Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Marlene2303

Extraits de livres par Marlene2303

Commentaires de livres appréciés par Marlene2303

Extraits de livres appréciés par Marlene2303

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
http://www.lmedml.fr/2019/11/13/harper-jones-2-renaissance-blandine-p-martin/

UN SECOND OPUS TERRIBLEMENT ADDICTIF…
Si le premier opus m’avait plu, je peux vous dire que ce second tome a dépassé toutes mes attentes. Avec une tonalité différente, l’ambiance nous entraîne dans une suite effrénée où nos personnages vont devoir lutter contre des forces obscures.

Harper Jones est une duologie haletante qui offre des sensations fortes aux lecteurs. J’ai adoré l’univers de Blandine P. Martin ainsi que ses personnages hauts en couleurs.

Cette suite s’avère excellente et recèle une ambiance bien particulière, j’ai adoré du début à la fin !

DES PERSONNAGES EN CONSTANTE EVOLUTION !
Le moins que l’on puisse dire, c’est que nos personnages sont en constante évolution. Harper n’aurait jamais imaginé que sa vie allait prendre un virage à 180°, elle doit composer avec des éléments qui sont hors de sa portée. Grâce au soutien de Lysandre, elle va embrasser sa destinée et lutter contre la cruauté du roi fou Azaël.

Harper est une vraie badass, j’adore les héroïnes fortes avec un caractère bien trempé. Harper évolue, elle navigue en eaux troubles et j’ai adoré ça. Lysandre est charismatique, dans cet opus, on le découvre réellement sous toutes les coutures. Lysandre est un héros qui a beaucoup de charme, son flegme et sa vision de son existence m’ont donné des frissons.

Les personnages secondaires sont tout aussi importants, j’ai aimé qu’ils soient si impliqués dans l’intrigue, que l’union fasse la force en quelque sorte.

UNE INTRIGUE RICHE EN REBONDISSEMENT… UNE ROMANCE PASSIONNÉE ET CAPTIVANTE !
Le récit est assez court, donc très intense ! Tout y est ! J’aime lorsque l’action se déroule dans un laps de temps assez court car cela donne de l’intensité aux rebondissements.

Blandine P. Martin maîtrise à la perfection sa narration, ses description et les dialogues. Je vous avoue que la dynamique de l’histoire m’a totalement séduite et j’en redemande.

Nos héros vont devoir lutter contre le roi fou ! Et ce, dans une ambiance authentique et charmante. Il faut dire que nos vampires ne sont plus très jeunes et ils ont évolués à des époques importantes de l’histoire. Que ce soit en Angleterre ou en France.

La romance a clairement évolué mais chut, je ne vous dirai rien ! Niet, nada ! Elle est trop unique qu’elle doit se découvrir au fil des pages.

EN BREF :
La saga [Harper Jones] est incontournable. Ce second opus nous offre beaucoup d’action, des rebondissements captivants et une romance passionnée. Blandine P. Martin a cette faculté d’écrire des récits justes et addictifs. Cette saga m’a énormément plu, l’intrigue est montée en puissance, les personnages n’ont cessé de me charmer et je ressors avec un petit sourire au coin des lèvres après avoir tourné la dernière page.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-11
http://www.lmedml.fr/2019/11/13/accidentelle-sarina-bowen/

UN ROMAN YOUNG ADULT HYPER ADDICTIF !
Je remercie Coralie du blog Les tribulations de Coco de m’avoir offert ce roman pour mon anniversaire. Nous avons donc lu le roman en lecture commune, et ce fut très sympa d’échanger nos ressentis page après page. Retrouvez son avis par ici —> ICI

Sarina Bowen est une de mes autrices préférées, et ce roman m’a énormément plu. C’est un roman Young adult qui met en scène une jeune femme qui va faire la rencontre de son père qui n’est autre qu’une rock star mondialement connue. Rachel a perdu sa mère et elle va devoir compter sur son père qu’elle ne connaît que grâce à son groupe de rock.

Sarina Bowen nous offre une histoire tendre et touchante. J’ai aimé que le récit se concentre sur l’histoire familiale de Rachel, même si la petite romance en parallèle m’a bien plu.

UNE HÉROÏNE EN QUÊTE DE VÉRITÉ !
Rachel a toujours ressenti le manque. Connaître son père sans le connaître réellement… J’ai été touchée par cette héroïne qui est à la croisée des chemins. Elle a toujours su qui était son père, en sachant que celui-ci n’a jamais rien fait pour la connaître. Rachel a dû affronter la perte de sa mère pour enfin faire la connaissance de son père. Rachel est une jeune femme qui va devoir vivre des moments difficiles. En quête de vérité, elle sera confronter à une réalité douloureuse. En ressortira-t-elle plus forte ?

J’ai adoré le personnage de Jake. Ce jeune homme qui sera un soutien important pour notre héroïne. J’ai eu plus de mal avec Haze, le meilleur ami de Rachel. Et avec Frederick, son père, qui m’a pas mal mise hors de moi. J’ai adoré Bernie, un personnage discret mais très important.

UNE INTRIGUE QUI FONCTIONNE ET QUI ÉMEUT !
Rien à redire à l’intrigue, je l’ai trouvé efficace et elle m’a beaucoup émue. Sarina Bowen s’attaque à des thématiques fortes, telle que l’abandon, la maladie, l’amitié et l’amour.

L’histoire se lit toute seule, c’est addictif et les pages se dévorent en un rien de temps. J’ai aimé que notre héroïne choisisse sa destinée, qu’elle soit maîtresse de son avenir. Les personnages sont confrontés à leurs actes, et cela engendre pas mal de réflexion.

La romance toute mignonne apporte de la douceur dans l’univers de Rachel. C’est un petit plus non négligeable dans l’histoire.

EN BREF :
[Accidentelle] est un roman Young adult centré sur la famille, j’ai adoré l’histoire et la façon dont Sarina Bowen arrive à faire naître les émotions au fil des pages. J’ai adoré l’univers et les personnages. L’histoire est addictive et pleine de bons sentiments, j’ai passé un agréable moment avec ce livre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://www.lmedml.fr/2019/11/12/archibald-skye-1-y-a-t-il-penurie-de-chamallows-a-san-francisco-jupiter-phaeton/

INTERVIEW EXCLUSIVE D’UNE CHRONIQUEUSE AU BOUT DE SA VIE…
Sur une idée de Jupiter Phaeton…

Journaliste : Chère Marlène, comment avez-vous vécu cette immersion dans l’univers d’Archibald Skye ?

Moi : Tout d’abord, j’aimerai que l’on se tutoie, car après ce que je viens de vivre, j’ai besoin d’une alliée, si tu vois ce que je veux dire ! Bref, dès les premières lignes, j’ai totalement adhéré au style de l’autrice, vous la connaissez ? Jupiter Phaeton ? Tu vois le genre ? Un peu fêlée sur les bords mais avec une plume qui a un goût de reviens-y.

Le début du récit met dans l’ambiance, on se projette directement dans un monde qui n’est pas si différent du nôtre, dans ce futur proche où les humains sont dotés de pouvoirs. Tous, sauf notre Archie nationale, qui est bien contente de se démarquer de la populasse.

Journaliste : Qu’as-tu pensé des personnages ?

Moi : Hum… Par qui commencer… Archie est une héroïne complètement déjantée, j’ai adoré sa personnalité, ou devrais-je dire, ses personnalités ? Archie est excellente, c’est le genre d’héroïne que l’on adore forcément. Elle est tellement complexe au final, elle n’est pas schizo, mais bon sang, toutes les facettes de sa personnalité entrent en collision pour nous offrir une nana insondable. J’ai beaucoup aimé la découvrir au fil des pages car elle se dévoile malgré sa faculté à ériger des murs autour d’elle. Archie, c’est une bombe à retardement !

Esteban, n’est autre que le meilleur ami d’Archie. Le seul ami d’Archie ? Bref, il est avec Archie comme une moule à son rocher, tu vois ? Esteban est loyal, terriblement attachant et drôle. J’ai adoré ce personnage car il apporte beaucoup à l’histoire, la notion d’amitié est bien représentée grâce à lui.

Shawn Claw… Shawn Chou !!! Mais je suis atteinte de la Shawn Madness, non d’un panda sans bambou ! Shawn est génial, j’ai A-DO-RÉ son personnage. Vous allez forcément le kiffer, mais faites gaffe, y a déjà du monde sur le dossier ^^ Shawn est surprenant, il n’est pas un cliché sur patte, et c’est ce que j’ai adoré !

Journaliste : Quelles émotions as-tu ressenti lors de ta lecture ?

Moi : C’est un peu délicat comme question ça, non ? Et bien, c’est très simple, je suis passé par différents stades pendant ma lecture. Déjà, je peux dire que j’ai eu une infinité de fous rires, tu sais, de ceux qui donnent des crampes à l’estomac ! J’ai adoré l’ambiance de l’histoire et toutes les émotions que j’ai ressenti.

Je suis passé du rire aux larmes. J’ai eu des envies de meurtres, j’ai ressenti tout ce qu’Archie a ressenti et ça m’a parfois troublée.

Journaliste : Peux-tu nous dire un peu ce que tu as pensé de l’intrigue ?

Moi : C’est à ce niveau que j’ai été le plus surprise. Parce que franchement, cette histoire est complètement barrée. Qu’on se le dise, Jupiter Phaeton n’est pas toute seule dans sa tête. Mais son récit n’est pas qu’une succession de scènes cocasses, non, il y a énormément d’action et une intrigue qui tient la route. Cela a totalement fonctionné avec moi.

Si on met de côté l’aspect humour et second degré de l’histoire, on découvre des thématiques vraiment intéressantes qui sont exposées dans l’intrigue. Le fait que l’histoire se passe dans le futur, cela nous offre une vision de la vie avec des mœurs qui ont évoluées, des problématiques différentes liées aux pouvoirs des uns et des autres. Tout est bien pensé,je me suis laissé convaincre au fil des pages.

Il y a énormément d’action dans ce roman, et en même temps, l’autrice a pris son temps sur l’introspection des personnages. J’ai été étonnée de découvrir certains détails sur nos héros.

Journaliste : Comment te sens-tu maintenant que tu as terminé ce premier opus ?

Moi : Si on met de côté le fait que je sois en manque de chamallows, en manque d’Archie, d’Esteban, de Shawn et que j’ai certainement perdu toute ma santé mentale. Je peux dire que je me sens bien…

Non, mais quelle question. Je peux vous dire qu’en terminant ce roman, je ressentais déjà un peu le manque. Je m’interroge aussi sur le fait que j’entende maintenant des voix… Il me semble que cela n’est pas bon signe.

Terminer ce roman, c’est comme… un paquet de chamallows vide… C’est angoissant, frustrant et inimaginable. C’est comme arrêter ton film préféré en plein milieu et dire hop c’est fini…

Jupiter Phaeton est diabolique ! Sadique c’est un fait ! Elle a su me rendre dépendante, déjà que j’étais pas très équilibrée comme lectrice, mais ce genre d’histoire n’arrange clairement pas mon cas.

Journaliste : Comment vas-tu survivre en attendant de lire la suite ?

Moi : Alors, j’ai prévu d’aller me réapprovisionner en chamallows. J’ai prévu d’aller lire tout un tas d’infos inutiles sur wikipédia. Je pense peut-être que je vais relire certains passages que j’ai relevé pour avoir ma dose. J’essaye de ne pas trop spéculer sur la suite, à chaque fois je me fais du mal !

Journaliste : Le mot de la fin ?

Jupiter Phaeton nous offre un premier opus excellent, drôle et addictif. Des rebondissements, de l’humour, du sarcasme, des émotions YoYo ! Un univers maîtrisé, le premier tome de cette saga d’Urban Fantasy m’a conquise. Archie a débarqué dans ma vie de lectrice, et même si elle n’aime pas les gens et bien moi je l’aime ^^ Ainsi qu’Esteban et Shawn. Tyran et Craig aussi. Bref, une expérience de lecture délirante qui crée sans aucun doute une lourde dépendance ! On se retrouve très vite pour la suite, si je survis évidemment !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://www.lmedml.fr/2019/11/10/model-boyfriend-stuart-reardon-jane-harvey-berrick/

UNE SUITE CAPTIVANTE ET ADDICTIVE !
L’année dernière, je découvrais [Invincible] de Stuart Reardon & Jane Harvey-Berrick, sans savoir qu’il y aurait une suite, qui peut se lire indépendamment, même si je vous conseille de lire [Invincible] pour bien comprendre l’histoire du couple que forment Nick et Anna.

Cette suite se démarque totalement, et j’ai particulièrement aimé l’univers représenté dans celle-ci. On déserte les stades de Rugby pour explorer le milieu du mannequinat et ses dérives. Je ne sais pas pourquoi, mais j’appréhendais cette lecture, j’ai eu quelques doutes qui se sont totalement dissipés au fil des pages.

UN COUPLE EXTRAORDINAIRE…
L’histoire de Nick et Anna n’a rien de légère. Dans [Invincible], ils ont affronté de nombreux obstacles et dans cette suite, ils vont encore devoir se battre pour un avenir serein.

Les personnages de ce roman sont intenses, je pense que cela vient aussi de l’écriture de Stuart qui y met toute son âme, on sent beaucoup de lui en Nick et c’est ce qui rend ce héros si unique. Nick est vraiment un homme qui a toujours vécu sa carrière à fond, arrivée à l’aube de la retraite, il perd pied. Il doute plus que jamais de lui et de ses capacités à rebondir. Nick est complexe, il est solitaire et a du mal à se confier. Ce qui va créer des tensions dans son couple. Le parcours de Nick dans cette suite est admirable, difficile et semé d’embûches. Saura-t-il déjouer les pièges de sa nouvelle carrière de mannequin ? Pourra-t-il garder son couple en sécurité ?

Dans cette suite, Anna nous démontre sa générosité et tout son amour pour Nick. Je vous avoue que je trouve cette jeune femme merveilleuse. J’ai trouvé son rôle difficile , elle subit beaucoup mais elle garde la tête haute et elle croit plus que tout en l’amour que Nick lui porte. Anna est une héroïne forte et j’ai aimé la retrouver.

Les personnages secondaires nous ouvrent les portes d’un univers fait d’apparences. Un monde où tout est sensé être beau… mais qui cache une réalité hideuse et dévastatrice.

UN RÉCIT PERCUTANT QUI NOUS OUVRE LES PORTES D’UN MONDE QUI VEND DU RÊVE !
Stuart Reardon & Jane Harvey-Berrick nous offre une suite qui m’a heurté à plusieurs reprises. Cette romance est vraiment originale et très bien construite. Je n’ai eu aucun mal à m’immerger de nouveau dans leur univers. La plume de Stuart m’a paru beaucoup plus mâture et structurée. J’aime le côté brut qui le caractérise, il nous livre une histoire passionnante avec beaucoup de rebondissements et de réflexion. J’aime le côté autobiographique de ce roman.

Qu’on se le dise, à notre niveau, on ne voit que le « beau » de l’univers du mannequinat. J’ai aimé cette immersion où notre héros nous expose un tableau moins idyllique tout en gardant une belle image de son travail de mannequin. On découvre les sacrifices, les tentations et les dangers de cet univers.

Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde avec le rythme soutenu qu’impriment les deux auteurs. La romance est une fois de plus très intense, la psychologie entre encore une fois en ligne de compte et nos héros vont devoir surmonter plusieurs obstacles qui ne manqueront pas de vous captiver.

EN BREF :
Stuart Reardon & Jane Harvey-Berrick nous offrent une suite intense et addictive. On retrouve Nick et Anna dans un tourbillon d’émotions. On se laisse facilement émouvoir au fil des pages grâce à la plume des deux auteurs. Cette histoire est pleine de nuances, on navigue en eaux troubles dans les méandres de la psyché de notre héros. J’ai trouvé cette suite vraiment excellente, très différente d’Invincible, les deux auteurs ont su mener leur histoire avec brio en offrant de nouvelles aventures à Nick et Anna.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-11
http://www.lmedml.fr/2019/11/07/vertig-laureline-eliot/

UNE ROMANCE MODERNE ET ADDICTIVE…
Laureline Eliot nous offre une romance moderne et addictive où elle s’est permis de prendre des libertés que j’ai trouvé très rafraîchissantes.

Exit le mec qui enchaîne les coups d’un soir, ici c’est bel et bien notre héroïne qui est réfractaire à toute forme d’engagement. Donner son corps, What Else… son cœur ? No Way ! C’est donc une romance qui oppose une chasseuse face à sa proie. J’ai passé un très bon moment grâce à la plume entraînante de l’autrice.

DES PERSONNAGES QUI N’ONT PAS MANQUE DE ME FAIRE RÉAGIR !
Impossible de rester insensible face à la personnalité de nos héros. Ava ne vit que pour son entreprise « VertiG » qui propose des services d’escort à des clientes de tous horizons. Ava est inflexible, froide et terriblement détachée de tous rapports humains. Je vous avoue que j’ai été déstabilisée par cette héroïne. Pas dans un sens négatif, mais j’ai eu du mal à m’attacher à elle dans un premier temps. Jusqu’à ce qu’elle se dévoile, qu’elle laisse tomber les barrières qu’elle avait érigées. Ava est un bourreau de travail, mais les apparences sont-elles réellement le reflet de la femme qu’elle est ? Oliver va venir mettre un bon coup de pied dans toutes ses certitudes. Ensemble, sauront-ils braver leurs tourments ?

Oliver est tout simplement A-DO-RA-BLE. Et oui, j’aime les mecs gentils, drôles et chaleureux. Attention, j’aime les méchants garçons dans les romances, mais en fait on a jamais vraiment de réel gentil. Alors là, je me suis régalée avec lui. Il a assez de caractère pour ne pas paraître trop lisse, j’ai trouvé sa personnalité bienveillante, sa bonne humeur communicative malgré le passage à vide qu’il traverse.

UNE INTRIGUE BIEN MENÉE…
Laureline Eliot n’a eu aucun mal à m’embarquer dans son histoire. J’ai de suite été sensible à l’histoire, à la singularité des personnages et à sa plume addictive.

Le récit se démarque de par sa dynamique, l’ensemble peut sembler classique et on se laisse porter par les événements, mais l’histoire a ce petit quelque chose qui la rend unique.

L’autrice a su y mettre de l’humour, des valeurs et elle met très bien en relief les états d’âme de ses personnages. Sans prétention, cette romance m’a fait passer un bon moment.

EN BREF :
Avec [VertiG], Laureline Eliot se fait une place sous le soleil de la romance. J’ai particulièrement aimé la dynamique de la romance, j’ai eu un gros crush pour Oliver et l’histoire m’a offert tout ce que j’aime dans les romances. Des émotions, des frissons grâce aux scènes sexy et une belle moralité. A lire !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://www.lmedml.fr/2019/11/08/quest-ce-quelle-a-ma-gueule-avery-flynn/

UN CONCEPT QUI M’A EMBALLÉE MAIS UNE HISTOIRE QUI N’A PAS SU ME SÉDUIRE.
J’ai été plus qu’emballée par le concept de la romance body positive. Je me suis dis, enfin des héroïnes qui nous ressemblent, des histoires qui mettent un coup de pied dans les clichés… Mais, je ressors vraiment déçue par cette lecture et ce, à cause de plusieurs points qui m’ont totalement fait passer à côté de l’histoire.

Le résumé était prometteur, je vous avoue que je m’étais énormément projeté avant de commencer ma lecture et plus j’avançais dans l’histoire plus je déchantais.

C’est dommage car la plume d’Avery Flynn a réussi à me faire aller au bout du livre, mais la déception n’en est pas moins cuisante.

DES PERSONNAGES QUI M’ONT LAISSE DE MARBRE.
Le premier point négatif est, que je n’ai pas su apprécier nos héros. Gina aurait dû m’attendrir, m’émouvoir et me donner la pêche… Hélas, je n’ai pas su dépasser mon détachement envers elle. Pourtant, elle n’a pas eu une jeunesse facile, elle avait réussi à passer au-delà du jugement des gens, et paf voilà que tous ses complexes reviennent en force dès qu’un homme sexy s’intéresse à elle. Si j’ai compris dans un premier temps, cela m’a très vite agacé que Gina perde le peu de confiance qu’elle avait réussi à gagner. Gina a une personnalité très expansive, elle est un peu dispersée, et sa rencontre avec Ford va la propulser dans un espèce de cercle infernal.

Je m’attendais à ce que l’on mette en valeur notre héroïne, qu’on fasse ressortir toutes ses qualités, que l’on mette en relief le fait que la beauté est subjective, qu’une personne pourra paraître belle aux yeux de quelqu’un mais pas aux yeux d’une autre…

Je n’ai donc pas du tout été sensible à ce que les personnages ont vécu. Je suis restée spectatrice de cette espèce de farce de mauvais goût.

UNE PLUME ENTRAÎNANTE ET ADDICTIVE…
Je n’ai pas du tout réussi à apprécier l’histoire en elle-même, trop d’humour à des moments que ne s’y prêtent pas, trop de dépréciation de notre héroïne, j’ai ressenti par moment un véritable mal être à la lecture de ce roman qui aurait dû me donner le sourire.

Alors je suis certainement passé à côté de l’essentiel car j’ai vu de supers retours sur cette histoire et je m’en faisais un joie.

Avery Flynn a malgré tout une plume entraînante et addictive. Pourtant, je ne peux m’empêcher de me poser des questions quant au côté « body positive » de cette histoire. J’ai eu presque pitié de notre héroïne, et qu’on se le dise, ce n’était pas l’objectif, n’est-ce pas ?

Je suis arrivée à la fin de l’histoire avec un puissant sentiment d’échec parce que j’attendais beaucoup de ce roman.

EN BREF :
Cuisante déception pour ce roman qui s’annonçait prometteur. Je m’étais fait une certaine image de ce qu’allait être cette romance « body positive » et j’étais bien loin du compte. C’est un avis assez tranché et personnel, la plume de l’autrice est le réel atout de ce roman, et je suis certaine que l’histoire trouvera son lectorat.

N’hésitez pas à débattre avec nous sur ce roman, que nous puissions échanger nos ressentis.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-11
http://www.lmedml.fr/2019/11/08/le-secret-du-colibri-jaye-robin-brown/

UN ROMAN INTIMISTE ET TOUCHANT !
C’est un roman, c’est le portrait intimiste et touchant d’une héroïne qui porte le deuil de son amour perdu. On a pas souvent l’occasion dans la littérature Young Adult d’avoir des récits qui portent un écho lointain.

Dès les premières lignes, l’autrice happe le lecteur avec des émotions dévastatrice. Mais ce roman est magnifique à bien des égards. L’art se dessine comme une forme de rédemption, notre héroïne va prendre le chemin escarpé de la reconstruction grâce à l’art.

Jaye Robin Brown m’a émue, son écriture est douce et teintée de nuances qui offrent un panel impressionnant d’émotions. Je me suis laissé envahir par cette histoire, les thèmes sont abordés avec justesse et sensibilité. L’histoire a une âme que j’ai pu touché du bout des doigts, c’est pour cela que j’ai autant lire des romans jeunes adultes, parce que l’on déniche parfois ce genre de perle rare.

UNE HÉROÏNE QUI A LA VIE DEVANT ELLE…
Grâce à l’alternance de passé et de présent, on comprend que Jessica a su trouver une forme d’apaisement grâce à la présence de Vivi, cette jeune fille dont elle est tombée amoureuse. La perte de son âme soeur va la faire basculer à nouveau dans un monde vide de sens. Toutes les couleurs se sont dissipées quand Vivi est morte. Jessica s’enferme dans sa souffrance, elle repousse les autres et décide de ne plus consacrer son temps à développer son don pour le dessin.

Jessica est une héroïne tellement attachante, j’ai trouvé qu’elle prenait littéralement vie au fil des pages, elle devait cette jeune fille que j’avais envie d’aider, que j’avais envie de prendre sous mon aile. Jessica est une jeune fille complexe, elle traverse une épreuve dont elle pense ne jamais se relever. Perdre l’amour de sa vie. Le cheminement de son histoire m’a remuée, j’ai su percevoir ses émotions au plus profond de mon cœur. Et ce, grâce à la plume de l’autrice.

UNE INTRIGUE CAPTIVANTE ET POÉTIQUE !
L’autrice nous propose vraiment un récit unique et captivant. L’art apporte une forme un peu abstraite tout au long de l’histoire. J’ai aimé le lyrisme et la poésie qui s’en dégage. Je trouve que l’art est bien représenté comme cette forme de soutien menant à une rédemption salvatrice.

Ce livre a une narration intense, tantôt dans le passé, tantôt dans le présent, nous suivons avec attention l’histoire de Jessica et Vivi.

L’homosexualité est très bien abordé, les problématiques adolescentes aussi. On se sent concerné par le combat de Jessica, on sombre avec elle pour mieux renaître.

Le roman est illustré, à l’image de cette magnifique couverture, vous allez découvrir de belles images dans le récit. J’ai trouvé cela parfait car c’est cohérent avec le cheminement de l’histoire.

L’amour est vraiment bien représenté dans ce roman, l’autrice a su nous démontrer la complexité de ce sentiment et la façon de gérer la perte. L’amour ne meurt pas avec la personne aimée, mais il faut apprendre à vivre avec l’absence. J’ai été émue aux larmes par moment tellement l’histoire est bien écrite.

EN BREF :
Ne passez pas à côté de cet oiseau rare. [Le silence du colibri] est une histoire intime et pleine de pudeur. L’autrice nous offre un récit teinté d’espoir, une mise en lumière de l’art et de sa capacité à guérir certains maux. Je suis tombée sous le charme de la plume de l’autrice en quelques secondes seulement. Ce roman Young adult aborde des thématiques fortes comme le deuil, l’amour, l’homosexualité et la reconstruction. Le tout, avec beaucoup de finesse et d’intelligence.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-11
UN ROMAN ÉPOUSTOUFLANT, CRIANT DE VÉRITÉ !
Qu’on se le dise, ce roman est estampillé « New Romance » mais l’histoire qu’il contient ne se limite pas à un seul genre littéraire. Ce serait tellement réducteur pour ce récit de dire que ce n’est qu’une romance. Certes, il y a une histoire d’amour, magnifique et rédemptrice, mais… Morgane Moncomble a fait fort avec la profondeur de son livre.

L’autrice prévient ses lecteurs avec un avertissement avant le début du roman, j’ai trouvé cela très judicieux, surtout que ce troisième roman est bien différent de [Viens on s’aime] et [Aime-moi, je te fuis].

Quand on lit un tel récit, on s’y perd, corps et âme. On s’imprègne de la voix de l’autrice, de tous ces messages qu’elle a su faire passer à travers une fiction qui flirte dangereusement avec notre réalité. Une triste réalité. Une réalité qui ne devrait plus exister tellement elle est laide et destructrice.

[Nos âmes tourmentées] est un roman moderne qui allie tous les ingrédients pour rendre le lecteur dépendant ! Morgane Moncomble est cette jeune autrice qui met les pieds dans le plat, elle expose ses idéaux, sa bienveillance, elle crie haut et fort tout ce que tout le monde pense tout bas !

Bienvenue sur Dear Patriarchy,

Breaking news : les hommes pleurent. Les femmes se masturbent. Les hommes peuvent se maquiller. Les femmes aiment le porno. Les hommes peuvent aimer d’autres hommes. Les femmes peuvent aimer d’autres femmes. Les hommes peuvent aimer le rose. Les femmes peuvent choisir de ne pas se raser. Les hommes peuvent porter des talons. Les femmes peuvent être douées en sciences. Les hommes n’ont pas à être musclés. Les femmes n’ont pas à avoir des formes. Les hommes n’ont pas à aimer le sexe. Les femmes n’ont pas à être minces.

DES PERSONNAGES SINGULIERS ET TERRIBLEMENT ATTACHANTS !
Ne voulant pas trop en dévoiler, je vais rester vague sur nos deux héros. Sachez simplement qu’ils sont merveilleux, singuliers et terriblement attachants. J’ai souffert à leur côté et j’ai aimé découvrir la moindre de leurs failles. J’ai aimé le duo qu’ils forment et l’évolution de leur idylle.

Morgane Moncomble nous offre des personnages forts, très humains qui vont vous émouvoir du début à la fin. Azalée et Eden sont entourés par beaucoup de personnages. C’est ce que j’ai aimé dans ce récit, et ce qui nous conduit à voir cette histoire comme bien plus qu’une romance.

« Il meurt d’envie de me hacker. D’entrer là-dedans, dans ma tête, dans mon cœur, et de foutre le bordel, de tout prendre, de comprendre. »

Tous les protagonistes ont ce petit quelque chose qui nous attendrit ! Je me suis attaché à chacun d’entre eux, ils ont la part belle dans cette histoire et ils illustrent à merveille des thématiques puissantes, telles que l’amitié, l’amour et le droit à l’erreur.

Ce roman est riche de personnalité, tous très humains, les personnages s’animent pour nous plonger dans un récit tantôt dur, tantôt drôle et léger.

« – Je vous ai à l’œil, Azalée Green.

[…]

– Alors, je m’arrangerai pour être toujours agréable à regarder, Eden Weiss. »

UNE HISTOIRE A LIRE DANS LES ECOLES !
Morgane Moncomble nous offre une pépite. Avalanche d’émotions, thématiques coup de poing, romance addictive et passionnée… Ce livre est LE livre que vous devez lire incessamment sous peu !

En me lançant dans cette lecture, j’avais la bougeotte, j’avais envie de retrouver la plume de l’autrice, j’avais envie qu’elle me transmette des émotions comme elle sait si bien le faire, et là j’ai pris une violente claque ! Je me suis sentie galvanisée par la puissance et la profondeur de l’histoire. Par la modernité que l’autrice instille dans son écriture.

Morgane Moncomble est une autrice engagée, elle nous offre un récit brillant, bienveillant qui conserve un côté divertissant, drôle et sexy. Elle a su trouver le rythme parfait, les descriptions ne sont ni trop lourdes ni trop légères.

« – J’ai rêvé de vous, cette nuit !

Surprise, je lui ai renvoyé son sourire.

– Ah oui ?

– Vous mouriez. »

Ce roman peut heurter la sensibilité des lecteurs, moi la première car une des thématiques m’a touché de près dans ma famille. J’ai été ravagé de l’intérieur, comme rarement lorsque je lis. J’ai tellement été touché par la façon dont l’autrice à choisi de mener son histoire. Elle n’enjolive pas les choses, elle a su trouver un juste milieu pour rendre son histoire parfaite.

Bienvenue sur Dear Patriarchy,

À tous ces hommes blancs et hétérosexuels, bien peinards devant leur télé, qui pensent que les femmes sont déjà l’égal de l’homme : Caroline, une petite fille de sept ans vivant au Kenya, a subi une mutilation génitale féminine par sa mère avant d’être offerte en mariage à un homme de soixante ans. Elle a dû fuir pour mettre fin au cauchemar.

Vous trouvez toujours que le monde se porte bien ?

UNE ROMANCE QUI FERA FONDRE VOS CŒURS !
Vous êtes romantique ? Vous aimez les héros qui savent faire la cour à une femme ? Qui respecte les femmes et qui ne sont pas des bad boy en puissance ?

Cette romance m’a plu de A à Z ! C’est simple. C’est ce genre d’histoire d’amour qu’il manque en ce moment dans la new romance. Vous voyez j’en ai marre d’avoir toujours les mêmes schémas, et là… quelle bouffée d’air frais. Morgane Moncomble m’a fait fondre, tout simplement.

J’ai tout de suite été charmée, grâce à l’humour dans un premier temps. Puis avec les sentiments puissants qui vont unir nos héros. Les romances drôles et profondes c’est carrément ma came, donc voilà ici j’ai eu la totale.

« Aujourd’hui, j’ai eu l’impression de la connaître depuis toujours, et pourtant elle demeure un vrai mystère. Comme si mon âme connaissait son âme et que cela suffisait à tout. »

L’autrice défend avec conviction le droit des femmes mais pas que… Elle ne fait aucune différence entre les hommes et les femmes et elle pointe du doigt tout ce qui ne va dans notre société actuelle. Ce roman doit être lu par un maximum de lecteurs, il parlera différemment à chacun d’entre eux. Morgane Moncomble a su adopter un angle très intéressant pour transmettre de nombreux messages. J’applaudis bien fort !

« Bienvenue sur Dear Patriarchy,

Si personne ne vous l’a dit aujourd’hui : vous êtes forts, ne serait-ce que pour avoir survécu à cette journée. Mine de rien, ce n’est pas toujours facile. »

EN BREF :
[Nos âmes tourmentées] est une magnifique romance qui a fait battre mon cœur à vive allure ! Mais c’est surtout un récit moderne et puissant qui met en lumière des thématiques très actuelles et importantes. Elle défend le droit des femmes et ses idéaux à travers une histoire percutante qui conserve un côté léger et sexy. Cette jeune autrice nous offre un livre à lire dans les écoles, un récit qui sensibilise, qui heurte et qui résonnera en chaque lecteur. Elle nous éclaire sur des faits de société, sur des inégalités et des situations qui doivent cesser. J’ai été très touchée par cette histoire, je ne peux que vous conseiller de foncer lire cette merveille.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 05-11
http://www.lmedml.fr/2019/10/21/tiens-bon-nina-lacour/

UN ROMAN SINGULIER ET PLEIN DE SENSIBILITÉ !
On a pas souvent l’occasion d’avoir un tel livre entre les mains… [Tiens bon] de Nina Lacour est un véritable ovni littéraire, tant par sa forme que par son contenu.

Nina Lacour nous offre un récit troublant, singulier et plein de sensibilité. Un regard bienveillant sur des thématiques lourdes de sens.

Ce roman a eu un réel écho en moi, de par mon vécu. J’ai ressenti tellement d’empathie envers Caitlin. J’ai pu comprendre ses émotions et son cheminement psychologique.

DES PERSONNAGES HUMAINS ET TOUCHANTS !
Ce roman nous offre des personnages éclectiques. Très humains et touchants. Caitlin, notre héroïne et narratrice, doit faire face à la perte de sa meilleure amie Ingrid. Grâce au journal intime laissé par Ingrid, on va comprendre pourquoi celle-ci s’est suicidée. Caitlin va découvrir des éléments de la vie d’Ingrid qu’elle n’avait jamais remarqué/imaginé. Notre héroïne va vivre ce deuil avec violence, incompréhension et culpabilité. J’ai particulièrement aimé les émotions ressenties par Caitlin, son cheminement et sa façon de vivre avec la sensation de manque quant à la présence d’Ingrid dans sa vie.

Ingrid est le personnage clé de cette histoire malgré le fait qu’elle ne vive qu’à travers les souvenirs de Caitlin et le contenu de son journal intime. Ingrid a un fort ascendant sur l’histoire, elle m’a troublée et j’ai réussi à saisir toutes les nuances de ce personnage. Caitlin est une jeune femme qui souffre, elle peine à se remettre de la mort d’Ingrid, j’ai aimé son personnage pour sa simplicité et sa personnalité sans faux semblants. Caitlin est jeune et touchante. J’ai aimé vivre cette aventure à ses côtés.

Les protagonistes secondaires ont tous leur importance, ils induisent des émotions, transmettent un beau message à travers leurs interactions avec Caitlin.

UNE INTRIGUE INTENSE PSYCHOLOGIQUEMENT !
Ce roman n’est pas un roman comme les autres et vous le comprendrez dès les premières pages. Le récit est authentique avec une dynamique totalement inédite. J’ai aimé cette singularité, cette façon qu’a l’autrice de se démarquer dans l’évolution de son histoire.

On se sent vite happé par cette histoire percutante. La psychologie est tellement approfondie que cela est troublant par moment. Moi qui aime les histoires où il faut voir au-delà des apparences, j’ai été conquise du début à la fin.

Nina Lacour est une artiste et elle a mis toute sa créativité dans cette histoire. Elle aborde des thématiques sensibles avec beaucoup de sensibilité, de tact et d’originalité.

Le côté poétique et lyrique de l’histoire permet au lecteur de s’adapter, de s’approprier l’histoire sans problème. Ce roman conserve un côté accessible à tous les lecteurs, notre héroïne va reprendre sa vie d’adolescente en devant tenir compte de sa douleur, de son égarement après la disparition de sa meilleure amie. Elle va apprendre de ses erreurs, se remettre en question et avancer tout simplement.

LE SUICIDE, LA MALADIE, LE DEUIL… AUTANT DE THÉMATIQUES ABORDÉES DANS CETTE HISTOIRE.
Ce roman aborde des thèmes durs, sensibles et qui marqueront le lecteur. Nina Lacour n’est pas tombé dans le pathos, le récit est intense, parfois difficile à lire tellement les émotions s’enchaînent avec brio.

Ce roman fait réfléchir, le lecteur se remet aussi en question sur sa vision du monde, sur ses relations avec son entourage. J’ai aimé cet aspect de l’histoire, celui qui nous pousse à avoir un regard différent sur certaines thématiques.

L’espoir est sans cesse un équilibre dans l’histoire, ce qui nous empêche de nous enliser dans une ambiance trop étouffante. Je connais le deuil, je connais le suicide et la maladie. C’est pour cela que cette histoire a résonné en moi. Faisant battre mon cœur un peu plus vite, laissant les larmes couler librement sans barrière.

J’ai trouvé les émotions d’une justesse implacable, le côté abstrait de l’histoire amplifie tellement les sentiments, à tel point que j’avais l’impression de revivre certaines périodes de ma vie passée.

EN BREF :
Nina Lacour nous offre un véritable ovni littéraire. Un roman young adult singulier et original qui entraîne le lecteur dans un récit touchant et poétique. Laissez-vous tenter par un livre hors du commun, aussi beau en extérieur qu’à l’intérieur. Vivez cette expérience de lecture qui ne manquera de marquer votre âme de lecteur, ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion d’avoir une telle histoire entre les mains, ne laissez pas cette chance vous filer entre les doigts.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 05-11
UN ROMANTIC SUSPENSE ADDICTIF !
Premier roman de G.H. David que je lis, et je vous avoue que je suis totalement tombée sous le charme de sa plume et de son univers. J’adore les romantic suspense et si celui-ci n’a pas su me séduire de A à Z, j’ai tout de même apprécié certains aspects de l’histoire.

Dès le prologue, l’autrice annonce la couleur, David est un homme qui a deux casquette. Le jour, il est un homme d’affaire bien sous tout rapport, la nuit, il devient le chef d’un gang de braqueurs. Il excelle clairement dans les deux domaines et mènent ses business d’un main de maître.

Sa rencontre avec Mahira, danseuse de cabaret, va bouleverser son organisation bien huilée. Entre attraction, passion, danger et suspense, vous allez plonger dans un univers sombre et plutôt bien maîtrisé par l’autrice.

DES PERSONNAGES INTÉRESSANTS.
J’ai trouvé nos personnages intéressants. Nos héros sont magnétiques, sexy et passionnées. David est dangereux, mais sous cette façade se cache un homme plus malléable, moins dans le contrôle et j’ai aimé ça. J’ai été moins convaincue par Mahira. Cette jeune femme sensuelle qui évolue de façon abrupte et peu crédible. J’ai essayé de me mettre à sa place, de me demander comment j’aurais réagir face à ce qu’elle va vivre aux côtés de David et j’ai eu du mal à comprendre ses choix mais surtout à la transformation qui s’opère chez elle.

Il y a beaucoup de personnages secondaires, et je vous avoue que je m’y suis perdue à plusieurs reprises ? J’ai dû me concentrer pour remettre les personnages dans le contexte et dans leur rôle. Il y a beaucoup de monde qui gravite autour de nos deux héros et parfois j’ai lâché un peu à cause de ça.

QUAND L’AMOUR SE MÊLE AU DANGER !
Les romantic suspense c’est vraiment ma came, car j’adore les romans policiers et les romances, alors lorsque tout est réuni dans une même histoire, c’est le must.

G.H. David nous offre une histoire qui mêle l’amour au danger avec brio. Sur ce point là, j’ai été totalement captivée par le cheminement de l’histoire. Il y a ce qu’il faut en rebondissements, en suspense et la romance est comme je les aime, sensuelle, intense et pleine d’émotions.

Je ne suis pas le genre de lectrice qui n’aime pas quand l’histoire d’amour s’installe rapidement, je crois à l’attraction, au coup de foudre, à l’obsession… Pour moi, la romance ne va pas trop vite, elle s’installe puissamment, et nos héros vont évoluer dans une relation très particulière. Ce qui est plaisant !

EN BREF :
Un romantic suspense qui m’a plu pour l’action, les rebondissements et la romance. Je déplore seulement que quelques aspects de l’histoire, à commencer par l’évolution de l’héroïne, ne m’aient pas totalement convaincue. J’ai adoré la plume de G.H. David, et je vais faire en sorte de découvrir ses autres écrits.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-11
Je rédige cette chronique en direct de l’hôpital psychiatrique Black Ink. Internée dans le service des lectrices ayant perdu la raison, suite à ma lecture du premier tome de la duologie Esmé de Farah Anah. Autrice tortionnaire des éditions Black Ink !

Ma psychiatre, la cheffe de service, Sarah Berziou, m’a autorisé à venir vous livrer mon ressenti, selon elle, cela fait partie intégrante de ma thérapie. Sans quoi, je ne pourrais avoir la permission de poursuivre avec le second tome qui devrait apaiser mes tourments. Ou les aggraver…

Comment en suis-je arrivée là ?

C’est encore flou dans ma mémoire, je n’étais pas prête psychologiquement à découvrir l’histoire d’Esmeralda & Abain. Je me pensais assez solide et forte pour survivre à ce raz-de-marée émotionnel… Comment ai-je pu négliger tous les signaux qui se sont allumés lors de ma lecture ? Comment ai-je pu me laisser maltraiter par les émotions troublantes ressenties lors de ma lecture ?

Durant ma lecture, j’ai perdu pied, perdu la raison et une partie de ma santé mentale, à tel point que je me retrouve aujourd’hui enfermée, sous contrôle médical ! Parce que voyez-vous, les éditions Black Ink ont tout prévu. Sans doute un coup monté de cette Farah Anah qui rend ses lectrices dépendantes. La folie s’est emparée de moi, j’ai souffert avec Esmé… J’ai détesté Abain, au point que j’en suis rendu à l’état d’hystérique vindicative… Un héros m’a rarement autant fait souffrir, j’ai pleuré, hurlé et j’ai été épuisée par les sentiments qui m’ont écorchés.

Haine, espoir, amour, désillusion, souffrance, dépendance… Autant de symptômes qui m’ont conduit à l’internement !

La fiction et la réalité se sont mélangés ! Je ne faisais plus la différence, sans cesse sous l’emprise de cette espère de substance illicite que cette autrice distille dans ses romans. Une fois commencé, je n’ai pas pu lâcher le roman. Oh, mon entourage a bien essayé de m’enlever ma liseuse des mains… se heurtant à ma hargne de vouloir continuer. Telle une possédée, il fallait que j’aille au bout de ce premier opus.

Mystère, suspense, passion et danger sont les éléments culminants de cette histoire. Ma psychiatre, Sarah Berziou, n’arrête pas de me pousser à mettre des mots sur mes souffrances, sur mon ressenti sur ce roman. C’est sensé me préparer pour la suite de l’histoire d’Esmé et Abain. Mais plus j’y pense et puis j’ai l’impression que la folie s’ancre profondément en moi. Comment surmonter un tel déferlement d’émotions ? Comment retenir toutes ces larmes de haine et de tristesse ? Comment aller de l’avant ?

Je suis terrifiée à l’idée de lire la suite. Serais-je assez forte ? Vais-je sombrer encore plus dans les méandres du désespoir ? Je suis encore perdu dans les limbes de ma déchéance.

Farah Anah sévit en toute liberté, si vous saviez le nombre de lectrices qui sont comme moi, enfermées pour leur propre sécurité. Cette autrice sans pitié n’arrêtera jamais ses méfaits, c’est une récidiviste et je doute que l’on puisse l’arrêter en si bon chemin. Les meilleurs sans sortent toujours et elle est très forte dans sa discipline… La torture de lectrices !!!

Ce roman m’a heurté de plein fouet, l’autrice a placé la barre très haut, en terme de mystère, de frustration, de douleur intense qui fait saigner le cœur. J’ai ressenti un sentiment d’injustice envers mon Esmé adorée ! Cette héroïne qui a vécu l’enfer. Abain, celui qui était sensé illuminer son monde, l’a réduit à néant ! Et pourquoi ? Je vous le demande…

Ici, on m’aide à gérer le manque, depuis que j’ai terminé le roman, c’est comme si j’étais en crise de manque. Les personnages me hantent, leur histoire fait encore bouillir le sang dans mes veines. Je suis en état de choc et j’ai très peu de temps pour m’en remettre avant la sortie du seconde opus.

Écrire cette chronique m’a fait du bien. Je me dois de vous mettre en garde… Mais après tout, ce ne sont que les propos d’une lectrice qui a sombré dans la folie. Ce roman est indescriptible. Esme et Abain vont s’infiltrer en vous. Hanter vos rêves ! Faire battre votre cœur et écorcher votre âme de lectrice. Farah Anah est actuellement recherchée par le service de protection des lectrices. Aux dernières nouvelles, elle se cache pour mieux tourmenter ses futures victimes. Elle fait partie du gang des « Serial Writer ». Une nouvelle sorte d’écrivaines, celles qui induisent une addiction sévère chez leurs lectrices. Ma psychiatre, Sarah Berziou, tente de me rassurer, mais le mystère reste entier, je ne sais pas si je survivrai à la suite de cette saga. L’avenir nous le dira ^^

Trêve de plaisanterie ! Le mot de la fin ? Ce roman c’est une tuerie ! Vous savez ce qu’il vous reste à faire ! On fonce se procurer cette pépite !
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 05-11
UNE CLAQUE MONUMENTALE ! UNE DUOLOGIE SENSATIONNELLE ! UN COUP DE CŒUR CORROSIF !
Souvenez-vous, il y a tout juste une semaine, je me retrouvais enfermée dans l’hôpital psychiatrique des éditions Black Ink. Suite à la lecture du premier opus de la saga ESME, la folie s’était emparée de moi. A tel point, que l’on m’a interné de force pour mon propre bien.

Prise en charge par ma psy, Sarah Berziou, j’ai pu démarrer une thérapie intensive en vue de ma lecture du second opus. Remarquez qu’elle ne m’a laissé qu’une seule semaine pour me remettre en selle. Je n’ai pu résisté à l’appel de la lecture, sachant le second tome dans ma liseuse, je me suis jetée dessus comme si ma vie en dépendait, et finalement c’était un peu le cas.

Avec le soutien de ma psy et la baronne, cette très chère Emma Landas, j’ai pu retrouver un semblant de raison, n’étant plus que l’ombre de moi-même, il fallait que replonge dans l’univers de Farah Anah.

« Je crèverai de la toucher, de la serrer contre moi, me couler en elle pour effacer toutes ses souffrances. »

DES PERSONNAGES QUI ONT BOUSCULÉS MON ÂME DE LECTRICE !
Durant cette longue semaine, j’ai tourné en rond dans cette chambre capitonnée. J’avais le manque d’Esme et d’Abain. La peur de découvrir la suite de leur histoire. J’ai eu le temps de me faire du mal, d’imaginer le pire et le début de la lecture m’a fait plonger au plus bas.

J’avais le graal entre les mains, la certitude que cette suite n’allait pas être tendre et ce fut le cas. Ce romantic suspense de haut vol m’a écorchée. J’ai dû me heurter à la bienveillance de ma psy, Sarah Berziou ne pensait pas que j’allais être assez forte pour lire cette suite d’un seul coup. Elle voulait que je me ménage, pauvre folle, va ! J’étais déjà au fond du trou et elle voulait m’y laisser moisir ? Telle une affamée, j’ai puisé la force dans mon fort intérieur, j’ai accompagné Esme et Abain dans ce dernier voyage qui m’a laissé sans voix.

« J’ai la sensation de vivre en parallèle, dans une dimension différente. Une existence où je n’ai jamais cessé de courir. Après la liberté, après l’amour, après l’espoir. Après Abain. »

UN SUSPENSE INSUPPORTABLE, DES RÉVÉLATIONS AHURISSANTES, DE L’AMOUR A REVENDRE…
Si le premier opus m’a mené tout droit à l’hôpital psy, ce second tome m’aura tourmenté comme jamais. A grand coup d’anxiolytique, j’ai tenu bon. J’ai bravé tous les obstacles, à fleur de peau et démunie, je suis arrivée au bout de cette magnifique histoire d’amour. L’univers sombre de l’autrice teinté d’espoir m’a sortie de cette lourde léthargie en me ramenant à la vie.

Putain, j’en tremble encore. Un scénario intelligent, un suspense insupportable, des révélations qui m’ont donné le tournis, de l’amour à revendre… Cette duologie est intense, entre les murs de ma chambre, j’ai vu ma vie défiler devant mes yeux. Sous l’influence de cette Farah Anah, une véritable psychopathe, moi je vous le dit. J’espère bien qu’elle va continuer de sévir finalement, car j’ai développé une réelle addiction, qui selon ma psy, cette chère Sarah, je ne réussirai jamais à m’en défaire. Aucune méthode de substitution quand on développe ce genre d’addiction.

« Ça n’a jamais été que toi, même quand tu n’y croyais plus. »

UNE HISTOIRE D’AMOUR SINGULIÈRE, DÉCHIRANTE ET SUBLIME !
Durant ma courte thérapie, ma psy m’a dit que c’était normal que je recherche des histoires qui sortent des sentiers battus, elle me connais finalement bien cette sacrée Sarah Berziou. Elle m’a sorti son baratin pour m’endormir, mais elle avait finalement raison.

Cette romance fut comme une révélation, à l’instar de Green Oak, Le cri du silence… Cette duologie s’est ancrée profondément en moi, m’a remué les tripes. J’avais besoin de cette aventure, de découvrir une histoire pleine de suspense avec une intrigue indescriptible. J’avais besoin d’avoir mal comme Esmé, d’aimer à m’en rendre malade. Durant mon séjour à l’hôpital Black Ink, j’ai eu le temps de m’imprégner de cette histoire, de cerner Esmé et Abain, mais mon Dieu, je n’étais pas prête. Je suis allé de surprise en surprise.

J’étais déjà en train de faire un travail sur moi-même psychologiquement, et à peine la première page tournée, j’ai été propulsé dans un monde parallèle au mien, j’ai été une spectatrice impuissante face à tous les rebondissements.

J’ai dû faire de nombreuses pauses, pour hurler, pleurer ma douleur et essayer de me débarrasser de cette sensation que tout ce qui arrivait à Esmé m’arrivait aussi en même temps. Très forte, la Farah Anah, dans le genre je t’arrache le cœur, je te retourne les tripes, elle se pose là.

Le paysage défile en même temps que les pires années de mon existence. Je découvrirai enfin le visage de celui qui m’a plongée au fond du trou, qui a indirectement tiré les ficelles de la vie d’Abain.

Les flammes de la vengeance crépitent dans mes entrailles. Un souffle violent les embrase davantage à chaque kilomètre parcouru.

UN MÉLANGE A VOUS RENDRE DINGUE !
Si vous êtes de ceux qui pense que la lecture n’a aucun pouvoir, passez votre chemin. Je ne suis pas folle, ou ne serait-ce qu’un peu, un chouia, bon d’accord, je ne suis peut-être pas la lectrice la plus équilibrée qui soit, mais passons. La lecture c’est bien plus fort que n’importe quelle drogue… Impossible de s’en défaire. Les mots ont un ascendant terrifiant sur le lecteur, surtout lorsqu’ils sont maniés de cette façon. C’était brillant, fascinant !

Action, suspense, sexe, manipulation, haine, remords et j’en passe. La Farah Anah elle nous file un mélange à nous rendre dingue. Cette diablesse, sans scrupule, m’a transcendée. Je n’étais plus totalement présente durant cette lecture et vous savez quoi ? Je me meurs d’avoir terminé le livre.

Comment reprendre le cours de ma vie ? J’ai besoin de conseils… Je crois que je vais devoir continuer à consulter cette fichue psy… Je la soupçonne d’alimenter mon addiction, elle dit que c’est pour mon bien… Mais est-ce vrai ?

J’ai cette sensation de manque, affreuse, insidieuse et profonde. J’ai eu l’autorisation de sortir, de retourner à ma vie d’avant, mais sans Esmé et Abain, ne vais-je pas dépérir à petit feu ? La seule solution que j’ai trouvé, c’est de me souvenir du cheminement de l’histoire, de capter l’essence même de cette romance, et j’ai la certitude que j’irai un jour bien sans eux.

Farah Anah… C’est à toi que je m’adresse ! Oui, toi ! Que fais-tu de tes lectrices ? As-tu des remords de les rendre dépendantes de ta plume ? De les tourmenter, de les écorcher vives ? Comment ça, je vais un peu loin ? Non, parce que là, je ressens un vide. Cette duologie m’a hantée des jours durant, et je sais pertinemment que le souvenir d’Esmé et d’Abain n’est pas prêt de s’estomper. Il va falloir que je vive avec, pas le choix.

« — J’ai l’impression de rêver, s’épanche-t-elle. Je ne sais pas si c’est un bon ou un mauvais rêve, parce que je me sens vaseuse, que mes bleus et ma gorge me font un mal de chien, mais être ici, avec toi, t’embrasser, te toucher… ça me paraît invraisemblable.

— C’est la réalité, ma zingara. »

EN BREF :
Je ne vis que pour lire ce genre d’histoire. Farah Anah nous offre là un véritable chef-d’oeuvre. Un duologie sensationnelle, un romantic suspense de haut vol qui m’a rendu folle du début à la fin. Le tour de force a été de me faire adhérer à tous les aspects de son histoire, qu’on se le dise, je suis vraiment exigeante, je recherche sans cesse l’histoire qui fera vibrer mon âme. En me lançant dans cette suite, j’avais le cœur prêt à exploser, soyez prévenu, l’autrice ne rigole pas. Je ne peux qu’applaudir l’effort, ce récit est intense, singulier et sort des sentiers battus. J’aime les intrigues avec beaucoup de psychologie, avec des rebondissements imprévisibles et intelligents, et l’autrice m’a donné tout ce dont j’avais besoin pour exulter, pour jouir de ce plaisir que je cherche tant dans la lecture. Et je peux vous dire que la jouissance est au rendez-vous de ce second opus, ainsi que l’amour, celui qui transcende tout, celui qui vous fait devenir meilleur et qui prend possession de tout votre être. Magistral. Parfait !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-11
http://www.lmedml.fr/2019/11/02/lembaumeur-de-montmartre-fleur-hana/

FÉMINISME, HUMOUR, SUSPENSE ET MYSTÈRE SONT AU RENDEZ-VOUS !
Fleur Hana nous revient avec la réédition de son roman [Rose : l’embaumeur de Montmartre]. Nouvelle couverture, texte retravaillé… Il n’y a pas à dire, Fleur Hana nous offre des histoires qui sortent de l’ordinaire. Je suis sortie de mes habitudes littéraires avec ce récit surprenant qui mêle différent genre.

Dans une ambiance feutrée et pleine de mystère, succombez au charme de Rosaline Leprince, une jeune femme qui n’a pas sa langue dans sa poche et à Spencer, cet anglais bon chic bon genre qui va devoir se heurter à la ténacité de notre héroïne.

DES PERSONNAGES EN TOTALE OPPOSITION.
Avec une alternance de points de vue, il est aisé de cerner nos deux héros. Ils ne pouvaient pas être plus opposés, et j’ai adoré ça.

L’histoire en 1890, autant vous dire que notre Rosaline est en avance sur son temps et qu’elle n’a que faire de la bienséance. Journaliste intrépide, elle espère bien réussir à signer un jour ses articles de son véritable nom… Rosaline est une héroïne qui en impose, elle a beaucoup de charisme, elle n’a pas froid aux yeux et n’a clairement peur de rien. Cette nana est excellente, têtue et déterminée à se faire une place dans cette société machiste.

Lord Spencer Fitzwilliam fait partie de l’agence britannique ROSE. Notre héros va être dépêché en France pour résoudre une enquête qui le mène tout droit jusqu’au Moulin Rouge à Paris. Lord Spencer est très protocolaire, coincé et outré à chaque intervention de Rosaline, mon Dieu, j’ai adoré le voir lutter avec notre héroïne. Pourtant, à eux deux, ils forment un duo qui a du potentiel. Mais survivront-ils à leur collaboration. Sauront-ils démasquer « L’embaumeur de Montmartre » ?

J’ai adoré le duo atypique que forment Rosaline et Spencer. Leurs joutes verbales sont hilarantes, ils sont tellement différents et en même temps ils ont pas mal de points communs.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste, et j’ai vraiment fait tout mon possible pour démasquer le coupable, sans grand résultat, car je m’étais plantée sur toute la ligne.

UNE INTRIGUE DIGNE D’UNE ENQUÊTE DE SHERLOCK HOLMES.
Sherlock Holmes avait sont fidèle Watson… Spencer lui, pourra compter sur cette insupportable Rosaline, c’est lui qui le dit, pas moi ^^ Bref, notre équipe de choc va devoir partir à la recherche d’un meurtrier. Ils vont devoir mener une enquête complexe, ne pas se tirer dans les pâtes et surtout apprendre à se supporter.

J’ai adoré le cheminement de l’histoire, le suspense est à son maximum, et Fleur Hana a su donner une ambiance caractéristique à son récit. J’ai adoré l’authenticité des lieux, le contexte historique et le côté enquête qui est très bien mené.

L’humour est omniprésent, Rosaline est sarcastique, elle asticote notre Spencer pour un oui et pour un non. Cela allège l’ambiance plus pesante qui s’installe avec les meurtres.

Fleur Hana me dévoile une nouvelle corde à son arc, moi qui aime les histoires avec du suspense, des rebondissements et une fin imprévisible, j’ai été servie.

EN BREF :
Avec [L’embaumeur de Montmartre], Fleur Hana nous propulse en 1890 dans un Paris rythmé et entraînant. Laissez-vous séduire par les danseuses du Moulin Rouge, tremblez de peur à l’idée de rencontrer ce mystérieux tueur qui sévit dans l’ombre. Rosaline et Lord Spencer vous attendent pour une aventure hors du commun qui vous mènera sur les traces de l’embaumeur de Montmartre. Un récit haletant, drôle et résolument féministe. Si vous aimez les héroïnes badass, les héros atypiques et les enquêtes pleines de suspense dans une ambiance authentique et charmeuse alors foncez !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-11
UNE ROMANCE ADDICTIVE ET EFFICACE !
Il n’y a pas à dire, Jay Crownover sait nous offrir des romances addictives et efficaces. Ce roman ne déroge pas à la règle, et même si ce n’est pas la meilleure histoire de l’autrice, j’ai passé un très bon moment aux côtés de nos héros.

J’ai particulièrement aimé ce retour à The Point et le fait que l’on croise des personnages de la saga [Bad] sans qu’aucun nom ne soit mentionné.

Ce roman peut donc totalement se lire indépendamment de la saga qui se déroule à The Point.

UN TRIO TOUCHANT.
J’adore les romances avec des enfants. Ici notre héroïne a une petite fille de 4 ans tellement adorable. Elle apporte de la douceur et de la candeur à l’histoire, en plus d’être très rigolote. Orley est une jeune femme que j’ai aimé car elle se bat pour avoir une vie meilleure, issue d’un milieu aisé, elle a tout plaqué pour sa sécurité et celle de sa fille. C’est une héroïne touchante et déterminée.

Solomon est un héros qui en impose. Malgré les apparences, c’est un homme qui sait faire preuve de tendresse et de douceur. Solo n’avait pas programmé de venir en aide à sa voisine et à sa fille, et pourtant, ce fut comme une évidence.

Les personnages secondaires sont très sympas et véhiculent des messages bienveillants.

UNE INTRIGUE UN PEU PRÉVISIBLE MAIS DIVERTISSANTE.
Pas de grosses surprises dans cette histoire, si ce n’est une belle histoire d’amour qui naît dans le chaos de la ville de The Point. Jay Crownover nous démontre que peu importe où nous nous trouvons, l’amour peut fleurir du jour au lendemain.

Cette romance pleine d’espoir plaira aux fans de l’autrice mais aussi à ceux qui aiment les romances passionnées.

EN BREF :
Jay Crownover nous offre une histoire touchante et addictive. J’ai particulièrement aimé remettre les pieds à The Point, cette ville est intense, l’ambiance des récits qui se déroulent là-bas est singulière, ce fut un plaisir de revivre une dernière aventure dans ce lieu. L’autrice ne manque jamais de nous transmettre des messages plein d’espoir. C’est toujours un bon moment de lire un de ses romans.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-11
http://www.lmedml.fr/2019/11/04/cordes-sensibles-twiny-b/

UN SPIN-OFF SYMPATHIQUE MAIS QUI N’AURA PAS SU ME SÉDUIRE TOTALEMENT…
Lorsque j’ai appris la sortie de ce spin-off, j’étais vraiment aux anges. Il faut dire que Prune, l’héroïne de la saga [La chute] m’avait marqué. Ce fut donc avec enthousiasme que j’ai débuté [Cordes sensibles], l’histoire d’Ania, notre minipoucette.

Globalement, j’ai passé un bon moment mais… j’en attendais tellement plus. Et je vais vous expliquer ce qui m’a manqué pour en faire une excellente lecture.

DES PERSONNAGES INTÉRESSANTS ET ATTACHANTS !
Dans ce spin-off, nous retrouvons Prune et Adam. Ils ont maintenant des enfants et franchement j’ai surkiffé de les voir dans leur rôle de parents. Prune est égale à elle-même, ce fut une bouffée d’air frais que de la retrouver aux côtés d’Ania, qui est sa nièce. Ania est une jeune femme douée pour la musique, c’est un prodige et ses parents espèrent bien qu’elle fera carrière dans cette branche. Hélas, Ania aime la musique mais elle ne souhaite pas en faire son métier. Elle rêve de devenir mannequin… Ania est une jeune femme qui a toujours voulu faire plaisir à ses parents, à ses dépends. Elle est bloquée dans un rôle qui ne lui sied guère, et grâce à Prune, elle va pouvoir tenter de montrer à ses parents qu’elle peut réussir à faire carrière dans le mannequinat.

Ania est une héroïne qui m’a laissé un sentiment mitigé quant à ses prises de décisions. C’est une jeune femme qui a du caractère, elle est intelligente et dévouée mais elle s’oublie totalement. Elle est bien trop guidée par l’avis de ses parents pour vivre librement sa vie… Et c’est ce qui m’a conduit à m’éloigner de son personnage. Ces choix nous ont plongé dans une dynamique amoureuse que je déteste et du coup j’ai été sur les nerfs pendant les 3/4 de ma lecture.

Nils, notre héros, est musicien. Guitariste plus précisément. Bad boy tatoué, il est de suite attiré par la beauté naturelle d’Ania. Leur rencontre va bouleverser son monde. Nils est un héros que j’ai tout de suite aimé car il est vraiment surprenant dans le bon sens du terme. J’aurai aimé en savoir encore plus sur lui. J’ai été déçue que son personnage ne soit pas mis en avant autant qu’Ania, mais cela peut se comprendre. Nils est canon, il est intense et vous donnera très certainement beaucoup de frissons ^^

J’ai eu un gros coup de cœur pour Duke ! Et pour Fender aussi ! Je suis aussi restée sur ma faim la concernant.

UNE INTRIGUE QUI A MANQUÉ DE PROFONDEUR !
J’adore les romances légères et pleines d’humour. J’ai d’ailleurs adoré retrouver Prune et sa volaille. Mon Dieu, qu’ils m’avaient manqué. Je crois que j’ai d’ailleurs plus savouré le fait de revoir Prune et Adam que de découvrir l’histoire d’Ania et Nils, c’est dommage en fin de compte.

L’histoire est sympa et franchement je l’ai lu rapidement. Mais en tournant la dernière page j’ai clairement un gros manque. Twiny B. aborde des thématiques vraiment touchantes et intenses sans vraiment les développer. J’aurai aimé que certains sujets soient approfondis. Que la vie de notre héros nous soit dévoilée. En ce qui concerne les personnages secondaires, il y a aussi un gros manque de détails, ce qui m’a fait passer un peu à côté des émotions.

La romance n’a pas eu ma préférence car je déteste la dynamique exploitée dans l’histoire. Et en plus, il se passe tout ce qui m’horripile dans cette configuration. Parfois, j’arrive à apprécier lorsque cela est géré d’une certaine façon, ce ne fut pas le cas ici. Cela à donc légèrement entaché mon plaisir. Sachez que c’est un sentiment vraiment personnel, et que la romance est vraiment passionnée, les héros ont une belle alchimie et leur duo m’a plu dans leur mode de séduction.

EN BREF :
Une lecture en demi-teinte avec [Cordes sensibles]. Ce fut un véritable plaisir de retrouver Prune et sa volaille. Twiny B. a un style toujours aussi moderne et entraînant, l’humour est de la partie ainsi que pas mal d’émotions. Je déplore seulement de ne pas avoir réussi à totalement apprécier la romance entre Ania et Nils. En contre-partie, j’ai eu un gros coup de cœur pour Duke et Fender, j’espère que nous aurons l’occasion de les retrouver prochainement, je signe de suite pour d’autres spin-off sur ces deux personnages :p
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 31-10
http://www.lmedml.fr/2019/10/31/after-our-ashes-amelie-c-astier/

UNE DARK ROMANCE QUI FAIT FROID DANS LE DOS !
Qu’on se le dise, Amélie C. Astier aime dépasser ses limites et emmener ses lecteurs dans des chemins ardents et atypiques.

AFTER OUR ASHES a dépassé toutes mes attentes. Exit les dark romance commerciales qui n’en sont pas, exit la bienséance et toutes les histoires édulcorées… L’autrice nous propose un récit qui fait froid dans le dos. Une histoire qui met en scène des thèmes plutôt hardcore tels que le satanisme, l’art gothique et les sectes.

Est-ce que le récit a fonctionné avec moi ? Carrément. Est-ce que j’ai frissonné ? A mort ! Est-ce que je ressors chamboulée par ma lecture ? Assurément !

Cette dark romance n’est pas à mettre en toutes les mains, mais si vous aimez prendre des risques, si vous avez le cœur suffisamment accroché, alors c’est le roman qu’il vous faut pour dépasser vos limites !

« Est-ce que les âmes écorchées se reconnaissent ? »

DES PERSONNAGES CAPTIVANTS ET SINGULIERS…
Amélie C. Astier a donné vie à des personnages singuliers et captivants. Ai-je été déstabilisée par Ceres ? Mon Dieu que oui. Notre anti-héroïne est intense, perturbante, carrément flippante par moment, mais cela ne l’empêche pas d’être intrigante et attachante. Je ne souhaite pas trop en dire sur elle, au risque de vous gâcher son évolution et l’essence même de sa personnalité qui a été façonnée par une éducation extrémiste.

Dante est un héros que je ne suis pas prête d’oublier. Il est aussi singulier que l’est Ceres dans un genre différent. Mais une chose est sûre, ils ont plus en commun que n’importe qui d’autre. Dante est captivant, c’est un artiste qui a vécu un drame dont il ne se remet pas totalement. J’ai aimé sa psychologie, son envie de sauver chaque âme qu’il croise. Mais saura-t-il sortir Ceres des affres de l’enfer ?

Nos deux héros sont écorchés, déchirés, soumis à leurs sombres desseins. J’ai aimé ce duo complètement différent de ceux que l’on rencontre dans une romance traditionnelle.

De nombreux personnages gravitent autour de nos héros, ils sont tous très importants et jouent leurs rôles à la perfection.

« Je me demande pourquoi cet écorché est tout le temps en colère et brisé, qu’a-t-il affronté dans sa vie ? Il porte des stigmates qui me rappellent les miens. »

UNE INTRIGUE AHURISSANTE, SOMBRE, EXALTANTE ET ADDICTIVE…
Ne me demandez pas de vous dire pourquoi j’aime ce genre de récit… Je ne saurais pas vous répondre clairement, car la dark romance et moi, c’est une histoire qui dure ! Attention, il faut que cela soit bien écrit et que tous les sujets soient bien exploités, comme ce fut le cas ici.

Je me permet d’attirer votre attention sur le fait que cette histoire est très dure, très sombre et violente par moment, mais l’autrice a su conduire ses héros vers la liberté et une rédemption bien méritée.

L’intrigue est ahurissante, angoissante, flippante et révoltante par moment. Sachez que cette histoire est à lire en ayant à l’esprit qu’il s’agit d’une fiction. Amélie C. Astier a su déjouer les pièges en évitant la surenchère de scènes glauques et trashs. Alors il y en a, il y a des passages qui m’ont soulevé le cœur, qui m’ont fait pleurer et qui m’ont donné la nausée… J’étais impuissante et démunie mais toujours aussi captivée par le fil conducteur.

L’intelligence de cette histoire est inqualifiable, j’ai été surprise car je me suis laissé berner, putain c’était bien joué de la part de l’autrice. Je n’en reviens toujours pas.

Le scénario est haletant, les émotions à vif, le sang coule, les larmes s’y mêlent et c’est juste jouissif.

UNE ROMANCE QUI NAÎT AU MILIEU DU CHAOS.
L’amour…

Cette romance défit toutes les lois en matière d’amour… J’ai été subjuguée par l’évolution de la relation de Ceres et Dante. Prise au piège de ce jeu malsain et perturbant.

La romance est hyper bien insérée dans l’histoire, elle bouscule tous les codes et emporte le lecteur dans un flot discontinu d’émotions qui balayent tout sur leur passage.

Le contexte de l’histoire est très important, il faut voir au-delà de la répulsion, au-delà des actes choquants et révoltants. J’ai été hypnotisée par l’ambiance particulièrement sombre et entraînante. L’histoire a un côté lyrique et artistique qui intensifie les sensations chez le lecteur.

Les personnages sont tellement justes et intenses que leur histoire d’amour ne pouvait qu’être à leur image. L’autrice s’en est vraiment bien sortie, je frissonne encore, plusieurs heures après la fin de ma lecture.

EN BREF :
Amélie C. Astier nous offre une véritable dark romance, une de celles que l’on oublie, qui marque au fer rouge et qui hante le lecteur des jours durant. J’ai été subjuguée par ce récit, j’ai frissonné, tremblé, pleuré et j’ai été émue du début à la fin. J’ai aimé ressentir toutes ces émotions contradictoires, j’ai aimé sentir les frissons gagner ma peau et m’emporter encore plus loin aux côtés de Dante et Ceres. Cette dark romance est extrême et diablement bien menée, si je puis dire ^^ Si vous aimez les histoires sombres, les héros torturés au-delà du possible, alors n’attendez plus !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
UN ROMAN FEEL GOOD A DÉCOUVRIR !
Cela faisait un certain temps que j’avais délaissé les romans feel good, mais quand j’ai découvert le résumé de ce livre, c’était une évidence ! Il fallait que je le lise. Et je ne regrette pas une seule seconde.

Le but premier d’un roman feel good, c’est de se sentir bien, et je peux vous dire que ce roman va vous détendre comme jamais.

Le récit est entraînant, l’héroïne totalement décalée et adorable. L’histoire plaira à bon nombre de lecteur, j’ai aimé l’ambiance général très colorée et les personnages qui se greffent au quotidien de notre Nina nationale !

DES PERSONNAGES HAUTS EN COULEUR.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que vous allez rencontre une flopée de personnages hauts en couleur.

Nina, notre héroïne, est en total décalage avec la société. Libraire, amoureuse des livres et de son chat Phil, elle mène une vie tranquille et ça lui convient parfaitement. Jusqu’à ce qu’elle apprenne la mort d’un père qu’elle n’a jamais connu. Ce sera le début d’une nouvelle vie mouvementée pour cette jeune femme pas comme les autres.

Nina est le genre d’héroïne que l’on ne peut qu’aimer. Déjà, elle adore les livres, c’est tellement facile de se reconnaître en elle, même sans être du genre ermite. Nina va devoir sortir de sa coquille et s’ouvrir à tout un monde qui n’attend qu’elle.

La narration fait la part belle à notre héroïne qui insuffle beaucoup d’humour à l’ensemble du roman. Les personnages secondaires sont nombreux mais l’autrice a fait un travail formidable qui nous empêche de nous perdre dans toutes ces personnalités.

UNE HISTOIRE QUI FAIT DU BIEN…
Cette histoire fait du bien, tout simplement. L’autrice a un style singulier et très rythmé. Ce qui me manquait souvent dans les précédents romans feel good que j’avais lu. J’ai donc été conquise par la plume atypique de l’autrice.

Son écriture est à l’image de l’héroïne, un peu décalée, un peu barrée mais ô combien addictive. Le scénario ne manque pas de panache, je me suis régalée du début à la fin. L’histoire n’est pas prévisible de A à Z, l’intrigue nous réserve quelques surprises et ce fut bien sympa à lire.

EN BREF :
Une couverture aussi flashy que l’héroïne. Abbi Waxman nous offre une véritable bouffée d’air frais avec ce roman feel good haut en couleur. L’autrice a su me divertir et me captiver au fil des pages grâce à des personnages attachants et à une histoire qui met du baume au cœur. Un feel good qui m’a réconcilié avec le genre <3
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-10
UNE EXPÉRIENCE DE LECTURE SINGULIÈRE !
C’est le second roman écrit en vers que je lis. Le tout premier étant [Songe à la douceur] de Clémentine Beauvais, la traductrice de [Moon Brothers]. J’avais donc déjà apprivoisé la façon de lire un tel récit.

J’avais hâte de renouveler l’expérience avec la plume de Sarah Crossan, on ne présente plus ses précédents romans tellement ils ont remportés du succès, et je sais d’ors et déjà que je lirai prochainement ses autres écrits.

En ce qui concerne [Moon Brothers], je me suis laissé envahir par la singularité de l’histoire. J’ai passé un bon moment hors du temps, aux prises avec des émotions qui ont eu libre court tout au long de cette lecture.

DES PERSONNAGES BOULEVERSANTS…
Le résumé à lui seul interroge déjà le lecteur. Je vous avoue que j’avais vraiment envie de lire ce roman autant que je redoutais ce moment. Je suis une lectrice très émotive, qui prend chaque récit à cœur. Je n’ai aucun mal à me laisser envahir par les émotions et parfois cela peut vraiment me faire chavirer.

Ici, l’histoire nous ait contée d’une bien belle manière. C’est unique, poétique et original. Les émotions n’ont aucun mal à atteindre le lecture, pour un peu qu’il soit vraiment en phase avec un récit si lyrique et en décalage avec ce que l’on a l’habitude de lire.

Ce roman bouscule, l’autrice a su me tenir en haleine, il faut dire que l’histoire se lit très facilement malgré la forme narrative en vers.

Les personnages de ce roman sont humains, ils m’ont bouleversé à chaque étape de l’histoire. Car l’espoir est le moteur de ce récit, il n’est jamais bien loin malgré la révolte que l’on ressent au plus profond de nous.

UN ROMAN UNIQUE ET INDESCRIPTIBLE !
Il est très difficile de vous parler de ce roman. Le récit est unique et indescriptible. J’ai envie de vous dire que cela chaque lecteur il aura un impact particulier, je me suis totalement sentie en phase avec les thématiques, avec les états d’âme des personnages.

Sarah Crossan frappe fort en nous offrant un récit engagé, elle nous offre une oeuvre singulière qui saura transmettre des messages forts et bouleversants.

Je ne suis pas ressortie totalement indemne de cette lecture. Je me rends compte que j’y aie laissé un bout de mon cœur. Ce morceau de cœur que j’ai offert à Joe et à sa famille.

EN BREF :
[Moon Brothers] est un roman unique en son genre. Avec un style poétique et singulier, Sarah Crossan entraîne ses lecteurs dans un récit plein d’espoir, dans une histoire qui ravage tout sur son passage et qui laisse le lecteur à vif ! Je ne peux que vous conseiller ce livre qui vous fera vivre une expérience de lecture hors du commun.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-10
UN CONTE FANTASTIQUE DIVERTISSANT.
Je dois vous avouer que j’ai choisi de lire ce roman uniquement pour sa couverture. J’ai été attiré par la splendeur de celle-ci et le résumé a fini de me convaincre.

Ce premier opus pose les bases d’une saga en deux tomes qui ne manquera pas de captiver le lecteur. L’autrice a su se démarquer dans un univers qui m’est totalement inconnu.

Je n’ai pas pour habitude de lire ce genre d’histoire, ce fut donc une surprise de A à Z.

DES PERSONNAGES QUI COURENT CONTRE LA MONTRE…
Anouk est née animal mais elle a été transformée par la sorcière Mada Vittoria qui en a fait sa domestique. Si Anouk est plutôt satisfaite de sa vie, elle ne peut s’empêcher d’imaginer le monde extérieur et sa splendeur. Elle rêve d’un monde libre où elle pourrait faire ce qu’elle désire… Mais quand Mada meurt, ses amis et elle sont désignés comme les coupables, c’est alors le début d’une course contre la montre. Car nos héros ne sont des humains que grâce au sortilège de Mada Vittoria. Et celui-ci doit expirer dans trois jours…

Nos héros vont vite comprendre que le monde extérieur est loin d’être aussi joli et qu’ils vont devoir déjouer des pièges tout au long de leur fuite.

Les personnages de ce roman sont intéressants mais l’on ne rentre pas totalement dans leur psychologie. L’héroïne nous sert de narratrice et nous offre une vision très intense de l’histoire, j’ai particulièrement aimé le côté fantastique qui englobe Anouk et ses amis.

UN CONTE BIEN MENÉ ET CAPTIVANT.
Si le début est un peu lent à se mettre en place, rassurez-vous le rythme s’accélère rapidement et nous offre des rebondissements surprenants et intéressants.

J’ai aimé les thèmes abordés dans l’histoire, le récit est une belle fiction mais il transmet tout de même des messages qui peuvent influencer les lecteurs. L’autrice m’a surprise à certains moments même si l’histoire conserve un côté prévisible qui ne m’a pas spécialement gêné lors de ma lecture.

Tous les éléments sont présents pour rendre la lecture captivante, une immersion totale s’opère au fil des pages pour proposer une expérience de lecture des plus sympathique.

Je n’ai eu de cesse de me demander ce qu’il allait advenir de nos héros, l’autrice brouille souvent les pistes, met ses personnages en difficulté, on se retrouve face aux choix difficiles des personnages en se sentant sans cesse menacé. Ce fut assez exaltant par moment.

EN BREF :
L’autrice nous offre un récit rythmé qui met en scène des personnages atypiques qui n’auront de cesse de vouloir se sortir des griffes d’une société secrète magique. La plume de Megan Shepherd rend la lecture mystérieuse, elle mène ses lecteurs dans une intrigue où le danger est omniprésent, le scénario met un peu de temps à se mettre en place mais ce petit contretemps est contrebalancé par des rebondissements de taille. Un premier opus qui a su me séduire et me faire adhérer à l’univers magique de l’autrice.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
LE GRAND RETOUR DE CARAH…
J’étais ravie de savoir qu’il y avait finalement une suite au roman [A jamais] que j’avais adoré. On retrouve Carah dans une suite à la tonalité différente, j’ai aimé les problématiques rencontrées par notre reine et notre roi mais il m’a manqué un certain équilibre dans les émotions pour être totalement comblée par cette lecture.

Carah est indomptable et James le savait en la faisait reine, Carah savait qu’elle allait devoir endosser un rôle qui n’était peut-être pas fait pour elle mais par amour, elle s’est jetée corps et âme dans le quotidien d’une reine. Un an plus tard, le bilan est pour le moins alarmant, notre Reine ne se fait pas au protocole royal et notre roi ne supporte plus les excentricités de sa femme qui vont à l’encontre de son rang.

L’amour saura-t-il guider nos héros ? Auront-ils droit à leur fin heureuse ?

DES PERSONNAGES AU CARACTÈRE BIEN TREMPE !
On retrouve nos héros un an après la fin du premier opus. Carah est toujours fidèle à elle-même. C’est une jeune femme qui ne rentre pas dans le moule, malgré sa générosité et sa bienveillance, elle peine à endosser le rôle de reine. Carah est passionnée, elle essaye de mener de front sa carrière d’écrivaine avec son rôle de souveraine. Autant vous dire que c’est un fiasco. Carah est adorable, j’aime tellement son personnage. J’ai beaucoup souffert avec elle durant cette lecture.

James croule toujours sous le poids de ses responsabilité, à tel point qu’il reproduit les mêmes erreurs que par le passé. Je vous avoue que j’ai eu énormément de mal à supporter James durant cette lecture. Il ne m’a attiré aucune sympathie, je n’ai pas su excuser son comportement envers Carah et sa fille. James m’a énervée au plus haut point et ce jusqu’à la fin.

Les personnages secondaires s’avèrent être toujours aussi attachants. J’ai aimé que notre héroïne puisse trouver du soutien auprès de certains d’entre eux.

UNE INTRIGUE CAPTIVANTE MAIS QUI A MANQUÉ D’ÉQUILIBRE !
J’ai très vite compris que notre couple royal allait traverser une tempête. Et j’ai trouvé cela brillant de la part de l’autrice de chahuter un peu leur idylle en intervenant de la sorte.

Nos héros ont un caractère bien affirmé, ils ont tous les deux des responsabilités, et ils ont du mal à gérer leur couple. J’ai eu du mal avec le manque d’équilibre dans les émotions. Attention, j’ai ressenti un manque, cela ne sera pas forcément le cas des autres lecteurs.

Je me suis sentie oppressée par moment, j’ai trouvé que Carah supportait bien trop les brimades de James, il m’a manqué cette petite étincelle d’amour et d’espoir par moment.

Le récit est assez court, mais je me suis perdue un peu en chemin. J’avais envie de me laisser porter par la magie de Noël, mais cela a été difficile de passer au-delà de tout ce que notre héroïne à dû subir.

UNE ROMANCE ADDICTIVE AVEC UNE POINTE DE MAGIE.
Il n’y a pas à dire, la plume de Stefany Thorne est toujours aussi addictive et vivante. Le récit conserve une petite pointe de magie à l’image des histoires féerique de Noël.

La romance est passionnée mais je n’ai pas été aussi séduite qu’avec le premier opus. Cela arrive parfois, mais je reste ravie d’avoir lu ce roman.

EN BREF :
Tumulte et passion sont au rendez-vous de cette suite des aventures de Carah et James. Stefany Thorne offre une belle suite à ses personnages et même s’il m’a manqué un soupçon de magie pour être comblée, je ne peux que vous conseiller de découvrir la série [A jamais].
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-10
UN ROMAN ATYPIQUE QUI FONCTIONNE PLUTÔT BIEN.
J’ai lu tous les romans de Laura S. Wild, de manière générale, j’adore sa plume même si je n’ai pas adhéré à tout ce qu’elle a écrit. [Until the end] a tout de suite piqué ma curiosité, la couverture met en avant Carter, le héros masculin et c’est plutôt bien joué parce que c’est le pilier de l’histoire.

Laura S. Wild s’essaye à un genre nouveau avec cette fiction. Je dois dire que j’ai passé un moment assez sympa même si je n’ai pas été convaincue par tous les aspects de l’histoire, et plus particulièrement par un thème que l’autrice à choisi de traiter dans le roman.

DES PERSONNAGES ATYPIQUES.
Autant vous dire que Mila est une jeune femme lambda, je n’ai pas su ressentir d’empathie pour elle, tout simplement parce qu’elle est un peu trop lisse à mon goût. Il n’y a rien pour la rendre unique et attachante. Mila est simplement une jeune femme qui va vivre la pire expérience de sa vie, à savoir, se faire kidnapper et séquestrer. J’ai trouvé cela un peu étrange de ne rien ressentir pour cette héroïne, j’étais même un peu perturbée, me demandant si le problème venait de moi ou de Mila. Son personnage manque de relief, de profondeur. Je suis restée de marbre vis à vis d’elle et ce jusqu’à la fin. Son histoire n’a pas su m’émouvoir car toute mon attention était focalisée sur Carter.

Carter est loin d’être un héros comme les autres. Dès les premières lignes, j’ai été attirée vers lui sans réussir à me détourner de sa personnalité troublante et un peu effrayante. Carter est clairement la pièce maîtresse de l’histoire et je dois dire que son personnage est très réussi. N’ayant que peu de chapitres de son point de vue, le mystère reste entier, on navigue à l’aveugle, on subit l’enfer de Mila sans jamais cesser de se poser des questions sur Carter. C’est un héros qui a du charisme et qui transmet beaucoup d’émotions. Tout en contradiction, il nous offre plein de nuances et on comprend finalement assez vite ce qui le rend si instable. Et c’est hélas à ce niveau que cela ne l’a pas fait pour moi. La thématique qui entoure le personnage de Carter ne m’a pas convaincue. J’ai même été un peu assommée par la révélation qui est tombée comme un cheveu sur la soupe. Car par rapport à l’attitude de Carter, on est loin de la réalité en ce qui concerne ce sujet.

Il y a des personnages secondaires qui ont un rôle important. On est souvent dans un huis clos oppressant mais les protagonistes qui naviguent autour de Carter et Mila apportent de la profondeur à l’histoire.

UNE INTRIGUE ADDICTIVE ET NOVATRICE !
Laura S. Wild a choisi de sortir de sa zone de confort, j’applaudis vraiment cette audace car l’ensemble est plutôt réussi. L’intrigue est prenante et addictive. Je vous rappelle qu’il s’agit d’une fiction, que l’autrice n’a pas eu d’autre intention que de divertir son lectorat avec une histoire qui sort des sentiers battus.

J’adore ce genre d’histoire, celles qui nous font frissonner, celles qui dérangent et qui heurtent la sensibilité du lecteur. Laura S. Wild a pris des risques avec une telle histoire et je tiens à souligner que cela fonctionne vraiment bien dans l’ensemble.

Je n’ai eu aucun mal à m’immerger dans le récit, la plume de l’autrice est moderne, addictive et très imagée. Dans les premiers chapitres, la peur est palpable, on tremble aux côtés de Mila et on appréhende la personnalité instable de Carter. J’ai été assaillie par une multitude de questions autour du héros masculin et je ne peux pas dire que j’ai été déçue par les révélations, mais je n’ai pas été convaincue par la façon dont l’autrice a choisi de mettre en lumière une certaine thématique qui m’a touché de près pendant de nombreuses années.

J’ai trouvé l’approche maladroite et peu approfondie. Quand on commence à aborder la psychologie et ses dérives, il faut vraiment aller au bout des choses pour rendre cela crédible. Là j’ai trouvé que le thème n’a été que prétexte à justifier les actes et les réactions de Carter, l’autrice est restée dans la facilité et un peu trop en surface à mon goût ce qui a eu pour effet de me blaser. Je n’ai pas du tout adhéré à la façon d’illustrer le sujet, j’ai même été révoltée par l’image que l’autrice renvoie vis à vis de cette thématique. Plus j’y pense, et moins cela passe.

Le dénouement de l’intrigue est sans grande surprise et c’est un peu dommage car j’avais tout deviné très rapidement.

UNE ROMANCE QUI A UNE EVOLUTION PARTICULIÈREMENT CAPTIVANTE.
En ce qui concerne la romance, rien à dire, j’ai été emballée par l’évolution captivante de celle-ci… De la haine à l’amour, il n’y a qu’un pas.

Laura S. Wild ne s’est pas précipité en ce qui concerne les sentiments de ses héros. La romance prend son temps pour s’installer, les héros ne sont pas sûrs d’eux. Le contexte est bien exploité et j’ai aimé les émotions que j’ai ressenti aux côtés de ces deux personnages imparfaits.

Le cheminement de l’histoire est entraînant, l’écriture de l’autrice est un régal, j’y suis sensible et je la trouve vraiment bonne malgré le fait que certains détails ne m’aient pas convaincue.

EN BREF :
[Until the end] sort totalement des sentiers battus. Laura S. Wild nous offre une histoire sombre et addictive. Le décor est planté, l’ambiance est prenante et singulière, les personnages sortent de l’ordinaire et nous offrent une romance peu commune. J’ai passé un bon moment, je déplore seulement le fait de ne pas avoir été convaincue par tous les aspects de l’histoire ainsi que mon désintérêt pour le personnage de Mila. Mais cela ne tient qu’à moi.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
UN SECOND OPUS AUSSI ADDICTIF QUE LE PRÉCÉDENT !
J’avais beaucoup aimé le personnage de Gabe dans le premier opus, j’étais donc hyper emballée à l’idée de lire cette suite. L’histoire est vraiment addictive et même s’il y a moins de mystère que dans le premier tome, j’ai passé un très bon moment.

Jennifer L. Armentrout arrive à captiver ses lecteurs rien qu’avec une ambiance bien particulière et la destinée étrange des trois frères De Vincent.

DES PERSONNAGES ATTACHANTS QUE L’ON ÉGORGERAIT BIEN DE TEMPS EN TEMPS.
Gabe De Vincent… Cela n’a pas très bien commencé entre lui et moi. Vous voyez pendant le premier tiers de ma lecture, j’ai eu envie de l’égorger ! Littéralement, parce que soyons honnête, il n’a pas été l’homme que j’ai rencontré dans le tome précédent. Gabe a su se rattraper par la suite, heureusement pour lui.

Nikki est de retour chez les De Vincent, elle remplace sa mère malade. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’avait pas spécialement envie de revenir dans cette maison qui abrite des souvenirs qu’elle préférerait oublier. Bref, Nikki va devoir supporter la présence de Gabe, et elle s’en serait bien passé. Nikki est une jeune femme attachante, elle est beaucoup plus jeune que les frères De Vincent, elle a dix ans de moins que Gabe et j’ai aimé cette différence d’âge qui joue un rôle important dans l’histoire.

Les personnages secondaires sont aussi importants que nos deux héros et c’est ce qui rend la série si addictive et complexe.

UNE ROMANCE QUI FONCTIONNE GRÂCE A L’AMBIANCE MYSTÉRIEUSE.
La romance pourrait paraître un peu classique, mais l’ambiance rend l’ensemble vraiment sympa. Il y a des rebondissements qui remettent tout en cause, même si certains événements étaient prévisibles, d’autres ont su me surprendre.

Gabe et Nikki ont toujours eu une relation privilégiée, mais sauront-ils surmonter certaines épreuves ?

L’autrice excelle dans cette saga, j’aime la Nouvelle-Orléans, les frères De Vincent sont tellement singuliers. J’ai terriblement hâte de lire le tome sur Devlin et Rosie.

EN BREF :
Cette saga est vraiment divertissante. Cela fonctionne très bien avec moi. J’aime l’ambiance, les personnages atypiques et l’univers dans lequel l’autrice nous plonge. Ce second tome m’a vraiment plu et je ne peux que vous recommander cette saga !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-10
DRAMA QUEEN… LA ROMANCE QUI VA FAIRE TRAVAILLER VOS ABDOS !
Vous avez déjà eu des fous rires à avoir mal aux abdos ? Vous savez le genre de fous rire qui vous fait pleurer tellement c’est drôle ?

Et bien, préparez-vous, Drama Queen est aussi efficace qu’une bonne séance de sport sans l’effort et sans l’affreuse transpiration. Lindsey T. nous offre une romance moderne et loufoque. Elle orchestre son histoire avec beaucoup de légèreté et d’humour. Il faut aimer le second degré et avec moi ça a totalement matché !

Eléonore et son garde du corps m’ont valu des moments inoubliables, des joutes verbales de haut vol et une histoire d’amour comme je les aime.

DES PERSONNAGES UN PEU TIMBRÉS MAIS Ô COMBIEN ATTACHANTS ET ADDICTIFS !
Eléonore se retrouve reine du jour au lendemain, et moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle voudrait bien balancer le protocole royal aux orties. Eléonore est un électron libre, difficile de dompter la tigresse et même un Écossais bourru, ténébreux et sexy à mort, ne sera pas suffisant pour faire entendre raison à notre héroïne un brin têtue.

J’aime les héroïnes un peu déjantées, la folie douce d’Eléonore est contagieuse, moi qui suis déjà un peu borderline par moment, là je me suis sentie totalement connectée à notre reine. Eléonore nous offre des moments de franche rigolade. Je n’ai pas compté le nombre de fois où je me suis tortillée de rire. Mais Eléonore n’est pas qu’une nana lambda, elle est généreuse, elle est moderne et souhaite faire changer les choses. C’est une jeune femme solaire qui illumine son monde.

Colin est l’archétype même du garde du corps que l’on rêve d’avoir. Écossais, tatoué et fait pour la sécurité. On se mettrait volontiers en danger pour qu’il se charge de nous protéger ^^ Colin est un personnage un peu rigide et très investi dans son travail. Il est difficile de le cerner et j’ai trouvé ça génial qu’il soit un peu mystérieux. Colin est fait pour Eléonore. Leur duo m’a vendu du rêve, notre héros est hyper sarcastique, alors additionné ça avec la personnalité totalement barrée de notre héroïne et vous obtenez un couple explosif.

UNE INTRIGUE DÉCALÉE ET ADDICTIVE !
Cette lecture est tombée à point nommé, j’avais besoin de me détendre, de lâcher prise et de me divertir. Lindsey T. n’a pas son pareil pour rendre ses lecteurs accro ! L’aventure hors du commun que vous allez vivre avec nos héros ne sera pas de tout repos.

L’intrigue est addictive, les rebondissements ne nous laissent pas le temps de s’ennuyer. L »humour se mêle à une intrigue à suspense bien sympa avec un côté décalé bien mené. J’ai tout de suite aimé la plume de l’autrice, je trouve qu’elle a su gérer l’humour sans aller trop loin, le second degré passe très bien, l’enchaînement des rebondissements nous offre un rythme soutenu et addictif.

La romance est moderne, marrante et romantique. La dynamique est délirante, et on se prend au jeu sans soucis. Eléonore et Colin sont adorables, on ne peut que se réjouir à chacune de leur interactions !

EN BREF :
Tu détestes le sport, mais tu veux des abdos en béton ? Alors, j’ai la solution, il ne te reste plus qu’à lire DRAMA QUEEN, l’abus d’humour ne nuit pas à la santé, bien au contraire, et il fera travailler tes abdos sans que tu n’aies besoin d’aller à la salle de sport. Véritable remède contre la morosité, ce roman a tout ce qu’il faut pour te séduire ! Tu vas rire à n’en plus finir, glousser face à Colin, et te laisser embarquer dans une intrigue pleine de suspense. Lindsey T. offre à ses lecteurs une romance moderne et addictive à découvrir sans plus attendre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://www.lmedml.fr/2019/10/14/fingus-malister-feux-follets-mandragor-et-cadavre-frais-ariel-holzl/

UN ROMAN JEUNESSE QUI A TOUT D’UN GRAND !
Quand j’ai découvert la sortie de ce roman jeunesse, je n’ai pas hésité, séduite par la couverture et le synopsis, il fallait que je lise ce livre.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Ariel Holzl a réussi à me divertir grâce à son personnage hors du commun.

Fingus Malister, apprenti seigneur maléfique va devoir éblouir les jurés de sa future académie de magie, mais comment va-t-il s’y prendre ? Il a déjà sa petite idée, hélas seul cela semble irréalisable. Il va voir besoin d’aide, et seule une sorcière pourrait s’associer à lui pour mener à bien son projet… Une sorcière plus têtue que lui ^^

DES PERSONNAGES DRÔLES ET ATTACHANTS.
Je ne savais pas vraiment ce que Fingus Malister allait me réserver. C’est un personnage hors du commun qui a un humour pour le moins particulier ^^ Et j’ai adoré cela. Car Fingus Malister a un plan pour devenir un puissant nécromancien. Issu d’une famille de sorciers, notre héros (si je puis l’appeler ainsi :p) est déterminé à devenir un vrai méchant. On comprend très vite que ses intentions sont loin d’être noble. Et cela change vraiment ! Fingus va s’allier à Polly, cette sorcière têtue qui a elle aussi un caractère bien trempé. Notre duo infernal va tout mettre en oeuvre pour créer une potion magique qui propulsera peut-être Fingus à entrer à l’académie de magie.

On peut dire que nos héros sont vraiment à part. Leur personnalité et ce qu’ils vont vivre poussent le lecteur à s’interrogation, à douter de leurs émotions et c’est vraiment sympa d’être dérouté de la sorte. Cela fonctionne à merveille.

UNE INTRIGUE PLEINE D’HUMOUR ET DE REBONDISSEMENTS.
Ce que j’ai aimé avec ce roman, c’est qu’il se lit vraiment très bien, il ne s’adresse pas seulement à un jeune lectorat, car l’humour noir est vraiment bien exploité et tout le monde y trouvera son compte.

Le récit est court et se centralise sur la quête de nos héros mais tout un monde gravite autour d’eux et renforce vraiment l’ambiance particulière du roman.

A mes yeux, le format du roman est parfait pour offrir un moment de lecture divertissant et original. Les personnages sont convaincants dans leurs rôles, les rebondissements m’ont donné le sourire autant qu’ils m’ont divertit.

Je découvrais la plume de l’auteur avec ce roman, et je suis déjà sous le charme de cette écriture singulière et du ton de cette nouvelle saga.

EN BREF :
Ariel Holzl nous offre un récit original bourré d’humour. J’ai aimé l’ambiance et le côté sombre de l’histoire, les personnages sont singuliers et évoluent dans un univers que j’ai adoré découvrir. L’humour noir est utilisé à bon escient, il provoque chez le lecteur des réactions spontanées que j’ai adoré ressentir. Ouvrir ce roman, c’est entrer dans un monde imaginé de A à Z par l’auteur, un univers qui est mis en scène avec ingéniosité et originalité. J’ai aimé me retrouver dans une ambiance sombre et en même temps fantasmagorique. Une bien belle lecture qui m’a sorti de mes habitudes littéraires. Une lecture idéale pour Halloween.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-10
http://www.lmedml.fr/2019/10/14/pour-me-sauver-kalypso-caldin/

UNE ROMANCE QUI N’A PAS SU ME SÉDUIRE TOTALEMENT.
J’avais hâte de découvrir la plume de Kalypso Caldin dans un genre plus classique. Le résumé était prometteur et quelque part la lecture a été sympathique mais elle ne m’a pas totalement séduite.

Les nombreuses longueurs ont eu raison de moi ainsi qu’une dynamique amoureuse qui tourne en rond. Le pari était osé et cela ne l’a pas totalement fait avec moi. J’ai particulièrement aimé que l’on inverse les rôles, que l’héroïne soit la joueuse et celle qui provoque le héros mais j’ai eu bien trop de mal à comprendre cet électron libre et cela m’a perturbée durant toute ma lecture.

DES PERSONNAGES INTÉRESSANTS AU CARACTÈRE BIEN TREMPE !
Nos personnages ont du caractère. Sydney est une jeune femme qui est plus que ce qu’elle laisse paraître. Pour se sentir vivante, elle est adepte des défis… Des paris qu’elle lance à des mecs avec pour but de ranimer ses sentiments. Sydney a vécu un traumatisme, il y a eu un avant et un après. Depuis lors, elle n’a de cesse de jouer sa vie. Difficile de cerner une telle héroïne qui finalement reste indécise. J’adore les jeunes femmes imparfaites telles que Sydney et quelque part j’ai ressenti beaucoup d’émotions grâce à elle, mais elles n’étaient pas toujours agréables à ressentir. Sydney est le genre d’héroïne impénétrable, elle a du répondant, elle ose et sa rencontre avec Nojan va bouleverser son équilibre.

Nojan est clairement le point fort du roman, à mes yeux du moins. J’ai vraiment préféré son personnage, son attitude et son histoire. Nojan a tout du bad boy sexy qui lance sa moto à vive allure pour oublier un passé bien trop douloureux… Vous allez me dire, c’est pas un peu cliché ? Je n’ai pas trouvé, non. Nojan est un personnage qui interpelle parce qu’il n’est pas du genre à être facile. Il est touchant, attachant et sexy. Le duo qu’il forme avec Sydney est assez instable mais il y a cette alchimie et ce lien ténu qui rend leur couple très addictif.

UNE INTRIGUE ADDICTIVE MAIS UN PEU TROP TOURNE EN ROND.
S’il y a bien quelque chose que j’aime de moins en moins dans les romances c’est le « un pas en avant, deux pas en arrière ». Ça peut le faire si cela ne persiste pas dans l’histoire mais ici c’était beaucoup trop présent. Malgré l’addictivité de l’histoire, je me suis lassée par moment et j’ai ressenti beaucoup trop de longueur. Il faut dire que le roman est une petite brique et j’aurai aimé qu’il soit plus court ou alors que l’on s’attarde un peu plus sur les états d’âme de nos héros.

Le récit n’est pas spécialement prévisible et c’est ce qui m’a permis de terminer le roman sur une note positive. L’autrice nous offre beaucoup de passion, de provocation, d’effusion de sentiment et j’ai carrément aimé ça. Je me suis focalisé sur les tenants et les aboutissants muselant mon énervement face à l’attitude de Sydney qui m’a vraiment mis les nerfs par moment, et le problème c’est que l’on peine à comprendre ses réactions.

La romance est moderne et l’autrice a su prendre un angle intéressant, elle inverse le schéma habituel, elle offre à ses lecteurs une histoire qui fait forcément réagir et c’est pour cela que j’attire votre attention sur les aspects de l’histoire qui m’ont plu.

EN BREF :
[Pour me sauver] est une romance qui met en scène des personnages brisés par la vie. Kalypso Caldin nous offre un récit original qui n’a pas su me séduire totalement, j’ai eu beaucoup de mal avec l’héroïne et j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs et de passages qui tournent en rond. L’addictivité de la plume de l’autrice et les dernières révélations ont su me faire finir le roman sur une note positive. Un roman qui plaira aux fans de new romance qui aiment les intrigues passionnées et originales.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-10
http://www.lmedml.fr/2019/10/15/american-royals-katharine-mcgee/

UN PREMIER TOME INTÉRESSANT, QUI CAPTIVE.
Difficile de passer à côté de cette parution. J’avais vraiment envie de découvrir ce récit qui met en scène les personnages à travers quatre points de vue différent. J’ai eu peur de ne pas apprécier cette particularité et ce ne fut pas du tout le cas.

Katharine McGee est douée pour orchestrer ses histoires, ici même si le début est assez lent à se mettre en place, je n’ai pas eu de mal à rentrer dans l’histoire. C’est d’ailleurs ce qui m’a plu, c’est de réussir à me familiariser avec l’univers, de prendre le temps de connaître les personnages et ce qu’ils vont vivre.

DES PERSONNAGES COMPLEXES.
Nos quatre narratrices sont toutes très différentes et c’est ce qui est le plus intéressant. Passer d’un point de vue à l’autre fut une expérience rafraîchissante, surtout que nos héroïnes ont des personnalités complexes. Je ne savais pas du tout comment appréhender la découverte des personnages, on se fait toujours un petit film dans notre tête, et j’étais toute excitée à l’idée de m’immiscer dans une famille royale.

Ce ne fut pas si évident que ça, j’ai dû m’habituer aux personnages, m’identifier à certaines quand je peinais à comprendre les autres. J’ai aimé le côté très humain de ce roman, l’autrice nous offre des personnages imparfaits, elle nous lâche dans un univers fait de paraître et de faux semblants.

Il y a beaucoup de personnages, c’est un fait. M’y suis-je perdue ? Pas vraiment, le tempo lent est propice à la familiarisation avec les protagonistes.

UNE INTRIGUE ORIGINALE !
Si vous aimez les rebondissements et l’action à tout va, ce roman risque de vous paraître un peu fade car l’autrice à tout misé sur la psychologie de ses personnages.

J’ai été totalement séduite par le concept de l’histoire qui m’a captivée. Cette lecture nous propulse dans un monde alternatif, on vit avec nos personnages, on subit et on ne peut qu’essayer de vivre à leurs côtés.

La plume de l’autrice m’a plu car elle a plusieurs facettes. Les quatre points de vue sont totalement différents, elle a su s’adapter à la personnalité de ses narratrices et à leurs rôles dans l’histoire. J’ai aimé ce côté gossip et médiatique. Quand on se retrouve sous le feu des projecteurs mais que l’on a qu’une envie c’est de vivre dans l’ombre.

Les enjeux politiques de l’histoire sont bien menés, j’ai trouvé cela intéressant et bien mené. Je dois avouer que je lis peu de récit de ce genre et c’est très certainement ce qui m’a le plus séduit.

EN BREF :
Un premier opus convaincant et intéressant. Un rythme lent qui aurait pu avoir raison de moi mais ce ne fut pas le cas tellement j’étais captivée par le destin de nos personnages. C’est le premier roman de l’autrice que je lisais et je ne regrette absolument pas ce choix de lecture.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0