Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Marie-Bab : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Le Rapport de Brodeck Le Rapport de Brodeck
Philippe Claudel   
Dès le début de la lecture, déjà le charme opère. Une technique d'écrivain éprouvée par Philippe Claudel consiste en définir l'objectif théorique de l'histoire mais sans en décrire le contexte, le "Sitz im Leben" dirait un analyste de texte. Par touches successives, on apprend que les circonstances sont légèrement postérieures à la seconde guerre mondiale, que l'on se trouve aux marches de la germanité, que le narrateur est un survivant juif rescapé d'un camp, que le personnage dont on décrit le sort est un riche étranger qui s'est établi dans le village. Le reste est pure imagination mais cet écrivain s'y connaît pour la susciter.

Présenté en courts chapitres, le style se développe ample, voluptueux et sensuel. Pour illustrer la somptuosité de son style, voici un extrait des pages 199/200 "Les sentiers sont comme les hommes, ils meurent aussi. Peu à peu ils s'encombrent, se comblent, se morcellent, se laissent manger par les herbes, puis disparaissent. Et il ne faut que peu d'années pour qu'on n'en distingue plus guère que l'échine et que la plupart des êtres finissent par les oublier."

En d'autres moment, le style devient rapide, mordant comme à la page 239 "J'ai relu tantôt mon récit depuis le début. Je ne parle pas du rapport officiel, je parle de toute cette confession. Cela manque d'ordre. Je pars dans tous les sens. Mais je n'ai pas à me justifier. Les mots viennent dans mon cerveau comme de la limaille de fer sur l'aimant, et je les verse sur la page, sans plus me soucier de quoi que ce soit. Si mon récit ressemble à un corps monstrueux, c'est parce qu'il est l'image de ma vie, que je n'ai pu contenir et qui va à vau-l'eau."

En alternant phases apaisées et périodes trépidantes, présent et passé, l'écrivain parvient à développer un suspense oppressant. Et enfin tout se défait, les différents faits génèrent leur conséquences inéluctables. Mais on reste malgré tout estomaqué par ce final en réalisme magique.

Un magnifique roman sur une shoah imaginée de l'extérieur, un complément indispensable à la lecture de Aharon Appelfeld et de Primo Levi.

Comme pour son autre opus "Les Âmes Grises", ce n'est pas un livre qui se dévore. C'est un livre dont l'ingestion est lente, où la lecture doit être entrecoupée de périodes de réflexion. Le découpage en chapitres courts est particulièrement propice à ce rythme. Un énorme plaisir de lecture, mais une lecture qui secoue. Merci à mon amie Maggy qui m'a conseillé et prêté ce livre!


par Biquet
Vent d'Est, vent d'Ouest Vent d'Est, vent d'Ouest
Pearl Buck   
il y a longtemps que j'ai lu ce livre, mais j'en ai un excellent souvenir, un souvenir fort... sur les traditions, et l'avancée, l'amour naissant entre deux personnes forcées d'être mariées... très beau livre

par Lilou
La Saga de Heaven, tome 4 : Un visage du Paradis La Saga de Heaven, tome 4 : Un visage du Paradis
Virginia C. Andrews   
LE tome de la série !
Annie découvre tout l'univers que sa mère a fuit et a quelqueS surpriseS... :)
Amoureuse de son demi frère elle n'a pas d'autre choix que de l'oublier... Sauf quand on rencontre la bonne personne =)

par Rachel
L'Enfant de sable L'Enfant de sable
Tahar Ben Jelloun   
Un livre qui n’est pas facile à lire, au point que certains lecteurs ont commenté n’y avoir rien compris.
Il est vrai que le fil conducteur est très difficile à suivre, mais j’en ai surtout retenu les idées principales qui s’en détachent : problèmes d’identité dans une société soumise aux règles religieuses, condition de la femme dans le monde musulman, le tout renforcé par la culpabilité de ne pas pouvoir être qui on veut, sous les critiques des autres. Quelques remarques politiques en fin du livre viennent étoffer les idées soulevées.
Le style est très poétique, avec de nombreuses références à la culture du monde arabe, surtout à la fin de l’ouvrage.
Ni une excellente lecture, ni une déception, loin ne s’en faut…
Une façon intelligente néanmoins de l’auteur de faire partager ses points de vue sur la société d’où il est originaire et où tout n’est pas toujours bon à dire !

Le Festin de Babette Le Festin de Babette
Karen Blixen   
Le festin de Babette est une petite gourmandise qui se savoure comme un bon repas de fête.

Une certaine impatience en vue du diner annoncé, une ambiance chaleureuse derrière les vitres givrées, parfois, une ou deux longueurs entre deux plats, un secret de famille dévoilé entre l'entrée et le plat principal, un autre entre le fromage et le dessert.
Bref, un vrai repas de famille durant lequel vous êtes (enfin) la petite souris tapie dans un coin. Tellement bon, que j'ai trouvé que le dessert arrivait bien trop tôt.
Vadaëme

par Naodeme
Le Désert des Tartares Le Désert des Tartares
Dino Buzzati   
Je pense que pour apprécier toute la force de ce livre, il faut avoir avoir vécu un peu, avoir eu le temps de penser et rêver, avoir vu ses rêves s'estomper dans les méandres du temps... Et la clepsydre se vide inexorablement...
J'ai simplement été fasciner par cette histoire. Pourquoi ? Justement parce qu'il n'y a pas d'histoire. Juste un homme, Giovanni Drogo qui attend l’indicible, l'acte héroïque, la guerre qui fera basculer sa vie en un destin à la hauteur de ce qu'il s'imagine être. Mais il ne se passe rien. Il faudrait (le héros), ils (les autres du fort, nous autres aussi dans nos vies réelles...) voudraient, tous, changer d'horizon, partir vers autres destins, s'imaginer ailleurs... être comme tous le monde, semblable à eux tous qui ont des "vies conformes" des "vies normales"...
Mais il y a ce désert, cette frontière à protégée comme une vocation, la force de la routine, de la sécurité d'habitudes bien orchestrées, la résignation, les luttes que l'on abandonnent... Nous nous complaisons tous dans ce temps qui passe.
Derrière la ville, sa famille, l'amour... Une femme, des enfants, des soirées mondaines, la reconnaissance sociale, l'argent, une maitresse...
Devant le dessert, sans route pour vous guider, pour vous emmener. Le jour où cette roue arrive enfin, où les batailles s'annoncent il est trop tard ! Le héros s’aperçoit qu'il n'est pas prêt, qu'il a perdu les luttes et que c'est une autre route qui s'ouvre devant lui, qu'il n'a pas vu sortir des brumes du nord, dans sa longue vue. Sur cette route, il y a maintenant un autre ennemi qui l'attends et dont personne n'est jamais revenu vainqueur : la mort !

En somme, c'est un peu de nous... En tout cas, c'est un peu de moi !

par RMarMat
Il est minuit Dr Schweitzer Il est minuit Dr Schweitzer
Gilbert Cesbron   
Je n'ai pas particulièrement apprécié cet ouvrage qui ne m'a rien apporté, j ai meme eu le sentiment d'avoir perdu mon temps.

par Sonny18
La Saga de Heaven, tome 2 : L'ange de la nuit La Saga de Heaven, tome 2 : L'ange de la nuit
Virginia C. Andrews   
Cette histoire m'a beaucoup plu.
On entre dans deux monde totalement opposés ( la richesse et la pauvreté ) mais qui sont cependant liés par une seule personne: Casteel, Van voren, Tatterton, qui est réelement Heaven, au juste? On ne le découvre finalement qu'a la fin, sous une forme innatendue: Stonewall.
Le style d'écriture de l'auteur est vraiment magnifique, elle mélange la mélancolie, la joies et les colères du personnage principal, et enfouit finalement le tout sous une couche d'action. On se demande sans cesse se qui va arriver, pour atterrir sur des déceptions parfaitement expliquées pourtant.
Le livre est términé par une fin ouverte qui nous laisse imaginer une suite à toute aise.
Beaucoup aimé, et, comme d'habitude quand c'est le cas, ca me donne des ailes.
La Ronde des désirs impossibles La Ronde des désirs impossibles
Paola Calvetti   
En l'achetant, je dois avouer que je m'attendais à autre chose. Quelque chose de plus drôle, de plus léger, sans doute. J'ai donc été assez déstabilisé même si on n'a pas là une tragédie non plus. Mais mine de rien, c'est assez sérieux tout cela, plein de petits soucis et de malheurs dans lesquels on se reconnaît totalement. Quelques passages sont très jolis, on a envie de les garder en mémoire pour les ressortir à l'occasion, parce qu'ils sont vrais ou font du bien. Aucune déception, donc, malgré la "surprise" du début. Les personnages sont attachants (elle plus que lui, peut-être), les réflexions nous parlent beaucoup et ça se termine sur une note très positive, ce qui ne se refuse pas.

par muze
Peur noire Peur noire
Harlan Coben   
J'ai découvert cet auteur grâce à ce livre que j'ai bien apprécié car les personnages et l'intrigue nous tiennent en haleine. Ce n'est pas mon livre préféré, loin de là étant donné que ce n'est pas mon genre de livres, mais il nous fait passer un bon moment.

par Azamoon