Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MaMt : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Six of Crows, Tome 1 Six of Crows, Tome 1
Leigh Bardugo   
«No mourners. No funerals.»

Six of Crows commence par une lecture addictive et se termine par un coup de cœur violent. :)

Leigh Bardugo nous fait plonger dans un monde fascinant et complet qui promet une aventure passionnante dès le départ.

On se retrouve aux côtés de Kaz, Inje, Matthias, Wylan, Jesper et Nina qui sont des personnages que j'ai trouvé tout bonnement supers.

Je les ai trouvé complets. Chacun a son histoire et sa personnalité. Ils sont tous différents et attachants d'une manière qui leur est propre. L'auteure a vraiment bien travaillé tout ce qu'ils sont et représentent, les rendant plus profonds si je puis dire, d'autant plus vrais et surtout crédibles.

Ainsi les relations entre les personnages sont très agréables à découvrir, quelles qu'elles soient.

J'ai bien apprécié la plume de Leigh Bardugo qui écrit de manière simple mais captivante.

Alors que dans The Grisha trilogy elle avait choisi d'écrire à la première personne, dans Six of Crows elle écrit à la troisième personne et j'ai trouvé ça très agréable de suivre l'histoire de cette manière sans que, honnêtement, je sois capable de vous expliquer pourquoi.

On suit donc l'histoire de plusieurs points de vue (Jesper, Kaz, Inje, Matthias, Nina, Joost, Pekka). J'aurais bien aimé qu'on ait au moins un chapitre sous le point de vue de Wylan... peut-être dans le second tome !

L'histoire m'a énormément plu.

On suit les aventures de six jeunes criminels à qui on confie une mission qui paraît complètement impossible. Ils doivent se rendre dans un endroit nommé The Ice Court, un endroit où ils vont risquer leur peau, et sont chargés de retrouver un homme car la société est menacée par une drogue pour le moins désastreuse. Et bien-sûr, ensuite, ils doivent ressortir de cet endroit. Vivants, de préférence.

Six of Crows est composé d'un tas d'éléments qui nous permettent de passer un moment de lecture très agréable et qui efface le monde autour, nous pousse dans l'univers de l'auteure sans qu'on s’ennuie à aucun moment et sans qu'on puisse voir le temps qui s'écoule et les pages qui défilent.

Au rendez-vous action, rivalités entre gangs, imprévus, trahisons, flash-backs, révélations surprenantes et même un peu de romance avec une petite touche d'humour. Si ce n'est pas un beau mélange tout ça !

Petite parenthèse : Six of Crows se déroule deux ans après Ruin and Rising (dernier tome de The Grisha trilogy) et si vous n'avez pas lu The Grisha trilogy, rien ne vous empêchera de découvrir Six of Crows malgré tout.

Pour parler un peu plus en détails des personnages...

Kaz Brekker [spoiler](de son véritable nom, Rietveld)[/spoiler] est un voleur et bien plus encore, âgé de dix-sept ans, surnommé 'Dirtyhands' et qui appartient au gang 'The Dregs'. Il est intelligent et plein de ressources. Il n'accorde pas facilement sa confiance et cache bien son jeu. Je l'ai tout simplement adoré.

Inje Ghafa est une Suli qui s'est retrouvée après plusieurs évènements être l'espionne du gang auquel appartient Kaz et la meilleure de tout Ketterdam. Elle a dix-sept ans aussi. C'est une voleuse de secrets surnommée 'The wraith', qui rêve, un jour, de retrouver sa famille. Je l'ai trouvé vraiment attachante et je ne saurais vous dire pourquoi. Elle semble à la fois forte et fragile... En tout cas, je l'ai vraiment bien aimé.

Nina Zenik vient tout droit de Ravka et la jeune femme de dix-sept ans est une Grisha. Ancien soldat de la seconde armée, Heartrender talentueuse et à présent membre des Dregs elle n'a qu'un rêve : rentrer chez elle. Et pour cela, elle décide d'aider Kaz dans sa quête. J'ai beaucoup aimé sa façon d'être, sa personnalité. C'est un personnage très intéressant, que j'ai beaucoup apprécié découvrir.

Matthias Helvar est quant à lui un ancien Drüskelle, chasseur de Grisha, âgé de dix-huit ans. Il passe près d'un an en prison suite à une erreur qu'il prend sérieusement pour une trahison et ne ressort de cet enfer que pour aider Kaz et ses compagnons dans leur mission suicide : entrer dans un tout autre enfer et en ressortir vivants qui plus est ! Matthias est le personnage auquel je me suis le moins attachée et pourtant, je l'ai adoré !

Jesper Fahey est le meilleur tireur d'élite des Dregs. À dix-sept ans, il ne tient pas en place et ne manque aucune occasion d'avoir un peu d'action. [spoiler]C'est aussi un Grisha qui ne crie pas sur tous les toits qu'il est Fabrikator ! Surprise, surprise ![/spoiler] À mes yeux, Jesper est tout simplement passionnant. C'est un personnage que j'ai adoré et pour lequel j'ai d'ailleurs une petite préférence.

Wylan Van Eck a seize ans, c'est le plus jeune du groupe. Enfant d'un riche homme, il a quitté la maison de son père quelques mois plus tôt pour des raisons qu'on ignore [spoiler]jusqu'à la fin du livre. En vérité, Wylan n'est capable ni de lire ni d'écrire et pour ces raisons son père l'a renié déclarant qu'il est une insulte à sa maison.[/spoiler] Wylan est un garçon intelligent et talentueux. Un enfant rebelle qui se lance dans un mission suicide et dont le rôle est de poser des bombes -et de les faire exploser, bien entendu-.

De plus, les passés des personnages sont tout simplement "géniaux", si je puis me permettre. J'entends par là qu'ils sont recherchés, complets, et ils leur ont laissé, à tous, une marque qu'ils n'oublieront jamais et que parfois ils essaient même de cacher.

Les relations entre les personnages sont très agréables à découvrir comme j'ai pu le dire plus haut. On sent un véritable lien qui se créait entre eux au fil du livre. [spoiler]La romance entre Nina et Matthias est un peu plus présente que celle entre les deux autres duos. Mais on sent malgré tout qu'il pourrait bien se passer quelque chose entre Jesper et Wylan -doigts croisés- et qu'entre Inje et Kaz, il y a bel et bien une petite étincelle qui ne demande qu'à se changer en véritable feu -surtout à la fin- (rien de destructeur, espérons). [/spoiler]

Un petit mot sur la fin...

Surprenante et tout aussi entraînante que le reste du bouquin, la fin de Six of Crows m'a épatée et à présent je me sens impatiente de connaître la suite. [spoiler]La bande de Kaz a réussi sa mission suicide haut-la-main mais alors qu'ils s'apprêtent à toucher leur récompense (récompense qui les rendra plus riches qu'ils n'auraient jamais osé l'espérer), la situation change du tout au tout. Leur groupe se retrouve divisé.[/spoiler] Les aventures (ou mésaventures) de Kaz et de son crew sont donc loin d'être terminées !

Six of Crows est un premier tome que j'ai adoré découvrir. C'est 462 pages passionnantes après lesquelles on ne peut demander que la suite ! D'ailleurs, l'attente va être rude !

Leigh Bardugo a remporté mon cœur littéraire haut-la-main.

Ce roman a été pour moi une excellente surprise, je ne m'attendais sincèrement pas à ce qu'il finisse dans ma liste de diamant en étant un gros coup de cœur.

L'un de mes plus gros coup de cœur de l'année 2015.

«We are all someone's monster.»

par Sheo
Six of Crows, Tome 2 : La Cité corrompue Six of Crows, Tome 2 : La Cité corrompue
Leigh Bardugo   
«Crows remember human faces. They remember the people who feed them, who are kind to them. And the people who wrong them too.»

Je ne sais pas par quoi commencer sauf par avouer que je pleure comme un bébé. J'aurais jamais cru que ça serait aussi difficile de dire au-revoir à une bande criminels.

Aussi pathétique que ça soit, je bénis le jour où Leigh Bardugo a commencé à écrire cette histoire. Et je bénis le fait qu'elle n'ait pas abandonné son aventure à la première panne de mots.

Par tous les saints, j'adore les fins et en même temps je ne peux pas m'empêcher de les détester. C'est dans ce genre de moments que la phrase toute faite la plus stupide mais la plus vraie du monde me revient en pleine figure comme une gifle : "toutes les bonnes choses ont une fin."

Crooked Kingdom a été un second et dernier tome fabuleux, à la hauteur de Six of Crows. En Novembre dernier, quand je me suis lancée dans Six of Crows, jamais j'aurais pensé que je serais là aujourd'hui, presque un an plus tard, encore folle amoureuse de cette histoire. Et plus même.

C'est un genre de coup de cœur violent. Comme si après avoir marché dans le noir pendant trop longtemps la lumière vous aveuglait soudainement.

Leigh Bardugo a écrit une histoire épique, ingénieuse et badass avec une plume qui vous pousse à toujours aller plus loin comme si vous aussi vous apparteniez à l'histoire. Comme si vous étiez le fantôme qui suit Kaz et son équipe.
C'est le genre de sentiment, d'impression que j'aime ressentir quand je lis un livre. Parce que c'est à ce moment-là que je me dis que j'aurais sérieusement raté quelque chose si je ne m'étais pas lancée.
Je remercie le jour où j'ai décidé de lire comme si c'était le seul air que je pouvais respirer et que chaque nouveau livre lu était un nouveau souffle.
La meilleure idée de ma vie.

Je devrais parler des personnages. Et je vais parler d'eux. Je voudrais parler d'eux pour l'éternité à venir et encore, une éternité toute entière ne sera jamais assez longue pour tout ce que je voudrais dire!
Je me suis attachée aux personnages, ça il n'y a pas de doutes. Ils sont tous uniques et je n'ai pas pu leur résister. Pour être honnête, je n'ai même pas cherché à essayer de leur résister.
On ne résiste pas à Kaz Brekker. On ne résiste pas plus à Inej Ghafa, à Jesper Fahey, Wylan Van Eck et Nina Zenik. On ne résiste pas non plus à Matthias Helvar.
Ce n'est pas humainement possible. C'est un fait scientifique. Demandez à Wylan, il vous dira que j'ai raison. ^^

Ils vont me manquer. D'un point de vue extérieur au monde de la lecture et du fangirlisme (si je vous dis que ce mot existe!) le fait d'être attachée à des personnages comme ça peut sembler très pathétique. Et c'est limite si on ne va pas me forcer à aller me faire soigner.
Mais c'est comme ça. Je les aime et ils vont me manquer même si je sais que j'ai juste à recommencer l'histoire du début pour qu'ils soient de retour.

Et mine de rien, je serais toujours totalement amoureuse des relations que Leigh Bardugo a mis en place entre les personnages. Que ça soit une relation amicale ou amoureuse, je suis fan.
Je m'incline.

Crooked Kingdom a été une conclusion totalement dingue où les évènements se sont enchaînés à la perfection. La suite/la fin des aventures de mon crew préféré m'a souvent laissée à bout de souffle, émerveillée. J'ai eu les larmes aux yeux et un énorme sourire accroché aux lèvres.
Et j'en passe.
Ça vaut clairement le détour.

Quant à la fin. Je ne trouve pas de mots. Ils sont tous si petits par rapport à la grandeur de ce que Leigh Bardugo nous a offert.
[spoiler]Wylan et Jesper s'installent dans la maison du père de Wylan avec sa mère qui n'est en fait pas morte. Nina s'en va mais elle reviendra un jour. Matthias... il va me manquer. J'ai pleuré quand il est mort. Et j'ai espéré jusqu'au dernier mot que n'importe quoi se passe et qu'il soit à nouveau bel et bien vivant.
Quant à Kaz, il reste Kaz avec son royaume qu'est Ketterdam. Et Inej n'en a pas fini avec Ketterdam. Avec Kaz. Elle a un navire pour mener à bien ses projets et grâce à Brekker elle a retrouvé ses parents.
Si c'est pas beau ça?
Même si je regrette la mort de Matthias parce que je l'adorais, c'est une excellente fin.[/spoiler]

Alors, je dois m'arrêter là? C'est comme officialiser la fin pour moi. C'est horrible et en même temps c'est super! Et clairement horrible.
Mais je recommande cette duologie de tout mon cœur. Par tous les saints, je recommence à pleurer. Merde.
Je suis sûre que Leigh Bardugo continuera de nous offrir de superbes histoires. Mais Six of Crows aura toujours une place bien grande et bien spéciale dans mon cœur de lectrice.

«He doesn't say goodbye. He just lets go.»

par Sheo
Dragon Ball (Volume double), Tome 1 Dragon Ball (Volume double), Tome 1
Akira Toriyama   
Dragon ball est un manga bourre d'humour ou on suit un enfant élevé chez son grand pere, un debut qui est assez drôle, pas violent, qui correspond pour tous les âges...
Un debut qui nous attache a sangoku et qui nous apprend beaucoup de choses sur lui !

Le pacte de la mer Le pacte de la mer
Satoshi Kon   
"On raconte qu'autrefois les côtes d'Amide étaient balayées par une mer déchaînée, et que les pêcheurs rentraient bien souvent bredouilles. Un jour, un de mes ancêtres a ramassé un œuf sur le rivage. Une créature mi-femme mi-poisson est venue le récupérer et a conclu un pacte avec lui. Mon aïeul a dû honorer la mer et prendre soin de l’œuf en changeant l'eau de son bassin une fois par semaine, avant de le rendre au bout de 60 ans. Après quoi les descendants de mon ancêtre ont reçu un autre en échange et c'est ainsi que cette promesse est transmise dans ma famille de génération en génération, et qu'en retour nous jouissons d'une mer paisible et de pêches abondantes."

par MaMt
Moving Forward, tome 2 Moving Forward, tome 2
Nagamu Nanaji   
Un second tome un peu au ralenti pour ma part. Même si nous avons une belle révélation sur la disparition de la mère de notre héroïne Kuko, assez tragique et je n’ai pas encore regardé si cela était réel. Mais cela nous permet d’avoir un peu plus d’affection pour Kuko et de comprendre pourquoi elle sourit tout le temps, même quand cela ne pas. Ce qui me fait assez rire c’est que le petit nouveau qui débarque dans le premier tome, nous paraît assez antipathique et n’est pas toujours tendre avec Kuko, mais autant là, il sert de confident alors que personne ne le connaît plus que cela, comme si finalement, il avait toujours fait partie de leur vie. Enfin bref, belle découverte et mélange de sentiments dans notre histoire, mais il n’y a rien de plus. On vit au rythme de nos personnages toujours aussi mouvementer, mais je n’ai pas l’impression d’avancement au final.


En conclusion, je suis assez mitigée, mais j’aime beaucoup le rythme dynamique de nos personnages et à la fois, j’ai peur que cela cache une histoire assez creuse. Et pourtant, je reste encore assez intriguée et curieuse de la suite des aventures. J’ai quand même assez hâte de découvrir la suite.

par Lily01
Moving Forward, tome 3 Moving Forward, tome 3
Nagamu Nanaji   
L'art de l'aureur s'est encore amélioré et les couvertures pour cette série sont sérieusement magnifiques !

par Laure17
Moving Forward, tome 1 Moving Forward, tome 1
Nagamu Nanaji   
Ce premier petit Tome m’a bien surprise, je ne m’attendais réellement pas à accrocher autant, peut-être parce que l’héroïne m’a beaucoup touchée et que les dessins m’ont monté un personnage complexe.

Les questions posées, sourire pour quoi ? Sourire pour qui ? M’ont vraiment interpelée.

Au départ, j’ai cru que nous allions entrer dans le cliché, mais finalement nous nous en éloignons très vite pour nous concentrer sur le principal. Que cache Kuko, cette jeune fille au sourire merveilleux et qui peut vite en devenir agaçante ? Nous entrevoyons sa douleur, sa façon de penser et celle des autres protagonistes. Nous sommes devant des personnages très proches de nous, très intenses, j’ai aussi beaucoup aimé le côté artistique mis en avant aussi bien pour la photo que pour la peinture, la musique ainsi que l’importance du regard des autres.

Dans cette histoire, nous est d’ailleurs exposé le côté de chacun des personnages par les dessins et la mise en scène. Bref, un premier tome qui nous montre quelque chose de très lumineux, mais qui dissimule au font des pensées très sombres. On y parle de la solitude, de l’âme et de l’amour et j’ai bien hâte de découvrir la suite, car je veux comprendre Kuko ainsi que les autres personnages.

En bref, j’ai beaucoup accroché et j’ai hâte de lire la suite.


Read more at http://ma-boite-de-pandore.e-monsite.com/pages/chroniques/manga/sojo/moving-forward/moving-forward-tome-1.html#cv12YqwAu4OCKeOo.99
Riley Jenson, Tome 2 : Le Baiser du Mal Riley Jenson, Tome 2 : Le Baiser du Mal
Keri Arthur   
Dans la lignée du premier tome. Il faut aimer le style et j'espère continuer à lire les suites.

par MaMt
Riley Jenson, Tome 1: Pleine Lune Riley Jenson, Tome 1: Pleine Lune
Keri Arthur   
L'histoire ne m'a pas plu tant que ça, peut-être à cause des scènes chaudes qui s'enchaînent à tout va mais je ne dénigre rien. Chacun ses goûts.

par MaMt
Tokyo Ghoul, Tome 1 Tokyo Ghoul, Tome 1
Sui Ishida   
Avant tout précisons qu'avant de me voir offrir le manga et de me mettre à le lire, j'avais déjà vu deux épisodes de l'animé. Suite à ce visionnage j'avais définitivement classé le manga dans la catégorie : "manga de kikou faussement horrifique et philosophique". L'ambiance était beaucoup trop légère et exagérée, les couleurs trop pétantes, le ton à côté de la plaque, et j'avais juste l'impression de regarder une tentative de kikouisation de concepts d'ero-guro qui me sont cher...

Mais, à la lecture, et à ma grande surprise, je suis forcé de revenir sur mon jugement. Le manga est noir, avec une touche graphique très accrocheuse, un rythme parfait, un bon sens du design, et surtout un ton beaucoup beaucoup plus juste. On est pas dans la parodie de sujets sérieux, non, on traitre vraiment de ces sujets. A aucun moment le manga n'essaye d'éviter les problématiques qu'il pourrait aborder, et il n'essaye jamais de les rendre cool : il présente les choses frontalement et essaye après coup de questionner, ce qui est une façon de faire qui marche très bien.
Le découpage, tout en horizontalité, aide beaucoup, et je pense qu'une grande partie de ce qui rend l'animé "kikou" ce sont les gros plans sur certains personnages : dans le manga ces plan rapprochés sont bien présents mais sont dans des petites cases lorsqu'ils doivent passer inaperçu et dans de grandes cases lorsqu'ils doivent marquer l'esprit. La composition des pages est très intelligente, et l'erreur de l'animé a sans doute d'essayer de coller à certaines scènes à la case près, sauf qu'un plan plein écran est beaucoup moins subtile qu'une petite case perdue dans une page, si bien que dès la première scène de l'animé j'ai pu deviner avec lassitude quel personnage était une ghoul, chose qui ne s'est absolument pas produite à ma lecture du manga.
Bref, il y a bien une petite tendance à négliger le charac design des personnages tertiaire qui fait qu'on comprend vite qui sera un personnage important et qui ne le sera pas, mais ce n'est pas grand chose. Au final, le manga arrive à instaurer son atmosphère propre là où l'animé échoue, et c'est véritable une familiarité avec l'horreur qui s'installe, ce qui est déstabilisant en premier abord mais terriblement accrocheur sentimentalement.

Bref, bref, bref, j'ai beaucoup aimé lire les deux premiers tomes de Tokyo Ghoul, et je lierais sans doute la suite. A vous qui me lisez : l’animé est mal foutu, lisez plutôt le manga qui, lui, est de très bonne qualité.