Livres
375 009
Comms
1 302 038
Membres
256 123

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Marquer les ombres ajouté par belin 2017-01-22T16:42:09+01:00

"-Je n'ai pas choisi le sang qui coule dans mes veines. Pas plus que tu n'as choisi ton destin. Toi et moi, nous sommes devenus ce qu'on nous a fait devenir."

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par BunnyEm 2017-01-28T23:25:48+01:00

L'ennui, avec les gens persuadés d'être des monstres, c'est qu'ils vous soupçonnent de mentir dès que vous ne les voyez pas comme eux se voient.

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par Sheo 2017-01-22T03:25:27+01:00

"- Demain? Le jour qui suit aujourd'hui?

- Aux dernières nouvelles, c'est la définition du mot "demain", oui."

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par Aur31 2017-04-11T20:46:38+02:00

Il posa son front contre le sien, et ils respirèrent le même air.

- J'aime quand tu parles en thuvhésit, lui dit-elle doucement.

- Je peux t'embrasser ? Ou ça va te faire mal ?

Elle écarquilla les yeux, et répondit, le souffle court :

- Même si ça fait mal, et après ? La vie, ça fait souvent mal.

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par BunnyEm 2017-01-28T23:25:33+01:00

Je ne voulais pas qu'on m'apaise. Cette douleur, je la méritais.

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par FiftyShadesDarker 2017-04-05T08:14:39+02:00

- Qu'est-ce qu'il y a ? demanda-t-elle.

- Tu sais que je t'aime bien ?

- Je sais.

- Non, je veux dire que je t'aime bien comme tu es. Je n'ai pas besoin que tu changes. (Il sourit.) Je ne t'ai jamais vue comme un monstre ni une arme ni comment tu disais ? Un clou...

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par Ameliemarmo 2017-03-26T23:18:53+02:00

Cyra laissa passer un moment avant de répondre :

-C'est dur de savoir ce qui est bien ou mal dans cette vie. On fait comme on peut, mais ce dont on a le plus besoin, c'est de compassion. Tu sais qui m'a appris ça ? (Elle sourit.) Toi.

Cyra & Akos

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par Lecturesdunenuit 2017-02-11T16:43:00+01:00

« Le lendemain, je me réveillai lorsque le calmant cessa d’agir, juste après le lever du soleil, alors que la lumière était encore pâle. Je sortis du lit comme je le faisais toujours, par à-coups, en m’arrêtant pour reprendre mon souffle telle une vieille femme. J’enfilai ma tenue d’entraînement, en tissu synthétique de Tepes, léger et flottant. Personne ne savait conserver la fraîcheur du corps comme les Tepesit, dont la planète était si brûlante que nul n’en avait jamais foulé le sol pieds nus. Je tressai mes cheveux le front appuyé contre un mur de ma chambre, les yeux fermés, en tâtonnant pour saisir chaque mèche. Je ne brossais plus mes épais cheveux bruns, du moins plus comme lorsque j’étais enfant, méticuleusement, dans l’espoir que la brosse les amadouerait pour former des boucles parfaites. La douleur m’avait volé ces petits plaisirs. Quand j’eus fini, je pris une petite lame-flux – éteinte, pour éviter que les vrilles noires du flux ne s’enroulent autour du métal affûté –, et me rendis dans le petit cabinet d’apothicaire au bout du couloir, là où Akos avait installé son lit. Je me penchai sur lui et appuyai la lame sur sa gorge.

Ses yeux s’ouvrirent, puis s’agrandirent. Il se débattit, avant de s’immobiliser lorsque j’augmentai la pression sur sa peau. Je lui décochai un sourire goguenard.

– Vous êtes folle ? me dit-il d’une voix encore enrouée par le sommeil.

– Bien sûr ! répondis-je gaiement. Tu as dû entendre les rumeurs ! Mais j’ai une autre question, plus importante : Toi, es-tu fou ? Tu es là, à dormir à poings fermés sans même avoir pris soin de te barricader, alors que l’un de tes ennemis loge au bout du couloir ? Si ce n’est pas de la folie, c’est de la bêtise. Je te laisse choisir. Il plia vivement la jambe pour me frapper le flanc. Je parai avec le coude et pointai la lame sur son ventre.

– Tu avais déjà perdu avant de te réveiller, signalai-je. Première leçon : le meilleur moyen de gagner un combat est de l’éviter. Si ton ennemi a le sommeil lourd, tranche-lui la gorge pendant qu’il dort. S’il a bon cœur, fais appel à sa compassion. S’il a soif, verse du poison dans son verre. Tu me suis ?

– En résumé, jette ton honneur par la fenêtre.

– Ah, l’honneur, ricanai-je. Celui qui veut survivre doit oublier l’honneur.

Cette citation, extraite d’un livre ogran – traduit en shotet, bien sûr ; personne ne lisait l’ogran –, parut chasser toute trace de sommeil de son regard plus efficacement que ne l’avait fait mon attaque.

– Maintenant, lève-toi. Je me redressai, glissai la lame dans ma ceinture et quittai la pièce pour le laisser se changer. »

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par Lila09 2017-06-05T17:26:54+02:00

Il posa son front contre le sien, et ils respirèrent le même air.

- J'aime quand tu parles en thuvhésit, lui dit-elle doucement.

- Je peux t'embrasser ? Ou ça va te faire mal ?

Elle écarquilla les yeux, et répondit, le souffle court :

- Même si ça fait mal, et après ? La vie, ça fait souvent mal.

Afficher en entier
Extrait de Marquer les ombres ajouté par Souup25 2017-04-20T12:17:35+02:00

"Tu n'aurais pas du poison sur toi, par hasard ? demandai-je en fixant mon frère. J'en glisserai bien dans son verre.

- Si j'en avais, je ne vous le donnerai pas."

Comme je me tournai vers lui d'un air incrédule, il se justifia:

"Pour l'instant, il est le seul à pouvoir

Spoiler(cliquez pour révéler)
rendre son intégrité à Eijeh.
Une fois qu'il l'aura fait, je l'empoisonnerai avec plaisir. En chantant même.

- Je ne connais personne qui ait autant de suite dans les idées, Kereseth. En attendant, tu as pour mission de composer la chanson de l'empoisonnement, pour me la chanter quand je reviendrai.

- Facile. "Dès l'matin, gai, gai, j'allons empoisonner..."

Afficher en entier