Livres
388 013
Comms
1 360 455
Membres
276 293

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Marathon men ajouté par Folize 2017-04-13T12:11:40+02:00

« … Bon, nos échanges par mails se passaient bien, il était sympa et je le sentais ouvert, tu vois. Tu parles ! En fait de gros enfoiré, c’était un champion du monde ! »

Il. Gwenaël, qui picorait des miettes de praliné dans son assiette, manqua de s’étouffer. Clairement, Victorien était lancé et, peut-être chauffé par le Champagne, en train de dévoiler des choses qu’il risquait de regretter après coup. Mais cette information avait mis le jeune homme en émoi. C’était impossible. Inespéré. Comment agir, maintenant ?

« … et il m’a laissé payer, l’enflure. Dire qu’ensuite je me suis rendu malade pour une bordille pareille !

– Euh… une quoi ? balbutia Gwenaël, désespérément à la recherche d’une contenance.

– Une pourriture, une ordure ! » Victorien siffla d’un trait ce qui restait dans sa flûte et lorgna la bouteille, presque vide. « Ouah, on a éclusé, en fait.

– Oui, et d’ailleurs, je… je vais y aller… il commence à se faire tard…

– Marre de ne tomber que sur des cons et des mecs qui ne cherchent que des coups d’un soir, poursuivit Victorien sans faire aucun cas de sa déclaration. Moi, ce que je veux, c’est quelqu’un de bien… quelqu’un comme toi. »

Et sans laisser le temps à Gwenaël, médusé, de dire ou faire la moindre chose, il passa ses bras autour de son cou et l’embrassa à pleine bouche.

Sucré. Alcoolisé. Cacaoté. Fougueux, vorace, impétueux, enivrant comme la plus capiteuse des liqueurs. Doux et délicieux aussi. L’espace d’une seconde, et bien qu’il fût demeuré raide comme un piquet, bras ballants, air stupide en prime, Gwenaël se sentit emporté par un maelström d’émotions qui le remuaient jusqu’au tréfonds de l’âme. Puis, Victorien rompit le baiser et recula vivement, l’air bouleversé.

« Oh merde, je suis désolé, je crois que j’ai trop bu et… excuse-moi ! » plaida-t-il, aussi mortifié que s’il allait fondre en larmes. Ses lèvres tremblaient. Des lèvres si conquérantes l’instant d’avant, qui avaient mis à bas, d’un seul coup, les murailles érigées par Gwenaël autour de son cœur.

Plus rien ne pouvait être pareil après un tel baiser.

La honte, la peur, le mal-être, les hésitations disparurent. Tout aussi brusquement que Victorien l’avait embrassé, Gwenaël l’étreignit à son tour et colla sa bouche à la sienne, cherchant de sa langue empressée celle de son ami dont les mains encerclèrent sa nuque, glissèrent le long de son dos. Il sentit contre sa poitrine le relief des pectoraux sous la chemise, son torse athlétique qu’il brûlait d’admirer, de caresser des doigts et des lèvres. Un incendie lui embrasa le ventre et enfin, le souffle un peu court, il s’écarta.

« Tu ne l’as pas mal pris, alors… » haleta Victorien dont les yeux sombres étincelaient. Pour toute réponse, Gwenaël le dévisagea avec une intensité ardente avant de happer à nouveau ses lèvres. S’il avait lui aussi pas mal bu, son ivresse était d’une autre nature ; le goût, l’odeur, la chaleur de Victorien lui montaient à la tête et intoxiquaient ses sens. C’était fort, brutal, incroyablement charnel. Sa langue dansa avec celle du jeune homme qui se laissa lentement basculer en arrière en l’entraînant avec lui.

Afficher en entier
Extrait de Marathon men ajouté par FeatherWenlock 2017-09-28T22:02:38+02:00

« Alors, mon accompagnateur préféré, c’est pas tout bénef de sortir avec un handi ? lança malicieusement le jeune homme à la sortie du musée du cinéma. Non seulement tu passes à l’œil mais tu ne fais pas la queue au guichet.

– Hum… Je ne vais peut-être pas te quitter tout de suite, alors », répondit Gwenaël du même ton léger.

Afficher en entier