Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Maeva-Chaillous : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
The Sun Is Also a Star The Sun Is Also a Star
Nicola Yoon   
Nicola Yoon est une auteur que j’ai eu le plaisir de découvrir avec Everything Everything, une lecture aussi addictive que rafraichissante. Ouvrir un de ses livres, c’est la certitude de passer les prochaines heures alpagué à sa plume, complètement conquis par son univers le temps de quelques heures. Et avec ce deuxième titre, Nicola Yoon fait mouche. Encore ! J’ai passé un merveilleux moment avec The Sun is also a star.

Dans cette histoire, on suit deux personnages que tout oppose. D’abord Natasha, une adolescente d’origine jamaïcaine. Lorsqu’elle avait huit ans, elle est partie vivre aux États-Unis. Malheureusement, sa situation et celle de sa famille sont très précaires, et le couperet tombe : ils doivent quitter le territoire le soir-même. Pour Natasha dont toute la vie et les souvenirs se trouve aux États-Unis, la nouvelle est très dure à encaisser. De l’autre côté, on suit Daniel. Ses parents sont d’origine sud-coréenne et il est né sur le sol américain. Le jeune homme se prépare à un rendez-vous pour intégrer une prestigieuse université. Rien ne prédestinait Daniel et Natasha à se rencontrer ce jour-là. Et pourtant, le temps de 24h, ils vont vivre l’aventure la plus étourdissante de leur vie.

The sun is also a star a un petit quelque chose de magique. Un petit quelque chose qui le distingue des autres romans. Un petit quelque chose qui le rend unique en son genre. D’abord dans le choix des protagonistes principaux. Deux profils, deux caractères, deux éducations. Ils sont un peu comme les deux faces d’une même pièce. Natasha est le pragmatisme personnifié. Amère de la vie, révoltée et désespérée, elle ne croit plus en grand-chose et ne jure que par les faits. Pour Daniel, c’est bien le contraire. Si lui non plus n’a pas l’impression d’avoir le choix dans la vie, il se permet tout de même de rêver d’autre chose, de spéculer sur la vie en général et de croire. Et puis un jour, comme ça, par hasard, les vies de Daniel et Natasha se télescopent. Et ça fait de nombreuses étincelles !

On peut appréhender ce livre de multiples façons différentes. Sous des dehors simples et divertissant, il délivre beaucoup de messages et je suis certaine de ne pas en avoir fait le tour en une seule lecture. C'est un roman qui nous présente l'humain, tout simplement. L'humain sous son jour le plus avantageux, mais aussi le plus cruel ou le plus malheureux. C'est un livre qui nous parle de la vie, de la famille, du patrimoine, des petits moments de bonheur simple qu'il faut savourer, de l'importance de se souvenir et de pardonner, sur les rêves que l'on poursuit, les rêves dont on se nourrit et des murs que l'on place dans notre conscience par peur de souffrir. Il serait complètement insensé de définir The sun is also a star avec un seul mot. Parce que ce livre ne fait que parler de la vie dans sa plus pure essence.

On prend conscience de toutes ces choses au fur et à mesure de la lecture. Et c’est sûrement pour ça que ça n'a pas été un coup de cœur immédiat. Ça s'est fait petit à petit. Progressivement. Mais Nicola Yoon, aussi lentement qu’assurément, est parvenue à mettre dans le mille.

En plus de suivre Natasha et Daniel, on attrape ici et là quelques bribes d'histoires, des tranches de vie de personnes qui croisent leur route. Parfois tristes ou pleines d'espoir, ces tranches de vie ont fait vibrer la corde sensible en moi. Le plus surprenant, c’est qu’elles finissent par influencer le devenir du duo. Et pas toujours de la façon qu’on s’imagine.

The Sun is also a star, c’est aussi l'une des romances les plus douces que j'ai pu lire jusqu'à présent. Elle se laisse lire. On se surprend à baisser la garde devant les mots de Nicola Yoon. J’ai surtout apprécié de découvrir un couple mixte. Parce que là encore, ça soulève énormément de questions.

J'ai aimé découvrir et apprivoiser ces cultures qui tout à coup s'entrechoquent les unes aux autres. Ces cultures qui tentent de demeurer intacte dans une société qui a tendance à les brasser. On se rend vraiment compte à quel point l'immigration engendre des conflits intimes chez les gens. Ces immigrés qui sont malgré tout très attachés à leurs racines, qui font des enfants sur le sol américain et qui tentent de garder cette identité bien à eux, malgré les éléments extérieurs qui poussent leurs descendants à emprunter d'autres chemins. C'est un sujet qui m'a toujours passionnée, et le retrouver dans un roman aussi beau, ça n'a fait que confirmer mon coup de cœur. 

En définitive, les messages que cherchent à transmettre Nicola Yoon sont clairs. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon de penser. Chacun à sa propre histoire et sa manière de voir la vie et d'appréhender l'avenir. J'ai aimé qu’elle ne nous montre pas LE chemin à suivre, mais juste tous les petits ruisseaux qui tracent leurs sillons et cherchent à se faire une place, malgré les embûches et les imprévus qu'ils rencontrent sur leur route. 

Arrivée à la fin, je n’osais croire que ça puisse se terminer comme ça après l’ascenseur émotionnel que j’avais vécu auprès de Daniel et Natasha. J’étais subjuguée et suspendue à la plume de l'auteur pour connaître le fin mot de l'histoire. Et je n’ai pas été déçue ! Ça non !

En résumé, The sun is also a star est une histoire qui se termine sans bruit, mais qui a l’effet d’un coup de poing. Je suis tombée sous le charme de Daniel, le poète optimiste et rêveur, et de la pragmatique Natasha, qui ne jure que par les faits tangibles. Nicola Yoon est une merveilleuse auteur qui a de la magie au bout de la plume. Un très beau coup de cœur pour une très belle histoire.  

Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/contemporaine/the-sun-is-also-a-star-nicola-yoon
En voiture, Simone ! En voiture, Simone !
Aurélie Valognes   
Première fois que je lis un livre d'Aurélie Valognes et je pense en tester d'autres mais celui-ci ne m'a pas convaincue. Une histoire de prise de tête entre les membres d'une même famille, et chacun cherche des défauts aux autres, Jacques, le père, étant la cible principale. C'est une plaie, ce Jacques, mais les autres sont tous aussi détestables les uns que les autres, exception faite pour Jeanne et Antoinette. Au final, c'est un livre "de plage", qu'on lit pour faire passer le temps mais qui n'a pas vraiment de but si ce n'est de dépeindre avec précision des petites choses réalistes. Parce que oui, malgré tout, ce qui se passe ici est très réaliste et beaucoup d'entre nous se retrouveront dans ce livre.

par Chess
Mémé dans les orties Mémé dans les orties
Aurélie Valognes   
On peut dire que ce roman à fait beaucoup parler de lui, et je comprend pourquoi !
Mémé dans les orties est un roman plein de fraîcheur et de tendresse qui se lit d'une facilité déconcertante, il est comme j'aime les appeler, un "roman entre-deux". Un roman à lire en été, sur la plage, entre deux bouquins plus sérieux -une petite pause lecture agréable et revigorante.
La force de Mémé dans les orties ne réside pas tellement dans l'intrigue, mais dans les personnages: Ferdinand m'a bien fait rire avec son petit air bougon et son humour noir caractéristique, Juliette m'a fait craquer avec son innocence de jeune fille et son intelligence à la fois hors norme, sans oublier Béatrice notre joueuse de bridge préférée !
Je félicite Mme Valognes pour ce petit chef-d'oeuvre :)
Minute, papillon ! Minute, papillon !
Aurélie Valognes   
Des couvertures vichy, des personnages sympathiques, une écriture fluide, une bonne pointe d'humour et de bonne humeur, des titres et des chapitres basés sur nos expressions françaises... les livres d'Aurélie Valognes se suivent et se ressemblent tous. L'univers de l'auteure est simple, il tourne autour de la famille et plus particulièrement des liens qui unissent les générations. Jusqu'ici, je m'étais toujours attachée aux personnages, mais dans ce roman ils m'ont plutôt laissée de marbre. J'ai bien aimé Rose et Colette qui forment un duo hors normes, par contre j'ai détesté (mais ça c'est normal) Véronique la fille de Colette et j'ai trouvé Baptiste très dur avec sa mère, même si j'ai compris ses attentes qui sont tout à fait légitimes.
Je ne vous cache pas qu'on se sent plutôt bien dans le monde d'Aurélie Valognes, ses livres sont de véritables rayons de soleil et font du bien au moral, ils sont parfaits pour les vacances. Toutefois, j'aurais aimé être un petit peu plus surprise avec ce troisième roman, même si l'histoire est simple et efficace, elle a manqué, à mes yeux, de renouvellement, c'est-à-dire qu'absolument rien ne distingue Minute, papillon ! de Mémé dans les orties ou encore de Nos adorables belles-filles et j'irais même plus loin en vous confiant que même si j'ai passé un agréable moment, ce troisième roman de l'auteure est celui que j'ai le moins apprécié.
L'intégralité de mon avis est disponible ici : http://www.leslecturesdelily.com/2017/05/minute-papillon-ecrit-par-aurelie.html#more
Rosewood chronicles, tome 1 : Princesse incognito Rosewood chronicles, tome 1 : Princesse incognito
Connie Glynn   
Je me suis enfin laissée tenter par ce livre qui était dans ma PAL depuis un petit moment déja, et je dois dire que ça a été une belle déception...

On suit Lottie et Ellie, deux jeunes filles qui font leur rentrée à Rosewood, un pensionnat très réputé d'Angleterre. L'une est une adolescente ordinaire, et l'autre est une princesse qui vient faire ses études incognito, et bien sûr, suite à un quiproquo, leurs rôles vont être échangés...

Nous voilà donc embarqués dans un monde de princesses et de paillettes, auquel j'ai malheureusement pas du tout accroché (alors qu'en principe Disney c'est ma vie ahah). C'est dommage parce que l'idée de base était bonne, on voit que le livre a du potentiel mais tout n'a été que survolé. Par exemple, il n'y a aucun world building par rapport au pays dont est originaire Ellie, Maradova, on ne sait même pas où il se situe. Pareil pour Rosewood, il n'y a pas vraiment de description donc c'est très difficile de visualiser l'école. Dans le même genre, l'idée du sénéchal est assez originale mais vraiment très bancale, ça aurait pu etre développé davantage. Tout l'univers reste vraiment trop superficiel.

Concernant l'écriture c'est très (trop ?) simple, mais bon au moins c'est fluide et ça se lit relativement vite. J'ai relevé pas mal d'incohérences : quel était le but de l'énigme de Binah ? J'ai pas non plus compris le délire avec le fondateur de l'école. Tout va vraiment trop vite, que ce soit les relations des perso où le choix de Lottie de devenir sénéchale sans réfléchir. On sent vraiment le côté baclé et enfantin.

Pour ce qui est des personnages, Lottie est vraiment trop niaise et clichée. Ellie reste ma préféré mais elle n'est pas si rebelle que ce que nous vend le résumé, et j'ai trouvé Jamie hyper ennuyeux. Lottie semble attirée par à peu près n'importe qui, les relations sont plutôt ambiguës (surtout Lottie/Ellie où on voit bien que ce n'est pas qu'une question d'amitié mais rien n'est dit clairement), et je sens gros venir un triangle amoureux pour la suite. Pour moi le développement des personnages est vraiment très pauvre et leurs réactions sont parfois démesurées, ce qui m'a très souvent fait lever les yeux au ciel ?

Bref l'histoire est trop simple et vide pour moi malgré que ce soit du jeunesse (genre que j'adore). J'ai pourtant essayé de le lire en mode détente et sans m'attendre à grand chose mais ça n'a pas pris donc je ne pense pas lire la suite !

2,5 / 5
The Rosewood Chronicles, Tome 2 : Apprentie Princesse The Rosewood Chronicles, Tome 2 : Apprentie Princesse
Connie Glynn   
Ayant adoré le premier volet, j'avais grand hâte de découvrir cette suite. Si le prologue m'a immédiatement replongée dans l'ambiance, les premiers chapitres m'ont un peu refroidie à cause de leur lenteur. En effet, ce n'est encore que la fin des vacances d'été, donc en soi, il ne se passe pas grand-chose. C'est pour ça que j'ai été ravie quand Ellie et Lottie retournent à Rosewood Hall pour la rentrée. A partir de là, tout s'est enchaîné et je n'ai pas pu lâcher le livre jusqu'à la fin.
La première partie, qui délivre beaucoup d'informations sur les origines de Lottie, m'a véritablement passionnée. Le mystère m'a totalement emportée, au point que j'essayais de le résoudre avant Lottie de mon côté. Et j'étais ravie de la révélation finale, surtout qu'elle était en lien avec des passages du premier tome.
La seconde moitié du livre m'a beaucoup plu aussi, même si elle est nettement moins marrante. Là, on se concentre plus sur les Léviathans et les empoisonnements que Rosewood subit. L'enquête des filles est très intéressante, et j'ai adoré la suivre "en temps réel". C'est entraînant, à tel point qu'on tourne les pages frénétiquement pour avoir le dernier mot de l'histoire.
Revenir à Rosewood avec tous les personnages, c'était comme retrouver de vieux camarades de classe. Ce qui m'a aussi beaucoup plu les concernant, c'est la façon dont ils se serrent les coudes au moment où il y en a le plus besoin. L'amitié est au centre de cette saga, et je suis fan du message transmis ("ensemble, on est plus forts").
Concernant le trio de tête, j'ai aimé l'évolution de Lottie, bien qu'à cause de son rôle de Sénéchale, elle paraisse bien plus âgée que ses 15 ans. Et comme l'histoire se centre beaucoup sur elle cette fois, Ellie passe un peu dans son ombre. Quant à Jamie, j'avais mal pour lui. A la fin du livre, la crainte qu'il se laisse dévorer par ses démons et fasse une énorme bêtise ne me lâchait pas. J'ai même un peu peur de son évolution dans l'opus suivant... Concernant le triangle amoureux qui se tisse entre eux, j'avoue que même s'il est un peu plus original que ce que j'ai vu jusqu'à présent, ça n'en reste pas moins agaçant (car je n'aime pas les triangles amoureux).
Ce qui m'a aussi fait lever les yeux au ciel, c'est l'abondance de romances. Il faut savoir que les romances, je les consomme avec modération, donc un petit peu, c'est sympa, mais 4 (voire 5, vu les sous-entendus), ça commence à faire beaucoup à mes yeux. Autant je comprends les enjeux du triangle amoureux et j'approuve celle d'Anastasia parce qu'elle a une importance capitale dans l'histoire, autant la romance de Micky m'a parue de trop. Elle arrive comme un cheveu sur la soupe et ne fait pas avancer l'intrigue, ce qui fait que je ne lui ai trouvé aucun intérêt. Pour moi, c'était juste un moyen de l'auteure d'insister encore sur un point qu'on a pourtant déjà bien compris grâce aux autres romances. J'ai trouvé ça lourd et maladroit, parce qu'on n'a pas besoin de ça pour comprendre le message qu'elle veut nous transmettre : il passe très bien sans en faire des caisses. Quant à la romance qui semble se tramer pour Ollie, je me suis dit que c'était pour mieux lui donner de raisons d'intervenir dans le tome 3. Même si lui non plus n'a pas besoin de ça pour ça puisque Lottie est à elle seule une raison suffisante pour qu'il intervienne, justement...
En bref, malgré un petit point noir à mes yeux, c'est une chouette suite, qui se lit facilement grâce à la plume simple et fluide de l'auteure et rapidement grâce à tous les mystères qu'on veut résoudre. J'ai effectué mon retour à Rosewood Hall avec grand plaisir, et j'attends le dénouement de cette saga avec impatience !

par KarolynD
La Tresse La Tresse
Laetitia Colombani   
J'avais tellement entendu parler de La tresse, surtout de façon positive, mais je ne sais pas, je n'étais pas intéressée plus que ça par ce roman. C'est vraiment par hasard que je me le suis procuré, en allant faire un tour à Emmaüs et je remercie la personne qui en a fait un don car peut-être que je ne l'aurais jamais lu sans ça et je serai passée à côté de cette perle!

Nous suivons trois femmes/filles de générations différentes, de pays et de continents différents, de cultures différentes. Smita en Inde, qui rêve d'une meilleure vie pour sa fille Lalita. Giulia en Sicile qui essaie de maintenir l'entreprise familiale. Sarah au Canada qui tombe gravement malade. Nous avons donc trois points de vue différents. Elles n'ont aucun lien, dans un monde fait d'injustices, de tabous, de cruauté sur bien des aspects. Elles ne mènent pas les mêmes vies mais leurs vies vont changer à jamais!

J'avoue que c'est l'histoire de Smita et Lalita qui m'a le plus touchée, non pas que celles des deux autres n'étaient pas touchantes, loin de là, c'est impossible de rester insensible mais c'est surtout pour les terribles facettes de l'Inde que je ne connaissais absolument pas! Les trois histoires sont touchantes, celle de Giulia un peu moins mais elle fait le lien/le pont entre celle de Smita et celle de Sarah.

Le message de ce roman est fort, important. Il faut se battre, il faut vivre. Ce roman parle d'inégalité, de discrimination, de racisme, de crimes, de maladie mais aussi d'amour, d'espoir, de lutte, de survie. Pourquoi ce titre? Pourquoi la "tresse"? Tout prend forme vers la fin du de l'histoire. Tout n'est qu'émotions et réflexions. L'écriture est fluide et juste. Il n'y a pas de dialogue mais ce n'est aucunement gênant.

C'est un coup de cœur! Je ne l'avais pas vu venir! Je me disais que ça n'allait être qu'une bonne lecture, peut-être sans plus mais quelle claque! Je suis ressortie complètement bouleversée de ma lecture, à fleur de peau. Les larmes ont coulé. Il y a des histoires qui marquent à vie et La tresse va en faire partie, je pense! A lire absolument!

par MaMt
Les Brumes de Cendrelune, Tome 1 : Le Jardin des âmes Les Brumes de Cendrelune, Tome 1 : Le Jardin des âmes
Georgia Caldera   
Je ne sais pas trop quoi dire sur ce roman à part que j'en ressors profondément mitigée. Je l'ai lu parce que l'auteure avait fait l'incroyable série Victorian Fantasy que j'avais littéralement adoré, et qu'une nouvelle série dystopique ne pouvait être que géniale ! Tout d'abord je voudrais dire que la couverture est sublimissime et que le titre envoie du lourd. Maintenant pour ce qu'il s'agit de l'intérieur du livre c'est plus complexe. L'histoire de base est pas mal, les personnages principaux appartiennent à deux races différentes (c'est un peu compliqué pour Verlaine mais globalement on va dire que c'est le cas vu qu'il a été élevé comme un dieu) et donc se détestent cordialement, lui étant l'exécuteur de son père et elle une simple humaine Rapiécée dont il a tué les parents étant plus jeune. Le fait est qu'il n'y a aucun suspens dans ce roman, on voit l'intrigue venir gros comme une maison, donc je n'ai ressentie aucune surprise, et à aucun moment de l'histoire, mais bon à la rigueur, jusque-là tout va bien, il y a également une touche de vie antérieure vu que par leur contact ils arrivent à percevoir des bribes d'un temps où ils étaient amoureux. Ajoutons à tout cela l'intermède piano-violon, nous avons ici tous les éléments pour faire une bonne romance. Maintenant pour moi le gros point faible de ce roman c'est l'écriture. En effet le style est vraiment très enfantin, les intériorités des personnages sont à l'extrême limite de la naïveté et ça ne colle pas. Ça ne colle pas avec un univers qui par sa dureté fait grandir prématurément ses "habitants" si je puis dire. Je m'attendais à un peu plus de sérieux, alors d'accord nous sommes dans un Young Adult m'enfin ce n'est pas une raison pour tomber dans le culcul la praline aussi vite, personnellement cela m'a cassé chaque effet dramatique de l'histoire ce qui est bien dommage car il y a énormément de potentiel dans cette histoire. En effet l'idée des dieux est excellente, de même que la cité d'Acier, l'existence d'une mystérieuse ancienne déesse qui serait à même de concurrencer Orion est également bien pensée, de même que la dame des Brumes qui semble apprécier son aspect de Rapiecée, bref on sent qu'il y en a sous la pédale, mais encore une fois rien n'est abordé, ce ne sont que de rapides sous-entendus. Du coup j'attends beaucoup du second tome qui devrait apporter pas mal d'éclaircissements.

par Ellana06
Virgin River, Tome 1 & 2 Virgin River, Tome 1 & 2
Robyn Carr   
J'ai adoré cette série de Virgin river. N'hésitez pas, entrez dans ce petit monde, vous tomberez amoureux -se des personnages,
De la petite ville....

par yassou31
Heroines Game, Tome 1 Heroines Game, Tome 1
Tabasa Iori   
Un manga très sympathique avec les "Idol". Hâte de découvrir la suite. Puis pour c'est rare qu'une série de manga ce fasse en si peu de tome

par Aurrorree