Livres
371 320
Comms
1 288 532
Membres
251 055

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Marquer les ombres

105 notes | 59 commentaires | 21 extraits


Description ajoutée par MissEcho 2016-12-31T11:11:44+01:00

Résumé

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.

Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

Afficher en entier

Classement en biblio - 345 lecteurs

Or
105 lecteurs
PAL
328 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par belin 2017-01-22T16:42:09+01:00

"-Je n'ai pas choisi le sang qui coule dans mes veines. Pas plus que tu n'as choisi ton destin. Toi et moi, nous sommes devenus ce qu'on nous a fait devenir."

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Commentaire ajouté par Sheo
Diamant

«Honor has no place in survival.»

D'habitude, j'écris mon commentaire sur un livre dès que je l'ai terminé. Mais pour Carve the Mark (jamais je ne dirais le titre français je trouve que ça sonne bizarrement), j'ai hésité pendant plusieurs jours avant de me décider à finalement dévoiler mon avis sur ce roman.

Je tiens à préciser que ce commentaire risque grandement de ressembler à un brouillon. Je suis comme ça quand mon cerveau s'emballe et que j'ai trop d'idées pour prendre le temps de tout faire correctement sans prendre le risque d'en perdre une.

Même ça c'était brouillon, tiens.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a une polémique autour de ce livre. Effectivement, de nombreuses personnes ont trouvé le fait que le peuple Shotet vu comme les sauvages et les méchants de l'histoire ne soit pas très pâles comme étant quelque-peu raciste.

Ouais. Alors, pour ma part, j'ai parfois du mal à me souvenir de la couleur de cheveux d'un personnage alors me souvenir de sa couleur de peau, c'est le même problème. Je n'y prête pas plus attention que ça sauf si c'est un élément important de l'histoire. Et dans le cas de Carve the Mark, c'est plus un détail qu'autre chose. En plus, ils ne sont pas tous mates de peau donc...

Je trouve ça dommage qu'on condamne un livre pour un détail comme celui-ci. Nous sommes en 2017. Oui, le temps passe vite. Bien que le racisme soit un problème toujours existant (je le sais parfaitement puisqu'il y a peu encore je faisais un travail là-dessus), je crois que nous sommes assez évolués pour faire la différence entre un acte raciste et un simple détail sans réelle importance.

Selon moi, je crois qu'il faut aussi tenir compte que c'est un livre, une fiction pure. L'histoire se déroule carrément dans une autre galaxie!

D'ailleurs, si on commence à trouver un aspect de ce livre insultant, on peut en trouver d'autres et dans tous les livres publiés à ce jour. Peut-être que demain des astronomes vont se pointer pour faire une scène parce que la galaxie dans ce livre n'existe pas et que certains aspects du monde de Carve the Mark ne correspondent pas à ce que la nature est capable de créer dans de telles conditions blablabla et qu'ils vont prendre ça comme une insulte à leur métier? Ou peut-être que quelqu'un va se dire que le fait que Cyra soit brune est un manque de respect envers les blondes?

C'est peut-être un peu exagéré mais ce que je veux dire c'est qu'à partir de là, on peut aller partout.

Des méchants à la peau sombre désignés comme des sauvages? Je veux bien comprendre que ça puisse en blesser certains vu comme ça. Mais je pense aussi que c'est bête de se laisser vexer par ça. Parce que ça n'a rien de raciste dans le contexte de Carve the Mark. Je pense que le choix de l'auteure par rapport à la couleur de peau des Shotet s'est basée sur le fait qu'à l'origine ce sont des nomades qui ont des racines un peu partout ce qui a créé une certaine mixité. Et si ça peut vous aider à vous sentir mieux, ils ne sont même pas méchants ni sauvages. Ils ont des croyances et des rites intéressants selon moi et ils sont vus ainsi parce que comme tout le monde ils ont des ennemis et ceux-là ne vont certainement pas aller nous dire "Ils sont beaux avec leur peau sombre et leur côté aventurier, vive les Shotet!"

Sinon, les lecteurs pourraient aussi se sentir blessés par le fait que les Thuvhésit sont pâles et pacifiques et qu'ils sont littéralement des faibles et des mauviettes aux yeux des Shotet. Le monde n'est rose d'aucun côté. Donc, je ne pense pas qu'on puisse parler de racisme.

Aussi faut prendre en compte que les Shotet sont définis comme des sauvages aux yeux de leurs ennemis (qui ne vont certainement pas parler d'eux avec des mots doux) parce qu'ils ont débarqués de nulle part et ils se sont installés sur la planète des Thuvhésit sans avoir la moindre envie de changer ce qu'ils étaient aka leurs croyances et de s'intégrer au peuple de Thuvhé.

Pour en revenir aux mots doux, puisque certains trouvent ça insultant que les Shotet soient vu comme des brutes par les Thuvhésit. Quand vous avez des ennemis, ou simplement des personnes que vous n'aimez pas, rassurez-moi vous les insulter un minimum quand-même? Sinon la définition du mot ennemi est quand-même mal interprétée. AH aussi, si jamais Veronica Roth avait écrit un roman où les ennemis ne sont pas vraiment méchants les uns envers les autres, il y en auraient probablement qui auraient fait la remarque alors au bout d'un moment, faut savoir ce qu'on veut.^^

Au-delà de ça, des tas de personnes ont aimées Divergente et pourtant on aurait pu trouver insultant le fait que par exemple les Fraternels ont l'air de gars qui ont échangés leur cerveau contre une salade. Pourquoi aucune personne étant pacifique, végétarienne ou quoi que ce soit dans le genre n'a pas trouvé ça insultant? Comme je vous disais plus haut, on peut trouver des choses insultantes dans des tas de livres si on cherche à se faire insulter. Autrement, on peut juste apprécier une histoire à sa juste valeur sans se prendre la tête avec un détail qui n'a aucune portée sur l'histoire en elle-même. Personnellement, je lis pour le plaisir et pas pour trouver des défauts à chaque phrase.

Pour finir, s'il y avait eu un véritable problème de racisme ou quel qu’il soit avec ce roman, je doute que les maisons d'éditions auraient acceptées de l'éditer. Et puis sérieux, Veronica a une réputation à tenir après le succès de Divergent! ;)

Au final, Veronica Roth a juste voulu nous montrer différentes cultures, différents peuples et fallait bien qu'il y ait un méchant sinon ça n'aurait eu aucun sens, fallait bien qu'ils soient différents pour être nommés 'différents peuples' et dans le cas du méchant, il fallait bien qu'il appartienne au peuple le moins compris et accepté de leur galaxie sinon ça n'aurait eu aucun sens. Et je le rappelle, étant sans origine précise puisqu'ils étaient des nomades et qu'ils viennent donc d'un peu partout, il y avait plus de chances pour qu'ils soient bronzés, dirons-nous, plutôt que blancs comme des cachets d'aspirines. Voilà.

Cela mis-à-part, je vous présente mon avis sur ce livre. Non, ça n'avait toujours pas commencé.

Carve the Mark est un livre dont je ne savais pratiquement rien lorsque je l'ai commencé. Je suis donc partie à la découverte de cette histoire et j'ai été agréablement surprise.

Effectivement, en plus d'avoir une très belle couverture et une mappemonde dont je suis tombée amoureuse, l'histoire m'a énormément plu!

On découvre Akos Kereseth qui est un Thuvhésit et Cyra Noavek qui est une Shotet. Rien ne semblait pouvoir les mener à se rencontrer jusqu'au jour où Akos est emmené au manoir des Noavek aka la famille au pouvoir sur les terres Shotet.

(PAUSE: C'EST QUOI CES NOMS?!)

Ils vont tous les deux se retrouver à devoir cohabiter et ils vont devoir s'entraider pour obtenir ce que chacun désire. Mais bien-sûr, Ryzek Noavek, le grand-frère de Cyra et le tyran qui dirige les Shotet, va être un obstacle parmi tant d'autres entre Cyra et Akos et ce qu'ils désirent mais sûrement le plus dangereux de tous.

Je crois que j'ai jamais fait un résumé aussi nul. ☺

J'ai adoré le monde qu'a érigé Veronica Roth. Je l'ai trouvé intéressant et j'avoue que je ne serais pas contre un petit voyage là-bas en mode exploratrice (aka Louan la nouvelle Dora). Chaque planète a sa particularité, chaque peuple est différent et ça m'a plu cette diversité chez les personnages qu'on a l'occasion de croiser. En plus que les personnages en question ont des don-flux soit un pouvoir particulier et unique chez chacun d'entre eux.

Je serais curieuse de savoir quel serait mon don-flux, tiens...☺

BREF.

Le monde m'a amené à aimer l'histoire puisqu'ils sont liés. Sans le monde qui va avec, l'histoire n'aurait clairement pas beaucoup d'intérêt.

En plus de cela, je trouve que Veronica Roth a vraiment bien su mener les choses. Et je me suis plongée dans cette histoire avec une facilité qui ne m'était pas venue depuis un moment.

Une fois confortablement installée dans mon lit (et malade mais ce n'est qu'un détail), je n'ai plus arrêté de lire. (Sauf pour aller vider ce que contenait mon estomac. Et même ce qu'il ne contenait pas d'ailleurs. Charmant, hein?)

J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont attachants et chacun est différent (comme je l'ai déjà dit) donc ça m'a énormément plu. Je suis le genre de personne qui béni la différence et Veronica Roth a su l'offrir avec tout ce que j'aime. Donc, je n'allais certainement pas venir m'en plaindre.

Cyra est une héroïne comme je les aime. Au début, elle ressemble à la copie parfaite d'une armoire à glace. Elle est menaçante et dangereuse grâce à son don-flux. Et au fil de la lecture on découvre qui elle est sous toute cette couche de glace et je l'ai trouvé lumineuse et attachante.

Bref, je l'ai beaucoup aimé. Je l'ai même carrément adoré. C'est mon nouveau modèle dans la vie. ;)

Quant à Akos, je m'y suis attachée de la même façon qu'avec Cyra. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Il semblerait presque plus sombre que Cyra par moments mais il a quelque chose de chaleureux comme un petit feu dans une cheminée que j'ai aimé. Bref, je vais tapisser les murs de ma nouvelle chambre (à la fin du mois) avec son nom. AKOS KERESETH. En plus, ça sonne bien. Que demander de plus?

Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu. J'ai aimé détester Ryzek et j'aurais bien mis mon poing dans la figure de Vas plus d'une fois. Bien que j'aurais sûrement eu plus mal que lui, ce qui est carrément contre-productif mais bon. ☺

J'ai aussi beaucoup aimé Isae, Cisi, Jorek et Teka.

Par rapport à la romance, je suis bien heureuse que Veronica Roth ait su prendre son temps pour bien la développer. OK, ça fait un peu cliché les deux ennemis qui finissent par tomber amoureux. Mais quand un cliché est bien fait, il peut se révéler très plaisant. Et dans le cas présent, j'ai adoré la relation mise en place entre Cyra et Akos. Il y a des moments entre eux, j'ai cru que j'allais fondre (et ça n'avait rien avoir avec la fièvre).

Bref. J'ai trouvé qu'ils se complétaient très bien, tous les deux.

Spoiler(cliquez pour révéler)
Oh et, suis-je la seule amoureuse de Isae/Cisi?

Pour finir, parce que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire, la fin m'a clairement donné envie d'avoir le second tome tout-de-suite. Attendre va être une torture.

Spoiler(cliquez pour révéler)
Si Cyra n'est pas une Noavek, qui est-elle? Le père de Ryzek donc, toujours vivant? Il est où? Qu'est-ce qu'il foutait pendant tout ce temps? Vont-ils réussir à sauver Eijeh?

En conclusion, Carve the Mark est pour moi un coup de cœur. Je suis de ceux qui ont aimé Divergent mais Carve the Mark, c'est un tout autre level.

Je conseille donc vivement à ceux qui auraient entendu parler de la polémique de passer au-dessus et d'aller se faire leur propre avis. Selon moi, Carve the Mark vaut le détour.

«we rose, and became soldiers, so we would never be overcome again.»

Afficher en entier

Commentaires récents

Ajouter votre commentaire

Commentaire ajouté par Madnone 2017-05-26T21:42:01+02:00
Pas apprécié

L'influence de l'auteure me donnait envie de le lire mais finalement je n'ai pas accroché. Le principe est bon pourtant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nilale 2017-05-26T11:31:43+02:00
Or

j'étais très intriguée par la sortie de ce nouveau roman de Veronica Roth. Il avait l'air sombre, un peu à l'image de Divergente voir même plus, et tout autant rempli d'aventures.

Bien que le genre soit le même que celui de sa précédente série (oui, comparaison oblige), marquer les ombres est toutefois très différent de divergente et ma comparaison des deux va donc s'arrêter là. En commençant ce roman, je n'avais pas lu grand chose à son propos pour me garder la surprise. L'entrée dans ce livre a été un peu déconcertante car je gardais en mémoire le style de cette auteure et je l'ai trouvé plutôt changé. Je m'y suis finalement habituée et ça ne m'a finalement pas dérangé de découvrir une autre facette de la plume de Veronica Roth.

La lecture de ce roman m'a donné l'impression que chaque élément de l'histoire était sous contrôle, que le lecteur était aussi manipulé que les deux personnages principaux, Akos et Cyra. Ce qui m'a marqué (ahaha) par moment, c'était la présence de la violence. Les scènes sont parfois beaucoup plus crues que dans la plupart des romans YA habituels, j'avais donc raison pour le côté sombre de l'histoire... ce qui ajoute une certaine crédibilité à l'histoire, ainsi que de l'originalité. L'univers inventé d'ailleurs, est impressionnant : la base de l'intrigue est simple, et pourtant on y trouve finalement une certaine complexité, d'autant plus que la science-fiction est ici intimement mêlée avec la fantasy.

A cet univers intéressant (que, j'espère, l'auteure nous fera découvrir plus en profondeur par la suite), s'ajoute une histoire de rivalité et d'entraide entre Cyra et Akos, enfants de deux nations ennemies. Une partie étant consacrée à Cyra et l'autre à Akos, c'est parfait pour mieux percevoir ces personnages, à travers les yeux de l'autre. Là aussi, avec ces personnages, la violence est présente d'une certaine manière : Akos comme Cyra a des points faibles et cette histoire révèle à la fois leur force, leur faiblesse et leur humanité. J'ai beaucoup aimé que l'auteure réfléchisse sur l'éthique à travers cette histoire.

Tous ces petits ingrédients ont donné lieu à un roman surprenant qui m'a captivée malgré un début que j'ai trouvé long, où l'histoire prenait du temps à se mettre en place. Mais dès que le premier retournement de situation est apparu, ce fut difficile de lâcher ce livre tant il était addictif ! L'intrigue est très développée et on a bien le temps de suivre l'évolution de la relation entre Cyra et Akos ainsi que leur propre évolution (c'est fascinant). Les derniers événements de la fin sont à couper le souffle tandis que les dernières pages semblent terminer ce premier tome sur une note assez douce, si bien que je me demande quel tour l'auteure va donner à cette histoire dans le deuxième tome.

Comment résumer, donc, ce roman ? J'ai trouvé ce premier tome concluant : on a une belle histoire qui naît devant nos yeux mais dans un cadre très trivial et qui sort tout à fait de l'ordinaire, avec des événements qui vous feront vous agripper à votre livre pour être sur qu'il ne vous échappera pas. A quand le tome 2 ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par thocey 2017-05-24T23:57:06+02:00
Diamant

j'ai adoré se livre. J'espère qu'une suite viendra rapidement et qu'elle sera meilleur que celle-ci, surtout après le début de l'aventure de Cyra et Akos.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Meels 2017-05-16T22:26:11+02:00
Or

Quand j'ai appris que Veronica Roth sortait un nouveau roman, j'étais tellement contente ! Divergente a été ma première saga lue et elle a été un énorme coup de cœur. Et oui je n'ai pas commencé à lire avec Harry Potter mais avec Divergente ! Je remercie Nathan pour l'envoi de Marquer les ombres que j'ai beaucoup aimé !

Akos et son frère vivaient avec une nation se prénommant Thuvhé avant de se faire Kidnapper par les Shotet quand ils étaient enfants. Akos a un don, il peut atténuer les dons-flux qui sont des pouvoirs, uniques à chaque personne. Le don-flux de Cyra la fait souffrir constamment, d'un seul toucher elle inflige à une personne une souffrance immense. Son frère, le gouverneur des Shotet oblige Akos de rester avec sa sœur pour qu'elle aille mieux et qu'elle puisse être présente aux cérémonies publiques. Alors que Akos veut sauver son frère de ce tyran, une profonde amitié née entre les deux adolescents.

J'en ai attendu beaucoup à cause de Divergente et je n'aurais pas dû car dès le début j'étais déçue par l'univers avec lequel je n’ai pas accroché avant le quart du roman. Au début j'étais vraiment perdue, il m'a fallu long temps d'adaptation pour vraiment apprécier ma lecture. Donc l'univers est très complexe, j'ai adoré les explications des différentes cultures et des origines de leur gouvernement, l'auteure a vraiment bien développé. Cependant j'ai trouvé un peu brouillon certain passage, celui-ci aurait dû être beaucoup plus aboutis avec l'intrigue que j'ai trouvée un peu fade. L'intrigue je trouve qu'elle est revue et revue. J'aurais aimé que Veronica Roth innove de ce côté-là car j'ai trouvé que le fil de l'histoire ressembler à beaucoup d'autres romans de science-fiction même si j'ai adoré l'univers qu'elle propose dans Marquer les ombres.

Les personnages sont toujours le point fort de Veronica Roth, ils sont approfondis comme j'aime. Cyra est une jeune fille très touchante qui m'a fait penser un peu à Quatre pour son coter forte et renfermer. Elle se considère comme un monstre et préfère rester seul, pour son peuple elle incarne la mort alors que Akos incarne la gentillesse. Deux personnages attachants et imposants. Alors les personnages secondaires manquent de cohérence et de charme comme Rizke qui peut échanger ses souvenirs avec les autres.

Je tiens à préciser que de nombreuses personnes ont trouvé que Marquer les ombres avait des propos racistes mais ce n'est pas du tout le cas. Je ne trouve dommage qu'on est catégorisé un roman sur quelque chose qui est complètement faux pour moi. Les Shotet ont une peau sombre et ils sont décrits de barbares mais on a un point de vue des ennemis donc on n'aura pas des éloges sur leur peuple, je trouve ça logique. Surtout que ce roman m'avait repoussé sur ce détail alors ne vous faites pas de soucis il n'est pas raciste !

La plume de Veronica Roth est beaucoup plus mature que dans Divergente, elle est plus adulte. Même l'univers qu'elle propose dans Marquer les ombres est plus mature et vraiment bien ficelé. Le monde est lié et j'ai l'impression que les personnages sont aussi liés par leurs passés.

Je conseille fortement ce roman que j'ai fortement apprécié. Même si le début n'était pas simple avec les noms compliqués. Je pense que soit on aime soit ça casse, je pense pas qu'on puisse être mitigé pour ce premier tome. Un roman complètement différent de Divergente donc il ne faut pas essayer de les comparer. La fin est juste WOW, l'auteur à fini avec un suspense de folie, j'ai hâte de lire ce second opus ! L'attente va être longue !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ella-N 2017-05-13T17:05:43+02:00
Or

Waouh!!! Cette nouvelle saga est totalement différente de Divergente mais je suis immédiatement tombé sous le charme. J'ai de suite adhéré aux personnages dont le caractère m'a charmé, surtout Cyra. Après, l'histoire en elle-même reste assez classique mais c'est la manière dont elle est racontée qui la rend aussi passionnante.

Je me languis déjà du tome 2 dommage qu'il faille attendre aussi longtemps!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Allyssahp 2017-05-11T15:14:41+02:00
Bronze

J'ai eu un peu de mal avec le début du livre, les différents personnages, lieux etc. J'ai plus apprécié quand les deux personnages sont "adultes" L'histoire est pas mal mais reste classique. Je ne sais pas encore si je ais lire la suite. J'ai beaucoup plus accroché sur sa première saga

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MelissaMacy 2017-05-10T11:23:28+02:00
Or

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

Avec Marquer les Ombres, la nouvelle saga dystopique de Veronica Roth, le lecteur plonge dans une histoire où la science fiction rencontre la fantasy pour retracer les rivalités de deux ethnies qui se disputent une seule et même planète au sein d'une coalition interstellaire.

Le récit est conduit par deux jeunes héros assez emblématiques de leur peuple. L'un, Akos, représente les Thuvésits, ces êtres aux coutumes et aux traditions évoluées qui dominent la planète Thuvé en respectant les codes et les lois de l'Assemblée des neuf planètes. L'autre, Cyra, est la fille du chef des Shotets, ces pirates un peu barbares, rejetés de tous qui n'ont survécu jusqu'alors que par débrouillardise et force de caractère.

Si tous reconnaissent les "dons" engendrés par la présence du ruban-flux, sorte de flux énergétique qui anime les êtres de capacités aussi uniques qu'extraordinaires, la proclamation des destins de certains enfants divise cependant les deux peuples. En kidnappant Akos et son frère, la famille régnante Shotet pense ainsi prendre l'avantage sur ses rivaux car l'un d'entre eux sera le prochain Oracle. Le posséder, c'est connaître l'avenir et pouvoir le déjouer...

Dans ce contexte délicat, Akos fait la connaissance de Cyra. Ennemis au premier regard, les deux adolescents vont pourtant tisser des liens qui les changeront à jamais... Et pendant que l'un apprendra à devenir un combattant hors paire, l'autre ouvrira son coeur pour se libérer de son héritage tant familial que personnel.

Si le récit démarre dans la lenteur en établissant le cadre ainsi que le rôle des personnages, la suite trouve un second souffle lorsque les deux héros se rencontrent pour lutter d'une même voix contre les injustices. La dystopie oscille alors au rythme de la romance en suivant des ficelles bien connues mais néanmoins porteuses. Trahison, manipulations, vengeance, égoïsme, idéalisme... servent de rebondissements à cette saga qui, peu à peu, n'oppose plus les peuples mais bien les membres d'une même famille...

Les personnages de Cyra et d'Akos sont profonds et attachants. La première campe tout d'abord un bourreau aussi insensible qu'implacable de part le don qui l'accable. D'un seul toucher, elle peut infliger la souffrance et la douleur... jusqu'à la mort. Elle se considère comme un monstre et n'hésite pas à surjouer son rôle de fléau dans le royaume de son frère. Le second, quant à lui, incarne la parfaite victime qui cherche à prendre sa revanche... A côté de ce duo tout en contrastes, une pléiade de seconds rôles se dispute la vedette. Et dans ce maelstrom de personnages, certains manquent de cohérence tel que Rizek, le frère de Cyra, jeune despote en quête de pouvoirs et de reconnaissance, qui échange ses mauvais souvenirs contre ceux d'autrui sans pour autant évoluer psychologiquement.

Le style est agréable même s'il manque parfois de relief et qu'il s'enlise ça et là dans des répétitions inutiles.

Alors certes, Marquer les Ombres n'est pas le roman que j'attendais après avoir lu Divergente... Mais le mélange de fantasy et de science fiction, la profondeur des personnages principaux m'a peu à peu convaincue.

Reste à savoir si le prochain tome répondra aux nombreuses questions restées floues dans ce premier opus...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Keikana 2017-05-08T13:45:16+02:00
Bronze

Je ressors de cette lecture moyennement convaincue, malheureusement.

Premièrement, parce que j’ai eu un peu de mal à imaginer le monde que dépeint l’auteure. Certains passages étaient très clairs et je n’avais pas de mal à projeter les personnages dans le décors mais d’autres manquaient de détails pertinents ou de personnalité si bien que j’imaginais les scènes se dérouler dans des endroits un peu quelconques. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire la comparaison avec mes lectures de Six of Crows ou encore les Shades of Magic où les lieux sont aussi vibrants que les personnages et indissociables de l’histoire, du coup, ça m’a manqué dans Marquer les ombres.

De même pour les personnages. Même si j’ai pensé que leur psychologie était plutôt réussie (bien que certaines évolutions soient un peu rapides), j’avais du mal à me faire une idée précise d’eux, de leur physique. De ce fait, je n’ai pas ressenti le caractère raciste que certains reprochent au texte.

En ce qui concerne le style de l’auteure, j’ai été surprise de trouver des répétitions. Le récit est construit autour d’une alternance de points de vue et certaines scènes sont parfois décrites dans l’un puis racontées par un personnage à un autre dans le second point de vue, ce qui n’est pas très agréable. Certaines expressions sont trop souvent rabâchées aussi, comme si l’auteure voulait que les fans s’en emparent, comme si elle voulait que ce soit ces mots qu’on choisissent d’imprimer sur les mugs du merch’: « Le Fléau de Ryzek » par exemple, et ça ne m’a pas trop plu.

Tout cela fait que je ne me suis pas vraiment laissée embarquer dans cette histoire et, sans avoir passé un mauvais moment, j’ai trouvé ma lecture un peu longue.

Cela étant dit, j’ai l’impression d’être archi-sévère alors que, pourtant, j’avais adoré Divergent (que j’aimerais relire d’ailleurs!). Et surtout, je ne veux pas décourager ceux et celles qui souhaiteraient tenter le coup et les invite à le faire: c’est toujours mieux de se faire son propre avis!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sempiternelle 2017-05-07T11:57:22+02:00
Diamant

J'attends avec impatience le retour de Veronica Roth et, à la lecture des premières pages, cela était mal parti… Je dois avouer que je n'ai pas été embarquée par Marquer les ombres -titre soit dit en passant que je n'apprécie pas, mais je préfère le titre original Carve The Mark, soit "Graver les marques", qui s'accorde mieux avec l'histoire- dès le début. En effet, les premiers chapitres sont consacrés à Akos et rédigés à la troisième personne… ce que à quoi j'ai souvent du mal à accrocher, et cette fois-ci n'y a pas fait exception. Néanmoins, les chapitres suivants centrés sur Cyra et rédigés à la première personne m'ont complètement intriguée et je suis enfin rentrée dans l'histoire… et l'univers.

En effet, l'univers est très complexe, voire trop à prime abord. Les noms sont compliqués et j'ai eu tendance à confondre les différentes nations. Une fois cela enfin assimilé, tout ce qui paraît, jusque là, assez négatif est vite oublié : ce livre est une pure merveille et la lecture devient de plus en plus intéressante au fil des pages. L'intrigue est en même temps classique (des destins écrits à l'avance) mais en même temps originale car elle s'inscrit dans un nouvel univers vraiment détaillé et travaillé qui fournit aux personnages des caractéristiques particulières. Si, au début, elle se concentre sur la présentation de l'univers et du contexte, puis l'évolution des personnage, le nœud de l'intrigue survient ; ainsi, j'ai eu l'impression que le livre était divisé en deux parties : la partie de soumission des personnages à leur destin, puis la partie de rébellion. Là, on retombe certes dans un schéma classique, cette dualité subsiste jusqu'à la fin, et c'est la véritable valeur ajoutée de la ligne directrice de ce roman. Les deux restent intrinsèquement liés à cause de l'évolution des personnages. Cette partie psychologique est ce qui m'a le plus intriguée, ce qui a rendu certaines parties assez longues, notamment l'élaboration des différents plans d'action. Ces scènes sont certes nécessaires, peut-être auraient-elle pu être quelque peu raccourcies. Les scènes d'action en revanche sont parfaitement bien écrites et décrites, suffisamment pour être plausibles, même si, pour certaines, je n'ai pas réussi à me projeter complètement dedans. En tout cas, ce roman laisse planer pas mal de doutes qui me donnent évidemment envie de lire le tome suivant, en espérant voir les questions que je me pose résolues - notamment le rôle de l'Assemblée, institution plusieurs fois évoquée mais jamais développée.

L'atout de ce livre est avant tout ses personnages. Chacun est doté d'un pouvoir unique rattaché à leur personnalité, et les deux sont intéressants à étudier. Certains personnages sont plus complexes que d'autres à comprendre, et tout d'abord les frère et sœur Noavek. Ryzek et Cyra semblent d'abord bien assortis, mais ils sont en réalité opposés. L'émancipation de Cyra par rapport à Ryzek est progressive, et pendant un temps pas totale, ce qui se traduit dans ses choix. Ajoutée à son pouvoir, cette hésitation exprime la grande souffrance du personnage, qui se communique volontiers au lecteur. En même temps, Cyra n'en inspire pas pour autant de la pitié car elle n'est pas faible : elle fait tout pour se battre, ce qui m'a rendue encore plus sensible à son évolution. Ryzek en revanche est un personnage antipathique qui donne pas envie de s'attarder sur lui, du moins dans ce tome… il reste une part de mystère en lui qu'il serait intéressant de creuser par la suite, derrière la peur qu'il inspire : ses motivations. Perçu des points de Cyra et de Akos, aucun ne fournit une véritable photographie de sa personnalité, d'autant que l'on apprend qu'il est le seul à connaître certaines informations. Akos est beaucoup moins complexe, mais tout aussi émouvant -par contraste avec la complexité de Cyra ?- : dès le début, on sait que sa motivation première sera de sauver son frère, et il ne quitte pas cette ligne. Sa loyauté est probablement une de ses plus grandes qualités et, même s'il est décrit avec un physique impressionnant, c'est sa sensibilité qui m'a touchée, et notamment ses attentions envers Cyra. A bien y réfléchir, il apparaît peut-être plus plat que les autres personnages, mais peut-être que la suite des événements va révéler autre chose chez lui ? Parmi les autres personnages plus secondaires, aucun ne m'a autant marqué que ces trois personnages principaux ; peut-être la mère de Akos et Eijeh a-t-elle plus attiré mon attention, car je ne lui fais pas confiance, et, encore une fois, c'est cette part de mystère qui intrigue le lecteur.

En bref, si cette lecture était mal partie, elle s'est révélée très intéressante, et je suis curieuse de lire la suite. L'univers est très riche et, si cette densité peut effrayer au début, il vaut la peine de s'accrocher tellement il est bien travaillé, complété par des personnages qui intriguent et émeuvent. L'intrigue développée appelle à une suite qui permettra de répondre certaines questions que le lecteur se pose. Un retour sur la scène réussi pour Veronica Roth !

PS : ne pas chercher à comparer ce roman de fantasy avec la saga dystopique Divergente…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lizziecls 2017-05-07T10:55:11+02:00
Diamant

Je ne m'y attendais pas du tout. Le résumé donne envie je dirais même très envie mais, le début de l'histoire m'a laissée perplexe, comment un résumé comme cela peut nous laisser prévoir un debut calme, sans action ou très peu. Je m'attendais à être directement plongée dans l'action ! Mais le début est finalement très bien car c'est de cette façon là qu'on connais Akos. La deuxième partie m'a totalement transportée dans leur monde. Un monde dirigé par un tyran manipulant sa propre soeur. Une très belle fin qui laisse espérer un deuxième tome. Des personnages très attachants, au caractère assez spécial mais qui ne les rendent que plus attachants.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Marquer les ombres" est sorti 2017-01-17T00:00:00+01:00
background Layer 1 17 Janvier

Date de sortie

  • France : 2017-01-17 (Français)

Activité récente

Mimily le place en liste or
2017-05-27T10:46:45+02:00
Skiwa l'ajoute dans sa biblio or
2017-05-26T14:47:31+02:00
nilale l'ajoute dans sa biblio or
2017-05-26T11:30:14+02:00
Wadj21 le place en liste or
2017-05-22T03:08:35+02:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 345
Commentaires 59
Extraits 21
Evaluations 105
Note globale 8.25 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • Carve the Mark - Anglais