Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Marie-3 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Fahrenheit 451 Fahrenheit 451
Ray Bradbury   
Une oeuvre vraiment incroyable . On se retrouve face à des problèmes d'actualité . Bradbury a réussi à mettre le doigt sur le souci de notre société: les écrans, la télé et par extension internet ? On parvient à noyer les gens sous une tonne d'images, à les lobotomiser pour mettre de côté l'essence même du savoir: le livre. Quand les gens pensent, la population est moins facilement contrôlable alors que face à un écran, léthargique, on parvient à leur faire croire tout ce que l'on veut .
Un thème est quelque peu marquant pour l'époque et laisse planer une ombre assez mortifiante :
" La scolarité est écourtée, la discipline se relâche, la philosophie, l'histoire, les langues sont abandonnées, l'anglais et l'orthographe de plus en plus négligés, et finalement presque ignorés. On vit dans l'immédiat,[...] Pourquoi apprendre quoi que ce soit quand il suffit d'appuyer sur des boutons"
On est en droit de se demander si Bradbury n'avait pas déjà tout compris d'avance .

par Sadess
Nanofictions Nanofictions
Patrick Baud   
Un recueil qui brille par son originalité ! Ici, l'auteur s'est lancé le défi de raconter des histoires entières en seulement quelques lignes, et le rendu est époustouflant : ces mini-intrigues sont toutes extrêmement différentes les unes des autres, elles sont toutes très belles, certaines débordent d'onirisme et de poésie quand d'autres font froid dans le dos, d'autres encore nous mettent le sourire aux lèvres, et beaucoup ont des thématiques d'actualité. J'avais commencé par lire une petite histoire chaque jour pour faire durer le plaisir, mais j'ai fini par dévorer la deuxième moitié d'une seule traite..
Bref, cet auteur est une génie et je ne peux qu'espérer un deuxième recueil de la sorte !

par lou73
Le Meilleur des mondes Le Meilleur des mondes
Aldous Huxley   
un livre troublant, à la fois futuriste, mais ô combien réaliste. J'ai adoré le livre, et l'avertissement que l'auteur nous lance, un peu à la Big Brother. L'auteur dépeint un monde vide d'émotion réelle, un peu automatique, un endroit ou le malheur n'existe pas... ni même le bonheur, au fond. Le roman peut semblait très futuristes et fort extrémistes aux yeux de plusieurs, mais au fond... qui sais si ce n'est pas tranquillement le chemin que la société est déjà en train d'emprunter, malgré tout.

par myastas
Frangine Frangine
Marion Brunet   
J'ai beaucoup trop longtemps hésité entre "Or" et "Diamant" et j'ai finalement opté pour un jugement à la hausse.

Parce qu'il a manqué tellement peu de choses à Frangine. Parce que le fait d'avoir hésité devrait justement annulé cette hésitation (si j'arrive à me faire comprendre).

Le point de vue de ce livre est vraiment intéressant. On a pas une romance entre deux femmes et toutes les complications qu'elles ont pour vivre leur amour, puis tout va bien et fermez le rideau. On arrive dans leur famille (de bisounours) quand leurs deux grands enfants ont quinze et dix-sept ans. Et c'est vraiment un gros point fort pour moi que d'avoir cette vision là, celle de deux gamins avec deux mères, qui vivent entourés de tellement d'amour que c'en est presque trop.

En effet, Pauline entre au lycée, et contrairement à Joachim, son grand frère, elle va avoir nettement plus de problèmes à faire accepter sa situation familiale aux autres, parce qu'elle ne peut pas juste jouer des poings pour impressionner ses camarades.
On a une approche très juste de l'adolescence et du harcèlement, je trouve. Quelque chose d'un peu vicieux, pas tout à fait direct, quelque chose d'intangible. On n'a pas vraiment de preuves qu'on est harcelés jusqu'à ce que ça devienne vraiment violent physiquement, mais ça n'empêche pas ça d'être mortel.

Le fait que ce soit le frère qui raconte aussi. On a les pensées de Joachim, sa vie plutôt tranquille, et surtout, on est dans la tête des proches. Joachim et ses mères voient bien qu'il se passe quelque chose. Et Pauline ne veut pas qu'on l'aide. On ressent bien cette impuissance, cette incapacité à tout régler facilement, à trouver des solutions. Oui, c'était très juste que ce soit par la voix de Joachim qu'on découvre tout ça.

Sans approfondir, j'aime beaucoup le courage de Pauline face à la situation. [spoiler]En pleine détresse, elle veut trouver ses propres solutions. Ce n'est pas toujours si simple, je le sais bien, mais dans ce livre-là, dans certaines situations, c'est la personne elle-même qui trouve la force de se révolter et j'ai trouvé ça bien que pour une fois, on ne ramasse pas la gamine en détresse à la petite cuillère.[/spoiler]

En tout cas, c'est une magnifique ode à la tolérance. En tout points de vue. On voit apparaître un tissu de gens qui soutiennent, un autre de gens qui blessent. Et en filigrane, on a les questionnements des deux mères sur leurs vies quotidiennes.

Ce qui me touche le plus, c'est peut-être la justesse de ce qui nous est raconté. Tout en forces et en faiblesses. La voix d'adolescent (et quand il est avec Blandine, on sent bien l'ado de dix-sept ans...) qui raconte sa famille, sa famille pas tout à fait comme les autres, mais loin d'être moins bien pour autant.

par Rid-kaat
Adrien English, Tome 1 : Ombres Funestes Adrien English, Tome 1 : Ombres Funestes
Josh Lanyon   
C’est toujours un plaisir de découvrir un auteur et de tomber sous le charme de son travail. Surtout quand l’histoire est bien (et bien écrite) et les personnages attachants.
J’ai beaucoup aimé Adrien, mais aussi Riordan, l’agent de police chargé de l’affaire.
La relation entre les deux personnages est assez épique et les répliques cinglantes et les vannes détournées ne dissimule pas l’attrait qu’il y a entre ces deux-là.

L’histoire quant à elle est bien écrire et l’intrigue très bien menée. Si le fin mot de l’enquête n’est pas vraiment une surprise, le meurtrier étant assez facile à démasquer, j’en ai pas moins passer un excellent moment.

par Fantasyae
Notre secret Notre secret
Jessica Warman   
Je risque d'être traumatisée par ce livre pendant quelques temps. J'avais déjà lu 2 romans de Jessica Warman, je connaissais déjà son style, mais je ne m'attendais pas à une telle histoire en ouvrant ce livre. Je ne pensais pas qu'il serait si noir. Au fil des pages, mon cœur a subit un ascenseur émotionnel. Tandis que l'univers se découvrait de plus en plus, et que ma tête me criait de poser le roman et de le reprendre plus tard, mon cœur lui me poussait à poursuivre. Je me sentais oppressée, et pourtant je ne pouvais pas aller à l'encontre du suspens que l'auteure a installé avec brio. Il est difficile de deviner la fin. On peut avoir quelques soupçons, mais sans jamais tout découvrir. Nous nous faisons trimballer comme des marionnettes par l'auteure, qui nous pousse vers de fausses pistes, nous donne des bouts d'information dans le seul but de détourner notre attention de la vérité. On en vient à douter, à avoir peur de ce que la fin peut nous apprendre. En somme, nous avons entre les mains un parfait thriller.
[spoiler]D'ailleurs, la fin, parlons en. Nan mais... sérieusement ? Mon cœur ne s'en est toujours pas remis. C'est trop cruel. Tuer une des jumelles est déjà assez pénible comme idée, je ne m'y attendais vraiment pas au vu des dernières pages avant l'épilogue. Mais alors en plus tuer Alice alors que tout porte d'abord à croire qu'il s'agit de Rachel... Dans un sens, cette décision semble la plus logique. Alice avait visiblement de sérieux troubles, il est plus logique que Rachel soit celle qui survive et accepte plus aisément le décès de sa sœur. Mais j'aurais justement voulu savoir ce qui adviendrait d'Alice après tout ça. Comment réagiraient son oncle et sa tante vis à vis d'elle ? Comment se comporterait Kimber ? Aurait-elle été délaissée ou au contraire épaulée étant donné qu'elle a retrouvé sa sœur ? Était-elle vraiment folle ou simplement profondément perturbée par le décès de ses parents ? S'était-elle infligée elle-même toutes ces blessures ou était-elle vraiment liée à sa sœur comme elle l'affirmait ? Trop de questions en suspens auxquelles j'aurais aimé avoir des réponses. C'est dommage. Et puis, j'avais vraiment fini par m'attacher à Alice, qui était bouleversante et très touchante. Même dans les moments où je doutais d'elle, elle arrivait à m'attendrir. Je voulais la protéger plutôt que la juger. [/spoiler]
L'univers très sombre avec une psychologie des personnages déstabilisante m'empêche de placer ce livre en liste d'or. Ce n'est qu'un avis purement subjectif. Je ne m'attendais pas à ça, donc j'ai été un peu prise de court. Mais pour autant, ce roman est très bien écrit et l'histoire tient vraiment la route. Une bonne lecture donc, à lire l'esprit parfaitement clair et tout ce qu'il y a de plus sain ;D
L'Expédition H.G. Wells L'Expédition H.G. Wells
Polly Shulman   
Après avoir lu La Malédiction Grimm, je dois dire que j'étais pressée de lire L'Expédition H.G. Wells, malheureusement je n'ai pas appréciée le livre.

On retrouve bien le style de Poly Schulman, mais je n'es pas réussi à me mettre dans l'histoire, ce qui je trouve est fort dommage.

Bien entendu, j'ai appris plusieurs choses grâce à ce livre ! Il est d'une certaine façon pédagogique, beaucoup plus que La Malédiction Grimm.

Malgré tout, je pense que ce livre plairait beaucoup aux personnes fans de Science-fiction et de voyage dans le temps.

Bonne lecture aux prochains :)
Eleanor & Park Eleanor & Park
Rainbow Rowell   
http://wandering-world.skyrock.com/3219430089-ELEANOR-&-PARK.html

ELEANOR & PARK est une lecture passionnante et hyper touchante. C’est un roman qui nous met à fleur de peau et nous fait traverser tout un tas d’émotions. On passe de la nostalgie à la joie, de la mélancolie à la tristesse, du plaisir à la colère en quelques pages seulement. Eleanor et Park m’ont, eux, complètement ébloui. Ils font partie de ces héros que vous ne voulez pas quitter. Genre, du tout. En refermant le livre, j’ai soudainement réalisé qu’ils allaient me manquer, et ça m’a fait mal. Malgré tout, ELEANOR & PARK n’est pas la claque que j’attendais. Si l’intrigue est ultra émouvante et que l’écriture de l’auteure est juste saisissante, j’ai mis pas mal de temps à rentrer pleinement dans le récit. De plus, si, une fois vraiment conquis par l’histoire, j’ai adoré l’évolution des protagonistes et voir jusqu’où Rainbow Rowell allait les emmener, je dois bien reconnaître que la toute fin du roman m’a carrément pris au dépourvu… Dans le mauvais sens du terme. La conclusion est tellement frustrante qu’elle me dégoûte presque de ma lecture. J’ai eu envie de balancer mon livre et de hurler à l’auteure que sa décision était illogique au possible. Je garde donc un goût un peu amer concernant la fin de ce récit. Néanmoins, rien que pour la romance entre Park et Eleanor, qui est tellement époustouflante et remarquable, il faut absolument que vous alliez vous procurer ce roman.
Comme dit précédemment, j’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’intrigue. La narration à la troisième personne pour les deux personnages ne m’a pas vraiment aidé, d’ailleurs. Je n’ai pas vraiment saisi pourquoi Rainbow Rowell avait opté pour ce genre de point de vue. Je pense que si le roman avait été écrit à la première personne, j’aurais pu encore plus m’attacher au héros ou bien, du moins, m’identifier à eux plus rapidement. Au fil des premiers chapitres, on découvre Eleanor et Park, leurs personnalités, leurs modes de vie, leurs entourages familiaux, leurs façons d’appréhender l’existence. Si, au départ, je ne me suis pas trop senti concerné par ce qu’ils éprouvaient ou expérimentaient, j’ai tout de même eu le déclic assez rapidement. Et là… BOUM. Eleanor et Park sont loin, très loin, d’être des héros normaux. Ils sont décalés, étranges, spéciaux, dans leur bulle… Et irrésistibles. Sincèrement. C’est le genre de protagonistes que j’aimerais rencontrer à chacune de mes lectures. Ils sont tellement, tellement, tellement adorables et touchants, c’est juste prodigieux. Il y a quelque chose chez eux d’irrémédiablement humain et captivant, d’irrémédiablement fragile et imparfait, d’irrémédiablement émouvant et renversant. Une fois qu’on s’attache à eux, on n’a plus aucune envie de les quitter.
Si Park et Eleanor nous paraissent aussi profonds et réels, c’est grâce à la plume de l’auteure. Sincèrement, je crois que je peux compter sur les doigts d’une seule main les écrivains qui prennent le temps d’aussi bien retranscrire leurs héros. Le cadre familial est juste décrit à la perfection. Je n’ai pas peiné une seule seconde à me représenter les personnages et leurs habitudes, leurs attentes, leurs relations avec leurs parents, leurs frères ou leurs sœurs, leurs désirs, leurs souvenirs. J’aime TELLEMENT quand tout est fluide à ce point et que ça paraît aussi naturel. Rien que pour cela, ELEANOR & PARK est fabuleux. On sent bien que l’auteure a voulu leur conférer un côté hyper réaliste, hyper clair, hyper précis. C’est juste top. Sincèrement.
Cependant, je me dois de reconnaître une chose : si j’ai adoré ELEANOR & PARK, j’ai eu un énorme souci avec leur romance (seulement au départ, merci seigneur de la lecture). Alors oui, Eleanor et Park sont des exclus. Oui, ils sont bizarres et spéciaux et étranges et mis de côté et victimes de moqueries. D’accord, c’est affreux. Mais est-ce une bonne raison pour s’attacher aussi rapidement à la seule personne qui semble leur correspondre ? Je veux dire, évidemment que c’est une bonne raison. C’est même une excellente raison mais, là, c’est trop. Trop vite. Trop d’un coup. Trop, trop, beaucoup trop. Je n’ai pas cru une seule seconde à leur amour instantané. Genre, aucun sentiment n’était présent à un moment et hop, celui d’après l’autre personne représente le monde entier. Non. Sérieusement, non. J’ai trouvé que les choses étaient bien trop précipitées, bien trop simples, bien trop irréalisables. C’est dommage car sans ce bémol, tout aurait été parfait.
Je m’explique : une fois ce défaut oublié et leur relation complètement mise en place, Eleanor et Park, qui étaient déjà magnifiques, deviennent inoubliables. Leur histoire d’amour m’a pulvérisé, m’a enchanté, m’a fait frissonner, m’a coupé le souffle, m’a donné envie de pleuré, m’a déchiré et m’a anéanti. J’ai été désintégré par la passion qui unit ces deux héros, c’est aussi simple que ça. L’histoire d’Eleanor, que nous découvrons au fil des pages et qui m’a ému aux larmes, ne fait que rendre son attachement pour Park encore plus légitime et poignant. Park, lui, est tellement amoureux et dingue d’Eleanor que même les plus belles histoires d’amour feraient mieux de se cacher tant elles manquent d’intensité à côté de celle qui voit le jour entre nos deux héros. Rainbow Rowell écrit des passages qui ont carrément fait naître des papillons aux creux de mon estomac. C’est puissant. C’est épatant. C’est incroyable. Ouaw. Juste ouaw ♥
Je m’étais pensé sauvé jusqu’à la fin et, malheureusement, je me suis trompé. Si, à partir du moment où je suis enfin rentré dans l’histoire et où j’ai oublié mon problème concernant la rapidité avec laquelle se met en place les sentiments entre Eleanor et Park, tout était juste parfait et sensationnel, j’ai vite déchanté en découvrant les ultimes pages du roman. Et quand je dis les ultimes, c’est quelque chose comme les vingt dernières pages. En effet, plus je me rapprochais de la fin du roman, plus tout devenait épatant et formidable. J’ai été anéanti, consumé, pris aux tripes et complètement dévasté. Tout était sincèrement maîtrisé à la perfection. Les émotions devenaient encore plus brutes, plus intenses, plus fortes. Sauf que l’auteure a alors décidé d’emprunter la pire des voies possibles. Alors que nous avons droit à des révélations fracassantes, Rainbow Rowell en profite pour nous délivrer une conclusion HYPER ouverte et totalement incompréhensible. Cette fin est ultra frustrante et ultra rageante. Je ne comprends pas. Je ne comprends absolument pas. Qu’est-ce qui a pu passer par la tête de l’auteure pour nous écrire ça, en vrai ? Je suis tellement en colère et tellement déçu par cette fin que j’en hurlerais, là, tout de suite. Je suis tellement désolé pour Park, tellement désolé pour Eleanor. C’est juste horrible. Après, je me dis que si je ressens cela, c’est parce que je me suis réellement attaché aux héros. Mais ça ne me console qu’en partie. Ils ne méritaient pas une telle conclusion. Nos nerfs, nos émotions, et nous, non plus.
En résumé, ELEANOR & PARK est une lecture bouleversante, éprouvante et extrêmement touchante. Nous faisons la rencontre de deux protagonistes hors du commun et tellement, tellement adorables. Si j’ai eu du mal avec eux au départ, tout s’est rapidement arrangé. Même chose concernant leur relation qui m’a semblé beaucoup trop précipitée et trop peu approfondie au début. Une fois ce problème réglé, nous vibrons avec les personnages. Leur histoire nous bouleverse, nous coupe le souffle et nous pulvérise le cœur. Néanmoins, la conclusion – beaucoup trop ouverte à mon goût – me paraît complètement à côté de la plaque et ne correspond absolument pas au récit. Je reste sur ma faim et je déteste ça. ELEANOR & PARK est un roman irrésistible et inoubliable, que je vous recommande même malgré l’horrible fin qu’il possède. Ne pas rencontrer Eleanor et Park serait extrêmement regrettable, je vous le promets. Ils sont tellement parfaits et adorables, c’est fou… Tout comme leur histoire, en fait. Laissez-vous tenter, vous ne serez pas déçus.

par Jordan
Le Cercle des poètes disparus Le Cercle des poètes disparus
N.H Kleinbaum   
Une histoire magnifique, un professeur hors du commun qui apprend à ses élèves à aimer et à ressentir la poésie.Des moments trés émouvants. Je le recommande sans hésiter

par sabritch
Et j'ai choisi de vivre Et j'ai choisi de vivre
Marilyse Trécourt   
https://mydearema.wordpress.com/2017/11/15/review-et-jai-choisi-de-vivre/

Encore une lecture bien sympathique, proposée par Anaïs des Editions Librinova!
Merci!

C’est toujours un plaisir de découvrir les récits de ces éditions.
Ici, j’ai encore été surprise de constater que des romans, pourtant courts, peuvent s’avérer très efficaces, si bien menés.
Et c’est totalement le cas, encore une fois.

L’auteur donne le ton dès les premières pages ; un couple, un décor américain, un accident, la vie et la mort, des doutes…
Les évènements s’enchaînent, le lecteur est, dès le départ, tourmenté par des questions sans réponses.
Max va-t-il survivre? Alice est-elle réellement aussi amoureuse qu’elle le prétend? Ou est-elle à l’origine de l’accident de son mari? Si elle est bien innocente, qui est responsable?

Pour une fois, j’ai apprécié l’alternance des personnages au niveau de la narration.
En général, ça m’ennuie assez. J’aime quand je suis dans la tête d’un.e des héro.ine.s et point. Voyager parmi mille protagonistes et devoir m’acclimater toutes les 10 pages à une personnalité différente, c’est pas pour moi. Surtout que j’ai souvent la sensation que l’écriture n’est pas bien travaillée et ne nous donne pas vraiment l’impression que c’est un autre personnage qui vit l’histoire. Pour ce livre, c’était plus fluide. Je dirais même que la succession des points de vue est nécessaire et justifiée.

Au niveau de l’intrigue, malgré la petite taille du roman, tout est vraiment bien développé. On se familiarise avec le couple Alice-Maxime, on a quelques flashbacks de leur passé, leur rencontre, tout est parfaitement expliqué pour qu’on soit amené à les trouver sympathiques et s’y attacher.
Je dois par contre reconnaître que l’histoire traînait quelque peu en longueur à certains moments. Ce n’était pas tellement dérangeant, mais suffisamment pour qu’on en vienne à se demander quand est-ce que le suspens reprendra du travail.
De même que je dois avouer avoir plus ou moins cerné le dénouement de l’histoire vers la moitié du livre. Avec l’évolution des personnages, on en vient à mieux saisir leur personnalité et les responsables deviennent plutôt évidents.
MAIS.
Il reste quand même un énième rebondissement, à la toute fin du récit, que je n’avais pas du tout vu venir. Et c’est justement grâce à cet évènement que l’histoire prend une tournure d’autant plus humaine. Je te laisse découvrir par toi-même…

En bref, à l’image des « Ombres du Vieux Carré« , que j’avais pu lire il y a peu par ces même éditions, « Et j’ai choisi de vivre » est le livre parfait pour souffler entre deux gros pavés. Il est touchant, bien construit, la plume est agréable, on ne s’embête pas mais on ne se prend pas non plus la tête. Il était vraiment idéal pour moi cette semaine où j’ai enchaîné les heures à mon job étudiant et où j’étais exténuée.

par Freyja