Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de mathilde1808 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Notorious, Tome 4 : Désir brûlant Notorious, Tome 4 : Désir brûlant
Nicole Jordan   
Moyen.
Même si les commentaires étaient très bons, je n'ai personellement pas accroché plus que ça.
Raven Kendrick, beauté brune, coqueluche des salons aux origines douteuses, se fait enlever le jour de son mariage avec un duc par Sean Lasseter, un soupirant éconduit, quelque peu "dérangé". Sa réputation est ruinée. Le frère de son ravisseur, Kell, propriétaire d'une maison de jeux, à Londres, la mort dans l'âme, l'épouse pour la sauver du desastre. Ce mariage de raison, après moult rebuffades et incompréhensions de la part des deux conjoints, va se transformer en un mariage d'amour torride. Beaucoup de scènes de sexe à la "je t'aime-moi-non-plus".
Le début du roman me paraît un peu invraisemblable, ainsi que la possibilité de ce mariage, l'amant imaginaire est décidément très mièvre et la scène érotique sur le thème du pirate ne m'a pas inspirée plus que ça (je ne dois pas aimer les mises en scène, sans doute...). Peu de surprises et un final que l'on voit arriver de loin.
Pour moi, ce sera.... bof!

par Celma95
Calendar Girl, Tome 9 : Septembre Calendar Girl, Tome 9 : Septembre
Audrey Carlan   
J'ai trouvé ce tome vraiment long et inutile. C'était assez ennuyeux de voir Mia tourner en rond et jouer les victimes... Bof j'ai pas du tout accroché à ce tome...
Quand aux mésaventure de Wes a paraît vraiment trop gros pour être crédible... STOP on arrête tout ce massacre svp
Insaisissable, Tome 1.5 : Ne me Résiste pas Insaisissable, Tome 1.5 : Ne me Résiste pas
Tahereh Mafi   
Je suis brisée, littéralement brisée. Par toute cette beauté, toute cette peine, toute cette agonie, cette tristesse, que je n'aurais jamais pu anticiper. Ces sentiments amplifiés à un degré dont je n'aurai même pas pu deviner le quart, le dixième, le millième. J'ai l'impression de devoir faire un énorme trou dans mon coeur, et l'étirer à l'infini, pour avoir une chance d'y placer tout ce que j'ai ressenti. Je n'ai pas envie de m'arrêter d'écrire, j'ai peur de ne jamais pouvoir décrire toutes les émotions qui m'ont traversée, j'ai peur de ne pas partager convenablement avec vous toute cette beauté que j'ai eue l'opportunité d'effleurer pendant un bref un instant, quelques heures pendant lesquels je me suis sentie vide, vide de moi, vide et vidée. Vidée comme Warner, vidée comme Juliette.
Décrire des sentiments de cette manière, me les envoyer en pleine figure, comme un énorme sot d'eau, comme une monstrueuse claque, me faire ressentir une haine horrible, envers le monde, pour ce qu'il leur a fait subir, me donner la chance de comprendre pourquoi. Non pas de justifier, mais de comprendre, de pardonner à Warner, de lui pardonner ce qu'il a fait, parce qu'il est aussi brisé qu'elle.
Et enfin, chapeau à Tahereh Mafi pour cette écriture, pour ce talent, pour ce poème long de 150 pages, merci.


par Dreamer
L'Épreuve, Tome 4 : L'Ordre de tuer L'Épreuve, Tome 4 : L'Ordre de tuer
James Dashner   
Une vraie tuerie, si vous me permettez le jeu de mot ! J'étais déjà une grande fan de la saga TMR et de la plume de James Dashner, mais là, c'est encore pire !

On replonge avec grand plaisir treize ans avant le WICKED, avant l'arrivé de Thomas parmi les blocards avec de nouveaux personnages, qui pour ma part, sont tous aussi attachants les uns que les autres. On en apprend plus sur les irruptions solaires et sur la Braise.

Beaucoup d'entre vous dise être déçu, mais ce n'est pas mon cas. Je me posais tellement de questions, que je suis ravie d'en avoir obtenue les réponses. Et le fait de n'avoir pas de lien direct (à part dans le prologue et dans l'épilogue) avec Thomas et compagnie ne m'a absolument pas dérangé. Après tout, ce n'était pas le but de ce tome prequel.

Et cette fin... Mon dieu ! Qu'est-ce qu'elle a le don de m'agacer. Argh. J'ai failli verser une larme.

[spoiler]Et sincèrement, je continue de penser que Deedee est Teresa. L'âge peut coïncider vu que l'auteur ne donne pas son âge et reste vague là dessus. Les personnages sous entende qu'elle n'a pas plus de six ans, mais elle peut très bien en avoir beaucoup moins. Ensuite, il y a la cicatrice de la fléchette, Teresa n'en a pas une dans la saga TMR ? Il me semble que si...[/spoiler]

Pour conclure, le seul petit bémol que je pourrais trouver, c'est qu'il est trop court et qu'on en redemanderait presque afin d'attiser notre gourmandise de savoir. Je conseil réellement L'ordre de tuer pour tous les fans de la trilogie !

par Philla
Au-delà des étoiles, Tome 2 Au-delà des étoiles, Tome 2
Beth Revis   
http://wandering-world.skyrock.com/3072197997-Across-The-Universe-Tome-2-A-Million-Suns.html

A Million Suns est, à mes yeux, meilleur que Across The Universe ! Ce n'est pas compliqué, j'ai a-d-o-r-é ! L'intrigue est parfaite, les personnages sont profonds et touchants, l'atmosphère est juste hyper prenante et on veut toujours en savoir plus. Un vrai bonheur. En plus, ce roman dystopique nous change complètement des autres livres du genre. Un petit renouveau qui fait vraiment beaucoup de bien !
L'histoire de ce second tome prend place trois mois après celle de Across The Universe. Nous retrouvons Amy et Elder, chacun étant en train de à s’accommoder sa nouvelle vie. Elder est désormais le leader du vaisseau spatial Godspeed, et Amy apprend à vivre dans un environnement qu'elle déteste, dans lequel elle se sent enfermée. Rien qu'avec les premières pages, j'étais déjà conquis par nos deux protagonistes. Amy et Elder sont le genre de personnages que j'adore : matures, décidés, avec leurs propres failles, mais qui écoutent toujours ce que leur dictent leurs coeurs. Je me suis rendu compte qu'ils m'avaient énormément manqué.
Leur relation a également évolué, bien que ça ne soit pas dans le sens que je l'aurai souhaité. En effet, ils se sont tous les deux éloignés, car leurs missions à bord du vaisseau sont diamétralement opposées. Amy est la "cinglée" qui vient d'être dégelée et Elder est l'homme qui va devoir mener les 2296 personnes présentes à bord du Godspeed sur une nouvelle planète. D'ailleurs, il veut absolument faire disparaître la dictature qu'Eldest a mis en place, et faire naître au sein du vaisseau une réelle harmonie entre chacun.
Sauf que quasiment personne ne l'entend de cette oreille-là. Et c'est ici que réside le gros atout de Beth Revis : elle nous fait traverser les montagnes russes côté sentiments en créant un chaos total dans le vaisseau lui-même. La peur et la terreur ne viennent pas de l'extérieur, oh ça non, mais des êtres qui résident dans le Godspeed. Et j'ai complètement été subjugué par cette aspect de l'intrigue ! Une révolte se met en place, et, même si on ne peut pas s'empêcher d'être du côté d'Elder, on comprend parfaitement les points de vue des habitants du vaisseau. Très vite, certains vont s'autoproclamer leader, d'autres vont cesser de travailler, et d'autres... Et bien d'autres vont commencer à tuer.
Rien que d'y repenser, j'ai le coeur qui bat la chamade. Cet opus est chargé d'adrénaline, bien plus que pour le premier tome. En plus, comme nous avons encore droit à une alternance de points de vue entre Amy et Elder, l'action est omniprésente à chaque moment de l'histoire. Évidemment, comme l'horreur va aller crescendo, nos deux héros vont très vite s'allier. Débute alors une quête pour sauver le vaisseau, mais également une recherche sur leurs propres sentiments. Leur relation est très ambigüe, et j'ai été captivé par l'évolution de cette dernière.
Mais ce n'est pas tout ! Derrière ce chaos et cette romance palpitante, l'auteure rajoute une dose de suspense à sa magnifique histoire. Et cette fois, c'est Amy qui en est la cible. Des meurtres ont, comme pour le premier tome, lieu, de plus en plus vite, et ils sont de plus en plus proches d'elle. Il y a des morts. Beaucoup. Et ce ne sont pas seulement des inconnus que l'on tue. J'ai souvent eu les larmes aux yeux, je dois bien le reconnaître.
Sauf qu'Amy va décider de poursuivre cet assassin. Et quelques précieux indices vont lui être distillés. Des vidéos, des textes, des peintures. Bref, nous nous retrouvons également plongés dans une intrigue policière qui m'a conquis. Celle-ci va également nous offrir quelques révélations inquiétantes sur le vaisseau et son fonctionnement. Et elles vont mener Elder et Amy à une seule conclusion : ils doivent s'échapper du Godspeed, aussi bien pour protéger leurs vies que pour sauver celles des 2296 autres personnes à bord de ce dernier.
Bref, comme vous pouvez le constater, tout arrive en même temps, et nous en voyons de toutes les couleurs. Cet effet est accentué par l'impression de claustrophobie que créé le vaisseau. En effet, plus l’histoire avance et plus nous nous sentons oppressés. L'ambiance est lourde, pesante, stressante, et l'angoisse se mue en terreur jusqu'à la dernière page !
En conclusion, je ne saurai que vous conseiller de lire A Million Suns, et la trilogie de Beth Revis en général. Cette dystopie est totalement différente des autres, sur bien des points. Elle nous permet de nous poser de nouvelles questions philosophiques sur la société et sur les ressentis de chacun. La fin du roman est vraiment géniale et intense, et j'ai vraiment, vraiment hâte de lire la suite. Amy et Elder ont réussi à faire d'atroces choix, et a nous offrir des dizaines de scènes à la fois merveilleuses et poignantes. L'intrigue est sensationnelle, j'ai eu le souffle coupé à de maintes reprises. Un second opus à découvrir et à dévorer sur-le-champ !

par Jordan
Insaisissable, Tome 2 : Ne m'échappe pas Insaisissable, Tome 2 : Ne m'échappe pas
Tahereh Mafi   
Oui, bah non, j'ai pas tenu le coup, je l'ai lu, voilà, j'ai craqué. Et ça me fait ressentir des choses paradoxales, je suis heureuse, très heureuse, euphorique même. Mais je suis triste, triste de devoir attendre un an avant la sortie du prochain tome. Ce roman est ... je n'ai pas suffisamment de mots pour décrire combien j'ai attendu de lire quelque chose comme ça, combien j'ai espéré qu'un auteur m'offre cet extase, une fois dans ma vie (et j'en veux plus, plus, plus). Je ne reviendrais pas sur la plume irrévocablement et indéniablement sublissime de Tahereh Mafi, ceux qui ont lu le premier tome savent déjà à quel point c'est une auteure talentueuse.
Des livres excellents, j'en ai lu, et j'en lirai. Celui-ci est différent, pas le meilleur, un des meilleurs, oui. Mais il est différent. Si différent. On n'a pas tellement l'impression de lire un roman, on a juste l'impression qu'on est quelqu'un d'autre, on a juste l'impression de penser, inlassablement, sans réel fil rouge, sans transition, sans mensonges. Parce que les sentiments sont si authentiques, ils sont si véridiques que ça ne nous touche même pas, ça ne nous fait même pas ressentir de l'empathie, c'est plus fort que ça, plus puissant, plus poignant. Waw. Oh mon Dieu, Oh mon Dieu, Oh mon Dieu. C'est haletant, presque fatiguant. Je ne sais pas quoi dire, ni quoi penser, j'en reviens pas.
Les personnages sont...la raison principale qui me fait tant aimer ce livre, et je suis déçue de ne pas pouvoir leur attribuer un 100, un 1000 sur 10. Ils sont incroyablement attachants, incroyablement vrais. Juliette a évolué, oui, et on sent cette évolution. Si je l'aimais au tome un, j'en suis venue à l'adorer, j'ai ressenti tout ce qu'elle a ressenti, agonie, frustration, tiraillement. Warner a évolué, Warner est changé, Warner est...juste Warner. Il n'en faut pas plus pour l'aimer, aimer son imprévisibilité, la contrariété qu'il éveille parfois en nous, mais l'indubitable affection qu'on ne peut s'empêcher d'éprouver à son égard. Adam est toujours aussi magique, mais lui aussi est changé, lui aussi est différent. Kenji est la petite fraîcheur au milieu de ce monde chaotique, celui qui m'a fait sourire et rigoler, même dans les situations les plus dramatiques, ce personnage est vraiment indispensable au roman, vraiment.
Je ne vais pas plus m'étaler (même si je pense l'avoir déjà assez fait), mais Unravel me a définitivement quelque chose de plus que les autres romans YA. Définitivement.


par Dreamer
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
La Ronde des saisons, Tome 4 : Scandale au printemps La Ronde des saisons, Tome 4 : Scandale au printemps
Lisa Kleypas   
J'ai pris bien du plaisir à lire les aventures de la douce et rêveuse Daisy.
J'ai trouvé que le couple formé entre elle et Matthew, l'amoureux secret qui la désire depuis des années, était fort agréable.
Cet homme, qu'elle pense froid, égoïste et calculateur qui se révèle être un homme doux, attentif et protecteur m'a fait fondre.
On retrouve aussi avec plaisir, les trois autres "laissées pour compte".
Ce tome clôture donc cette sympathique série que j'ai grandement apprécié.

par Christy
Houston, forces spéciales, Tome 5 : Douce possession Houston, forces spéciales, Tome 5 : Douce possession
Maya Banks   
Maya Banks sur le retour ?

Alors je ne sais pas quelle saga entre "A fleur de peau" et "Houston, Forces Spéciales", elle a écrit en premier mais j'ai un gros faible pour la seconde ! Certes, ça peut paraître répétitif quand on lit souvent le même auteur et le même genre, mais je me suis moins ennuyée et j'ai trouvé moins d'invraisemblance dans ce tome plutôt que dans "Fire", que je n'ai pas aimé... Peut-être à cause du fait que la jeune femme ne joue pas la soumise nœud-nœud ^^

Parlons de l'intrigue pour commencer, où j'ai été un peu déçue. Un air de "Bodyguard", j'aurais voulu que l'auteure approfondisse un peu plus cette histoire de "maître-chanteur". J'aurais voulu un peu de suspens, une enquête un peu plus poussée, une intrigue pas juste là pour apporter la romance mais bien quelque chose de concret et qui m'aurait laissé sur le cul quand on aurait appris le pot-au-rose. Malheureusement, ça n'est pas arrivé et je trouve dommage de favoriser le sexe au profil d'une bonne intrigue (malgré le fait que ce soit un Passion Intense).

J'ai pris plaisir à retrouver les personnages dont on a fait connaissance dans les précédents tomes ; Faith, Gray, Pop, Micah, Angelina, Julie, Nathan, Serena et sans oublié Damon. Là où les relations sont pleines de poigne, de domination et de soumission, celle de Connor et Lyric est plus classique, basique mais pas moins belle. J'aime le fait qu'ils ne se sautent pas dessus dès le début, même si c'est pas l'envie qui leur manque. Leur relation est lente et on peut un peu la savourer... La "pop star délurée et capricieuse" se révèle être une jeune femme forte mais aussi perdue et vulnérable. Au contact de Connor, qui est tout simplement adorable et protecteur, elle va enfin pouvoir s'ouvrir et aller dans le droit chemin.

L'écriture est simple, fluide, on ne voit pas les chapitres passer. Bon, c'est sur que ça ressemble aux autres histoires que j'ai pu lire de l'auteure, mais n'est-ce pas un problème de traduction ? Mais ce qui est bien avec ce genre de bouquin, c'est qu'on n'est pas obligé de les lire tous à la suite. Un tome = un couple. Ce genre de petite romance, on peut les dévorer quand on veut, sans s'en lasser (selon moi). Après, je ne dis pas que c'est un véritable coup de cœur, il manque un fond consistant. Mais, le livre n'est pas à jeter à la poubelle ^^

Pour conclure, "Douce possession" est dans la lignée de ses prédécesseurs avec son mini-suspens (qui ne hérisse pas les cheveux), ses doses de sexe et d'amour (qui sont mignonnes et très caliente), son lot de scène absurde (la piscine...) et sa fin cliché (tout le monde et heureux et le montre un peu trop !). A lire pour se réchauffer en cet hiver, qui promet de pas être très clément (de mon côté de la France ^^).

7/10

par SmallBab
La Meute Alpha, Tome 1 : Instinct Primal La Meute Alpha, Tome 1 : Instinct Primal
J.D Tyler   
Une nouvelle série, une nouvelle mythologie et encore ici on reste sur du terrain connu mais avec un mix de plein de choses pour avoir du contenu.

Le début m'a assez déplu, il est brouillon, il se passe beaucoup d'événement à la suite mais que j'ai eu du mal à comprendre. La présentation des personnages n'a pour moi jamais eu vraiment lieu, on nous parle d'un brun, d'un roux, d'un blond d'un châtain puis amusez vous à deviner lequel est lequel parce que les précision y'en a pas. Concernant le pourquoi du comment des métamorphes, terme bien précisé puisque dans le livres les hommes s’acharnent à contredire l'héroïne à chaque fois qu'elle parle de loup-garou, on revient à la bonne vieille morsure de loup-homme pour contaminer les autres, rien de nouveau donc. Alors on ajoute des pouvoirs magiques à tous les personnages, parce que c'est plus cool et on dit que se sont des dons pour expliquer que les sorciers existent aussi. Télékinésie, télépathie, conversation avec les morts, voyage dans le temps, rien de moins ! C'est un vrai enchevêtrement de fourre-tout pour mieux nous faire croire à la merveille sans grand succès. L'intrigue principale à du mal à se mettre en place, qui est vraiment le grand méchant de l'histoire ? Contre qui se battent-ils ? Qu'est ce qui va donner le fil conducteur ? Pour ne rien gâcher à votre plaisir je ne donnerai pas la réponse, mais elle est tellement bateau que ça ne rattrape pas le reste.
Dernier point qui pourrait sauver les meubles, la fameuse histoire d'amour centrale. Celle-ci est à mon sens en dent de scie, on avance très vite au début, on ralenti beaucoup ensuite, pour on fait un bon phénoménale, mais en fait non vaut mieux pas trop se dépêcher on doit tenir sur plus de pages... C'est l'impression générale qui me reste en tête. Les caractères sont très caricaturales, la relation l'est tout autant, le fameux j'ai été déçu-plus jamais ça fait son grand retour et les scènes chaudes sont des copies les unes des autres. Rien pour rattraper le reste.

Pourquoi une "si bonne note" me demanderiez vous ? Tout simplement parce que contrairement à des lectures du même genre un peu plus recherché, je n'ai à aucun moment sauté de passage pour finir ma lecture plus rapidement. Oui c'est bateau, oui il n'y a aucune surprise, mais oui aussi ça fait passer le temps de façon pas désagréable et c'est déjà pas mal.
Comme j'ai déjà la suite de la série avec moi, je vas enchaîner pour ne pas perdre mon engouement très relatif à la meute, mais une fois les tomes en ma possession lu, je ne pense pas que j'y retournai.

Au final, si vous avez l'occasion de le lire parce qu'on vous le prête, allez-y ; ça vous fera passer le temps.

par Tsukihime