Livres
463 980
Membres
423 836

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Suzanne55 2017-03-01T12:30:57+01:00

L’homme rompit le contact le premier, baissant des yeux manifestement interloqués vers la main qui lui agrippait le bras.

— Je vous en supplie, ne les laissez pas entrer, murmura-t-elle sans lâcher prise.

Mon Dieu ! Comme elle se détestait de ne pouvoir maîtriser le tremblement de sa voix ! C’était comme si elle se trouvait au bord d’un gouffre vertigineux, prête à basculer dans l’abîme. Mais ce qui l’énervait encore davantage, c’était l’examen minutieux auquel la soumettait l’inconnu. Elle se faisait l’effet d’un animal de laboratoire.

— Il le faut. Vous devez voir un médecin.

— Non, je vous assure, ce n’est rien, mentit-elle en serrant les dents.

Pour prouver ses dires, elle écarta légèrement son chemisier, dévoilant son épaule, où elle découvrit avec effarement un second hématome qui commençait à bleuir.

Lorsqu’il effleura du doigt la peau tendre à la lisière de l’ecchymose, elle crut qu’elle allait défaillir. Tout à coup, elle ne ressentait plus aucune douleur. Les élancements avaient cédé la place à un autre type de sensation. Une sensation qu’elle connaissait parfaitement : le désir. Elle eut soudain l’impression que la pièce se vidait de son oxygène, et une onde de chaleur envahit tout son corps.

Que lui arrivait-il ? La fatigue suffisait-elle à expliquer cette réaction disproportionnée et complètement inappropriée compte tenu de la situation ? C’était tout simplement ridicule. Il fallait qu’elle se reprenne et vite !

Elle puisa dans ses dernières forces pour s’arracher à la douceur de la caresse.

— Je vous le répète, je vais bien, dit-elle sèchement, dans l’espoir de masquer son trouble.

* * *

Rafiq demeura silencieux de longues secondes, attendant que son rythme cardiaque revienne à la normale. Il s’était contenté de lui effleurer l’épaule et, aussitôt, ses sens s’étaient littéralement enflammés. Il commençait à entrevoir ce qui poussait certains hommes à tout abandonner pour vivre leur passion. Fort heureusement, il n’était pas du genre à céder à ses pulsions.

— Vous imaginez-vous que les gardes postés derrière cette porte vont se volatiliser comme par enchantement ? lança-t-il enfin sur le ton de l’ironie. Ayez la noblesse d’esprit d’accepter votre défaite.

— Je ne vois pas ce qu’il y a de noble à s’avouer vaincue, rétorqua-t-elle en le toisant.

— Vous avez beau refuser d’admettre la réalité, vous ne pourrez rien y changer : vous avez bel et bien perdu la partie. Sa remarque lui valut un regard assassin.

— Vous vous méprenez. Il ne s’agit pas d’un jeu.

— En vous obstinant, vous ne faites qu’aggraver votre cas, croyez-moi.

— Merci pour vos conseils avisés, rétorqua-t-elle, sarcastique. Si vous voulez vraiment vous rendre utile, sortez pour expliquer à ces messieurs qu’il n’y a personne d’autre que vous dans cette pièce.

Afficher en entier
Extrait ajouté par karinechouzier 2015-08-15T15:18:21+02:00

Gabby s'efforçait d'y voir clair dans cet imbroglio, lorsque l'homme revint...seul. Il referma la porte derrière lui. Elle remarqua immédiatement son maintien plus guindé....

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode