Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Maissane-1 : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Croc-Blanc Croc-Blanc
Jack London   
Ce livre... Une pure merveille ! Je l'ai lu durant mon plus jeune âge, et depuis ce temps, ma mémoire n'a rien oublié de cette histoire. Un livre qui fait partie des plus émouvant et des plus tristes que j'ai pu lire. Pour tout ceux qui ne l'on pas lu, sincèrement je le conseille, il est d'une pure beauté littéraire.

par newmoon
J'avais douze ans... J'avais douze ans...
Nathalie Schweighoffer   
Ce livre est surprenant, j'ai pleuré, j'ai eu des frissons, je me suis mise en colère... C'est vraiment un livre qui vous donne la chair de poule. Les émotions y sont bien retranscrites.
Je pense qu'il faut avoir une certaine maturité pour le lire. Je voulais le lire quand j'avais 11 ans et c'est ma mère qui m'a dit que j'étais pas prête. Je l'ai lu quand j'ai eu 17 / 18 ans et j'avoue que j'avais un certain recul. Mais il m'a réellement fait réfléchir et ému.

par Linou
Lolita Lolita
Vladimir Nabokov   
Au delà du problème éthique que pose le livre, on est réellement devant un pur chef-d'oeuvre de la littérature, aussi bien américaine que mondiale.
Le style de l'auteur est magnifique, bien qu'il se perde (rarement cela-dit) dans des descriptions absconses.
Les personnages sont tout aussi ambiguës les uns que les autres en particulier Dolores, mélange complexe d'innocence et de malveillance.
Nabokov excelle dans l'art de décrire cette Amérique lointaine, aussi bien dans ses paysages bucoliques que dans ses mœurs et son humour noir ne fait que nuancer un tableau déjà noirci par son sujet.
Le livre pourrait se confondre aussi bien dans le genre policier que le drame ou encore le road-movie tant sa trame est maîtrisée et complexe.
Un pur régal, à ne pas mettre entre toutes les mains.

par Bully66
Tristan et Iseult Tristan et Iseult
René Louis   
Il y a tellement de versions plus anciennes, plus connues de ce récit d’amour que l’on ne sait laquelle prendre ! Mon choix s’est fait un peu par hasard et encore une foi, il m’a agréablement guidé. Historien, philologue et archéologue, René Louis signe là un très beau texte, qui comme il le dit lui-même "n'est pas une œuvre d'érudition ni une entreprise proprement scientifique" mais une « compilation » en français moderne, accessible au plus grand nombre de différentes versions du roman médiéval Tristan et Iseult.
J’ai toujours aimé la littérature celte du haut moyen-âge, les chevaliers de la table ronde, le roman de renard, la chanson de Roland… toutes ses histoires devenues intemporelles et qui font parties aujourd’hui de notre patrimoine culturel et littéraire. Ça me fait rêver, jouer avec mes Lego, combattre les géants, les dragons, jeter des sorts et concocter du « boire herbé » magique afin de se faire aimer et aimer une reine, la plus belle de toutes les femmes…
J’ai d’autant plus apprécié cette lecture que l’auteur nous propose des notes et des commentaires très instructifs sur les gènes de l’histoire, les dernières recherches et découvertes qui ont justifié ses choix d’écriture et sa vision du conte. J’ai découvert un récit empli de traces de traditions religieuses celtiques, de rites ésotériques, de copies de mythes antiques et de leurs appropriations par le christianisme dans ses premières heures pour s’imposer comme nouvelle foi. D’ailleurs est-ce un conte, une légende médiéval basée sur des faits, des traditions historiques oubliées… La vérité se perd dans la mémoire de tous les jongleurs bretons, anglo-normand et germains qui transmettaient l’histoire de village en pays avant d’être transcrit sur parchemin entre le 12 et 13è siècle.
[spoiler]
Il était donc une foi, Tristan, le neveu favori du Marc et respectueux de son statut à la cour. Auréolé de gloire, il escorte en tout bien tout honneur Iseult la blonde, fille du roi d’Irlande et future femme de son oncle jusqu’à Tintagel. Tristan est un fier guerrier, sans peur. Il a combattu le géant, le Morholt, le frère de la reine d’Irlande puis a triomphé d’un dragon qui terrorisait le pays. Il guérit de blessures mortelles. Tous ses exploits séduisent la blonde Iseult promise à un autre. Alors quand on connaît la coutume littéraire celte qui veut que ce soit la femme qui choisisse, conquière, lie et enchaîne l’homme – même contre son grès et ses inclinations – on comprend pourquoi Brangien, la servante d’Iseult et avec sa complicité, partage le « vin herbé ». Ce sortilège unira Iseult et Tristan d’un amour tellement solide, de sentiments tellement puissants qu’aucunes délations, aucunes ruses ne pourront les séparer. C’est d’ailleurs très distrayant, cette variété d’artifices sans cesse renouvelée que les amants inventent pour se retrouver, s’unir tout en se jouant du roi Marc et de leurs ennemis Et même s’ils vont devoir finalement fuir, les amants sont, durant cette période insensible des maux physiques comme le froid, la faim, la maladie, les blessures mais également ignorant des souffrances morales comme la jalousie. Tout change à la fin du délai de 3 ans (nombre à caractère sacré chez les celtes). Tristan et Iseult éprouvent pour la première fois des sentiments qui leurs étaient jusqu’à présent inconnus : les regrets, le repentir et la peur devant Dieu. S’ensuit de cruelles séparations et d’émouvantes retrouvailles. Les amants s’aiment toujours autant mais dans la douleur et l’éloignement. Leur amour « magique » devient commun à celui des femmes et des hommes de tous les pays et de tous les temps. Tristan reste pourtant plus enchaîné à Iseult du fait de l’anneau de jaspe vert qu’inversement. Il ne conçoit ni l’apaisement, ni la sérénité dans son mariage avec Iseult aux mains blanches. Iseult souffre également, mais elle retrouve sa place dans le lit de son mari, le roi Marc. Elle partage son corps alors que seul Tristan est maître son cœur ! Tristan, de son côté, continue de risquer sa vie pour Iseult. Il soumet le géant Béliagog puis sera blessé à mort par le nain Bédalis. Le drame va devenir de plus en plus sombre ! Une dernière aventure, laissera Iseult abusé, chassant et reniant Tristan pour ne plus jamais le revoir vivant ! Reconnaissant la tromperie, elle cherche à épier sa faute en portant un cilice et accourt au chevet de son amant agonisant… Trop tard, c’est dans la mort que Tristan et Iseult se retrouveront, témoignant encore aujourd’hui de la beauté de cet amour indéfectible et éternel.
[/spoiler]

par RMarMat
Stravaganza, tome 1 : La cité des masques Stravaganza, tome 1 : La cité des masques
Mary Hoffman   
Ca fait longtemps, mais je me rappelle que j'avais vraiment apprécié ce livre qui m'avait donné envie de m'attaquer à la suite de la série, malheureusement je ne l'ai jamais fait... Je ferais peut-être bien un tour à la bibliothèque durant les prochaines semaines :)

par emy27
Le Joueur Le Joueur
Fiodor Dostoïevski   
A mon grand étonnement, ce roman se lit très facilement.
S'il est en parti une autobiographie de Dostoievski, il est également un témoignage hors pair sur l'addiction au jeu. On trouve ici toutes les recettes, croyances etc. ayant trait au jeu mais, surtout son intérêt qui porte sur "l'attente", son adrénaline, bien plus que sur l'argent.
Si le personnage d'Alexis a succombé au jeu dans les années 1800, d'autres se font avoir exactement de la même manière aujourd'hui. Je trouve assez incroyable que ce témoignage soit encore valable...

(Il pourrait être intéressant, en complément, de lire "Dostoïevski, mémoires d'une vie " d'Anna Grigorievna Dostoïevskaïa qui fut la femme de Dostoïevski afin d'avoir une autre vision de la vie du "joueur". Toutefois, c'est un conseil que l'on m'a fait et que je n'ai donc pas encore mis en pratique...)

par dadotiste
Crime et châtiment Crime et châtiment
Fiodor Dostoïevski   
Ça, c'est du solide, du vrai. À connaître absolument. Qui a lu sait pourquoi.
Et qui n'a pas lu...qu'il ne tarde pas !
Car autant de vérité sur l'Humain, autant de psychologie, autant de profondeur, de clairvoyance et de force, ne se trouve pas à chaque coin de rue...ni d'étagère, d'ailleurs.
L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage
Christopher Paolini   
Et voilà, c'est fini. C'est avec émotion que je viens de refermer cet ultime tome des aventures d'Eragon. Beaucoup de questions trouvent des réponses, les prophéties se réalisent enfin, et pourtant certains mystères restent entiers. L'auteur nous a menés au cœur de l'Alagaësia avec brio au travers de ces quatre tomes, et si le troisième avait déçu pas mal de gens, ce dernier livre les satisfera sans aucun doute.

En réalité, je n'ai pas tant de choses que ça à dire. Cette série a été l'une des meilleures que j'ai jamais lues, peut-être même la meilleure. Et maintenant que c'est fini, je me sens toute drôle, parce qu'on quitte tous ces personnages auxquels on avait appris à s'attacher au fil des pages. Eragon, Saphira, Arya, Nasuada, Murthag, et tous les autres, que nous voyions plus comme de vraies personnes plutôt que de simples personnages de romans tant ils étaient complexes, ce sont tous ceux-là que nous devons désormais quitter. Maintenant, on ne peut qu'imaginer le futur de l'Alagaësia avec son nouveau souverain, celui des Dragoniers, celui des Elfes, des Nains, des Urgals, jusqu'à ce que, peut-être, Christopher Paolini nous emmène à nouveau dans ce monde si fantastique qu'il a créé.
Toutes les théories que nous avions échafaudées, à plusieurs ou seuls dans notre lit, se sont écroulées, et elles nous semblent désormais bien pitoyables comparées à ce qui se passe réellement.

Voilà. Je ne vois rien d'autre à dire. Peut-être ferai-je un autre commentaire quand je serai moins pleine d'émotions, ou peut-être pas. Comme l'auteur le dit lui-même, il n'y a rien d'autre à ajouter à cette série. "Le reste est silence".
L'Héritage, Tome 3 : Brisingr L'Héritage, Tome 3 : Brisingr
Christopher Paolini   
Ce troisième tome est mon préféré des trois déjà sortis. J'aime la façon dont est fait l'apprentissage d'Eragon et la derniére scéne de bataille. On en apprend encore une fois beaucoup sur les personnages.

par x-Key
L'Héritage, Tome 2 : L'Aîné L'Héritage, Tome 2 : L'Aîné
Christopher Paolini   
J'ai beaucoup aimé celui-ci aussi. Par contre, vous devez savoir que le rythme est différent du premier tome. L'action se déroule plus lentements certain moments. Ce qui n'est pas une mauvaise chose non plus :P

J'ai vraiment aimé que Roran soit plus impliqué dans ce tome-ci. [spoiler]J'ai trouvé l'entrainement d'Eragon chez les elfes un peu lent, j'en avais hate de finir le chapitre pour retrouver un peu d'action avec l'histoire de Roran!^^[/spoiler] Encore une fois, Christopher Paolini, tu ne m'a pas déçu! ;)

par mymi
  • aller en page :
  • 1
  • 2