Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Madleenetvous : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le maître des livres, tome 1 Le maître des livres, tome 1
Umiharu Shinohara   
Cette histoire... elle est tout simplement magique ! Je me souviens la première fois que je l'ai lue... j'étais dans l'autobus de ville et il y avait du trafic : je n'avais rien à faire. Alors j'ai lu ce manga que j'avais loué à la bibliothèque (quelle ironie !) Et à mon grand étonnement, non seulement j'ai adoré, mais je n'ai pas vu le temps passer ! J'étais totalement captivé par cette histoire qui semblait comprendre mon amour des livres. On se sent intimement lié à l'histoire lorsqu'on est un fervent lecteur. J'étais plongée dans ce monde tout à fait attachant. Les personnages sont tous très intéressants, plus qu'intéressant même quand on voit leur évolution grâce à leur contact avec les livres. Même les petites histoires racontées par l'auteur étaient très attendrissantes. Un des personnages qui me parlait le plus dans ce premier tome était Mikoshiba, qui est toujours fidèle à sa personnalité et très attachant par sa profondeur cachée. Ce manga est un vrai chef-d'ouvre à mes yeux et il me tarde de lire la suite où je suis sûre que de nouveaux personnages croiseront la route de ce bibliothécaire énigmatique !

par Enrika
Lignes de vie Lignes de vie
Samantha Bailly   
Un roman épistolaire qui a su ravir mon cœur, tout comme la couverture, dont je suis tombée amoureuse : j'adore les couleurs et la simplicité, qui reflètent tout a fait le texte.

Un livre constitué uniquement de correspondances manuscrites, un exercice difficile que Samantha Bailly a réussi avec brio et intelligence.

Au fil des pages, nous faisons la connaissance de Gabrielle et d'Antoine, deux personnes qui n'auraient jamais dû se rencontrer, et pourtant.....une lettre change tout.

Lettre après lettre, leurs écrits vous serrent le cœur, vous font sourire, vous ouvrent les yeux sur leur vie, leurs attentes, leurs désillusions et leurs espoirs. Les mots défilent sur le papier comme un exutoire, un journal intime, un journal intime qui vous répond cependant, comme si bien exprimé dans le roman.

Au fil du temps, des échanges, nous sommes témoins de l'évolution du langage, des confidences, de ce rapprochement qui se fait naturellement. Jour après jour, pour nos deux protagonistes, c'est un nouveau regard sur la vie qui apparaît, un nouveau sens, une confiance qui grandit, qui se nourrit de chaque mot posé sur le papier, une amitié qui devient réelle, le sens des mots qui devient plus lourd, plus profond.

La plume de l'auteur est fluide, belle, intelligente, aussi bien adaptée à Gabrielle qu'à Antoine, tantôt poétique, tantôt banale, tellement réaliste. Avec ses mots, elle nous raconte les maux de ses personnages, des personnages attachants, émouvants, qui miette à miette se dévoilent pour mettre leur âme à nu.
Beaucoup d'émotions m'ont traversée à la lecture de ce roman, et le fait qu'on lise des lettres renforce ce sentiment d'être les personnages, de se confondre avec eux, ne faire plus qu'un avec leur esprit.

J'adore le style épistolaire, car pour moi, l'écriture est une forme de liberté, de délivrance, la force de pouvoir révéler nos pensées, d'être honnête, annihilant ainsi toute pudeur, en restant caché, même si au final, nous ne sommes pas si caché que ça, au contraire....
La lettre écrite reste quelque chose de bien plus personnelle qu'un e-mail, et je trouve dommage que de nos jours l'écriture se perde au profit de quelque chose de très impersonnel, quelque chose de banal, sans saveur particulière.

Etant une éternelle romantique dans l'âme, j'adorerai que ce genre de chose m'arrive......C'est tellement inattendue et surprenant, un peu fou aussi, mais si excitant.

Bref, un roman coup de cœur pour une correspondance atypique servie par une plume parfaite et des personnages captivants, courageux, qui ont fait palpiter mon petit cœur du début à la fin.

Merci, tout simplement.

par Tikimel
Lire, vivre et rêver Lire, vivre et rêver
Alexandre Fillon    Collectif   
Vingt et un écrivains racontent avec passion et humour les livres et les librairies qui ont changé leur vie.

« Les livres forment des ponts entre ceux qui les défendent et ceux qui les écrivent. Des ponts qu'aucune dynamite ne pourra faire tomber. Des ponts qui lient deux rives différentes, jamais opposées. »
Nina Bouraoui

Textes de :
Olivier Adam
Dominique Barbéris
Sophie Bassignac
Jean-Philippe Blondel
José-Louis Bocquet
Nina Bouraoui
Arnaud Cathrine
Bernard Chapuis
Marcel Cohen
Mercedes Deambrosis
Pierrette Fleutiaux
David Foenkinos
Philippe Fusaro
Anne-Marie Garat
Simon Liberati
Catel et Jean Muller
Éric Neuhoff
Patrice Pluyette
François Rivière
Serge Sanchez
Philippe Vilain


par x-Key
Lithium Lithium
Aurélien Gougaud   
Pour son premier roman, Aurélien Gougaud n’est pas aller trop loin pour trouver l’inspiration, puisqu’il nous raconte la vie de parisiens de son âge, c’est-à-dire autour de 25 ans. L’un des personnages travaille également comme lui, au sein d’une chaîne de radio.
Portrait d’une génération, son livre ausculte cette période un peu étrange où l’on commence à gagner sa vie, ou il faudrait se construire un avenir, alors même que l’on doute en permanence de ses choix. Peut-on s’imaginer continuer toute sa vie comme agent commercial dans une entreprise qui n’a pour objectif que de soutirer de l’argent à des personnes un peu fragiles ? Faut-il tous les jours subir les railleries d’un supérieur qui se prend pour une vedette, alors qu’il ne serait rien sans son équipe ? Ou encore cette question cruciale : Ne serait-il pas temps de s’engager dans une relation plus stable que ces coucheries d’un soir ?
Car au traditionnel métro-boulot, il n’y a guère pour l’instant qu’un complément apéro-bistro-disco, notamment en fin de semaine. Il s’agit alors de remplir l’agenda pour ne pas sombrer dans la dépression. Pour Elle comme pour Lui qui nous suivront durant une semaine, un jour et un chapitre pour lui, un jour et un chapitre pour elle. S’ils ont des rêves, ce sont sans doute les dures réalités de leurs vies professionnelles respectives qui les découragent le plus. Les réseaux sociaux ne les distraient plus, l’alcool n’est plus un compagnon de fête, mais plutôt l’étape obligée avant de vomir leur mal-être, la drogue n’est plus un excitant hors-la-loi, mais une sorte de médication pour tenir le coup dans cette misère ambiante.
O rage, o désespoir ! N’y aurait-il pas d’échappatoire possible ?
Après une nouvelle journée d’humiliations, Elle croit avoir trouvé la solution. Plutôt que de subir une nouvelle séance débriefing durant laquelle «les gros salaires profitent de leur statut pour discréditer les autres, tandis que les petits n’aspirent qu’à prendre la place de leurs aînés.» il suffit de démissionner et de partir, de préférence loin. En Australie par exemple.
L’ironie du sort veut que c’est à ce moment que nos deux jeunes désabusés se rencontrent. Qu’elle est prête à changer de vie, qu’il est prêt à réviser sa théorie de l’amour : «Un type a dit qu’aimer, c’est la préférence de l’autre à soi-même. Pour lui, c’est juste la prise de risque à plein temps. L’Amour. Naïveté contraignante à laquelle il ne voit que deux explications plausibles : la solitude et l’ennui. Aimer, c’est pour ceux qui n’ont que ça à faire. C’est la solution le plus populaire pour donner du sens aux vies qui en sont dénuées.»
Je vous laisse découvrir l’épilogue de ce premier roman qui place le cynisme sur un piédestal, pour le plaisir du lecteur. Ce cynisme que mon dictionnaire définit comme un «mépris effronté des convenances et de l'opinion qui pousse à exprimer sans ménagements des principes contraires à la morale, à la norme sociale.» Les exemples fourmillent dans le livre. En voici un : «La radio, au fond, c’est un peu comme le communisme : dans l’idée c’est formidable, mais la nature humaine rend l’idéal inapplicable et l’applicable forcément nauséabond.»
Au fait, ayant le dictionnaire à portée de main, j’en ai profité pour consulter la définition du mot lithium (symbole chimique Li). J’y ai appris que ce métal est «le plus léger de l'ensemble des métaux connus sur terre, il est aussi le premier alcalin» et qu’il «est utilisé en psychiatrie pour soigner les psychoses maniaco-dépressives». Voilà qui peut expliquer le titre énigmatique de cette intéressante étude de mœurs !
http://urlz.fr/42ue

par hcdahlem
Love Letters to the Dead Love Letters to the Dead
Ava Dellaira   
LOVE LETTERS TO THE DEAD est un récit magnifique et époustouflant. Je ressors de ma lecture conquis et bouleversé comme rarement j’ai pu l’être en terminant un roman. Avant d’entamer cette histoire, j’avais un peu peur d’être déçu et perturbé par le fait qu’elle soit exclusivement composée de lettres. Sauf que, à ma (très) grande surprise, ce système de narration m’a envoûté au plus haut point. Je me suis attaché aux personnages d’une manière indescriptible. J’ai été renversé, pulvérisé et déchiré par chaque mot et chaque message de l’auteure et j’ai été happé par l’ambiance enivrante et hyper hypnotique du roman. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à attribuer un note au livre. Habituellement, les critères sont pratiquement les mêmes. Mais, là, tout est différent. Il n’y a pas vraiment d’action, pas vraiment de rebondissements, pas vraiment d’énormes surprises qui nous coupent le souffle. Pourtant, ça ne m’a empêché d’adorer cette histoire. Et vous savez pourquoi ? Tout simplement parce que la plume d’Ava Dellaira m’a profondément, profondément touché. Genre, vraiment. L’auteure possède ce genre d’écritures, vous savez, celui qui vous donne envie d’écrire un livre et de laisser s’échapper les mots qui implosent en vous. Grâce à LOVE LETTERS TO THE DEAD, je me suis souvenu qu’un livre, ce n’était pas seulement un concentré d’action ou de retournements de situation. J'avais oublié à quel point les mots pouvaient être coupants, profonds ou libérateurs. LOVE LETTERS TO THE DEAD m’a permis de m’en rappeler. Et, rien que pour ça, ce roman mérite toute mon admiration.

SUITE : http://wandering-world.skyrock.com/3219030027-LOVE-LETTERS-TO-THE-DEAD.html

par Jordan
Mille baisers pour un garçon Mille baisers pour un garçon
Tillie Cole   
Magnifique.
Bouleversant, j'ai une seule chose à dire, sortez une boite de mouchoirs.

par Adèle
Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël
David Levithan    Holly Black    Laini Taylor    Kelly Link    Rainbow Rowell    Stephanie Perkins    Gayle Forman    Myra McEntire    Jenny Han    Matt De la Penña    Ally Carter    Kiersten White   
Je me suis régalée en lisant ce recueil de nouvelles avec beaucoup d'auteurs que j'aime beaucoup et d'autres que j'ai découvert et qui ont une très bonne plume. Qui plus est, l'objet livre en lui-même est magnifique.

J'ai quand même eu un coup de cœur pour la nouvelle écrite par Stephanie Perkins.

Et j'ai trouvé celle de Jenny Han tout simplement magique !

Bien entendu, les autres nouvelles sont superbes, comme vous l'aurez sûrement déjà compris. Même si la nouvelle de Kelly Link est celle que j'ai le moins aimé.

En quelques mots, ces nouvelles sont : merveilleuses, légères et magiques.

Elles mettent facilement dans l'ambiance des fêtes de fin d'année. Et c'est un pur plaisir d'y découvrir des petites histoires d'amour qui nous détendent avec succès ! :)

par Sheo
Ne dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver Ne dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver
Eileen Cook   
J’ai voulu me changer les idées avec ce livre, et grand bien m’en a pris ! D’abord attiré par le titre amusant, j’avoue n’avoir eu aucune attente particulière vis-à-vis de ma lecture. Tout d’abord le style : c’est un peu un style chick lit. L’héroïne, sans pouvoir d’aucune sorte, est installée (un travail de libraire), a un toit malgré d’inévitables problèmes financier (elle peut tout payer si elle ne mange plus jusqu’à la fin de ses jours).

L’histoire ? Très simple : il n’est pas question pour Sophie Kinstock de se retrouver seule après six ans de vie commune ! Son petit ami l’a quittée et elle va tout faire, je dis bien tout, pour le récupérer : du déplacement furtif de la voiture au vol caractérisé de chaussettes, elle ne recule devant rien. Alors quand elle apprend que Doug, SON Doug, a une nouvelle petite amie, elle voit rouge. C’est alors qu’elle a une idée géniale ! Se faire passer pour une voyante et les faire rompre ! Simplissime n’est ce pas ? Oui mais…tout ne se passe pas toujours comme prévu !

De maladresses en gaffes, en passant par un succès inattendu, Sophie en voit de toutes les couleurs. Epaulée par sa meilleure amie Jane (maman au foyer épanouie au possible) et Nick, un universitaire sceptique rencontré par hasard (en plein vol de chaussettes), Sophie va redresser la barre et prouver à tout le monde que, nom de nom, elle aura sa fin heureuse !

Je ne veux pas en dire trop pour ne pas gâcher les surprises de ce roman, mais si vous voulez vous détendre et passez un bon moment, n’hésitez plus ! Des moments tendres, des éclats de rires et pouf un après-midi de fini ni vu ni connu. A savourer sans modération.

par Ceinwèn
Ne le dis pas à maman Ne le dis pas à maman
Toni Maguire   
Une histoire triste, qui ne devrait pas se trouver sur papier pour la simple et bonne raison que de tels crimes ne devrait même pas exister...

Un pére violent, méchant, qui viol sa petite fille de 6 ans et qui est pardonné... ca ne devrait pas existé...

Une enfant trahi par un monstre qu'elle appelle papa et par une mére rêveuse et démissionaire, ca ne devrait pas se voir...

J'ai pleuré et j'ai été trés en colère en lisant ce livre! On ne peut rester de marbre devant cette vie gachée....

par nolie
Ne t'inquiète pas pour moi Ne t'inquiète pas pour moi
Alice Kuipers   
J'ai lu ce bouquin en... une heure je pense... C'est un livre qui se lit vite et qui mérite d'être lu d'une traite, à mon avis. Ayant une relation très forte avec ma mère, je me suis beaucoup identifiée à Claire, et je l'ai trouvée très forte. Le "chapitre" PS m'a achevée, j'avoue. Malgré tout, dans un sens, je trouve qu'il se lit trop vite... J'ai l'habitude de passer des journées entières ou des nuits blanches à lire des "pavés" (tout est relatif) et du coup, ça m'a un peu frustrée... Mais c'est bien là mon seul bémol.
Ces petits mots sont très forts dans leur aspect banal, puis libérateur... Parce que malgré tout, ça aide d'écrire pour résoudre des choses ou en admettre d'autres...
Bref, un livre-médicament assez libérateur dans un sens, pour les gens qui vivent l'expérience, et en tout cas très émouvant...

par flo0wer