Livres
424 879
Membres
344 488

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par beckygirly 2018-08-02T13:10:33+02:00
Lu aussi

Ni une ni deux, me voici plongée dans le récit qui je dois l’avouer m’a laissée perplexe de bout en bout. J’ai eu d’abord du mal à entrer dans l’histoire et à suivre correctement les tenants et aboutissants de la première partie : on nous présente Corky à travers deux scènes avec des femmes, puis il y a un flashback nous expliquant comment il en est arrivé à devenir célèbre, et on revient au moment présent du récit où une offre lui ait faite mais il doit passer une visite médicale, ce qu’il refuse. Arrivé à ce point-là je croyais sincèrement que cette dernière scène faisait partie du flashback… ce qui n’est pas le cas. Cette scène explique les raisons qui poussent Corky à prendre le large, et surtout amène à la deuxième partie du récit que j’ai trouvé un peu plus intéressante. Mais cette première partie permet également de poser le doute quant à l’existence de Fats : dès les premières lignes il nous est présenté comme l’ami de Corky, mais on comprend rapidement qu’il s’agit en vérité de sa poupée de ventriloque. Le résumé se rappelle à nous et la question fatidique est enfin posée dans l’esprit du lecteur : Fats est-il une poupée possédée ou Corky est-il simplement fou ?

Goldman parvient avec justesse à maîtriser le suspense tout au long du récit : le doute ne nous quitte jamais et une certaine tension s’installe. Cependant on est loin de l’horreur auquel on pourrait s’attendre et on reste bloqué dans le fantastique. De plus la seconde partie s’éternise sur un sujet bateau et décevant : la reconquête de l’amour de jeunesse. On entre ici dans le cliché, que ce soit au niveau de l’histoire ou des personnages, ce qui est fortement dommage. Pourtant on continue à tourner les pages, la tension reste présente et tout ça grâce à Fats il faut bien l’avouer. La poupée sauve le récit et permet des retournements de situations quelque peu plaisants.

Cependant en refermant le roman j’ai eu le sentiment d’être flouée. Le fantastique est bien maîtrisé, et qu’on n’ait jamais une réponse concrète à la question de départ est très intéressant, mais les personnages stéréotypés, l’histoire qui s’éternise et le manque cruel d’horreur font que je ressors dubitative de cette lecture.

Je vais maintenant me pencher sur l’adaptation cinématographique de cette œuvre, histoire de voir si cela passe mieux en film ou non.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Liliaza 2018-07-25T09:13:23+02:00
Lu aussi

Si ce livre m’a tenté à la base, c’est parce que j’aime les histoires de poupées maléfiques. Le résumé est des plus intrigant et ne reflète pas vraiment la nature du livre. Nous suivons donc les aventures de Corky « heureux » propriétaire d’une marionnette nommée Fats. Son numéro de ventriloque est reconnu partout. L’humour de la poupée est vendeur et tout le monde se demande comment fait Corky pour qu’on ne voie pas une lèvre bouger. Très rapidement, nous plongeons dans cette « relation » et une pensée nous traverse : est-il fou ou la poupée a-t-elle vraiment une vie propre ? Je dirais bien « réponse dans le livre », mais ce n’est pas le cas. Jusqu’au bout, on est partagé. Il faut vraiment attendre la fin du livre pour que les choses s’accélèrent. Mais pour autant, le reste n’est pas ennuyeux.

On découvre une myriade de personnages tous plus caricaturaux les uns que les autres. Nous avons l’agent de Corky : riche au possible, aimant uniquement ce qui est le plus cher juste parce que c’est cher, tour à tour menteur et protecteur, magicien à ces heures. Nous avons aussi Peg : l’amour de jeunesse, la pom-pom girl gentille qui a épousé le gars baraqué du lycée pour finir malheureuse, triste et enlaidie. Et nous avons Corky : magicien depuis toujours qui ne rêve que de percer. Il tente de se suicider par le gaz et est sauvé par une marionnette nommée Fats. Ce que je regrette vraiment dans ce livre c’est l’absence de réponse. Le fait de ne pas savoir s’il est fou ou pas est à la fois brillant et frustrant. Mais il y a un autre aspect qui est lui juste frustrant : les relations de Corky avec les femmes. Très tôt dans le livre nous voyons Corky avec une femme qu’il vient de rencontrer et nous comprenons qu’il a un gros problème. Apparemment, il mord et tue (?) les femmes avec qui il couche. On en vient à se demander si c’est un vampire. Et nous n’avons pas de réponse à notre question.

Ce livre laisse une sensation bizarre. On a du mal à le refermer. On a du mal à le lâcher et pourtant on est frustré tout du long. William Goldman manie très bien la plume et réussit à nous accrocher dès les premières pages, mais il y a un je-ne-sais-quoi qui rend certains passages assez confus.

Un film du même nom a été tiré de ce livre où Anthony Hopkins campe notre héros, mais il est disponible uniquement en anglais.

Pour conclure,

Je finis ce livre en voulant lire une autre histoire de poupées tueuses. Sur ce sujet-là, ma lecture ne m’a pas satisfaite, mais je ne sais pas si j’ai été déçue ou pas. Ce livre n’est clairement pas ce à quoi je m’attendais pourtant j’ai pris plaisir à le lire. Il est classé dans l’horreur et je ne comprends pas pourquoi. Peut-être que le film apportera plus de réponses. Affaire à suivre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode