Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de manue14 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Du sang sur Abbey road Du sang sur Abbey road
William Shaw   
J’avais choisi ce livre parce que je pensais que la musique serait très présente. Mais j’avoue avoir été déçue. Bien sûr William Shaw en fait allusion mais finalement Abbey Road n’est que peu exploitée… C’est dommage d’ailleurs.
Ne lisez donc pas ce livre en pensant y trouver des passages avec les Beatles ou d’autres allusions musicales. Il y en a mais très peu…
En ce qui concerne l’enquête, William Shaw nous fait partager le quotidien d’une équipe de policiers d’une autre époque. En effet l’histoire se passe en 1968, et finalement je trouve cela intéressant de voir comment les enquêtes pouvaient se dérouler à cette époque.

Ce qui m'a plu c’est que William Shaw mêle enquête mais aussi vie privée. L’enquête avance doucement, peut-être un peu trop doucement à mon goût, mais elle reste tout de même réaliste.
Les personnages sont vivants, l’auteur leur crée à tous une vie, une personnalité différente à chacun d’entre eux, et surtout un rôle bien précis. Aucun personnage n’est là par hasard et je trouve cela vraiment bien.

Dans l’enquête rien n’est laissé au hasard, William Shaw nous fait partager le quotidien de ce duo Breen/ Tozer. Ce sont deux personnages totalement opposés mais finalement qui vont apprendre à travailler ensemble. L’auteur ne nous cache rien, que ce soit les interrogatoires des voisins, des suspects, les indices, les preuves… Petit à petit on peut se faire notre propre idée puisque le meurtrier n’est révélé qu’à la fin.
Les deux personnages Breen et Tozer, même s’ils sont différents, sont attachants, et je pense qu’on peut facilement se mettre à leur place, s’identifier à l’un des deux.

Les descriptions ne sont pas assez présentes personnellement. Je trouve que William Shaw aurait pu les approfondir.
Ce qui m’a vraiment plu c’est que l’auteur donne beaucoup de détails en ce qui concerne les endroits comme par exemple les noms de rues ou de lieux publics. L’histoire se passe à Londres, ville que j’ai visitée mais je trouve que l’auteur aurait pu rajouter quelques plans de la ville pour que le lecteur s’y retrouve un peu plus. Après tout même si on visite une ville on ne se rappelle pas forcément des noms des rues… Mais par contre si on a envie d’aller voir où l’auteur a pris son inspiration c’est tout à fait possible et cela génial !

Ce que j'ai vraiment bien dans cette enquête comme dans la partie privée des personnages c’est que c’est vraiment réaliste. C’est d’ailleurs un des rares polars (ou thrillers) qui se finit de manière réaliste. Je ne vous dévoile pas la fin mais je pense qu’elle peut vous surprendre autant qu’elle m’a surprise.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/search/label/affaire%20n%C2%B0010

par manue14
La Boutique du Père Maurin La Boutique du Père Maurin
Jean-Marie Cauët   
Le roman est assez intéressant dans l’ensemble.
Bien qu’il se passe beaucoup de choses en peu de temps tout est lié et donne une enquête assez intéressante.
Les personnages sont simples, on pourrait les rencontrer au coin d’une rue. Ce sont des personnes qui pourraient être nos amis, nos voisins ou des membres de notre famille et je pense que c’est cela qui rend l’histoire plus « humaine ».

Jean-Marie Cauët nous dresse le portrait de personnages assez différents les uns des autres en incluant tout de même quelques stéréotypes.
J’ai beaucoup aimé le duo d’inspecteurs en herbe je trouve que ces deux personnages sont vivants et j’ai aimé lire les passages les concernant.
L’auteur change très souvent de points de vue, c’est une bonne chose surtout qu’il y a beaucoup de protagonistes et c’est donc assez agréable de voir ce qu’ils pensent les uns des autres ou comment ils voient les choses.
Pourtant ce qui m’a un peu gênée, bien que l’auteur fasse assez souvent des rappels, c’est que j’ai parfois mélangé les noms des personnages et leurs rôles… Ils sont peut-être un peu trop nombreux.

Le fait que Jean-Marie Cauët utilise un point de vue externe m’a perturbée dans le sens où j’aurais aimé entrer dans la peau des personnages et vraiment être à l’intérieur de l’enquête. Avec un point de vue extérieur c’est vraiment plus difficile. Malgré tout, les personnages restent attachants et presque familiers.
La fin est intéressante, ce n’est que lors des dernières pages que l’on sait qui est derrière toute l’histoire et je trouve cela intéressant. L’auteur nous amène sur diverses pistes sans nous donner réellement le nom du coupable. Ce n’est qu’à la fin que l’on connaît son nom. Le suspense est donc présent jusqu’au bout.
J’aurais tout de même apprécié avoir des réponses précises concernant certains personnages, mais il n’y a pas vraiment de réponses et ce que j’ai trouvé dommage c’est que l’auteur nous laisse dans le flou concernant leur futur. C’est à nous, lecteurs, de le deviner, cela est bien mais c’est en même temps assez frustrant.

Le style de l’auteur est correct même si j’ai trouvé certaines formulations de phrases un peu maladroites.
Le roman se lit assez facilement et on prend plaisir à suivre les aventures des personnages.
En résumé, un roman assez sympathique avec lequel on passe un bon moment.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2015/05/affaire-n51-la-boutique-du-pere-maurin.html

par manue14
Le bandit n'était pas manchot Le bandit n'était pas manchot
Jérôme Jarrige   
Cette histoire se passe à Antibes, dans ma ville.
C’est rare d’avoir une enquête de police qui se passe dans cette ville !
L’enquête se passe d’un point de vue d’un commissaire de police, le point de vue est interne et je trouve que Jérôme Jarrige arrive à nous plonger dans la vie de ses personnages.
Néanmoins j’aurais bien aimé que l’auteur alterne les points de vue. Cela aurait pu être intéressant de savoir vraiment comment un autre membre de l’équipe voyait cette affaire.

Jérôme Jarrige intègre aussi des dialogues entre un psychologue et son patient.
L’idée est bonne, même si j’aurais aimé qu’il y en ait d’autres et que ce soit un peu plus approfondi. Là il n’y a que les dialogues, on ne sait pas véritablement ce que pensent et ressentent les deux personnages.

L’auteur met beaucoup de détails concernant les lieux. Nous retrouvons les noms de quartiers, de rues… C’est vraiment génial surtout quand comme moi on habite la ville. Par contre les lieux manquent tout de même de descriptions…
L’auteur oublie aussi les indices de temps. On ne sait donc pas du tout quand se passe l’histoire. C’est dommage !

Il n’y a pas beaucoup de femmes dans ce roman. Mais l’une d’entre elles a un rôle tout de même important. J’aurais peut-être aimé quelques points de vue internes la concernant.
Au niveau des descriptions, elles sont parfois un peu sommaires. L’auteur décrit certaines choses dans les détails mais n’exploite pas assez les femmes mortes, ni les physiques des personnages. C’est parfois un peu frustrant de ne pas pouvoir s’imaginer les scènes de crime dans les détails.

C’est un roman assez bon mais qui manque parfois de détails dans les scènes de crimes.
Par contre on sent que l’auteur s’est beaucoup documenté en ce qui concerne les procédures et l’enquête en général.
Je pense que c’est vraiment le point fort du roman.
Pour finir c’est un bon roman, qui se lit facilement et que l’on peut suivre même si l’on ne connaît pas le monde du polar.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/search/label/affaire%20n%C2%B0025

par manue14
Meurtre d'une écolière Meurtre d'une écolière
Colin Wilson   
L’histoire dans l’ensemble est bonne et bien ficelée.
Colin Wilson arrive à tenir son lecteur en haleine et ne dévoile le meurtrier qu’à la toute fin, du coup on peut vraiment suivre toute l’enquête.

Ce que j’ai vraiment aimé c’est que Colin Wilson détaille tout, que ce soit les scènes de crime, l’enquête, mais aussi l’autopsie. Ce n’est pas gore je vous promets. Tout le monde peut donc lire ce livre. Par contre je vous conseille d’abord d’en lire d’autres ou de regarder des films afin de vous familiariser avec le vocabulaire. En effet Colin Wilson utilise la plupart du temps le langage typique des autopsies et des scènes de crimes donc il se peut que si vous lisez ce livre sans en avoir lu d’autres avant vous ne compreniez pas tout… Mais je pense que vous pouvez toujours trouver les explications sur internet.

Certaines idées sont peut-être un peu plus adultes, même si elles ne sont pas aussi détaillées que certaines scènes d'autopsies. Je le conseillerais tout de même donc à un public un peu plus averti, proche des dix-sept ou dix-huit ans. Certaines scènes ou évocations peuvent un peu déstabiliser certaines personnes qui ne sont pas habituées.

Les idées s’enchaînent bien et le lecteur découvre tout en même temps que le personnage principal.
Ce que j’aurais peut-être aimé voir c’est plusieurs points de vue, cela aurait pu être intéressant d’exploiter d’autres points de vue des autres personnages. Là Colin Wilson utilise un point de vue externe mais se concentre surtout sur un personnage, c’est parfois un peu frustrant.

L’auteur met tout de suite le lecteur sur une fausse piste comme il le fait d’ailleurs avec ses personnages, c’est assez original mais ce qui est un peu dommage c’est que ça ne dure pas et on ne sait pas vraiment combien de temps dure l’enquête. De plus il aurait pu rajouter les indices de temps dans l’histoire.

La fin ne m’a pas vraiment paru à la hauteur de l’histoire en général, j’avoue que j’ai été déçue. Finalement l’auteur laisse trop de suspense, c’est dommage. En finissant le livre je me suis même demandé s’il n’y avait pas des pages qui manquaient ou s’il n’y avait pas un tome 2, mais non… C’est donc une fin un peu frustrante et qui se termine trop brusquement.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/search/label/affaire%20n%C2%B0008

par manue14
L'Homme au complet marron L'Homme au complet marron
Agatha Christie   
J’avais déjà entendu parler de cette auteure mais je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire un de ses romans. C’est chose faite à présent !

L’enquête en général est bien tournée, il y a du suspense jusqu’au bout, c’est donc un bon point.
Ce que j’ai apprécié c’est que l’auteure cherche à brouiller les pistes, finalement on ne sait plus qui croire c’est donc assez intéressant. Jusqu’à la fin il y a plusieurs éventualités qui se proposent aux lecteurs. Et c’est vraiment à la fin que l’on connaît le coupable.
Par contre ce qui m’a gêné ce sont les divers personnages et leurs différentes identités, à la fin du roman on ne savait plus qui était qui. C’est un peu le point noir que je pourrais reprocher à ce roman…

L’auteure prend tout de même le temps de bien approfondir ses idées et l’enquête avance doucement avec quelques rebondissements de situations là où il faut.
J’ai beaucoup aimé l’idée de mettre des passages de journal intime. Je trouve que cela donne un plus au récit.
Par contre j’aurais aimé avoir des points de vue internes concernant les autres personnages, je pense que cela aurait donné une autre dimension à l’histoire.

Ce qui m’a un peu déçue c’est le manque de détails, j’ai trouvé qu’il n’y avait pas assez de descriptions tant au niveau des personnages que des lieux.
J’aurais vraiment apprécié avoir plus de détails physiques des personnages, pouvoir arriver à me les imaginer. Et cela n’a pas été le cas…
Pour ce qui est des lieux c’est un peu la même chose, je ne suis pas arrivée à les imaginer.

La fin m’a un peu déçue c’est classique et peut-être un peu trop romancé à mon goût, c’est vraiment dommage… Je m’attendais à une fin comme celle-là mais peut-être pas racontée de cette façon, j’ai eu l’impression de me retrouver dans une romance plutôt dans un polar… Déception donc pour la fin…

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/search/label/affaire%20n%C2%B0041

par manue14
violeurs d'anges violeurs d'anges
Serge Gueguen   
Le sujet du roman, la pédopornographie, est un sujet assez sensible. C’est un thème qui malheureusement peut toucher n’importe qui en tant que victime, notre enfant, celui du voisin, celui qui est ami avec notre enfant…
Dans ce roman Serge Gueguen nous explique que tout le monde peut être coupable, homme, femme, mari, voisin et qu’il y a des réseaux souvent bien organisés derrière tout cela.
L’histoire est traitée parfois un peu trop durement, mais je pense que c’est pour faire comprendre aux lecteurs que le danger se trouve partout.

Ce qui m’a un peu déçue c’est que l’auteur traite de divers sujets, j’aurais aimé qu’il se concentre sur ce sujet qui est déjà très dur et sensible pour ne pas en rajouter d’autres… J’ai un peu l’impression que l’écrivain voulait dénoncer plusieurs choses qui le touchent et il intègre tout cela dans un seul et même roman.
A la limite, ce qui aurait pu être mieux, et surtout plus intéressant c’est de traiter certains de ses sujets dans d’autres romans pour qu’ils aient une place vraiment à part et non pas comme ici mêlés à d’autres problèmes.

Certains passages sont pour ma part un peu trop décrits. J’aurais apprécié que l’auteur se concentre sur les sentiments et ressentis des victimes plutôt que de décrire des scènes trop crues.
En ce qui concerne les physiques des personnages il n’y a par contre presque pas de descriptions, c’est un peu décevant selon moi.

J’ai beaucoup aimé les changements de points de vue qui nous permettent d’envisager plusieurs facettes de l’histoire. Nous pouvons donc voir la vision des différents protagonistes, des victimes, des policiers mais aussi et surtout de tout un réseau.
Ce qui m’a par contre un peu dérangée c’est qu’il n’y a aucune indication concernant les changements de points de vue. L’auteur ne saute même pas de ligne et c’est parfois un peu déstabilisant. Je pense qu’au moins un espace entre chacun aurait été nécessaire. Ou alors il aurait été intéressant de changer de point de vue en même temps que de chapitre même si certains aurait été plus courts que d’autres cela n’aurait pas été gênant.

Pouvoir suivre le parcours de certaines victimes donne de l’espoir et nous nous rendons compte que même si le chemin est long elles peuvent s’en sortir.
La fin du roman nous fait une sorte de petit résumé de la vie des personnages et des victimes. C’est peut-être un peu sommaire selon moi…
A la fin du roman Serge Gueguen intègre le témoignage d’une mère. Il nous montre une fois de plus que le coupable peut se trouver n’importe où et même sous notre toit.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2015/05/affaire-n053-violeurs-danges-de-serge.html

par manue14
13 heures 13 heures
Deon Meyer   
L’histoire est intéressante dans son ensemble.
Les idées sont bien exploitées et j’ai beaucoup aimé l’idée que le roman soit divisé en tranches d’heures je trouve cela original. Cela nous permet aussi de nous rendre vraiment compte de ce qui se déroule.
J’aurais par contre peut-être souhaité retrouver aussi des heures dans le roman en lui-même et cela n’a pas été le cas. Je pense que rajouter ces informations directement dans l’histoire aurait donné une autre dimension à cette dernière et nous aurait permis de nous rendre compte plus facilement de ce qui se passe et du peu de temps durant lequel dure l‘histoire.

Ce qui m’a vraiment gênée c’est le nombre de personnages présents tout au long du roman. Il y a deux affaires en même temps, ce n’est déjà pas facile d’en suivre une s’il y a beaucoup de personnages mais deux cela devient tout de suite un peu plus compliqué…
Je pense qu’il aurait fallu mettre moins de personnages ou du moins n’en évoquer que certains.
Heureusement qu’à la fin l’auteur fait une sorte de bilan pour éclaircir les enquêtes sinon je crois que je n’aurais pas su vraiment démêler tout cela.

Les descriptions sont parfois un peu faibles que ce soit pour les personnages, leurs ressentis ou même les lieux.
J’ai d’ailleurs était déçue pour ces derniers, l’histoire se passe en Afrique du Sud. Je m’attendais à avoir des descriptions nous montrant les paysages, les villages, les coutumes ou le quotidien des gens de là-bas mais pas du tout… Je trouve cela décevant…
J’ai par contre apprécié le fait que l’auteur changeait de points de vue pour nous montrer différentes visions de l’histoire. Par contre il y en a peut-être trop et ils changent souvent trop vite… Certains ne font parfois que quelques lignes ou une seule page.

Ce qui est appréciable c’est qu’il y a du suspense jusqu’au bout. En effet même si Deon Meyer nous met sur la piste de certaines choses on ne peut pas entièrement deviner tout ce qui engendre ces meurtres et je trouve cela très bien.
En résumé un roman qui n’a pas été un coup de cœur, que j’ai eu du mal à finir mais qui est intéressant par ses idées.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2015/12/affaire-n114-13-heures-de-deon-meyer.html

par manue14
virées nocturnes virées nocturnes
Alexandre Verkelak   
La première nouvelle « Mea culpa » m’a beaucoup plu par son histoire.
L’auteur expose ses idées et amène peu à peu ses lecteurs à la solution. Nous ne découvrons le coupable qu’à la toute fin ce qui est très agréable.

Ce qui m’a un peu dérangée c’est que j’ai trouvé la nouvelle assez courte. En effet elle ne fait qu’environ 30 pages alors que l’on pourrait tant écrire sur cette enquête. J’ai parfois eu l’impression que l’auteur se retenait d’en écrire plus et j’ai trouvé cela un peu dommage et frustrant.
J’aurais apprécié avoir un peu plus d’éléments et que le protagoniste nous fasse partager son enquête, les interrogatoires de suspects. Il y a toutes ces choses évidemment mais j’ai trouvé que cela restait tout de même un peu trop en surface.

Les idées sont intéressantes et encore peu exploitées, même si j’ai déjà lu un roman traitant de ce sujet.
J’aurais peut-être aussi aimé qu’il y ait d’autres victimes pourquoi pas un ou deux autres couples, cela aurait pu être intéressant et pimenter l’enquête.
Ce qui est un petit peu dommage c’est qu’Armand découvre tout de suite, après avoir lu l’autopsie, qui est le coupable. La raison est expliquée mais à partir de là il n’y a plus de surprise…

J’ai beaucoup aimé la dernière scène, elle est pleine de suspense et on sent que pour Armand rien n’est fini et qu’au contraire tout ne fait peut-être que commencer !

« Qui va à la chasse » la deuxième et dernière nouvelle de la partie « virées lilloises » nous ramène un peu au roman « Sombre avenir » que j’ai chroniqué il y a quelques mois.
Personnellement j’ai beaucoup aimé retrouver l’univers de l’auteur dans cette nouvelle. Mêler histoire vampirique avec policier me plaît vraiment et je trouve que c’est original !

Les personnages sont bien approfondis dans cette nouvelle.
J’aurais par contre peut-être apprécié avoir des points de vue concernant le tueur. Il n’y en a pas et je pense qu’en rajouter permettrait de donner une autre dimension et plus de suspense à l’histoire. Toutefois si des points de vue étaient ajoutés il faudrait faire en sorte de ne rien révéler aux lecteurs.

Les parties scènes de crimes sont bien écrites, il manque peut-être parfois des détails… Je ne suis pas arrivée à totalement m’imaginer ces dernières. Je pense qu’il ne faudrait pas grand-chose pour que l’on arrive à totalement vivre les situations.

Le retournement de situation est bien amené et on ne s’y attend pas du tout. J’ai vraiment été surprise et en même temps heureuse de retrouver un peu de l’univers de l’auteur même s’il ne dure pas très longtemps…

La deuxième partie du roman, « Virées parisiennes », commence avec la nouvelle « L’Eros de la nuit ».
Personnellement cette nouvelle m’a déstabilisée. Je ne suis pas du tout habituée à lire des nouvelles érotiques, je n’en ai d’ailleurs jamais lues n’aimant pas vraiment ce genre de littérature.
J’ai donc peu apprécié cette nouvelle mais elle est assez intéressante. Ce n’est pas vulgaire et même si j’ai parfois été mal à l’aise à cause du nombre de scènes et de certaines situations je pense que c’est tout de même une nouvelle qui peut plaire. Il faut juste être habitué à lire ce genre d’histoire.

J’ai été un peu déçue que l’enquête sur le meurtre ait été reléguée au second plan. Il aurait pourtant été intéressant que le personnage de Didier mène sa propre enquête… Là ce n’est pas le cas.
Alexandre Verkelak se concentre trop sur les relations intimes des personnages et oublie trop rapidement le reste…
J’ai par contre beaucoup aimé les poèmes présents dans la nouvelle. Je ne sais pas si ce sont des poèmes connus ou écrits par l’auteur mais en tout cas ils sont vraiment très beaux.

La fin est intéressante et laisse la place à un peu de suspense, ce qui est une bonne chose.

Pour la deuxième nouvelle, « La chasse aux sorcières » Alexandre Verkelak nous plonge dans un univers un peu plus sombre. Il nous fait partager durant quelques jours le quotidien assez particulier de personnes qui sont contre les sciences occultes et celles qui pratiquent la magie.
J’ai beaucoup apprécié cette nouvelle qui nous fait réaliser que les personnes ne sont pas forcément ce qu’elles prétendent être et qu’il ne faut pas se fier seulement à l’apparence.

Ce qui manque vraiment à cette nouvelle, ce sont les descriptions des sentiments des différents protagonistes.
Je ne suis pas arrivée à comprendre comment ils « voyaient » et vivaient ce qui leur arrivait. J’aurais vraiment souhaité en savoir plus à ce sujet.

La fin est intéressante et nous laisse penser à une suite. On peut aussi essayer de s’imaginer le futur des personnages.

Pour ce qui est de la dernière nouvelle, « Le prêtre », je suis assez hésitante. J’ai bien aimé l’histoire mais l’auteur oublie complètement l’enquête et se concentre vraiment plus sur les vampires et ceux qui leur veulent du mal…
J’aurais peut-être plus apprécié cette nouvelle s’il y avait une enquête, même personnelle et non officielle.

Pour ce qui est des idées elles sont tout de même assez bien traitées et l’auteur arrive facilement à nous amener dans son univers.
Concernant les sentiments des personnages ils ne sont parfois pas assez approfondis. Je ne suis pas arrivée à totalement m’imaginer ce que pouvait ressentir les personnages face à certaines situations…
Pour ce qui est des passages de « combats » j’aurais peut-être souhaité qu’ils durent plus longtemps. Ils sont trop vite écourtés ou « résolus » c’est un peu dommage…

La fin laisse un sentiment de frustration, on ne sait pas quelle sera la fin et s’il y aura une suite ou pas… je trouve dommage d’avoir laissé l’histoire s’arrêter comme cela…

En général il y a tout de même de bonnes nouvelles, on retrouve dans ces dernières la plume fluide de l’auteur. Un style agréable et facile à lire.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2015/12/affaire-n115-virees-nocturnes.html

par manue14
Teddy est revenu Teddy est revenu
Gilbert Gallerne   
L’histoire reste assez simple mais je pense que c’est ça qui peut plaire, le fait que l’histoire peut arriver, malheureusement, à n’importe quelle mère…
Le style de Gilbert Gallerne est peut-être un peu léger. J’ai trouvé qu’il n’approfondissait pas vraiment les sentiments de ces personnages.

Dans la première partie de l’histoire on est tout de suite plongé dans l’histoire, et le quotidien de cette mère qui part à la recherche de sa fille disparue depuis cinq ans.
Gilbert Gallerne nous explique assez bien toutes les démarches de cette femme, de ce côté-là il n’y a rien à dire. Mais j'ai été plus gênée au niveau des sentiments et des ressentis.
L’auteur reste peut-être un peu trop en surface et du coup je ne suis pas arrivée à vraiment ressentir le désespoir, parfois la rage qui se consume en elle ou l’espoir qui l’anime quand elle reçoit des informations importantes. Ce sont des choses-là que j’aurais vraiment aimé trouver mais que malheureusement je ne suis pas arrivée à ressentir.
L’auteur se concentre trop sur les éléments de l’enquête mais en oublie les descriptions…
Pour ce qui est des personnages c’est un peu la même chose, je ne suis pas arrivée à me faire une idée précise de leurs physiques… J’ai été vraiment frustrée à ce niveau-là.

La deuxième partie est bonne mais je trouve un peu dommage que Gilbert Gallerne ne laisse pas assez de suspense. Finalement tout ou presque nous est dévoilé…
Gilbert Gallerne joue avec les points de vue c’est une bonne idée, j’ai beaucoup aimé voir les différents personnages et leurs réactions mais j’aurais apprécié qu’il y ait plus de suspense.
Certains personnages sont attachants, par contre ce que j’ai trouvé un peu dommage c’est que l’auteur n’approfondissait pas assez les sentiments et ressentis de ses personnages. Au final ils sont un peu tous traités de la même manière… J’aurais pourtant aimé voir une différence au niveau du caractère des personnages, de leur statut, mais là il n’y avait rien, c’est dommage.

La troisième et quatrième partie nous révèlent l’intrigue. Là par contre au final Gilbert Gallerne nous surprend. Nous sommes un peu déstabilisés et au final on a envie de se demander comment va finir cette histoire. Finalement le lecteur est surpris et l’auteur a réussi son coup. Les derniers chapitres nous surprennent et même si l’histoire parait banale la fin est prenante.

Dans l’ensemble, j’aurais voulu avoir plus de descriptions, plus de détails physiques et mentaux des personnages. Là c’est vrai que pour ces parties je trouve que l’auteur ne creuse pas assez, c’est dommage.
Ce que je regrette un peu aussi c’est que l’auteur ne mette pas plus de morts et ne creuse pas assez la vie de Simon, c’est pourtant un personnage très intéressant que Gilbert Gallerne aurait pu plus approfondir, je suis frustrée de ce côté-là…

En résumé un roman assez simple que je conseille aux jeunes lecteurs qui veulent découvrir doucement le monde du polar.

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/search/label/affaire%20n%C2%B0002

par manue14
Alors voilà : Les 1001 vies des urgences Alors voilà : Les 1001 vies des urgences
Baptiste Beaulieu   
J’ai bien aimé les histoires racontées dans ce livre. J’ai trouvé certaines touchantes, d’autres tristes et d’autres un peu plus communes.
Dans ce livre, Baptiste Beaulieu nous fait partager sept jours de sa vie, de son quotidien.

Ce qui m’a un peu dérangée c’est le style de l’auteur, on sent une plume jeune, légère, peut-être même un peu trop. J’aurais aimé que l’auteur donne un peu plus de sérieux à certaines histoires.
L’ensemble est écrit sur un ton peut-être un peu trop insouciant. J’ai eu l’impression qu’avec Baptiste Beaulieu on pouvait rire de presque tout… J’aurais peut-être voulu voir un peu plus de réalisme quand il nous retranscrit certaines de ses histoires…

Les personnages ont chacun leur surnom, je pense que c’est pour préserver leur anonymat, ce qui semble normal. Les surnoms sont assez originaux et correspondent souvent à des traits de caractères ou physiques des personnages. L’idée m’a paru assez sympathique.
Ce qui m’a un petit peu dérangé c’est qu’à part leur trait de caractère il n’y a pas vraiment de descriptions… J’aurais aimé pouvoir m’imaginer le malade, le médecin, l’interne et là cela n’a pas vraiment été le cas.

Ce qui aurait pu être intéressant c’est d’intégrer aussi des petites informations que l’auteur aurait pu apprendre pendant ses années d’études.
J'ai trouvé aussi le livre trop court, j'aurais aimé en lire plus ! Envie de connaître la vie d'autres personnages qui ont croisé la route de cet interne.

En résumé un livre assez sympa, peut-être un peu trop léger à mon goût, personnellement je pense qu’on ne peut pas rire de tout… Certaines histoires auraient mérité d’être racontées avec un peu plus de sérieux et une écriture peut-être un peu plus mature mais dans l’ensemble Baptiste Beaulieu nous fait entrer dans son quotidien, un quotidien où il se passe toujours quelque chose !

http://fais-moi-peur.blogspot.fr/search/label/affaire%20n%C2%B0034

par manue14