Livres
594 954
Membres
672 713

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Marguerite



Description ajoutée par TerverChante57 2018-01-04T10:52:33+01:00

Résumé

Août 1939. Tout juste mariée, Marguerite voit partir son époux Pierre, mobilisé. Seule dans un monde chaque jour plus hostile, la jeune femme se crée de nouvelles amitiés : Raymonde, la postière affranchie, André, un jeune Gitan, et même Franz, un soldat allemand amoureux de la langue française.

Au fil des saisons, alors qu'en elle la jeune mariée s'efface, Marguerite se réinvente.

Portrait sensible d'une femme sur le chemin de la liberté, Marguerite est bien plus qu'un magnifique roman sur la guerre.

Source/France Loisirs

Afficher en entier

Classement en biblio - 10 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par hcdahlem 2017-03-10T19:04:18+01:00

Marguerite descend de l’estrade par une petite échelle de bois, sa main droite serrant le haut de sa robe sous son menton. De profil, elle ressemble à l’un de ces grands oiseaux charognards qui ont le cou et la tête déplumés.

Pour la photo, on la fait mettre à genoux à l’avant d’une rangée d’hommes, plutôt jeunes, dont certains portent cartouchières et fusils. Ils sourient, insouciants comme des conscrits avant les classes. Un morceau de carton passe de main en main provoquant l’hilarité. On le place bien en vue devant les deux femmes afin qu’on puisse y lire les mots de « collaboratrices horizontales » peints en blanc.

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Maximousse24 2018-09-08T08:41:05+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Mimi60800 2022-05-14T00:34:35+02:00
Or

Une jolie découverte que ce roman, qui nous raconte l'occupation allemande au quotidien.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aelyshan 2018-06-24T19:50:26+02:00
Argent

Pas une lecture qui fait passer un moment de détente non, mais une lecture touchante sans être poussée à fond dans le dramatique. Une lecture qui permet de découvrir la vie de certaines personnes en ces temps affreux de guerre.

Une lecture qui met en scène un personnage féminin qui au fil du temps et au fil des épreuves qu'elle rencontre va se renforcer, s'endurcir et ne pas hésiter à s'affirmer en tant que femme, à affirmer des valeurs féministes. C'est un personnage que j'ai beaucoup apprécié, et qui pousse à l'admiration par sa force alors qu'au début elle n'est qu'une jeune mariée qui rêve à un avenir plein d'amour et de normalité. Les autres personnages qui l'entourent ne sont pas en reste non plus. Toutes les facettes de cette Deuxième Guerre Mondiale n'ont pas été exploitées mais ce n'était pas utile, l'auteur offre une plongée dans la vie d'un petit groupe de personnes qui essayent de tenir le coup.

Le tout narré avec une plume distante et dure qui n'épargne pas les sentiments du lecteur. Une plume adaptée au contexte sans être trop brutale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par hcdahlem 2017-03-10T19:04:13+01:00
Or

Août 1944. Une grande partie de la France est libérée, mais au milieu de la liesse populaire se déroulent des scènes dramatiques, car il s’agit aussi de faire payer ceux qui ont pactisé avec l’ennemi, de se venger, voire de se dédouaner à bon compte. Quelques jours après la libération de la ville, trois gars attendent Marguerite à la sortie de l’usine pour la conduire sur la place de l’hôtel de ville où elle sera tondue, enduite de trois croix gammées au goudron sur son front et ses joues et affublée d’un carton portant l’inscription «collaboratrice horizontale».

Après cette scène inaugurale violente, Jacky Durand reprend le récit dans sa chronologie. Il retrace les cinq années qui ont précédé, depuis cette année 1939 qui a vu la célébration de son mariage avec Pierre et l’emménagement dans leur nouveau foyer. Un bonheur qui ne durera que quatre semaines, jusqu’à la mobilisation générale et le départ du jeune mari vers le front de l’Est. La période qui suit va être difficile à supporter pour la jeune fille, confrontée à une brutale solitude.

« Marguerite s’effraie et enrage de ce manque trop grand pour la seule absence d’un vivant, de son impuissance à la maîtriser, à le supporter. » Il lui faut certes gérer les affaires courantes, constituer des réserves pour l’hiver, mais le temps s’est comme arrêté dans l’attente d’informations venues de la ligne Maginot.

Et quand un cheminot arrive, porteur d’un message de son mari, les quelques lignes griffonnées pour rassurer son épouse sont décevantes.

Ce n’est qu’à l’approche de Noël qu’une vraie lueur d’espoir arrive : « Mon amour, retrouve-moi à la gare de A., le 24 vers midi, nous passerons Noël tous les deux, je te le jure. »

Un voyage périlleux qui a fallu ne jamais avoir lieu. Fort heureusement l’épouse d’un officier a offert son aide à Marguerite et elle a pu partager quelques heures d’intimité avec Pierre. Sans se douter que cette rencontre sera la dernière avant la fin de la guerre, Marguerite «sent déjà le froid de sa cuisine quand elle ouvrira la porte.»

Quelques heures de ménage chez Raymonde, la receveuse des Postes, vont permettre à Marguerite d’améliorer son ordinaire. Mais aussi de se rendre compte qu’une femme n’est pas forcément sous les ordres d’un mari, fidèle servante d’un ordre établi. Le jour où elle découvrira que Raymonde s’est engagée dans la résistance, qu’elle fait passer la ligne de démarcation à des personnes recherchées, elle gagnera en assurance. Quand elle est embauchée à l’usine, elle tiendra tête au contremaître qui semble tenir pour acquis son droit de cuissage sur les ouvrières.

Une autre rencontre va la transformer bien davantage, celle du jeune André qui vit avec sa mère et ses frères et sœurs dans une roulotte. Elle offrira au garçon de la nourriture et des vêtements, il coupera du bois pour elle. Mais surtout, il se liera d’amitié avec Franz, un Allemand qui le prendra son son aile protectrice et évitera à la famille d’être raflée par la Gestapo.

Si Marguerite est plus que méfiante face à cet ennemi, il lui faudra bien vite convenir que ce soldat est «plus courageux que la plupart de ses voisins. Elle veut savoir pourquoi il agit ainsi, à prendre des risques qui pourraient le mener au peloton d’exécution. »

Avec beaucoup de finesse, l’auteur décrit ce lent et imperceptible mouvement, l’évolution de la psychologie de Marguerite, la mutation de l’attente «en un espoir immobile», ce «drôle de sentiment, mélange d’amertume, de résignation mais aussi de soulagement.» L’émancipation d’une femme qui choisit de ne plus subir, mais de décider de son destin, de chercher le vrai derrière les apparences, de ne pas cacher ses sentiments. Quitte à déplaire au point d’en arriver à la scène traumatisante qui ouvre le livre.

Car l’un des points forts de ce livre tient justement à sa construction. Le lecteur va finir par comprendre pourquoi et comment Marguerite a été tondue. Mais il sera ensuite invité, en guise de conclusion, à suivre Marguerite durant l’été 1945. L’été où tout devient possible. http://urlz.fr/4Wwo

Afficher en entier

Date de sortie

Marguerite

  • France : 2017-01-26 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 10
Commentaires 3
extraits 1
Evaluations 5
Note globale 8.4 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode