Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MaMt : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Fire Punch, Tome 1 Fire Punch, Tome 1
Tatsuki Fujimoto   
J'ai beau reconnaître l'incontestable potentiel de cette toute fraîche obtention de Kaze, je pense que la suite se passera sans moi.

Pourtant, ce tome n'a majoritairement que des "points positifs" :
_L'histoire est assez originale : Agni et sa soeur Luna vivent dans un village composés de personnes âgées et faibles, devenues cannibales car il n'y a plus rien à manger dans les alentours à cause d'un Elu de Glace. En somme, la famine règne tout comme la misère, nous sommes donc dans un contexte apocalyptique où la survie prédomine.
_Le scénario est intéressant : [spoiler]Agni qui a la faculté de régénération se trouvera dans une quête de vengeance quand un Elu du Feu dont les flammes sont éternelles décimera tout et lui infligera mille et une douleur.[/spoiler]
_Les personnages sont singuliers, et chacun se démarque d'une certaine façon, en bien ou en mal. En plus, je ne pensais pas du tout que Agni acquière ainsi son pouvoir du feu. Parmi les personnages, celui que j'ai préféré était Sun. Avec son humour et son innocence décoiffants, il m'a bien fait rire à plusieurs reprises. C'était un véritable soleil dans cet univers hors normes où il n'existe quasiment plus de bienséance sociétale.

Car oui, si je devais citer des "points négatifs" , je dirai que c'est les nombreuses déclinaisons du malsain qui me bloquent même si on en a qu'en sous entendu. Et les graphismes qui sont à la fois léger, brouillons dans certains côté, ou plutôt pas assez affirmés. Bref, pas le genre que j'apprécie grandement. Je parle surtout pour le style des personnages car avec toute la neige, y'a pas grand chose à dessiner. J'y pense. Le contraste d'un blanc immaculé entourant cet univers noir vient de traverser mon esprit. Passons à nouveau.

C'est vraiment pas mal et ça plaira clairement à beaucoup de personnes. J'ai apprécié la fin du tome. ça a en quelque sorte tourné en dérision le sentiment brûlant de vengeance que ressentait Agni et ça a titiller ma curiosité pour la suite. Mais j'attendrai d'être dans une autre humeur pour continuer ce manga.

Généralement, ce genre de livre avec du malsain, du choquant, du sang, des membres découpés, m'émoustille à peine mais là faut croire que je ne suis pas dans ma bonne période de lecture de ce genre.
La fille sauvage La fille sauvage
Jim Fergus   
Un roman trop peu connu à mon goût ! L'histoire est passionante et ne manque ni de romance, ni de drame et encore moins d'action ! Ce que je suis agacée de voir qu'il est si peu reconnu ! Pour moi, il est sans défaut ! Je l'ai lu il y a bientôt trois ans et je ne m'en suis toujours pas remise ! Je conseille à qui aime l'Ouest Américain et ses Indiens de dévorer ce bouquin sur le champ et que ça saute :)

par kay47
Mille femmes blanches Mille femmes blanches
Jim Fergus   
Mille femmes blanches est un roman que j'ai trouvé par hasard dans une brocante il y a quelques années et ce n'est que récemment, pour un challenge personnel, que je l'ai sorti et bon sang, pourquoi ai-je attendu aussi longtemps pour le lire?! Parce que c'est une pépite!

Alors que l'Amérique du Nord a quasiment été conquise par les "Blancs" (cette fameuse conquête de l'Ouest), quelques tribus amérindiennes subsistent encore. Malheureusement, comme pour les bisons qui ont été pratiquement décimé, ils sont voués à disparaître eux aussi. Mais une tribu indienne, les Cheyennes font une proposition: 1000 femmes blanches contre 1000 chevaux. Ce qui provoque un taulé général, de la crainte, de la colère. Et pourtant, ce projet d'intégration des indiens à la communauté blanche à terme pour les générations futures va être accepté. Basé sur du volontariat, ce sont surtout des veuves, des célibataires en quête d'exotisme et d'aventures, d'anciennes esclaves qui signent. Mais il y a aussi des prisonnières, des femmes sorties de l'asile, des femmes qui n'ont pas d'autres choix que de s'engager. Et c'est une nouvelle vie vers l'inconnu.
May Dodd, 25 ans, mère de deux jeunes enfants en bas âge, était internée dans un asile de fous à tort et voit l'offre de devenir femme d'indien comme une libération. Son groupe, composée d'une quarantaine de femmes environ rejoint la tribu du grand chef Cheyenne Little Wolf, l'instigateur de cette idée de 1000 femmes blanches. Et envers cet homme, elle va éprouver bien des choses et leur relation se construit de façon naturelle. Le partage est complet, chacun apprenant de l'autre tout au long du roman, démontrant que les barrières culturelles et les différences peuvent être surmontées.

Nous suivons donc une femme en particulier, May Dodd, dont les journaux intimes ont été retrouvé par ses descendants bien des années plus tard et ce sont ses journaux, ses carnets si précieux, sa correspondance que nous lisons afin de connaître son point de vue le plus intimement possible, sur ce qu'elle et les autres femmes ont vécu. Le fait que nous lisons des journaux intimes de l'une de ces femmes courageuses fait toute l'originalité du roman. C'était intense, fluide, bien écrit, bien documenté. C'est donc beaucoup de narration et de descriptions mais c'est bien normal. ça reste une fiction mais avec des faits historiques réels. Parfois, je ne faisais même plus la différence entre l'un et l'autre.

C'est un roman très féministe et je n'ai pu qu'admirer toutes ces femmes sans exception! Elles vivent, survivent dans un monde où les hommes sont maîtres et franchement, vu tout ce qu'elles ont vécu, ça force le respect! May Dodd est le personnage central, le pilier autour duquel tout le monde gravite et c'est par elle, que nous suivons également les autres femmes, du moins quelques unes, les plus proches dans son entourage: les jumelles rousses Suzie et Maggie, espiègles et qui n'ont pas froid aux yeux, qui mettent l'ambiance; Gretchen, une femme forte dans tous les sens du terme au fort accent; Phemie, une ancienne esclave noire sportive et fascinante; Helen, exploratrice et passionnée d'ornithologie (études des oiseaux); Narcissa, une femme stricte et fière, extrêmement portée sur sa religion; Martha, peu sûre d'elle et naïve; Daisy, très portée sur l'alcool et qui ne se sépare jamais de son chien... Il y en a tellement d'autres mais je ne saurais les citer toutes. Ces femmes de tout âge (mais encore apte à procréer), de toutes religions, de couleurs de peau, toutes plus différentes les unes que les autres, aux aspirations différentes vont se retrouver liées à jamais. Ces femmes vont se soutenir en toute occasion, dans les bons comme les mauvais moments. J'ai d'ailleurs plus d'une fois été choquée par certains actes fait à leur encontre (viols, meurtres, enlèvements...).

J'ai une grande fascination pour la civilisation amérindienne, pour leur histoire qui ne doit jamais être oubliée. Force est de constater que je ne savais quasiment rien sur ce peuple aux nombreuses tribus et mœurs. Et ici, le choc des cultures est total. Il y a la barrière de la langue, la vie en communauté, la promiscuité, la polygamie, la sexualité, le respect du mariage, la médecine, les croyances et j'en passe! Quand il est dit que c'est un peuple à l'agonie, ce n'est pas un euphémisme. Les Indiens sont persuadés qu'ils seront un jour les égaux des Blancs, que tout va bien, qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter et qu'ils n'ont pas besoin de trop se reposer sur eux. Et c'est ce qui va précipiter leur chute.

Je savais que ce roman ne serait pas tout beau, tout rose et que c'était quasiment impossible d'avoir une fin heureuse. Ce final m'a donc beaucoup choqué et touché. L'histoire de May Dodd lui survit grâce à ses carnets et à sa descendance, pour que jamais on oublie le courage de ces femmes devant l'inconnu et la différence.

Ce roman est presque un coup de cœur! Encore aujourd'hui, j'y repense tellement il m'a marqué. Il m'a ému et m'a fait réfléchir. Découvrir un peu plus la culture amérindienne a été une révélation et je veux désormais en savoir plus. Et je serais au rendez-vous pour le tome 2!

par MaMt
Magnus Chase et les dieux d'Asgard, tome 1 : L'Épée de l'été Magnus Chase et les dieux d'Asgard, tome 1 : L'Épée de l'été
Rick Riordan   
Je me passionne pour la mythologie scandinave depuis quelques temps (la série télé Vikings, le Thor de l'univers Marvel, le jeu vidéo God of War...) et j'avais envie d'en savoir plus, toujours plus et quoi de mieux que de lire des romans (véridiques ou inspirés)? Rick Riordan écrit beaucoup de sagas jeunesses imprégnées de différentes mythologies (je n'ai d'ailleurs toujours pas terminé Percy Jackson!) et justement, il a écrit une trilogie sur la mythologie nordique donc c'était parfait!

Magnus Chase est un jeune homme de 16 ans en fuite depuis 2 ans, depuis la mort de sa mère. Il vit dans la rue, se débrouille comme il peut, ne cherchant pas les ennuis, se faisant des amis SDF adultes. Mais tout va basculer quand il va apprendre que ses oncles sont à sa recherche et l'un d'eux sait pourquoi sa mère a été tuée, qui les pourchassaient et plus que tout, qui est son père, père qu'il n'a jamais connu. Il va alors apprendre que la mythologie nordique est réelle, que tout est vrai et qu'il baigne dedans depuis toujours et qu'il est destiné à retrouver l'épée de l'été, épée de toutes les convoitises que veut Surt le Noir notamment, un démon du royaume de feu de Muspelheim qui veut la récupérer pour provoquer le Ragnarök (la fin des temps, la grande guerre des dieux). Magnus va mourir... mais va plonger dans un tout nouvel univers bien loin de ce qu'il connaissait! Tombé au Walhalla, il va vivre avec d'autres demi-dieux et des héros tombés au combat, et ils vont devoir se préparer pour le combat ultime: le Ragnarök. Magnus va devoir l'empêcher ainsi que la libération du terrible fils de Loki, le loup Fenrir. Il va partir pour une quête incroyable et dangereuse en compagnie d'une Valkyrie, Sam, fille de Loki; d'un nain, Blitz et d'un elfe, Hearthstone, qui veillaient sur lui jusqu'alors.

Magnus est un héros qui n'a rien à envier à son homologue Percy Jackson. Ils ont beaucoup en commun. Et Magnus a de l'humour (bon point). Croyant savoir qui était son père (ça me paraissait tellement évident), je me suis fourvoyée complétement! Mais au final, le choix du paternel est logique. Magnus va hériter de la majorité de ses pouvoirs et il ne faut pas s'attendre à des pouvoirs de dingue (style force surhumaine, commander aux éléments...) mais à des pouvoirs plus subtils.

Franchement, ça m'a beaucoup aidé d'être déjà à l'aise avec la mythologie scandinave (notamment grâce à La mythologie viking de Neil Gaiman que j'avais lu juste avant). Je pense que quelqu'un qui n'y connaît absolument pas grand chose risque d'être un peu paumé au début. Ici, la mythologie nordique est complétement revisitée à la sauce de l'auteur (qui est un maître en la matière) qui en a fait quelque chose de dingue, qui l'a modernisée tout en gardant des faits véridiques. On y parle bien des demi-dieux, des dieux (Loki, Odin, Thor, Freya, Hel...), des 9 royaumes (Alfeim, Asgard, Muspelheim...), d'Yggdrasil, du Ragnarök, du Walhalla, des Valkyries, des Géants, du Serpent-Monde et j'en passe!

Je n'ai pas pu m'empêcher de faire quelques comparatifs avec Percy Jackson car la trame est un peu similaire (Percy et Magnus sont des demi-dieux, avec un destin qui les dépasse totalement, qui vont avoir une quête...) mais pour autant, la saga Magnus Chase garde sa propre identité, ce n'est pas un copier-coller de Percy Jackson et chaque lecteur peut trouver son compte dans chaque saga voir complétement aimer les deux comme c'est le cas pour moi.

L'histoire se déroule en très peu de temps et on a l'impression que tout va très vite. Et pourtant, j'ai laissé un peu traîner le roman, je n'avais pas l'impression d'avancer dans ma lecture; après, il faut dire que c'est une énorme brique de plus de 500 pages!

L'écriture de Rick Riordan est si reconnaissable, si fluide et précise, si prenante et moderne. Il y a d'ailleurs plein de clins d’œil à la saga Percy Jackson (la cousine qui s'appelle Annabeth, le stylo-épée...) et des clins d’œil super sympas sur des films (Thor de l'univers Marvel), sur des personnages vikings connus (Ivar le Désossé), sur des jeux vidéos... ce serait long de tous les énumérer!

En bref, j'ai beaucoup aimé ce premier tome qui m'a fait voyagé du début à la fin, et qui annonce un tome 2 explosif! J'ai hâte de retrouver Magnus, Sam, Blitz et Hearthstone ainsi que ce fabuleux univers!

par MaMt
Grisha, Tome 2 : Le Dragon de glace Grisha, Tome 2 : Le Dragon de glace
Leigh Bardugo   
J'ai adoré Six of Crows, j'ai beaucoup aimé le premier tome de Grisha à tel point que j'ai enchaîné avec le tome 2.

# Spoilers

On reprend directement à la fin du tome 1. Alina est dans un grand état de faiblesse, malade et hantée par ce qu'elle a fait malgré elle sur la Non-Mer (ou dans le Shadow Fold), ses pouvoirs se sont aussi amoindris. Mal et elle ont fui Ravka et plus encore le Darkling et ses sombres desseins. Mais ils vont vite se rendre compte qu'ils ne pouvaient pas le fuir éternellement et lui n'est pas du genre à laisser s'échapper ce qui lui appartient. Prisonniers sur un baleinier avec le Darkling, ses Grishas et des mercenaires des mers, ils font voile au nord, vers les étendues glacées. Car le Darkling a encore des projets pour Alina. Il veut lui rajouter un second amplificateur pour booster encore plus ses pouvoirs de lumière et pour cela, ils se mettent en quête d'une créature mythique, le dragon de glace. Nos deux amoureux vont pouvoir compter sur le capitaine Sturmhond, ses pirates et ses quelques Grishas pour échapper au terrible Darkling. Mais sont-ils pourtant des alliés? Car ce capitaine est vraiment insaisissable et à juste titre. Alina devient encore plus importante pour les deux camps qui s'affrontent, aussi bien le Bien que le Mal et l'avenir de Ravka, du monde même, va dépendre d'elle.

Le couple Alina/Mal est mis à mal, le fossé qu'il y a entre eux (Grisha/humain) ne cesse de se creuser tout au long du roman. Au tour du Darkling d'être quasiment absent du tome, mais plus aucun doute, il nous a révélé son vrai visage, le méchant prend de l'ampleur. Alina tient vraiment à sauver Ravka, elle grandit, change, prend un peu plus d'assurance, veut affronter le Darkling et se procurer le troisième et dernier amplificateur. Elle reste pourtant encore un personnage fragile. Sa solitude, même si elle est toujours entourée, est plus que présente. J'ai apprécié de voir que même s'ils sont séparés physiquement, le Darkling et Alina sont toujours connectés d'une autre manière, qu'ils sont hantés l'un par l'autre, qu'ils se ressemblent dans le fond. La plus belle découverte de ce tome est le personnage de Sturmhond. Quel personnage! Méga intelligent, ambitieux, drôle, ambigu avec toujours une pique ou deux et j'ai été choquée de découvrir sa véritable identité! Je crois bien qu'il est devenu mon personnage chouchou. Pour ce qui est des Grishas, grâce à Alina et bien qu'il y ait eu des couacs, des difficultés, les différentes castes ont réussi à se mélanger, à s'entraider.

J'ai noté déjà une amélioration du style d'écriture, une évolution par rapport au tome 1 même si ça reste toujours aussi différent que celui dans Six of Crows. ça reste immersif, fluide, avec un univers très travaillé (l'auteure l'a approfondi d'ailleurs).

Le tome 2 de Grisha est clairement un tome de transition. Le rythme est encore plus lent que dans le tome 1. La première partie du livre m'a plus emportée que la seconde où il faut le dire, il y avait pas mal de longueurs.

En bref, même si je me suis régalée avec ce tome 2, ma préférence va au premier. J'espère que le tome 3 sera à la hauteur des précédents! Pour le coup, il est peut-être mieux de commencer par Grisha et de terminer avec Six of Crows, afin de monter en puissance et de terminer en apothéose!

Un grand merci à Babelio et aux éditions Milan pour l'envoi des deux premiers tomes de la saga Grisha.

par MaMt
Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume
Leigh Bardugo   
Il y a quelques temps, j'ai été sélectionnée pour lire les deux premiers tomes de la trilogie Grisha de Leigh Bardugo, auteure du diptyque Six of Crows que j'avais adoré! Grisha se déroule avant Six of Crows. Nous sommes donc dans le même univers mais l'intrigue se passe bien des années avant. Les deux séries peuvent se lire indépendamment et dans n'importe quel ordre et on peut très bien n'en lire qu'une sur les deux.

L'histoire se déroule dans le pays natal de Nina (une des héroïnes de Six of Crows), Ravka, qui est bien instable, où les guerres font rage. Le royaume de Ravka est scindé en deux par la Non-Mer ou plus communément appelée le Shadow Fold, une nappe de ténèbres hyper dangereuse remplies de monstres volants et autres mystères bien sombres. Alina et Mal sont deux jeunes gens orphelins, l'une cartographe et l'autre traqueur, enrôlés dans la Première Armée. Lors d'une excursion dans ce terrible Shadow Fold, alors qu'ils sont attaqués par ces monstres volants et pour sauver son meilleur ami, Alina, utilise sans le savoir un grand pouvoir qui dormait jusque là en elle. Elle attire aussitôt l'attention du Darkling, un grand Grisha craint et mystérieux dont la lignée est à l'origine de l'existence du Shadow Fold mais qui veut le détruire pour racheter cette erreur. Alina découvre alors qu'elle est une Grisha et plus particulièrement une Etherealki, une invocatrice de lumière (ce qui est extrêmement rare!). Alina va alors plonger dans un tout nouveau monde parmi la Cour, parmi les autres Grishas afin de devenir celle qui pourra libérer Ravka. Alina découvre le Darkling sous un autre jour mais peut-elle lui faire confiance pour autant? Peut-il y avoir plus entre eux? Leur collaboration sera-t-elle pour le bien ou le mal du royaume?

Le rythme est assez lent car Alina n'a pas son pouvoir à sa pleine puissance du jour au lendemain, ça prend du temps, c'est progressif et rien que ça, c'est top. Alina est une héroïne qui m'a beaucoup plu. Elle garde son intégrité tout du long et ce même en ayant pénétrée dans un monde plus luxueux et dangereux où elle fait l'objet de toutes les convoitises et jalousies. Elle ne veut pas se démarquer, elle reste droite dans ses bottes et elle surmonte les difficultés avec beaucoup de courage. Mal était un peu trop en retrait, je n'ai pas grand chose à dire sur lui mais c'est normal, il était absent pendant une bonne grosse partie du livre. Pour moi, le personnage le plus intéressant est le Darkling. Il est très ambigu et il m'était difficile de dire s'il était du bon ou du mauvais côté. Il me tarde d'en savoir plus sur lui, de voir son évolution. J'ai aussi trouvé ça sympa de retrouver deux personnages apparus dans Six of Crows, Genya et Zoya. C'était même assez drôle de voir qu'elles ne se côtoyaient pas et ne s'appréciaient pas à l'époque.

Le monde des Grishas est beaucoup plus mis en avant que dans Six of Crows, c'était donc très intéressant de voir leurs origines. Les Grishas sont des êtres humains possédant un don spécial/un pouvoir et ils sont classés selon différentes castes. Il y a les Caporalki (soigneurs et fondeurs) qui ont un lien avec la guérison et la mort; les Etherealki (hurleurs, inferni, faiseurs de marées) qui ont un lien avec un élément (air, feu, eau) et les Materialki (durast, alkemi) qui ont un lien avec les divers matériaux (bois, métaux, pierres précieuses...). J'ai beaucoup mieux cerné chaque pouvoir. Ce que j'ai retenu surtout, c'est à quel point il y a un fossé entre les différentes castes, elles ne s'entendent pas très bien et ne se mélangent pratiquement pas.

Grisha est la première saga de l'auteure et ça se ressent. J'avais l'impression que Grisha et Six of Crows n'étaient pas de la même auteure. Six of Crows est sans nul doute plus abouti, plus "mature", l'univers est plus complexe; en gros, c'est l'apothéose! Grisha est quand même bien écrit, c'est très fluide, l'univers est bien travaillé et plaisant, avec cette petite touche nordique que j'apprécie beaucoup. J'ai eu plus de facilité à rentrer dans l'histoire, où j'étais de suite très à l'aise avec le vocabulaire, avec l'univers. Nous n'avons ici le point de vue que d'un seul personnage, celui d'Alina, à la première personne du singulier, ce que je préfére dans les romans alors j'étais ravie.

Ce premier tome est une réussite, j'ai beaucoup aimé ma lecture et je vais direct me plonger dans la lecture du tome 2, en me disant qu'il me sera très dur d'attendre la sortie du tome 3 en français! Je vous recommande vivement Grisha et Six of Crows, deux sagas géniales!

Un grand merci à Babelio et aux éditions Milan pour l'envoi de ces deux premiers tomes.

par MaMt
Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige
Sophie Jomain   
J'avais trouvé quasiment toute la saga des Étoiles de Noss Head par hasard dans le magasin de déstockage Noz autant dire que j'étais heureuse de ma trouvaille surtout que je voulais absolument découvrir cette saga. J'ai pu découvrir le premier tome en lecture commune avec ma copinaute la_dory du blog La dory qui lit. J'attendais beaucoup de cette saga qui plaît vraiment à beaucoup de monde, j'avoue que j'avais beaucoup de craintes mais au final, je n'avais pas trop à m'en faire.

Hannah, 18 ans, part pour l’Écosse avec ses parents pour les vacances d'été et rendre visite à sa grand-mère. Elle n'est pas très enchantée mais va finir par être quelque peu chamboulée par sa rencontre avec Leith Sutherland, 20 ans, dont la famille garde le phare de Noss Head depuis des générations. Il ne la laisse pas indifférente et il est bien mystérieux. Il se passe tout de suite quelque chose entre eux, une étincelle. Bien qu'assez "froid" au début avec elle, son comportement va changer par la suite de façon très soudaine et c'est très déroutant. Ils vont passer de plus en plus de temps ensemble, et force est de constater que Leith cache un secret et quel secret! C'est un loup-garou! Dur pour Hannah d'y croire et pourtant! Va naître ensuite une grande histoire d'amour!

J'ai bien aimé le personnage de Leith, peut-être plus qu'Hannah. Il est très mystérieux, extrêmement protecteur et a un petit côté taquin ce qui ne me déplaît pas du tout. Hannah est une fille assez simple, très moderne à laquelle on peut facilement s'identifier mais qui est très naïve et peut se révéler agaçante par moment.

Il y a une revisite du mythe du loup-garou qui est vraiment très sympa et bien développée. J'apprécie le fait qu'on ait 5 espèces de loup-garous bien distinctes. L'ambiance m'a beaucoup plu, limite j'avais vraiment envie d'aller là-bas en Écosse!

Ce que je peux reprocher à ce roman, c'est que ça m'a trop fait penser à Twilight, il m'était assez difficile de m'en détacher. Quelques exemples: le livre sur les créatures fantastiques, sur le méchant qui ne lâchera pas Hannah... C'est un "Twilight" moderne à la française avec des loups-garous pour créatures surnaturelles principales. Ce n'est pas non plus hyper péjoratif mais ça m'a quand même fait l'effet d'une histoire qui n'est pas si originale que ça car j'arrivais à prévoir ce qui allait se passer facilement. Et puis, Twilight, c'est THE référence dans le genre (bon, ma propre référence), cette saga a marqué mon adolescence.

Pour le coup, l'écriture est très fluide, très moderne et on sent vraiment la patte bien française! C'est écrit à la première personne du singulier, on est donc au plus proche d'Hannah, de ses pensées et de ses sentiments, et c'est ce que je préfère dans un roman. Le rythme est assez lent, il ne faut pas s'attendre à de l'action mais ce n'est pas plus mal.

Pour comparer avec La_dory, nous sommes d'accord pour Twilight (ça nous y a fait penser toutes les deux) et sur la naïveté d'Hannah.

Ce fut une très bonne lecture mais pas un coup de cœur. Je vais sans nulle doute lire la suite vu qu'elle m'attend bien sagement dans ma PAL. Et j'ai aussi très envie de découvrir d'autres romans de Sophie Jomain parce que sa plume m'a interpellée!

par MaMt
Séquestrée Séquestrée
Chevy Stevens   
Le thriller n'est pas un genre littéraire que j'affectionne particulièrement, je n'en lis que très rarement. Il faut vraiment que le résumé me donne très envie de découvrir l'histoire et pour Séquestrée, ça a été le cas!

Annie est une agent immobilière de 32 ans, qui vit simplement (bien qu'elle ait pas mal de problème avec sa mère) jusqu'au jour où son monde va complétement basculer. Lors d'une visite, elle va être kidnappée par un homme et séquestrée dans une maison dans un bois à l'écart de tout pendant un an. Nous découvrons via des séances avec sa psy ce qui s'est passé, ce qu'elle a ressenti et ce qu'elle vit au quotidien après son retour à la vie normale.

Annie a un sacré caractère, un franc parler, une façon de parler (qui ne plaira peut-être pas à tout le monde). Il y a un avant et un après. Et je trouve que ce côté de sa personnalité a grandement évolué et c'est normal, ce qu'elle a vécu l'a profondément changé/affecté. Je l'ai même trouvé un peu "folle" parfois mais je la comprends parfaitement. J'ai trouvé Annie extrêmement forte et courageuse. Tout ce qu'elle a vécu et enduré pendant sa séquestration... mais c'est clairement l'enfer! Mais le pire, c'est "l'après", le retour à la "civilisation" car elle ne pourra jamais s'en remettre complétement. J'ai eu beaucoup de peine pour elle, pour son enfant aussi et je l'ai applaudi quand elle a pu se libérer même si son acte allait avoir des répercussions par rapport à la société et la justice.

Le Monstre (c'est comme ça qu'elle désigne son bourreau et c'est justifié) n'a rien laissé aux hasard. Rien pour se défendre, rien pour s'évader. C'est un malade, psychopathe, manipulateur et méticuleux, adepte du harcèlement psychologique, violent, pratiquant le même schéma chaque jour (il reproduit le même qu'il subissait enfant avec sa mère). C'est un homme qui veut contrôler la vie d'Annie, son corps même, c'est un contrôle total de sa personne et ce n'est pas un euphémisme! Et bien sûr, à chaque incartade, sa punition. Mais il y a pire que lui (oui, c'est possible!) et quel choc! J'ai été méga surprise par le dénouement de cette histoire, je ne m'y attendais pas! Je n'en dirais pas plus mais cette histoire a pris des proportions énormes! Comme quoi, il ne faut pas toujours se fier aux apparences et que tout est possible!

L'écriture est très fluide, très moderne et percutante. C'est écrit à la première personne du singulier, on est donc au plus près d'Annie, qui nous parle comme si nous étions sa psychologue. L'auteure n'hésite pas à impliquer le lecteur dans l'histoire et ça m'a beaucoup plu. C'est un véritable page-turner, les pages défilent à une vitesse folle et je voulais toujours en savoir plus.
A force d'avoir parlé de cette lecture à ma mère, je lui ai donné envie de le lire alors qu'elle ne lit absolument pas (elle a envie de s'y mettre, ce sera sûrement très prochainement) et ça m'a fait plaisir. Le partage, donner envie, c'est important et ce roman en vaut vraiment la peine!

Ce n'est pas le premier thriller que j'ai lu mais c'est le meilleur lu jusqu'à maintenant! Une lecture que j'ai beaucoup aimé, qui m'a fait passer par toute une palette d'émotions. C'est vraiment une histoire absolument terrifiante, tordue et malsaine, qui prend aux tripes. On ne peut sortir indemne d'une telle lecture, on ne peut pas être insensible face à une telle histoire, surtout quand on sait que ça pourrait être une histoire vraie!

par MaMt
Six of Crows, Tome 1 Six of Crows, Tome 1
Leigh Bardugo   
«No mourners. No funerals.»

Six of Crows commence par une lecture addictive et se termine par un coup de cœur violent. :)

Leigh Bardugo nous fait plonger dans un monde fascinant et complet qui promet une aventure passionnante dès le départ.

On se retrouve aux côtés de Kaz, Inje, Matthias, Wylan, Jesper et Nina qui sont des personnages que j'ai trouvé tout bonnement supers.

Je les ai trouvé complets. Chacun a son histoire et sa personnalité. Ils sont tous différents et attachants d'une manière qui leur est propre. L'auteure a vraiment bien travaillé tout ce qu'ils sont et représentent, les rendant plus profonds si je puis dire, d'autant plus vrais et surtout crédibles.

Ainsi les relations entre les personnages sont très agréables à découvrir, quelles qu'elles soient.

J'ai bien apprécié la plume de Leigh Bardugo qui écrit de manière simple mais captivante.

Alors que dans The Grisha trilogy elle avait choisi d'écrire à la première personne, dans Six of Crows elle écrit à la troisième personne et j'ai trouvé ça très agréable de suivre l'histoire de cette manière sans que, honnêtement, je sois capable de vous expliquer pourquoi.

On suit donc l'histoire de plusieurs points de vue (Jesper, Kaz, Inje, Matthias, Nina, Joost, Pekka). J'aurais bien aimé qu'on ait au moins un chapitre sous le point de vue de Wylan... peut-être dans le second tome !

L'histoire m'a énormément plu.

On suit les aventures de six jeunes criminels à qui on confie une mission qui paraît complètement impossible. Ils doivent se rendre dans un endroit nommé The Ice Court, un endroit où ils vont risquer leur peau, et sont chargés de retrouver un homme car la société est menacée par une drogue pour le moins désastreuse. Et bien-sûr, ensuite, ils doivent ressortir de cet endroit. Vivants, de préférence.

Six of Crows est composé d'un tas d'éléments qui nous permettent de passer un moment de lecture très agréable et qui efface le monde autour, nous pousse dans l'univers de l'auteure sans qu'on s’ennuie à aucun moment et sans qu'on puisse voir le temps qui s'écoule et les pages qui défilent.

Au rendez-vous action, rivalités entre gangs, imprévus, trahisons, flash-backs, révélations surprenantes et même un peu de romance avec une petite touche d'humour. Si ce n'est pas un beau mélange tout ça !

Petite parenthèse : Six of Crows se déroule deux ans après Ruin and Rising (dernier tome de The Grisha trilogy) et si vous n'avez pas lu The Grisha trilogy, rien ne vous empêchera de découvrir Six of Crows malgré tout.

Pour parler un peu plus en détails des personnages...

Kaz Brekker [spoiler](de son véritable nom, Rietveld)[/spoiler] est un voleur et bien plus encore, âgé de dix-sept ans, surnommé 'Dirtyhands' et qui appartient au gang 'The Dregs'. Il est intelligent et plein de ressources. Il n'accorde pas facilement sa confiance et cache bien son jeu. Je l'ai tout simplement adoré.

Inje Ghafa est une Suli qui s'est retrouvée après plusieurs évènements être l'espionne du gang auquel appartient Kaz et la meilleure de tout Ketterdam. Elle a dix-sept ans aussi. C'est une voleuse de secrets surnommée 'The wraith', qui rêve, un jour, de retrouver sa famille. Je l'ai trouvé vraiment attachante et je ne saurais vous dire pourquoi. Elle semble à la fois forte et fragile... En tout cas, je l'ai vraiment bien aimé.

Nina Zenik vient tout droit de Ravka et la jeune femme de dix-sept ans est une Grisha. Ancien soldat de la seconde armée, Heartrender talentueuse et à présent membre des Dregs elle n'a qu'un rêve : rentrer chez elle. Et pour cela, elle décide d'aider Kaz dans sa quête. J'ai beaucoup aimé sa façon d'être, sa personnalité. C'est un personnage très intéressant, que j'ai beaucoup apprécié découvrir.

Matthias Helvar est quant à lui un ancien Drüskelle, chasseur de Grisha, âgé de dix-huit ans. Il passe près d'un an en prison suite à une erreur qu'il prend sérieusement pour une trahison et ne ressort de cet enfer que pour aider Kaz et ses compagnons dans leur mission suicide : entrer dans un tout autre enfer et en ressortir vivants qui plus est ! Matthias est le personnage auquel je me suis le moins attachée et pourtant, je l'ai adoré !

Jesper Fahey est le meilleur tireur d'élite des Dregs. À dix-sept ans, il ne tient pas en place et ne manque aucune occasion d'avoir un peu d'action. [spoiler]C'est aussi un Grisha qui ne crie pas sur tous les toits qu'il est Fabrikator ! Surprise, surprise ![/spoiler] À mes yeux, Jesper est tout simplement passionnant. C'est un personnage que j'ai adoré et pour lequel j'ai d'ailleurs une petite préférence.

Wylan Van Eck a seize ans, c'est le plus jeune du groupe. Enfant d'un riche homme, il a quitté la maison de son père quelques mois plus tôt pour des raisons qu'on ignore [spoiler]jusqu'à la fin du livre. En vérité, Wylan n'est capable ni de lire ni d'écrire et pour ces raisons son père l'a renié déclarant qu'il est une insulte à sa maison.[/spoiler] Wylan est un garçon intelligent et talentueux. Un enfant rebelle qui se lance dans un mission suicide et dont le rôle est de poser des bombes -et de les faire exploser, bien entendu-.

De plus, les passés des personnages sont tout simplement "géniaux", si je puis me permettre. J'entends par là qu'ils sont recherchés, complets, et ils leur ont laissé, à tous, une marque qu'ils n'oublieront jamais et que parfois ils essaient même de cacher.

Les relations entre les personnages sont très agréables à découvrir comme j'ai pu le dire plus haut. On sent un véritable lien qui se créait entre eux au fil du livre. [spoiler]La romance entre Nina et Matthias est un peu plus présente que celle entre les deux autres duos. Mais on sent malgré tout qu'il pourrait bien se passer quelque chose entre Jesper et Wylan -doigts croisés- et qu'entre Inje et Kaz, il y a bel et bien une petite étincelle qui ne demande qu'à se changer en véritable feu -surtout à la fin- (rien de destructeur, espérons). [/spoiler]

Un petit mot sur la fin...

Surprenante et tout aussi entraînante que le reste du bouquin, la fin de Six of Crows m'a épatée et à présent je me sens impatiente de connaître la suite. [spoiler]La bande de Kaz a réussi sa mission suicide haut-la-main mais alors qu'ils s'apprêtent à toucher leur récompense (récompense qui les rendra plus riches qu'ils n'auraient jamais osé l'espérer), la situation change du tout au tout. Leur groupe se retrouve divisé.[/spoiler] Les aventures (ou mésaventures) de Kaz et de son crew sont donc loin d'être terminées !

Six of Crows est un premier tome que j'ai adoré découvrir. C'est 462 pages passionnantes après lesquelles on ne peut demander que la suite ! D'ailleurs, l'attente va être rude !

Leigh Bardugo a remporté mon cœur littéraire haut-la-main.

Ce roman a été pour moi une excellente surprise, je ne m'attendais sincèrement pas à ce qu'il finisse dans ma liste de diamant en étant un gros coup de cœur.

L'un de mes plus gros coup de cœur de l'année 2015.

«We are all someone's monster.»

par Sheo
Six of Crows, Tome 2 : La Cité corrompue Six of Crows, Tome 2 : La Cité corrompue
Leigh Bardugo   
«Crows remember human faces. They remember the people who feed them, who are kind to them. And the people who wrong them too.»

Je ne sais pas par quoi commencer sauf par avouer que je pleure comme un bébé. J'aurais jamais cru que ça serait aussi difficile de dire au-revoir à une bande criminels.

Aussi pathétique que ça soit, je bénis le jour où Leigh Bardugo a commencé à écrire cette histoire. Et je bénis le fait qu'elle n'ait pas abandonné son aventure à la première panne de mots.

Par tous les saints, j'adore les fins et en même temps je ne peux pas m'empêcher de les détester. C'est dans ce genre de moments que la phrase toute faite la plus stupide mais la plus vraie du monde me revient en pleine figure comme une gifle : "toutes les bonnes choses ont une fin."

Crooked Kingdom a été un second et dernier tome fabuleux, à la hauteur de Six of Crows. En Novembre dernier, quand je me suis lancée dans Six of Crows, jamais j'aurais pensé que je serais là aujourd'hui, presque un an plus tard, encore folle amoureuse de cette histoire. Et plus même.

C'est un genre de coup de cœur violent. Comme si après avoir marché dans le noir pendant trop longtemps la lumière vous aveuglait soudainement.

Leigh Bardugo a écrit une histoire épique, ingénieuse et badass avec une plume qui vous pousse à toujours aller plus loin comme si vous aussi vous apparteniez à l'histoire. Comme si vous étiez le fantôme qui suit Kaz et son équipe.
C'est le genre de sentiment, d'impression que j'aime ressentir quand je lis un livre. Parce que c'est à ce moment-là que je me dis que j'aurais sérieusement raté quelque chose si je ne m'étais pas lancée.
Je remercie le jour où j'ai décidé de lire comme si c'était le seul air que je pouvais respirer et que chaque nouveau livre lu était un nouveau souffle.
La meilleure idée de ma vie.

Je devrais parler des personnages. Et je vais parler d'eux. Je voudrais parler d'eux pour l'éternité à venir et encore, une éternité toute entière ne sera jamais assez longue pour tout ce que je voudrais dire!
Je me suis attachée aux personnages, ça il n'y a pas de doutes. Ils sont tous uniques et je n'ai pas pu leur résister. Pour être honnête, je n'ai même pas cherché à essayer de leur résister.
On ne résiste pas à Kaz Brekker. On ne résiste pas plus à Inej Ghafa, à Jesper Fahey, Wylan Van Eck et Nina Zenik. On ne résiste pas non plus à Matthias Helvar.
Ce n'est pas humainement possible. C'est un fait scientifique. Demandez à Wylan, il vous dira que j'ai raison. ^^

Ils vont me manquer. D'un point de vue extérieur au monde de la lecture et du fangirlisme (si je vous dis que ce mot existe!) le fait d'être attachée à des personnages comme ça peut sembler très pathétique. Et c'est limite si on ne va pas me forcer à aller me faire soigner.
Mais c'est comme ça. Je les aime et ils vont me manquer même si je sais que j'ai juste à recommencer l'histoire du début pour qu'ils soient de retour.

Et mine de rien, je serais toujours totalement amoureuse des relations que Leigh Bardugo a mis en place entre les personnages. Que ça soit une relation amicale ou amoureuse, je suis fan.
Je m'incline.

Crooked Kingdom a été une conclusion totalement dingue où les évènements se sont enchaînés à la perfection. La suite/la fin des aventures de mon crew préféré m'a souvent laissée à bout de souffle, émerveillée. J'ai eu les larmes aux yeux et un énorme sourire accroché aux lèvres.
Et j'en passe.
Ça vaut clairement le détour.

Quant à la fin. Je ne trouve pas de mots. Ils sont tous si petits par rapport à la grandeur de ce que Leigh Bardugo nous a offert.
[spoiler]Wylan et Jesper s'installent dans la maison du père de Wylan avec sa mère qui n'est en fait pas morte. Nina s'en va mais elle reviendra un jour. Matthias... il va me manquer. J'ai pleuré quand il est mort. Et j'ai espéré jusqu'au dernier mot que n'importe quoi se passe et qu'il soit à nouveau bel et bien vivant.
Quant à Kaz, il reste Kaz avec son royaume qu'est Ketterdam. Et Inej n'en a pas fini avec Ketterdam. Avec Kaz. Elle a un navire pour mener à bien ses projets et grâce à Brekker elle a retrouvé ses parents.
Si c'est pas beau ça?
Même si je regrette la mort de Matthias parce que je l'adorais, c'est une excellente fin.[/spoiler]

Alors, je dois m'arrêter là? C'est comme officialiser la fin pour moi. C'est horrible et en même temps c'est super! Et clairement horrible.
Mais je recommande cette duologie de tout mon cœur. Par tous les saints, je recommence à pleurer. Merde.
Je suis sûre que Leigh Bardugo continuera de nous offrir de superbes histoires. Mais Six of Crows aura toujours une place bien grande et bien spéciale dans mon cœur de lectrice.

«He doesn't say goodbye. He just lets go.»

par Sheo