Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Maltamy : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Rage Rage
Stephen King   
Une sorte de huis clos, dans une salle de classe ; un élève preneur d'otage qui a l'air très sain d'esprit. Il va discuter, juste mener sa classe, et parler. Parler de lui, amener les autres à parler d'eux. On va ainsi découvrir sa vie, aux EU, sa famille, tout ce qu'il a vécu et qui, visiblement, a contribué à faire de lui ce qu'il est aujourd'hui, arme à la main, assassin maintenant, et preneur d'otages. Sûr qu'il est fou. Mais le monde qui l'a fait ne l'était-il pas aussi ?
Comme toujours, un SK très intéressant du point de vue psychologique, et un régal à lire. Il n'est plus en vente, par contre... :(
Rosy & John Rosy & John
Pierre Lemaître   
J'ai été un peu déçue par Rosy & John. Les autres tomes de la série Verhoeven sont plus intriguants, plus intéressants et plus complexes de mon point de vue. J'étais ravie de retrouver Camille mais l'enquête ne m'a pas saisie autant que les autres tomes ont pu le faire.

par Siwan
Antigone Antigone
Henry Bauchau   
J'avais placé ce commentaire sur l'Opus de Anouilh et non celui de Bauchau.

Lire ce livre qui fut mon premier Bauchau m'a considérablement rajeuni et ramené à l'époque où la mythologie faisait partie de mon contexte d'étude.
Avec une expérience de psychologue et doté d'une plume limpide et directe, je comprend maintenant pourquoi ce Bauchau-là est capable de fouiller de manière tellement précise la personnalité des protagonistes.
Un écrivain unique! Une mythologie modernisée!


par Biquet
De l'autre côté du miroir De l'autre côté du miroir
Lewis Carroll   
Après lecture de certains commentaire, je ne peux m'empêcher de pleurer du sang et du vomi quand je lis que ce livre "fait penser au film de Tim Burton". Il ne faudrait pas oublier que c'est de ce chef d'œuvre que s'est inspiré le réalisateur, et non l'inverse. Mis à part cela, c'est rare qu'un "tome deux" quelconque égale le premier, souvent, les "suites" ont toujours cette même ambiance de réchauffé qui fait que le premier reste toujours mieux. Là, non. Alice change et c'est bien aussi. Et c'est même aussi bien.

par Zélyie
Celle que..., tome 3 : Celle que je suis Celle que..., tome 3 : Celle que je suis
Vanyda   
Je trouve que cette série est vraiment géniale et parle de ce que chaque adolescente peut ressentir d'une certaine manière à cet age, et montre que des amies de toujours peuvent changer avec le temps.

par Mokao
Le bleu est une couleur chaude Le bleu est une couleur chaude
Julie Maroh   
Je n'avais jamais presque pleuré pour une bd. Je dois dire qu'avec celle-ci, j'ai été émerveillé.
Loin de tous les stéréotypes du genre et des clichés de romance, cette bd est tout de même une histoire d'amour tout le long. Une histoire particulière, puisqu'il s'agit d'une adolescente qui va a se découvrir homosexuelle, et de sa traversée dans une société, dans les années 90, qui commence à peine à se défaire de ses préjugés négatifs contre les homos.
Elle va être confrontée, dans son lycée, au regard des autres, à celui de ses parents, à son propre regard sur elle même, ce qu'on lui a inculqué durant son enfance, cette morale normative qui l'emprisonne et la torture. Face à ce paradoxe, qui est celui d'aimer ce qu'on ne peut pas aimer, elle va lutter, aidée par Emma, et toutes les deux vont bâtir peu à peu un amour magnifique, grand, et éternel. Le dessin bien sûr est aussi très beau. Le bleu, dans cette bd, est le point central.
De par le sujet même qu'elle aborde, comme je l'ai dit, elle est forcément loin des clichés et de la norme. Même si on peut lui reprocher d'être comme la plupart des histoires d'amour un peu épurée, elle n'en reste pas moins terre à terre et proche du lecteur par le fait qu'elle aborde les relations humaines avec justesse et sans fioritures.
Vraiment, je trouve qu'elle a mérité son prix à Angoulême.
Kaïken Kaïken
Jean-Christophe Grangé   
Un polar comme je les aimes, enquête, planque, action mais qui n'est pas exempt de défauts.

Un élément m'as perturbé, pourquoi Christophe Grangé nous ballade il sur plusieurs pistes mais principalement une pendant plus de la moitié du bouquin, alors on se creuse la tête à deviner qui est le coupable, on a le choix entre plusieurs personnages, on réfléchi on suit les pistes, alors qu'en fait il nous est impossible de deviner par nous même car au final on nous sort un personnage de je ne sais où comme coupable, alors que ce même personnage n'est même pas présenté dans les deux premières parties du livre... C'est limite comme principe, je me suis vu à ce moment là pester après l'auteur qui nous pousse à chercher mais pour rien, et qui discrédite le début du livre.

En dehors de ça l'ambiance est géniale, en tant que grand amateur du Japon je ne peut faire autrement qu'apprécier ce personnage principal, un flic torturé au bout du rouleau en plein divorce qui ne voit que par les traditions japonaises, les films, la musique traditionnelle et la littérature japonaise sa femme est d'ailleurs japonaise, elle qui au début n'a pas trop d'importance va devenir au fil de l'histoire un personnage important. Le roman se déroule à Paris pendant deux tiers et se termine au Japon entre Tokyo et Nagasaki.

En conclusion, c'est mon premier livre de Grangé mais ce ne sera pas le dernier, malgré quelques défauts, l'ambiance et les personnages fait pencher la balance du bon côté.

par Maks
La Ferme des animaux La Ferme des animaux
George Orwell   
Je ne pensais pas du tout trouver dans ce bouquin ce que j'y ai découvert, à savoir une réplique du communisme et ce qu'il a entrainé dans cette ferme.
Je trouve que ça montre si bien ce contre quoi les idéologies tentent de lutter, mais qui finit toujours par être rattrapé par la réalité, à savoir : la tendance humaine vers l'omnipotence, le pouvoir, la supériorité. C'est si beau, pourtant, dès le début on ne peut qu'être émerveillé ; c'est une révolution ! Sage l'Ancien l'avait prédit, son discours a fait chavirer les cœurs et tout le monde y a cru. Oui, mais voila. Une fois le pouvoir renversé, que faire ? Comment ne pas commettre les même erreurs, et s'assurer que tout est fait pour le mieux pour tout le monde ?
Ce livre m'a fait penser au livre de Werber "Le Papillon des Etoiles", à travers la reproduction d'un passé qu'on voulait abolir, presque inconsciemment, normalement. Comme si tout ça était justifié.

Mais forcément, comment croire que ceux qui, à un moment, prennent un quelconque pouvoir, voudront s'en défaire, le rendre au peuple, à celui qui a mené la révolte ? Encore faudrait-il que chacun partage l'idéologie, et soit sincère. Je revois encore, dans ce récit, celui de ces communautés utopiques, telle qu'Auroville, qui a succombé sous la pression du monde extérieur pour finalement reproduire les schémas, les erreurs, les modes de fonctionnement du monde qu'ils avaient quitté.

Ici, non seulement la réalité prend le pas sur le rêve, par la pression du social et de la nécessité matérielle, mais en plus, ceux qui détiennent le pouvoir semblent mener les esprits pour leur propres buts, qui va vers toujours plus de pouvoir, plus de privilèges, plus d'aliénation... Que faire alors, sinon une nouvelle révolution ? Mais la révolution est-elle destinée à suivre cette ellipse pour revenir, chaque fois, au point d'où elle a commencé ?
Insaisissable, Tome 3 : Ne m'abandonne pas Insaisissable, Tome 3 : Ne m'abandonne pas
Tahereh Mafi   
"Mon cœur se brise en mille morceaux."

Avant de faire ce commentaire, j'ai du attendre 2 bonnes heures pour pouvoir à peu près correctement, exprimer mon avis sur ce livre. Car après l'avoir refermé, la seule chose que j'aurais pu écrire serait " ... ". Juste cela. Car ce roman m'a laissé sans voix, sans souffle, sans mots, comme si ce livre avait aspiré mon pouvoir de raisonner.
N'ayant pas fait de commentaire sur les tomes précédents, ma critique englobera les tomes 1, 2, et 2/5, bien qu'il sera beaucoup plus centré sur le dernier tome. Je m'excuse donc d'avance pour la longueur, et pour les plus pressés, vous pouvez passez directement à ma critique du tome 3. (Cinquième paragraphe)
Durant la lecture du premier tome d’Insaisissable, le style de l'auteur m'a tout de suite séduite : Tahereh Mafi à une manière bien à elle d'agencer les mots, de les réunir pour qu'ils ne veulent plus rien dire du tout, ou au contraire, faire un mélange si explosif que nous mêmes, nous avons du mal à en capter le sens complet. Son style colle tout à fait avec le comportement de Juliette: fou, à fleur de peau, qui n'est sure de rien (D’où les phrases barrées, -beaucoup moins présentes, voire absentes lors du dernier tome-). Juliette, enfermée depuis 264 jours, est une fille brisée, anéanti, fragile vulnérable et tellement, tellement...faible. Elle en veut au monde entier mais se déteste par dessus tout. Elle se dégoûte, se veut morte, n'accorde aucune importance à la vie, elle se considère comme un monstre : En effet, tous ceux qui la touche et qu'elle touche se retrouve vidés de leur énergie vitale et meurent si son contact dure trop longtemps, c'est aussi la raison de son emprisonnement: l’empêcher de faire encore du mal à autrui. Ce qu'elle trouve dans un sens, juste. Et puis un jour...Adam. Adam arrive et là, c'est l'explosion, l’apothéose, la révélation: elle peut le toucher. Elle l'aime et ferai tout pour lui...Même quand elle découvre qu'il n'est venu dans sa cellule que sous les ordres de son chef. LE chef des chefs : Warner. Et même quand ce dernier l'a fait sortir de sa prison, lui offre un logement, de l'eau chaude, de la nourriture et des vêtements si luxueux qu'ils en défieraient l'entendement, Juliette reste (presque) de glace. De manière justifiée d'ailleurs, car Warner lui a fait clairement comprendre qu'il comptait l'utiliser comme une arme et qu'elle lui obéirait, comme une espèce de marionnette, sans qu'elle est son mot à dire. Warner apparaît dans ce tome comme l'Ennemi, celui qu'il faut fuir, la figure de tout ce qu'Adam, Juliette et bon nombre d'autres personnes déteste : le Rétablissement.
Bien évidemment, ils arrivent à s'enfuir et après beaucoup de péripéties et l'aide de Kenji, un soldat "déserteur "tout comme Adam (mais beaucoup plus drôle et sympathique, on sera d'accord) ils arrivent à se réfugier au Point Oméga, quartier général de la Résistance, où, tout comme Juliette (et Adam qui le découvrira plus tard),ces "réfractaires" ont des pouvoirs. C'est la fin du tome 1.
Le tome 2 se passe principalement au Point Oméga où Juliette pleurnichotte (Je confirme ce mot n'existe pas) la plupart du temps et où Adam la réconforte...aussi la plupart du temps. Puis Adam découvre qu'il a lui-même des pouvoirs et Juliette décide de "rompre" car son pouvoir risque de le tuer par sa faute.
Et, je ne sais plus trop comment, Warner est capturé et ramené au Point Oméga : On découvre qu'il à lui aussi des pouvoirs et qu'Adam et lui sont ( ATTENTION SPOILER POUR CEUX QUI N'ONT PAS LU LE TOME 2...)...demi-frères !...Et Juliette commence à avoir quelques doutes sur ses sentiments et n'accepte pas le fait d’être attiré par Warner. Mais les circonstances font, qu'à la fin du tome 2, elle soit "obligé" de collaborer avec Warner pour se venger de son père, Anderson; Une guerre à éclaté et beaucoup de gens du "bon coté" sont morts à cause de lui.
Le tome 2,5 est hors série et se place du point de vue de Warner. Un Warner que l'on découvre pas si insensible que ça et clairement amoureux de Juliette. Le carnet qu'elle gardait pendant son emprisonnement est trouvé et lu par Warner. Ses sentiments sont divers, face à la lecture des plus profondes pensées de Juliette; et il est de plus en plus fasciné par elle.
Et enfin, j'arrive à ma critique du tome 3. Un tome qui m'a inspiré beaucoup de sentiments, tellement, tellement de choses à dire de ce tome. Le style qui singularise Tahereh Mafi des autres auteurs est beaucoup moins présents dans ce tome que dans les deux premiers; néanmoins, je crois que des 3, celui-ci dépasse toutes mes espérances (surement aussi, parce que c'est le dernier) .
J'aimerais pouvoir vous faire part de mes sentiments le plus clairement possible. J'aimerais pouvoir vous faire ressentir les mêmes sensations que j'ai éprouvé en lisant ce livre. J'aimerais ne jamais avoir lu ce livre aussi rapidement. Pour le relire. Encore, et encore, et encore, et encore... Sans jamais m’arrêter.
On retrouve Juliette changé. Plus forte, plus féroce, plus...Insaisissable. Je ne sais pas comment Tahereh Mafi fait, a fait, pour que tous les mots de ce roman, ainsi que les autres, nous donne l'impression de nous révéler un interdit, un grand secret, comme si un ange descendait du ciel pour vous chuchoter à l'oreille le plus horrible de tous secrets... Je ne sais pas comment elle fait pour qu'ils donnent l'impression de vouloir dire quelque chose de si profond, de si vivant et de si réel, quelque chose de tellement plus réel que la réalité, tellement plus réel qu'un livre et bien trop réel pour des personnages de fiction; qu'ils donnent l'impression que le tangible devienne incertain et que l'incertain devienne tangible ... Chaque mots vous heurtent jusqu'à briser vos os, briser vos jambes et vos bras, briser votre esprit, vos pensées, briser vos convictions les plus solides,vous faire fondre et vous figer en même temps, vous transmettre tellement et si peu de choses à la fois, et vous faire
à
chaque
fois
de plus
en plus mal
et vous donnez l'impression de chuter et de voler, d’être bien plus vivant que vous ne l'avez été de toute votre vie ou plus proche de la mort à chaque instant... Vous tombez, toujours plus vite, toujours plus bas, toujours toujours...
Plus profond.
Et ma chute n'a été que plus rapide quand les doutes de Juliette se sont transformés en certitude et qu'elle à été sure[spoiler] que c'était Warner, et pas Adam, le véritable amour de sa vie (désolé de paraître clichée), et qu'elle était certaine [/spoiler] du choix qu'elle allait faire.
On découvre un Warner totalement à l'opposée du 1, et quelques parties de sa vie nous sont révélées. Adam, par contre, est presque [spoiler]pitoyable, par son comportement, ses cris et[/spoiler] méconnaissable. Je crois que l'auteure a choisi la solution de facilité pour le choix de Juliette et même s'il ne me déplaît pas, je l'ai trouvé trop facile à mon gout: le choix de Juliette semble évident.
La fin, quoique plutôt rapide, signe à la perfection ces 3 tomes mais donne l'impression de ne pas être le dernier de la série. (Une adaptation en film est peut être prévue.)
Quoiqu'il en soit, ce dernier tome est une merveille, j'aimerais tellement, dans 1 an, y repenser et ressentir exactement les mêmes sentiments que maintenant, un mélange de déception et de joie, d'avoir fini ce livre et de n'y avoir trouvé dans l'ensemble aucun défaut, et que ce souvenir reste intacte, ce moment où je me rends compte que ce livre restera gravé dans ma mémoire...

"Et j'aimerais, plus que tout, savoir comment immortaliser ces moments pour les revivre à jamais.
Parce que celui-ci
vaut tout l'or du monde."

par Fantalex
Prémonitions : Intégrale Prémonitions : Intégrale
L.J. Smith   
On ne voit pas passer les 600 pages, car on s'attache très rapidement aux personnages et c'est avec un réel plaisir que j'ai suivi leur histoire. J'ai beaucoup aimé le personnage de gabriel et son côté sombre, complexe et attachant malgré tout. De même pour l'héroïne qui est entière et vrai. Pareil pour les personnages secondaires même si parfois j'aurais aimé avoir plus de détails quand a leur dons respectifs.
Encore une fois le style L.J. SMITH a fait mouche, même si pour une fois on sort du schéma vampire (ce qui 'est pas plus mal) je ne regrette pas ma lecture et c'est encore une très belle découverte.

par noeline