Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Mariana-8 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Shutter Island Shutter Island
Dennis Lehane   
Quel talent ! Autant dans l'écriture, que dans la psychologie des personnages ou dans l'intrigue ! Tout est contrôlé, l'auteur nous emmène où il le veut, à travers tromperie et faux semblants. Le huis-clos renforce considérablement l'intrigue, et quand commence la seconde partie, on est littéralement scotché. Jusqu'à un final époustouflant, qui nous trotte dans la tête longtemps après la lecture. Un chef-d'œuvre !

par Mystix
La Maison des Secrets, Tome 1 La Maison des Secrets, Tome 1
Chris Columbus    Ned Vizzini   
J'ai beaucoup aimé le début du livre assez prometteur, puis il se transforme lentement en un désordre. Tout s'enchaîne avec beaucoup trop de péripéties, d'aventures, qui ne laisse pas le temps vraiment de découvrir les personnages.
Je trouve également certaines scènes pas adaptées pour les enfants.

Le récit commence avec la famille Walker qui vont visiter une vieille maison à San Francisco, située au pied d'une falaise, vendue à un prix défiant toute concurrence.
Suite à la perte d'emploi du père la famille a désespérément besoin d'une nouvelle habitation. Eh bien, pas de surprise, ils finissent par emménager et, presque immédiatement, des choses étranges commencent à se produire et l'intrigue se durcit.
Les parents disparaissent et les trois enfants Walker, à l'intérieur de la maison, se rendent dans des contrées étranges avec des libellules géantes, où les barbares à l'épée combattent les pilotes de la Première Guerre mondiale et les dinosaures les menacent tous, jusqu'à ce que la maison s'envole pour être poursuivie par des pirates ....

Bien que l'histoire soit attrayante, elle ne m'a jamais époustouflée.
On ne sait pas trop ou l'auteur veut en venir en ajoutant par-ci par-là des scènes qui n'ont pas de suites logiques et partent dans tous les sens.
L'univers fantastique part sur une bonne base cependant pour quelque chose plus adapté pour un film au vue du déroulement.
J'ai apprécié le personnage rempli d'humour de Brendan qui est dans son petit monde de mec mais les autres filles sont banales.
On retrouve un mélange de Jumanji, Narnia mais en gros bordel.

A voir comment se déroule le tome 2!
Descente aux enfers Descente aux enfers
Doris Lessing   
Un patient a été trouvé par la police près du pont de Waterloo et il s'ensuit près de 200 pages de divagations délirantes. J'ai donc survolé ces pages et ensuite, cela m'a plus intéressée. Le pourquoi de l'hospitalisation de Charles Watkins et l'interrogation de ses proches à ce sujet ainsi que les remarques des différents médecins qui l'approchent... Dire que dans l'épilogue Doris Lessing dit qu'elle a écrit une histoire pour le cinéma. "Cette histoire provenait d'une amitié étroite avec un homme dont les sens étaient différents de ceux des gens normaux" (p. 343) "Le sens de ce film était que la sensibilité ou perception autre du héros ou protagoniste doit être un handicap dans une société organisée comme la nôtre, qui favorise le conformiste, le moyen, l'obéissant". J'ignore si le film a été finalement réalisé mais le scénario doit librement être inspiré de ce livre et doit aussi aider fortement à sa compréhension. Je l'ai lu mais ne le relirai sans doute pas et à ma connaissance, Doris Lessing a écrit des ouvrages bien meilleurs !

par fanfan50
L'Atelier des sorciers, Tome 1 L'Atelier des sorciers, Tome 1
Kamome Shirahama   
J'ai acheté ce premier tome dans le cadre des 48H de la BD qui, pour l'occasion, proposait une toute nouvelle couverture que je trouvais bien plus jolie que celle originale. Ni une ni deux, avec une aussi jolie couverture et pour seulement 2 euros, il fallait que j'achète ce manga. Laissez-moi vous dire que je ressors avec un gros coup de coeur !

Je ne m'attendais pas moi-même à aimer autant, n'étant pas forcément adeptes des histoires de sorciers. Pourtant, dès que j'ai ouvert ce manga j'ai été happée par cet univers grâce aux dessins d'une rare beauté. Je pense que parmi tous les mangas que j'ai pu découvrir jusqu'à présent, celui-ci est vraiment le plus beau visuellement parlant. Je repense d'ailleurs au lac enchanté où se trouve Coco au début de l'histoire ou encore au portail que lui montre maître Kieffrey mais aussi les monts surréalistes. Je n'étais plus dans ma chambre, j'étais aux côtés de Coco (qui soit dit en passant est beaucoup trop mignonne).

J'ai également rigolé à de nombreux passages, la faute au ver-pinceau et à Agathe mais aussi à Coco qui fait quelques bourdes lorsqu'elle commence à pratiquer la magie.

C'est un tome introductif à l'univers, qui pose les bases notamment de la magie et ce premier tome m'a rappelé "Harry Potter à l'école des sorciers", à ceci près qu'il manque quand même des garçons dans l'atelier de Kieffrey. Ce fut d'ailleurs ma seule interrogation lorsque j'ai terminé ce premier tome : pourquoi n'y a-t-il pas de garçons ?

Lorsque j'ai terminé ce premier tome, j'étais vraiment peinée de ne pas avoir la suite sous la main si bien que j'ai commandé le tome 2 et le tome 3 directement. Un manga à ne rater sous aucun prétexte ! Vous allez en prendre plein les yeux et vous passerez à coup sûr un moment merveilleux !
Récits du Demi-Loup, tome 1 : Véridienne Récits du Demi-Loup, tome 1 : Véridienne
Chloé Chevalier   
Chloé Chevalier nous plonge au cœur du royaume du Demi-Loup, petit pays perdu aux confins d'un Empire, partagé en deux par une chaine de montagne avec au Nord-Est les Eponas et au Sud-Ouest Véridienne. Un royaume au climat froid et humide qui va servir de théâtre à ce premier tome. La particularité du Demi-Loup c'est de désigner à chaque enfant de la famille royale un Suivant(e). Un enfant né un jour après l'enfant royal qui arraché à sa famille va grandir avec le Prince ou la Princesse à qui il va être lié toute sa vie. Élevé(e) comme un enfant royale le ou la Suivant(e) entrera directement dans la ligne de succession royale. Ce premier tome des récits du Demi-Loup nous présente les enfants royaux et leurs Suivants, principalement la princesse des Eponas, Calvina et Lufthilde sa Suivante, ainsi que la princesse de Véridienne, Malvane, qui a la particularité d'avoir deux Suivantes : Cathelle et Nersès.Ce premier tome est une large introduction au monde créé par Chloé Chevalier. Un récit à plusieurs voix, entre passé et présent qui nous entraine dans les coulisses du palais royal de Véridienne. Entre géopolitique, obligations, épreuves et éducation, la découverte des coulisses de cette royauté en décadence s'avère passionnante. Ces cinq jeunes filles que l'on regarde grandir, inconséquentes, gâtées, d'une certaine manière incultes et loin des responsabilités de leur rang, sont parfois insupportables d’aveuglement à tout chose hors de leurs petites personnes. De l’absence d'autorité du roi et de son laissé vivre, ces jeunes filles, Princesses et Suivantes vont grandir en ignorant beaucoup trop de choses de leurs responsabilités et de leurs devoirs, ce qui va avoir beaucoup de conséquences sur l'avenir du Royaume. A partir de l'observation de la vie de ces jeunes filles, Chloé Chevalier nous montre en fond un royaume qui se délite au fur et à mesure que le Roi abandonne ses obligations, qu'une maladie incurable commence à le gangréner de l'intérieur et que la guerre civile pointe le bout de son nez : c'est une immersion tout en douceur, servie par une très belle écriture... je n'ai pas trouvé de longueur, juste une découverte pages après pages d'un nouvel univers. Tout d'abord simple, l'histoire se complexifie avec le retour du Prince au milieu de la vie de cinq adolescentes et de la découverte de la réalité du puissant Empire aux portes du Royaume. Par petites touches, le fond de l'histoire se densifie et nous ouvre d'autres portes sur le destins de ces cinq jeunes femmes dans le dernier tiers du roman. J'ai particulièrement aimé cette narration à quatre voix entre le Prince Aldemor et les Suivantes Cathelle, Lufthilde et Nersès. Plusieurs points de vues, qui donne de l'ampleur au récit et nous transporte dans le quotidien de Véridienne ou en plein cœur de la guerre avec l'Empire de l'Est. Pour le moment, on reste assez loin d'un roman fantasy, ni magie, ni créature extraordinaire ou peuple exotique, juste le Demi-Loup et son monde médiéval aux prises avec la décadence d'un Roi que le pouvoir n’intéresse plus, la soif de pouvoir de comtes toujours promptes à critiquer plutôt qu'à agir et à une population analphabète et pauvre. Une très bonne lecture, la qualité de l'édition des Moutons Électriques est un très bel écrin à ce tome 1 tout en délicatesse et en originalité narrative, et résolument féminin. Le début de saga que nous propose Chloé Chevalier est plus que prometteur et nous laisse entrevoir par l'intermédiaire du destin de cinq jeunes femmes une grande fresque médiévale fantastique. Je ne demande qu'à me laisser transporter dans les intrigues du Demi-Loup entre les ambitions des Princesses, les craintes du Prince et le silence du Roi et de la Reine. Une belle entrée en matière avec un gout de trop peu. J'ai hâte de replonger dans les intrigues politiques du Demi-Loup, de me mêler aux destins de ses femmes et d'en découvrir plus sur les Terres de l'Est !

par Bleuopale
L'Autre Moitié de l'homme L'Autre Moitié de l'homme
Joanna Russ   
Un livre surprenant quand on sait à quelle date son autrice est née !
J'ai beaucoup apprécié son univers et ses changements de point de vue qui se font de manière fluide.

par Hedac
La Ferme du bout du monde La Ferme du bout du monde
Sarah Vaughan   
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire La ferme du bout du monde. Même s'il y a une certaine tension dramatique dès le début du roman que ce soit dans le vécu des personnages du passé ou celui du présent, je lui ai trouvé un effet très paisible. Une certaine tranquillité se dégage du style et peut-être du lieu évoqué si particulier, cet endroit reculé de la Cornouailles. Mais, ne nous y trompons pas car le paysage et le climat de cette région où la nature garde tous ses droits correspond tout à fait à l'ambiance de ce qui se joue dans cette famille qui vit depuis six générations dans cette ferme éloignée comme livrée à elle-même et aux éléments.
L'histoire se passe sur deux périodes à plus de 70 ans d'intervalle. En 2014, Lucy, une infirmière de 32 ans, mariée depuis 7 ans, découvre que son mari la trompe. Au même moment, elle manque de peu commettre une erreur fatale de dosage mettant la vie d'un nourrisson en danger de mort. Bouleversée, ses supérieurs l'engagent à se mettre en congé maladie pour l'été. Elle retrouve dans la ferme familiale sa mère Judith et sa grand-mère Maggie. Cette dernière est l'héroïne de la période durant la seconde guerre mondiale que nous allons suivre en alternance. Maggie va vivre une passion avec Will venu de Londres pour trouver refuge en 1939 avec sa soeur Alice dans cette ferme pour y travailler. Mais les amours de ces jeunes gens vont être contrariés par la mère de Maggie, froide et sévère, qui la promet à un bien meilleur parti.
Dans la première moitié du roman qui se lit agréablement, j'ai beaucoup aimé la vie à la ferme dans cette région au caractère particulier aussi bien dans la période actuelle que dans celle concernant le début des années 40 avec cette famille accueillant ces deux jeunes gens et qui tous vont perdre un peu de leur insouciance, notamment face à la guerre qui se joue non loin même s'ils sont à l'abri et peu concernés par ses effets dans les premiers temps. En 2014, il y a les problèmes liés aux endettements que la ferme connait avec le risque de devoir vendre auxquels Lucy souhaite trouver une solution. Cela lui permet par ailleurs de ne pas penser à ses propres soucis liés à son mariage qui bat de l'aile et à sa profession qui provoque en elle des angoisses. Dans la seconde moitié du roman, cela devient passionnant et addictif car un événement nous plonge dans l'expectative de ce qui s'en suivra.
J'ai trouvé le style et le rythme des chapitres entre le passé et le présent tout à fait à mon goût. La dramaturgie surgit du vécu difficile et incertain des héros et les personnages secondaires ne sont pas en reste. Si je me suis beaucoup attachée à l'héroïne, Maggie, durant quasiment tout le roman, j'ai été très touchée ensuite par le personnage secondaire de Alice digne d'une héroïne dans une certaine mesure car je l'ai trouvé très émouvante. J'ai beaucoup apprécié la description très réaliste des sentiments et émotions que vivent les personnages et qui montre une héroïne dont le jugement a pu être brouillé par méconnaissance de certaines choses et le personnage secondaire d'Alice qui se révèle pour moi un personnage très nuancé que j'ai beaucoup aimé.
www.ladyromance.over-blog.com
Aimeri, tome 1 : Le secret du temps Aimeri, tome 1 : Le secret du temps
Samuel Sadaune   
Petite série sympathique que j'ai vraiment beaucoup apprécié. Pas mal de rebondissement. Je ne me suis pas ennuyée. Une fin surprenante à mon gout.
La Trilogie des Elfes, Tome 1 : Le crépuscule des elfes La Trilogie des Elfes, Tome 1 : Le crépuscule des elfes
Jean-Louis Fetjaine   
Un avis plutôt mitigé sur ce livre.
De très bons passages pendant lesquels on ne peut pas quitter le livre et d'autres pendant lesquels je me suis ennuyée bien que l'action soit très souvent présente et qu'il y ai beaucoup de rebondissements.
Un coup de foudre pour l'histoire d'amour en Uter et Lliane.
Une dernière petite chose, j'ai apprécié le fait qu'au début de l'histoire on nous donne le nom des personnages et qui ils sont.
Je pense que je lirais les autres tomes.
La France Big Brother La France Big Brother
Laurent Obertone   
Notre beau pays serait-il tombé sous la coupe d’une dictature archaïque de type « Big Brother » (1984), cet esprit omniscient et omnipotent qui voit tout, contrôle tout, décide de tout et ne laisse à l'individu que sa solitude, sa faiblesse et son incapacité à réagir ? Quand on sait que le célèbre roman de George Orwell fut écrit en s’inspirant des méthodes de propagande et de coercition du régime stalinien, on peut pousser les hauts cris et rester persuadé qu’Obertone exagère, qu’en France, on n’exécute pas les opposants d’une balle de révolver dans la nuque et qu’on n’envoie pas plus les dissidents au Goulag que les intellectuels en asile psychiatrique. Et pourtant la tyrannie politique et médiatique est partout présente, plus insidieuse, plus efficace, plus achevée, moins rustique, moins primaire et moins barbare, car parée des plumes chatoyantes de la morale, de la démocratie et des fameuses et indéfinissables « valeurs de la République ».
Dans cet essai aux allures de pamphlet comme peu d’auteurs n’osent en écrire aujourd’hui, de peur de tomber sous les fourches caudines du politiquement correct, l’auteur démontre point par point que tout ce qu’a décrit en son temps Orwell se retrouve sous une forme ou sous une autre dans notre société. Le citoyen lambda est matraqué, bombardé à longueur de journées par le flot ininterrompu d’une propagande assurée par les politiciens, les journalistes, les publicitaires, les artistes, les religieux et autres « people » plus ou moins célèbres. Toutes ces belles consciences répètent à l’envi des mensonges qui deviennent des vérités, prônent des déviances qui se transforment en normes et surtout manient l’anathème avec ardeur, diabolisent et condamnent sans appel tous ceux qui ne pensent pas comme eux, les ruinent dans des procès en sorcellerie et les acculent à l’exil ou à la mort sociale. Toutes les valeurs naturelles sont perverties, inversées, pour mieux déstabiliser la société, la rendre malsaine, fragile et surtout idiote et soumise. Sans crainte ni du ridicule ni du paradoxe. « On abhorre la peine de mort et on adore l’euthanasie. On assure que la famille est une infernale norme archaïque, mais il faut absolument que tout le monde y ait accès. On vomit l’esclavage et on ne rêve que d’avoir des gens à son service. L’immigration massive, qui n’existe pas, est une chance qui rapporte, car les immigrés, qui n’existent pas, vont payer nos retraites, nous enrichir comme ils n’ont pas enrichi leur pays d’origine, faire les travaux dont on ne veut pas et remédier à notre basse fécondité, même s’ils sont deux fois plus au chômage que nous, même si nos retraites sont plus impayables que jamais et même si le gouffre de la Sécu ne cesse de grandir », écrit Obertone. Il faut lire « La France Big Brother », même si sa lecture désole, attriste ou enrage, ne serait-ce que pour découvrir combien le mal est profond, enraciné et quasiment incurable, ne serait-ce que pour ne pas mourir idiot en racontant : « Je ne savais pas », « Je n’aurais jamais imaginé » ou « Cela ne concerne que les autres »…