Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
thocey Diamant
Note : 9/10
j'ai adoré se livre. J'espère qu'une suite viendra rapidement et qu'elle sera meilleur que celle-ci, surtout après le début de l'aventure de Cyra et Akos.
Par le Editer
Meels Or
Note : 8/10
Quand j'ai appris que Veronica Roth sortait un nouveau roman, j'étais tellement contente ! Divergente a été ma première saga lue et elle a été un énorme coup de cœur. Et oui je n'ai pas commencé à lire avec Harry Potter mais avec Divergente ! Je remercie Nathan pour l'envoi de Marquer les ombres que j'ai beaucoup aimé !

Akos et son frère vivaient avec une nation se prénommant Thuvhé avant de se faire Kidnapper par les Shotet quand ils étaient enfants. Akos a un don, il peut atténuer les dons-flux qui sont des pouvoirs, uniques à chaque personne. Le don-flux de Cyra la fait souffrir constamment, d'un seul toucher elle inflige à une personne une souffrance immense. Son frère, le gouverneur des Shotet oblige Akos de rester avec sa sœur pour qu'elle aille mieux et qu'elle puisse être présente aux cérémonies publiques. Alors que Akos veut sauver son frère de ce tyran, une profonde amitié née entre les deux adolescents.

J'en ai attendu beaucoup à cause de Divergente et je n'aurais pas dû car dès le début j'étais déçue par l'univers avec lequel je n’ai pas accroché avant le quart du roman. Au début j'étais vraiment perdue, il m'a fallu long temps d'adaptation pour vraiment apprécier ma lecture. Donc l'univers est très complexe, j'ai adoré les explications des différentes cultures et des origines de leur gouvernement, l'auteure a vraiment bien développé. Cependant j'ai trouvé un peu brouillon certain passage, celui-ci aurait dû être beaucoup plus aboutis avec l'intrigue que j'ai trouvée un peu fade. L'intrigue je trouve qu'elle est revue et revue. J'aurais aimé que Veronica Roth innove de ce côté-là car j'ai trouvé que le fil de l'histoire ressembler à beaucoup d'autres romans de science-fiction même si j'ai adoré l'univers qu'elle propose dans Marquer les ombres.

Les personnages sont toujours le point fort de Veronica Roth, ils sont approfondis comme j'aime. Cyra est une jeune fille très touchante qui m'a fait penser un peu à Quatre pour son coter forte et renfermer. Elle se considère comme un monstre et préfère rester seul, pour son peuple elle incarne la mort alors que Akos incarne la gentillesse. Deux personnages attachants et imposants. Alors les personnages secondaires manquent de cohérence et de charme comme Rizke qui peut échanger ses souvenirs avec les autres.

Je tiens à préciser que de nombreuses personnes ont trouvé que Marquer les ombres avait des propos racistes mais ce n'est pas du tout le cas. Je ne trouve dommage qu'on est catégorisé un roman sur quelque chose qui est complètement faux pour moi. Les Shotet ont une peau sombre et ils sont décrits de barbares mais on a un point de vue des ennemis donc on n'aura pas des éloges sur leur peuple, je trouve ça logique. Surtout que ce roman m'avait repoussé sur ce détail alors ne vous faites pas de soucis il n'est pas raciste !

La plume de Veronica Roth est beaucoup plus mature que dans Divergente, elle est plus adulte. Même l'univers qu'elle propose dans Marquer les ombres est plus mature et vraiment bien ficelé. Le monde est lié et j'ai l'impression que les personnages sont aussi liés par leurs passés.

Je conseille fortement ce roman que j'ai fortement apprécié. Même si le début n'était pas simple avec les noms compliqués. Je pense que soit on aime soit ça casse, je pense pas qu'on puisse être mitigé pour ce premier tome. Un roman complètement différent de Divergente donc il ne faut pas essayer de les comparer. La fin est juste WOW, l'auteur à fini avec un suspense de folie, j'ai hâte de lire ce second opus ! L'attente va être longue !
Par le Editer
Ella-N Or
Note : 9/10
Waouh!!! Cette nouvelle saga est totalement différente de Divergente mais je suis immédiatement tombé sous le charme. J'ai de suite adhéré aux personnages dont le caractère m'a charmé, surtout Cyra. Après, l'histoire en elle-même reste assez classique mais c'est la manière dont elle est racontée qui la rend aussi passionnante.
Je me languis déjà du tome 2 dommage qu'il faille attendre aussi longtemps!
Par le Editer
Allyssahp Bronze
Note : 6/10
J'ai eu un peu de mal avec le début du livre, les différents personnages, lieux etc. J'ai plus apprécié quand les deux personnages sont "adultes" L'histoire est pas mal mais reste classique. Je ne sais pas encore si je ais lire la suite. J'ai beaucoup plus accroché sur sa première saga
Par le Editer
MelissaMacy Or
Note : 7/10
Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

Avec Marquer les Ombres, la nouvelle saga dystopique de Veronica Roth, le lecteur plonge dans une histoire où la science fiction rencontre la fantasy pour retracer les rivalités de deux ethnies qui se disputent une seule et même planète au sein d'une coalition interstellaire.
Le récit est conduit par deux jeunes héros assez emblématiques de leur peuple. L'un, Akos, représente les Thuvésits, ces êtres aux coutumes et aux traditions évoluées qui dominent la planète Thuvé en respectant les codes et les lois de l'Assemblée des neuf planètes. L'autre, Cyra, est la fille du chef des Shotets, ces pirates un peu barbares, rejetés de tous qui n'ont survécu jusqu'alors que par débrouillardise et force de caractère.
Si tous reconnaissent les "dons" engendrés par la présence du ruban-flux, sorte de flux énergétique qui anime les êtres de capacités aussi uniques qu'extraordinaires, la proclamation des destins de certains enfants divise cependant les deux peuples. En kidnappant Akos et son frère, la famille régnante Shotet pense ainsi prendre l'avantage sur ses rivaux car l'un d'entre eux sera le prochain Oracle. Le posséder, c'est connaître l'avenir et pouvoir le déjouer...
Dans ce contexte délicat, Akos fait la connaissance de Cyra. Ennemis au premier regard, les deux adolescents vont pourtant tisser des liens qui les changeront à jamais... Et pendant que l'un apprendra à devenir un combattant hors paire, l'autre ouvrira son coeur pour se libérer de son héritage tant familial que personnel.


Si le récit démarre dans la lenteur en établissant le cadre ainsi que le rôle des personnages, la suite trouve un second souffle lorsque les deux héros se rencontrent pour lutter d'une même voix contre les injustices. La dystopie oscille alors au rythme de la romance en suivant des ficelles bien connues mais néanmoins porteuses. Trahison, manipulations, vengeance, égoïsme, idéalisme... servent de rebondissements à cette saga qui, peu à peu, n'oppose plus les peuples mais bien les membres d'une même famille...


Les personnages de Cyra et d'Akos sont profonds et attachants. La première campe tout d'abord un bourreau aussi insensible qu'implacable de part le don qui l'accable. D'un seul toucher, elle peut infliger la souffrance et la douleur... jusqu'à la mort. Elle se considère comme un monstre et n'hésite pas à surjouer son rôle de fléau dans le royaume de son frère. Le second, quant à lui, incarne la parfaite victime qui cherche à prendre sa revanche... A côté de ce duo tout en contrastes, une pléiade de seconds rôles se dispute la vedette. Et dans ce maelstrom de personnages, certains manquent de cohérence tel que Rizek, le frère de Cyra, jeune despote en quête de pouvoirs et de reconnaissance, qui échange ses mauvais souvenirs contre ceux d'autrui sans pour autant évoluer psychologiquement.


Le style est agréable même s'il manque parfois de relief et qu'il s'enlise ça et là dans des répétitions inutiles.


Alors certes, Marquer les Ombres n'est pas le roman que j'attendais après avoir lu Divergente... Mais le mélange de fantasy et de science fiction, la profondeur des personnages principaux m'a peu à peu convaincue.
Reste à savoir si le prochain tome répondra aux nombreuses questions restées floues dans ce premier opus...
Par le Editer
Je ressors de cette lecture moyennement convaincue, malheureusement.

Premièrement, parce que j’ai eu un peu de mal à imaginer le monde que dépeint l’auteure. Certains passages étaient très clairs et je n’avais pas de mal à projeter les personnages dans le décors mais d’autres manquaient de détails pertinents ou de personnalité si bien que j’imaginais les scènes se dérouler dans des endroits un peu quelconques. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire la comparaison avec mes lectures de Six of Crows ou encore les Shades of Magic où les lieux sont aussi vibrants que les personnages et indissociables de l’histoire, du coup, ça m’a manqué dans Marquer les ombres.

De même pour les personnages. Même si j’ai pensé que leur psychologie était plutôt réussie (bien que certaines évolutions soient un peu rapides), j’avais du mal à me faire une idée précise d’eux, de leur physique. De ce fait, je n’ai pas ressenti le caractère raciste que certains reprochent au texte.

En ce qui concerne le style de l’auteure, j’ai été surprise de trouver des répétitions. Le récit est construit autour d’une alternance de points de vue et certaines scènes sont parfois décrites dans l’un puis racontées par un personnage à un autre dans le second point de vue, ce qui n’est pas très agréable. Certaines expressions sont trop souvent rabâchées aussi, comme si l’auteure voulait que les fans s’en emparent, comme si elle voulait que ce soit ces mots qu’on choisissent d’imprimer sur les mugs du merch’: « Le Fléau de Ryzek » par exemple, et ça ne m’a pas trop plu.

Tout cela fait que je ne me suis pas vraiment laissée embarquer dans cette histoire et, sans avoir passé un mauvais moment, j’ai trouvé ma lecture un peu longue.

Cela étant dit, j’ai l’impression d’être archi-sévère alors que, pourtant, j’avais adoré Divergent (que j’aimerais relire d’ailleurs!). Et surtout, je ne veux pas décourager ceux et celles qui souhaiteraient tenter le coup et les invite à le faire: c’est toujours mieux de se faire son propre avis!
Par le Editer
Sempiternelle Diamant
Note : 9/10
J'attends avec impatience le retour de Veronica Roth et, à la lecture des premières pages, cela était mal parti… Je dois avouer que je n'ai pas été embarquée par Marquer les ombres -titre soit dit en passant que je n'apprécie pas, mais je préfère le titre original Carve The Mark, soit "Graver les marques", qui s'accorde mieux avec l'histoire- dès le début. En effet, les premiers chapitres sont consacrés à Akos et rédigés à la troisième personne… ce que à quoi j'ai souvent du mal à accrocher, et cette fois-ci n'y a pas fait exception. Néanmoins, les chapitres suivants centrés sur Cyra et rédigés à la première personne m'ont complètement intriguée et je suis enfin rentrée dans l'histoire… et l'univers.

En effet, l'univers est très complexe, voire trop à prime abord. Les noms sont compliqués et j'ai eu tendance à confondre les différentes nations. Une fois cela enfin assimilé, tout ce qui paraît, jusque là, assez négatif est vite oublié : ce livre est une pure merveille et la lecture devient de plus en plus intéressante au fil des pages. L'intrigue est en même temps classique (des destins écrits à l'avance) mais en même temps originale car elle s'inscrit dans un nouvel univers vraiment détaillé et travaillé qui fournit aux personnages des caractéristiques particulières. Si, au début, elle se concentre sur la présentation de l'univers et du contexte, puis l'évolution des personnage, le nœud de l'intrigue survient ; ainsi, j'ai eu l'impression que le livre était divisé en deux parties : la partie de soumission des personnages à leur destin, puis la partie de rébellion. Là, on retombe certes dans un schéma classique, cette dualité subsiste jusqu'à la fin, et c'est la véritable valeur ajoutée de la ligne directrice de ce roman. Les deux restent intrinsèquement liés à cause de l'évolution des personnages. Cette partie psychologique est ce qui m'a le plus intriguée, ce qui a rendu certaines parties assez longues, notamment l'élaboration des différents plans d'action. Ces scènes sont certes nécessaires, peut-être auraient-elle pu être quelque peu raccourcies. Les scènes d'action en revanche sont parfaitement bien écrites et décrites, suffisamment pour être plausibles, même si, pour certaines, je n'ai pas réussi à me projeter complètement dedans. En tout cas, ce roman laisse planer pas mal de doutes qui me donnent évidemment envie de lire le tome suivant, en espérant voir les questions que je me pose résolues - notamment le rôle de l'Assemblée, institution plusieurs fois évoquée mais jamais développée.

L'atout de ce livre est avant tout ses personnages. Chacun est doté d'un pouvoir unique rattaché à leur personnalité, et les deux sont intéressants à étudier. Certains personnages sont plus complexes que d'autres à comprendre, et tout d'abord les frère et sœur Noavek. Ryzek et Cyra semblent d'abord bien assortis, mais ils sont en réalité opposés. L'émancipation de Cyra par rapport à Ryzek est progressive, et pendant un temps pas totale, ce qui se traduit dans ses choix. Ajoutée à son pouvoir, cette hésitation exprime la grande souffrance du personnage, qui se communique volontiers au lecteur. En même temps, Cyra n'en inspire pas pour autant de la pitié car elle n'est pas faible : elle fait tout pour se battre, ce qui m'a rendue encore plus sensible à son évolution. Ryzek en revanche est un personnage antipathique qui donne pas envie de s'attarder sur lui, du moins dans ce tome… il reste une part de mystère en lui qu'il serait intéressant de creuser par la suite, derrière la peur qu'il inspire : ses motivations. Perçu des points de Cyra et de Akos, aucun ne fournit une véritable photographie de sa personnalité, d'autant que l'on apprend qu'il est le seul à connaître certaines informations. Akos est beaucoup moins complexe, mais tout aussi émouvant -par contraste avec la complexité de Cyra ?- : dès le début, on sait que sa motivation première sera de sauver son frère, et il ne quitte pas cette ligne. Sa loyauté est probablement une de ses plus grandes qualités et, même s'il est décrit avec un physique impressionnant, c'est sa sensibilité qui m'a touchée, et notamment ses attentions envers Cyra. A bien y réfléchir, il apparaît peut-être plus plat que les autres personnages, mais peut-être que la suite des événements va révéler autre chose chez lui ? Parmi les autres personnages plus secondaires, aucun ne m'a autant marqué que ces trois personnages principaux ; peut-être la mère de Akos et Eijeh a-t-elle plus attiré mon attention, car je ne lui fais pas confiance, et, encore une fois, c'est cette part de mystère qui intrigue le lecteur.

En bref, si cette lecture était mal partie, elle s'est révélée très intéressante, et je suis curieuse de lire la suite. L'univers est très riche et, si cette densité peut effrayer au début, il vaut la peine de s'accrocher tellement il est bien travaillé, complété par des personnages qui intriguent et émeuvent. L'intrigue développée appelle à une suite qui permettra de répondre certaines questions que le lecteur se pose. Un retour sur la scène réussi pour Veronica Roth !

PS : ne pas chercher à comparer ce roman de fantasy avec la saga dystopique Divergente…
Par le Editer
Lizziecls Diamant
Note : 10/10
Je ne m'y attendais pas du tout. Le résumé donne envie je dirais même très envie mais, le début de l'histoire m'a laissée perplexe, comment un résumé comme cela peut nous laisser prévoir un debut calme, sans action ou très peu. Je m'attendais à être directement plongée dans l'action ! Mais le début est finalement très bien car c'est de cette façon là qu'on connais Akos. La deuxième partie m'a totalement transportée dans leur monde. Un monde dirigé par un tyran manipulant sa propre soeur. Une très belle fin qui laisse espérer un deuxième tome. Des personnages très attachants, au caractère assez spécial mais qui ne les rendent que plus attachants.
Par le Editer
Est-ce sûr qu'il y aura un tome 2 ?
Par le Editer
ShirleySherould Bronze
Note : 7/10
J'attendais beaucoup de ce livre, quelque chose à la hauteur de "Divergente" voire qui le surpasserait. Eh bien disons que je suis très vite descendue de mon nuage. [Excusez moi par avance si je me montre dure (ce que je fais d'ailleurs rarement dans un commentaire de livre !).]

Dès les premières lignes, l'auteur nous accroche en employant de nouveaux mots, associés à un nouveau monde, prometteur dans l'ensemble.

Malheureusement, mis à part le fait d'avoir eu l'impression d'avoir un prospectus sur ce monde, je n'ai pas eu la sensation d'entrer à l'intérieur, d'avoir eu mon passeport pour m'y rendre. J'ai eu la même sensation pour les personnages de la série, légèrement insipides. Les descriptions des lieux sont peu détaillées et quand elles le sont, elles sont sommaires...

Ensuite la trame du livre n'a rien d'orignal: deux familles ennemies sur une planète qui se disputent le pouvoir, tout cela bouleversé par la rencontre d'une Shotet et d'un Thuvhésit. Je vous laisse deviner la suite (la 4e de couverture spoile tout autant). De même que pour les péripéties, on s'attend à plus de la moitié de l'histoire, bien que des détails, venant de l'auteur, viennent rehausser le tout.

Par contre, l'intelligence stratégique des personnages dans le scénario de l'histoire est franchement bancale à certains moments, qu'on en perd toute crédibilité...
Spoiler(cliquez pour révéler)
Notamment lorsque les Thuvhésit et les renégats font sortir Cyra de l'arène à partir d'un vaisseau. Teka bloque le champ magnétique qui entoure l'arène mais ils refont ce même stratagème pour délivrer Ori et Eijeh par la suite ! Pardon, mais les Shotet n'ont rien fait pour éviter cela une nouvelle fois ? Surtout que Eijeh est sensé être un oracle servant Ryzek. Bref, juste pour démontrer que parfois, le dénouement était beaucoup trop simple.


En somme, une lecture dont j'aurais pu me passer, me laissant en tête une impression de livre inachevé, qui surferait sur le buzz de la saga -superbe- "Divergente".

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.