Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Manon_Slrt : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Shining Shining
Stephen King   
Je me suis enfin décidé à lire ce livre que j'avais dans ma PAL, voulant connaître l'origine d'un film tel que Shining, de Kubrick. Et, sachant que c'était SK, je savais que j'allais apprécier, et j'étais curieux de voir ce qui différenciait le roman du film, ayant déjà lu King parler à ce sujet.

Et bien, j'ai été ravi. Le film ne semble en fait être qu'un survol superficiel et raccourci du livre, où Kubrick a pris les passages qui l'intéressaient et omis certaines détails pour au final réaliser un film d'horreur excellent.
Mais le roman est beaucoup plus, comme tous les SK, qu'un banal livre d'horreur.

Tout d'abord, le personnage de Jack Torrance, dont on apprend les origines sombres et le terrain favorable à certaines faiblesses dans sa personnalité qui le rendent instable dès le départ. La psychologie est très bien retranscrite, et on comprend les personnages, leurs relations, leurs souffrances et leur amour. On insiste aussi sur Danny, cet enfant qui possède un pouvoir étrange ; qui dans le film passe presque inaperçu, ou en tout cas ne sert à rien. Ici, c'est bien le pouvoir de Danny qui est en cause, et qui prend une importance primordiale. Et enfin, Wendy, qui dans le film ressemble à une poupée de chiffon, dont on apprend à connaître la mère, avec elle aussi ses faiblesses, et ses forces. Car ici, personne n'est en dehors de l'intrigue, et tous les facteurs vont jouer un rôle dans le déroulement des évènements, et dans la vie de chacun.

L'histoire insiste beaucoup sur les problèmes de dépendance de Jack à l'alcool. On apprend à le connaître, à connaître ses ressentis, ses tentations et ses colères contre lui-même. Loin des stéréotypes et idées reçues, c'est ici une image de l'alcoolique nuancées et grise - ni noire, ni blanche. La victime, dépendante, faible face à l'alcool, et plus encore quand les choses vont mal. Des faiblesses qui en feront l'acteur le plus manipulable dans ce jeu de marionnette dont des forces maléfiques tirent les ficelles.

Ce SK est celui je pense qui m'a fait le plus peur - dans la mesure où un roman peut faire peur -, j'ai ressentis des frissons, je me suis laissé aller avec plaisir à l'angoisse, me prenant à l'empathie de cette famille, bloquée dans ce cauchemar incontrôlable.

Et enfin, j'ai été ravi par la fin, non pas parce qu'elle m'a plu, mais parce que le film ne laisse rien deviner de la fin du roman. En bref, si vous avez vu le film, c'est comme si on vous avait résumé l'histoire dans les grandes lignes (ce qui est souvent le cas) avec une fin imaginée par quelqu'un d'autre.
Pour Hannah Pour Hannah
Dominique HENRY   
"Pour Hannah" de Dominique Henry. 1943 le vel d'hiv, Sarah est déportée avec ses jumeaux et son mari. Les jumeaux ont caché leur petite soeur sur le toit de la maison. ils sont tous envoyés à Auschwitz et Sarah ne tient que par l'espoir de retrouver son bébé Hannah et ce faisant tient un journal sur un petit carnet.Pendant ce temps Joseph Meyer doit mener un projet en temps que psychiatre dans ce camp concernant les soldats allemands. on a dans ce livre le vécu de deux personnages que tout oppose dans ce camp et qui ne se rencontreront pas jusqu'au jour où Joseph trouve le carnet de Sarah ce qui deviendra une quête pour lui. un livre qui aborde la déportation et l'horreur des camps, avec aussi une vision du côté allemand en même temps. à lire absolument, on ne pose pas le livre tellement on est pris par cette histoire

par veroche62
L'enfant trouvée L'enfant trouvée
Louis Mercadié   
l'avis d'Esméralda :

Je dois avant tout vous signaler que c’est une véritable fiction même si la frontière avec le témoignage est ténue. Une fiction qui se déroule tout au long du 19e siècle sur fond historique. Une fiction bouleversante. Une fiction où l’espoir est omniprésente, celui de retrouver son identité, celui d’affirmer sa place dans une société encore patriarcale. Une fiction aux allures de combats, encore d’actualité, ceux de l’émancipation de la femme. Un combat qui prend tout son sens au cours du 19e siècle, précurseur du mouvement féministe. Une fiction qui m’a touchée au delà des mots, qui rappelle que seules des dizaines d’années nous séparent.


Noëlle est une enfant trouvée. Abandonnée par sa mère sur le parvis de l’église de Saint-Geniez-d’Olt en Aveyron, son enfance se déroule au grès des travaux de l’orphelinat. Les tâches deviennent de plus en plus ardues tout en grandissant. Noëlle ne connaît pas l’insouciance de l’enfance, très tôt elle prend conscience que sa condition ne lui autorise aucun faux pas. La survie par le travail. Noëlle est une enfant joyeuse, avenante, combative, curieuse, travailleuse, malicieuse, bienveillante. Elle ne rechigne jamais à la tâche. Son sourire illumine son visage trahissant la dureté de sa vie. Cette dernière est un sacré parcours du combattant, l’époque voulait ça. Mais sa bonne étoile l’a merveilleusement bien guidée. L’enfance laisse place à l’âge à adulte. La rencontre de Mathieu, jeune compagnon, lui permet de quitter l’orphelinat. Elle le suit au grès des travaux, traversant petits villages, ils vont arriver à Nîmes où il s’établissent pour plusieurs mois et le quittent à tout hâte lorsqu’une épidémie de choléra frappe la ville. Leur errance est faite de rencontres charitables, merveilleuses. Noëlle apprend à écrire et à lire auprès d’une perceptrice. De travails en travails éreintants, elle est toujours aussi curieuse. Elle apprend à faire naitre les agneaux. Leur errance va les mener à Lyon où Matthieu est attendu pour un grand chantier à l’église Saint-Martin, de l’antique abbaye d’Ainay. L’idée de retrouver ses parents taraude de plus en plus Noëlle, sur les préconisations du baron Charles de Saint-Amédée, elle va rejoindre un groupe de bohémiens vivant non loin de Lyon. Cette communauté va l’accueillir chaleureusement et l’aider à obtenir les réponses. Malheureusement, le sort va frapper sa vie et la mort apporter son cher Mathieu. Elle rejoint définitivement la communauté de bohémiens où elle approfondit ses connaissance en matière de médicamentation et d’accouchement. Bien des années plus tard, elle décide de monter à Paris afin de chercher sa mère qui aurait été aperçu non loin de Notre Dame de Paris. Elle y découvre le Paris pauvre, les nuits froides, la mendicité, le rejet, les petits boulots, la prostitution, les hospices ; et puis une nouvelle rencontre, Théodore Chassériau, qui lui fait découvrir le Paris luxurieux, artistique. Bien d’autres rencontres mouvementeront sa vie, la menant aux barricades de la Commune, la faisant vivre l’enfer du siège des Prusses, la plongeant davantage dans le Paris des indigents, la menant à des combats d’une envergure qui ne seront entendus que des années plus tard.


« L’enfant trouvée » est une histoire tellement magnifique. Une histoire qui résonne comme une vérité oubliée. Une histoire engageante. Des aventures plus ou moins heureuses. Une quête intense, époustouflante au fil d’années torturées. Le diaporama d’une femme précurseur d’idées, combative et engagée. Une histoire simplement merveilleuse.


La plume de Mercadié n’a rien à envier aux plus talentueux. J’ai apprécié le fait que la fiction soit vraiment ancrée dans les faits historiques du 19e siècle. Qu’elle soit ponctuée de rencontres de véritables hommes et femmes qui ont façonné ce siècle.


Il y a très longtemps que je ne m’étais pas plongé dans ce genre de roman. J’y ai retrouvé tout ce qui peut me transporter : une héroïne haute en couleur, une atmosphère fidèle à l’époque et un message sublime.


Ce roman est juste sensationnel ! A découvrir !
La ferme aux maléfices La ferme aux maléfices
Édouard Brasey   
https://egideofbooks.blogspot.com/2018/06/67-la-ferme-aux-malefices.html

Merci aux éditions De Borée pour leur envoi.

Je suis plutôt mitigée face à ce roman. Pourquoi ? D’un côté nous avons des faits qui sont trop prévisibles donc cela peut gâcher nos surprises et de l’autre parce que l’auteur s’est inspiré d’une histoire vraie et que cela peut changer la donne sur le fait de voir l’histoire.

Comme je viens de l’écrire, ce roman est inspiré d’une histoire vraie : une famille qui a été massacrée en 1928 dans cette ferme. Géraldine voit un nouveau départ mais celui-ci va transformer radicalement sa vie, ses croyances et même se transformer en un véritable ...
Abigaël, messagère des anges, tome 3 Abigaël, messagère des anges, tome 3
Marie-Bernadette Dupuy   
Abigaël posa la lampe pour ouvrir la trappe. Tout de suite, elle entendit des voix dans la pièce située au-dessus de la cave.
- Vite, vite ! dit-elle.
Ils furent rapidement au milieu des vestiges de tonneaux et des débris de caisses en bois. Une vive lumière les aveugla, qui mit en relief les barreaux de l'échelle.
- Vous êtes en retard, gronda quelqu'un. Montez !
De l'inconnu, qui brandissait une lampe en bon état de marche, Abigaël distingua des traits burinés soulignés par l'éclairage. Un autre homme se tenait en arrière, coiffé d'un chapeau.
- Adieu, mademoiselle, soupira Isaac Goldstein, déjà parvenu au milieu de l'échelle.
Armand se hissa à son tour. Elle le vit échanger des poignées de main avec ceux qui les accueillaient. Son rôle s'achevait là, Marie de Martignac lui ayant recommandé de rebrousser chemin aussitôt. Elle hésitait pourtant à sortir de la cave, toute surprise d'avoir réussi. Il n'y avait pas eu d'incident. Quelqu'un lui souffla sèchement qu'il refermait la seconde trappe. Abigaël se retrouva dans l'obscurité totale, car elle avait éteint sa lampe.
Un bruit sourd l'alarma : les hommes poussaient quelque chose sur l'ouverture, sûrement pour la dissimuler. "C'est sans aucun doute le coffre que j'ai vu dans un coin de la pièce la première fois que j'ai emprunté le souterrain.....
Mais ils sont stupides ! Il ne faut pas bloquer cette issue. Si nous avons besoin d'aller en ville par là, nous ne pourrons pas ôter ce meuble."
Elle fut sur le point de leur signaler ce fait, mais, comme il pouvait s'agir d'un ordre de Marie de Martignac, elle renonça. Il suffirait de le dire à son oncle ou au professeur, à son retour. L'un ou l'autre saurait quoi faire pour arranger les choses. Elle s'apprêtait à quitter le réduit lorsque des appels gutturaux la figèrent sur place.
"Des Allemands !"
Son sang se glaça et son cœur manqua un battement. Presque aussitôt, les détonations d'un tir fourni éclatèrent. Des cris de douleur s'élevèrent. Le vieux plancher au-dessus d'elle vibra, heurté par des pas lourds et des piétinements. Paralysée, le souffle court, elle perçut bientôt des bruits de moteur qui dominaient d'autres paroles aboyées en allemand.
"Ce n'est pas possible ! se répétait-elle. Mon Dieu, ce n'est pas possible! Je les ai conduits droit dans un piège, un piège mortel, peut-être !"
Abigaël, messagère des anges, tome 2 Abigaël, messagère des anges, tome 2
Marie-Bernadette Dupuy   
Mars 1944. La guerre n’en finit plus. La résistance s’accentue, opposant les miliciens d’Angoulême, les soldats allemands, et les «  combattants de l’ombre   » dont fait partie Adrien, le jeune homme qu’aime Abigaël de tout son cœur. Cependant, en ces temps troubles, les sentiments sont étouffés par la mort qui rôde.

La messagère des anges revoit enfin la belle dame brune du Moulin au loup qui s’est réfugiée au Château de Torsac avec Sauvageon. Du moulin, il ne reste que des murs noircis et des cendres. Claire, cruellement éprouvée par la mort de Jean, aspire à retrouver sa famille. Abigaël, qui la chérit tendrement, tente de la consoler et lui promet de faire des miracles.

À la suite de ce serment, des figures du passé réapparaissent, mais aussi des ombres de l’au-delà. D’ailleurs, grâce à un esprit bienveillant qu’elle croit être sa mère décédée, la jeune femme trouve une clé qui permet d’espérer un avenir meilleur. Malgré les épreuves cruelles que les autorités civiles lui font subir, Abigaël aura-t-elle enfin la chance de vivre sans réserve son amour pour Adrien  ?
Abigael Messagère des Anges tome 1 Abigael Messagère des Anges tome 1
Marie-Bernadette Dupuy   
n très beau premier tome comme Marie -Bernadette sait si bien les écrire, si ce tome 1 comporte peu d'actions, l'histoire est très belle.Abigael est une jeune fille adorable et courageuse, elle a un don et aide les âmes égarées, c'est sa tante qui l'a élevée après le décès de sa mère et elle a sacrifiée sa vie pour cet enfant qu'elle considère comme la sienne, elle est même un peu trop possessive et refuse de la voir grandir, c'est une histoire qui se lit facilement
Abigaël, Messagère des anges, tome 4 Abigaël, Messagère des anges, tome 4
Marie-Bernadette Dupuy   
Abigaël scrutait les traits de son mari pendant qu'il s'asseyait au bord du lit. À cet instant, il devenait un parfait étranger qui n'évoquait ni Adrien ni le Maxence attentionné et gai de leurs premières rencontres. Elle eut l'impression pénible d'être en présence d'un homme qui s'était introduit là, dans sa chambre, dans le but de commettre une mauvaise action.
- Tu te lies d'amitié avec ta garde-malade, dirait-on ! dit-il en lui caressant le genou sous la barrière du couvre-lit en satin brodé. Ma chérie, j'ai bien réfléchi depuis notre retour du château. Nous devons commencer une vraie vie conjugale.
- Je ne suis pas prête, Maxence, je veux dire du point de vue médical. Ça ne fait que dix jours environ.
- Plutôt douze, Abigaël ! rectifia-t-il. Fais-moi plaisir ! Je ne te demande pas grand-chose. Je veux te voir, te contempler, afin d'être sûr que je ne rêve pas, que tu es vraiment mon épouse.
Abigaël Messagère des anges - Tome 5 Abigaël Messagère des anges - Tome 5
Marie-Bernadette Dupuy   


Le bonheur est un long chemin...


Deux jours avant la Noël 1944, à Angoulême, Abigaël croise le regard d’Adrien, ce jeune maquisard qui fut aussi son grand amour et qu’elle croyait mort à Paris. Entre les anciens amants, les retrouvailles sont intenses, bouleversantes. Mais voilà, Abigaël est maintenant mariée à un autre. Après une scène d’une rare violence avec son époux Maxence, elle prend la décision ferme de divorcer et de retourner auprès d’Adrien. Rendu fou de jalousie et de fureur, Maxence ne se résout pas à renoncer à son épouse adorée. Il est prêt aux pires extrémités…
Abigaël parviendra-t-elle à déjouer les tours du destin et à renouer avec la félicité qui régna un temps sur la vallée ?
Personne n'a oublié Personne n'a oublié
Stéphanie Exbrayat   
Sans intérêt. Écriture fade sans relief.