Cette notion n’existait certainement pas dans l’Antiquité !

– Non, bien sûr… je murmure d’un ton prudent. Mais les crises économiques existent depuis la nuit des temps, ainsi que les annulations de créances…

– Vous êtes vraiment une drôle de fille, Mina…

Louis me caresse doucement le bras et je suis plus que soulagée de voir que nous entrons enfin dans le vif du sujet. Je croise haut mes jambes, de façon à ce qu’il puisse entrapercevoir le bord en dentelle noire de mes bas. Et de fait, sa main redescend sur ma cuisse et relève ma robe. Louis se rapproche de moi et commence à m’embrasser doucement sur la tempe, la joue, la bouche. Surprise, j’ai un léger mouvement de recul qu’il remarque immédiatement. Je ne suis pas habituée à ce genre de marques de tendresse. La plupart du temps, les clients ne s’embarrassent pas de tels préliminaires et sont pressés d’aller à l’essentiel.

– Excusez-moi, Mina. Je n’ai peut-être pas le droit ? demande-t-il d’une voix incertaine.

– Si, bien sûr… je balbutie, plutôt gênée. Vous avez tous les droits.

– Je suis désolé. Je ne suis pas vraiment habitué à… Enfin…

Visiblement mal à l’aise, Louis se passe une main dans les cheveux et s’écarte. Tout à coup, sa nervosité m’émeut. Je suis touchée qu’il s’inquiète ainsi de moi et ne peux m’empêcher de me demander ce qu’un homme comme lui, charmant et sensible, peut bien faire dans le fichier clients de Michelle. Doucement, je pose ma main sur la sienne et le caresse du bout des doigts. Il relève la tête et me lance un regard où je lis un mélange d’hésitation et de désir brûlant. Je lui souris gentiment, lève ma main vers son visage et effleure son front, puis sa joue et son cou, avant d’écarter les pans de sa veste pour la lui retirer. Immobile, il se laisse faire sans me quitter des yeux. Je me penche et, délicatement, l’embrasse sur les lèvres pendant que je dirige mes caresses vers la bosse que forme son sexe en érection. Ma langue force l’entrée de sa bouche et je gémis tout doucement. Soyons clairs : je sais très bien gémir, ça a le mérite d’exciter les clients et de les conforter dans leurs talents de séducteurs ; mais ce soir, force est de constater que je n’ai absolument pas à faire semblant. Décidément, la compagnie de Louis Duprey a sur moi un effet totalement imprévu.

– Tu es vraiment très belle, Mina, très excitante… Je voudrais que tu défasses tes cheveux pour moi, chuchote-t-il à mon oreille avant de la mordiller.

D’une main, je retire lentement le pic qui retient mon chignon, secoue la tête et mes cheveux retombent en boucles sur mes épaules et mon dos. Louis les empoigne et les tire en arrière avant de plaquer ses lèvres sur les miennes, plus brutalement. Pendant qu’il m’embrasse, je déboutonne son pantalon, glisse la main dans son boxer et saisis son sexe, dur, chaud et d’une taille tout à fait engageante. Je commence à le branler lentement, de la base jusqu’à son gland d’où jaillit bientôt une goutte annonciatrice de son désir. Je m’écarte légèrement de lui et me mords la lèvre.

– Louis, j’ai très envie de vous. Vous aussi, n’est-ce pas ?

Rassurer le client sur mon appétit à son égard est un must. Je l’amène ainsi à parler et à m’éclairer sur ce qu’il attend de moi.

– J’adore sentir tes mains sur mon corps, Mina. J’aimerais aussi sentir tes lèvres sur moi…

– Laissez-moi vous déshabiller. J’aimerais beaucoup caresser votre peau nue.

Lentement, je desserre son nœud de cravate puis défais un à un les boutons de sa chemise avant d’enlever ses boutons de manchette. Ma bouche court le long de sa poitrine, embrassant et léchant ses tétons avant d’aller plus bas, et je m’amuse à caresser sa peau de la pointe de mes longs cheveux. Je l’entends haleter doucement.

– Puis-je vous prendre dans ma bouche ? J’en ai très envie, vous savez…

– Ça me plairait beaucoup, à moi aussi… murmure-t-il d’une voix rauque.

Je m’agenouille devant lui, l’aide à descendre son pantalon et m’immobilise un court instant pour admirer le spectacle qui s’offre à moi. Sur son ventre musclé repose fièrement son érection, et en esthète que je suis, je me délecte de ses belles proportions, de sa rigidité et de ses tressaillements quand je la flatte du bout des doigts. Louis est un sacrément bel homme, et j’aurais pu tomber plus mal ! Discrètement, j’attrape dans ma poche un préservatif dont je déchire l’emballage avant de l’enfiler sur son sexe. Puis je me penche et fais courir mes lèvres le long de sa verge jusqu’à atteindre son gland. Je le prends alors dans ma bouche et entame un long va-et-vient qui lui arrache un soupir de plaisir. Louis bascule lentement ses hanches au rythme de mes caresses, et s’enfonce plus profondément dans ma gorge. D’une main, il soulève mes cheveux pour m’observer, et de l’autre, il caresse ma joue en me murmurant des mots de désir.

– Mina, tu me lèches si bien… C’est tellement bon…

Je lève mes yeux vers lui et le regarde d’une façon provocante tout en poursuivant mes caresses. Mes mains jouent avec ses bourses et je m’émerveille de sa belle virilité. D’un doigt, je lui masse l’anus ce qui rend son sexe plus dur encore. Mes lèvres quittent un instant sa queue pour embrasser et délicatement sucer ses testicules, ainsi que l’intérieur de ses cuisses. Puis je le reprends en bouche. J’accélère le rythme peu à peu, sa respiration devient plus hachée et à mesure qu’il s’abandonne à son plaisir, ses doigts se crispent dans mes cheveux.

– Mina, ne t’arrête pas… oh putain c’est bon comme ça ! Encore… Plus fort…

Je m’emploie à le satisfaire, embrassant, léchant et suçant jusqu’à ce que je sente la première giclée de sperme à travers le latex du préservatif. Tout à sa jouissance, Louis s’enfonce brutalement dans ma gorge pendant encore quelques instants. Je continue à le lécher tout doucement avant de caresser son sexe de ma joue. Puis je relève le visage vers lui, souriante.

– Louis, j’apprécie vraiment votre compagnie. Pourrais-je rester avec vous cette nuit ?

Je sais par expérience qu’il faut toujours faire semblant d’ignorer que le client a réservé la nuit entière. Louis me regarde à travers ses yeux mi-clos. On dirait que ma question le touche.

– Mina, je ne comptais pas vous renvoyer aussi vite… Nous avons encore beaucoup de choses à nous dire et la nuit risque de ne pas suffire.

Je souris intérieurement. Louis Duprey devrait être pleinement satisfait de l’ensemble de mes prestations.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par lolita143 2019-02-01T19:00:08+01:00
Diamant

Wouah que dire de ce premier tome je vais faire court car je les ai tous lus d'affilé donc il me reste les deux autres avis à écrire mais qu'est-ce que j'ai accroché !

J'ai adoré suivre Mina tout au long de cette histoire qui n'a pas une vie très facile et doit se prostituer pour pouvoir se payer de bonnes études. Elle se voit avoir des habitués en clients mais aussi des nouveaux qui vont tout chambouler dans sa vie et à partir de ce moment l’histoire se lit sans fin. Nous voyons ce personnage affronter difficultés sur difficultés et malgré tout réussie à s'en sortir mais... malheureusement pour elle tout ne se passera pas comme elle le souhaite et va avoir une seconde grosse peine de cœur qui va la plonger en dépression et l'emmener dans des problèmes.

Je ne peux que le recommander.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ceecl 2018-06-19T12:46:05+02:00

Je n ai pas du Tout accroché a l histoire. Trop dark, on ne comprends pas les personnages'personnages, trop de scène bizarre sans émotion sans comprehension. Quand j ai lu le résumé cela m avait l'air d'être une Bonne histoire mais honnêtement je me suis vite lassé. Je n'ai même pas terminé le premier tome

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rebecca-Foray 2017-12-29T11:35:57+01:00
Argent

J'ai mis ce tome "argent"car il m'a pas emballer plus que ça mais se laissait lire facilement mais je ne voyais pas à quel genre de fin suffisamment intriguant pouvait me donner envie de lire le tome 2 .et comme je suis de nature curieuse je l'ai lu jusqu'au bout ce que je ne regrette en aucun cas car je peux dire maintenant ayant lu les 3 tomes qu'il vaut vraiment la peine d'être lu car dans le 1er tome on n'y découvre Mina une escort tombant amoureuse mais ne laissant indifférente la gente masculine qui accepte mal qu'elle puisse se donner corps et âme pour un seul homme à partir de là toute sa vie va en être bouleversé au fil des tome on voit Mina grandir,mûrir, se battre pour être libre et aimer librement je ne peux vous en dire plus sinon je risque de spoiler et j'aimerai que vous découvrez comme moi ces 3 tome qui l'un après l'autre deviennent vraiment prenant je classe le tome 2 "or"et le tome 3"or"je n'ai pas spécialement à crocher pour le tome 1 mais je ne regrette pas de l'avoir jusqu'au bout car le tome 2 et 3 en vaut vraiment le coup.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kikilola 2017-08-12T21:16:37+02:00
Bronze

Un premier tome un peu répétitif. Heureusement dans le dernier chapitre une intrigue se met en place. De quoi s'attendre à une vraie histoire dans le second ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nene33 2017-07-10T22:03:05+02:00
Pas apprécié

Je n’ai pas accroché avec ce roman. Tout d’abord le style de l’auteure trop sec, qui manque de description des émotions des personnages ; je n’arrive pas à être transportée par l’histoire.

La romance arrive trop vite sans même qu’on ressente l’attraction entre les 2 héros où qu’on assiste à la naissance de leurs sentiments. Tout se passe à travers de nombreuses disputes… Au 1er tiers de l’histoire ils sont déjà amoureux et se disent je t’aime…

Les personnages manquent de charisme et de nuances. L’héroïne est souvent immature voire capricieuse et carrément chiante !

Et puis c’est quoi ce vouvoiement envers les clients ou sa maquerelle alors qu’ils la tutoient. Bref c’est souvent décousu, et parfois incohérent. Ca manque vraiment de profondeur… J’ai craqué à 65% du livre pour abandonner

Afficher en entier
Or

Enfin, enfin, je me suis décidée à le lire. Profitant d’une promotion je me suis jetée dessus et lu dans la foulée. En effet, c’est le livre phare sur la blogosphère en ce moment et je voulais absolument m’en faire une idée.

On fait la connaissance de Mina, jeune étudiante qui par un concours de circonstances plus ou moins désastreuses devient une escort girl de luxe. Elle rejoint les filles de Michelle qui est bien loin d’être la marâtre acariâtre qui les envoie au charbon. Mina mène cette double vie secrète avec brio : entre ses études dans la finance et ses cours d’art à l’école du Louvre et ses clients, ses journées sont effarantes. J’adore Mina : c’est une personne forte, enjouée, qui ne se plaint jamais et qui va toujours de l’avant. Elle est réfléchie, sensible, elle a des réparties à vous faire fondre de culpabilité ou bien à vous tordre de rire. C’est une personne entière avec tout un panel de principes qui fait d’elle une femme caractérielle, surprenante et courageuse. Sa vie est ainsi réglée et faite ainsi, jusqu’à ce jour fatidique : sa rencontre avec Louis Duprey. Un beau spécimen mâle, banquier et père. Si l’acceptation des sentiments qu’ils éprouvent l’un envers l’autre est désastreuse au départ, leur relation va vite tourner au conte de fée. Il va s’en dire que ce genre de thème est à la mode en ce moment et on ne peut inévitablement pensé à un remake de « Pretty woman », mais ici l’histoire est beaucoup plus complexe , extrêmement bien ficelée et à indubitablement un air de « Cendrillon » avec tous ces petits clins d’œil parsemé au fil des chapitres.

Revenons sur notre beau spécimen mâle : je l’ai détestai et haï à un tel point. Non mais sérieux d’un égoïsme totalement mal placé, d’une méchanceté gratuite à vous faire pâlir et à vous donner envie de vous enfermer à vie dans une cave bien sombre. Il est odieux, abominable…bref je vais pas vous sortir tous les synonymes qui existent. Mina et Louis sont antipodes l’un de l’autre. Quelle force et quelle volonté a t’il fallu à Mina d’accepter tout ça. J’ai oublié de vous parler des personnages secondaires qui méritent une attention particulière car d’eux vont découler une succession de rebondissements.

Tout ceci est bien explosif et vous en met plein les mirettes. Mais ce livre n’est pas qu’une histoire d’amour comme on les aime. Ce livre soulève des points et essaye tant que bien que mal de faire passer un voire des messages. On pourrait lancer bien des débats sur cette romance et je crois que ceci en fait sa force principale : on pourrait parler de la prostitution chez les étudiantes, de proxénétisme, de société malsaine dans ce milieu, l’image que cela procure, on y parle également de la misogynie au sein de la finance, on y parle de famille et aussi d’écart d’âge dans un couple et j’en passe car je n’ai certainement pas tout relevé.

En bref, « Mad about you » est certainement une romance à découvrir de toute hâte, une romance dans laquelle se cache de merveilleuses choses : des personnages entiers et vrais et des sujets loin d’être anodin. Il m’en a fallu de peu pour que ce soit un coup de cœur. En effet j’avais soupçonné le final et il m’a manquée cette surprise.

A découvrir sans hésitation la plume franchement addictive de Iris Hellen !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CaroMLeene 2017-05-31T09:48:40+02:00

Ça y est j’ai fini le tome 1 et maintenant je n’ai qu’ne envie c’est foncer vers le tome 2 ! Mad about you est une histoire inhabituelle au sens du thème abordé, mais c’est aussi des personnages forts et surtout réalistes.

Mina est courageuse, sincère et honnête et tout de suite, je me suis prise d’affection pour elle. On aimerait qu’elle ait un autre moyen de financer ses études et d’un autre côté, on peut comprendre qu’elle soit tombée dans la facilité. Les hommes qui gravitent autour d’elle sont tous différents et attachants à un moment donné du roman. Le personnage que j’ai peut-être le plus du mal à cerner est Louis, j’ai à la fois eu envie de lui faire confiance et d’un autre côté je suis restée sur ma réserve ! En fait j’ai envie d’y croire mais dans ma tête il y a un gros panneau warning qui clignote ! Mais si j’ai bien une certitude c’est que l’auteur va jouer avec nos nerfs dans son tome 2 et que nous serons sûrement très étonnées (d’autant plus qu’il y a un tome 3) !

Concernant le style de l’auteur, il est fluide et très agréable à lire. On sent d’entrée de jeu qu’elle maitrise largement le domaine de la finance et ça renforce le réalisme de son histoire.

Dernier point, OUI il y a des scènes de sexe et NON elles ne sont pas vulgaires ! En les lisant, je ne me suis jamais dit OMG ! Encore une fois c’est écrit et décrit avec réalisme et simplicité.

Bref, très loin des clichés habituels, je recommande vivement cette histoire ! N’hésitez plus, Mina va vous embarquer dans son mode et croyez moi, vous ne vous ennuierez pas !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par vivi 2017-05-25T11:58:17+02:00
Bronze

J'adore. Je suis fan.

Mina est top.

Louis, Mark et Maurice, elle est bien entourée par tous ses hommes .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aurelie-Martel-Maury 2017-05-18T07:09:46+02:00

Mina est une jeune femme de 22 ans. La journée, elle étudie la finance dans une grande école parisienne et le soir, elle enfile sa panoplie d'escort girl et monnaye son temps et ses talents à de riches hommes en mal de compagnie. C'est lors d'une de ces soirées qu'elle fait la connaissance de Louis Duprey. Entre eux, l'attirance est immédiate aussi bien sur le plan physique qu'intellectuel. Seulement voilà, son temps, Nina le facture et pas seulement à Louis, mais aussi à d'autres... Pour être ensemble, ils devront faire des choix.

Mina est un personnage doté d'un caractère bien trempé et qui semble sûre d'elle. C'est une battante malgré les épreuves de la vie. Elle est indépendante et je me suis facilement attachée à elle.

Louis semble parfait et c'est un bosseur qui ne s'en laisse pas compter. Malgré tout, par moment, ses phrases assassines sont vraiment blessantes. C'est un personnage extrêmement jaloux et il le fait bien savoir.

Bien entendu, ce ne sont pas les seuls personnages mais je vous laisserais les découvrir. Certains auront plus d'incidence sur la vie et les choix de Mina...

Iris Hellen signe son premier ouvrage ici et je peux vous dire que c'est très prometteur. Sa plume est très fluide et porte à réfléchir sur des sujets d'actualité. On ressent l'expérience de l'auteure à travers ses mots. Iris Hellen a travaillé pendant 15 ans dans le monde de la finance. Avec Mad About You, elle aborde un thème qui lui tient à cœur, la prostitution des étudiants pour financer leur étude et pouvoir vivre décemment. Un sujet d'actualité, sensible donc et c'est à partir d'un article de presse que tout est parti et qu'elle s'est lancé dans cette aventure. Et je dois dire que le résultat est là.

Alors comme vous le savez, je déteste faire des comparaisons entre livres sauf que là, j'ai envie de dire une chose. Pour ceux qui ont peur de se lancer dans Mad About You parce qu'ils redoutent une copie de Calendar Girl, et bien sachez qu'il n'en est rien. Oui il y a des scènes de sexe mais il n'y a pas que ça. On découvre le monde de la finance en immersion. Enfin voilà, moi j'ai trouvé ça intéressant parce que justement, c'est un monde que l'auteure connait bien et ça se ressent. D'ailleurs, il y a de très belles émotions qui sont retranscrites.

Au final, mis à part les nombreuses scènes de sexe, ce roman m'a plu et j'avoue avoir hâte de lire la suite.

http://notrecarnetlecture.blogspot.fr/2017/05/mad-about-you-tome-1-iris-hellen.html#more

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ash92 2017-05-12T18:46:50+02:00
Diamant

Histoire très bien construite, enchaînements bien ficelés, rythme, style : tout est bien ! Mina est provoquante mais avec humour, et les autres personnages (clients, amants, ex) bien campés. Du coup, l'intrigue gagne en intensité et il y a un bon équilibre entre sexe, pouvoir et manipulation. Une héroïne contrastée et attachante :on attend la suite avec impatience.

Afficher en entier

Date de sortie

Mad About You - tome 1

  • France : 2017-04-05 (Français)

Activité récente

Mtikky4 l'ajoute dans sa biblio or
2018-10-09T10:45:01+02:00

Les chiffres

Lecteurs 105
Commentaires 31
Extraits 1
Evaluations 40
Note globale 8.13 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode