Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Manou60 : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Les Enfants de Vénus, Tome 2 : Odyssée Les Enfants de Vénus, Tome 2 : Odyssée
M. S. Mage   
Bousculer les codes .

Depuis plusieurs siècles le royaume de Sàlissa est régi par les femmes . Les hommes n'ont plus qu'un rôle subalterne , ils sont seulement chargés de procréer et de travailler. Ils n'ont plus aucun pouvoir.
La princesse Physalis , future reine de Sàlissa, veut changer cela . Elle qui a du quitter son cher et tendre Lime car hommes et femmes ne sont pas censés nouer de lien n'accepte plus la façon dont tourne le monde. Pour elle un monde juste est un monde égalitaire, un monde équilibré dans lequel chacun peut s'épanouir comme il le souhaite. Elle va donc partir à la recherche d'Arum son frère disparu pour ainsi initier un changement mais cela ne va pas se passer comme elle l'imaginait .

Il y a quelques mois j'avais eu le plaisir de découvrir le premier tome des "Enfants de Venus" dans lequel nous faisions la connaissance de Physalis et de Lime. À l'époque Physalis devait tenir son rôle de princesse parfaite et devait donc engendrer une héritière. Mais Physalis n'est pas une princesse comme les autres et elle avait décidé de faire les choses autrement. C'est ainsi qu'elle avait rencontrer Lime et que petit à petit un lien fort s'était nouer entre eux.
Malheureusement leur relation étant interdite ils ont du se séparer pour ne pas avoir de problème.
Mais leur histoire est loin d'être finie ça je peux vous l'assurer.

Ce fût un vrai plaisir de les retrouver dans ce deuxième tome et de découvrir la suite de leurs aventures.

Lime travaille désormais aux agoras tandis que Physalis part en voyage ( pour officieusement retrouver son frère ).
Ils mènent donc désormais deux vies bien distinctes mais chacun va devoir faire face à quelques remous.

Commençons par Physalis . Princesse rebelle et idéaliste elle lutte pour changer les choses. Elle ne supporte plus le monde dans lequel elle vit, un monde où les femmes tiennent entièrement le pouvoir . Mais elle veut changer les choses car ce monde est loin d'être tel qu'on le souhaiterait . Elle va donc prendre une décision qui pourrait bien changer beaucoup de choses.

Dans l'imaginaire populaire un monde gouverné par les femmes est forcément un monde meilleur , plus juste , plus en phase avec l'humanité. Mais c'est bien vite oublier que les choses ne marchent pas ainsi. Pour qu'un monde soit juste il faut que tout le monde soit traité sur un pied d'égalité, tout le monde doit pouvoir s'exprimer et avoir sa propre place. Sinon cela peut bien vite virer au totalitarisme. Et c'est ce qui arrive à Sàlissa . Les hommes n'ont plus aucun pouvoir , ils sont simplement vu comme des outils de travail ou des mâles reproducteurs. Ils sont honnis par la société.

Lime fait partie de ces hommes honnis. Anciennement procréateur (son travail était d'avoir des relations sexuelles avec des femmes pour leur permettre d'avoir une descendance ) il a été banni à cause de sa relation avec Lime. Il se construit désormais une nouvelle vie en tant que travailleur aux agoras. Il travaille dans les champs . Il est bien loin de son monde et a du mal à se satisfaire de la chose. Il ne se sent pas vraiment à sa place et ne peut s'empêcher de penser à celle qu'il aime. Mais un événement va tout changer pour lui. Et il devra faire les bons choix , des choix déterminants pour son avenir.

Nos deux héros vont donc faire face à des moments décisifs et devront faire le bon choix . Ils douteront, se remettront en cause mais la force et les sentiments qui les habitent sauront les guider sur le chemin qui doit être le leur.
Mais cela ne sera pas forcément toujours chose aisée.

C'est fascinant de voir le traitement réservé ici aux hommes. M.S. Mage nous met face à un miroir quelque peu inversé de notre monde. Nous qui sommes habitués à un monde dirigé principalement par les hommes nous retrouvons face à un monde entièrement dirigé par des femmes et pourtant ce monde n'est pas plus enviable que le nôtre.

M.S. Mage nous rappelle ainsi que la base de tout devrait être l'égalité entre chacun. Certes cela semble plutôt utopiste au vu des différents pouvoirs qui peuvent prendre place et pourtant nous devrions nous battre pour cela.
Tout comme Physalis se bat à sa façon . Elle ne s'y prend peut être pas de la façon qu'il faudrait mais au moins elle tente quelque chose, lutte pour faire bouger les choses , pour que les gens prennent conscience qu'en mettant de côté toute une partie de l'humanité ils se tirent une balle dans le pied.

En lisant ce livre on se dit qu'il serait peut être temps de se réveiller . On le voit au quotidien certaines inégalités deviennent plus prégnantes et parti comme c'est parti cela n'est pas près de changer. Aujourd'hui c'est à nous de faire les bons choix, de choisir qu'elle sera notre avenir car peut être qu'un jour nous n'aurons plus la possibilité de faire un choix.

Un roman très intéressant et qui pose les bonnes questions. À travers une histoire pleines d'aventures, d'émotions et de bouleversements M.S. Mage nous dresse le portrait d'un monde à l'orée du changement.

Un très bon deuxième tome. J'ai hâte de découvrir la suite de l'histoire.
Karma, Tome 1 : Le secret des Mères Fondatrices Karma, Tome 1 : Le secret des Mères Fondatrices
Chris Red   
Je remercie l'auteur, Chris Red par le site simplement une fois de plus pour m'avoir offert l'opportunité de découvrir une nouvelle histoire de son cru. J'aime bien le style de l'auteur donc lorsqu'il me l'a proposé, je n'allais pas refuser. Un premier tome qui est riche en personnages, événements, rebondissements, histoires, bref il est riche en tout.

Deux femmes accouchent en Europe. Les deux attendent avec impatience leur bébé. Alors que les deux sont bien nés, le médecin doit les passer au karma afin de déterminer que les bébés sont bien "neutres". En d'autres termes qu'ils ne sont pas la réincarnation d'un monstre du passé. Nous sommes en 2096 et cette "nouveauté" fait peur à tout le monde, même si il devient de plus en plus rare d'avoir des enfants de ce type. La malchance est avec l'un d'entre eux. Le médecin demande l'autorisation aux parents d'échanger les bébés pour sauver celui de sa sœur. Les deux familles acceptent avec un peu de mal, mais chaque enfant à le droit à une vie saine et normale, tant qu'ils sont bien entourés (d'amour, de soutien...) Alors que celui qui doit fuir se retrouve en Inde, un des derniers pays à ne pas avoir cette loi, l'autre va vivre en Europe. Les enfants grandissent sans savoir ce qui s'est passé à quelques minutes de leur naissance, jusqu'à ce que la guerre des religions (entre autres) éclate de plus belle et oblige les parents à les prévenir. Adil fuit son pays (Inde) car la loi risque d'arriver plus vite que prévu et par conséquent, il risque d'être envoyé on ne sait où. De son côté Dimitri, part pour travailler au Canada. Un concours de circonstances les voit l'un à côté de l'autre dans l'avion. Et puis chacun reprend sa vie comme si de rien n'était, ou presque. Un compte à rebours est déjà en marche depuis... bien trop longtemps. Les humains n'ont peut-être plus autant de temps que cela.

Je n'ai fait que résumer le tout début du livre sans rentrer dans les détails. Le monde a réussi à trouver le moyen de dénicher le karma, cette "chose" qui nous définit dans le sens où certains reviendraient plusieurs fois. Pour terminer le mal qu'ils ont déjà accompli ? C'est une question à se poser. L'auteur a une imagination débordante en partant de ce principe, en y ajoutant de nombreuses intrigues. Dimitri et Adil sont des personnages que nous suivons, mais pas uniquement. Il y a (désolée, je n'ai pas compté) un sacré paquet de personnages et j'avoue que par moment j'ai dû arrêter ma lecture, car il y en avait tellement que j'avais un peu de mal à les situer. En plus il y a plus de 600 pages en numérique ce qui fait que c'est un bon gros pavé. Je ne l'ai pas lu en une fois et je dirais que le seul vrai point négatif du livre c'est qu'il aurait pu être coupé en deux, car il faut le digérer. Il y a tellement d'informations que je conseille de le lire en plusieurs fois. Bien maintenant que le point noir chez moi est donné, on va continuer et terminer sur de meilleures.

L'originalité (de nouveau) de l'histoire dans tous les sens du terme. L'auteur a pris un malin plaisir à mélanger les genres, ce dont j'avais oublié lorsque je suis tombée sur un détail. Les rebondissements ne manquent pas, les surprises non plus. La guerre est de plus en plus impressionnante, arrivant aux portes des pays qui ne veulent qu'une paix. Bien illusoire malgré tout, car ceux qui sont derrière tout cela ont un but bien précis. La science-fiction, les voyages pour une autre planète s'intègrent parfaitement à l'histoire. Et pourtant c'est un véritable délire ! Tous les pays sont concernés, la preuve il se passe des actions un peu partout sur Terre et dans l'espace. Les dates ne sont pas forcément dans l'ordre linéaire, mais les lieux non plus. La complexité du système crée par l'auteur est malgré tout impressionnante. J'imagine bien des bouts de papiers éparpillés un peu partout pour l'avoir crée. L'écologie et le climat sont des éléments qui chatouillent certains des personnages.

Le livre est découpé en quatre parties afin de présenter les personnages, les lieux, le contexte. Les surprises sont de taille pour la plupart. L'échange, destins croisés, le crépuscule, et À la vue de tous. Les personnages ne sont pas forcément ce qu'ils semblent montrer. Entre un passif d'Adolf et de Ganghi, les nouveau-nés ont un destin qui semble tout tracé. Il suffit de peu pour faire la différence. Des réminiscences de ce passé commencent à hanter les esprits. Il n'y a pas d'intrigue principale, car elles s'emmêlent toutes à un endroit ou un autre. La conquête spatiale, le Karma, la rébellion, l'apocalypse, les complots, trahisons en tout genre, soumission également, et créatures pas forcément humaine (Sur ce coup-là je n'en dirais pas plus) font partie du récit. Comme indiqué plus haut, les personnages sont nombreux et apportent une touche plus personnelle au texte. Qu'il soit président(e) des États-Unis, journaliste, simple membre d'une association dans l'aide à la population, ou "grand maître" des attentats, nous avons une approche différente du monde dans lequel ils vivent. Certains ne sont pas totalement dévoilés et c'est tant mieux, car il faut déjà admettre ce que sont les premiers découvert.

Comme il y a un nombre impressionnant de personnages, difficile de tous les nommer et difficile aussi de choisir. Il y a les premiers que l'on voit bien sûr et dont nous suivons l'évolution dans des cercles particuliers, surtout pour Dimitri. Hasan, Aziz, Farid, Brenda, Adil, Marvin, Martha, Gabriela, Miranda, Richard, Elena, Piotr, Indira, Aleskei, Pramesh... (j'avoue que pour les deux derniers je les avais notés pour les écrire au mieux), ne sont qu'une partie de l'iceberg. Certains en sont que de passage, d'autres en ont bien plus à nous apprendre sur eux-mêmes et sur nous. Un regard sur la société actuelle avec une évolution du genre humain et de l’environnement actuel dont nous sommes responsables est caché entre les lignes.

En conclusion, c'est un premier tome avec un univers créé par un auteur dont l'imagination vous envoie loin, très loin de votre monde. La réincarnation n'est qu'une goutte dans cet océan de connaissances et de recherches. Car il y a beaucoup de travail pour inventer une pareille histoire où se mêlent bon nombre d'intrigues se regroupant par endroit.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-secret-des-meres-fondatrices-tome-1-karma-chris-red-a166233884
Le Bois sans songe Le Bois sans songe
Laetitia Arnould   
Ayant aimé la version originale de la belle au bois dormant, j avais très envie de voir ce que pouvait donner une revisite de ce conte. La première chose qui m a attirée en lisant le résumé, fut le caractère assez gothique qui se dégageait du livre. Étant une grande fan de livres gothiques, ça me donnait encore plus envie de me plonger dans cette lecture. Par ailleurs je tenais à dire que je trouve la couverture absolument somptueuse. Même si ce livre ne se centrait pas sur mon conte de fée préféré, j ai tout de même adoré découvrir ce livre. Les personnages sont extrêmement réalistes. Liv est loin d'être une princesse impuissante et pleunicharde comme on pourrait s y attendre, elle est forte et dotée d'un fort caractère. Tandis que Lennart est un ex prince dont l'âme est meurtrie par l'abandon de sa mère, et la perte de son peuple massacré par le royaume de Liv, et possédant de dangereux pouvoirs liés au sommeil et aux rêves. Un autre point qui peut paraître insignifiant, mais qui m a beaucoup séduite, c'est le style d'écriture très poétique de l'auteur qui rajoute une certaine mélodie au récit. En somme, je dirai que c'est un très roman de revisite, qui mériterait d'être davantage connu.

par lavanda01
Tréfonds Tréfonds
Thomas Clearlake   
Si je m'attendais à une dernière claque littéraire en cette fin d'année et bien la voici ! Un gros coup de cœur pour ce livre, cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu une histoire aussi sombre et si bien ficelée dans ce genre qui est le thriller terreur. Les pages se dévorent d'elle-même, nous embarquant dans ces profondeurs pleines de surprises macabres.
Le style est maîtrisé à la perfection, l'écriture brute sans détour ni fioritures nous happe, nous saisit et nous foudroie.
Les grands auteurs, maîtres de la terreur et de l'horreur devront dorénavant compter sur cet écrivain, car « Tréfonds » peut festoyer à la table des plus grands livres de romans noirs.
J'ai pensé en premier lieu à l'univers si particulier de Patrick Senécal qui me régale à chacun de ses romans, mais on peut citer également Gilles Caillot avec sa sublime quadrilogie « Le cycle du mal ». Le nouveau livre de Thomas est dans cette même lignée, il met à vif, sans concession, toutes les faiblesses que peut connaître l'être humain.

Je me suis retrouvée très vite embarquée dans cette spirale, déjà par l'histoire en elle-même, car l'auteur a su instaurer un climat très particulier.
Il visite plusieurs niveaux de l'âme humaine (pour le peu que l'âme existe encore) donnant vie réellement à son récit. Un jeune flic au bord du gouffre, suite à un incident qui le contraint à être suspendu plusieurs mois, fait la rencontre d'une mystérieuse jeune femme, au gré de ses déambulations dans les rues de Pigalle.
Il n'en faut pas plus pour que la vie de Luca se retrouve à jamais bouleversée. Entre magouilles et complots à grande échelle, tout le monde semble avoir des intérêts à taire des vérités sur ce qu'il se passe une fois que la lumière n'est plus.

Aux amateurs du genre dont je fais partie, si vous pensez avoir tout lu dans ce domaine, si vous pensiez tout connaître de la noirceur, des forces obscures qui poussent aux pires dépravations, détrompez-vous ! Si vous n'avez pas lu ce livre vous ne savez encore pas tout !
J'ai retenu ma respiration plus d'une fois, tant les odeurs décrites peuvent vous saisir à la gorge, un air vicié, humide, avec en parfum de fond la chair humaine à tous ses stades de décomposition. Le tout dans un puits, sous terre, sans fond, qui pourrait rendre marteau le moins claustrophobe de nous tous.

Le point fort de ce thriller époustouflant est aussi la force de ses personnages, chacun apportant sa pierre à la construction de cet édifice qui va se révéler monstrueux.
Les dialogues prennent possession des protagonistes qui se matérialisent au fil de la lecture devant nos yeux pétrifiés. Comment faire une chronique à la hauteur de cette lecture que je viens de terminer... je suis encore avec ces pauvres hommes, dans ces lieux, à vivre un véritable enfer dans les entrailles de ces souterrains sataniques, dans ce labyrinthe où résonne à jamais les lamentations des suppliciés. Dédales sanglants des pires tortures où pour tenter de survivre il faudra commettre l'impensable, ce à quoi aucun être humain ne peut être préparé.

« L'essence des ténèbres » m'avait déjà marqué, bien que je sois moins fan du genre fantastique, mais là on monte de plusieurs niveaux pour atteindre le sommet, car même en y réfléchissant bien, je ne vois pas où ce texte pourrait être amélioré.
Une bonne partie de ce récit, heureusement pour nous, sort tout droit du cerveau diabolique de l'auteur, mais il y a néanmoins une grande part de recherches sur les divers sujets que traite le livre. L'ambiance très privée des cercles sadomasochistes côtoie le milieu sataniste et occulte, mélangeant religion et rituel ancestral le tout en plein cœur de Paris.
Un monde souterrain que le commun des mortels ignore alors qu'il passe juste au-dessus en foulant les pavés de ces ruelles parisiennes.
Quand les suppliciés et les bourreaux ne forment plus qu'un dans la violence, les cercles de l'enfer se referment sur les pauvres âmes et personnes ne peut en réchapper... et la mort apparaît comme libératrice.
Les cadavres tombent les uns derrière les autres, que ce soit en surface, sous le soleil salvateur ou sous terre dans l'obscurité, le mal est là et il ne vous épargnera pas.

Et vous jusqu'où iriez-vous pour sauver une personne qui vous demande de l'aide ? Seriez-vous prêts à braver les tortures innommables des cercles de l'enfer pour retrouver celle qui fait battre votre cœur ? ... tant qu'il bat encore... Amateur de frissons et de lecture vraiment noire, je vous conseille de venir découvrir ce nouveau roman sans plus tarder.
Un coup de cœur qui achève magnifiquement bien cette année littéraire riche en découvertes.
Pax Europae 2 : Furies Pax Europae 2 : Furies
Florent Lenhardt   
La couverture est toujours attrayante par sa simplicité. Les couleurs pâles et ternes illustrent le côté dépersonnalisé de la guerre où les hommes ne sont plus que de la chair à canon. Sur cette couverture, on distingue des avions dans le ciel qui se précipitent vers un campement sans doute pour y accomplir une funeste mission. Deux personnages, un homme et une femme, qui courent sont présents au premier plan. Selon moi, la typographie est adaptée. Le calque de couleur bleue apporte à l’ensemble un peu d’espoir dans cette représentation monochrome, même si les étoiles jaunes surpassent tout.

Le résumé est concis. Nous sommes toujours en 2033. Le conflit ouvert entre les États-Unis d’Europe et les défédératistes connaît des sommets. Les affrontements sont nombreux et sanglants. Le résumé se concentre essentiellement sur un personnage Erwin, ne mentionnant qu’à la fin deux autres personnages du tome précédent : Michael et Emma. Pourquoi ce choix ? Qu’advient-il des autres personnages rencontrés lors du tome précédent. Pour le savoir, il faut le lire…

Septembre 2033. Nous reprenons les évènements là où nous les avons laissés dans le tome un avec cette Europe en proie à des jeux de pouvoir et des dissensions internes qui fragilisent cet équilibre.

Des personnages tourmentés…
L’histoire débute par un prologue. Dans celui-ci, nous suivons les pensées de Cyril Engström, ballotté à l’intérieur d’un hélicoptère tanker européen. Les affrontements font rage autour de lui. Les visions d’horreurs de la guerre le submergent, la recherche de ses amis Erwin, Greg... Ses divagations le poussent à s’interroger sur l’absurdité de cet affrontement. Puis, il se réveille à l’hôpital 3 jours plus tard, apprenant son incapacité à servir suite à sa blessure. Nous retrouvons également Erwin, l’un des amis de Cyril qui discute des stratégies militaires avec l’amiral Benz. J’ai pris plaisir à retrouver l’un de mes personnages favoris, le journaliste Michael Kith du Post. Responsable de l’émeute religieuse suite à son article, il poursuit ses investigations, chapeauté désormais par l’intrigante Emma, rencontrée elle aussi dans le tome précédent. Un personnage intéressant tout en contradictions. C’est intéressant de voir l’évolution de chacun, ses prises de conscience.

Les destins de ces personnages s’entrecroisent tout au long du récit sur fond de croyances, de motivations personnelles. Certains se trouvent sur le front, d’autres en retrait, mais tous œuvrent pour ce qu’ils jugent juste. Les idéologies de chacun vont de pair avec les doutes et les risques à prendre pour défendre ses convictions. Cela n’est jamais facile et j’ai aimé l’introspection et les remises en question de certains personnages. L’auteur ne perd pas ce côté humain tourmenté qui fait que ce roman reste addictif en dépit du thème abordé. C'est aussi ce travail sur les personnages qui fait la force de ce roman. On sent que l'auteur a travaillé sur chacun d'eux, cela se ressent dans la lecture. Il y a de la profondeur en chacun d'eux. J'apprécie beaucoup.

Un univers complexe qui fait réfléchir…
Le roman alterne des temps d’action et d’introspection qui donnent un certain dynamisme à l’ensemble. Le format court employé ici permet également de ne pas se lasser ce qui est uen chose fort importante pour ce style de récit. Le point de vue politique est expliqué sans barbarisme et cela permet au lecteur de comprendre rapidement les enjeux. Les informations apportées sont moins denses comparées au tome précédent. Cela apporte plus de fluidité au texte. On se concentre plus sur la politique et les répercussions des décisions hiérarchiques sur les destins individuels. La carte en début de roman permet de visualiser les États-Unis présentés. C'est toujours un plus pour les petits curieux. En plus de la rythmique du texte, le vocabulaire est adapté. Il permet au lecteur de s’immerger dans l’histoire sans difficulté. Le suspense est maintenu durant une bonne partie de l’histoire, le point d’orgue étant atteint à la fin. Je vous laisse découvrir de quoi il en retourne. Les scènes de combats sont toujours décrites avec justesse et sauvagerie, car c’est bien ce que cela reste.

Tout au long de la lecture de ce roman, on s’interroge sur l’idéal d’une société dans laquelle les décisions prises au plus haut niveau dérivent et se font aux dépens de l’humain. De l’implication personnelle de chacun pour une cause qu’il pense juste. Les défédératistes, les slavistes, les forces armées, chacun lutte pour sa cause, chacun expose et se bat pour ce en quoi il croit. La fin est terrible et laisse le lecteur dans une attente impitoyable quant au devenir des personnages. L’épilogue ne nous rassure pas plus pour l’avenir et les menaces qui y sont proférées envers les États-Unis d’Europe laissent entrevoir un futur assez sombre.

Pour clore cet avis, je dirais que ce deuxième opus est à la hauteur du précédent et nous emporte dans une aventure militaire, politique et personnelle. Je me suis attachée aux personnages qui nous renvoient à nos propres questionnements. Les émotions sont toujours présentes et font de ce roman une lecture très intéressante.

par Arkane
Chaleur humaine Chaleur humaine
Angélique Leydier   
J'ai découvert ici pour la première fois la plume de l'auteure et j'ai trouvé qu'elle manquait un peu de fluidité. Les phrase sont parfois courtes, parfois longues, mais pas forcément en adéquation avec le rythme du livre. Après, c'est un ressenti tout à fait personnel.
Ce qui n'a pas aidé au confort de ma lecture, ce sont les soucis de mise en page de l'epub : certaines phrases étaient mélangées, j'avais des espaces dans certains mots, parfois jusques quelques lignes par page et les caractères tels que "ç, ^, ¨ et "" " étaient remplacés par des carrés blancs... Je n'ai pas vu ce genre de souci évoqué dans les autres chroniques, je suppose donc que cela vient de ma tablette. La vilaine ! ! ! Peut-être essaye-t-elle de me faire comprendre qu'elle aimerait partir à la retraite...?

Malgré ces petits soucis techniques, j'ai apprécié ma lecture, même si le début est très lent (le temps de planter le décor) et même si j'ai vite trouvé le personnage principal insupportable.

Sophie est une femme de trente-cinq ans qui, sur le papier, a réussi sa vie : elle gère son propre cabinet notarial à Valence avec son associé et ami Romain, possède une superbe maison et vit dans le confort. Le rêve pour quelqu'un issu d'un milieu plus que modeste. Sa vie est aussi rythmée au millimètre près et ne tolère pas vraiment l'imprévu, ce qui explique son célibat.
Mais, très vite, on s'aperçoit que tout ça n'est qu'une façade. Une simple invitation Facebook à accepter ou non de se rendre à une réunion d'anciens élèves va écailler le vernis de sa vie "parfaite", la fragiliser et précipiter sa descente aux enfers.

Nous allons alors découvrir une héroïne qui a souffert de harcèlement scolaire durant son année de troisième et qui en garde des séquelles importantes, comme par exemple dans la vision qu'elle a de sa famille ainsi que dans sa relation envers autrui. En effet, Sophie a beaucoup de mal à faire confiance et à se confier. Plus on l'approche et plus elle a tendance à se renfermer et à s'éloigner, voire à se braquer. Encore plus lorsque tout ne va pas. Son comportement avec Émeric, son ex, est tout simplement écœurant et révoltant !

Au fil des pages, depuis cette fameuse proposition de soirée d'anciens élèves, on voit le changement s'opérer lentement en Sophie. Elle devient irritable et renfermée. Complètement instable. Son état d'esprit change peu à peu et mille pensées s'imposent à elle, comme les souvenirs de son harcèlement ainsi que de ses harceleurs. J'ai d'ailleurs regretté qu'il n'y ai pas un peu plus de flashback.
Je ne peux dire le contraire : ce personnage est très travaillé psychologiquement et son cheminement, ses pensées et ses changements sont subtilement amenés et crédibles.

Plus qu'un roman sur le harcèlement scolaire, je dirais que ce livre porte surtout sur les conséquences psychologiques qu'il peut avoir sur quelqu'un d'instable psychologiquement. Mais, comme le précise l'auteure, chaque cas est unique et ce n'est pas parce que quelqu'un a été harcelé qu'il finira comme Sophie.

Je n'ai pas été victime de harcèlement à titre personnel (même si j'ai subi des moqueries qui m'ont fait souffrir, en 3ème) et je n'ai jamais non plus assisté à du harcèlement scolaire.
Mais ce sujet me touche néanmoins, parce que je n'ai jamais pu concevoir la méchanceté gratuite. Comment peut-on aimer faire souffrir autrui, détruire des journées (voire une vie !) et arriver à dormir sur ses deux oreilles après ça ? Je n'arrive pas à le comprendre...

Pour le final, je n'ai été qu'à moitié surprise, je me doutais un peu de quelque chose dans le genre. Mais pas déçue, en revanche. J'ai également aimé l'épilogue. Je trouve que c'est une "belle" façon de clôturer ce roman.

En résumé, même si je n'ai pas complètement été séduite par la plume d'Angélique Leydier ni par son héroïne torturée (mais néanmoins superbement travaillée et dont la déchéance reste malgré tout poignante), j'ai tout de même passé un bon moment de lecture avec ce roman sombre, autour du harcèlement scolaire et de ses conséquences.
N'hésitez pas à aller le découvrir.


http://booksfeedmemore.eklablog.com/chaleur-humaine-angelique-leydier-a161984650

par Khiad
Les Chroniques De Balthazar - Livre Un - Peste Soit Des Lutins Les Chroniques De Balthazar - Livre Un - Peste Soit Des Lutins
Guillaume Leduc   
Si Les chroniques de Balthazar se classent dans le genre fantasy, je me dois d’en souligner l’originalité. Que ce soit dans l’univers, le héros et sa clique ou même la quête, ce fabuleux récit sort des sentiers battus. Je salue la redoutable imagination de Guillaume Leduc ! Les retournements de situation, rondement menés, m’ont aussitôt immergée dans l’histoire. Les personnages - tous, sans exception - sont excellemment bien construits. Leur psychologie tortueuse a été un régal à découvrir, à l’image de ce monde dans lequel les lois de la physique n’ont parfois pas de prise. Ce macrocosme s’avère pourtant maitrisé par l’auteur (ou peut-être est-ce l’inverse… !), il n’est cela dit ni trop alambiqué ou compliqué.



Certains messages sous-jacents m’ont touchée. Je pense que Les chroniques de Balthazar sont, parfois, un parallèle saisissant de notre société destructrice d’environnement et avide d’asservissement. Idem pour la politique gangrenée par la Peste Lutine (à remplacer par « lobbies » dans notre cas ! C’est un avis très personnel, je vous l’accorde !) Vous vous en doutez certainement, le roman prône une vie respectueuse où la justice serait… juste.



De belles illustrations agrémentent le début de chaque chapitre. Sorte de petit bonus qui se savoure comme un amuse-bouche !



La plume de Guillaume Leduc vaut sans conteste d’être connue. Le vocabulaire varié, les tournures de phrases et autres figures de style viennent enrichirent une écriture déjà remarquable. Un léger humour, bien noir comme je l’aime, saupoudre le tout (cf extrait). Dommage pour les « Ç » manquants, seule bévue dans la mise en page. Ceci dit, il y en a très peu, ça n’a pas entravé ma lecture. L’auteur remédiera probablement rapidement à ce minuscule problème !



Un roman à lire ! De mon côté, j’attends le second tome avec impatience.

Read more at http://ma-boite-de-pandore.e-monsite.com/pages/chroniques/fantasy/les-chroniques-de-balthazar/livre-un-peste-soit-des-lutins.html#kvUAZzLYJmsItc6d.99
Les Ondes Maléfiques Les Ondes Maléfiques
Laure St Andréa   
Dans la vie d’un lecteur, il y a d’un côté les livres exceptionnels, ceux dont on se souviendra toute notre vie car ils nous ont chamboulé d’une façon ou d’une autre, et de l’autre les déceptions, que l’on regrette presque d’avoir lu tant leur lecture a été laborieuse …. et puis il y a les livres « du milieu », ceux qui nous font passer un bon moment de détente sans prise de tête, mais qui ne sont pas des coups de cœur. Je trouve que ces livres sont importants à leur manière : ils sont parfaits pour se « reposer » l’esprit, pour se vider la tête et faire une petite pause quand on a le sentiment que notre cerveau va exploser … Indéniablement, Les Ondes Maléfiques entre dans cette catégorie : ce n’est pas le prochain Goncourt des lycéens, ce n’est pas « un chef d’œuvre qui deviendra un grand classique dans une centaine d’années » … mais c’est une lecture fort sympathique qui fait du bien au moral par sa simplicité même !

Lina est une adolescente presque comme les autres : elle vient de décrocher son bac ainsi que son premier petit boulot, a une petite sœur et un petit frère insupportables mais qu’elle aime énormément quand même, et passe le plus de temps possible avec sa Bande de copains … Mais Lina vit en 2151, dans un monde dévasté … Paris n’est plus que l’ombre d’elle-même : comme toutes les grandes villes, elle est recouverte d’une épaisse brume de pollution qui oblige ses habitants à porter des masques filtrants en permanence, tandis que les « grands de ce monde » se prélassent dans des cités aériennes où l’air est pur et où les aliments ne sont pas contaminés … Pire encore : ses parents viennent d’être enlevés par d’illustres inconnus vêtus de noir, et la voici seule avec ses « deux petits monstres » et son inquiétude … Direction la demeure du vieux professeur de son scientifique de père, en espérant que celui-ci acceptera de les aider à retrouver leurs parents !

Ne nous mentons pas : lorsque j’ai compris que la narration était à la première personne – ce que n’annonçait pas le résumé –, j’ai fait la grimace … Ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, et cela d’autant plus quand le ton est très familier, comme c’est le cas ici. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, j’ai beaucoup plus de mal à m’attacher à un personnage lorsque c’est celui-ci qui nous raconte sa propre histoire … En particulier si le personnage en question et moi n’avons pas le moindre point commun ! Autant vous dire que les débuts furent difficiles et que les réflexions de Lina m’ont plus d’une fois fait lever les yeux au ciel ! Il m’a fallu plusieurs chapitres pour réellement « entrer » dans l’histoire … Mais une fois ce cap franchie, ma lecture s’est avérée plutôt agréable, et je pouvais dévorer deux-cent pages en une seule journée, alors que mon rythme « habituel » est plutôt d’une centaine de pages par jour ! C’est vraiment un livre qui se lit facilement, car la narration est très « simple » : c’est comme si Lina nous racontait « de vive voix » ses aventures …

Et quelles aventures ! Une fois encore, il ne faut pas se voiler la face : l’histoire est finalement assez classique, avec une jeune fille « banale » qui se retrouve propulsée au cœur d’une sombre histoire de complots où de mystérieux méchants enlèvent des scientifiques pour profiter de leurs merveilleuses découvertes … Comme on s’en doute, l’héroïne va se découvrir des aptitudes « indispensables » pour mettre fin à ces machinations et choisit de prendre de grands risques en infiltrant les hautes sphères corrompues … L’intrigue a beau être « clichée », les péripéties et révélations ont beau être « prévisibles » pour les adeptes du genre, cela ne m’a pas empêchée de trembler pour la miss Lina – qui n’est finalement pas si superficielle et insupportable que cela lorsqu’on apprend à la connaitre ! – et de vouloir à tout prix savoir la suite ! Je sentais venir un énorme happy end et je tenais à savoir comment on allait y parvenir ! Ce livre, finalement, c’est un livre « sans surprise », on livre dont on devine rapidement le dénouement sans avoir à se faire des nœuds au cerveau … et c’est vraiment rafraichissant, parfois, de se plonger dans une intrigue « toute simple » !

En bref, vous l’aurez compris, malgré quelques appréhensions au départ et malgré le « peu d’originalité » de l’histoire, j’ai bien aimé ce roman « sans prise de tête » qui plaira sans doute beaucoup plus aux adolescentes d’une quinzaine d’années, qui s’identifieront plus facilement à l’héroïne ! Il y avait de très bonnes idées – sur la manipulation des dirigeants, sur l’éthique des recherches scientifiques, sur l’uniformisation dans nos sociétés … –, qui ont malheureusement été reléguées au second plan, derrière les petites amourettes et autres préoccupations typiques de l’adolescence ! C’est dommage, car cela aurait apporté plus de profondeur à ce récit qui, bien que sympathique, ne se démarque pas vraiment des autres ouvrages du même acabit … A réserver, donc, pour les moments où on veut « un bon bol d’air littéraire », où l’on souhaite tout simplement lire sans se poser de question, juste pour s’évader un petit peu !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2019/01/les-ondes-malefiques-laure-st-andrea.html

par Aryia
Göteborg Göteborg
Franck Harbour   
Chronique :

Titre : Göteborg, le berceau

Auteur : Franck Harbour.

Parution : 04/04/2018 – Librinova.

304 Pages.

Je vous dis d’ores et déjà que j'ai passé un super moment de lecture. Cette demande de SP faite directement par messenger est toute simplement géniale.

Olivier sort de chez lui, il doit passer un casting, passant devant un distributeur de billets, il retire 20€ et regarde son reçu le solde de son compte, tiens bizarrement il lui reste 1535€ alors que d’habitude il est à découvert. Olivier fait quelques pas et regarde encore une fois son reçu, c'est pas 1535€, mais 1535805,39€.

Il est surpris, ne comprend pas d’où vient cet argent ! Il se renseigne à sa banque, mais n’est pas plus avancé que ça. Il contacte un ami hacker pour qu’il enquête sur ce virement mirobolant... c’est une certaine Lydie Orphale, psychothérapeute qui a effectué ce virement. Olivier décide d'aller la voir pour éclaircir la situation.

Lydie, de son côté, prépare le discours qu’elle doit faire à Miami au sein du bureau international des sœurs de Marie (ISM) c'est un groupuscule de femmes qui se bat contre la domination masculine.

Après leur rencontre, Olivier n’est pas plus avancé. Lydie ne sait pas qui a fait ce fameux virement de son compte à celui d’Olivier.

Lydie apprend une mauvaise nouvelle, Arto, le mari de sa meilleure amie Ange est décédé. Elles sont devenues amies après avoir échappé toutes les deux à une situation insoutenable dans leur adolescence.
Olivier apprend par son ami hacker que l’ordre de virement vient d’un phare en Bretagne. Olivier se rend sur place et il est enlevé.

Quel est le lien qui relie Olivier et Lydie ?
Pourquoi Olivier a-t-il été enlevé ? Et par qui ?
Qui a tué Arto et pourquoi ?
Que cache vraiment ce groupuscule de femmes ?
Jusqu'où tout cela va les mener ?

Un thriller intense, un véritable tuner page. Ce roman possède vraiment tous les ingrédients nécessaires pour en faire un excellent roman. Un suspense insoutenable, des rebondissements en cascades, des descriptions parfaites, des personnages qui pourraient faire partie de notre entourage. Une histoire avec comme fil conducteur, un mouvement féministe avec les dérives de certains membres ! Et une écriture d’une fluidité qui nous entraîne dans une histoire palpitante à souhait.
Je vous conseille vivement de le lire, vous serez agréablement surpris.
À consommer sans modération.

Résumé :

Parisienne, psychothérapeute et membre actif d’un mouvement féministe, Lydie mène une existence paisible. Ses fantômes de l’enfance ne la hantent que par faibles réminiscences jusqu’au jour où… un jeune inconnu frappe à sa porte puis disparaît d’une manière pour le moins étrange.
Epaulée par Christ, ancien agent des forces spéciales de l’US Marine Corps devenu majordome, Lydie va tenter de retrouver ce jeune homme qui ne lui est peut-être pas si étranger.
Entre pandémie, intelligence artificielle et mouvement féministe radical, la vérité de leur quête les éloigne à chacun de leur pas de celle véhiculée par les médias. Un étrange archipel suédois ne serait-il pas l’épicentre d’une guerre de l’ombre d’un nouveau genre ?

Chronique réalisée par Nadine Doyelle
Le Cercle Le Cercle
Edwige Ivy   
En Angleterre, durant l'époque victorienne où les découvertes sont légions, Charles Wilson et Carolyne Fisher rêvent de découvrir le continent qui leur fait face, une mer emplie de diverses richesses. Passionnés par les matières scientifiques, les deux enfants essayent alors d’inventer un engin propre et silencieux capable d'explorer les lointains horizons, et réalisent leur première maquette à propulsion élastique.

Séparés lors de leur scolarité, ne se voyant que pendant de rares vacances, les deux enfants rusent pour correspondre pendant plusieurs années, chacun contribuant par sa réflexion et ses expériences à améliorer leur futur bateau ; un grand tournant se dessine quand ils décident de le rendre également submersible. Peu à peu, au fil des ans, ils construisent leur projet dans le plus grand secret, épaulés par le père de Carolyne.

Pendant cette période, de sombres événements surviennent. Des usines innovantes brûlent, des aéronefs sont détruits, les plans de nouvelles inventions disparaissent ou sont volées juste avant les dépôts de brevets, et des ingénieurs sont assassinés. Chaque sabotage est signé d'un cercle et deux lignes, signature d’une mystérieuse société secrète appelée le « Cercle », qui fait piétiner la police et prend de plus en plus d’ampleur.

Le Cercle ayant eu vent de leur projet, l’étau finit par se resserrer autour de Carolyne et Charles, qui vont être entraînés bien malgré eux dans des péripéties inquiétantes..

par Manou60