Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par mandarine43

Extraits de livres par mandarine43

Commentaires de livres appréciés par mandarine43

Extraits de livres appréciés par mandarine43

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 16-10-2012
Tu es plaisir, avec chaque vague séparée de ses suivantes. Enfin toutes à la fois chargent. C'est la mer qui se fonde, qui s'invente. Tu es plaisir, corail de spasmes.
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
date : 16-10-2012
Après le vent c'était toujours plus beau, bien que la douleur de la nature continuât.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'infirmière [ du collège ] m'a dit exactement la même chose que d'habitude. Tu peux avoir un infarctus, t'être fait bouffer une jambe par un ours, ou avoir une hache plantée dans le front, c'est toujours pareil :
« Allonge-toi sur le petit lit et repose-toi. »
Avez vous apprécié cet extrait ? +2
date : 04-05-2012
T'écrire, ce n'est rien d'autre que faire le tour de ton absence. 
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-04-2012
Je t'attends et le monde entier est joli de mon attente.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-04-2012
' Tellement d'un bloc '

Je te désire d'un désir qui dure et qui est parfois douloureux dans le temps qui passe.

Je garde l'impression que faire l'amour avec toi, c'est, pour un bref instant, parvenir à te rassembler, réussir à mettre ensemble des images, des odeurs, résoudre quelques paradoxes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-04-2012
Après nos retrouvailles, nous avons glissé vers un état permanent du désir. Il n'y avait rien à commencer, rien à finir. Le plaisir arrivait comme par distraction et n'était pas un événement plus considérable.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-04-2012
La meilleure preuve que Tartarin n’avait pas peur, c’est qu’au lieu d’aller au cercle par le cours, il y allait par la ville, c’est-à-dire par le plus long, par le plus noir, par un tas de vilaines petites rues au bout desquelles on voit le Rhône luire sinistrement. Le pauvre homme espérait toujours qu’au détour d’un de ces coupe-gorge ils allaient s’élancer de l’ombre et lui tomber sur le dos. Ils auraient été bien reçus, je vous en réponds… Mais, hélas ! par une dérision du destin, jamais, au grand jamais, Tartarin de Tarascon n’eut la chance de faire une mauvaise rencontre. Pas même un chien, pas même un ivrogne. Rien !
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
date : 29-03-2012
Par une sorte de délicatesse ou de saisissement tenant du respect et de la pudeur, Aschenbach se détourna, comme s’il n’avait rien vu ; car l’homme réfléchi que le hasard rend témoin de la passion répugne à faire usage de ses observations, même dans son for intérieur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-03-2012
Putain de sensiblerie, qui peut savoir ce que cela pèse vraiment, 127 kilos de souffrance ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-03-2012
Ce qui frappe chez lui, c'est son enthousiasme. Il a commencé par me réclamer une dictée, parce que "c'est trop super l'ortograve" (c'est pas lui qui corrige !).
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-03-2012
– Bien, bien ! approuva Aschenbach avec cette froideur de technicien que les artistes affectent parfois pour exprimer leur ravissement, leurs transports en présence d’un chef-d’œuvre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-03-2012
- Trois mômes de deux mères différentes, tu crois que je n'ai pas assez de problèmes ?
- Et alors ? Si tu as fait trois débiles à deux tarées, tu peux m'en faire un à moi, non ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-03-2012
"Des bateaux à la mer."

Certains mettent
Les bateaux en bouteille.

D'autres jettent
Les bouteilles à la mer.

Mais la plupart du temps
On met les bateaux à la mer,
Directement.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-03-2012
On eût dit que le destin dans de graves occasions avait laissé sa griffe sur cette physionomie volontiers inclinée avec une expression de souffrance, alors qu’elle ne devait qu’à l’art un modelé qui tient ordinairement aux péripéties d’une existence agitée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-03-2012
L’insatisfaction, certes il l’avait dès l’adolescence tenue pour l’essence même, le fond intime du talent.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-03-2012
Qui ne serait pris d’un léger frisson et n’aurait à maîtriser une aversion, une appréhension secrète si c’est la première fois, ou au moins la première fois depuis longtemps, qu’il met le pied dans une gondole vénitienne ? Étrange embarcation, héritée telle quelle du Moyen Age, et d’un noir tout particulier comme on n’en voit qu’aux cercueils – cela rappelle les silencieuses et criminelles aventures de nuits où l’on n’entend que le clapotis des eaux ; cela suggère l’idée de la mort elle-même, de corps transportés sur des civières, d’événements funèbres, d’un suprême et muet voyage. Et le siège d’une telle barque, avec sa laque funéraire et le noir mat des coussins de velours, n’est-ce pas le fauteuil le plus voluptueux, le plus moelleux, le plus amollissant du monde ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-03-2012
Avec un mélange de lassitude et d’excitation cérébrale, il fut occupé pendant toute la longueur du repas d’idées abstraites, métaphysiques ; sa pensée cherchait le mystérieux rapport devant relier le particulier au général pour que naisse de l’humaine beauté, puis passa aux problèmes de l’art et du style, jusqu’à ce qu’il finît par s’apercevoir que ses idées, ses trouvailles, ressemblaient à ces inspirations du rêve qui sont d’un bonheur tout apparent, et au réveil se révèlent plates et sans valeur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-03-2012
La nuit, la flaque
prend l'étoile,
la fait naître à la terre
comme une fleur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-03-2012
- Il nous faut un miracle pour de bon, un grand miracle. Monte au ciel et parle à Dieu comme il le mérite, Dieu prend son métier trop à son aise : parce qu'il a travaillé six misérables jours, il croit que pour lui tous les jours de l'année doivent être des dimanches et des lundis. Que dirait-il, que dirions-nous, si les ouvriers le prenaient pour exemple ; Dieu fainéante trop, secoue-le de sa paresse.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-03-2012
- Qui fera ce miracle ? répliqua le Pape galvanisé par l'ardente ambition du serviteur qui fut son maître.
- La foi !
- Elle est morte.
- Morte ? Nous la ressusciterons. Pendant mille ans nous avons garrotté l'humanité sur les chevalets ensanglantés ; de nouveau nous lui tenaillerons les chairs avec des fers rougis pour que la foi pénètre en son cœur. La foi est fille de la peur, nous ferons trembler les hommes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-03-2012
Le Pape arriva à la porte du Paradis vers les onze heures du soir. Il y avait encore de la lumière dans la loge du concierge. Il frappa gentiment - pas de réponse. Il frappa rudement - Saint-Pierre s'empressa d'ouvrir. Son visage était courroucé, sa trogne rouge flamboyait ; il se promettait de lancer vertement l'intrus qui, si mal à propos, troublait sa conversation nocturne et quotidienne avec la dive bouteille.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-03-2012
- Marie ira trouver le jeune docteur qui t'a consolé, bon Joseph, reprit le Saint-Esprit ; il la calmera avec du jus cocufiant... Soigne bien ta femme, elle sera bientôt mère.
- Mère encore ! cria Saint-Joseph. Ah ! pour le coup ; je ne reconnais pas le bâtard. Je n'y suis pour rien, pas même pour les oreilles. J'en ai assez de paterniser les enfants de mon épouse. Marie repousse mes caresses afin de conserver sa virginité, et elle met bas plus de petits qu'une lapine.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-03-2012
- As-tu donc des yeux pour ne point voir ? Ne vois-tu pas que tout s'écroule ? Notre pouvoir est ébranlé, chancelant, et pourtant c'est nous qui sommes les seuls debout au milieu des civilisations en ruines, parce que nous sommes les représentants de l'esprit des temps passés, de l'esprit qui ne meurt pas, du passé qui écrase l'atome humain. Ne vois-tu pas que la bourgeoisie, cette bourgeoisie qui au siècle dernier triomphait de nous par l'esprit, le ridicule et le couperet de la guillotine, hantée par les terreurs, regarde autour d'elle et brame après un protecteur, après un sauveur ? Ne vois-tu pas que les rois, les empereurs, sentant la terre trembler se tournent vers nous ? Nous sommes l'ancre du salut, le havre de la bourgeoisie ; car nous conduisons le troupeau des humains avec la peur de l'inconnu, nous savons les paroles mystiques qui brisent les énergies, domptent les volontés et forcent la bête humaine à lâcher la proie pour l'ombre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-03-2012
[ Incipit ]

S’imaginer. Ce que c’est pour celui qui pose le dernier instant comme on pose le point, une fois la phrase achevée. Ce que c’est quand quelqu’un s’en va.
Raccrocher une dernière fois le téléphone, repousser une dernière fois la chaise sous la table, une dernière fois saisir le manteau suspendu près de la porte.
Ce que c'est quand quelqu'un s'en va, mais avant, fait quand même ce qu'il fait tous les jours, tous ces gestes anodins qui ont soudain quelque chose de définitif, laver la vaisselle, ranger le linge dans la commode, éteindre le poste de radio.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-03-2012
Quand quelque chose nous manque, lui avait dit Mara un jour, quand quelque chose nous manque, ce sentiment devient avec le temps bien plus important que l'objet du manque lui-même. Avec les années, on a laissé grandir et croître la place vide, on l'a laissée devenir bien plus grande que ce que la réalité pourrait offrir pour la remplir. C'est horrible que l'on fasse tout pour se rendre le bonheur impossible, tu ne trouves pas, avait demandé Mara.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4