Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Maks

Extraits de livres par Maks

Commentaires de livres appréciés par Maks

Extraits de livres appréciés par Maks

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 21-11
Sexe, drogue et littérature confiture sont les maîtres mots des aventures relatées dans ce livre.

Des personnages hors normes, imposants et charismatiques, qui en imposent, des baroudeurs de grand chemin, parfois bandits, souvent bons vivants, toujours impliqués à fond dans leurs idées afin de les transformer en réalité aventureuse et mettant un point d'honneur à conserver leurs valeurs, travail et liberté !

Les lieux de ces aventures sont très divers et variés, de Paris jusqu'en Thaïlande en passant par l'Afrique, Bordeaux, l'Espagne, Amsterdam ou l'Albanie (entre autres), toujours détaillés de manière à nous faire ressentir l'atmosphère du moment, parfois légère, souvent tendue mais toujours dans la bonne humeur.

Tout au long de ces aventures nous suivrons Thierry Poncet devenu secrétaire, relecteur, correcteur et meilleur ami de Cizia Zykë pour lequel il maniera les mots sur diverses machines à écrire, et ce, de manière de plus en plus naturelle et instinctive, afin d'assurer le succès des romans de Zykë.

La "littérature confiture" comme ils aiment le décrire, n'hésitant pas à remettre en place leurs éditeurs mais en étant toujours fidèles à leurs idées et principes.
Les âmes sensibles s'abstiendront si elles ne veulent pas être choquées, ici ça transpire, sa sent le shit à 15 bornes à la ronde, ça dégueule après une mauvaise cuite, les protagonistes ne dorment pas souvent mais lorsqu'ils trouvent des lits, s'y retrouvent toujours en bonne compagnie lovés contre la chaire d'inconnues aux quatre coins du monde.

L'écriture de Mr Poncet, elle, est brute, remplie d'argot, sans chichi et ne passera pas auprès de tout le monde mais pour ma part c'est aussi ce qui me plaît dans ce bouquin.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/11/zyke-l-thierry-poncet.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 13-11
Une lecture que j'appréhendais vraiment car j'avais envie de le lire depuis sa sortie, l'histoire est tout à fait ce que j'aime, c'est ma came, le post-apocalyptique survival. Je l'appréhendais parce qu'on en a tellement parlé, le roman a fait un effet boule de neige chez les lecteurs.
C'est toujours un coup de poker, tout bon ou tout mauvais.
Je me suis tout de même décidé à l'acheter il y a quelques temps et il a végété sur mon étagère un petit moment avant que je décide enfin de me lancer. C'est au moment de refermer la dernière page que je me dis "non mais pourquoi j'ai attendu ?" Car c'est un fait, ce roman est extraordinaire, pas exempt de défauts (notamment quelques longueurs dans le récit), mais tellement intense émotionnellement qu'il vous touche à l'âme, comme peu de livres peuvent le faire.
Des paysages magnifiques, des personnages sensibles et torturés par les événements et par le fait de ne pas savoir ce qui arrive réellement, ce qui vous agrippe dans ce récit aussi doux que dur, c'est cette proximité que l'on ressent pour les personnages, le récit paraît réel, pas de héros, pas d'événements hors du commun juste un écroulement du quotidien, essence, nourriture et soins ne sont plus accessibles. En fin de compte dans une situation pareille, pour des gens normaux, chaque erreur se paye cash, et c'est la qu'est tout l'intérêt, on s'y croirait.
"Dans la forêt", que dire de plus, si ce n'est que c'est un coup de cœur viscéral ? Si ce n'est que malgré quelques maladresses, c'est un roman poignant qui, si vous vous laissez séduire, vous prendra aux tripes.

Voir la chronique sur mon blog ainsi que celle du film :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/11/chronique-romanfilm-dans-la-foret-jean.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-11
"La montagne entre nous" est un roman à plusieurs facettes, divers thèmes importants y sont abordés, autant sur le côté survie que sur les émotions.

Pour la partie survie on suit nos deux personnages principaux dans un froid hostile en altitude dans les montagnes américaines suite au crash d'un petit avion. Il sont blessés, et vont devoir parcourir des étendues vierges à l'aveuglette, ce qui entraîne tout ce qui va avec, trouver à manger, soigner les blessures et entretenir l'espoir.

C'est là que les émotions s'en mêlent.
Ils sont deux, un homme, une femme, mais ne se connaissent pas, lui est très réservé et pudique sur ses propres sentiments et sur sa vie en général, elle est intelligente, jeune, et va essayer d'en savoir plus sur la vie de cet homme et des hommes en général.

Va-t-elle réussir à le faire lâcher prise sur les maux qui le rongent de l'intérieur ?
Va-t-il réussir à la soigner et retrouver la civilisation ?
Vont ils simplement s'en sortir et retrouver leur quotidien ?

L'écriture est bien belle, ce n'est pas un roman fait "juste" pour se divertir, l'auteur nous force à nous poser des questions morales.
De plus même en étant assez lent je ne me suis pas du tout ennuyé, c'était une lecture bien agréable, et en prime avec un humour bien sympa.
La fin est véritablement surprenante et jamais je n'aurais pensé que cela se terminerai de cette manière, donc c'est sans conteste une belle surprise.

En conclusion si vous aimez la survie mais aussi les romans psychologiques, les relations homme/femme en situation inhabituelle, vous êtes prêt pour l'aventure.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/11/la-montagne-entre-nous-charles-martin.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Pukhtu Primo écrit par DOA
date : 03-11
Pukhtu Primo est un roman sur tout ce qui déstabilise le monde depuis quelques décennies, c'est un thriller d'espionnage géopolitique, on y croise des gens de différentes tribues Afghanes dont les Patchounes, on y côtoie l'ambiguïté qui découle de la situation en Afghanistan c'est à dire des familles obligées de jongler entre talibans, chefs de clans et normalité, mort injuste et vie violente, amour et vengeance.

Je ne connaissais pas la plume de DOA, c'est une écriture très détaillée agréable à lire mais pour laquelle il faut être ultra concentré et attentif, le lecteur à vite fait de perdre le fil au vu du nombre de personnages, noms, lieux et termes ethniques et techniques.
En parlant de cela je me suis moi même un peu perdu parfois dans cette lecture, disons le, qui se révèle assez complexe, ma concentration n'était peut-être pas assez forte pour réussir à assimiler tant d'informations.

C'est un roman également qui nous donne les moyens pour une réflexion sur l'après 11 septembre 2001, sur les moyens déployés pour contrecarrer la violence quotidienne des attentats par la violence.
J'ai trouvé que c'était assez effrayant.

Ce qui est certain c'est que les amateurs d'espionnage, de géopolitique, de thriller et d'actualité seront happés dans cette histoire.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/11/pukhtu-primo-doa.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Dans la continuité directe du premier tome, on retrouve nos personnages favoris, ainsi que Thémis, le robot de l'ONU découvert dans le tome 1.
Un énorme événement se produit et plonge l'histoire en pleine apocalypse, ce qui n'est pas pour me déplaire.

L'écriture est toujours aussi fluide et maîtrisée et l'auteur a eu la bonne idée de garder la manière de présenter le texte sous forme d'interview et de bouts de journaux.

Concernant l'addictivité de ce roman c'est pareil que le 1er tome, une foi en route on ne veut plus refermer le livre.
Nous pourrions nous attendre à une pale copie du "Sommeil des géants" mais au final non, c'est vraiment différent tout en respectant la continuité.

Ce tome est plus orienté action, et du coup certains personnages ont du souci à se faire, à l'instar d'un "The Walking Dead" ou d'un "Game of Thrones" l'auteur n'hésite pas un seul instant à faire tomber les têtes, c'est un creve cœur parfois mais ça aide à rester attrayant.

Vous l'aurez compris, c'est pour ma part un coup de coeur pour ce second opus, comme pour le sommeil des géants. Vivement le 3 !!

Les amateurs de SF, de robots géants ou de post-apocalyptique seront vraiment ravis de leur lecture !

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/l-des-dieux-sylvain-neuvel.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 22-10
Je vais mettre les choses à plat directement pour ne pas que les lecteurs se posent de questions sur l'avis que j'ai de ce roman.
OUI, j'aime beaucoup la personnalité de Cara Delevingne.
NON je ne juge pas ce livre par rapport à elle mais bien pour ce qu'il est. Maintenant que c'est dit, voici mon avis..

"Mirror, Mirror", titre peu évocateur pour moi au départ, après lecture on se rend compte que finalement ça colle parfaitement, déjà c'est le groupe de musique des personnages que l'on suit tout au long de cette histoire, mais aussi c'est un reflet que chaque personnage nous renvoit par rapport à ce qui paraît de chacun d'eux mais aussi de ce qu'ils sont eux même à l'intérieur. Un titre donc finalement bien réfléchi.

L'histoire en elle même me fait penser à certains romans de John Green comme "Qui es-tu Alaska ?" ou encore "La face cachée de Margo" mais en moins politiquement correct.

Alcool, shit, looks détraqués, orientation sexuelle, amitié, amour, rock, Cosplay ou encore problèmes de cités, tout y passe, à la manière de la série TV Skins (les fans de cette série dévoreront Mirror, Mirror), pleins de thèmes sont abordés (dont certains que je ne cite pas pour garder l'intrigue intacte), certains disent que c'est trop et qu'au final rien n'est approfondi, personnellement je n'ai pas trouvé, je pense que les thèmes les plus importants ont été mis en avant par rapport aux autres moins importants pour nos personnages, ils ont tout de même le mérite d'être abordés.
J'ai également apprécié que les classes sociales soient nombreuses et variées.

Pour un premier roman l'écriture est assez maîtrisée et agréable, je n'ai eu qu'une envie pendant ma lecture, savoir ce qui se passerait à la page suivante, et encore et encore.

Petit bonus : En fin de roman il y a une interview de Cara Delevingne dans laquelle elle défend sont roman entre autre chose, assez sympa !

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/mirror-mirror-cara-delevingne.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 22-10
Un récit dans lequel j'ai eu beaucoup de mal à entrer, je trouve le personnage principal à la limite de l'antipathie. Son amour passé et perdu la rend irrationnelle d'une certaine façon, une quête perdue d'avance.

Les lieux sont eux magiques, les îles Salomon sont superbes mais au final n'ont qu'une place d'arrière plan, un simple décor.

Pour l'écriture en elle même, les phrases sont très longues, un peu à la manière du roman "réparer les vivants" de Maelis de Kerangal, sauf qu'ici la magie n'opère pas sur moi, dommage.
Le point positif est la poésie qui se dégage assez souvent dans le texte.
Le problème c'est que le rythme n'existe pas, c'est lent et lent et encore lent sans dynamisme, comme si l'on contemplait un tableau pendant des heures, ce qui n'est pas trop mon fort.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/le-temoin-des-salomon-marc-de-gouvenain.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je découvre la plume de Florent Marotta pour la première fois avec ce titre très original, et ce que je peux dire c'est que l'écriture est agréable et équilibrée, il y a autant de moments graves, emplis de suspense, que de moments plus légers nous permettant de connaître mieux le fameux French Coach, personnage bourru, borné, abîmé par la vie mais aussi gentil et bienveillant (même s'il ne le montre pas et n'y croit pas lui même).

Rempli de suspense, Le meurtre d'O'Doul Bridge nous traîne dans une histoire de meurtre à démêler dans la communauté gay de San Francisco mais aussi dans le milieu des Skinheads et celui de la bourgeoisie. Un mélange détonnant qui donne tout l'intérêt à l'histoire.

Le French Coach m'a bien plu, il me fait penser dans son caractère à un Franck Sharko (voir les livres de Franck Thilliez) qui ne serait pas flic, un être échoué mais indéniablement bon. Pour les personnages secondaires j'ai littéralement adoré le journaliste, les autres sont plus classiques.

Je clôturerai cette chronique en vous disant que les amateurs de roman policier à suspense y trouveront leur compte !

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/le-meurtre-d-o-doul-bridge-florent.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-10
Le couple d’à côté est un polar minutieux, intéressant et riche en détails, l’auteur a vraiment fait un énorme travail sur le nombre d'éléments d'enquête ainsi que pour tenir le lecteur en haleine.
Nous nous retrouvons dans une enquête sur l'enlèvement d’un bébé, détaillée à la manière d’un Sherlock Holmes ou d’un Columbo mais écrit avec modernité.

Les personnages sont psychologiquement très crédibles, on sent le travail fait pour nous offrir une histoire cohérente avec la réalité.
J’ai cherché longtemps ce qui avait pu se passer, qui est coupable ? Qui ment ? Qui dit la vérité ?
C’est possible de trouver au bout d’un certain avancement dans le livre, encore faut-il repérer les indices qui sont souvent de petits détails et qui au final s’avèrent très importants, dissimulés parmi d’autres éléments d'investigation.

Une lecture agréable qui plaira aux amateurs de romans policiers sous forme de casse tête (on est plus proche d’un Agatha Christie que d’un Franck Thilliez par exemple).

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/le-couple-d-cote-shari-lapena.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le sommeil des géants m'a véritablement surpris, dans le bon sens du terme, je n'en attendais pas grand chose vu les critiques mitigées sur le web, certains adorent d'autres n'aiment pas du tout, pour ma part c'est un vrai coup de cœur.

Le mélange Science-fiction et thriller politique est bien dosé et le style d'écriture est vraiment addictif, notamment grâce à la mise en forme du récit qui se déroule à la manière d'interviews ou d'interrogatoires par un homme mystérieux.

Les chapitres sont assez courts sans non plus changer toutes les trois pages, un bon dosage donc pour détailler ce qui se passe dans l'histoire tout en gardant du rythme, excellent.

Les personnages, eux, m'ont bien plus, j'ai été interpellé en particulier par l'homme sans nom, notre intervieweur qui est superbement construit.

J'ai le tome 2 à lire très prochainement (L'Éveil des Dieux), et j'ai très hâte de savoir ce qui va s'y dérouler.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/le-sommeil-des-geants-sylvain-neuvel.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 09-10
Les éditions Bragelonne nous servent ici un thriller psychologique dans la lignée de "Juste une ombre" de Karine Giebel, sans non plus s'en inspirer, "Ne me quitte pas" à sa propre identité et j'ai trouvé le scénario assez dingue, on passe tout le roman à se demander "mais qu'est-ce qu'il se passe".
L'auteur donne des pistes mais il n'est vraiment pas facile de deviner le fin mot de l'histoire avant le final, même si au bout du compte on se dit, ah oui, j'aurais dû y penser. Très bon point.

Pour l'écriture, c'est fluide et bien écrit pour un thriller, je regrette seulement quelques longueurs.

Les personnages eux sont le vrai point fort du livre, des caractères bien trempés, intriguants, on peut tous les soupçonner du pire comme du meilleur, vraiment bien !
Le décor de ce thriller se déroule à Liverpool au Royaume-Uni, entre le monde du travail, des séminaires et celui de la vie privée, un mélange assez classique mais sympa.

Les amateurs de thrillers aimeront très certainement ce roman, parfait pour un week-end pluvieux au chaud dans un endroit cosy !

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/ne-me-quitte-pas-marie-torjussen.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-10
En plein ciel est un roman Young Adult assez particulier, il paraît assez simple de prime abord mais finalement le personnage principal donne tout l'attrait du livre avec une psychologie complètement biaisée par la vengeance.

Le thème de fond est le suicide des adolescents et notamment les motivations qui peut les conduire à commettre cet acte irréversible.

Vanessa, la narratrice, voit ses motivations pour rentrer à l'université anéanties suite à une tricherie dont elle est injustement accusée, elle décide alors qu'elle mettra fin à ses jours lors de son futur voyage à Paris avec ses amies.

J'ai trouvé l'écriture efficace et bien rythmée, surtout pour un "drame" qui d'habitude convient à une écriture lente, ici pas d'ennui lors de la lecture.

Les personnages sont assez "clichés", typiquements américains, de même pour la vision qu'ils ont des français mais l'auteur joue avec cela pour une bonne raison (que je révèlerai pas).
Nous visitons Paris et ses habitants également d'une manière différente par rapport à d'autres romans américains s'y déroulant (même si la Tour Eiffel est au centre du jeu).

Pas mal de réflexions, de pistes données aux ados pour prévenir le suicide et ses motivations, de démontrer que parfois tout n'est pas perdu mais que cela peut avoir des conséquences irréversibles sur l'entourage, mais aussi que parfois tout n'est pas perdu et que le suicide n'est pas une solution pour aller mieux.

Une lecture appréciable, utile et sans tabous.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/en-plein-ciel-kodi-scheer.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-10
"Les chiens de Detroit" fût une lecture plaisante à l'ambiance lourde malgré quelques petits défauts.

L'auteur nous ballade pas mal en nous faisant tourner autour d'une légende urbaine et en y mêlant deux personnages principaux écorchés vifs, entre un flic anciennement violent avec la réputation d'être incompétent dans son boulot et sa nouvelle coéquipière hantée par des démons intérieurs (ces deux personnages sont un des points forts du roman), on ne s'ennuie pas.
Des enfants disparaissent, personne n'arrive à les retrouver, comment tout cela va t'il se terminer ?

Pour l'intrigue, j'ai beaucoup aimé les 3 premiers quarts mais le quart restant m'a semblé un peu compliqué, j'ai eu beau me concentrer, reprendre parfois quelques pages en arrière, je n'ai pas compris toutes les subtilités, ce qui est un peu dommage mais pas pénalisant concernant l'axe principal du dénouement.
Malheureusement le dénouement en lui même m'a laissé un peu perplexe.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/10/les-chiens-de-detroit-jerome-loubry.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Kazuki Sakuraba a réussi un coup de génie avec cette histoire digne des plus grandes sagas familiales mais écrite ici avec une modernité évidente. Le récit se situe entre le début de 1943 jusqu'à maintenant sur trois générations dans une famille de haut rang dont le fief domine toute la ville de Benimidori au Japon.

Au fur et à mesure du récit la modernité s'installe mais les traditions persistent, on y découvre les diverses tendances et modes de vie selon les périodes, cela nous permet de mieux comprendre ce mystérieux Japon, si attirant mais aussi si différent de ce que l'on connaît en occident.

Nous sommes également surpris et ravis de trouver une pointe de mystères et de croyances à la manière d'un Myazaki ou la magie opère comme si elle était réelle.
J'ai donc pensé à Myazaki lors de cette lecture mais aussi au "Clan des Otori" ou encore aux romans de Natsuo Kirino. Ce livre est un véritable ovni, un mélange des genres réussi et captivant.

La légende des Akakuchiba est un émerveillement permanent qui traite un nombre conséquent de sujets différents ce qui le rend difficile à placer dans des cases thématiques, je pense que le charme est un peu là aussi !

Les personnages sont bien travaillés, complexes et tous différents, chacun d'entre nous trouvera sont propre héro, sa génération favorite, selon ses goûts personnels.

Je sais que ma chronique est peu être un peu mystérieuse ou un peu évasive mais la densité de cette histoire m'oblige à la faire de cette manière, obligé de jongler entre vous faire comprendre le genre tout en préservant les mystères, ce que je peux vous garantir, c'est que ce roman est indispensable aux amateurs du Japon, de mangas, de grandes sagas ou même de fantastique. Un gros coup de coeur pour ma part mais je sais qu'il fera parler de lui de toute façon.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/la-legende-des-akakuchiba-kazuki.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 29-09
Ce petit roman qui ne paye pas de mine de prime abord se révèle être un coup de cœur pour ma part, pour diverses raisons, c'est un récit qui devrait être au programme scolaire.
De plus, bien des gens à l'esprit étroit devraient le lire afin de comprendre que les migrants sont avant tout des êtres humains, et qu'ils sont dans des lieux comme "La jungle de Calais" parce qu'ils essayent tout simplement de survivre.

L'écriture de Delphine Coulin est belle et simple (heureusement car le sujet est déjà assez difficile en lui même). Avec la simplicité d'un point de vue de quelques ados on plonge dans un récit à la fois dur et innocent, rempli d'espoir.
Le nombre de pages n'est pas non plus insurmontable (240 pages) ce qui permet de rentrer directement dans le vif du sujet, point positif car broder autour n'aurait fait qu'alourdir les émotions sans servir l'effet recherché, à savoir, ouvrir les yeux aux occidentaux sur la migration de masse.

Les personnages que nous suivons sont des adolescents de diverses origines et se retrouvent en groupe. Nous allons vivre avec eux le désarroi et la peur lors du démantèlement de la jungle. Tous nous apportent de l'empathie, de l'amitié, je les ai trouvés très beaux.

Une fille dans la jungle est un récit à lire absolument, pour comprendre et pour ne pas oublier un événement que l'ont peut citer comme historique et contemporain.

une véritable plongée dans le chaos avec un regard autre que celui des médias.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/une-fille-dans-la-jungle-delphine-coulin.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-09
Quel ennuie, je me suis forcé à terminer mais sérieusement c'est ma déception de cette rentrée 2017, j'en attendais beaucoup et au final il n'y a rien que de la lenteur.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 26-09
Nous suivons le road-trip de Ruby, ado de 15 ans sur les routes du Royaume-unis afin de rejoindre son père à Londres suite à une catastrophe pas si naturelle que cela qui rend la pluie mortelle.

Pour les différents personnages croisés lors de ce périple il y en a de bons et de moins bons, mais dans l'ensemble c'est cohérent et pas trop cliché. Ruby l'héroïne de cette histoire est assez naturelle je trouve avec des défauts, mais qui n'a pas de défauts ? C'est ce qui la rend intéressante malgré que parfois elle puisse être agaçante mais cela est bon pour l'histoire.
Il y a aussi quelques scènes sanglantes et d'autres un petit peu choquantes émotionnellement, pour cela le livre est déconseillé aux moins de 14 ans.

L'écriture est fluide, on ne s'ennuie pas, même lors des moments où l'auteur temporise l'action. Alors oui c'est vrai que c'est pas très original de faire encore un roman Post-apocalyptique Young Adult, mais ici c'est tout de même bien trouvé car pas courant dans les romans du même genre cette histoire d'eau, de pluie mais surtout d'eau, car la pluie contamine tout, comment survivre sans eau et surtout en l'évitant ?

J'ai passé un bon moment de lecture et j'ai hâte de pouvoir lire la suite.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/the-rain-virginia-bergin.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 25-09
Megumi et le fantôme est un véritable conte moderne, l'auteur nous fait voyager entre l'Irlande et le Japon, lors de cette belle aventure on rencontre des enfants, des fantômes, une loutre, un robot ou encore un chat, tout ce petit monde est le fruit de l'enquête que poursuit Megumi afin de connaître ses origines.

L'écriture est belle, facile à lire sans non plus être bébé, même à 41 ans j'ai pris plaisir avec cette lecture "jeunesse" remplie de culture et de magie.

Une bonne partie du récit se déroule au Japon et j'ai été surpris d'être autant plongé dans le mode de vie japonais d'une manière si franche (on ne fait pas que survoler le sujet culturel). D'ailleurs il y a un gros clin d'œil à un célèbre jeu vidéo dont j'ai particulièrement apprécié la présence, mais aussi une description de Tokyo intéressante qui fera découvrir aux enfants certaines particularités de cette ville, comme le fait que les rue n'ont pas de nom par exemple, un véritable petit vivier de savoir.

Côté émotions, Eric Senabre nous mène vers une quête identitaire remplie de bons sentiments, de tolérance, de partage, d'amour, de respect et d'éducation, ce qui ravira les parents soucieux d'inculquer des valeurs fortes à leurs enfants par le biais de la lecture.

À lire et relire sans modération !

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/megumi-et-le-fantome-eric-senabre.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 19-09
Ce roman historique est vraiment intéressant, il permet déjà de comprendre de manière simple la "révolution Russe" de 1917 opposant Le pouvoir en place au parti Bolcheviks, pas facile à expliquer à des jeunes ados d'habitude, Carole Trébor réussie parfaitement l'exercice.

L'écriture est très fluide et l'on enchaîne les pages en voulant savoir toujours plus sur ce qui va arriver aux personnages que nous suivons à travers ce roman.

En parlant des personnages justement, j'ai beaucoup aimé Tatiana et Léna, deux Sœurs très proches et qui en même temps ont un caractère que tout oppose mais même comme cela elles réussissent à s'aimer et à avoir des liens très forts.
Le personnage de la grand mère est également intéressant et attendrissant.

Carole Trébor réussie à réellement faire comprendre et à suggérer la violence de cette révolution sans que cela ne soit trop choquant pour les jeunes lecteurs, le tout est contrebalancé par les arts (théâtre, poésie, peinture, que les personnages pratiquent).

Pour conclure, "Révoltées" est un roman jeunesse indispensable aux jeunes de 12 ans et plus dont les parents ont le souci de leur donner une lecture utile mais tout aussi attrayante et divertissante. (les adultes peuvent s'y essayer aussi, personnellement je connaissais pas ce pan de l'histoire et je suis heureux d'avoir appris des choses).

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/revoltees-carole-trebor.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-09
Dark Net est un techno-thriller haletant sans aucun répit du début à la fin, l'action est présente non stop et le lecteur ne peut pas s'ennuyer avec cette écriture nerveuse.

Nous sommes en présence d'une multitude de personnages aux personnalités originales et variées, dont certains sont même excellents (le personnage de la journaliste technophobe et peu douée socialement parlant m'a vraiment donner le sourire plusieurs fois).

Le scénario lui est digne des maîtres du genre tel que Clive Barker ou Graham Masterton, voire une pointe de King avec une technologie hyper pointue en plus, quand je dis technologie je parle du web, de serveurs surpuissants contenant les données de toutes personnes à la manière de Google puissance 1000, ou encore en matière de vidéo surveillance, de prise de contrôle, de médecine et de sécurité digitale, cela mêlé à un bestiaire fantastique bien étudié et un groupe de dangereux personnages aux allures de secte.

Où sont les limites de la croyance ? La rédemption existe elle ? Où sont les limites de la conscience et du corps ? Et bien sûr où sont les limites de la technologie ? Y en a t'il véritablement ? Voilà les questions que l'on aborde ici.

Tout cela peut vous sembler complexe et même si le début paraît décousu il serait dommage de baisser les bras car il n'en est rien, tout s'imbrique finalement comme il faut pour ne pas perdre le fil des événements ce qui rend la lecture agréable.

Les amateurs de fantastique, du web et des thrillers seront conquis !

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/dark-net-benjamin-percy.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +3
Addict écrit par James Renner
date : 08-09
Addict est un témoignage bien détaillé et intelligent sur les "True crime", les meurtres ou les disparitions non résolus.
James Renner n'as pas la langue de bois et nous montre lors de ce documentaire, sa propre aversion pour un comportement s'approchant de celui des malades qu'il analyse et traque afin de savoir ce qui est arrivé à tel ou tel individu, j'ai bien aimé sa manière de se mettre à nu, de ne pas enjoliver les choses pour se montrer moins perfectible qu'il ne l'est.
Il nous explique aussi les raisons qui l'ont menées dans ces investigations suite à son histoire personnelle.

Dans "Addict" le sujet principal est l'enquête pour retrouver Maura Murray.
L'auteur nous contera tout de même d'autres affaires, tout du moins il les abordera pour faire le parallèle avec l'affaire qui nous intéresse ici.

J'ai un seul petit regret, c'est de m'être parfois perdu parmis les différentes affaires, lieux et témoins de toutes ces enquêtes dont le nombre croissant va finalement nous embrouiller, à moins de revenir plusieurs fois en arrière pour se rappeler qui est untel ou untel.

En conclusion, Addict est un document intéressant mais sur lequel il faut rester concentré à 100% pour tout démêler.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/addict-james-renner.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 07-09
Le roman débute tranquillement afin de planter le décor et les personnages puis se présente comme un thriller se déroulant dans un Asile de fous comme le nomme certains personnages ou plutôt dans un Hôpital Psychiatrique comme il convient de le dire. Le récit se déroule quelques années après la seconde guerre mondiale.
Cet HP est situé au fin fond des hauteurs du Berry et est difficile d'accès, de plus il se déroule dans le froid hivernal, ce qui augmente la sensation d'isolement.

Morts suspectes, disparitions, manipulations psychologiques, personnel soignant et chirurgiens troublants, maltraitance morale et physique des patients sont les maîtres mots de la première partie du livre, j'ai beaucoup aimé ces moments très angoissants.
La seconde partie du récit va basculer et fur et à mesure dans le fantastique (en gardant tout de même le côté thriller), mais là, pour ma part c'est un petit peu moins bien passé, pourquoi ? Parce que le côté thriller était plus angoissant, plus réel, plus crédible, et je pense que cela n'aurait été que plus positif de continuer dans cette dynamique de peur panique.

Après c'est tout de même agréable à lire, le style est bon, pas d'ennui, du suspense et des personnages bien construits, en particulier celui de Lucie, une jeune femme venant enquêter sur une maladie psychique spécifique.
Les rebondissements s'enchaînent, beaucoup, trop ? Je ne peux pas dire cela car un roman à suspense en a besoin mais j'ai tout de même ressenti parfois une frustration sur la tournure des choses.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/les-yeux-l-integrale-slimane-baptiste.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-09
Tous nos contretemps ou quand la Hard science et le voyage dans le temps rencontrent l'humour et la réflexion philosophique, cela donne un mélange explosif, et comme la plume de l'auteur est intéressante, alambiquée sans non plus nous embrouiller (il embrouille plutôt son personnage principal et c'est parfois, même souvent hilarant), on a entre les mains un texte atypique. Un véritable bon moment de lecture.

Le personnage principal est un fils de scientifique hyper connu (dans son espace temps), flemmard et gaffeur, il va se retrouver à parcourir différentes versions de la réalité et nous lecteurs allons suivre ses réflexions et pensées (parfois incongrues, parfois graves), le tout dans la bonne humeur ou presque car il est aussi confronté à des choix cruciaux pour lui même et sont avenir ce qui le rend parfois grave et sérieux (enfin presque).

Il y a pas mal de références aux œuvres littéraires et cinématographiques (genre "Retour vers le futur") de la part de notre (pas) super héro, ce qui nous familiarise aussi avec le côté plus technique qui lui est détaillé, poussé mais toujours compréhensible.

Les fans de SF mais aussi les amateurs d'humour et d'auto dérision seront servis.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/tous-nos-contretemps-elan-mastai.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Line et Bulle : Premières vacances sans Papa et Maman est un très bel album pour les enfants à partir de 4 ans, côté qualitatif la couverture est jolie et le touché est satiné avec du vernis sélectifs sur les éléments imprimés, très agréable à l'œil et au touché (ce qui vous en conviendrez est un +).

L'histoire en elle même est comme sont titre l'indique, à tendance éducative et psychologique en proposant dans ce tome 1, la première séparation du cocon familial pour plusieurs jours. Chose pas simple à appréhender pour de jeunes bambins et à fortiori de même pour les parents.

Les textes sont clairs et permettent aux parents de lire cette histoire avec leur enfant comme n'importe quelle autre histoire, sans devoir s'embrouiller dans des explications malhabiles car tout est dans le texte.
Les parents ont donc toutes les pièces en main pour rassurer leur petit à l'approche de cette séparation.

Pour le côté visuel, c'est simplement superbe, j'adore vraiment le style de Anne Cresci qui est à la fois léger, coloré et réaliste avec une touche d'espièglerie. Le visage de Line est magnifique avec toutes ses expressions, et tous les autres éléments, comme Bulle (le "doudou"), les décors ou encore les personnages secondaires, tout est cohérent.

Il y a également 3 pages de conseils psychos destinés aux parents en fin d'album, cela se présente sous forme d'une liste de questions/réponses résumant les faits du livre afin de bien réussir cette étape importante de l'enfance.

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/line-et-bulle-tome-1-b-carrere-cresci.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 28-08
J'aime beaucoup les écrits de Maxence Fermine depuis que j'avais découvert "Neige" il y a un moment maintenant, par la suite j'ai lu Opium (un voyage sur la route du thé se déroulant en Chine) et que j'ai adoré, c'est un des récits que je me souviendrai longtemps, puis "Le papillon de Siam" qui m'avait beaucoup plu.
À la rentrée 2016 chez Michel Lafon a été publié "Zen" que je n'ai pas encore lu, j'attends le format poche qui j'espère sortira bientôt.

Dans Chaman nous ne sommes plus en Asie mais en Amérique du Nord, sur les territoires amérindiens (enfin ce qu'il en reste c'est à dire des réserves indiennes ou alcool et drogue font des ravages, c'est révoltant).

Le personnage principal est, suite à un événement, amené à quitter son foyer pour des vacances un peu spéciales, il va retourner vers ses origines.

Cette quête initiatique au pays des origines amérindiennes, dans les haut lieux des guerres d'antan contre les blancs prend en intensité au fur et à mesure de la lecture, et malgré le caractère taiseu du personnage on se prend à l'apprécier, car sa quête va donner un sens à sa vie et ce qu'il découvre et ressent est beau, simplement.

Les autres personnages ont beaucoup de caractère et j'ai particulièrement apprécié Winona, une jeune indienne au caractère bien trempé mais aussi pleine de fierté et de douceur.

J'ai appris plein de choses que je ne connaissais pas sur les amérindiens du nord car même si c'est un roman, une bonne part d'histoire nous est contée et c'est bien, très intéressant.
Chaque chapitre commence par une citation philosophique prononcée par des chefs indiens connus tel que Sitting Bull par exemple, ces citations sont très justes et ont entièrement leur place ici.

Pour les décors on s'imagine facilement ces paysages magnifiques de plaines et de montagnes, de rivières, la nature à l'état brut.

Un petit côté onirique est présent mais pas non plus incessant, ce qui donne du charme et de l'apaisement à un récit qui a tendance à être assez dramatique et difficile à encaisser par moments.

Maxence Fermine laisse au lecteur le choix de se faire sa propre opinion sur l'élément clé du roman, ce que j'ai beaucoup apprécié.


Lire la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/08/chaman-maxence-fermine.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-08
Mercurio, Giuditta, Benedetta, Isacco, Anna, Scarabello, le capitaine Lanzafame et bien d'autres sont les merveilleux personnages de cette fresque sociale se déroulant dans le Venise de la renaissance.

Vous y croiserez des orphelins, des arnaqueurs, un médecin, des militaires, de riches nobles, des politiciens, des prostituées, des voyous, des marchands, la naissance du premier guetto juif (ou y sont parqués les célèbres "bonnets jaunes") et la ségrégation qui va avec, la chasse aux sorcières de certains illuminés, de la jalousie, de la crasse et des poux, de la haine, de la vengeance, du sang, de la boue, la maladie, du désespoir, de l'incompréhension, de l'injustice mais aussi de la générosité, de l'amitié, de l'entraide, de la loyauté, du pardon, de la tendresse, de l'amour et des rêves. On s'arrête là ? Oui car la liste serait bien plus longue mais rien que ça devrait vous convaincre de le lire.

Les lieux sont simplement retranscrits à la perfection, Rome, Venise, la lagune, les marais, les canaux, le chantier naval de l'époque, les ponts et les ruelles, un décor parfois sordide, comme les quartiers populaires ou malfamés parfois éblouissants comme la place Saint Marc et le palais des Doges. Moi qui aime beaucoup Venise j'ai été servi plus que je ne l'espérais.

La plume de Luca Di Fulvio, à l'instar du Gang des rêves est toujours aussi captivante et cinématographique, cet homme a le don de modeler les histoires de manière à vous passionner.

Je me suis dit en réfléchissant à cette chronique que je me devais de faire un comparatif avec Le gang des rêves, seulement voilà, c'est simplement impossible car c'est tellement différent et tellement similaire à la fois (paradoxe ?) que mes idées s'embrouillent. Je ne ferais donc pas de parallèle entre ces deux œuvres, mais vous conseillerais de simplement les lire, absolument, les deux.

Pour conclure, je ne vais pas noter ce roman car il dépasse toutes notes (et oui, comme pour Le Gang), mais je vous dirais simplement que Le gang des rêves était devenu mon roman préféré et que maintenant j'ai deux romans préférés d'égal à égal sur la première marche du podium, et en plus du même auteur ! Ils seront très difficiles à détrôner, à moins que Luca Di Fulvio et les éditions Slatkine & Cie poursuivent ensemble sur le chemin de la littérature émotionnellement marquante (au fer rouge).

Voir la chronique sur mon blog :
https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/08/les-enfants-de-venise-luca-di-fulvio.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2