Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de MaMt : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Star Wars - Princesse Léia : L'héritage d'Aldorande Star Wars - Princesse Léia : L'héritage d'Aldorande
Terry Dodson    Mark Waid   
Je suis une grande fan de Star Wars mais je ne le suis pas forcément du personnage de Leïa. Je l'aime plutôt bien mais pas comme Han ou Luke. ça ne m'a pas empêché d'emprunter ce one-shot focalisé sur elle. Mais il n'a malheureusement pas été à la hauteur.

L'histoire se situe à la fin de l'épisode 4 (Un nouvel espoir), après que la Résistance et Luke Skywalker tout particulièrement aient détruit l’Étoile Noire, donnant un sacré coup à l'Empire. Luke, Han et leurs compagnons sont vus comme des héros mais ce n'est pas pour autant que la galaxie est sauvée, l'Empire est toujours bien présent et puissant. La Résistance doit trouver très vite une nouvelle base. Mais on essaie d'écarter la princesse Leïa, princesse de la défunte planète Aldorande, soit disant pour la préserver, pour son bien. De plus, elle n'est pas très bien vue par certain(e)s qui la voient comme une princesse "froide" et sans cœur. Leïa va devoir faire ses preuves. Accompagnée par une pilote, Evaan, qui ne l'apprécie pas des masses, elles vont tenter de sauver les derniers aldorandiens de la galaxie. Elles vont affronter de nombreux dangers: les résistants, les impérialistes et les personnes malintentionnées.

Les deux femmes vont bien évidemment finir par s'apprécier, se comprendre, se faire confiance. Leurs petites piques du début étaient sympas mais rien à voir avec celles dont elle a l'habitude avec Han Solo qui sont exquises. J'ai trouvé que Leïa était plutôt fidèle à elle-même: un caractère de feu, tenace, pensant toujours aux autres, loin de l'idée qu'on se fait d'une vraie princesse, une femme d'action.

Je ne suis pas hyper fan du graphisme. Je m'attendais à toute autre chose. Le design des personnages est assez spécial, c'est ce qui m'a le plus gêné en plus de la simplicité des dessins. Par contre, les couleurs étaient jolies.

Je n'ai pas été transcendée par l'histoire. A vrai dire, je me suis presque ennuyée. Ce n'est pas une mauvaise lecture mais je m'attendais à mieux. Ce n'est clairement pas un comics indispensable et je ne le recommande pas forcément car il y en a énormément qui sont fameux de l'univers de Star Wars.

par MaMt
L'Ombre du Golem L'Ombre du Golem
Éliette Abécassis    Benjamin Lacombe   
J'ai aimé la façon dont l'histoire commence. On rencontre Zelmira, grand-mère qui se décide à raconter son histoire à ses petits enfants en prenant la plume. Elle les met en garde concernant le fait que certains éléments vont leur paraître insensés, mais qu'il s'agit pourtant bien de la vérité.
On découvre donc cette histoire de son point de vue, comme si nous étions à sa place au moment précis où elle vit les choses.

Zelmira est une petite fille qui vit avec une mère fabricante d’élixirs, un père marchand qui tente de vendre la marchandise élaborée par sa femme, un petit frère bien différent d'elle et une petite sœur d'à peine un an. Les temps sont durs et sa famille ne roule pas sur l'or.

L'Empereur Rodolphe souffre d'un maux inexplicable et est conseillé par un homme odieux, barbare et avide de pouvoir : le moine Thadée, qui pense que si le pays se porte mal c'est uniquement la faute aux juifs qui vivent exclus de la communauté.

La personne à la tête de la population juive est le grand rabbin de Prague, surnommé "Le Maharal". Suite à la persécution dont lui et ses semblables sont continuellement victimes, il décide d'avoir recours à une chose bien précise afin de créer un protecteur, ou plus précisément un Golem protecteur. Ce qu'il n'imaginait pas c'est qu'une petite fille l'avait vu à l'oeuvre et que cet événement changerait sa vie de bien des façons.

Zelmira est une petite fille intelligente, maligne, curieuse, douce, gentille, assez silencieuse au sein de sa famille mais bavarde avec le rabbin, et insatiable niveau connaissances et découvertes du monde.
Sa vie de famille n'est pas des plus joyeuses mais chaque escapade auprès du Maharal et de sa femme, la rend heureuse et joyeuse. Avec eux, elle se sent enfin à sa place. Mais tout ne sera pas aussi simple, elle va découvrir ce qu'est la haine, la persécution, les complots, la trahison, le malheur, les désillusions et l'amour. Sans le vouloir, elle va se retrouver au milieu d'une guerre qui n'est pas la sienne et qui pourrait bien lui coûter la vie.
C'est une petite courageuse et extrêmement attachante que j'ai adoré suivre.

Le Maharal est un homme de foi qui fait de son mieux pour protéger ses semblables et leur apporter du réconfort au quotidien. Malheureusement, la haine que leur porte le moine Thadée est au-delà de toute compréhension. Même en ayant été exclus de Prague, cela ne lui suffit pas, il s'est promis de faire pendre le rabbin avant le fin de l'année et d'exterminer tout son peuple. Il ne trouve qu'une seule solution possible : créer un golem qui recevra pour ordre de les protéger coûte que coûte. Avec cette création il espère bien que les juifs seront enfin tranquille, mais visiblement Thadée ne compte pas s'arrêter là. C'est un homme honnête, bon, soucieux des autres, un homme de foi malgré les nombreuses épreuves qu'ils subissent tous, intelligent et pragmatique. Sa famille se résume à sa femme, Perl jusqu'à ce qu'ils fassent tous deux la rencontre de Zelmira. Un lien les unira tous les trois au-delà de leurs espérances.


Il est rare que je ne vous présente pas 3 personnages dans une chronique. Seulement, je ne sais pas lequel choisir et quoi en dire. Du coup, je vous propose de rencontrer les autres par vous-même. Et puis, il faut bien garder une part de mystère, non?

La plume de l'auteur est belle, tout en finesse et facile d'accès pour les enfants.
J'aime beaucoup la façon dont Éliette Abécassis a choisi de raconter cette histoire. On se retrouve immergé sans le moindre mal et dès les premières pages.
On fait un voyage dans le temps, qui n'est pas sans nous rappeler la seconde guerre mondiale et le nombre important qu'elle a fait de victimes parmi la communauté juive (entre autres). L'histoire est fluide, intéressante, dynamique addictive et incroyable. Je ne sais pas pourquoi mais la construction du récit et les morales qui jalonnent les pages me font penser à un conte merveilleux. Je dois bien avouer que mes connaissances sur le mythe du Golem sont archi nulles donc j'étais ravie de le découvrir de cette manière. L'auteure fait passer un important message sur la différence, la tolérance et le fait que l'amour n'a pas de frontière ou de liens du sang, mais aussi que l'être humain peut être capable du meilleur comme du pire. Il ne faut jamais l'oublier au risque de revivre les erreurs du passé. Le seul petit bémol que je soulignerais est le fait que comme pour les contes, j'ai un sentiment de trop peu. J'aurais aimé en avoir plus et avoir plus de détails sur ce qui se passe ensuite.
Je pense me pencher très sérieusement sur les autres livres de l'auteure, car visiblement, ce n'est pas ce qui manque.
Benjamin Lacombe illustre parfaitement bien l'ambiance même de ce récit. Certaines illustrations sont très sombres tandis que d'autres sont plus lumineuses. Le travail est remarquable et le choix des couleurs judicieux. On alterne entre doubles pages couleurs, page simple en noir et blanc, mais aussi parfois juste un petit dessin par-ci par-là. J'adore ce qu'il a fait ici.
Et il faut saluer également la mise en page et le travail éditorial qui a été réalisé et qui n'a sans doute pas été une mince affaire.
Certes 25€ représente une belle petite somme, mais au vu de l'ouvrage splendide qu'on peut tenir entre nos mains, je trouve que c'est justifier.

En résumé, un ouvrage à tomber par terre. Un travail éditorial complètement dingue, des illustrations à vous couper le souffle et une histoire intéressante, originale et prenante à la manière d'un conte. Une héroïne attachante, courageuse et curieuse qu'on aimerait tous adopter. Je ne peux que vous le recommandez et ce dès 13 ans. Un album qui ravira aussi bien les adolescents qu'il émerveillera les adultes.

par ellesmera
La saga des Vikings : Une autre histoire des invasions La saga des Vikings : Une autre histoire des invasions
Joël Supéry   
Je lis rarement des essais mais je dois dire que le sujet traité ici m'attirait énormément car je suis fascinée par les Vikings, surtout depuis que j'ai découvert la série télévisée diffusée sur la chaîne History et qui est d'ailleurs un énorme coup de cœur. Je savais que la famille Lodbrock a vraiment existé, aussi voulais-je en savoir plus, et quand j'ai vu le nom des fameux protagonistes (Ragnar, Björn, Rollon...), je me suis dit pourquoi pas? Mais ça n'a absolument pas été ce que j'avais imaginé.

Joël Supéry tente à démontrer principalement que les invasions vikings n'étaient pas le fruit du hasard, que leurs cibles étaient choisies avec soin, qu'ils pouvaient aller très loin dans les terres et très loin en mer, qu'ils avaient des visées commerciales et même politiques. Les attaques et prises de villes ou territoires étaient organisées. Les Vikings ont envahi tous (ou presque) les territoires d'Europe dont les plus grands, voulant étendre toujours plus leur territoire et leurs routes commerciales. On les a beaucoup sous-estimé au fil des siècles alors qu'ils ont fait des choses extraordinaires!

Il critique aussi également certaines idées/hypothèses/théories d'historiens du temps passé comme des plus récents, démontrant des oublis, des erreurs, un manque de recherche, entre autres, tout en argumentant bien sûr. Mais a-t-il raison pour autant? Qu'est-ce qui est vrai et qu'est-ce qui ne l'est pas? On ne peut pas le savoir réellement.

J'étais obligée de comparer avec la série télévisée, qui est un de mes seuls points de repère, qui, il faut le dire, est plus une fiction qu'autre chose (je pensais qu'il y avait de vrais faits historiques mais en fait, les personnages, événements, lieux ou chronologies n'étaient pas toujours respectés, je pense notamment à l'attaque de Paris menée par Ragnar Lodbrock ou l'infiltration de Ragnar dans Paris grâce à sa "mort", en fait, ce n'était pas à Paris et ce n'était pas Ragnar mais un autre grand chef du nom d'Hastein. J'ai pu retrouvé des événements et des personnages qui sont bien présent dans la série: Ingvar, Guthrum, le roi Harald, la mort de Ragnar, l'aigle de sang infligé au roi de Northumbrie, la traversée des terres avec les drakkars sur des rondins de bois, le roi du Wessex, Alfred, Ubbe, Rollon... J'ai pu découvrir d'autres chefs vikings dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'à alors et qui pourtant ont aussi fait de grandes choses comme Ragnar et Björn: Hastein et Asgeir notamment.

C'est assez complexe, dur à appréhender, je n'ai pas été fan du format au final. Un livre à lire à petite dose car il y a bien trop d'informations à digérer mais qui reste vraiment très intéressant si l'on veut en savoir plus sur les Vikings bien qu'il ne faille pas s'attendre à en apprendre plus sur leur culture et autre, mais si l'on veut en savoir plus sur les invasions.
Merci à Babelio et aux éditions Autrement pour l'envoi de ce livre.

par MaMt
Urgence!Si l'océan meurt nous mourrons Urgence!Si l'océan meurt nous mourrons
Paul Watson   
Je suis vraiment admirative du travail qu'accomplissent Paul Watson et tous les bénévoles, de Sea Shepherd en général et je suis vraiment de tout cœur avec eux. C'est grâce à eux, à leurs combats perpétuels pour préserver la vie marine que j'ai pu comprendre la réelle importance de celle-ci et c'est aussi grâce à eux si j'ai pu ouvrir les yeux sur les atrocités, les horreurs que l'homme peut faire, dont j'étais loin de m'imaginer.

Mon but n'est pas de me lancer dans un débat, ni de critiquer ce qui est (au début) une critique de la société, du monde. Pour moi, c'est plus un cri du cœur, un état de fait, une mise au point. Ce petit livre a été fait pour interpeller les gens et les gouvernements à l'aube de la Cop21 sur ce qu'il se passe réellement dans le monde. Un cri d'alarme des écologistes pour l'océan. Et donc Sea Shepherd n'a pas peur de dire les choses, l'organisation utilise des mots forts parce qu'il le faut, il faut dire la vérité et interpeller le plus grand monde. Sea Shepherd insiste sur le fait que ce n'est pas que l'océan dont il est question, c'est la Nature toute entière, la Terre qu'il faut à tout prix protéger et donc on nous démontre l'importance de chaque espèce, de la biodiversité, des végétaux, des animaux, du microorganisme jusqu'à la baleine.

On y retrouve des chiffres, des données scientifiques, des faits réels, des explications, plein d'expressions imagées pour nous faire réaliser et comprendre.
On nous livre des solutions, tout ce qui est souhaitable, beau, magnifique, qui serait parfait mais... c'est un bien grand rêve, surtout à l'heure actuelle (certaines choses voulues sont un peu extrêmes à mon sens) mais c'est bon de les poser, de les émettre.

Ce n'est pas une lecture indispensable sans compter que chacun peut avoir son propre avis sur la question mais elle a le don de nous faire prendre conscience de l'importance des océans.

Je terminerais par ceci. On dit que les forêts sont les poumons de la Terre. C'est vrai. Mais ce sont les océans qui fournissent la plus grande majorité de l'oxygène. Alors imaginez un peu un monde sans océans... (indice: tout est dans le titre!)

par MaMt
Prends-moi à l'essai Prends-moi à l'essai
Louisa Méonis   
Pendant quelques temps, j'ai vu passé beaucoup de petites nouvelles de la collection Harlequin sur la blogosphère et les avis étaient plutôt bons, du coup, je voulais, moi aussi, tenter l'expérience en me plongeant dans une nouvelle basée sur l'univers du sport. Et avec celle-ci, j'ai vraiment été moyennement convaincue.

[spoiler]Marc a un rêve, celui de devenir rugbyman professionnel. Et en retournant pour un temps chez ses parents, il va non seulement avoir quelques soucis d'entente avec sa soeur mais aussi rencontrer Charlotte, sa meilleure amie. Et c'est le coup de foudre pour le jeune homme. Il est très troublée par cette jeune fille jolie, solitaire et réservée, avec qui il va devoir cohabiter car elle vit sous le même toit ayant des soucis personnels.
Les années passent, les jeunes femmes sont à la fac, Marc a poursuivi sa carrière de rugbyman et Charlotte n'a jamais quitté ses pensées. Il ne peut d'ailleurs plus lui cacher ce qu'il ressent (malgré le fait qu'il soit déjà en couple de son côté) pour elle mais malheureusement, ce qu'il se passera entre eux n'aura pas la même signification pour lui que pour elle, lui étant prêt à s'engager. Et pourtant... ça va devenir plus sérieux entre eux jusqu'à ce que leurs rêves ne les séparent, lui étant un sportif de haut niveau et elle souhaitant être chirurgien.
Une dizaine d'années plus tard, on retrouve un Marc de 36 ans qui vit toujours dans le passé, qui dispute le match le plus important de toute sa carrière, le dernier avant sa retraite sportive. Un Marc qui a été dévasté par sa séparation avec Charlotte mais qui a pu s'en sortir grâce à sa passion. Et c'est après ce match, qu'il va retrouver Charlotte, une Charlotte qui a refait sa vie avec quelqu'un et qui s'apprête à s'unir à lui. Mais Marc n'abandonne jamais, ce n'est pas dans sa nature...[/spoiler]

La nouvelle est écrite à la première personne du singulier (ce que je préfère) et cette fois-ci, le point de vue est masculin. ça change! D'ordinaire, dans les romances, le point de vue est toujours (ou presque) féminin.
C'est bien écrit, ça se lit très vite, trop vite comme pour toute nouvelle.
Le côté sportif est là mais je suis restée de marbre et pas parce que le rugby n'est pas un sport que j'apprécie, mais plus parce que le sport n'était pas assez mis en avant, c'était surtout secondaire, la toile de fond de la romance.
On a une alternance de temps, on passe du passé au présent et ainsi de suite, les années passent, s'enchaînent... et du coup, je n'ai pas trouvé que c'était fluide, parfois je me perdais entre les différentes époques.
Charlotte m'a énervé... franchement, un mystère, cette fille. Agaçante de par ses choix. Avoir seulement le point de vue de Marc, c'est suffisant finalement et je me suis assez attachée à lui. Au moins, il aura été honnête jusqu'à la fin, ne jouant pas avec les sentiments des autres. Limite, elle ne le mérite pas du tout.

Prends-moi à l'essai est une petite nouvelle sympathique mais j'ai déjà lu beaucoup mieux, sans compter que certaines choses dans ma lecture m'ont gêné: le sport, l'alternance du passé/présent et le personnage féminin.

par MaMt
Il était une fois dans le Nord Il était une fois dans le Nord
Philip Pullman   

Ce tome est nettement plus intéressant que le précèdent, "Lyra et les oiseaux'', plus abouti. Je ne dirai pas que l'histoire était génial mais elle était intéressante, j'ai apprécié le retour de Lee Scoresby et de Iorek Byrnisson. (J'aurais bien aimé une nouvelle uniquement basé sur les ours polaires, sur Iorek et sa vie avant qu'il ne soit banni du royaume de Svalbard. ça aurait été passionnant.)

par MaMt
Nightshade, Tome 0.5 : Les Jours Fantômes Nightshade, Tome 0.5 : Les Jours Fantômes
Andrea Cremer   
Dans cette nouvelle, Shay avait une vie normale, des amis qu'il a dû quitter pour tout recommencer à zéro à Vail. Et il va constater qu'il se passe des choses étranges, des bizarreries inquiétantes à Rowan Estate et donc il va mener sa propre petite enquête. Il brave l'interdit de son oncle: il pénètre dans la bibliothèque interdite. C'est d'ailleurs là, qu'il va trouver le fameux livres sur la Guerre de tous contre tous, livre très important dans le tome 1 de la série. L'histoire se termine par la confrontation avec le grizzly dans les bois, annonçant l'apparition prochaine de Calla Nightshade. D'ailleurs, l'extrait à la fin des Jours Fantômes correspond au premier chapitre du premier tome, Lune de Sang (Calla sous sa forme de loup protège un humain qui lui est inconnu, Shay, contre un grizzly furieux).

C'est une nouvelle centrée sur Shay, donc pour ceux et celles qui aiment particulièrement ce personnage. Ce n'est pas mon cas alors pourquoi je l'ai lue? Par curiosité et pour savoir si cela pouvait me réconcilier avec Shay... mais que nenni.

La lecture de cette nouvelle n'est pas indispensable, c'est juste un complément. ça se lit très vite mais le problème, c'est que cela paraît immensément long tellement ça n'avance pas, il y a trop de descriptions et pas assez de dialogues.

Si vous voulez lire Les Jours Fantômes, vous ne le trouverez qu'en E-book, il n'existe pas sous forme papier.


par MaMt
Petit éloge de la première fois Petit éloge de la première fois
Vincent Wackenheim   
Le titre aurait pu être trompeur comme le montre la toute première page du livre. Car l'on pense tout de suite aux premières relations sexuelles (c'est quand même dingue que telle est notre première pensée à l'évocation de "première fois"!). Or, comme va le démontrer l'auteur, la première fois peut être une multitude d'autres choses (parfois même extravagantes mais je n'en citerai pas), comme par exemple, la première fois que l'on fait du vélo sans les petites roues, la première fois qu'on tombe amoureux, la première grossesse etc...
L'auteur souhaite même que l'on fasse notre propre liste de premières fois, des plus anodines au plus marquantes, en étant sincère; deux ou trois pages blanches en fin de livre nous sont réservés, ce qui est assez sympa.

Vincent Wackenheim donne beaucoup d'exemples, je me suis demandée où il pouvait bien aller chercher tout ça! Il a une imagination débordante, une sacrée culture et j'ai bien aimé son style d'écriture (narration à la première personne du singulier) basé sur un ton moqueur, sarcastique, sur l'ironie. C'est très descriptif, ça fait réfléchir, c'est plutôt marrant, le vocabulaire est riche et précis.

L'auteur dépeint le thème de la première fois (première expérience sexuelle) en nous plongeant dans l'ancien temps, dans l'Histoire où l'on parle de la chasteté jusqu'au mariage, des sacrifices des vierges dans les mythologies anciennes...

Tout cela est intéressant au premier abord mais j'ai noté beaucoup trop de points négatifs. Au fur et à mesure de ma lecture, je l'ai trouvé trop lourde, ça devenait trop répétitif (je n'ai pas compté les mots "première fois", ça a dû être cité un bon millier de fois!) avec une sensation de méli-mélo; je n'ai rien compris aux petits dialogues disséminés dans le texte; il y a des anecdotes dont je me suis foutue royal, qui n'avaient pas grand intérêt; de plus, le point de vue de l'auteur était peut-être un peu trop présent à mon goût (j'ai appris beaucoup de choses sur sa vie, j'ai vraiment eu l'impression d'entrer dans sa vie privée, de pénétrer dans sa tête) même si cela avait un rapport avec le thème. Voilà pourquoi, j'ai passé beaucoup de pages, de chapitres même pour voir si cette étude avançait... en vain car je n'ai pas vu où l'auteur voulait en venir. D'ailleurs, même à la fin de ma lecture, je n'ai toujours rien compris...

par MaMt
Tous les soirs, jusqu'au matin Tous les soirs, jusqu'au matin
Lionel Degouy   
J'ai été contacté par l'auteur pour lire son œuvre, en e-book et j'ai accepté avec plaisir.

L'auteur parle d'amour, de liberté, du passé, des souvenirs, de la vie de couple... il parle d'amour! D'amour, d'amour, d'amour! Et il n'y a pas plus belle chose au monde. Une vraiment belle histoire d'amour.
Le personnage s'exprime par "je", qui pose son ressenti par mot pour une femme, sa femme, femme qui lui est chère, femme qu'il a perdu mais qu'il continue d'aimer.
Il y a un côté ancré dans la réalité, des questions que peut-être chacun se pose à un moment ou à un autre et c'est ce qui nous rapproche du texte.
J'ai trouvé le texte très beau, chaque mot étant percutant, trouvant écho en moi. L'écriture est belle, très poétique aussi.
J'ai été touché, j'y ai vraiment vu de la beauté et ce, même dans la douleur du personnage.
Franchement, l'auteur mérite vraiment à être connu, tellement les mots sont justes, tellement l'histoire est touchante, tellement c'est beau tout simplement.

par MaMt
99 filles 99 filles
Aurélien Poilleaux   
Dommage que cette nouvelle soit trop courte, je reste un peu sur ma faim...

par MaMt