Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Manonee03 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Harry Potter et l'Enfant maudit Harry Potter et l'Enfant maudit
John Tiffany    Jack Thorne    Joanne Kathleen Rowling   
Pour une Potterhead impatiente de lire une nouvelle histoire dans ce merveilleux univers... c'est une énorme déception. Je ne sais même pas par quel point commencer.
Les personnages. J'ai aimé Albus et Scorpius. Le reste... c'est du grand n'importe quoi. J'ai eu l'impression de lire une mauvaise fanfiction écrite par un enfant n'ayant absolument pas compris l'essence des personnages.
Concernant l'histoire maintenant. On prend un semblant d'histoire, des éléments canon, et on fait un mélange absurde. L'histoire entière repose sur une énorme incohérence. Le plot twist final concernant un personnage est pire que ridicule, ça frise le deus ex machina de pacotille d'un écrivain en mal d'inspiration et cherchant désespérément à finir son scénario.
Une fois de plus, les Maisons sont sous-représentées, deux Serpentard ok, ça ça me plaît (bien que...), et le reste à Gryffondor. Euh, Poufsouffle et Serdaigle, ça existe aussi vous savez. Et en plus, le seul Poufsouffle qui était un minimum développé ? Pas de souci, on déforme totalement son caractère ! C'est juste stupide. Parlons de Serpentard. Nous sommes 19 ans après la Bataille de Poudlard. 19 ans après la guerre. Et surprise surprise, Serpentard est toujours la maison du Diable ! Waw, quelle évolution. Je vais faire une comparaison un peu risquée, mais après la Seconde Guerre Mondiale, les choses ont changé. Les points de vue ont changé. Il y a eu une évolution de la pensée. Là... rien.
Le Retourneur de Temps. Son utilisation est totalement ABSURDE. Ça va à l'encontre de TOUT ce qu'on a appris sur leur utilisation.
Je ne vais pas m'étendre plus, mais le tout forme une masse totalement absurde et dénature le canon de l'univers d'Harry Potter tel qu'on le connait. Des petits détails m'ont fait grincer des dents comme pas possible, comme l'histoire avec la dame au chariot.

Une immense déception. Je suis passé de l'incrédulité au désespoir, et je regrette ma lecture, ce que je pensais ne jamais dire au sujet d'un livre en rapport avec Harry Potter.

par Stormy
La racine carrée de l'été La racine carrée de l'été
Harriet Reuter Hapgood   
http://wandering-world.skyrock.com/3280214272-LA-RACINE-CARREE-DE-L-ETE.html

LA RACINE CARRÉE DE L'ÉTÉ est une très belle lecture, un roman vraiment émouvant qui nous permet de totalement changer d’air. Je me suis énormément attaché à Gottie et me suis également très souvent retrouvé en elle et en son hypersensibilité. Elle ressent tout puissance mille et nous permet par la même occasion, à nous lecteurs, d’explorer intensément une foultitude d’émotions différentes. Harriet Reuter Hapgood nous offre ici, sur fond de mathématiques et de trous noirs, une jolie leçon d’espoir. Un récit sur comment tourner la page après avoir connu un chagrin si puissant qu’il vous a anéanti qui m’a pris aux tripes.

Tout d’abord, Gottie, notre héroïne, est vraiment une jeune femme que j’ai immédiatement appréciée. Elle sait trouver les mots justes et parfaits pour décrire tout ce qui lui traverse le cœur et la tête et c’est une qualité que j’ai énormément aimé chez elle. Elle aime savoir quelle direction elle va prendre et comment les choses vont tourner. Elle est réfléchie, mûre et parfaitement capable d’avancer toute seule. Néanmoins, lorsque d’étranges absences comment à se manifester et au cours desquelles elle perd toute notion du temps, on découvre une adolescente déchirée, morcelée et abattue. Cette dualité en elle m’a vraiment bouleversé. J’ai été très ému par certaines de ses réflexions. Gottie sait prendre du recul lorsque cela est nécessaire mais elle absorbe également tous les sentiments du monde. On la sent à fleur de peau, prête à imploser ou exploser émotionnellement et cela la rend à la fois fragile et fascinante. Gottie se cherche et fait tout afin d’éviter de se noyer dans le torrent de mélancolie qui se déploie en elle. Elle se raccroche à ses espoirs perdus, ses amours qu’elle pensait éternelles et, surtout, aux mathématiques et aux sciences.

En effet, LA RACINE CARRÉE DE L'ÉTÉ est peuplé de références scientifiques au sujet de l’espace et de la matière qui m’ont absolument époustouflé. Je suis un grand amateur de découvertes dans ce domaine-là et ce roman a complètement comblé mes attentes à ce niveau. L’auteur sait précisément de quoi elle parle et ses épisodes mathématiques ou au sujet de l’univers s’imbriquent parfaitement au sein de son récit. Afin de ne pas perdre la tête, Gottie va tout faire pour s’ancrer dans le réel et la stabilité et toutes ses recherches et calculs vont l’aider à avancer. J’ai vraiment adoré ce concept qui apporte à la fois une touche de fraîcheur au roman mais qui le rend également unique et vraiment intrigant.

De plus, LA RACINE CARRÉE DE L'ÉTÉ, c’est de la mélancolie et de la nostalgie à l’état pur. C’est le point qui m’a le plus marqué et renversé, je crois. En effet, Gottie doit surmonter de lourdes épreuves et son chagrin est omniprésent et pesant. Ce livre nous permet vraiment de traverser, avec elle, une sorte d’océan de tristesse qui nous paraît infini quand on entame les premiers chapitres. Je me suis très facilement identifié à elle grâce à cette émotion particulièrement forte qui l’obsède et l’oppresse. La vie semble avancer mais Gottie fait du surplace. Elle refuse énormément de choses et peine à accepter d’autres. Elle doit passer d’un ancien chapitre à un nouveau et cette transition est extrêmement difficile. Gottie se perd, échoue, se noie, souhaite disparaître puis reprend espoir sous nos yeux et c’est un spectacle qui m’a coupé le souffle. LA RACINE CARRÉE DE L'ÉTÉ est vraiment une magnifique leçon de vie qui veut nous faire comprendre que, même que l’univers semble s’être effondré, il faut continuer d’espérer car il finira par se remettre à l’endroit. Toute la métaphore filée qui associe deuil, chagrin, déni et trous noirs est vraiment impressionnante et extrêmement bien trouvée et menée. J’ai été épaté par le travail d’Harriet Reuter Hapgood, honnêtement.

En résumé, LA RACINE CARRÉE DE L'ÉTÉ est une belle lecture qui nous permet de faire les montagnes russes émotionnelle en liant science et sentiments. À l’instar de Gottie avec son univers, nous nous approprions chacune de ses émotions et c’est tout simplement saisissant. J’ai vraiment adoré voyager à ses côtés. Elle est hyper sensible, courageuse, déterminée et pleine de fantômes et cela m’a vraiment serré le cœur. Harriet Reuter Hapgood nous offre ici un récit qui apparaît comme une lumière au bout du tunnel de la tristesse et qui démontre bien que s’en sortir n’est pas une mince affaire. Rien n’est oublié ou enjolivé et c’est ce qui m’a particulièrement plu. Un roman poignant que je vous recommande chaudement.

par Jordan
Les amours de Lara Jean, tome 1 : A tous les garçons que j'ai aimés Les amours de Lara Jean, tome 1 : A tous les garçons que j'ai aimés
Jenny Han   
Malgré que je sois un garçon , j'ai adoré ce premier tome. Un roman de jenny Han super bien écrit, un livre attachant et qui je trouve se lit assez rapidement.

par manju972
What Light What Light
Jay Asher   
Ce commentaire est également disponible surmon blog : https://latueusefictive.blogspot.fr !

[spoiler]Ayant lu Thirteen Reasons Why du même auteur, j'ai été un peu excitée de commencer ma lecture, surtout que j'avais entendu beaucoup de bien au sujet de ce bouquin. Et puis cette couverture magnifique nous donne envie de présager que le contenu sera tout aussi beau. J'ai donc commencée à lire avec beaucoup trop d'espérances, ce qui a été mon erreur puisqu'à la finalité, je m'en suis retrouvée déçue. Ne vous détrompez pas, l'histoire est bonne, mignonne même, mais elle ressemble à n'importe quelle histoire d'amour que l'on peut retrouver dans les films de Noël. La fille qui se retrouve dans une autre ville pour une certaine raison, qui fait une rencontre inattendue avec un garçon, pour lequel elle tombe de suite sous le charme, le garçon en question à un certain problème, elle l'aide, ils tombent inévitablement amoureux l'un de l'autre et ainsi de suite. Alors au bout d'un moment, quand toutes les romances de Noël ressemblent à ça, on se retrouve très vite lassée et on ne peut plus vraiment les apprécier. Cela a été le cas avec What Light.

Mais comme je l'ai dis, le livre reste bon. La plume de Jay Asher est plutôt simple mais appréciable et la romance qu'il a crée entre Sierra et Caleb est sûrement capable de faire rêver les éternelles romantiques (ce que je ne suis malheureusement, ou heureusement, pas), et l'ambiance du tome est telle qu'on se laisse facilement embarquer. Enfin je pense que lire ce livre en été casserait tout le mythe haha. Bref. Si j'ai un point négatif à mentionner par contre, c'est à propos du passé de Caleb. Dans le résumé et dans le livre, il est dit que Caleb a fait une erreur monumentale et qu'il le paie depuis. Hors, à part une rumeur sur son dos et son ancien meilleur ami qui n'a plus le droit de le voir car ses parents ne veulent pas qu'il approche Caleb, je ne vois pas vraiment en quoi il le "paye". Je m'attendais genre à ce qu'il ne puisse pas entrer dans un lieu sans que tout le monde ne le regarde et murmure sur son passage, ou encore que son truck aurait été en permanence tagué et ainsi de suite.

A la finalité, son erreur n'est mentionné que durant certaines scènes mais il n'y a pas de vraie conséquence à ce qu'il a fait. C'est dommage je trouve car cela aurait pu donner un peu plus de profondeur émotionnelle au bouquin et aurait permi à l'auteur de faire de Sierra un véritable support mental pour Caleb, ce qui aurait donc rendu leur relations encore plus profonde et "réelle". Ce que je trouve dommage aussi, c'est que nous n'avons pas eu d'épilogue durant lequel on aurait vu Caleb venir dans l'Oregon pour la danse à laquelle il a été invité par Sierra. Au moins on aurait su que leur relation allait très bien. Mais au lieu de ça, on reste dans le flou. Se revoient-ils après la fin du bouquin ? Est-ce qu'ils se rendent visite durant les vacances ou attendent-ils Noël pour se revoir ? Et est-ce que la famille de Sierra à décider de continuer leur petite entreprise de vente familiale ? On a beaucoup de questionnement et pas beaucoup de réponse. C'est dommage.[/spoiler]

par Amnasya
Miss You Miss You
Kate Eberlen   
https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2017/08/12/miss-you-kate-eberlen/

Miss you est le premier roman de Kate Eberlen. Et je suis persuadée que cette histoire ravira bon nombre d’amateurs de drames.

Malheureusement, ce n’est pas mon cas. Moi, j’aime être transportée de joie et de bonheur en lisant, me creuser les méninges en jouant les détectives ou frissonner de peur et d’angoisse à la lecture d’un bon thriller. Mais pleurer ? Je déteste ça.

Je suis sensible. Parfois, quand je suis fatiguée je peux même pleurer en regardant une pub à la télé ou en écoutant de la musique. Et je ne vous parle pas des films et des dessins animés qui me font littéralement sangloter. Et je déteste ça.

Alors, vous vous doutez bien qu’il y a des romans que je ne lirai jamais, du style Nos étoiles contraires, Un jour, Avant toi… Moi je veux des histoires d’amour qui se terminent bien, sans mort et sans chagrin.

J’ai eu un peu peur en commençant Miss you. La mère de Tess meurt d’un cancer, le frère de Gus a disparu dans un accident de ski et la vie ne semble pas très jolie pour ces deux personnages. Ils se rencontrent en Italie. On comprend qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Mais pourtant rien. Ils vont se croiser de temps en temps au cours de leur vie.

J’ai eu un peu peur parce que j’ai pensé à Un jour (je n’ai pas lu le roman, j’ai vu le film et je suis encore traumatisée. Pourquoi ?) et à Quoi qu’il arrive de Laura Barnett et que du coup j’avais peur que ça finisse mal. Alors j’ai presque lu ce roman en fermant les yeux – ce qui n’est pas évident – et en veillant à ne m’attacher à personne au cas où l’auteure aurait envie de faire disparaître un personnage.

Du coup, je n’ai pas vraiment passé un bon moment. Et d’un certain côté c’est dommage, parce que c’est un très bon roman, mais un très bon roman pour quelqu’un d’autre que moi. Du coup, si vous aimez les drames, les histoires d’amours contrariées et les sentiments romanesques, penchez-vous sur ce Miss you, vous pourriez tomber sous le charme…
Journal d'une ado vraiment déjantée Journal d'une ado vraiment déjantée
Candy Harper   
J'ai lu ce livre au mois d'Octobre sauf qu'il n'était pas encore sur booknode du coup je ne pouvais pas le mettre dans ma bibliothèque. Ce livre fait parti de mes sept séries préférées tellement je l'adore. Quand je le lisais en permanence, je ne pouvais pas m'empêcher de rigoler :D et les surveillants me regardaient bizzarement :/. Victoire me fait énormément rire, surtout quand elle est avec sa grand mère. Bref, j'ai adoré ce deuxième tome et je vous le recommande vivement. Bonne lecture.

par Romane25
Grace and Fury, Tome 1 Grace and Fury, Tome 1
Tracy Banghart   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/grace-and-fury-de-tracy-banghart/

Un premier tome addictif !

Dans ce récit, nous suivons deux sœurs, Serina et Nomi, dans un monde très particulier. En effet, dans cet univers, les hommes sont au pouvoir, et les femmes sont totalement opprimées. Elles n’ont pas le droit de choisir leur destinée, d’avoir une opinion, de savoir lire, elles n’ont presque pas le droit de vivre au final…
Les deux sœurs sont totalement différentes, mais elles sont tout de même très proches. Serina aspire à devenir un Grâce du prince héritier, donc une femme soumise à l’extrême, destinée à être exhibée, utilisée pour sa beauté. Quant à Nomi, elle abhorre ce système et n’aspire qu’à se rebeller contre l’oppression des femmes. Leur destinée va se retrouver échangée. La petite poupée va se retrouver dans des conditions abominables de survie alors que la rebelle va devoir donner le change en tant que Grâce, dans ses corsets et ses cours de danse…

J’ai vraiment adoré ce roman qui m’a totalement happée dès le départ. J’ai beaucoup aimé les deux sœurs qui se protègent l’une l’autre, et surtout évoluent d’une façon impressionnantes lorsqu’elles se retrouvent éloignées l’une de l’autre. Leur force de caractère m’a beaucoup plu et, au final, on se rend compte que chacune va passer les épreuves auxquelles l’autre était bien plus préparée… En effet, Nomi se retrouve à devoir dompter son insolence et son rejet massif du système, étant comme prisonnière du palais. Serina, elle, va devoir oublier son côté soumis et délicat si elle veut survivre sur l’île-prison où elle est envoyée…

Vous vous doutez bien que le message important de ce roman est bien sur le thème des droits des femmes. La dédicace de ce roman, tout au début, annonce d’ailleurs déjà bien cette idée !

J’ai dévoré cette histoire à deux voix, avec une petite préférence pour les aventures de Nomi au palais… En effet, j’adore lorsqu’il y a des manigances au palais ! Serina, quant à elle, se retrouve plongée dans un univers d’une extrême violence. Du coup, c’est assez déstabilisant de passer de l’une à l’autre à chaque chapitre, l’une devant se battre pour survivre, l’autre devant donner l’illusion d’obéir aux règles, les différences sont majeures et j’ai beaucoup aimé ce côté-là !

Enfin, je dois dire que je regrette le fait que le dénouement soit si prévisible. Il y a quelques surprises, mais globalement on voit les rebondissements arriver à des kilomètres et c’est bien dommage ! Ça reste un thème assez habituel de rébellion dans un système dictatorial…

La fin est une sorte de cliffhanger qui m’a un peu frustrée, mais du coup j’ai très envie de savoir la suite !
L’histoire est vraiment centrée sur Nomi et Serena, ne laissant que peu de place aux personnages secondaires qui se retrouvent du coup un peu moins développés qu’on le souhaiterait. On s’attache malgré cela à la plupart des personnages et on tremble devant la fin explosive pour beaucoup d’entre eux !

Grace and Fury a été une très bonne lecture pour moi. C’était addictif et j’ai vraiment beaucoup aimé l’évolution de ces deux soeurs dans leur enfer personnel. Cependant, je pense que certaines choses auraient pu être mieux traitées et certains personnages importants plus développés. J’ai tout de même passé un très bon moment et j’attends vraiment la suite avec beaucoup d’impatience !

par Mayumi
12 (Douze) - Tome 1 - Les sacrifiés du Zodiaque 12 (Douze) - Tome 1 - Les sacrifiés du Zodiaque
Elvire Murail   
Je ne connaissait pas la plume de MOKA, et je l'ai adorée ! Elle est très fluide et on ne peut pas s'arrêter avant de connaitre la fin de cette enquête.
L'histoire du Zodiaque est vraiment bien cousue autour des croyances, cependant je trouve la fin trop fantastique.
J'ai aussi adorer le duo que forme Maxime et son fils Lubin. Un petit concentré de bonheur en auto clash !

J'ai vraiment hâte de lire la suite !!

par Awoki
Aime-moi je te fuis Aime-moi je te fuis
Morgane Moncomble   
https://sweetyhoneyaddictions.blogspot.com/2018/09/aime-moi-je-te-fuis-morgane-moncomble.html

Je vous le répète relativement souvent, mais lorsque l’on donne son avis sur un roman, il s’agit toujours d’un avis personnel, une interprétation de ce qui nous a le plus ému ou troublé en fonction de notre sensibilité, de notre vécu.

Il y a bon nombre de moments intéressants dans ce récit et certains m’ont touchés de manière différente, avec une intensité différente. Par exemple, je suis grosse (c'est un fait). Alors quand l’auteure nous parle à travers son héroïne de sa boulimie, de son combat, de ses complexes, forcément je suis touchée et j'ai lu avec beaucoup d’attention ces moments-là. Je peux vous dire que le passage où Zoé se dévoile à Jason sur son corps, sur ce qu’elle en pense réellement dans cette cabine d’essayage avec ses mots durs et sincères, c’est juste admirable. Tout comme la réaction de Jason qui est simplement parfaite. En fait tout chez Jason est parfait.

C’est un peu réducteur parce que ce n’est pas le sujet le plus difficile, ni le plus important. Il fait parti d’un tout, Zoé n'est pas simplement boulimique. L’auteure aborde d'autres thèmes qui nous parlent, qui nous touchent comme la violence domestique, l’homophobie, le deuil... Mais il vaut mieux que vous les découvriez par vous-même. Il ne faudrait pas que je trahisse le déroulement de ce texte...

Moncomble écrit avec beaucoup d’authenticité, elle nous donne vraiment envie de faire tourner les pages, d’adorer Zoé, de rire avec Jason. Ce couple est explosif et on les aime déjà depuis un bon moment. Le récit est vraiment bien équilibré. Malgré la dureté de certains passages, elle y glisse souvent un petit trait d’humour pour essayer de dédramatiser.
Je pense que devoir respecter la chronologie avec son roman précédent, puisque les intrigues des deux se croisent, n’a pas dû être aisé et ça donne encore plus de mérites au travail de l’auteure. Elle s'en sort à merveille, ce second roman est tout simplement une réussite.

En bref, j’ai lu, j’ai adoré, j’ai eu peur, j’ai pleuré, j’ai patienté, j’ai ri... j’ai aimé !
Once and for All Once and for All
Sarah Dessen   
https://aliceneverland.com/2018/03/27/once-and-for-all-sarah-dessen/

Un nouveau Sarah Dessen… Quel délice ! Six ans après la sortie de son dernier roman en France, c’est donc avec plaisir que j’ai retrouvé cette auteure que j’adore, une référence en matière de young adult.

Louna est une jeune fille assez cynique sur l’amour. Un comble quand on sait qu’elle aide sa mère, célèbre wedding planner, à planifier ces derniers pour en faire un moment merveilleux pour les clients. Mais, c’est justement toute cette expérience au sein de nombreux mariages, tous plus différents les uns que les autres, que Louna a pu en observer l’envers du décor. Pour elle, amour est loin de rimer avec toujours. Un adage renforcé par sa propre – et courte – expérience en la matière. Car, que peut-on attendre de la vie quand, a dix-sept ans à peine, on a déjà vécu – et perdu – son grand amour ?

J’ai immédiatement été prise par l’atmosphère ambiante de ce roman. Il faut dire que, étant moi-même en plein préparatifs de mariage, la thématique de cette histoire ne pouvait pas mieux me parler. Mais, surtout, j’ai aimé retrouver cet équilibre, entre joie et tristesse, qui caractérise tant l’écriture de Sarah Dessen. L’auteur arrive parfaitement à alterner les moments drôles et joyeux avec ceux, plus dramatiques, qui constituent l’histoire de Louna. C’est tendre, doux et magnifique : un vrai ascenseur émotionnel comme seule Sarah Dessen sait le faire.

Je me suis immédiatement attachée à Louna, trop adulte pour son âge et qui, a seulement dix-sept ans, a déjà vécue tant (trop?) de choses. Elle est bien entourée dans son quotidien, mais cela ne l’empêche pas de se sentir seule malgré tout. Louna est une jeune fille qui a dû apprendre à grandir trop vite. Régulière et carrée, elle ne laisse pas beaucoup de place à l’imprévu. Sa rencontre avec Ambrose va littéralement faire voler son quotidien en éclat.

Ambrose… Un personnage masculin au charisme fou, adorablement agaçant ! C’est typiquement le genre de personne imprévisible qui voit le monde avec leur propre filtre, l’élément perturbateur qui va pousser Louna à voir les choses sous un nouvel angle, à sortir de sa zone de confort et, surtout, à réapprendre à vivre, tout simplement.

Et, au milieu de toute cela, impossible de ne pas se sentir touché quand on découvre l’histoire de Louna. On devine facilement ce qu’elle a dû traverser. Mais cela ne m’a pas empêchée, chapitre après chapitre, de sentir mon coeur se serrer douloureusement. Comment, d’ailleurs, ne pas faire le parallèle avec l’actualité et les derniers événements survenus aux États-Unis à ce propos ?

Pour conclure : encore une fois, c’est dans un vrai cocon de douceur que Sarah Dessen nous plonge avec son nouveau roman. Elle nous invite à faire la connaissance de Louna et d’Ambrose, mais aussi d’Ethan, Jilly, Natalie ou encore William. Nous partageons une tranche de vie avec eux, nous nous attachons à eux… Et, avec ce récit aux notes douces-amères, Sarah Dessen réussi une nouvelle fois à trouver le parfait équilibre entre drame, émotions, tendresse et espoir. De quoi nous faire passer un merveilleux moment…

par Kesciana