Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Manou60 : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
La Terre Des Secrets La Terre Des Secrets
Agathe Dartigolles   
Incrédule, Capucine fronça les sourcils et plissa les yeux, essayant de reconnaître l'adolescent qu'elle n'avait plus revu depuis son départ à Bordeaux, dix ans auparavant. David Ducats, si c'était bien lui, avait changé de façon spectaculaire. Le jeune homme qui se dressait quelques mètres plus loin, dans un costume noir, était grand, imposant et bien bâti. Ses cheveux d'un noir de jais retombaient en longues boucles épaisses sur ses épaules et le bas de son visage était entouré d'une barbe soignée, qui lui donnait, cette fois, des ressemblances stupéfiantes avec le Christ. Une seule chose n'avait pas changé : la couleur de ses yeux. Se sentant observé, voire franchement dévisagé, David leva brusquement son regard vers elle, la faisant tressaillir. À la place du regard doux et rêveur qu'elle se rappelait si bien, la transperça un regard rempli de haine. Stupéfaite, Capucine écarquilla les yeux de plus belle, laissant son visage devenir l'incarnation d'une pure interrogation. David resta impassible, puis lentement détourna son regard pour le porter sur le cercueil de son grand-père qui venait d'être déposé devant la porte de l'église.
Ils brûleront des hommes Ils brûleront des hommes
Rabiou TARO   
À Koura, petite ville reculée du Niger, la soudaine arrivée d’un riche et grandiloquent religieux islamiste va bouleverser le quotidien paisible des habitants.


Officiellement, le Cheick Youssouf Souleymane est un homme de foi, animé du seul désir de servir les fidèles. Mais Halima, une jeune fille passionnée de livres, est persuadée qu’il cache quelque chose. Elle voit dans l’attitude de cet homme les signes annonciateurs d’un terrible évènement, mais ignore lequel.


Aidée d’une poignée de personnes, elle décide de mettre à nu les véritables desseins de Youssouf Souleymane, dont le discours radical séduit de plus en plus en plus de jeunes…



Alliant réalité et fiction, « Ils brûleront des Hommes » est un voyage dans les interstices d’un vaste territoire exposé aux menaces de l’extrémisme islamiste. Il nous propose d’aller à la rencontre d’une jeunesse oubliée, affectée par la pauvreté, qui tente tant bien que mal de garder espoir dans un monde qui ne semble plus en mesure de lui en offrir. Ce livre est également un plaidoyer pour l’école, ultime rempart contre l’obscurantisme, mais hélas, bien trop souvent reléguée au second plan


par Manou60
Intelligences Intelligences
Jean-luc Espinasse   
Je vais tout d'abord vous parler de la couverture que je trouve vraiment très jolie et très représentative de l'ambiance générale du livre. Les étoiles, l'arbre, les habitations, l'homme et le chien...

Mon choix s'est porté vers ce livre parce que son résumé m'avait intrigué et laissait promettre de belles choses.
Au début, j'ai eu peur de retrouver un remake des Âmes Vagabondes de Stephenie Meyer, que j'ai relu ce mois-ci. Une histoire d'extra-terrestres, d'hôte, de parasitage, de cohabitation... Mais en fin de compte, les points communs sont franchement minimes et les histoires n'ont absolument rien à voir. Hors le côté apprentissage et vision du monde par un être pur et innocent, comme dans L'Ingénu de Voltaire.

Je ne connaissais pas la plume de Jean-Luc Espinasse avant ce livre. Je l'ai trouvé plutôt agréable et fluide malgré, parfois, un petit trop plein d'informations (mais qui a tout a fait sa place dans le contexte de ce livre).

...

En fait, je vais être honnête, je ne sais pas comment aborder ma chronique. J'ai plein de choses à dire, mais j'ai peur de trop en dévoiler. Ce livre m'a fait éprouver tellement d'émotions différentes : la curiosité, la joie, l'espoir, la colère, le dégoût, la tristesse...

Beaucoup de sujets sensibles et/ou forts et actuels sont abordés dans ce livre : le problème des cités livrées à elles-mêmes, le terrorisme, la politique, le pouvoir des médias, la peur viscérale de l'homme face à l'inconnu, l'ambition, la jalousie, la trahison...
Mais on y trouve aussi de belles valeurs comme l'amour, l'amitié, la fidélité, l'espoir...
Ce livre pourrait tout à fait être réel, parce qu'il se sert de sujets d'actualité, des dysfonctionnements de l'économie...

Tom Janiak est un jeune homme mentalement déficient, fils d'immigrés croates et vivant dans la cité de Hautefort avec sa mère et son chien, la cité plus mal famée de Marseille. Il adore végéter au pied du platane de la cour, menant une existence sans problème. Enfin ça, c'est uniquement les jours où les caïds du coin ne l'humilient pas.
Seulement, un jour, il est immiscé par une Entité supra intelligente, pure et innocente, pacifique, à la recherche d'un nouvel endroit où implanter sa colonie. A partir de ce jour, sa vie va changer du tout au tout grâce à Zedi qui va dissiper la brume qui emprisonnait son cerveau malade.
Elle lui apportera l'Intelligence, le tout et l'ambition de changer le monde ; lui, il lui apportera l'individualité et des sentiments...

J'ai aimé cette cohabitation, ce partenariat ente deux êtres que tout oppose et qui, finalement, vont se retrouver à apprendre énormément l'un de l'autre et avoir beaucoup plus en commun que ce que l'on aurait pu penser de prime abord. J'ai aimé avoir le point de vue de Zedi comme de Tom, même si j'ai regretté que celui du zoïde se fasse moins présent au fil de l'histoire.

Tout au long des pages, on croisera d'autres personnages qui, tous, auront leur importance, bonne ou mauvaise. Ahmed qui est porteur d'espoir ; Farid qui représente à lui seul la jeunesse dévoyée et en perdition, haineuse et influençable ; Djamila qui représente la douceur mais aussi la rébellion contre un système qui l'oppresse ; Véronica la jolie plante vénéneuse ; Simons le tremplin...

On y apprendra aussi, pour ceux ne l'ayant toujours pas compris, qu'une seule petite décision peut être capitale et impliquer tellement de choses qui nous dépassent... L'histoire de l'effet papillon...

Concernant la fin, j'aurais aimé quelques pages de plus pour avoir un peu plus de détails sur... tout ce qu'il s'y passe. Dur de m'expliquer sans rien spoiler. lol
Mais sachez que c'est une fin toute en émotions.

En résumé, j'ai aimé cette lecture qui nous offre un très fort potentiel de réflexion sur les vices de l'homme, sur ses qualités et, surtout, sur son avenir. L’œil de l'auteur à son encontre me semble sévère, mais on ne peut plus juste. L'homme est un objet de destruction massive, même lorsqu'il a toutes les cartes en main pour réussir.
Malgré certaines fois où j'ai un peu été noyée sous le flot des informations fournies par le cerveau sur-développé de Tom, j'ai aimé la plume de l'auteur et ai été touchée par les sujets forts auxquels il fait allusion, tout comme par le personnage de Zedi.
Je recommande ce livre à tous ceux qui aiment la SF, le tout mêlé d'intrigues politiques avec une touche de philosophie.


http://booksfeedmemore.eklablog.com/intelligences-jean-luc-espinasse-a130579990

par Khiad
Tempêtes solaires : Le nouveau monde Tempêtes solaires : Le nouveau monde
Ludovic Spinosa   
Voici un premier petit roman bien sympathique.

Ludovic Spinosa nous emmène dans un monde plus futuriste que celui dans lequel on vit actuellement.

Des éruptions solaires où tempêtes solaires frappent d'un coup la terre qui par la suite tombe dans le chaos.
C'est le pitch, la trame principale du roman.

Je ne peux m'étendre malheureusement plus sur le sujet des tempêtes solaires n'ayant pas la culture adéquat, cependant l'auteur arrive à expliquer d'une façon basique et compréhensible ce que c'est et ce que ça peut impliquer dans son récit.

Premièrement, nous faisons la connaissance des divers personnages que nous suivrons tout au fil du récit et qui habitent un peu partout dans le monde (Angleterre, France, Chine, Brésil...) ce qui est sympathique et original.

Je ne suis pas un adepte de science-fiction, je ne peux donc pas dire si ce qu'a fait l'auteur dans le roman se démarque des autres ouvrages de science-fiction.

Mais nous découvrons un monde, une Terre différente de celle dans laquelle nous vivons, un monde où l'énergie renouvelable existe et est principalement utilisée. Les dirigeants ont décidé de se conduire de façon écologique pour ne pas épuiser les ressources de la Terre. Et comme tout marche à l’électricité, la tempête solaire en frappant la Terre coupe tout ce qui justement utilise cette énergie.

Et c'est la que pour moi, l'auteur a réussi un coup de génie. En utilisant l'électricité comme énergie principale, faire frapper la Terre par une tempête solaire, fait que tout se coupe, les portables ne peuvent plus être utilisés, plus de télévision, plus d'alarmes, et justement le fait que tout se coupe déclenche une panique générale chez les gens.

Une tempête solaire peut frapper la terre, c'est véridique et c'est déjà arrivé, ce qui a causé des changements climatiques importants. Et c'est judicieux de l'utiliser car le fait de savoir que ça peut arriver glace le sang et fait naître une petite pression en lisant le roman.

Bien sûr, comme dans tout roman apocalyptique, la panique étant générale, les gens perdent tout sang-froid, des émeutes se créent, ils pillent dans les magasins, s’entre-tuent, des clans se créent etc.
Mais l'auteur, par son talent d'écriture, permet un renouveau dans ce style qui selon moi s'appuie sur ses acquis comme la plupart des styles littéraires.

Parlons justement du talent d'écriture de l'auteur. Etant son premier roman dans ce style littéraire, nous n'évitons pas quelques redondances, quelques fautes, certaines tournures de phrases un peu lourdes et quelques détails qui aurait pu être évités afin de ne pas alourdir le récit. Mais toutes ces erreurs peuvent aussi être un bon point, car cela montre que l'auteur n'est qu'au début de sa carrière et qu'il va s'améliorer je l’espère.

J'ai trouvé aussi le fait de faire une bande annonce pour présenter son roman excellent de la part de l'auteur, une très bonne idée, c'est même ce qui m'a poussé à le lire.

Je ne sais pas si l'écologie tient à cœur à l'auteur ou pas, mais dans ce roman, comme pour "Globalia" de Jean-Christophe Rufin, c'est vraiment présent par exemple dans l'énergie, mais aussi le recyclage et j'espère vraiment que l'auteur peut faire naître grâce à son récit un choc pour que nous prenions nous dans le monde réel conscience que la Terre s'appauvrit de jour en jour, nous consommons beaucoup plus que ce qu'il est permis, et que nous la tuons peu à peu.

Si j'ai vraiment un reproche à faire au livre, c'est le nombre de personnages à suivre, il y en à beaucoup trop et au fil du récit, en passant de l'un à l'autre, on a tendance à oublier qui ils sont, ce qui m'a obligé personnellement à revenir plusieurs fois en arrière dans le roman. Après, j'ai une petite mémoire, ça joue beaucoup aussi ^^.

Nous pouvons comparer le roman de l'auteur aux films du style 2012, le Jour d'Après etc.

J'ai vraiment été agréablement surpris par cette découverte, et je tiens à remercier l'auteur pour m'avoir fait découvrir son oeuvre, et je lui souhaite vraiment de continuer dans cette voie, qui ne peut lui être que bénéfique.

Je vous conseille donc de lire ce livre qui à le mérite de proposer quelque chose de nouveau.

Ma note : 16/20
Esprit es-tu là ? Esprit es-tu là ?
Jean-Philippe Vest   
Ce roman nous plonge au sein même du spiritisme avec un petit garçon qui découvre ses dons et qui, tout comme nous lecteur, au fil de ses découvertes et de ses questionnements fait son apprentissage. Les personnages sont attachants, le Paris post révolution, période choisie pour l'intrigue, apporte un univers et une atmosphère particulière le tout sublimé par le style et la plume raffinée de l'auteur.

par fan06
Les Grisommes T3 : Rédemption Les Grisommes T3 : Rédemption
Frédéric Livyns   
Je remercie Southeast Jones, ainsi que la maison d'édition Séma pour l'envoi de ce dernier tome de cette trilogie de Frédéric Livyns dans le cadre de notre partenariat.

La couverture change des deux autres, un peu plus foncé que les deux premières. Elle n'est pas notre préféré à mon fils et moi. Pourtant elle reflète bien le monde dans lequel Nathan va être obligé de passer pour sauver Orianne. Comme pour les deux précédents tomes, il y aura l'avis de mon fils, puis le mien.

Concernant mon fils : il a beaucoup aimé les épreuves de Nathan, surtout avec Nonosse, le squelette. Et pour les zombies, il a bien rigolé. Lui qui aime bien les histoires de zombies, il avait les mêmes préjugés que la plupart des gens. Surtout avec le mot "cerveau" répété par ces derniers. Il aime toujours autant Oriane, même si elle embrasse Nathan et pas lui. Et pour Sébastien il l'a traité de tous les noms. Il a beaucoup aimé les noms donnés aux robots, aux jeux entre les personnages qui lui ont rappelé des dessins animés, tel Alice au pays des merveilles. C'est un garçon qui aiment beaucoup quand il y a de l'action et ce dernier tome n'en a pas manqué. Il a même pensé à harry potter, pourtant il n'y a pas de "magiciens" mais le fameux trois têtes lui a fait pensé à cela. En plus il a vu un début de mythologie à son école, donc forcément il m'en a parlé en long en large et en travers !

Pour ma part, le livre suit le cours de l'histoire. Pas de saut dans le temps, juste une continuité. Nathan doit sauver son amie contre les griffes du/des méchants. En parallèle, nous avons également Sa grand-mère avec Thomas qui cherche comment faire pour le sauver de ce monde si différent, et enfin Oriane qui nous montre ce qu'elle vit d'heures en heures.

Nathan va devoir conjuguer son talent d'Elu, mais aussi celui d'adolescent intelligent pour s'en sortir. Entrer dans ce monde des enfers ne sera pas de tout repos. Il va faire beaucoup de rencontres. Avec le lapin blanc d'Alice, pardon, le lapin nommé Michabou, ils vont être obligé de suivre un chemin pavé d'embûches. Bon nombre de personnages vont faire leur apparition. Que ce soit pour les aider ou au contraire les obliger à faire des promesses, chacun va démontrer que les mots sont puissants et les liens tout autant. Frédéric, ainsi que sa fille, ont trouvé de bons plans pour ce cauchemar ambulant. Entre des zombies, des citrouilles, des moulins de Don Quichotte avec un diable en personne sans les épées, il y a de quoi faire. D'accord, j'ai pas mal imagé certaines scènes, mais c'est ce qu'elles m'ont fait penser. Et il y a d'autres surprises de cet acabit qui sont vraiment bonnes à découvrir.

Orianne est une jeune adolescente qui a des idées dans la tête. Elle trouve toujours un moyen de se faire des "amis" et tourner les choses à son avantage. Quant à Sébastien, je ne l'avais pas vu venir du tout. L'auteur arrive à en cacher des choses à ses lecteurs et franchement c'était vraiment bien trouvé. Nonosse est un personnage drôle, il est souvent dépressif. Quant à Michabou, il doit être une sacré boule de poil qui parle. Entre les deux, les trois personnages, il y a beaucoup d'humour piquant. Tout comme Hurlu et Berlu qui ont apparemment des soucis d'ordre psychologique, mais ce n'est pas leur faute. Comme les autres pantins du même acabit.

Il y a beaucoup de réflexions dans ce dernier tome. Les liens d'amour et d'amitié sont important et font déplacer des montagnes, ou des gens vers un château dont il faut sauver une hypothétique princesse. Ce qui est visible n'est pas forcément ce qui est réel. Je prends l'exemple des Zombies, mais il y a bien d'autres personnages qui auraient également le droit à cette référence. Les peurs enfantines n'ont qu'à bien se tenir face à un élu, car seule l'imagination est capable de venir à bout des cauchemars. L'écriture est toujours aussi prenante.

En conclusion, l'histoire nous emporte dans une barque qui pourrait faire peur, nous apporte des alliés qui ont une sale tête et des ennuis à n'en plus finir. Ce dernier tome clos cette histoire, mais elle laisse une porte ouverte sur une suite hypothétique.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-grisommes-tome-3-redemption-frederic-livyns-a137495062
Petites histoires à faire peur mais pas trop Petites histoires à faire peur mais pas trop
Frédéric Livyns   
Je remercie Southeast Jones ainsi que la maison d'édition Séma pour la lecture de ce recueil de nouvelles.

La couverture représente les 4 histoires qui sont à l'intérieur. Un peu sombre en comparaison de la lecture. Je l'ai lu deux fois. Une fois avec un groupe de jeunes filles de 14 ans en colonie de vacances et une autre fois avec mon fils de dix ans. Les réactions sont différentes mais malgré tout, les histoires ont été apprécié dans un sens ou dans l'autre. Le petit plus, une illustration à la fin de chaque histoire est intégrée dans le livre.

Concernant les nouvelles, il y en a donc 4 qui font références à des peurs enfantines, mais pas uniquement. Ce n'est pas parce que nous sommes devenus des adultes que les peurs ont disparu. Elles ont tout simplement été modifié.

« Le bois de la sorcière »

Ayleen et son petit frère Léo décident de passer par le fameux bois pour y cueillir des fleurs pour l'anniversaire de leur maman. Bien entendu, ce fameux bois, celui de la sorcière, a une très mauvaise réputation. Une méchante femme arriverait à faire perdre le chemin à celui ou celle qui oserait s'y promener. Sans compter les affreuses souffrances qui pourraient survenir. Les adultes protègent les enfants en leur disant ce qu'ils pensent être la vérité. Mais est-ce que c'est cela ? Est-ce que ce n'est pas pire, ou meilleur que tous les racontars ? Ayleen a des idées, de bonnes idées pour ne pas se perdre. Suffisant ou non, la rencontre se fera obligatoirement.

C'est cette histoire que les plus grandes ont apprécié le plus. J'avoue que j'ai mis le ton, fait les voix et racontée cette histoire alors qu'elles étaient sur le point de s'endormir. Pas de cauchemars ni de mauvais rêves.. Pour ma part, ce n'est pas ma préférée, mais elle est mignonne (oui pour une histoire qui fait peur mais pas trop.) Mon fils a le même avis que moi, celle-ci n'est pas celle qu'il a aimé, mais il a beaucoup apprécié suivre Léo.

« sous le lit »

Alors, celle-ci est ma préférée. Pas qu'elle fasse plus peur que les autres, mais il est vrai que rien que le titre, sous le lit, promet monts et merveilles. Ou plutôt horreur et angoisse. Le monstre dans le placard peut aller se renfermer entre ses portes. Celui qui se situe sous le lit est une véritable anguille. Le fait de ne pas voir, d'entendre des bruits, de se poser de nombreuses questions et d'imaginer... Ahhhh l'imagination, c'est grâce à cela, ou même plutôt à cause de cela, que nous nous demandons sans cesse ce qui se cache dans le noir. Ici, Bastien va le découvrir, car même en gardant la fenêtre ouverte sur une belle lune, cela ne suffit pas à faire redescendre la pression de cette peur.

« La cachette mystérieuse »

Cette histoire est la préféré de mon fils, comme quoi, les goûts et les couleurs... Aylenn et Léo (oui encore eux, ils n'ont vraiment pas de chance les pauvres) vont passer par un chemin alors qu'ils ne devraient pas. Comme quoi, les enfants ne savent pas écouter et encore moins suivre les conseils des adultes. Pourtant, on le dit si bien que c'est pour les protéger, mais... Mais ils n'en font qu'à leurs têtes. Des arbres, un chemin et une ombre fugace, clair qui passe pas loin d'eux. au lieu de fuir, ils vont tenter de découvrir ce que c'est. Pourtant, on est bien d'accord qu'ils n'écoutent pas. Cette fois, comme une autre, cela va leur permettre de rencontrer quelqu'un d'important.

« L’épouvantable »

Charlie et son petit frère Steven, sont dans une vieille ferme avec leur père pour les vacances. Mais tous les soirs, Steven voit des choses. Son angoisse se trouve devant lui, devant la maison, un peu plus loin dans les champs. Et lorsqu'il est persuadé que la chose bouge et se rapproche de la maison, il va avoir la peur de sa vie. Mais est-ce que ce ne serait pas plutôt le cri de leur père qui retentit dans cette demeure ?

Notre deuxième histoire préférée à tous les trois. Un magicien d'Oz des temps moderne, une angoisse qui n'est pas commune à tous, car en habitant en ville nous ne voyons pas les mêmes choses. Pourtant, le noir est toujours présent, l'imagination aussi.

Le fait de mettre des enfants dans le texte et de positionner les adultes dans leur rôle de protecteur et de "jesaiscequiestbonpourtoi" amènent ce qu'il faut pour mettre en action l'imagination de ces petits. Le noir est une couleur (valeur comme disait ma prof de dessin) présente dans toutes les nouvelles qui prend une ampleur démesurée. Ne pas voir donne des sueurs froides. Et au final l'imagination des enfants est vraiment plus débordante que celle des adultes, par contre ils sont bien plus curieux ! Chaque histoire a une morale, une intrigue, une idée en tête, de quoi donner des frissons au petits et grands, même si au final, ce sont les ados qui ont eu le plus peur.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/petites-histoires-a-faire-peur-mais-pas-trop-liveric-a131291906
Il sera une fois... Il sera une fois...
Southeast Jones   
http://magicaladventurebooks.blogspot.fr/2016/03/chronique-n21-il-sera-une-fois.html

La science-fiction n'est, de base, pas mon genre de prédilection, mais étant une grande amoureuse des recueils de nouvelles et ayant l'extrême envie de découvrir la plume de cet auteur, je me devais de lire cette œuvre. Je tiens donc absolument à remercier Southeast Jones, pour sa confiance et pour m'avoir permis de lire son livre.

Pour ce qui est des nouvelles, bien qu'elles m'aient toutes plus, j'ai, bien évidemment, quelques coups de cœur, notamment ''Barbares !'', '' Rétrocession'' et '' Noël Lointain''. Mais le plus important, c'est la façon dont l'auteur à de s'adapter aussi facilement à ses personnages et à jouer avec le caractère de chacun. Aucun se ressemble et chaque nouvelle nous apporte son lot de surprises. Certaines m'ont fait sourire et parfois même, j'ai pleuré.
Pour noter un autre point fort, j'ai énormément apprécié le petit côté mystérieux que dégageait la plupart des nouvelles. Le fait de ne pas en savoir grand-chose sur l'histoire, sur les personnages ou le contexte. C'est grâce à ça que la fin de chaque récit se trouve être une très grande surprise. Car oui, j'ai été étonnée bien plus d'une fois en tournant la dernière page de plusieurs nouvelles.
Les thèmes abordés nous font réfléchir, nous amènent à nous interroger sur ce qu'est réellement l'humanité, ce que nous, en tant qu'être humain, nous sommes et surtout, ce que nos nouvelles technologies peuvent ou risquent de réaliser dans le futur.

Concernant la plume de l'auteur, je n'aurais pas grand-chose à dire à part qu'elle est tout simplement magnifique. Dès la première nouvelle, j'ai été frappé par son style d'écriture, qui est d'une fluidité sans égal. Ses mots nous touchent, voir même, nous frappent en plein cœur. Il s'agit, pour moi, du plus gros point fort de ce livre. J'ai été absorbé par cette écriture. Mes yeux glissaient sur les mots tellement s'en était agréable à lire.

Pour conclure, il s'agit pour moi, d'une agréable surprise et d'une très bonne découverte. Je pense que tous fans de science-fiction devrait se procurer ce recueil de nouvelles. Dans mon cas, j'ai hâte de lire un ou de nouveaux écrits de l'auteur.

par Philla
Ceux d'en Haut, Tome 2 : Une promenade hors du corps Ceux d'en Haut, Tome 2 : Une promenade hors du corps
Luisa Gallerini   
Un très bon second tome, qui intègre un nouveau personnage haut en couleur et permet d’en découvrir beaucoup plus sur les immortels !



Encore une fois, deux époques se côtoient dans ce second volet de Ceux d’en haut. Nous retrouvons Marie dans son quotidien contemporain au cœur de notre belle capitale (attendez-vous à visiter quelques musées et jolies ruelles en sa compagnie !) ; et Adélaïde, une mère de famille bourgeoise, épouse d’un médecin pas si bien intentionné que ça, dans un Paris du 19e siècle.



La vie de Marie, en plein désœuvrement, se révèle assez vide jusqu’à ce qu’elle décide de farfouiller le darknet. Comme dans le premier tome, cette jeune femme aux innombrables ressources m’a épatée ! Bien que traversant une sacrée « crise d’éternité », elle ne se laisse pas abattre pour autant et est même déterminée à prouver à Luisa qu’elle peut s’en sortir toute seule… C’est sans compter un mystérieux hacker et les brigades du Big Bang Tree (l’Arbre Généalogique de tous les êtres humains). Vous l’aurez compris, j’ai accroché avec les idées de l’auteure, qui a tissé son intrigue grâce à notre technologie et aux problèmes qui en découlent (vol de notre vie privée, par exemple).



Mais j’ai encore plus aimé découvrir le Paris du 19e siècle et la vie d’Adélaïde. Cette jeune femme traversera de terribles épreuves, ignorant tout du « pourquoi » de son état, jusqu’à une belle rencontre, bouleversante. Elle tient bon malgré tout. Véritable cours d’histoire vivant, ces chapitres-ci m’ont tenu en haleine.



Et si le lien entre ces deux protagonistes a été assez aisé à repérer, les rebondissements de dernières minutes m’ont scotchée ! Attendez-vous à retrouver Luisa et Émilie d’une manière que vous ne pouvez imaginer !



J’ai regretté l’absence de romance, mais Luisa Gallerini, l’auteure, semble décidée à y remédier pour le troisième tome de cette série. C’est ce que la fin laisse supposer, du moins. Je l’espère vivement !



Toujours aussi ciselée et travaillée, la plume de l’écrivaine est un régal à lire. De l’humour, de l’émotion et des décors plantés avec brio… tout est au rendez-vous pour passer un excellent moment de lecture ! Foncez !

Read more at http://ma-boite-de-pandore.e-monsite.com/pages/chroniques/fantastique/ceux-d-en-haut/livre-un-une-promenade-hors-du-corps.html#qYjFiQJkSLI3TKqP.99
Ceux d'en Haut, Tome 1 : La Momie de Pâques Ceux d'en Haut, Tome 1 : La Momie de Pâques
Luisa Gallerini   
Attention, coup de coeur assuré! Suspense, rebondissements, personnages attachants, style top, du surnaturel, on apprend plein de choses sur l'égypte et la religion catholique, on voyage dans le temps et l'espace, bref, une grande aventure ! Et en plus, une belle histoire d'amour!

par ChloeD75