Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de manonadore : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Secret d'Ombres Secret d'Ombres
Marina Anderson   
Depuis la mouvance horriblement nommée Momy porn, il semblerait que les éditeurs se bousculent dans de sombres placards pour en sortir des petites oeuvres érotiques passées inaperçues jusqu'alors auprès d'un public français, ce qui n'est pas pour déplaire à certains auteurs, pourvu que le public suive. Celui-ci écrit en 95 n'est pas dénué d'intérêt puisqu'il oscille entre désirs sombres et lumineux, flirtant avec des interdits sans être jamais glauque ni rasoir malgré toutes les scènes érotiques décrites de manière détaillée, toutes surprenantes et variées.

Harriet assistante de direction fiancée à James, beau et riche banquier rend sa bague de fiançailles par ennui et peur du lendemain routinier sans réelle passion. Ella sa meilleure amie, la pousse à postuler suite à une annonce pour un emploi temporaire auprès de Rowenna Farmer, actrice américaine glamour de passage en Angleterre. Harriet va mettre le pied dans un engrenage de désirs sensuels que son insatisfaction latente l'a poussée à tenter au sein de cette étrange famille Farmer. L'époux Lewis, qui l'attire d'emblée, semble diriger les fantasmes de son épouse et de son demi-frère qu'il va mettre en scène en y incluant leur nouvelle employée.

Tous les quatre vont plonger dans une débauche de luxure, braver des tabous qui ne laisseront pas le lecteur indiffèrent, car il se dégage de la plume de l'auteur une réelle force et un tel talent qu'elle parvient à ne jamais nous dégoûter, à toujours nous interroger sur ce qu'il se passe dans leur intimité, et elle développe subrepticement des sentiments naissants entre certains protagonistes. Car toujours en équilibre sur le fil de l'inacceptable, Harriet sait refuser ce que son coeur ne peut accepter, obligeant ainsi les autres participants à se révéler, se dévoiler. Il y a donc une réelle évolution chez tous ces personnages, notamment au niveau de l'héroïne qui se cherchait au départ, et qui trouvera bien plus que ce que nous étions en droit d.attendre de cette histoire...

C'est un roman érotique osé et sulfureux qui nous est livré, à ne pas mettre entre toutes les mains puisque les scènes sont explicites et certaines n'hésitent pas à côtoyer l'inceste qui pourrait choquer, mais qui pourtant étrangement passe toujours ici. Le style vocatif est engageant et donne un ton moderne à l'ensemble, même si on se demande s'il témoigne d' un certain vécu de l'auteur, ou si ce n'est que pure fiction, rien de dérangeant en somme..'

par Seregan
Le Sanctuaire de la Soumission Le Sanctuaire de la Soumission
Marina Anderson   
Alors soyons clair ce livre n'a aucune ressemblance avec celui qui a enthousiasmé tant de lectrices. Ce roman de Marina Anderson (écrit en 2000) s'adresse non pas à des lectrices ayant découvert l'érotisme avec FSOG, mais à des femmes comme moi qui connaissaient déjà ce genre et qui pourraient comprendre la recherche de l’héroïne. Ce n'est pas une romance érotique mais un roman érotique avec un personnage féminin qui assume sa sexualité mais qui n'arrive pas à trouver un compagnon qui la satisfasse vraiment. Dans ce récit l'accent est mis sur les relations sexuelles des personnages et non sur les sentiments qui découleraient d'une forte attraction. Les scènes sont détaillés et explicites, certaines pourraient être choquées par la crudité des expériences de Nathalie notre protagoniste et même se sentir dans la position d'une voyeuse.

Nathalie est une femme qui a réussi, qui ne vit que par son travail, ce n'est pas une jeune fille innocente mais une femme qui a peu de temps à investir dans les relations et qui surtout ne lâche pas prise, c'est une donneuse d'ordre, une femme autoritaire dans son job comme dans un lit et les hommes qu'elle rencontre n'apprécient pas beaucoup. Elle cherche à changer son comportement dominateur afin de créer une relation durable, lorsque sa meilleure amie lui parle d'un lieu où elle a appris à céder le contrôle a son partenaire elle est intriguée et décide d'essayer ce séminaire durant deux weekend.

Son tuteur au "Sanctuaire " est Simon, dès qu'il rencontre Natalie, celui-ci lui fait savoir après sa première expérience qu'il n'est pas sûr que la retraite sera en mesure de lui venir en aide car il est fort probable que trop dominante elle n'est pas capable d'apprendre la soumission et les plaisirs qui en découlent. Si Nathalie l'admet car la soumission n'est pas un mot qui figure à son vocabulaire et encore moins dans sa vie, la forte attraction qu'elle ressent pour son tuteur et surtout sa fierté la fait rester au sanctuaire. La jeune femme va découvrir qu'il y a une très mince ligne entre le plaisir et la douleur et trouver de nouvelles manières sensuelles et érotiques d'atteindre le plaisir sur des voies inconnues et inattendues dans les relations intimes avec son partenaire. Si Nathalie développe des sentiments envers son professeur, Simon quant à lui le nie longtemps, puis lorsqu'il finit par les admettre une certaine relation s'établit malheureusement la fin est tellement brutale que vous n'en avez qu'un léger aperçu.

Malgré le côté torride voir quelque peu pornographique pour certaines scènes décrites de ce livre, l'idée principale est intéressante. Il est très crédible que des hommes et des femmes reconnus dans leur travail soient tellement absorbés par celui ci et la conquête d'un pouvoir toujours supérieur, qu'ils ne peuvent concevoir de se laisser aller dans une simple relation et trouver la satisfaction sans dominer. La solution proposée par Marina Anderson quoique qu'elle puisse sembler perverse est assez réaliste; l'héroïne apprend beaucoup sur ses envies et sur son plaisir avec la pratique du SM mais ne devient pas une personne différente pour autant. C'est un point que j'ai apprécié chez l'auteure, le caractère des personnages ne change pas, ils reprennent tout simplement leur vie avec une sexualité différente, au contraire de la romance érotique où le héros/l'héroïne se transforme radicalement sans véritable crédibilité.

Ce livre est très facile à lire, le récit est fluide et il n'y a aucun temps mort, les pages se tournent très vite car vous avez hâte se savoir à quelles expériences Nathalie va être soumise et comment elle va réagir. Au final je dirais que c'est une lecture ludique pour quiconque s'intéresse à l'érotisme, ne se choque pas facilement et ne crie pas au pornographique dès que la scène comprend plus de deux personnes ou ne pratique pas que la position du missionnaire.

Je voudrais de nouveau mettre en garde : cette histoire comprend de nombreuses scènes de sexe très explicites et variées, absolument rien n'est laissé à l'imagination de la lectrice et si le personnage principal ressent des sentiments ce n'est en aucun cas développé ni le propos. Malgré ce que dit la couverture, ce livre ne ressemble en rien à ceux de EL. James alors ne comparez pas, ne venez pas crier au scandale .


par samba
Journal d'un loser Journal d'un loser
Jesse Andrews   
Tout d'abord, laissez-moi vous dire que le résumé ne fait pas honneur au livre.
Alors pas du tout, même!!!
J'avais commencé à le lire lorsque je me suis dit, "ah, tiens, why not, lisons le résumé". Oui, bon je sais, je ne suis pas toujours très fute-fute, mais là n'est pas la question. Ou peut-être bien que si, mais on s'en... contre-tamponne.
Donc je me suis dit "Euh... on parle bien du même bouquin?!" Parce que l'ambiance du livre fait complètement défaut. Si j'avais lu le résumé avant de commencer, ça m'aurait séchée comme... une pastèque. (ne me demandez pas pourquoi une pastèque, en plus j'suis sûre que ça sèche pas, une pastèque, ou que la coque, oh et puis je raconte n'importe quoi, comme d'hab!)


Je ne savais pas à quoi m'attendre, avec ce Journal d'un Loser. Il s'agissait d'un livre que j'avais gagné par concours sur la page Facebook de la collection Territoires (j'étais contente, hehe), et... bah j'étais intriguée, quand même!
La couverture déjà était totalement différente du style que Territoires prône en temps normal.
Enfin bref, maintenant que vous avez toutes mes réflexions qui ne vous intéressent peut-être même pas sur ce bouquin, je peux passer à l'avis en lui-même.


C'est une surprise.
Une surprise dans beaucoup de sens. Pourquoi? Parce que ce livre est bourré d'humour, ce que j'aime à un point difficilement imaginable, j'ai parfois éclaté de rire face à un situation que l'on se doit de qualifier de cocasse.
Greg a vraiment la lose, parfois, je l'admets. Non, mais vraiment!
Et il le prend avec dérision, et c'est juste extra!
On en rit, même si lui, il n'en rit pas du tout.


Et de l'autre côté, si on regarde l'histoire en elle-même, elle n'a pas de visée moralisante, ni rien, comme Greg le précise d'ailleurs au tout début du livre. On s'y attend, même si j'admets quand même que si on chercher bien (oui, je titille et je veux la tite bêbête!!!), on peut trouver des visées moralisantes ou des penchants vraiment altruistes à Greg (qu'il a plus que légèrement tendance à réfuter). Sans compter que certains points peuvent carrément devenir dérangeants.
Oui, dérangeants! On parle de tout, dans ce livre. Mais VRAIMENT de tout!
Et l'humour qui est toujours présent permet de tout traverser, parfois plus ou moins bien, mais cette spontanéité, je l'avoue, m'a plue. Parfois, c'est craignos. Parfois, c'est... c'est pas cool, quoi.
Néanmoins, permettez-moi le commentaire suivant: la lose est rarement fun. Elle a plutôt tendance à être craignos du début à la fin. Surtout si on la vit!
Enfin.


On pourrait se poser plein de questions sur ce livre. Pourquoi l'avoir écrit? (question pertinente, à mon avis) Quelle visée? Enfin, on a toujours des questions en suspens. Mais même si ce livre peut déclencher controverses et bipidi blabla, comme disent les Etats-Uniens, c'pas grave! C'est original, et malgré quelques passages cassants, on va dire, je l'ai apprécié.

Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage
Maya Angelou   
C'est un professeur d'anglais au lycée qui m'a fait découvrir Maya Angelou avec le poème "Still I Rise". En parcourant les étagères de la bibliothèque universitaire, je suis tombée sur son autobiographie dont je vous parle aujourd'hui, et en souvenir de ce bien-aimé professeur, je l'ai empruntée pour les vacances.
Marguerite Johnson est élevée par sa grand mère dans l'Arkansas, dans le Sud ségrégationniste, avant de rejoindre à 13 ans sa mère en Californie.
Ce livre m'a fait penser à Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee ; sauf qu'ici, on a le point de vue non pas d'une petite fille blanche mais d'une petite fille noire, au quotidien rendu plus difficile par le contexte ségrégationniste.
Ce roman retrace les vingts premières années de la vie de l'auteure : le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle a eu une vie mouvementée, passée à exercer toutes sortes de métiers et d'activités plus ou moins légales. Elle a eu à traverser des épreuves très dures, et je suis admiratives de la force de caractère dont elle a fait preuve pour les traverser. déjà par la couleur de peau en plus du fait d'être une femme dans les années 1930, Maya Angelou a été confrontée tantôt au racisme, tantôt au sexisme.
C'est un récit bouleversant mais haut en couleur ; heureusement, elle a aussi des moments de joie, et certains épisodes de sa vie ne manquent pas de piquant. Elle a été influencée par de fortes personnalités comme celle de sa grand mère paternelle, de sa mère et de son frère aîné.
Le début a été un peu laborieux, j'avais du mal à accrocher. L'écriture est indéniablement très poétique, Maya Angelou sait manier les mots et ça se ressent même jusque dans la traduction. On sent à travers sa plume un tempérament passionné et obstiné, et elle réussit sans trop de peine à nous immerger dans l'histoire de sa vie.
En bref, ce roman est une très jolie découverte, même si ce n'est pas un coup de coeur. Maya Angelou est une auteure à découvrir, qui reste relativement peu connue en France mais qui mérite la reconnaissance qu'elle a finalement acquis aux États Unis, avant son décès en 2014.
Lady B Lady B
Maya Angelou   
Je rejoints totalement le commentaire précédent car en effet ce livre donne envie d'en savoir plus sur Maya Angelou et est une bonne accroche pour ceux qui n'ont lu aucun de ses ouvrages et je vous encourage tous à le faire !
Par contre, pour ceux qui comme moi ont déjà lu ses livres, celui-ci n'apporte rien de plus finalement, il s'agit plutôt d'un condensé de souvenirs de Maya Angelou sur les moments marquants vécus avec sa mère. Je m'attendais à plus d'émotion finalement, à plus de détails sur certains passages.
Et certes, Maya Angelou et sa mère, étaient de sacrés personnages !
Un amour impossible Un amour impossible
Christine Angot   
Je suis passé par de nombreux sentiments en lisant ce livre. Je l'ai classé dans "Lu aussi" car je n'en garderais pas un mauvais souvenir même si l'écriture a été mon plus gros souci.
Je ne dirais pas qu'elle écrit mal, car ce serait mentir. Christine Angot a une façon unique d'écrire, et on y adhère ou pas.Pour ma part, ce sera la seconde option. Son écriture est trop saccadé, trop rapide et sèche pour moi et ses discours à base de répétitions, je trouve que c'est insupportable. J'ai d'ailleurs failli lâcher le livre à plusieurs reprises lors des passages de discours tant l'écriture me tapait sur les nerfs.
Mais je ne l'ai pas fait car le fond m'intéressait et le personnage de la mère est tellement mystérieux que je voulais en savoir plus.
Et au final, je suis ravie de l'avoir terminé puisque les dernières pages de dialogue entre les deux femmes ont permis beaucoup d'éclaircissements, et j'ai trouvé sa manière de traité le sujet tout au long du livre très intéressant.
Car il ne s'agit pas uniquement d'un inceste, mais surtout d'une relation mère fille. Car c'est ça pour moi, qui a vraiment primé dans le livre.
J'étais mal à l'aise lorsqu'on lisait les lettres du père. Cet homme m'a filé une angoisse malsaine tout au long du roman.
Ce livre ne m'a donc pas laissé indifférente même si je ne peux pas non plus dire que j'ai aimé, cependant, je suis contente de l'avoir fait, car cette auteure a du potentiel.
L'Inceste L'Inceste
Christine Angot   
Du grand délire de névrosée : elle devrait aller voir un psychiatre au lieu d'étaler sa fange sur de belles pages blanches !! et dire qu'on lui donne une tribune !!
Pas Liev Pas Liev
Philippe Annocque   
Un livre entre réel et irréalité,Liev nous emporte dans sa folie,sa confusion...Un livre rythmé, une belle découverte.


par MiLn
Le Roman du Renard Le Roman du Renard
Collectif   
Un magnifique livre du Roman de Renart (duplication d'un fac similé de 1909). Pages et colorisation des dessins vieillies donnant un aspect suranné très plaisant !
Les Mille et Une Nuits Les Mille et Une Nuits
Anonyme   
Très chère Sherahazad... au fil des nuits cette conteuse hors pair, nous emmène, nous emporte et nous immerge sans cesse dans de plus incroyables histoires, toutes plus fantastiques et fascinantes les unes que les autres.
Un excellent livre de chevet!

par ccmars