Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Maks

Extraits de livres par Maks

Commentaires de livres appréciés par Maks

Extraits de livres appréciés par Maks

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Billy Milligan est un jeune homme aux personnalités multiples, l'histoire de sa vie qui nous est racontée ici est vraie pourtant l'écriture fait réellement penser à la construction d'un roman.
Original grâce à cette façon de raconter, on plonge dans "les" vies de Billy dès les premières pages.

Prison, procès, internement en établissement psychiatrique en milieu ouvert, placé d'office en unité psychiatrique sécurisée, B. Milligan sera passé par tous les stades, et cela à cause de ses personnalités multiples.
C'est une personne attachante et unique, je me suis retrouvé à détester ou au contraire beaucoup aimé certains de ses personnages (Arthur, Ragen entre autres sont stupéfiants).

Nous découvrirons au cours de cette lecture les différents événements que Billy a vécu depuis sont arrestation pour le viol de 3 jeunes femmes mais également son enfance, ses relations amicales ou familiales, tout ce qui a fait la construction de sa personnalité surprenante.

J'ai trouvé que Les milles et une vie de Billy Milligan était une bonne biographie, bien écrite et interessante malgré pas mal de longueurs, surtout dans la deuxième partie du récit, c'est le seul reproche que je peux véritablement faire.
À conseiller à toute personne s'intéressant aux troubles psychiatriques et à la psychologie, mais aussi à ceux qui cherchent simplement une bonne lecture.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/les-mille-et-une-vies-de-billy-milligan.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 22-03
Une plongée dans la psychologie d'un personnage atypique, super intelligent, cet homme s'invente divers personnages sous forme d'hallucinations autour de lui, ce qui lui permet de gèrer ses émotions.

Captivant mais véritablement trop court, le récit se termine quand on aimerait qu'il se prolonge, j'aurais tellement voulu en savoir plus sur l'esprit de ce personnage, sur chacune de ses projections, car c'est la qu'est l'intérêt de cette "nouvelle", la psychologie.
Le côté thriller lui sert juste à poser les personnages et situé une intrigue et l'aspect SF est anecdotique.
Quel dommage que Sanderson n'en est pas fait un vrai roman, un texte bien plus étoffé aurait certainement rencontré un franc succès.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/legion-brandon-sanderson.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
C'est la première fois que cette série est traduite chez nous en France, chose un peu déroutante quand on sait que cette histoire nous a par contre été présentée en dessin animé sous le nom de Capitaine Flam (j'adore).

Après avoir lu la nouvelle sur le professeur Simon Wright : "Les Harpistes de Titan", une nouvelle d'une quarantaine de pages offerte par les éditions du Bélial' permettant de se plonger à l'avance dans cet univers en prévision de la sortie des deux premiers tomes, j'ai réellement eu envie d'aborder "L'empereur de l'espace" dès le jour de sa sortie.

Comme je m'y attendais c'est un très bon Space Opera, la première aventure du Capitaine et de ses acolytes peut paraître un peu simple ou à côté de la plaque scientifiquement parlant mais n'oublions pas que c'est écrit en 1940 et que dans ce contexte et selon les savoirs de l'époque, le récit est cohérent. À partir de là on peut donc surpasser cette impression et apprécier cette aventure à sa juste valeur.

Cela fait du bien de ce replonger dans les histoires du Capitaine Flam de mon enfance, je pense d'ores et déjà à lire le deuxième tome en espérant qu'il y en aura d'autres par la suite.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/capitaine-futur-tome-1-lempereur-de.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Artefact est le premier tome d'une nouvelle série "Lazare en guerre" dans la superbe collection "La dentelle du Cygne" chez L'Atalante (Metro 2033, Le vieil homme et la guerre, Honor Harrington, Des milliards de tapis de cheveux et bien d'autres bons titres).

Le personnage principal, surnommé Lazare, dirige une unité militaire d'élite se servant d'avatars pour aller se battre en milieux hostiles, sur le même principe que dans le film Avatar de James Cameron (la ressemblance s'arrête ici rassurez-vous).
L'humanité est en conflit avec une race extraterrestre très différente des humains possédant une technologie biologique et une violence extrême. (Pour ceux qui connaissent, un peu, comme dans le jeu vidéo Mass Effect, le roman ici présent me fait d'ailleurs énormément penser à ce dernier par beaucoup d'aspects).

J'ai apprécié le fait que même si on se retrouve dans une unité militaire, nous ne sommes pas plongés dans les coutumes liées à l'armée. On en parle très peu finalement pour se concentrer sur la psychologie de notre personnage principal.
L'histoire est assez classique et reprend les codes de la SF en y prenant toutefois que le meilleur, ce qui en fait une valeur sûre.

Pour clôturer cette chronique, je conseille ce récit aux amateurs de Space Opera ainsi qu'aux personnes voulant s'essayer à ce genre, ils seront ravis de ce premier tome, en espérant qu'il y en aura d'autres et qu'ils seront aussi bien que celui-ci.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/lazare-en-guerre-tome-1-lartefact-jamie.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 18-03
Le sujet m'a attiré tout de suite, j'aime bien les récits en milieu carcéral, c'est souvent intéressant, malheureusement je n'ai pas adhéré à la manière d'être et de parler de la narratrice, avec ce côté banlieue mis en avant de façon caricaturale, pourquoi Ecrire de belles phrases et d'un coup vomir sa rage pour tout gâcher ?

Le sujet de fond lui est très intéressant, la dérive de cette jeune fille née dans une cité dortoir, jusqu'à toucher le fond, fidèle en amitié mais qui se trahie elle même en ne se respectant pas, prostitution, paillettes, complicité de meurtre, puis finalement ne passez pas par la case départ, ne touchez pas vingt mille, direction prison, certainement ce qui l'a sauvée et empêchée de finir dans le caniveau un matin glacial la culotte aux chevilles et la piquouse dans le bras, le cœur à l'arrêt.

C'est dommage tout de même cette manière d'écraser le récit et les mots de cette façon (si vous le lisez vous comprendrez), bref, un bon récit qui malheureusement est sali par un phrasé tombant dans le cliché dans lequel il était ici impératif de ne pas sombrer.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/la-petite-barbare-astrid-manfredi.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-03
Alan Moore revisitant H.P. Lovecraft cela ne pouvait "que" me faire envie, et c'est avec appréhension que je l'ai commencé car en tant que grand fan de l'œuvre de Lovecraft j'avais peur que tout soit dénaturé.

Ouf ! Gros coup de cœur au final, non seulement l'esprit Lovecraft est là avec tout ce que l'ont pouvait attendre, personnages torturés, fous ou encore mystérieux, on y parle des grands anciens (Cthulhu en tête), on croise également les amphibiens des Cauchemars d'Insmouth (ici par contre Alan Moore a misé sur le sexe version hard alors que chez Lovecraft il n'y en a pas), le dialecte propre à l'œuvre de HPL est ici également bien représenté et de manière conséquente.

L'intrigue nous transporte avec une équipe du FBI essayant de résoudre des meurtres liés à un mouvement sectaire, sexe, drogue dure, rock'n roll et hallucinations.

Véritablement prenant, on plonge dans l'histoire avec une facilité bien réelle (là où les récits de Lovecraft peuvent être plus compliqués), ce comics de par sa modernité et ses superbes dessins sauront attirer un public plus large autour du maître de l'horreur afin de le faire découvrir au plus grand nombre.

Après la page de fin on trouve plusieurs planches de dessins dédiés aux grand anciens et aux creatures Lovecraftienne qui s'avère superbes.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/neonomicon-alan-moore-jacen-burrows.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-03
Graham Joyce nous a livré une belle histoire, c'est la première œuvre que je lis de lui après en avoir souvent entendu parler pour l'ambiance onirique qu'il y met.
En effet c'est très onirique, envoûtant, ici on le ressent premièrement dans les paysages (la forêt tapissée de Jacinthes à l'odeur bien particulière) mais aussi dans les personnages qui pour certains même adultes restent éternellement jeunes.

L'histoire est bonne, bien que j'ai trouvé toute la partie chez les fées assez survolée, on passe beaucoup plus de temps avec Tara chez le psy ou dans ses pensées, l'intrigue nous est révélée dès le début mais cela ne porte pas préjudice à la qualité du roman, juste un peu à son dynamisme.

Une belle histoire, bien écrite mais j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose, je ne saurais dire quoi, mais cela fait que je n'ai pas profité pleinement de ma lecture. À conseiller aux fans de fées et aux lecteurs s'intéressant à la psychologie.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/comme-un-conte-graham-joyce.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Sur l'ensemble ce comics est vraiment moyen, tout du moins inégal dans les performances selon la discipline.

Tout d'abord visuellement, c'est sympa, sans être extra, il y a quand même un bon coup de crayon, agréable.

L'histoire elle ne m'a pas embarquée, l'apocalypse, ok mais version biblique, et on se retrouve dans un truc humoristique sur la religion entre les anges et les antéchrist, se voulant drôle et moqueur mais qui au final reste banal.

Et enfin l'humour, car tout l'intérêt de ce comics devrait résider là, mais non, les situations m'ont tirées tout de même quelques sourires mais pour un album ou l'humour est le principal atout, quelques sourires c'est peu, trop peu, surtout que parfois c'est clairement pas drôle.

Pour conclure, ce comics aurait pu cartonner, mais il en fait trop ou pas assez au choix, ce qui fait un beau pétard mouillé. Dommage.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/lapocalypse-selon-bram-et-ben-collectif.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-03
Une nouvelle qui date de 1950, mettant le professeur Simon (Simon Wright), le cerveau), au premier plan, c'est juste mon reve d'enfance !
Je ne savais pas que cela existait en livre (en fait ce n'était pas traduit en fr avant que les excellents éditeur de chez Le Bélial' se décident à lancer en français (le 16 mars 2017) les aventures du Capitaine Futur en deux volumes (pour le moment ?). Le capitaine Futur qui est en fait notre Capitaine Flam, c'est ces aventures qui ont été tirées du roman pour en faire notre manga favoris (aux côtés d'Albator) au début des années 80 chez Dorothée !!

Donc pour en revenir à Simon Wright, c'est un cerveau vivant, il vit dans une capsule dotée de capteur pour se déplacer, voir et interagir, cette capsule est remplie de sérum qui le maintient en vie.

Dans cette nouvelle il prend la part belle et se retrouve intégré dans un corp humain, que de sensations pour lui, afin de mettre fin à un complot sur Titan.

Excellente "nouvelle" qui malgré son format très court à réussie à me plonger de retour dans mon enfance avec des personnages que j'aime beaucoup avec en tête le meilleur de tous. J'ai dors et déjà prévu mon achat du Capitaine Futur dans trois jours que j'attend avec une certaine impatience, vivement !

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/les-harpistes-de-titan-edmond-hamilton.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
En voyant la pochette et le résumé, j'étais mitigé entre un visuel chargé et une histoire alléchante, je me suis donc lancé dans cette lecture sans attente particulière si ce n'est de la curiosité.

Un conseil, soyez curieux car c'est un très bon polar de science-fiction, un meurtre, une enquête et finalement un polar high-tech qui bouge bien avec de bons personnages et un univers intéressant.

Drones, animaux bioniques, robots, c'est une guerre commerciale qui se déroule entre diverses grandes entreprises voulant chacune imposer sa technologie, l'auteur nous sert tout cela avec connaissance et cohérence au milieux d'une intrigue bien ficelée menée par un flic de l'ancienne école, incorruptible, un couple de jeunes adultes pros du rafistolage de drones et un jeune chef d'entreprise se voyant menacé par ses concurrents, le tout dans une mégapole ou la surveillance est partout, où il ne fait pas bon de bafouer les lois à moins de s'enfoncer dans "l'underground", le quartier des bas fonds livré à lui même où se déroule combats clandestins de drones et où une agression vous attend à chaque coin de rue.

Les adeptes d'Asimov ou de K.Dick adoreront cette histoire de toute évidence qui rend la part belle à la saga des Robots ou encore à Minority report mais ce n'est pas tout, même les novices en SF aimeront car c'est bien écrit et compréhensible pour peu que les polars avec de l'action vous plaisent. Une belle surprise !

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/cartel-robotique-lintegrale-christian.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-03
Une très bonne pièce de théâtre que j'ai véritablement apprécié, essayant comme vous le savez peut-être, de découvrir certains classiques que je n'ai pas lus étant plus jeune, mon dévolu s'est donc posé cette fois-ci sur Antigone, dont je connaissais le nom mais pas grand chose de plus.

Les personnages sont intéressants, avec en tête bien-sûr le rôle d'Antigone qui rayonne de justesse, de tragédie et de beauté d'âme.

Même si finalement l'histoire est simple et courte, on ressort de cette lecture avec une vision de nos convictions bien différente, une pièce qui nous force à nous poser des questions d'honneur, d'éthique et simplement sur la vie.

J'aimerais découvrir la pièce sur scène maintenant que j'ai lu l'écrit.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/antigone-jean-anouilh.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-03
En un mot : Magistral !
Véritable coup de coeur pour cette histoire de revenants se déroulant en deux époques, une partie en 1908 ou l'on alterne entre Sara dans son journal et son mari Martin qui relate les faits de son point de vue, et une deuxième partie en alternance qui se déroule au présent de la voix de Ruthie une jeune fille de 19 ans et également de Katherine, des personnages tous intéressants car vraiment travaillés, personnellement j'ai une préférence pour les morceaux écrits par Sara car c'est grâce à son journal que l'on voit l'intrigue se dérouler et prendre de l'ampleur jusqu'à un final sous haute tension.

Il faut le savoir, c'est une histoire très triste où l'on y croise la mort à foison. Le sentiment de la perte d'êtres chers est omniprésent, l'auteure n'épargne pas le lecteur et l'ont ressort de cette lecture avec une boule dans la gorge.

Un récit glauque, sans héros et sans artifices, en lisant je me suis imaginé un visuel en couleurs ternes, presque noir et blanc ou sépia mais aux paysages magnifiques, comme une aube ou un crépuscule sous une brume perpétuelle.
Un sentiment presque impalpable et en même temps si présent. Je dirais que dans ces pages, la tristesse est belle.

Vous connaissez certainement Graham Masterton, pensez que c'est dans le genre mais avec le talent des mots et la délicatesse en plus.
Je vous conseille vivement ce livre entre horreur et tragédie, je n'oublierais pas cette lecture, c'est un véritable coup de cœur et j'ai le sentiment que cette histoire accompagnera mes pensées comme si elle faisait partie de moi.
Le meilleur roman que j'ai pu lire depuis bien longtemps (pourtant j'en ai lu et j'en ai apprécié des romans).

Attention tout de même, les âmes sensibles devraient s'abstenir surtout en période "down" au niveau moral.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/winter-people-jennifer-mcmahon.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-03
Cet album regroupe les 5 premières aventures du comics souple du même nom.
Les fans de science-fiction à la Jack Vance ou encore amateurs de la collection FNA (Fleuve noir Anticipation) apprécieront ce comics de toute évidence car ici l'ambiance reflète vraiment les récits de cette période fast de la SF.

John Prophet notre héros se réveille d'un sommeil de plusieurs milliers d'années et va se retrouver avec des instructions pour remplir une mission afin de faire renaître l'humanité qui elle même n'est devenue qu'un souvenir.
Dans ce monde peuplé de diverses races extraterrestres John va alors vivre une grande aventure digne des plus grands récits de Planet Opera.

Les dessins sont un peu limités, en tout cas le dessinateur ne fait pas dans la finesse, la colorisation est assez sympa quoi que un peu flashy tout de même.

Le comics est sauvé par une choses, l'imagination de l'auteur, qui, nous offre une excellente galerie de créatures diverses et variées sur un monde qui donne vraiment envie d'en savoir plus.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/john-prophet-collectif.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-03
J'avais vraiment aimé le premier tome de Zoo, même s'il avait quelques soucis de probabilité c'était tout de même très divertissant. (Je précise que je n'ai pas vu la série TV).
Dans ce deuxième tome (dont j'ai appris l'existence par hasard en surfant sur ma Kobo) on tombe dans le thriller fantastique (là où le premier s'imposait en thriller d'anticipation), autant vous le dire, l'histoire n'est pas crédible.

Nous sommes donc un peu déroutés par les événements. En même temps, je ne vois pas bien comment une suite aurait été possible en restant dans le pseudo réalisme du premier sans en faire une copie conforme. Admettons que cet aspect improbable soit mis de côté, nous suivons toujours Oz le personnage du tome 1 mais ici il est sur le point de régler le problème lié au phéromones qui rendent les animaux agressifs envers l'être humain.

Pour conclure vous l'aurez compris l'histoire est bof car nous n'y croyons pas une seconde, dommage car l'écriture est dynamique et l'action est bien là, le début en arctique était prometteur.
De plus le livre est très (trop) court pour développer l'idée, le bilan pour moi ne sera donc pas vraiment positif, dommage.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/antigone-jean-anouilh.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-03
Michel Lamart nous offre ici un texte très travaillé mais également assez complexe.

Les lieux et le "Level design" sont bien exploités et originaux, malgré le nombre d'acteurs assez conséquent qui n'est pas fait pour simplifier la lecture surtout que l'ont passe de l'un à l'autre sans temps morts et sans transition, c'est je pense le défaut de ce livre qui avec un peu plus de facilité à savoir "qui est qui ? et quand ?" aurait certainement fait un carton. Personnellement je n'ai pas tout compris mais cela ne m'a pas trop gêné.
Ne vous méprenez pas, si vous êtes bien concentré lors de cette lecture vous réussirez à démêler le noeud des personnages et apprécierez l'histoire à sa juste valeur.

L'ambiance est entre le steampunk et le post-apocalyptique avec une vision assez noire de l'avenir ou la religion aurait pris place au pouvoir auprès des politiques alors qu'une guerre cachée se déroule afin de faire taire certains groupes prônant la liberté.

Pour conclure je dirais que c'est un récit ambitieux mais qui par sa complexité sera réservé aux habitués de la science-fiction et ne conviendra pas aux novices à moins de surpasser le fait que tout ne sera pas forcément fluide et compréhensible.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/trafiquants-dames-michel-lamart.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Pour ceux qui connaissent vous savez que La série des enquêtes de l'inspecteur Pendergast est une valeur sûre en matière de thriller, ici avec ce troisième volet on ne déroge pas à la règle, au contraire c'est un excellent cru.
pour les autres, ceux qui n'ont jamais lu Pendergast, je ne dirais qu'une chose, qu'attendez-vous vous pour découvrir cet excellent personnage ?


Notre Sherlock Holmes moderne est au sommet de son art de la déduction et est épaulé par une archéologue, "Nora Kelly" et un journaliste "Smithback" (lire l'excellent "Les sortilèges de la cité perdue" de Preston & Child pour connaître ces deux personnages dans une aventure sans Pendergast sous forme de spin-of qui se déroule sur les traces des indiens Anasazis et des Mayas juste avant La chambre des curiosités).

Suspense, action, enquête tarabiscotée autour du Muséum d'histoire naturelle de New-York sur les traces d'un sérial killer particulièrement retors et cruel.
Les 700 pages se digèrent sans aucun souci, on ne s'ennuie pas et la fin est juste magistrale !

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/la-chambre-des-curiosites-preston-child.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-03
Dans la même collection d'anthologies que "Histoires de... Démons et merveilles" dont j'ai fait la chronique ici il y a quelques semaines, nous sommes tout de même ici un cran au dessus avec les zombies.
Ce recueil compte pas moins de 16 nouvelles diverses et variées avec plein de bonnes surprises, seules deux ou trois nouvelles ne m'ont pas accrochées mais pour le reste c'est tout bon, je précise que certaines histoires ne sont pas dénuées d'humour, d'amour, de suspense ou encore de stress.

Pour les thèmes on passe par le jeu vidéo en ligne qui se transforme en apocalypse réelle ; un homme n'aimant pas trop les enfants se retrouvant à aider et aimer une petite fille traumatisée ; Nous sommes à un moment donné dans la peau d'un zombie (j'adore) ; il y a aussi du plus classique dans la veine de The walking dead (sans non plus en être une copie) ; une histoire de Père Noël ou encore une momie Égyptienne semant la panique dans un camp d'archéologues. Mention spéciale pour une des nouvelles qui se déroule en Amazonie avec une légende autour d'une tribue terrassant des exploitants de bois, impressionnant !

J'ai beaucoup apprécié ma lecture et l'ai fait dérouler lentement (une nouvelle ou deux par jour) pour ne pas tomber dans l'indigestion (sans jeux de mots).
En tous cas l'originalité est au rendez-vous et les fans de marcheurs et autres rôdeurs, monstres ou mordants auraient tort de se priver de cette lecture bien sympathique.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/03/histoires-de-zombies-collectif.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 28-02
Autant le dire tout de suite, en tant qu'amateur de la collection "Une heure lumière" de chez Le Bélial, je suis assez déçu de ma lecture.
Pourquoi ? Certainement car le récit prend des chemins difficiles dans lesquels on se perd entre les personnages, les politiques et même les lieux.
De gros points noirs qui m'ont gâché la lecture alors que pourtant il y a un fort potentiel.

Le dernier tiers du livre lui est juste épique et du coup cela est d'autant plus frustrant quand on a pas compris les deux premiers tiers de l'histoire pour cause de confusion. Je pense qu'il va falloir que je relise le début pour tout comprendre correctement, c'est une chose qui n'est pas normale et ne devrait pas arriver sur un simple texte de SF de 100 pages.

Pour conclure, vous pouvez vous lancer dans l'aventure mais prenez votre temps pour le lire en prenant soin de réfléchir à chaque détail sous peine de frustration.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/ceres-et-vesta-greg-egan.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ce premier tome des chroniques de Nadia Tesla impose un rythme à deux vitesses, avec ses chapitres courts on alterne entre suspense et enquête, entre poursuite et découverte, entre gentils et méchants.

L'histoire nous parle d'une jeune émigrée Ukrainienne à New York qui va bien malgré elle se retrouver mêlée à une affaire d'argent avec la mafia Ukrainienne, poursuivie elle va faire son possible pour sauver sa peau mais au milieu de ce chaos elle découvrira des secrets de famille qui la mèneront dans "La zone" qui est l'espace interdit autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Nadia contrairement aux autres personnages qui m'ont disons le : agacé. Des personnages à l'égo surdimensionné et insupportables.

L'immersion en Ukraine et plus particulièrement près de la centrale de Tchernobyl sont très intéressants, c'est d'ailleurs la meilleure partie du livre qui gagne en intérêt avec ces passages, sinon le reste est assez classique, une poursuite à travers le monde pour échapper aux mafieux.

Un roman que je conseille aux amateurs de polar à suspense et de poursuites mais qui personnellement ne m'a pas franchement marqué.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/le-garcon-qui-venait-du-reacteur-4.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-02
Un premier tome très intéressant, nous suivons les aventures de deux filles dans un monde parallèle dans lequel elles vont devoir résoudre des énigmes afin de retourner dans le vrai monde.

Les personnages sont assez bons, malgré quelques clichés propres aux mangas sur le physique (la belle jeune fille nonchalante et la copine moche et intelligente), il y à aussi quelques passages un peu coquins sans en faire trop.
Nous retrouvons ici un bestiaire de bonne qualité qui m'a fait parfois penser à Chihiro de Myazaki, les dessins sont soignés, c'est très agréable.
Les énigmes sont bien pensées, sous forme de casse tête, je pense que c'est le point fort de ce seinen.

Les amateurs de manga apprécieront certainement celui ci qui nous tient en haleine pour un peu plus de 200 pages. Pour ma part j'ai bien envie de m'acheter le deuxième et dernier tome.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/dedale-tome-1-takamichi.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-02
On peut le dire, j'aime les romans d'aventures en milieu hostile presque autant que la SF, ici j'ai aimé "autant" que la SF.

Nous suivons les aventures de Will Jeager, ex militaire retiré du monde et qui a le don de se retrouver dans des situations plutôt désavantageuses.
Le point positif sur ce personnage (par rapport aux autres romans du genre), c'est qu'il a plein de défauts, c'est pas Rambo qui sait tout faire sans forcer, ici Jaeger est tout aussi vulnérable qu'un être humain. Les personnages secondaires sont bien aboutis et rendent le tout cohérent.

Les décors sont simplement magnifiques, forêt Amazonienne dans sa partie la plus reculée et peuplée d'indiens n'ayant jamais vu d'occidentaux, quelques passages par l'Afrique.

Le rythme du roman est très soutenu, on est embarqué pour une chasse aux mystères en mode survie le tout filmé pour une télé réalité, si vous aimez l'action vous serez ravis entre les animaux et autres insectes dangereux et une bande de cinglés poursuivant l'idéologie des nazis aux trousses de l'équipe de Jaeger avec des intentions disons "très" hostiles.

Un roman à recommander à tous les amateurs d'aventures, pour ma part c'est un véritable coup de coeur.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/le-tombeau-dacier-bear-grylls.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 25-02
Une histoire qui pourrait au début faire penser à un côté fantasy avec cette histoire de dragon, on se rend finalement compte qu'il n'en est rien et que nous nous retrouvons ici dans de la pure SF de bonne facture.

Le personnage principal est bien développé au niveau psychologique, son "pote" également, il est dommage que la mère du jeune ado n'ai pas un rôle plus profondément développé (certainement pour cause de texte court) car je crois qu'il y avait là du potentiel.
Les lieux sont bien décrits et donnent envie de s'y retrouver (surtout la petite ile où vit notre héro et sa mère).
Nous sommes en présence d'un bon récit de SF sur fond de polar et avec une morale.

Ce court roman fait parti de la collection "Une heure lumière" aux éditions Le Bélial, une très belle collection de romans courts à ne manquer sous aucun prétexte si vous aimez la science-fiction.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/le-choix-paul-j-mcauley.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous a été pour moi une bonne surprise, une belle découverte. Je ne connaissais pas du tout et le titre m'as interpellé à la bibliothèque, je me suis dit pourquoi pas et j'ai bien fait.

Alors oui c'est un roman jeunesse mais sous ses apparences très girly visuellement on se retrouve avec un bon roman d'anticipation entre les mains.
Même si les personnages sont très jeunes le sujet n'en est pas moins sérieux, voyage dans le temps et retour impossible, avenir de l'humanité en jeu, une jeune fille se voit obligée de trouver une solution pour retrouver son époque car elle est coincée en 2019 suite à un voyage scolaire dans le temps. Elle va trouver finalement refuge chez notre personnage principal (une ado végétarienne et un peu rebelle).

C'est un roman qui en toile de fond parle de tolérance et d'amitié, un roman humaniste qui fait réfléchir sur les conditions de vie actuelles mais aussi sur la parité homme/femme. Un roman qui nous donne une vision atypique du futur abordé de façon intelligente.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/ne-ramenez-jamais-une-fille-du-futur.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Thya est un roman de fantasy qui se déroule lors d'une période réelle dans un lieux réel, en l'occurrence la fin de l'empire romain en Aquitaine et plus largement en Gaule. C'est ce qui m'a d'ailleurs tout de suite attiré sur le quatrième de couverture.

Les personnages principaux sont assez classiques mais restent des valeurs sûres, Thya une ado oracle accompagnée par Enoch, un jeune maquilleur (parfumeur et coiffeur qui a une aisance pour le maquillage de ses clients) se retrouvent embarqués dans une quête qui leurs fera traverser le pays.
Là ou l'intérêt des personnages arrive c'est sur les créatures fantastiques présentes dans l'aventure qui eux m'ont vraiment plus, un faune, une ondine (sirène) et encore d'autres personnages fantastiques assez cool.

L'histoire est bien écrite et fluide, le sujet lui est intéressant, je me suis vite embarqué dans cette aventure.

Pour conclure je dirai que son côté classique est surpassé par le côté réel des lieux et par l'époque où tout cela se déroule, et que si vous cherchez un roman de fantasy français vous ne serez pas déçu mais ne vous attendez pas non plus à ce que ce soit une merveille d'originalité.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/la-voie-des-oracles-tome-1-thya-estelle.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Un roman SF Young Adult qui conviendra finalement à tout âges, déjà par son format, la mise en page est une mine de créativité, remplie de plans, de rapports, de feuilles noires quand l'I.A. s'exprime, d'infographies diverses, le tout de manière très réfléchie et ne posant aucun problème de compréhension, un véritable tour de maître visuel.

De plus nous nous retrouvons dans une histoire où l'on sent que les auteurs ont des références SF et fantastique, le récit m'as fait penser à un mélange entre Battlestar Gallactica et 2001 l'odyssée de l'espace à la sauce virus !!

Les personnages principaux sont classiques du genre Young Adult, une jeune fille rebelle qui apprend le Hacking, un jeune homme un peu gauche qui se retrouve pilote de chasseurs galactique et une entité donnant une âme au vaisseau à l'intelligence artificielle hors norme, beaucoup d'action, le roman est monté sous forme de rapports, comptes rendus, e-mail et captures de messagerie instantanée, ce qui donne pas mal de nouveautés et de différences sur le fond par rapport aux autre livres SF Young Adult.

Je ne dirai rien du tout de l'intrigue pour vous laisser la surprise de la découverte mais sachez que si vous aimez les voyages dans l'espace, l'action et l'originalité vous en aurez pour votre argent.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/illuminae-tome-1-dossier-alexander-jay.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 15-02
De prime abord Kinderzimmer est un récit très froid, comme récité sans émotions avec des phrases courtes et crues, aucuns détours.

Finalement au fil des pages on se rend compte que c'est une carapace que l'auteur met sur la principale figure du roman, bloquer les émotions pour se protéger de l'horreur des camps (ici Ravensbrück) même en tant que prisonnier Politique.

Même avec cette froideur on se prend à angoisser et aussi espérer pour cette fille qui arrive au camp enceinte et qui va se révéler très forte car elle n'a pas le choix, c'est cela ou la torture suivie de la mort.

J'ai finalement passé un très bon moment de lecture sur cette partie de l'histoire pour lequel il ne faut jamais oublier, oublier ce serait accepter ces horreurs, nous avons un devoir de mémoire afin de ne pas recommencer de tel aberrations. Valentine Goby réussie pleinement cet exercice.

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/02/kinderzimmer-valentine-goby.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0