Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Mariiire : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Insaisissable, Tome 2.5 : Fracture Me Insaisissable, Tome 2.5 : Fracture Me
Tahereh Mafi   
Je viens de le finir en VO et je suis choquée. Choquée par les pensés d'Adam, lui qui criait haut et fort son amour pour Juliette ne l'aime en faite pas tant que ça...enfin pas autant qu'il ne le faisait croire dans les autres tomes. Il la considère comme une petite fille faible qu'il doit protéger, elle n'a en fait pour lui même pas autant de valeur que son frère James et nous dit clairement qu'a choisir il choisirai James...
En clair les pensés d'Adam ne son pas ce à quoi on s'attend forcément.
Moi qui préférais déjà Aaron à Adam là il n'y a plus de doute: AARON!!! Adam ne la mérite pas mais toi vas y fonce elle est faite pour toi mon AARON D'AAAMMMOOOUUURR!!! <3


par cerise14
The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 3 : La Reine de l'air et des ombres (I) The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 3 : La Reine de l'air et des ombres (I)
Cassandra Clare   
Queen of Air and Darkness est le troisième et dernier tome de la série The Dark Artifices qui fait partie des Shadowhunters Chronicles de Cassandra Clare. Il clôt les aventures d’Emma Carstairs et Julian Blackthorn.

Ces quelques 900 pages qui concluaient TDA sont passées très vite et pour cause : il n’y a pas de temps morts, seulement des rires et des larmes.

La malédiction des Parabatai est au centre même de The Dark Artifices : l’histoire d’amour de Julian et Emma rendue impossible par cette malédiction. Dans ce quatrième et dernier tome, on connaît enfin le fin mot de l’histoire : d’où vient la malédiction, quel est exactement son effet ?

Il est horrible comme on nous l’avait annoncé et Emma et Jules souffrent dans ce tome comme ce n’avais jamais été le cas dans les deux premiers. Un véritable déchirement, qui m’ plus d’une fois tiré des larmes.

Cassandra Clare l’avait promis, nos chasseurs d’ombres favoris découvriraient un autre monde dans Queen of Air and Darkness. A ce prix-là, ils auraient très bien pu rester ici, hein, on aurait moins souffert. Je ne vais pas rentrer dans les détails (spoiler-free oblige) mais il est question de points critiques, de ratés, de gens morts alors qu’ils devaient être en vie et inversement.

Après la mort tragique de Robert Lightwood, une certaine ordure répondant au nom de Horace Dearborn réussit à se faire nommer inquisiteur. Je trouve cette partie-là de l’histoire particulièrement intéressante car la Cohorte joue avec les peurs des Chasseurs d’ombres comme certains partis extrémistes peuvent le faire. L’analogie est forte.

Toujours est-il que si l’Enclave avait pu autrefois être un soutien en les personnes de Robert et Jia, elle devient dangereuse lorsqu’Horace Dearborn déterre des secrets et s’en sert à mauvais escient. Le pire étant les impostures de Zara, j’ai rarement autant éprouvé de haine envers un personnage. Cette fille est répugnante, du début à la fin du livre.

Laissons les triangles amoureux aux autres, Cassandra Clare préfère les histoires mêlant cinq ou six protagonistes au bas mot. Le trio formé par Keiran, Mark Blackthorn et Cristina Rosales Mendoza est fascinant, et encore une fois la conclusion est loin d’être facile et bateau. Gros fou rire avec la réaction de la mère de Cristina, qui m’a l’air d’être une femme tout à fait intéressante.

Et enfin la conclusion dont on rêvait. Bon, ok, pas exactement celle dont on rêvait. Mais l’épilogue de Queen of Air and Darkness, sans être aussi bien que celui de la Princesse Mécanique, ne laissera pas les fans des chasseurs d’ombres insensibles. Je n’en dis pas plus et je vous laisse découvrir par vous-même ce beau moment.

par Lisly
The Last Hours, Tome 3 : Chain of Thorns The Last Hours, Tome 3 : Chain of Thorns
Cassandra Clare   
Si vous voulez plus d'infos sur cette nouvelle trilogie j'ai trouvé ceci http://mindofanarrow.canalblog.com/archives/2014/02/08/29147073.html
et
http://www.lacitedestenebres.com/2013/02/tlh-new-shadowhunters-story.html

Je n'ai qu'une chose a dire, ça promet ;)


par Mariiire
The Last Hours, Tome 1 : Chain of Gold The Last Hours, Tome 1 : Chain of Gold
Cassandra Clare   
James cried out. Lightning seemed to fork behind his vision, and suddenly he was back in Regent’s Park, kneeling on the grass. There was a firm grip on his shoulders. “Jamie, Jamie, Jamie,” said an urgent voice, and James — his breath tearing in and out of his chest — tried to focus on what was in front of him.
Matthew.
Everything was blurred in that moment but Matthew’s face, his green eyes wide and dark and steady. Behind him moved other figures; they seemed in that moment like the shapes James had been finding in the clouds — inchoate and untouchable.
“Jamie, breathe,” Matthew said, and his voice was the only steady thing in a world turning upside down. It had been years since this had happened. Years. The horror of it happening in front of a crowd of people —
“Did they see me?” he said in a cracked voice. “Did they see me turn?”
“You didn’t,” Matthew said, “or at least, only a very little bit — perhaps just a bit fuzzy round the edges —“
“It’s not funny,” James said through his teeth, but Matthew’s humor acted like a slap of cold water; he opened his eyes fully, saw Thomas and Christopher looking down at him. They had positioned themselves so as to block him from the crowd at the lake’s edge.
“Get up,” Thomas said. “It’s the best thing you can do, James, we’ll tell them you tripped or fell.” His hazel eyes were anxious but his tone was reassuring. “Honestly all the attention was on Ariadne — “
Matthew’s hands on James’ shoulders turned into a grip on his arms, and James was hauled upright by his three best friends. Christopher produced a handkerchief from somewhere and began to dust his lapels.
“Chris,” said Matthew. He was the only person who ever used that nickname for Christopher besides Anna. “Stop. Who cares if he’s dusty? He was just invisible.”
“But he isn’t any more,” Christopher pointed out.
“We need to get you back to the Institute,” said Matthew to James in a low voice. “If you’re going to start suddenly going all — shadowy — for no reason, then the Silent Brothers —“
“Not the Silent Brothers,” said Thomas. “Just Zachariah.”

par jubyju
The Last Hours, Tome 2 : Chain of Iron The Last Hours, Tome 2 : Chain of Iron
Cassandra Clare   
Quelques informations sur cette autre série sur les Shadowhunters:

Cassandra Clare posted today that the new title of her Shadowhunter trilogy had been leaked, but a huge wave of her fans were still excited to hear about the trilogy coming after The Dark Artifices.

The Last Hour is taken from Great Expectations and Clares says it will be a retelling with Will, Tessa, and Jem’s intermediate family:


You have been in every line I have ever read, since I first came here, the rough common boy whose poor heart you wounded even then. You have been in every prospect I have ever seen since — on the river, on the sails of the ships, on the marshes, in the clouds, in the light, in the darkness, in the wind, in the woods, in the sea, in the streets. You have been the embodiment of every graceful fancy that my mind has ever become acquainted with. The stones of which the strongest London buildings are made, are not more real, or more impossible to be displaced by your hands, than your presence and influence have been to me, there and everywhere, and will be. Estella, to the last hours of my life, you cannot choose but remain part of my character, part of the little good in me, part of the evil. — Great Expectations, Charles Dickens

Cassandra Clare gives us a bit of insight into the books with a short synopsis:

“For as long as Lucie Herondale can remember, the Herondale family manor has adjourned the manor of the Blackthorns.
It’s too bad that Tatiana Blackthorn, the matriarch of the family, has always been, as her father Will Herondale says, “mad as a mouse trapped in a teapot.” Since the day that her father Benedict murdered Tatiana’s husband, and was killed in turn by a group of Shadowhunters that included both her brothers, Tatiana has nursed a burning grudge against the London Institute and all its inhabitants, especially Will, Tessa and their children: Lucie and her brother, James …”

And one of the most exciting bits it the title announcement (more Great Expectation references) for each three books which will be: Chain of Thorns, Chain of Gold, and Chain of Iron. Cassie also adds, “The books will interconnect with The Dark Artifices as the stories of the Blackthorns, Herondales and Carstairs, much like TMI and The Infernal Devices.”


“Imagine one selected day struck out of it, and think how different its course would have been. Pause you who read this, and think for a moment of the long chain of iron or gold, of thorns or flowers, that would never have bound you, but for the formation of the first link on one memorable day.” — Great Expectations

Publication dates have NOT been determined yet. Though The Dark Artifices will be be published first with Lady Midnight coming in a few short years. We will keep you updated as information come in!




Who’s excited to read more about Jem, Will, and Tessa?

Source:http://pagetopremiere.com/2014/02/cassandra-clares-new-shadowhunter-series-to-be-called-the-last-hours-more-info-here/

par ewtre
Les Chroniques de Dani Mega O'Malley, Tome 2 : Burned Les Chroniques de Dani Mega O'Malley, Tome 2 : Burned
Karen Marie Moning   
Comme Keiira, je ne sais pas trop quoi faire de ce tome. Je l'ai lu il y a deux semaines, et je me décide enfin à poster un commentaire.

Alors oui, c'est un livre de KMM, avec son écriture, son univers qui nous a tant manqué, avec le retour de Mac et Barrons dont on avait senti l'absence dans Iced, un tome où réapparaissent aussi le Roi et la Reine Fae...
L'intrigue avance tranquillement, avec une accélération à la fin dans les événements qui est, je dois l'avouer, assez bienvenue. Il y a quelques révélations qui m'ont laissée sur les fesses, plus la confirmation de certaines intuitions qu'on pouvait avoir après les six derniers tomes, et c'est vrai qu'à première vue ce livre est extra comme le reste de la série.

Sauf que.
Déjà, le scénario m'a paru un peu lent pour un Fever; l'alternance des points de vue est à la fois un bonus nécessaire et un point négatif, parce qu'elle a tendance à ralentir l'action.
Et je crois que ce qui m'a le plus marquée, c'est que même si on revient à un PDV Mac majeur, on n'a que très peu de moments avec Barrons (ils ne sont pas censés venir l'un avec l'autre ?), et l'électricité entre eux à laquelle on était habitués dans les cinq premiers tomes est... absente. Fini la tension sensuelle, même fini les discussions silencieuses (même si c'est justifié dans le livre), on se retrouve presque au niveau du tome 1 - et encore.
Certains personnages sont remis en avant, et je suis contente de voir Ryodan et Dani rester des personnages majeurs, mais malgré cela leur duo est à la fois surprésent et sous-exploité. Certaines scènes, qui auraient pu être incroyablement intenses du PDV de l'un ou l'autre, passent totalement à la trappe du PDV de Mac.



Alors voilà, ce septième tome est un peu à mon sens dans la lignée du six et aurait peut-être mérité un découpage différent. Difficile à dire sans avoir lu le 8, mais peut-être que joindre les deux et enlever des longueurs aurait été mieux ?
J'attends donc Feverborn de pied ferme, en espérant que KMM retrouvera l'intensité extraordinaire qu'elle avait dans (notamment) Dreamfever et Shadowfever.
Les Portes du secret, Tome 2 : Le Souffle d'émeraude Les Portes du secret, Tome 2 : Le Souffle d'émeraude
Maria V. Snyder   
GE-NIAL !!!!!! Il mérite bien sa 3e place avec le premier tome dans mes livres préféré ! Quand j'ai commençais à le lire je n'ai pas pu le lâcher ! C'est un des meilleure livre que j'ai lu ! Fantastique !

par rachelle
Un monde pour Clara Un monde pour Clara
Jean-Luc Marcastel   
Oh Mon Dieu. Je sais qu’il n’est absolument pas censé de commencer une phrase, et surtout une chronique littéraire par les mots « oh mon Dieu », mais je dois dire que sur cette lecture, sur ce livre, sur ce bouquin, sur ce chef d’œuvre, je me suis littéralement « pris une claque ». Il va être difficile de décrire avec précision combien cette lecture m’a plu… Mais je vais tenter de vous en donner tous les aspects et tout mon ressenti !

Il s’agit donc, pour clarifier les choses, d’une dytopie à l’état pur. Jean-Luc Marcastel met en situation des personnages plongés dans un monde tel que le notre, dans lequel l’économie compte pour l’économie, et le développement durable compte… Pour du beurre. Laissée de coté, la planète, hors des champs de vision, l’environnement, out, le développement durable. Peu importe la Terre sur laquelle vivront nos enfants, peu importe combien l’air est irrespirable.
C’est donc dans un monde tel que le notre que l’action prend place, et que l’on retrouve le même type de catastrophes liées aux actions de l’homme : les Gravelines, par exemple , sont une explosion du type Fukushima, qui affecte les familles des personnages de notre livre, allant jusqu’à faire mourir la fameuse Clara, sœur de Diane, et la famille de Léo, protagoniste également. De plus, on retrouve l’évocation de Fukushima et d’Haïti, autres grandes catastrophes naturelles (plus ou moins naturelles) de notre histoire.
Après une révolution dans les rues de Paris, Diane, sœur de Clara, reçoit une balle des forces de l’ordre, et tombe dans le coma. A son réveil, dix ans plus tard, le monde est un monde guidé par les écologistes, les Enfants de Gaïa, dans lequel bien des choses ont changé, mais est-ce pour le meilleur ?

J’ai été épatée, transportée, époustouflée, bouche bée par la plume de Marcastel. Non seulement le livre est bien écrit, mais en plus, le thème est bien dirigé. Tout est clair et l’auteur sait ou il va. Les idées s’enchainent sans anachronisme ni incompréhension. Chaque détail de ce nouveau monde écologiste est passé au peigne fin : Paris sans les voitures, l’électricité, les médicaments, l’industrie, l’économie, les opposants au régime, les dérapages qui ont parfois lieu, les inégalités résultant de ce nouveau régime…
Car il en existe énormément, des inégalités, et c’est ce qui m’a énormément plu. On crée un monde dans lequel la population se stérilise afin de ne pas avoir d’enfants dans des buts écologiques ! On endoctrine les enfants dès le début de l’école avec des lois apprises par cœur, on interdit de se soigner par des médicaments, on interdit la chasse, l’exploitation du milieu. Et petit à petit, on découvre le monde extérieur, hors des grandes villes et de la richesse. Diane, devenue une icône, ne peut supporter ce monde devenu véritable dictature.
Marcastel approfondit le sujet et va au bout de ses idées : Diane se retrouve en campagne, là ou la vraie vie existe. Corruption, inégalités, injustice, sont dévoilés. En effet, on observe les supérieurs profiter de leur pouvoir, on observe comment sont traités ces enfants qui ne sont pas supposés naître, on observe combien il est difficile de vivre sans viande, à moins de le faire illégalement… Marcastel nous plonge dans la dystopie sous tous les aspects. Tout est crédible, tout est impressionnant et prenant, touchant, bouleversant.

Les Personnages sont également bouleversants. Diane, dont le nom inspiré de la déesse de la chasse Gréco-Romaine, autrement nommée Artémis, est attachante. Elle fait des erreurs, lesquelles sont compréhensibles. Avec ses faiblesses, mais aussi ses points forts, elle est touchante, et nous entraîne au plus profond du livre. En voyant le monde de son point de vue, au travers de ses yeux, une véritable réflexion s’ouvre.
Le livre se construit également autour des membres de sa famille : sa sœur morte dans l’incident des Gravelines, celle qui lui offrait sa force, la fameuse Clara. Ses parents disparus depuis son réveil… Tout est mystère, mais tout se résous petit à petit, et agréablement sans gêne, car Marcastel tient une histoire parfaitement équilibrée.
Léo est également touchant. Par sa haine contre le système il développe une haine contre l’humain, et fait parfois également des erreurs. Dans le livre, chaque personnage tient une place importante et n’est pas là au hasard. La famille que rencontrera Diane en campagne joue également son rôle, et est attachante, d’une beauté à en pleurer.

Car il est vrai que ce monde pourrait être le notre, que cette situation, ce régime parfait finalement si totalitaire, pourrait être le notre. Nous pourrions tous nous retrouver des Clara, des Diane, des Léo. Qui sait de quel coté nous serions ? Le livre est moral, réfléchi, drôle, et attachant. Triste, sensible, émouvant, je n’ai pas assez de mots pour dire combien il m’a plu, mais je sais dire combien j’ai ressenti en le lisant.



Il est nécessaire donc, de dire que ce livre restera pour longtemps dans ma mémoire et qu’il est une de mes lectures préférées. Je pense qu’on ne peut pas passer à coté de cette nouvelle sortie Black Moon.



L’auteur, français, une première pour la collection, possède un véritable talent, et le livre n’est autre qu’un des plus beaux qu’il m’ait été offert de lire !
La Dernière guerre, tome 1 : 49 jours La Dernière guerre, tome 1 : 49 jours
Fabrice Colin   
Un premier tome qui a beaucoup de potentiel.
L'écriture est élégante malgré sa simplicité, ce qui la rend agréable à lire.
Et il faut dire que l'idée est plutôt pas mal. A priori une histoire qui a lieu après la mort du protagoniste, c'est pas vraiment nouveau, bien au contraire, ça se répand de plus en plus. Cela nous permet de lire la vision de l'après mort pour plusieurs auteurs, mais cela peut finir par devenir lassant, surtout quand le thème n'est pas extrêmement bien exploité.
Là il l'est.
Même si le fond ne l'est pas, l'histoire est originale. Contrairement à beaucoup qui traitent le sujet, là, le héros ne cherche pas à découvrir la vérité sur sa mort. Une mort aussi claire que rapide, y'a pas grand chose à en dire, seulement, certains auteurs se seraient sentis obligés de tourner une enquête histoire de retrouver le terroriste qui a causé la mort du personnage principal. Et qu'on ne vienne pas à ce point, même à un seul moment, j'ai trouvé ça vraiment bien. Le personnage ne se pose pas de question sur son assassin. Il est mort, donc ça sert à rien. Pourtant, l'histoire se base quand même sur le "monde réel", et c'est bien ce contraste que j'ai adoré. Un parallèle entre ce nouveau monde, où il vit sa mort, et la Terre des vivants. Le tout est très bien fait et l'intrigue très bien construite.
Tout d'abord, le monde des morts, celui-là a également sa part d'originalité. D'abord il y a cette histoire de choix, qui ne tardera pas à être délaissé puisqu'il y a plus important lorsqu'on avance dans le scénario. Mais surtout, le plus incroyable... C'est le monde en question. La façon dont il est décrit, ce qu'il s'y passe, tout, c'est vraiment prodigieux. Je m'y croyais vraiment, et j'imaginais les paysages magnifiques qui s'y trouvaient.
Petit point négatif tout de même, c'est que même après s'être habitué à cet endroit, le début était un peu long. Il y avait une bonne ambiance, mais très peu d'action à la période où [spoiler]il venait de rejoindre les Egarés. Ils lui apprenaient ce qu'ils savaient, et ça n'allait pas plus loin, ça a duré comme ça un certain moment, c'est assez dommage[/spoiler]
Après, l'auteur a réussi à mêlé à cette histoire un élément de la littérature fantastique dont j'ai été vraiment étonnée, le genre de chose qu'on ne voit pas vraiment aller de pair avec la vie après la mort [spoiler]parce que même s'ils ont des pouvoirs, voyager dans le temps, jusque là, c'était quelque chose réservé aux vivants[/spoiler]
Et à partir de là, l'histoire a pris une toute autre tournure. Une tournure qui ne m'a pas trop plu au début, parce que je sentais que ça différait trop de l'intrigue originale et j'étais sceptique du scénario avec [spoiler]Rain, et cette fascination qu'il a très vite pour elle[/spoiler]
Mais au final, ça a permis les choses de s'accélérer, et l'action de vraiment prendre place, d'autant que les premiers éléments de l'intrigue sont revenus complétés la boucle de façon formidable.
L'alternance entre [spoiler]la Terre et l'Intermonde était parfois assez trouble, et je trouve bizarre que Floryan ait réussi à s'adapter aussi bien au point d'en devenir presque vivant... Mais bon, à partir d'un moment, ce qui se passait du côté de Rain était vraiment passionnant[/spoiler]
Dans l'ensemble, le récit est plutôt bien rythmé et fluide, mais il y a quand même pas mal de longueurs qui ont rendu certains passages ennuyeux. Les explications dans le carnet, vers la fin, j'ai décroché pendant toute cette partie, par exemple.
A la fin, tout s'est accéléré, un peu trop même. Les choses n'auront plus rien à voir dans le prochain tome, et je ne suis pas sûre de vraiment vouloir savoir ce qu'il va se passer. D'autant que la chute ne m'a vraiment pas convaincue. [spoiler]La réincarnation, c'était trop facile, comme fin...[/spoiler]


par Jenna95
Un secret aux Caraïbes Un secret aux Caraïbes
Shannon Drake   
http://leslecturesdeveralice.blogspot.com

J'ai lu cette histoire avec plaisir et sans ennui, surtout que j'apprécie beaucoup cette période dans les historiques : le prologue se passe en 1689, (très beau et poignant, ce qui est un vrai plus quand on commence un roman), puis l'intrigue principale commence en 1716. Premier bon point.
Ensuite, le héros, comme dans Le seigneur de Lochraven, est un personnage qui change de ces aventuriers sans vergogne qui peuplent souvent les histoires de pirates : l'auteur a le chic pour mettre en scène des personnages masculins charismatiques, bien dans leur peau, et très portés par l'honneur, le respect et la tendresse. Divinement correct et vrai. Ce petit côté "droit dans ses bottes" a tendance à me faire craquer...
-> La suite sur mon blog si le cœur vous en dit...

par everalice