Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Manou60 : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Kerys tome 2 : Ceux du dehors Kerys tome 2 : Ceux du dehors
Catherine Loiseau   
https://lessortilegesdesmots.blogspot.com/2018/08/kerys-tome-2-ceux-du-dehors-de.html

J'avais beaucoup apprécié le premier tome de cette saga. Et bien, ce deuxième tome est juste énorme. L'intrigue prend vraiment forme tout en ayant cette dose d'humour beaucoup plus présente. Et tant mieux. Il y a une réelle progression par rapport au premier tome qui était un préambule.


Rien que la scène d'ouverture vaut le détour. J'espère sincèrement qu'on reverra la mère de Honoré quand même elle a tendance à mettre son fils mal à l'aise. Les scènes d'humour marquent les esprits et permettent vraiment d'avoir l'esprit plus ouvert face à la nouvelle menace qui pèse sur Kerys. En effet, la menace des Abominations est loin d'être réglé. Surtout, ils sont loin d'imaginer ce qu'il y a derrière. D'autant plus que les abominations trouvent des alliés parmi les humains. Ce détail est très important dans l'histoire. C'est ce qui va permettre à l'autrice d'aborder des thèmes importants qui n'ont jamais été autant d'actualité comme le chômage, la crise économique et tant d'autres.


Autre énorme bon point : tous les personnages évoluent sauf honoré. Notre cher capitaine est selon moi fidèle à lui-même quoiqu'un petit peu trop gentleman par moment. Heureusement qu'il se reprend. Artémise montre ce pour quoi elle est vraiment faite. J'ai hâte de voir ce que Simonet lui réserve. Simonet justement montre un petit quelque chose qui m'a bien plu en dehors de son côté retors. Néanmoins, sans ces dames, ces messieurs seraient perdus. En effet, le girl power est fortement présent. Combien de fois se font-ils remonter les bretelles? J'ai juste adoré.


Pour en revenir aux personnages, Ripley, Éléonore et Erika sont celles qui évoluent le plus. Érika va affronter ses démons et surtout le contrecoup de sa captivité chez les abominations. Les conséquences seront on ne peut plus surprenantes. Éléonore va devoir aller à l'encontre de sa personnalité réservée et solitaire afin de mener une équipe de fous furieux. Je trouve que ça lui va bien mais je préfère quand elle crée. Enfin, Ripley va sûrement nous réserver d'autres surprises dans la suite. Elle voit ce que les autres ne voit pas. Elle développe un côté humain plutôt plaisant sans oublier ce pour quoi elle a été créé. De nouveaux personnages font leur apparition. Je ne mentionnerai que Abriel qui m'a beaucoup plu dès le début. J'adore les personnages ambigües. Et j'ai hâte de le retrouver.


En bref, ce deuxième tome a été une excellente lecture et m'a surprise par bien des aspects. je vous recommande vraiment cette saga.
L'amour, la mer, le fer et le sang L'amour, la mer, le fer et le sang
Aurelie Depraz   
Tout d'abord, je tiens à remercier chaleureusement Aurélie Depraz pour ce service presse !

Je dois avouer que c'est avec un peu d'appréhension que j'ai ouvert ce roman se déroulant sous l'ère Viking ! Ces monsieur-là n'étant pas connu pour leur romantisme ou leur bonté, je me demandais bien ce que cette histoire allait me réserver !

Un peu d'appréhension mais aussi beaucoup d'envie ! Je rêvais de dépaysement, de découvrir une nouvelle culture et de voyager vers l'inconnu !

Et sur ce point là ma lecture m'a comblée !
Aurélie Depraz avec sa plume nous immerge au sein de la culture viking... J'ai bien eu l'impression de participer à un « banquet » avec Sven, Leif, Erik, Ivaar...

Le roman se déroule au IXème siècle, et nous conduit à découvrir une des premières invasions Danes sur le sol Angles.

Sven rêvant de fonder un colonie pour cultiver des terres fertiles et assurer ainsi la survie pendant l'hiver de son peuple, convainc le roi Ivaar de soutenir son projet. C'est ainsi que Sven, Leif et tout un équipage viking vont investir les terres de autour de Dunwich sur la côte est de l'Angleterre (Royaume Est-Anglie) mais également venger leur Roi mort au combat.

Lors de l'assaut de la bourgade où Sven est chargé de fonder la colonie, au milieu du saccage, des massacres, il fait la rencontre d'Aalissia une jeune anglaise.
Est-elle celle dont il rêve secrètement pour fonder sa famille sur ces terres fertiles ?

Le récit alterne entre les scènes de combat, mêlées de stratégie militaire, les scènes de séduction, où la candeur d'Aalissia est confrontée à la vie pour le moins décomplexée et violente de Sven, le tout agrémenté de détails sur la vie en ces contrées si lointaines tant dans le temps que l'espace ! La lecture est agréable, fluide, riche de découvertes... dans un français parfait !

Les personnages sont très attachants et parfois surprenants !

La romance est bien menée ! Tout y est :les phases de séduction, l'éclosion des sentiments, le rejet, l'acceptation, vu sous le prisme du choc des cultures ! Les scènes plus « hots » sont intégrées avec une juste mesure trouvent parfaitement leur place dans l'histoire.

En un mot comme en 100, ne passez pas à côté de cette belle romance historique qui saura vous ravir j'en suis sûre !

Et pour finir, je vous invite à découvrir un bonus très intéressant concocté par l'auteur sur les coulisses du roman et notamment une partie sur le vrai du faux qui m'a particulièrement plu :

https://aureliedepraz.com/2019/01/04/les-coulisses-de-lamour-la-mer-le-fer-et-le-sang/
Les Ombres, Tome 1 - Les Observateurs Les Ombres, Tome 1 - Les Observateurs
Eve Ruby Lenn   
First of all : Je remercie vraiment NetGalley et les Editions Librinova pour ce service-presse.
A la lecture du résumé, j'étais réellement emballée. Un soupçon d'horreur, des énigmes, des apparitions paranormales tout ça me donnait l'impression de cacher quelque chose de grandiose.
Et ce fut le cas.
Tout d'abord, il FAUT que je vous parle de l'ambiance, l'atmosphère dans laquelle nous plonge le livre.
Tout se passe en Angleterre, dans les vertes campagnes, la nuit, la brume, la forêt...
Tu vois où je veux en venir?
Non?
Disons que je voue un culte à la campagne anglaise, je trouve qu'il s'en dégage un charme incroyable et j'ai toujours, en voyant des films à thème un peu obscur/fantastique, eu ce mystérieux ressenti vraiment propre à cette ambiance...
Un peu ce que tu ressentirais seul, dans la brume, du tonnerre au loin, un paysage presque marécageux puis surprise! une maison perdue au milieu de nulle part, faiblement éclairée par une vieille lanterne. L'ambiance propre à la période d'Halloween aussi... Ce qui se dégage des films de Burton. Bref! Les deux seuls livres à m'avoir fait ressentir cela ont été Harry Potter (of course muggle) et la Saga de l'Epouvanteur.
Je n'avais jamais ressenti quelque chose de similaire avec d'autres livres.
Avant Les Ombres.
L'auteur possède un réel talent pour rendre vivant son décor. Ses mots transpirent l'ambiance magique et mystérieuse des campagnes d'Angleterre. Peut-être que certains trouveront cela cliché, en fait. Après tout, un manoir reculé, des rumeurs abracadabrantes, des silhouettes inquiétantes la nuit. Tout prédestinait l'histoire à être dans un tel décor. Mais je peux t'assurer que l'auteur ne donne absolument pas une impression de déjà-vu. Son écrit est tellement réussi que tu ne peux pas te sentir blasé.
En parlant de sa plume... J'avais quelques réserves en débutant ce livre. Souvent, face à des histoires située dans des époques telles que le début du 20è siècle, je trouve que les auteurs prennent automatiquement un ton assez (trop) sophistiqué, soutenu. Au final, ça arrache tout le charme de la lecture en rendant le tout tellement lourd...
Mais au fil des pages, je fus agréablement surprise de constater que l'auteur maîtrisait parfaitement son texte et jamais ne le rendait agaçant.
L'écriture est légère, en étant recherchée, le parfait combo!
L'histoire n'est pas spécialement riche en gros rebondissement car c'est plus subtil que cela. Nous sommes plus plongés dans l'attente des révélations et pas dans l'aventure pure et simple.
Le livre est donc particulièrement riche en suspense et j'ai d'ailleurs trouvé qu'on avait des réponses un peu trop vite, j'aurais aimé que l'auteur nous fasse plus mariner que cela. Bien que, de cette façon elle ne perd pas son lecteur avec du blabla inutile pendant 1000 pages. C'est assez bien dosé au final mais voilà, j'aime le supplice de l'attente des découvertes de mystères...
Les personnages sont tous très attachants. Je regrette que la chienne Natsu n'ait pas été plus présente (dans la vie comme dans les livres quand je vois un chien c'est foutu), elle ne sert presqu'à rien mais bon, chieeeeen...
Le personnage principal, Wilson, est un vieux monsieur très attachant, son ouverture d'esprit m'a beaucoup plu ainsi que son rapport aux autres. Cependant, j'ai du mal à cerner si son intérêt pour les gens est véritablement sincère ou si c'est surtout une habitude du vieux chroniqueur/journaliste qu'il est...
Les deux frères du manoir isolé sont très intriguants et je remercie l'auteur de ne pas avoir cédé à la tentation de nous délivrer trop d'informations sur eux dès le départ car là, pour le coup, j'ai été servie on apprend presque tout durant les derniers chapitres! Elle réussit à faire planer le doute jusqu'au bout, c'est fabuleux!
A de maintes reprises j'ai hésité sur la confiance qu'on pouvait avoir en eux et j'avoue que je ne suis pas encore totalement convaincue, je reste persuadée qu'il y a un truc qu'on ne nous dit pas...
Le livre n'est vraiment pas effrayant donc ne t'attend pas à frémir de peur toutes les 10 pages.
L'ambiance joue bien sur notre ressenti mais ce n'est pas inquiétant outre mesure.
C'est un livre assez calme mais qui se lit incroyablement vite.
Je te conseille vivement de te plonger dedans!

par Freyja
Matriochkas – Tome 2 : Dissidence Matriochkas – Tome 2 : Dissidence
Christelle Da Cruz   
Mon Avis

Antigonia, 2081 : Fin du voyage en train. Alors que les résistants convergent vers un même point, Gabrielle parle avec Arlène de sa situation actuelle. Une situation particulière qui peut devenir délicate.

Tous arrivent au Pôle, destination finale du groupe d’opposition qu’ils forment. Quelque chose de louche se prépare… un pressentiment qu’ont Gabrielle, Alex et les autres. Après avoir libéré les prisonniers, il leur faut partir… mais pas sans y laisser quelques plumes. Entre frayeur et détermination, il est temps de bouger… et vite !

Tandis qu’une partie du groupe part se mettre en sécurité en ville, l’autre file vers le chalet soigner en urgence l’un des leurs.

Nous passons alors par un flashback sur la vie de Rose. Nous en apprenons plus sur elle, sa vie, sa famille, son parcours.

Après ce passage, retour en 2081 où nous retrouvons nos compagnons qui retournent à la base de tout. Au commencement. Que va-t-il se passer maintenant ? Comment la crise va-t-elle être gérée ? Qui aura le dernier mot ?

L’accession au pouvoir de Jehanne Loyd va marquer un tournant décisif pour le Gouvernement en place… Le monde vit ses heures les plus sombres…

La couverture marque un changement entre le tome 1 et le tome 2. Celle-ci est plus agressive. La couleur donne le ton, celui du combat, de la guerre. Alors que le tome était plus porté dans la douceur, la découverte… Une couverture percutante et élégante.

La plume de l’auteure est égale à celle du tome 1, la maturité en plus. Nous ne cessons d’évoluer et cela se remarque dans tout ce que nous faisons. En l’occurrence, Christelle a acquis de l’expérience (je me croirais dans un jeu vidéo haha) et son deuxième tome est plus posé, plus percutant, moins orienté adolescent.

Le travail éditorial est aussi à souligner. Plumes du Web n’est pas de ces ME que l’ont pourrait qualifier de « grosse ». Mais elle a tout d’une grande. Je n’ai relevé aucune erreur. Une mise en page épurée. Une promotion à la hauteur du roman. Bref, Si vous ne connaissiez pas cette ME, faites un tour sur leur site, découvrez ses auteurs, et appréciez le travail.

Globalement, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Et j’ai été surprise par la tournure des évènements. Je m’attendais à ce que l’histoire tourne uniquement autour de l’histoire d’amour entre Gabrielle et Alex et que nenni… Bien sûr ils sont au centre du dénouement, mais ça va au-delà.

Conclusion



C’est une nouvelle fois que Christelle remporte mes faveurs et que je classe son tome 2 dans mes coups de cœurs de cette année 2018. Un roman qui m’aura transportée dans une guerre civile et dans l’action. Et ça, il y en a eu ! Une SF comme on les aime, la touche féminine en plus qui fait du bien.

Bref, si vous ne l’avez pas encore lu. Si vous n’avez lu le tome 1. Allez-y ! C’est une bombe.

#Ely❤️
Brille, tant que tu vis ! Brille, tant que tu vis !
Alice Quinn   
Coup de coeur.

Alors qu'elle se sait gravement malade , Anita décide d'en finir. Elle a tout préparé dans les moindres détails. Tout est fin prêt. Mais un appel de son fils va bouleverser ses plans. Il lui demande de venir quelques jours à Noirmoutier pour surveiller les travaux qui doivent être faits pendant qu'il emmène sa famille en vacances. Elle accepte bon gré mal gré. En arrivant elle fait donc la rencontre de René qui est chargé des travaux. Cette rencontre risque bien d'avoir un impact plus important que prévu.

Alice Quinn fait partie de ces auteurs dont je suis avec plaisir toutes les sorties livresque. Au fil du temps j'ai eu l'occasion de lire plusieurs de ses livres ( "Rosie Maldonne", "Fanny N" , "La lettre froissée "...) et bien que chacune de ces lectures fût bien différentes des autres elles m'ont toutes séduites car l'on y retrouve à chaque fois la patte Alice Quinn, une plume empreinte de sensibilité et d'humanité, le tout mâtiné d'une bonne pointe d'humour piquant.

Alors quand j'ai reçu un message de la part d'Alice pour me proposer de lire son nouveau roman j'ai accepté avec grand plaisir. Et force est de constater que j'ai très bien fait.

Dans ce roman , Alice nous entraîne dans les pas d'Anita , une femme qui a décidé d'en finir avec cette vie qui ne lui apporte plus rien.
Mais alors que tout semblait fin prêt elle doit reporter ses plans pour rendre service à son fils. Et que sont quelques jours quand on sait que tout est déjà finit ? Ce serait bien vite oublier que la vie sait nous jouer des tours et qu'en quelques jours tout peut changer.

On fait aussi la rencontre de René, l'artisan chargé des travaux que doit surveiller Anita. René a vécu un drame qui a brisé quelque chose en lui. Il semble détaché de tout. Seul point d'attache dans sa vie , sa soeur et ses nièces qui lui apporte un peu de joie dans une vie bien morne.

Lorsque René et Anita se rencontre cela fait des étincelles. Ils sont différents l'un de l'autre et pourtant quelque chose les lie , c'est un peu comme s'ils se reconnaissaient l'un l'autre. Deux êtres que la vie a malmenés, qui trouve refuge dans la lecture et l'écriture de Haïkus, ces petits poèmes japonais qui en disent beaucoup en si peu de mots.

Et on peut dire que ces deux personnages sont tels des haïkus, ils en disent peu , ne se dévoilent pas forcément beaucoup au premier abord et pourtant ils ont beaucoup de choses au fond d'eux.

Je ne peux pas vous en dire plus sur eux si ce n'est que les suivre c'est ouvrir les yeux sur la vie et ce qu'elle peut nous apporter.
Ils sont la preuve que seconde chance n'est pas un vain mot et qu'il faut parfois se laisser aller à espérer.

Ce livre est pour moi un vrai coup de coeur. Il est à la fois lumineux et intense. Il met en relief ces petits instants de la vie qui nous rendent si vivants et qui peuvent changer toutes nos perceptions.

Un livre qu'il fait bon lire.
Hier encore Hier encore
Luca Tahtieazym   
C'est le troisième roman que je lis de Luca Tahtieazym, Ceux qui ne renonçaient pas et La forêt restent bien ancrés en moi. Il va en être de même avec Hier encore. Cela fait quelques jours que j'ai terminé la lecture, mais je reste marquée par l'histoire, par les événements, par les personnages. Il a fallu que je laisse décanter un peu avant de pouvoir en parler. Cette façon qu'a l'auteur de conter est troublante, ne peut pas laisser indifférent.

On va retrouver ici des enfants qui portent des prénoms qu'affectionne l'auteur dans ses romans, Elise, Simon et Romain. On les a déjà croisés dans d'autres romans, ce ne sont pas les mêmes personnages, ils ont juste en commun leurs prénoms. Elise et Simon sont frère et sœur, ils n'ont pas une vie facile, leur père les bat très régulièrement, ils souffrent énormément, leur mère est battue aussi mais reste effacée devant la méchanceté de son mari. Romain est orphelin et n'en peut plus de sa vie à l'assistance, il est ami avec Elise, il l'aime un peu en secret. Ils vont décider tous les trois de se sauver, de quitter ces lieux de souffrance pour vivre libre, vivre mieux. Ils vont ainsi traverser la France avec pour objectif rejoindre le sud et les maquis.
Leur périple va être ardu. Ils n'ont pas imaginé à quel point cela allait être difficile, ils sont fatigués, ils ont faim, ils ne peuvent faire confiance en personne et doivent se débrouiller seuls. Le mauvais sort va souvent les rattraper, mais jamais la loyauté qu'ils ont les uns envers les autres ne va être mise à mal et ils se soutiendront tout le temps de leur trajet. Un quatrième personnage va être important pour ces enfants, un chien qui va les suivre, qu'Elise va prendre en affection, et petit à petit, Dégage, c'est le nom qu'ils lui ont donné, va leur être d'un grand secours et réconfort.

Le roman se découpe en trois parties, la première plus importante que les deux autres. Elle concerne la partie fugue des enfants en 1958. La seconde partie va nous emmener de 1958 à 1977, on va suivre les déboires de chacun, et du père des enfants principalement. Et la troisième et dernière partie nous amène en 1978, vingt ans après la fugue, plein de questions se posent sur ce que sont devenus certains et une enquête va être mené.
Comment vous dire à quel point Luca Tahtieazym m'a menée par le bout du nez tout le long de cette lecture que j'ai lu quasiment d'une traite. Il a l'art pour créer des retournements de situation brutales, ou de nous poser une seule phrase dans un chapitre qui nous glace le sang et nous cloue littéralement. Enfin moi, c'est comme ça que je l'ai vécu. Le style de l'auteur est toujours aussi incisif, glaçant, il ne badine pas avec les mots, les emploie à bon escient, n'hésite pas à nous montrer la cruauté de certaines scènes. Il crée un suspense à couper le souffle, le temps est suspendu pendant la lecture, on suit les évolutions de chacun, on a peur pour eux, et on s'attend au pire tout le temps. Parfois il arrive, et encore plus que ce que l'on pouvait imaginer...

La dernière partie m'a surprise, tout comme le final, j'ai eu quelques doutes sur certaines identités, mais je ne m'attendais pas à cela. Les personnages vont jusqu'au bout de leurs actes. L'adage qui dit que la vengeance est un plat qui se mange froid prend tout son sens ici. Une fin inattendue mais sensée et logique quelque part.

Je suis une nouvelle fois conquise par ma lecture, elle s'est faite sous une tension extrême, en apnée totale. Impossible de la lâcher et de décrocher avant d'en connaître le fin mot.
Luca Tahtieazym me confirme une fois de plus son grand talent de conteur, son esprit tordu qui met plein de nœuds pour nous faire perdre la tête. J'ai passé un très bon moment de lecture que je vous recommande vivement. Si vous ne connaissez pas encore cet auteur, n'hésitez pas, il vous fera vivre des instants étonnants et incroyables.
Pour ma part, j'attends déjà avec impatience son prochain écrit ! En attendant je vais me plonger dans ces anciens, comme Versus, qui a remporté Les Plumes Francophones 2017 (prix des lecteurs) et qui se voit éditer chez Thomas & Mercier le 4 décembre prochain, ou Elise (tiens encore elle!)
Un grand merci à Luca Tahtieazym de me faire vivre autant de choses pendant ma lecture.

par marie-nel
Le Programmeur, Tome 1 Le Programmeur, Tome 1
Marguerite Blanchard   
Dans ce roman nous retrouvons quatre jeunes filles populaires au sein de leur lycée « Véronica, Tamara ,Emma et Cassie ,elle aime se moquer et humilier les autres jusqu’au jour ou un jeu va être créé par un certain « programmeur ».Ce jeu consiste à ce que les quatre filles effectue des missions ,si elles réussissent ouf tant mieux pour elles mais si elles échouent elles verront leurs secrets dévoilés aux yeux de tous par le programmeur ,mais au fur et a mesure que le jeu avance le programmeur va changer les règles et obliger les filles à se défier et jouer les unes contre les autres .

Qui est ce programmeur ?

Pour quelle raison a t-il créer ce jeu et choisi ces quatre filles ?

Vont -elles réussir à conserver leur amitié intacte ?

Vont-elle réussir à garder leurs secrets?

A vous de le découvrir
Project Viper, Tome 1 : Rising Project Viper, Tome 1 : Rising
Ellen Raven Martin   
J'ai beaucoup aimé ce livre. J'y ai trouvé des personnages intéressants, crédibles (et ça c'est pas si souvent!) et développés. J'ai une petite préférence pour Zeera, qui est un personnage féminin fort et indépendant, ainsi que pour Aryan Turner, le "grand méchant" qui m'intrigue énormément. Je ne m'attendais pas à l'apprécier et je le dois à l'écriture de l'auteure, qui est d'une grande justesse malgré le fait qu'elle soit une débutante.

Au niveau de l'écriture, justement ! Si on trouve dans ce roman des maladresses dans les tournures typiques des premiers ouvrages (croyez moi, il y en avait autant si pas plus dans la chienne de l'ombre) on sent qu'Ellen a du talent, sans aucun doute né de ses nombreuses années à pratiquer le rpg sur forum. Les descriptions sont présentes, juste assez pour nous plonger dans l'univers sans trop nous y perdre ou nous ennuyer. Les personnages autant que l'intrigue prennent vie sous nos doigts et si certains moments sont prévisibles ou trop rapides, il reste que cette histoire se lit toute seule. Elle est compréhensible, accessible, malgré son univers unique. On se retrouve « addict », comme on dit, très rapidement.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir cet univers de SF à la française, car il est très riche et immersif. Certains vont forcément tiquer devant l'utilisation des termes « capitole » ou « district » en pensant qu'Ellen a tout copier d'Hunger Game, mais ce serait une grave erreur ! Premièrement, les noms communs appartiennent à tout le monde (et ça m'agace d'avance ce genre de remarques xD) et deuxièmement, Project Viper est très loin de ce qu'a créé Suzanne Collins. C'est même impossible à comparer, ce serait comme comparer la chienne de l'ombre au seigneur des anneaux, vous me suivez? Même genre littéraire, mais ça s'arrête là.

En bref, si ce n'était pas clair, je vous conseille chaudement ce premier roman d'une jeune auteure française qui mérite d'avoir sa chance dans le milieu. C'est assez rare de trouver de bons auteurs SF francophones pour que ce soit souligné.

par Bluenn
Le Clan Tarran Tome 1 : La Romancière Le Clan Tarran Tome 1 : La Romancière
K. Sangil   
http://www.voluptueusementvotre.fr/2016/12/23/clan-tarran-tome-1-romanciere-k-sangil/

Si vous cherchez un livre fantasy mais pas trop, un livre qui vous donne envie de vous poser des questions et qui vous sortira de l’ordinaire, je vous invite à découvrir ce premier tome du Clan Tarran. Je l’avoue, lorsqu’on me l’a proposé, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Avec un résumé qui n’en dit pas beaucoup, je me suis plongée dans cette histoire un peu à l’aveugle.

Dès les premières lignes je me suis très facilement attachée à Annie. C’est une jeune femme accomplie, quelque peu timide mais, qui recèle énormément de talent. Aio, de son nom de plume, rêve de fuir son quotidien, de vivre enfin quelque chose d’extraordinaire. C’est un personnage qui m’a beaucoup étonnée par son évolution au fur et à mesure du roman. Malgré la peur, malgré tout ce qu’elle va apprendre je suis admirative du sang froid dont elle fait preuve. Elle sait s’adapter à son environnement et arrive à peser le pour et le contre. En tant qu’humaine, elle ne pourra longtemps cacher ses failles et ses doutes mais ses sentiments la pousseront à sortir de sa zone de confort prête à affronter son destin.

Deniel Tarran est un homme bien mystérieux. La première chose que l’on retient de lui c’est sa dureté, sa froideur à l’égard des autres. Il n’a pas vraiment le temps d’être sympathique mais , il tient au respect et à la protection des siens avant tout. Peu bavard, ces paroles ont toutes un sens et doivent être prises au sérieux. Peu à peu, cependant, il va voir ses convictions ébranlées, ses certitudes bousculées par un petit bout de femme qu’il ne pourra repousser.

La romance est bien présente entre nos deux héros. L’auteur a su jouer avec leur condition et rendre leur relation passionnante, intense, intéressante. Les sentiments sont là mais loin d’avoir cédé à la facilité K. Sangil s’est servie de leur différence pour les renforcer. Je dois dire que j’ai vraiment beaucoup aimé la manière dont les émotions sont décrites, dont Annie et Deniel vont appréhender le début de cette troublante relation.

Lorsque j’ai compris de quoi retourner ce livre, j’ai eu peur du cliché qui peut ressortir du genre mais quelle agréable surprise de constater qu’il n’en est rien. L’auteur a su faire maturer son histoire. Les personnages sont captivants, les détails extrêmement bien travaillés. Je me suis laissée porter par le récit juste, les nombreux rebondissements et révélations qui en ressortent. Une fois lancée dans cette lecture, je n’ai pas vu les pages défiler.

Un des points forts de ce roman est d’ailleurs la façon dont Annie couche ses pensées sur le papier. Sous forme de journal qu’elle tient au quotidien, elle parsème le récit de ses ressentis, de ses angoisses les plus profondes. Cela donne un véritable plus à l’ensemble .

C’est donc un premier tome original, bien écrit et surtout agréable que j’ai découvert avec La Romancière. C’est un livre que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir et qui sans me frustrer, me donne envie de savoir comment les choses vont se développer entre eux et le reste du monde. À découvrir sans tarder !