Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de magton : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Double appel Double appel
Kalvin Kay   
[JENNI] : Mon avis #CoupDeCoeur + détaillé ici : https://wp.me/p6618l-azd

Les cœurs brisés peuvent se réparer… Effectivement. Et c’est d’ailleurs ce que va nous démontrer l’auteure avec l’histoire de Blanche et Alaric. Avec « Double appel », Kalvin Kay nous entraine dans une jolie romance, agrémentée d’érotisme et de dangerosité…

Nous faisons ainsi la connaissance de Blanche, une jeune femme fraîchement divorcée qui décide de ne pas se laisser abattre par la situation et de reprendre sa vie en main afin de subvenir aux besoins de sa petite fille et d’elle. Pour se faire, il lui faut avant tout trouver un emploi… C’est ici qu’intervient alors Alaric.

Alaric est directeur général d’une entreprise de services Audiotel. En d’autres termes, il est le grand manitou du téléphone rose… Au sein de l’établissement Pink Love, il dirige une équipe de téléopératrices qui ont pour mission d’assouvir les fantasmes de clients en demande. [...] Ni une ni deux, Blanche intègre cette profession et va faire ses premiers pas dans un milieu érotique aux propos crus, sensuels où désir rime avec plaisir…

En débutant ce livre, j’étais loin de me douter que je ne pourrais plus m’en passer ! J’ai tellement été intriguée et conquise par cette histoire et par la tournure du récit que je l’ai lu d’une traite. Premièrement, je dois dire que ce récit marque les esprits par son originalité et pour toute la sensualité qui en découle. Kalvin Kay ne manque pas de tact dans ses mots. Elle va au bout de ses idées et décrit les scènes avec beaucoup d’érotisme et de piquant ! Oh oui… parce qu’elle nous offre ici des scènes aussi bien tordues que torrides. En bref, c’est sexy et chaud bouillant !

Concernant les personnages principaux, tous les opposent et pourtant tous les réunis malgré tout. Entre eux il existe une attraction qui prend de l’ampleur au fil des chapitres. Heureusement, l’auteure a pris soin de donner à tour de rôle la vision de Blanche et d’Alaric parce que c’est un vrai régal ! Ainsi, on vit l’histoire en même temps qu’eux, on assiste à leur rapprochement et on voit alors leur relation se tisser page après page. J’ai beaucoup aimé les cerner…

Blanche est une femme courageuse, audacieuse et admirable car malgré ce qu’elle a enduré et ce qu’elle va vivre, elle garde la tête haute, et va même se surpasser dans certaines situations au point d’être désarmée, troublée par l’interlocuteur. Elle m’a attendrie par son manque de confiance, m’a touchée dans son rôle de maman et m’a faite sourire et même rire dans ses excès lorsqu’elle endosse son masque et qu’elle se prête au jeu demandé au bout du fil… Elle m’a également fait frissonner d’angoisse lorsqu’elle se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment on va dire. Ce passage m’a donné des sueurs froides et m’a fait me ronger les ongles tellement j’ai eu peur pour elle. Je ne cessais de me dire : « Stop la torture ! Non l’auteure ne va pas lui faire subir ça quand même ! » … *Brrrr* À cause ou grâce à Pink Love, en tout cas Blanche se libère et se montre plus attentive aux réactions de son corps et à ses besoins. Peu à peu la gêne qu’elle ressentait au départ s’estompe pour gagner en assurance. Plus confiante et plus à l’aise elle arrive même à s’amuser au gré des conversations en se prenant au jeu et oublie la femme qu’elle est au dehors de ces murs… Elle se plie aux désidératas de ses clients dans cette ambiance si particulière et nous on savoure chaque échange. Et puis vient alors une conversation qui va la chambouler et l’exciter comme jamais. Mettre ce masque lui plait mais cet homme au bout du fil, n’est pas n’importe qui… Lui seul à ce pouvoir de la faire frissonner d’enflammer ses sens… Alaric m’a séduite bien évidemment. Il a du charisme et tout ce qu’il faut là où il faut…^^

[...]
C’est décrit avec beaucoup de vrai que l’on pourrait même lire ce roman en mangeant des popcorns tant l’histoire est plaisante et prenante et aussi et surtout parce qu’on est en bonne compagnie. Ce Livre est une addiction, j’ai vécu chaque moment avec l’impression de faire partie des personnages, d’être présente à leurs côtés tellement il m’a emportée. J’ai adoré ma lecture. Un grand Merci !
Video Girl Aï, tome 8 : Premier rendez-vous Video Girl Aï, tome 8 : Premier rendez-vous
Masakazu Katsura   
Génial !!! que dire de plus à part que ce titre reste un incontournable à lire.

Un superbe tome avec des émotions, l’annonce du choix de notre héro va faire des dégâts et des blessures psychologiques. Les sentiments sont traités avec beaucoup de justesse et l'auteur n'en fait pas trop.

Une lecture sympathique, un titre vraiment bien travaillé.
Video Girl Aï, tome 5 : Dualité Video Girl Aï, tome 5 : Dualité
Masakazu Katsura   
Ce cinquième tome m'a beaucoup plu ! Je suis toujours autant conquise par ce manga ! Une histoire qui devient de plus en plus intéressante au fil des tomes ! A conseiller vivement !

par Lacie
Video Girl Aï, tome 4 : Première expérience Video Girl Aï, tome 4 : Première expérience
Masakazu Katsura   
De plus en plus passionnant ! On se plonge totalement dans l'histoire. De nombreux rebondissements très étonnants ! Un vrai régal pour ce quatrième tome ! Hâte de lire la suite !

par Lacie
Video Girl Aï, tome 3 : Régénération Video Girl Aï, tome 3 : Régénération
Masakazu Katsura   
L'histoire se poursuit et est de plus en plus intéressante. On s'accroche d'avantage aux personnages et on a toujours envie d'en découvrir plus ! Un vrai régal !

par Lacie
Video Girl Aï, tome 2 : La disparition Video Girl Aï, tome 2 : La disparition
Masakazu Katsura   
C'est l'un de mes premiers mangas et j'avais beaucoup apprécié. Un excellent moment ! Les personnages ont tous une personnalité intéressante et le scénario est très original !

par Lacie
Video Girl Aï, tome 1 : Un amour impossible Video Girl Aï, tome 1 : Un amour impossible
Masakazu Katsura   
Un premier tome épique qui annonce directement la couleur de ce manga ! Il m'a fait beaucoup rire et j'ai passé un très agréable moment ! Je le conseille vraiment !

par Lacie
Hell's Eight, Tome 7 : Affolante obsession Hell's Eight, Tome 7 : Affolante obsession
Sarah McCarty   
J'adorais le souffle érotique de cette série, bien que certains éléments m'aient toujours hérissé le poil. Or dans celui-ci, je dirais que ces éléments-là prennent le pas sur l'impression globale.

Un mot sur l'histoire : convenue, sans rebondissement, du déjà vu. A l'Ouest, rien de nouveau...

Sarah McCarty aime jouer avec l'image du mâle alpha, ultra dominateur, violent, sans concession, imposant sa volonté et sa sexualité à sa promise, ce n'est pas un scoop.
Dans le cadre d'une série western "historique", je rigole encore de certaines pratiques qu'un homme n'aurait sûrement pas envisagé à l'époque. Mais bon, ça rend les scènes sensuelles un peu plus féminines et attrayantes que du bon gros bourrin ahanant au-dessus de madame...

Mais dans celui-ci, le rapport dominant/soumise m'a profondément dérangée. Petunia est une suffragette avant l'heure : certes son âge la classe chez les "vieilles filles", mais elle est surtout indépendante, intelligente et généreuse.
Et soudain paf !
C'était sans compter sur les SEULS besoins de Ace.
L'autrice cautionne à fond ce schéma relationnel, quitte à gommer ce qui fait le charme et la personnalité de Petunia.
Quand on lit entre les lignes, on comprend que l'homme la trouve très belle, sa personnalité piquante l'amuse deux secondes, juste pour le défi, mais point trop n'en faut. Il DOIT la dompter.
En fait, Ace a juste besoin d'un joli bibelot précieux à qui il arrache les griffes pour se sentir viril.
Et ça, ça ne passe pas.
Pas plus que le surnom qu'il lui donne : Pet. En français, je vous laisse en penser ce que vous voulez (rien de gracieux) et en anglais, ça renvoie à animal de compagnie. Merde quoi !

Bref, je sais bien que le fantasme récurrent du beau mâle dominateur et possessif fait toujours recette. Mais vu que la série en est déjà truffée, n'aurait-il pas été intéressant de prendre le contrepied et inverser les rôles dans la sphère privée ?

Ras-le-bol du BDSM à toutes les sauces, déjà que ça irrite mes convictions à la base, mais quand c'est présenté en écartant toute idée de consentement de la soumise (à qui on force la main), ça me donne des envies d'émasculation !

Pour finir, un mot de l'ebook qui est quand même truffé de fautes et de mots manquants. C'est d'autant plus surprenant qu'Harlequin nous avait habitué à des textes de belle qualité.
Dommage.
Hell's Eight, Tome 5 : Noces Intenses Hell's Eight, Tome 5 : Noces Intenses
Sarah McCarty   
Les Rangers du ranch les Hell's Eight sont huit amis soudés par les épreuves qu'ils ont connu dans leur enfance et unis par les horreurs dont ils ont été témoins depuis lors, tout comme pour les raisons qui les en ont fait sortir! Ce sont des hommes d'honneur, forts, loyaux et virils, qui croient en leur propre cause, et nous les découvrons au fil des tomes très protecteurs envers les épouses que le destin a placé sur leur chemin. Parmi eux, les jumeaux métis indien, dont Shadow le plus sombre et mystérieux qui, dans le tome précédent avait tué Harold Amboy afin qu'il ne cherche plus à faire assassiner Dési et Ari devenue sa belle-soeur.

Pour cet acte que le Colonel Daniel Jeffreys n'a pas digéré, nous retrouvons Shadow hors-la-loi, sa tête mise à prix, en passe d'être pendu pour vol de chevaux!!! Autant dire que la surprise est de taille si l'on considère que jusqu'alors, tous les actes de cet homme prouvaient qu'il méritait bien son nom. Le traitement de son personnage bien trop survolé m'a déçue alors que j'attendais son histoire avec plus d'impatience que celle des autres. Il reste malgré tout suffisamment de points positifs pour laisser le charme agir, puisqu'ici nous avons droit à une intrigue plus riche qu'habituellement, toujours ce penchant de l'auteur pour les amours prônant la tolérance ainsi que l'humour toujours au rendez-vous, surtout lorsque les Hell's Eight se retrouvent.

Pour une fois, c'est un petit bout de femme moitié chinoise qui va sauver notre ranger en l'épousant, décelant dans son comportement farouche et son regard sauvage la force dont elle a besoin pour protéger sa mine d'or qui lui permettrait de préserver sa cousine Lin du déshonneur. Sous l'apparente humilité qui sied aux femmes de son pays, Fei a un caractère bien trempé et manie les explosifs aussi bien que son père. Ce talent, ainsi que l'appât du gain de certains confèrent un souffle épique au récit parsemé de péripéties innovantes pour cette saga. Elles prennent néanmoins le pas sur la romance qui nous semble plutôt fade, séparant bien trop longtemps le couple dont on a du coup, du mal à comprendre l'attachement soudain et profond.

Nous sommes dans un Spicy, un Hell's eight qui plus est, et l'on sait pourquoi on suit cette saga, or ici, ça manque cruellement de fougue et de passion. Où est donc passée la plume vibrante de sensualité de Sarah McCarthy, ses longues scènes audacieuses qu'elle nous décrivait avec tant de volupté faisant de nos rangers de véritables fantasmes ambulants torrides au possible. Il y en a quelques unes certes, mais si répétitives et édulcorées que l'on se demande si certains passages n'ont pas subi de sérieuses coupes lors de la traduction. Et c'est bien dommage! Espérons que le 6eme tome nous fera oublier cette petite faiblesse passagère...

par Seregan
Hell's Eight, Tome 4 : Troublante Captive Hell's Eight, Tome 4 : Troublante Captive
Sarah McCarty   
Les 8 Rangers du ranch les Hell's Eight se soutiennent depuis qu'enfants ils ont vu mourir les leurs massacrés par l'armée mexicaine, et sont unis par les horreurs dont ils ont été témoins tout comme par les motifs qui ont donné un sens noble à leur vie! Ce sont des hommes d'honneur, forts attachants et virils, qui croient en leur cause! Dans le tome 1 Caine Allen leur chef se mariait à Desi jeune beauté blonde farouche dont la soeur jumelle Ari avait été enlevée par les indiens! Nos Rangers avaient réussi à déjouer le piège tendu par Harold Amboy, l'avocat du père décédé des jeunes soeurs qui voulaient les voir mortes afin de récupérer leur héritage. Solidaires défenseurs des opprimés ils avaient tous promis à Desi de retrouver sa soeur coûte que coûte.

Parmi les plus acharnés à cette tache depuis un an, un des jumeaux métis Ochoa, Tracker, fils d'un indien et d'une mexicaine dont les rêves prémonitoires lui assurent qu'il trouvera en Ari la femme de sa vie, tout en risquant de lui apporter la mort. Avant même de la rencontrer, Tracker éprouve pour elle des sentiments profonds, ce qui le motive encore plus pour partir à sa recherche lorsque des indices laissent supposer qu'elle se trouve dans un ranch à la frontière mexicaine.

S'attendant à trouver une jeune femme brisée moralement et physiquement, par ce qu'elle a du subir aux mains des 11indiens qui la détenaient, il s'aperçoit qu'Ari a perdu la mémoire et vit paisiblement avec le couple Morales qu'elle pense être ses beaux-parents. Comme si un lien invisible s'était tissé entre Tracker et Ari bien avant leur rencontre, le désir flamboie entre eux et la jeune femme se sent revivre même sensuellement, alors que le danger les menace. Ils doivent s'enfuir aidés par Shadow qui craint pour la vie et le coeur de son jumeau, et rejoindre le ranch pour ramener Ari à sa soeur, même si ces retrouvailles ne sont pas ce à quoi pourrait s'attendre cette dernière.

Ce quatrième tome est construit suivant la même trame que le premier puisque les jumelles ont pratiquement les mêmes démons à combattre, les mêmes cauchemars à apaiser. Une belle effrontée au tempérament de feu, forte et fragile à la fois, qui malgré ce qu'elle a vécu se laisse aller aux élans de son corps, un mâle alpha possessif, tendre et protecteur qui l'épouse pour la protéger des méchants, un ennemi qui ne recule devant aucune ignominie pour atteindre ses objectifs, mais c'est aussi la rédemption d'un homme que l'amour sauve de lui-même. Des scènes sensuelles très longues et chaudes superbement inspirées voire audacieuses pour aider à la guérison de la demoiselle, ainsi que des amis toujours aussi soudés dans l'adversité, avec ici comme pour le troisième tome avec Tucker et Sally Mae, une ode à l'amour interdit entre un métis et une femme blanche.

Un goût de presque déjà vu donc, jusque dans l'humour lorsque Madame Sarah McCarthy nous démontre qu'elle doit avoir un certain contentieux avec les haricots rouges et ce qu'ils provoquent au niveau des entrailles, mais malgré tout et comme toujours, ça fonctionne allègrement, c'est un pur plaisir que de se baigner dans son univers simple et ô combien torride.

par Seregan