Livres
472 984
Membres
446 320

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Marquer les ombres, Tome 1



Description ajoutée par MissEcho 2016-12-31T11:11:44+01:00

Résumé

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.

Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 087 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par belin 2017-01-22T16:42:09+01:00

"-Je n'ai pas choisi le sang qui coule dans mes veines. Pas plus que tu n'as choisi ton destin. Toi et moi, nous sommes devenus ce qu'on nous a fait devenir."

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

«Honor has no place in survival.»

D'habitude, j'écris mon commentaire sur un livre dès que je l'ai terminé. Mais pour Carve the Mark (jamais je ne dirais le titre français je trouve que ça sonne bizarrement), j'ai hésité pendant plusieurs jours avant de me décider à finalement dévoiler mon avis sur ce roman.

Je tiens à préciser que ce commentaire risque grandement de ressembler à un brouillon. Je suis comme ça quand mon cerveau s'emballe et que j'ai trop d'idées pour prendre le temps de tout faire correctement sans prendre le risque d'en perdre une.

Même ça c'était brouillon, tiens.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a une polémique autour de ce livre. Effectivement, de nombreuses personnes ont trouvé le fait que le peuple Shotet vu comme les sauvages et les méchants de l'histoire ne soit pas très pâles comme étant quelque-peu raciste.

Ouais. Alors, pour ma part, j'ai parfois du mal à me souvenir de la couleur de cheveux d'un personnage alors me souvenir de sa couleur de peau, c'est le même problème. Je n'y prête pas plus attention que ça sauf si c'est un élément important de l'histoire. Et dans le cas de Carve the Mark, c'est plus un détail qu'autre chose. En plus, ils ne sont pas tous mates de peau donc...

Je trouve ça dommage qu'on condamne un livre pour un détail comme celui-ci. Nous sommes en 2017. Oui, le temps passe vite. Bien que le racisme soit un problème toujours existant (je le sais parfaitement puisqu'il y a peu encore je faisais un travail là-dessus), je crois que nous sommes assez évolués pour faire la différence entre un acte raciste et un simple détail sans réelle importance.

Selon moi, je crois qu'il faut aussi tenir compte que c'est un livre, une fiction pure. L'histoire se déroule carrément dans une autre galaxie!

D'ailleurs, si on commence à trouver un aspect de ce livre insultant, on peut en trouver d'autres et dans tous les livres publiés à ce jour. Peut-être que demain des astronomes vont se pointer pour faire une scène parce que la galaxie dans ce livre n'existe pas et que certains aspects du monde de Carve the Mark ne correspondent pas à ce que la nature est capable de créer dans de telles conditions blablabla et qu'ils vont prendre ça comme une insulte à leur métier? Ou peut-être que quelqu'un va se dire que le fait que Cyra soit brune est un manque de respect envers les blondes?

C'est peut-être un peu exagéré mais ce que je veux dire c'est qu'à partir de là, on peut aller partout.

Des méchants à la peau sombre désignés comme des sauvages? Je veux bien comprendre que ça puisse en blesser certains vu comme ça. Mais je pense aussi que c'est bête de se laisser vexer par ça. Parce que ça n'a rien de raciste dans le contexte de Carve the Mark. Je pense que le choix de l'auteure par rapport à la couleur de peau des Shotet s'est basée sur le fait qu'à l'origine ce sont des nomades qui ont des racines un peu partout ce qui a créé une certaine mixité. Et si ça peut vous aider à vous sentir mieux, ils ne sont même pas méchants ni sauvages. Ils ont des croyances et des rites intéressants selon moi et ils sont vus ainsi parce que comme tout le monde ils ont des ennemis et ceux-là ne vont certainement pas aller nous dire "Ils sont beaux avec leur peau sombre et leur côté aventurier, vive les Shotet!"

Sinon, les lecteurs pourraient aussi se sentir blessés par le fait que les Thuvhésit sont pâles et pacifiques et qu'ils sont littéralement des faibles et des mauviettes aux yeux des Shotet. Le monde n'est rose d'aucun côté. Donc, je ne pense pas qu'on puisse parler de racisme.

Aussi faut prendre en compte que les Shotet sont définis comme des sauvages aux yeux de leurs ennemis (qui ne vont certainement pas parler d'eux avec des mots doux) parce qu'ils ont débarqués de nulle part et ils se sont installés sur la planète des Thuvhésit sans avoir la moindre envie de changer ce qu'ils étaient aka leurs croyances et de s'intégrer au peuple de Thuvhé.

Pour en revenir aux mots doux, puisque certains trouvent ça insultant que les Shotet soient vu comme des brutes par les Thuvhésit. Quand vous avez des ennemis, ou simplement des personnes que vous n'aimez pas, rassurez-moi vous les insulter un minimum quand-même? Sinon la définition du mot ennemi est quand-même mal interprétée. AH aussi, si jamais Veronica Roth avait écrit un roman où les ennemis ne sont pas vraiment méchants les uns envers les autres, il y en auraient probablement qui auraient fait la remarque alors au bout d'un moment, faut savoir ce qu'on veut.^^

Au-delà de ça, des tas de personnes ont aimées Divergente et pourtant on aurait pu trouver insultant le fait que par exemple les Fraternels ont l'air de gars qui ont échangés leur cerveau contre une salade. Pourquoi aucune personne étant pacifique, végétarienne ou quoi que ce soit dans le genre n'a pas trouvé ça insultant? Comme je vous disais plus haut, on peut trouver des choses insultantes dans des tas de livres si on cherche à se faire insulter. Autrement, on peut juste apprécier une histoire à sa juste valeur sans se prendre la tête avec un détail qui n'a aucune portée sur l'histoire en elle-même. Personnellement, je lis pour le plaisir et pas pour trouver des défauts à chaque phrase.

Pour finir, s'il y avait eu un véritable problème de racisme ou quel qu’il soit avec ce roman, je doute que les maisons d'éditions auraient acceptées de l'éditer. Et puis sérieux, Veronica a une réputation à tenir après le succès de Divergent! ;)

Au final, Veronica Roth a juste voulu nous montrer différentes cultures, différents peuples et fallait bien qu'il y ait un méchant sinon ça n'aurait eu aucun sens, fallait bien qu'ils soient différents pour être nommés 'différents peuples' et dans le cas du méchant, il fallait bien qu'il appartienne au peuple le moins compris et accepté de leur galaxie sinon ça n'aurait eu aucun sens. Et je le rappelle, étant sans origine précise puisqu'ils étaient des nomades et qu'ils viennent donc d'un peu partout, il y avait plus de chances pour qu'ils soient bronzés, dirons-nous, plutôt que blancs comme des cachets d'aspirines. Voilà.

Cela mis-à-part, je vous présente mon avis sur ce livre. Non, ça n'avait toujours pas commencé.

Carve the Mark est un livre dont je ne savais pratiquement rien lorsque je l'ai commencé. Je suis donc partie à la découverte de cette histoire et j'ai été agréablement surprise.

Effectivement, en plus d'avoir une très belle couverture et une mappemonde dont je suis tombée amoureuse, l'histoire m'a énormément plu!

On découvre Akos Kereseth qui est un Thuvhésit et Cyra Noavek qui est une Shotet. Rien ne semblait pouvoir les mener à se rencontrer jusqu'au jour où Akos est emmené au manoir des Noavek aka la famille au pouvoir sur les terres Shotet.

(PAUSE: C'EST QUOI CES NOMS?!)

Ils vont tous les deux se retrouver à devoir cohabiter et ils vont devoir s'entraider pour obtenir ce que chacun désire. Mais bien-sûr, Ryzek Noavek, le grand-frère de Cyra et le tyran qui dirige les Shotet, va être un obstacle parmi tant d'autres entre Cyra et Akos et ce qu'ils désirent mais sûrement le plus dangereux de tous.

Je crois que j'ai jamais fait un résumé aussi nul. ☺

J'ai adoré le monde qu'a érigé Veronica Roth. Je l'ai trouvé intéressant et j'avoue que je ne serais pas contre un petit voyage là-bas en mode exploratrice (aka Louan la nouvelle Dora). Chaque planète a sa particularité, chaque peuple est différent et ça m'a plu cette diversité chez les personnages qu'on a l'occasion de croiser. En plus que les personnages en question ont des don-flux soit un pouvoir particulier et unique chez chacun d'entre eux.

Je serais curieuse de savoir quel serait mon don-flux, tiens...☺

BREF.

Le monde m'a amené à aimer l'histoire puisqu'ils sont liés. Sans le monde qui va avec, l'histoire n'aurait clairement pas beaucoup d'intérêt.

En plus de cela, je trouve que Veronica Roth a vraiment bien su mener les choses. Et je me suis plongée dans cette histoire avec une facilité qui ne m'était pas venue depuis un moment.

Une fois confortablement installée dans mon lit (et malade mais ce n'est qu'un détail), je n'ai plus arrêté de lire. (Sauf pour aller vider ce que contenait mon estomac. Et même ce qu'il ne contenait pas d'ailleurs. Charmant, hein?)

J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont attachants et chacun est différent (comme je l'ai déjà dit) donc ça m'a énormément plu. Je suis le genre de personne qui béni la différence et Veronica Roth a su l'offrir avec tout ce que j'aime. Donc, je n'allais certainement pas venir m'en plaindre.

Cyra est une héroïne comme je les aime. Au début, elle ressemble à la copie parfaite d'une armoire à glace. Elle est menaçante et dangereuse grâce à son don-flux. Et au fil de la lecture on découvre qui elle est sous toute cette couche de glace et je l'ai trouvé lumineuse et attachante.

Bref, je l'ai beaucoup aimé. Je l'ai même carrément adoré. C'est mon nouveau modèle dans la vie. ;)

Quant à Akos, je m'y suis attachée de la même façon qu'avec Cyra. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Il semblerait presque plus sombre que Cyra par moments mais il a quelque chose de chaleureux comme un petit feu dans une cheminée que j'ai aimé. Bref, je vais tapisser les murs de ma nouvelle chambre (à la fin du mois) avec son nom. AKOS KERESETH. En plus, ça sonne bien. Que demander de plus?

Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu. J'ai aimé détester Ryzek et j'aurais bien mis mon poing dans la figure de Vas plus d'une fois. Bien que j'aurais sûrement eu plus mal que lui, ce qui est carrément contre-productif mais bon. ☺

J'ai aussi beaucoup aimé Isae, Cisi, Jorek et Teka.

Par rapport à la romance, je suis bien heureuse que Veronica Roth ait su prendre son temps pour bien la développer. OK, ça fait un peu cliché les deux ennemis qui finissent par tomber amoureux. Mais quand un cliché est bien fait, il peut se révéler très plaisant. Et dans le cas présent, j'ai adoré la relation mise en place entre Cyra et Akos. Il y a des moments entre eux, j'ai cru que j'allais fondre (et ça n'avait rien avoir avec la fièvre).

Bref. J'ai trouvé qu'ils se complétaient très bien, tous les deux.

Spoiler(cliquez pour révéler)Oh et, suis-je la seule amoureuse de Isae/Cisi?

Pour finir, parce que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire, la fin m'a clairement donné envie d'avoir le second tome tout-de-suite. Attendre va être une torture. Spoiler(cliquez pour révéler)Si Cyra n'est pas une Noavek, qui est-elle? Le père de Ryzek donc, toujours vivant? Il est où? Qu'est-ce qu'il foutait pendant tout ce temps? Vont-ils réussir à sauver Eijeh?

En conclusion, Carve the Mark est pour moi un coup de cœur. Je suis de ceux qui ont aimé Divergent mais Carve the Mark, c'est un tout autre level.

Je conseille donc vivement à ceux qui auraient entendu parler de la polémique de passer au-dessus et d'aller se faire leur propre avis. Selon moi, Carve the Mark vaut le détour.

«we rose, and became soldiers, so we would never be overcome again.»

Afficher en entier
Bronze

C'est difficile pour moi de "juger" ce livre car je m'attendais à un livre SF (il est présenté comme tel) et franchement j'adore ce genre, mais pour moi ici c'est clairement un livre fantasy. Malheureusement je suis très difficile en fantasy et j'arrive à aimer ce que la majorité des gens n'aiment pas et inversement !

Du coup j'ai premièrement été déçue quand j'ai compris que ce n'étais pas de la SF !

Au début j'ai eu beaucoup de mal : il y avait trop de personnages (et à chaque fois j'étais perdue : "femme ?" "homme ?" "C'est qui lui/elle? "frère/soeur" ou "religion/planète/peuple" AHHH!)

L'histoire quand à elle est excellente, bien menée mais en ce qui me conserve la magie n'a pas opéré comme avec divergente (saga lu en apnée en 2 jours !)

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Petitementeuse 2017-09-16T20:49:52+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Lildrille 2019-10-10T12:54:08+02:00
Argent

Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=29515

J'ai mis la note de : 15/20

Mon avis : Peut-être que le nom de l’auteure vous dit quelque chose et vous auriez bien raison. Veronica Roth, l’auteure de la trilogie dystopique Divergente (également adaptée au cinéma), signe ici le début d’une autre de ses sagas et change radicalement de style. L’univers est original, navigant entre science-fiction et fantaisie, et l’intrigue n’a rien à voir avec ses œuvres passées. Une saga de science-fantasy pour adolescents/jeunes adultes n’est pas chose courante et constitue une lecture vraiment rafraichissante !

On est ici en présence d’une science-fiction plutôt grand public, avec un univers régi non pas par des lois compliquées ni éprouvées mais maintenu par un flux dont on ne sait quasi rien. Ce flux est visible, comme peut l’être la Voie Lactée dans le ciel, et peut être vénéré comme une divinité. C’est également ce flux qui donne des pouvoirs à certaines personnes. Ces pouvoirs se manifestent d’une façon différente selon la personne qui en est affectée car ils dépendent de sa personnalité. Ce don peut être néfaste ou bienvenu, il peut faire souffrir ou soulager, il peut être utile comme ne pas servir.

Le début du roman est agrémenté d’une belle carte présentant le système solaire qui va nous intéresser pour ce tome un. On y voit une étoile entourée de neuf planètes, chacune abritant des peuples bien caractéristiques, des climats, reliefs, croyances et coutumes très différents. L’auteure ne décrit pas beaucoup ces différentes planètes et ne s’attardent pas spécialement sur les traditions de chaque peuple. On apprend tout de même certaines choses, notamment sur la planète Othyr, plutôt douée pour le commerce, ou sur Pitha, dont les armes de guerre de hautes technologies intéressent. L’univers ainsi créé est vraiment captivant et étonne plus d’une fois.

Cependant, certains faits restent flous. On ne comprend pas très bien le rôle des oracles ni celui des « destins », des faits que les personnes concernées ne peuvent jamais combattre, comme si le libre-arbitre n’existait plus et que leur vie était vouée à l’échec dès leur naissance. Tout le monde n’a pas de « destin » et rien n’est expliqué sur leur provenance, leur bien-fondé et leur utilité. Ces considérations perturbent et on ne trouvera pas nos réponses dans ce tome. On ne comprend d’ailleurs pas pourquoi les « destins » sont révélés au grand public, surtout quand ceux-ci annoncent une trahison, des meurtres ou une guerre. Ce point reste mystérieux alors qu’il marque le tournant du livre. C’est en effet après l’annonce des « destins » des enfants de l’oracle de Thuvé (une des neuf planètes), qu’une chose horrible se produit.

Le livre est à deux niveaux de narration : une des écritures est à la troisième personne et une autre est à la première. Cette dernière prend le point de vue de la jeune Cyra, membre de la famille Noavek qui dirige Shotet, un pays englobant la moitié de Thuvé. L’autre point de vue est celui d’Akos, un des fils de l’oracle, habitant sur l’autre moitié de la planète. Thuvésits et Shotets ont toujours été ennemis, jusqu’à aussi longtemps qu’ils s’en souviennent et n’ont pas du tout les mêmes croyances ni les mêmes histoires pour raconter ce qu’ils ont vécu et les guerres qui se sont produites. Un peu comme dans Roméo et Juliette, on retrouve ainsi un garçon et une fille, que tout oppose mais qui finiront, sans surprise, par se comprendre, s’apprécier puis par s’aimer. Les niveaux de narration sont intéressants et permettent de mieux comprendre les personnages.

Akos et Cyra peuvent plaire comme déplaire. Cela dépend de notre propre empathie, de notre facilité à adhérer à certains clichés et de ce que l’on a vécu. Akos, comme Cyra, sont des êtres profondément blessés qui, malgré le masque et la force dont ils se servent devant les autres, tombent quand ils sont seuls. Ce genre de personnages n’est pas très original mais cela n’enlève rien à leur crédibilité et à l’attachement que l’on peut développer envers eux. Leurs réflexions et leurs émotions sont plutôt sombres, s’accordant finalement avec l’univers dans lequel ils évoluent. L’auteure a en effet pris le parti des scènes d’actions crues et violentes, faisant couler le sang à profusion et accentuant le dégoût qu’Akos ou Cyra ressentent pour eux-mêmes.

L’intrigue principale ne se fait sentir que bien après le début du récit. Les premières pages du roman nous plongent dans le passé des deux personnages principaux et nous fait vivre leur rencontre avec lenteur et justesse. Les réactions d’Akos envers sa geôlière sont cohérentes avec la situation et l’attitude de Cyra est ensorcelante. On assiste à leurs découvertes l’un de l’autre et leurs sentiments évoluent doucement, en toute logique et sans précipitation. Cette histoire d’amour n’est d’ailleurs même pas assumée par les deux principaux intéressés qui se focalisent davantage sur les intrigues politiques qui se déroulent autour d’eux. De plus, la sensation de trahison pour leur propre patrie plane sur eux telle une enclume prête à s’abattre à tout moment. L’histoire d’amour ne s’en trouve que plus touchante mais est loin d’être l’enjeu principal de l’histoire. L’intrigue tourne autour des « destins » des personnages principaux, auxquels viennent s’ajouter le frère de Cyra, Zyrek, et le frère d’Akos, Eijeh.

Les personnages secondaires sont charismatiques et captivants. Ryzek, bien que personnifiant plutôt le mal et le méchant de l’histoire, est plus complexe que cela ; Sifa, la mère d’Akos, est étrange et mystérieuse et Cisi, la sœur d’Akos, est pleine de tendresse et de rancœur. Il est à espérer que le prochain tome les mettra plus en avant, étant donné leur originalité et leur saveur.

Beaucoup de résolutions d’actions apparaissent comme vraiment trop faciles. Même si les héros doivent se plier face à quelques difficultés, il ne semble pas y avoir de gros adversaires pour les contrer ou les empêcher de réussir. Il nous apparaît presque comme simple de pénétrer dans l’antre de Ryzek ou de venir semer le trouble sur le territoire d’origine d’Akos, la frontière entre les deux peuples n’étant même pas surveillée. Entre deux patries qui se détestent, ce détail perturbe.

La fin n’est pas une vraie fin et beaucoup de questions restent sans réponse. Des révélations sur les personnages nous sont fournies dans les dernières pages, pour nous faire saliver et nous donner envie de lire la suite.

La nouvelle saga de l’auteure s’annonce prometteuse. L’univers est incroyable et les personnages ont des caractéristiques plutôt intéressantes. De plus, la relation amoureuse est soignée et réaliste, comme les relations familiales et d’amitié développées dans le récit. Les actions et échappatoires sont sans doute à revoir pour une suite plus crédible et aussi sombre que l’auteure veut nous le faire sentir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par RockAShoe 2019-10-07T21:38:22+02:00
Diamant

J'appréhendais de retrouver cette auteur après avoir lu Divergente, une série que j'ai beaucoup aimée. Mais quel dommage de s'être ralenti à cause de ça...

Ce premier tome est tout simplement génial. On y retrouve le genre dystopique que maîtrise très bien l'auteur mélangé à un petit coté science-fiction / fantasy que j'affectionne particulièrement. Les personnages sont malgré le grand nombre agréables à découvrir même s'ils ne sont pas tous appréciables et le contexte est très bien exploité : on ne se perd pas dans l'infinité de cet univers.

On peut aussi trouver quelques similitudes à Insaisissable de Tahereh Mafi dans les dons que certaines personnes possèdent et la façon de Cyra décrit ses pensées. J'ai une seule interrogation concernant la façon dont ce livre est écrit : pourquoi Cyra a ses points de vue à la première personne alors qu' Akos a les siens à la troisième ?

M'enfin cela ne gêne pas la lecture donc n'hésitez plus et embarquez pour cet univers !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hisoka94 2019-09-26T17:14:03+02:00
Pas apprécié

Toujours la même histoire. Veronica Roth est incapable d'écrire des personnages qui ne soient pas définis par un seul trait de caractère, ou un don, une incongruité. Divergente était déjà très mauvais, mais là, c'est une mauvaise imitation. Dans l'espace.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par aimeenems 2019-09-07T15:40:12+02:00
Pas apprécié

Je n'ai pas réussi à entrer dans cet univers. Je réessayerai plus tard, j'en attendais sûrement plus après avoir lu Divergente.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marie1210 2019-09-04T14:48:19+02:00
Argent

Très bon livre avec de l’action et une histoire pleine de rebondissements

Je recommande

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alixou 2019-08-25T19:30:57+02:00
Argent

Très bon livre même si j'ai eu du mal à accrocher au début, la suite m'a montré que ce livre est vraiment génial !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kahlan--Amnell 2019-07-29T10:40:31+02:00
Bronze

je suis vraiment surprise de la créativité de l'auteure! Elle a une imagination incroyable et j'ai beaucoup apprécié son livre!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par HexNights 2019-07-28T20:47:19+02:00
Bronze

Bon, bon,bon. J'ai du m'y reprendre a plusieurs fois pour finir ce roman, puisqu'au debut nous sommes inondés de noms, personnages et univers completement differents. Je l'ai commencé une permiere fois, je l'ai refermé et des années après je m'y suis remise.

Ce n'est pas le genre de roman que je lis habituellement (genre Fantasy).

Je vais commencer par le personnage de Cyra. Je dois dire qu'au debut j'ai trouvé que c'etait une tête a claque, vraiment, je ne comprenais pas ses réactions, ni sa façon de penser. Ce qui m'a plu dans ce roman c'est l'évolution des personnages, on voit a quel point Cyra est quelqu'un de sensible au fur et a mesure de la lecture, et j'ai trouvé son cheminement bien amené par l'auteur.

Pour Akos, c'est un personnage sensible qui m'a parlé je dois dire, et il n'y a rien de tout blanc ou tout noir avec lui. Akos a pour moi la douceur incarné, et j'ai beaucoup aimé ce personnage.

L'évolution des personnages est un gros point positif.

Je vais passer a la partie un peu moins plaisante de mon commentaire, les points négatifs - qui pour moi ne sont pas moindres-.

Deja j'ai trouvé qu'on se faisait trimballer du debut a la fin sans vraiment savoir ce qu'était le but du livre et ça, ça m'a derangé. J'aime quand on sait un peu ou on va, la on se laisse porter au fils des pages (alors que je pense que ça peut plaire comme deplaire), mais je ne voyais pas vraiment ou Veronica Roth voulait nous emmener.

Ensuite, TROP DE PERSONNAGES. Je trouve qu'on est inondé de noms de personnages dont certains n'ont pas vraiment d'importance, je trouve que c'est tellement facile de s'y perdre. Deja des le debut faut s'accrocher parce que c'est un tout nouvel environnement, mais j'ai trouvé qu'au fils des pages, tous ces noms m'embrouillaient plus qu'autre chose et n'était pas super utiles.

Cela reste un bon livre, agréable, mais un peu long quand même. Je ne sais pas si je lirais la suite, on passe tout de même un bon moment.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par clarinett 2019-07-01T17:08:43+02:00
Diamant

Marquer les ombres tome 1 est un livre qui réunis deux personnages, deux ennemis mais finalement au fil de notre lecture ont peu s’apercevoir qu'ils tombent peu à peu amoureux.

Afficher en entier
Diamant

On m'avait conseillé ce livre et je ne m'attendais absolument pas à une telle originalité ! bref un nouveau monde dans lequel se plonger avec plaisir!

Afficher en entier

Date de sortie

Marquer les ombres, Tome 1

  • France : 2017-01-17 (Français)

Activité récente

Cam1009 l'ajoute dans sa biblio or
2019-09-26T19:03:40+02:00

Titres alternatifs

  • Carve the Mark - Anglais

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 1087
Commentaires 198
Extraits 37
Evaluations 405
Note globale 8.1 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode