Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de mathilde35 : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Déracinée Déracinée
Naomi Novik   
D'après le résumé, j'attendais plus ou moins une romance du style 'La belle et la bête', avec un homme qui se transformerait en dragon les nuits de pleine lune...
Et bien pas du tout !! Déjà, pas de vrai dragon dans ce roman, juste un magicien très puissant, caractériel, grognon, et franchement asocial. En plus, la belle n'est pas vraiment belle, et plutôt que de faire tapisserie, elle se révèle courageuse, têtue et forte.
C'est en fait un très très bon livre de fantasy, qui allie de formidables personnages, une mission remarquable , et une action haletante. A lire !!!

par Migabo
Un palais d'épines et de roses Un palais d'épines et de roses
Sarah J. Maas   
«I love you. Thorns and all.»

J'ai mis un certain temps avant de sortir ce livre de ma PAL. Pour la simple raison que je ne me sentais pas prête à le lire. Jusqu'à présent.

A Court of Thorns and Roses est un excellent roman. Et j'ai presque envie de vous dire que c'est normal puisque Sarah J. Maas en est l'auteure. Sarah J. Maas fait partie de mes auteurs préférés avec sa saga Throne of Glass. Et maintenant, A Court of Thorns and Roses rejoint Throne of Glass puisque ce livre est un coup de cœur.
Un coup de cœur à la Sarah J. Maas, si fort qu'il vous donne l'impression d'être capable de voler. Un coup de cœur magique.

La première chose que j'ai aimé dans A Court of Thorns and Roses, c'est l'univers. Le monde dans lequel vivent les personnages. Et plus particulièrement, j'ai adoré Prythian. L'idée des Courts du Printemps, de l'Été, de l'Automne, de l'Hiver, Sous la Montagne, la Court de l'Aube, du Jour et celle de la Nuit. C'est peut-être un détail mais j'ai totalement été charmée par ça.

Et puis, Sarah J. Maas a toujours cette façon d'écrire que j'aime. C'est addictif, elle rend tout son livre fascinant et magique. Avec toujours ce côté explosif qui ne se montre qu'aux moments parfaits.

J'aime ses personnages. Elle sait comment faire pour qu'on les aime ou qu'on les déteste. Elle leur donne des forces comme des faiblesses. Elle les rend réalistes tout en leur laissant ce côté magique qui transparaît dans tout ce qu'elle fait.

Feyre est un personnage attachant. C'est une héroïne qui m'a plu. Elle est forte et faible à la fois. Elle est humaine et même lorsqu'elle est dans le monde des fae, ça ne l'empêche pas de rester fidèle à elle-même, de faire ce qu'elle entend de faire. Et puis, elle a cet amour pour ceux qui lui sont proches que j'apprécie beaucoup chez elle. Elle ferait tout pour qu'ils ne manquent de rien et qu'ils soient en sécurité sans pour autant jouer à l'héroïne idiote qui cherche à se sacrifier à la moindre occasion.

J'ai essayé de résister à Tamlin.
Parce que c'est Sarah J. Maas et que je sais bien que le love interest du premier tome n'est jamais celui du second tome. Sarah J. Maas aime jouer avec les sentiments de ses lecteurs, c'est clair. Mais aussi avec les sentiments de ses personnages, surtout en ce qui concerne la romance.
Alors oui, j'ai essayé de résister à Tamlin parce que je n'avais aucune envie de m'attacher à lui pour finir par pleurer le fait qu'il ne soit pas le love interest de Feyre dans le prochain tome.
Peut-être que je me trompe d'ailleurs mais il y a de grandes chances pour que les choses soient ainsi. Et au cas où, je tiens à être prête.
Mais honnêtement, comment éviter l'inévitable ? J'aime bien Tamlin. Pas comme une dingue, ce qui est en soit une réussite au final. Mais je l'aime bien quand-même.

Et la romance entre lui et Feyre est très bien développée. Elle n'arrive pas dès les premières pages, l'auteure prend son temps. Et c'est une bonne chose. Ainsi les choses ne sont pas précipitées et elles en sont d'avantage réalistes.
Il y a de très beaux moments qui m'ont fait fondre comme du chocolat au soleil. Sérieusement, j'ai beaucoup aimé cet aspect de la lecture. La romance est là sans être pesante. Elle est présente mais elle n'écarte pas l'intrigue. Elle en fait partie mais en même temps, elle laisse de la place au mystère et tout ça. Je ne sais pas comment l'expliquer mais Sarah J. Maas a vraiment su doser chaque aspect de son histoire, dont la romance, pour que l'équilibre de son livre soit parfait.
Et il est parfait.

Pour en revenir aux personnages, j'ai adoré Lucien. Il dégage une énergie que j'ai beaucoup aimé. Il peut se montrer taquin, hostile, sérieux, tout un tas de choses. Contre toute attente, on le considère rapidement comme un allié puis comme un ami. Je l'ai trouvé attachant, je me suis sincèrement attachée à lui.

Peut-on parler de Rhysand ? Sérieusement, ce gars c'est comme si j'avais foncé dans un mur et que j'avais aimé ça. Il se dégage tellement de choses de ce personnage que je ne pourrais pas en faire la liste. Il dégage des choses même qui n'ont pas de nom. C'est un sacré bâtard (désolée) la plupart du temps mais il est haut en couleurs et il est tellement génial. Il a un charme que je n'arrive pas encore à déchiffrer mais c'est fascinant.

Quant aux autres personnages, chacun joue son rôle à merveille. Rien de bien étonnant quand on y repense. ^^

Je suis fan de l'histoire.
Quand on commence, on a entre les mains pleins de petites pièces d'un puzzle. Certaines n'ont pas encore d'image, d'autres n'ont pas encore de sens ou d'explication. Et puis bien-sûr, plus on avance plus on en trouve les réponses. Il n'y a pas une de mes questions qui soit restée sans réponse.
Et au final, on se rend compte que le puzzle est super. Que le travail réalisé sur cette histoire est super et bien détaillé.
A Court of Thorns et Roses est un roman mené avec une main de maître où vous vous retrouverez dans un monde magique, qui s'étend bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer et qui cache des moments forts auxquels vous ne pourrez pas résister.

Mais de quoi ça parle ?
A Court of Thorns and Roses, c'est l'histoire de Feyre. Un jour d'hiver, elle tue un loup dans les bois pour la survie de sa famille et par la suite une bête vient la trouver pour lui dire que c'est un fae qu'elle a tué et qu'elle doit payer pour ça. La bête, qui se trouve être Tamlin, l'emmène à Prythian qui est le royaume des fae et là-bas, Feyre découvre qu'une menace pèse sur les terres des immortels.
Reste à savoir si Feyre trouvera un moyen d'aider Tamlin à mettre fin à cette menace. Et quel sera le prix à payer pour ça.

La fin est probablement ce que j'ai préféré dans A Court of Thorns and Roses bien que j'ai adoré ce livre du début à la fin. [spoiler]Le mystère est levé et il est temps d'affronter la menace qui pèse sur Prythian.
Ainsi on apprend que la menace en question est une fae du nom d'Amarantha qui s'est déclarée High Queen de Prythian près de cinquante ans auparavant. Et que la malédiction qui pèse sur Prythian et plus particulièrement sur la Court du Printemps et sur Tamlin, ne peut être brisée que si Feyre tombe amoureuse de Tamlin (ce qu'elle a fait) et qu'elle lui dit qu'elle l'aime en le pensant sincèrement (ce qu'elle n'a pas fait). Feyre se rend Sous la Montagne pour confronter Amarantha et sauver Tamlin ainsi que son monde. Pour cela, elle doit passer trois épreuves et répondre à une énigme. Elle réussit.
Et aussi surprenant que ça soit, Rhysand se révèle d'une grande aide. Il la soigne après la première épreuve, en échange du fait qu'elle passe une semaine par mois à la Court de la Nuit avec lui. Et il l'aide à trouver la solution de la seconde épreuve sans que personne ne le sache.
La troisième épreuve est la plus spectaculaire. Mais elle coûte la vie de Feyre qui trouve au dernier moment la solution à l'énigme d'Amarantha. L'amour. Tamlin tue Amarantha, la malédiction est brisée -Lucien et Tamlin, ainsi que la court du printemps quittent leur masque- et les High Lords sauvent Feyre en la transformant en High Fae, en immortelle.
Ainsi, tout est bien qui finit bien. Mais pour combien de temps ?[/spoiler]

En conclusion, A Court of Thorns and Roses est un roman que j'ai beaucoup aimé. C'est une excellente réécriture de la Belle et la Bête, que je recommande sincèrement.
J'ai hâte de me plonger dans A Court of Mist and Fury pour suivre la suite des aventures de Feyre.

«one day there will be anwsers for everything»

par Sheo
Un palais de colère et de brume Un palais de colère et de brume
Sarah J. Maas   
*Ce commentaire peut contenir des spoilers du tome précédent.*

RHYSAND. OMG.

A Court of Mist and Fury reprend peu après les évènements du premier tome. Tamlin et Feyre s'en sont sortis vivants mais pas indemnes. Et ils se préparent à se marier.
Sauf que maintenant Feyre n'est plus humaine et plus vraiment sûre de ses sentiments pour Tamlin. Effectivement, le grand jour alors qu'elle se dirige vers son futur mari dans l'optique de lui dire oui, elle a soudainement envie de s'enfuir.

Dans le premier tome, Feyre a passé un marché avec Rhysand et le prix de ce marché était qu'elle devait passé une semaine par mois avec lui, le High Lord de la Court de la Nuit.
(Donc forcément, ça promettait d'avantage de Rhysand. YES! Quel bonheur!)
Le mystérieux lien qui relie Feyre et Rhysand permet au High Lord de se rendre compte de la détresse de la jeune femme et c'est ainsi qu'il décide qu'il est temps qu'elle honore sa part du marché.
Et puis c'était l'occasion pour lui de faire une entrée théâtrale et de sortir son "Hello, Feyre Darling" donc pourquoi manquer l'occasion?

J'ai une préférence pour ce second tome. Déjà parce qu'il est plus long que le premier et ensuite parce qu'il y a plus de Rhys et ça, ça n'a pas de prix.
Qui dit plus de Rhysand dit plus de Feysand et la fangirl en moi en était ravie.
J'avais peur d'un triangle amoureux mais à ma grande joie il n'en est rien! Tamlin est rapidement évincé du cœur de Feyre pour des raisons bien précises -et impardonnables-. Et ensuite se met en place la relation entre Rhys et Feyre.

Malgré le fait que le tome précédent Feyre était folle amoureuse de Tamlin, le retournement de situation est tellement bien en place par SJM que tout le monde est ravie de dire byebye à Tamlin the tool et de fondre aux pieds de Rhysand.
[spoiler]Surtout que Rhys et Feyre sont des âmes sœurs!!![/spoiler]

Avec cela, des moments intenses pour nos pauvres cœurs, romantisme et sensualité au rendez-vous.

Au-delà du fait que Rhysand est d'avantage présent dans ACOMAF, il y a une nouvelle intrigue puisqu'Amarantha est morte. Faut bien passer à autre chose.
Feyre découvre ses pouvoirs de High Fae, se tient éloignée de Tamlin et une nouvelle menace se profile au loin. Effectivement, le roi de Hybern a décidé qu'il en avait marre d'attendre pour chercher des noises aux faes. Mais en plus de menacer Prythian, il menace le monde des mortels et là-bas il y a les deux sœurs de Feyre donc personne n'a envie que ça arrive.
Alors il est temps de trouver une solution pour arrêter le roi d'hybern. Et pour ça, le légendaire Cauldron. Je ne le dirais jamais en français tellement ça semble ridicule en VF.

J'en dis pas plus sur ce point et nous passons aux nouveaux personnages! Ah, les proches de Rhysand sont aussi irrésistibles que lui. Nous avons Cassian *___*, Azriel *___*, Mor *___* et Amren *___*. Et sincèrement, je suis toujours surprise que j'ai encore de la place pour aimer un personnage de plus dans n'importe quel roman tellement les personnages de Sarah J. Maas colonisent des grandes parties de mon cœur.
[spoiler]PS: je veux que Mor et Azriel finissent ensemble!
Et je veux que Cassian finisse avec Nesta, la sœur de Feyre. Voilà, merci de bien écrire cela dans ACOWAR Sarah.[/spoiler]

Et parce qu'il se trouve que mon commentaire est finalement un vrai bordel, j'ai adoré découvrir la Court de la Nuit, la Court des Cauchemars et la Court des Rêves. J'ai adoré découvrir l'envers du décors et Velaris. C'est le paradis... Je vais aller m'installer là-bas.

Sarah J. Maas me retourne le cerveau. Et moi, j'en redemande. Parce que ce roman est merveilleux et que la fin est insoutenable. J'ai besoin du troisième tome TOUT DE SUITE. OMG. Pourquoi une telle torture? [spoiler]Les ailes de Cassian sont ruinées, les sœurs de Feyre sont transformées en fae et d'ailleurs Elain est l'âme sœur de Lucien. Tamlin the tool est persuadé que Feyre est toujours amoureuse de lui et il la ramène à la Court du Printemps. *Margaux pleure comme un bébé* Oh et, Feyre est la High Lady de la Court de la Nuit. C'est merveilleux![/spoiler]

En conclusion, Sarah est ma reine. La seule chose de ACOTAR qui m'a manqué dans ACOMAF, c'est Lucien. Parce que Lucien, c'est mon bébé. ;)

par IronQueen
Un palais de cendres et de ruines Un palais de cendres et de ruines
Sarah J. Maas   
«We will occasionally remind each other that what we think to be our greatest weakness can sometimes be our biggest strength.»

Petit trou de mémoire : Qu'est-ce que je faisais de ma vie avant ACOWAR déjà?

J'ai besoin de boire un truc. «A bottle of wine. "It's fine if you drink directly from it", was all Mor said.» Je me contenterai d'un coca, merci.

Oh. Je ne sais pas quoi vous dire. J'ai le cœur brisé. En un million de petits morceaux qu'un milliard d'années ne pourraient réparer.

Et maintenant, je ne sais absolument pas quoi faire. Est-ce que je ris? Est-ce que je pleure? Est-ce que je me roule par-terre? JE NE SAIS PAS.

Petit conseil pour survivre à Sarah J. Maas: ACCEPTEZ VOTRE DESTIN, VOUS ALLEZ MORFLER. AGONISER.

Alors pour la petite histoire, je ne me suis pas autorisée à lire plus de 100 pages par jour pour faire durer ma lecture sans pour autant finir frustrée. ^^ Et je n'ai dit nulle part, à personne, que j'étais en train de lire ACOWAR. Pourquoi? C'était entre Sarah J. Maas et moi. Je ne voulais personne entre deux. Et je voulais pouvoir pleurer toutes les larmes de mon corps en paix. Merci.

Je ne sais pas quoi vous dire. Sarah J. Maas ne me déçoit jamais. Elle me fait souffrir, oui. Elle me fait rire, oui. Elle me fait pleurer, oui. Elle me fait, oui vous avez compris. Mais jamais elle ne me déçoit.
En gros, je viens de me faire tabasser par 699 pages et j'en veux encore.

«There are more tales to be told in the land of Prythian... The series will continue in 2018.» Ta gueule. Ta gueule et donne-moi le quatrième tome! Par pitié, je ne survivrai pas jusque 2018. Je serais gentille. Avec Tamlin. (uh.)
Ah oui aussi, j'ai eu des envies de meurtres en lisant ACOWAR. Coucou TamTam! [spoiler]Quoi que j'admets que je lui pardonne, un peu. Pour le «Be happy, Feyre.»[/spoiler]

Est-ce que je dois vous préciser que ACOWAR est fabuleux ou est-ce que vous l'aviez déjà compris? Non parce que ça ne me dérange PAS DU TOUT de vous le dire encore et encore.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
J'ai tout aimé. Du début à la fin. Des surprises à la Sarah J. Maas jusqu'au plus petit détail. Qui n'est jamais véritablement un détail avec SJM quand on y pense. Je l'ai appris à la dure, maintenant je me méfie. ;)

Comme à chaque fois que je lis un bouquin -et surtout un livre de Sarah- j'ouvre un traitement de texte où j'écris tout ce dont je veux me souvenir, mes réactions, mes pensées, etc pour pouvoir au final fournir un commentaire plus ou moins complet. Eh bien, mon traitement de texte pour ACOWAR c'est le livre, réécrit à la sauce Louan avec des insultes et des OMFG un peu partout. Voilà.

J'ai même fait un tableau avec tous mes ships de la série qui dit si les deux personnages sont en couple et mates, en couple mais pas mates, mates mais pas en couple, etc. Ça ne sert à rien, mais j'avais besoin de faire ce tableau.
Et le temps qu'on en parle, Azriel is mine. C'est mon mate, je le sens! ^^ Du coup, je me ship avec lui. Soyons fous. #Lazriel

Donc l'histoire était géniale. Avec des moments franchement comiques, des moments romantiques, des moments badass, et j'en passe. Clairement, ACOWAR ne nous laisse pas une seconde pour reprendre notre souffle.

Je n'essaierai même pas de vous faire un résumé. Je me connais. Il va faire cinq pages (précis) et il n'y aura que des spoilers. Donc. Mieux vaut pour vous que je ne le fasse pas. Ça serait tellement dommage de vous gâcher toutes les surprises, tous les rebondissements, tous les retournements de situations, toutes les révélations, tout. N'est-ce pas?

Cependant, je tiens juste à préciser que je me casse. Je fais ma valise et je pars pour Velaris. Ras-le-cul de ce monde pourri. À moi la Court des Rêves!

Maintenant, place aux PERSONNAGES. Inutile de vous dire que je les adore, bien-sûr. OK. Il faut que je le dise: Je les adoooooooooooooooooooooooooooore!

Azriel. Comme vous l'avez sûrement compris: je l'aime d'un amour fou. C'est l'anti-social (psychiatriquement parlant il n'est pas antisocial mais bon) le plus mignon et sexy que je connaisse. Je vous assure qu'il est fait pour moi. Et j'ai savouré chacune des scènes où il était présent.

Morrigan. Mor, c'est Mor. Elle est belle, intelligente, et on était au courant qu'elle était badass. Mais dans ACOWAR elle nous le prouve et j'ai adoré.

Amren. C'est un personnage que j'ai toujours beaucoup aimé. Mais j'avais l'impression que par rapport aux autres personnages, elle restait assez inaccessible (ce qui faisait partie de son rôle). Dans ACOWAR, on la découvre un peu plus en profondeur et je ne pouvais qu'adorer. Maintenant, j'en veux plus. Toujours plus. Je n'aurais jamais assez d'Amren.

Feyre. Je trouve qu'elle a bien évolué depuis le premier tome. C'est une héroïne que j'aime beaucoup et un personnage auquel je me suis indéniablement attachée.

Rhysand. "Ah, Rhys", soupira-t-elle d'un ton rêveur.

Nesta. Mon modèle dans la vie c'est Nesta. Je veux être forte comme Nesta. Froide comme Nesta. Belle comme Nesta. Badass comme Nesta. Sauvage comme Nesta. Tout comme Nesta. Cette fille ferait même peur à la mort. Je suis sa fan numéro 1. ;)

Elain. Eh, bien. J'admets que j'ai eu envie de la secouer pendant une bonne partie du livre. Elle m'agaçait! Heureusement, arrivé la fin elle a commencé à s'éveiller comme une jolie fleur qui éclot et j'ai compris que ça faisait partie de son personnage et ce que j'ai ensuite découvert m'a vraiment plu. ^^

Lucien. J'étais plus que ravie de le retrouver. Lucien aura toujours une énorme place dans mon cœur et j'approuve les choix qu'il a fait dans ACOWAR. Et je crois qu'ils m'ont même fait l'aimer encore plus. Mais je n'ai pas encore eu assez de lui. J'en veux pluuuuuuuus!

Cassian. Cassian. Je ne sais pas quoi vous dire. Il est parfait. Un véritable rayon de soleil qui vous donne envie de fermer les yeux et de savourer sa présence, sa chaleur... *in love*

Et puis il y a tout un tas d'autres personnages que j'ai adoré. Le Suriel (Ah, celui-là. Un rêveur.) [spoiler]On a enfin l'occasion de rencontrer Myriam et Drakon qui sont extraordinaires.[/spoiler] Il y a Jurian (si, si, je l'ai adoré.) Et puis, il y a Varian qui est un véritable coup de cœur pour moi. Et aussi Vassa (un nouveau personnage). Etc.

Un livre de Sarah J. Maas sans personnages géniaux, sans problèmes qui vous font frôler la crise cardiaque, et sans romances qui vous font hyperventiler, ce n'est pas du Sarah J. Maas.

ROMANCES.

Les romances de Sarah me font désespérée. Elles font de moi la personne la plus désespérée et romantique (berk) du monde! Mais qu'est-ce que je les aime! De Feyre et Rhys jusqu'à Cassian et Nesta en passant par Amren et Varian. Please, épargnez-moi. Mon pauvre petit cœur...
[spoiler]Pour ce qui est du couple Elain/Lucien, je suis contente que Sarah n'ait pas décidé que parce qu'ils sont mates ils s'aiment directement. Lucien désire bel et bien Elain, et il aimerait vraiment apprendre à la connaître, etc. Mais du côté d'Elain, c'est bien plus compliqué. Et à la fin d'ACOWAR ils ne sont toujours pas en couple.

Du côté de Azriel et Mor, Sarah nous a offert une belle surprise à laquelle je ne m'attendais pas. du. tout. Effectivement lors d'une conversation, Mor avoue à Feyre qu'elle aime le sexe avec les mâles et les femelles mais que d'un point de vue romantique, elle préfère les femmes. OMG! J'ai cru que je ne m'en remettrai pas. Je suis sincèrement heureuse que Sarah ait pris ce chemin-là. Mor a véritablement une histoire touchante. Mais j'admets qu'en l'apprenant, je lui en ai voulu un peu. Parce que ça fait 500 putains d'années qu'elle connaît les sentiments d'Azriel et qu'elle ne lui a jamais dit. Cependant, je comprends pourquoi et je pense qu'Azriel s'en doute d'une manière ou d'une autre. Tout ce que j'espère c'est que lorsqu'elle sera prête à l'avouer aux autres (pas dans 500 ans please) elle prendra Az à part et lui dira en premier. Il mérite au moins ça. Et j'espère qu'ils trouveront tous les deux la personne dont ils ont besoin et qu'ils méritent.[/spoiler]

BROMANCES.

«You belong to all of us, and we belong to you.»
Comme si j'allais louper une occasion de parler bromance. Non mais pour qui vous me prenez? ^^ Bon, c'est pas comme si j'avais plein de trucs à dire. Honnêtement, l'amitié n'a pas vraiment d'importance dans ma vie personnelle et j'ai parfois du mal à même apprécier une amitié dans un roman. Avant Sarah, je ne connaissais même pas le terme "bromance". Et justement Sarah J. Maas présente des amitiés fortes et sincères qui me plaisent énormément, qui me font autant fangirler (toujours pas grammaticalement correct, quand est-ce qu'on l'ajoute au dictionnaire celui-là?) que les romances. Sarah nous offre le genre d'amitié où on s'accepte les uns les autres avec nos points communs et nos différences, les choix qu'on fait et ceux qu'on ne fait pas, des amitiés qui se rapprochent d'avantage d'une famille sur laquelle on peut compter même dans les moments les plus difficiles et pour qui on ferait n'importe quel sacrifice.
«Our family - our court. The Court of Dreams.»
Entre Rhys, Cassian, Mor, Az, Amren, et Feyre, on a le droit à une belle brochette de bromances. Et j'adore quand les garçons s'appellent des frères avec un véritablement sentiment d'attendrissement. Vous voyez où je veux en venir?
«The great joy and honor of my life has been to know you. To call you my family.»

LA FIN.

La fin est tout ce que j'attendais. Tout en émotions et sourires idiots de ma part. Et je ne sais sincèrement pas quoi vous dire.

Un tas d'évènements se déroulent à la fin. Des évènements qui m'ont fait passée par toutes les émotions possibles et imaginables. Des moments qui m'ont fait désespérée, rire, simplement sourire, ou même pleurer. Un peu. Et même des moments qui m'ont amenés un petit peu de paix intérieure.

À la fin, il y a toujours ce silence. Quand vous venez juste de lire le dernier mot et que l'espace d'une seconde votre monde arrête de tourner. Une fraction de seconde pendant laquelle vous êtes perdu, où vous ne savez pas quoi faire. C'est une seconde douce et brutale. Et ACOWAR me l'a donné. Sarah J. Maas me l'a donné. Merci, Sarah.

Maintenant, je n'ai plus qu'à attendre 2018. Je vais me torturer l'esprit jusqu'en 2018. Pauvre petit cerveau... OMG. Je ne sais pas si je survivrai jusque-là! Avant de l'avoir entre les mains, il y a le titre qui sera révélé, le synopsis, et la couverture. Et déjà rien que d'attendre ces petits moments va être une torture. En tout cas, j'ai besoin d'un synopsis. Vite. Au moins pour savoir! Parce que là, on ne sait rien. du. tout. sur le quatrième tome. C'est l'horreur! ^^

Aussi, j'admets avoir une liste de ce que j'espère voir dans les prochains tome. Je n'ai pas pu m'en empêcher. Voici cette liste : [spoiler]∴Je veux découvrir le fils de Feyre et Rhys (celui dont le Carver prenait les traits aux yeux de Feyre). Mais je ne sais pas encore si je veux le voir enfant ou au début de l'âge adulte.

∴ Je veux plus de Cassian et Nesta. Parce qu'à la fin de ACOWAR ils ont certes des sentiments l'un pour l'autre mais il n'y aucune officialisation ni rien qui nous dit qu'ils soient en couple. Je voudrais donc les découvrir sous le point de vue de Nesta ou de Cassian, comme dans Wings and Embers (nouvelle à la fin d'une édition spéciale de ACOMAF). Et puis, je serai curieuse de découvrir s'ils sont mates ou non. Et si c'est le cas, quand le mating bond m'a se déclencher, etc. Et si ce n'est pas le cas, est-ce que ça les dérangerait d'être ensemble en pensant qu'il y a sûrement quelqu'un quelque part qui est leur mate, etc. Tant de questions. ^^

∴ Pareil concernant Varian et Amren. Surtout qu'après la fin de ACOWAR Amren est à présent une High Fae à part entière donc. Et simplement, je voudrais voir d'avantage de ces deux-là. Leur retrouvailles à la fin page 556/557 étaient délicieuses. ♥

∴ Je voudrais en savoir plus sur Eris, l'héritier de la Court de l'Automne. Parce qu'il m'intrigue et que je pense que c'est un personnage que je pourrais véritablement aimé. J'aimerai donc que Sarah se penche sur beau Eris.

∴ Lucien et Elain? À la fin de ACOWAR Elain semblait seulement commencer à faire un pas vers Lucien et j'aimerai vraiment voir leur relation se développer. Elain va finir par définitivement faire le deuil de sa vie d'humaine et de son ex-fiancé humain. Et je pense qu'ensuite elle pourra véritablement avancer vers Lucien qui n'attend que ça. Désespérément. ^^

∴ Je veux découvrir d'avantage de Vassa, qui était l'une des six reines humaines. Cette reine évoquée dans ACOMAF mais qu'on n'avait pas encore eu l'occasion de rencontre avant la fin de ACOWAR. Elle est sous l'emprise d'une malédiction et retenue captive sur le continent par un mystérieux lord. J'aimerai en savoir plus sur sa malédiction; pourquoi elle l'a reçue et comment elle va la briser. Je voudrais savoir qui est ce fameux lord... Et puis, Vassa a proposé une place à Jurian à sa court (quand elle se sera débarasser de son lord et de sa malédiction, je suppose) alors j'aimerai les découvrir tous les deux. Voir une alliance se former entre Vassa et Jurian. Ce qui permettrait de retrouver Jurian (que j'aime beaucoup). Alors pourquoi pas?

∴ Pour finir, je voudrais voir quand et comment Mor va annoncer à Azriel (et aux autres) sa préférence pour les femmes. Je voudrais la voir dans une romance F/F. Et du côté de Azriel, je voudrais qu'il ait une nouvelle histoire d'amour. Qu'il rencontre quelqu'un qui l'aime comme il le mérite. Parce qu'il le mérite. J'arrête pas de me dire que leur mate respectif est quelque part et je voudrais les voir découvrir le mating bond et tomber amoureux de quelqu'un de nouveau... [/spoiler]
Je sais, ça fait beaucoup. Mais je croise les doigts pour que Sarah cale tous ça dans les prochains tomes. Je lui fais confiance. :)

Alors voilà, je crois que c'est tout, je m'arrête là. Waouh. En conclusion, ACOWAR est un troisième tome génial, addictif, et un énorme coup de cœur. C'est la fin de l'histoire de Feyre et Rhysand mais pas la fin de la saga ACOTAR. Ce qui fait que j'ai leur cœur seulement à moitié brisé, en fait. ;)

«I'll see you on the other side.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/12/a-court-of-wings-and-ruin-sarah-j-maas/

par Sheo
Dry Dry
Neal Shusterman    Jarrod Shusterman   
https://aliceneverland.com/2019/03/19/dry-neal-jarrod-shusterman/

Californie. En plein mois de juin, les fleuves sont à secs, et les réservoirs d’eau vides depuis plusieurs semaines quand le pire se produit : plus d’eau. Alyssa a beau ouvrir tous les robinets, aucune goutte n’en sort. Pourtant, les journaux télévisés ne parlent presque pas de cet événement… ça ne doit donc pas être si grave que ça. Sauf que les jours passent, et l’eau ne revient toujours pas. Et Alyssa va alors se rendre compte à quel point le maintien de l’ordre et de la société ne tient qu’à quelques gouttes d’eau…

Le résumé de cette histoire est un cruel écho aux problématiques climatiques actuelles. Ce récit n’en devient que plus effrayant encore, et il était presque sinistre de découvrir avec quel réalisme les deux auteurs relatent les conséquences de l’absence d’eau. Rien ne nous est épargné, et j’avais presque l’impression de découvrir une fresque sociale plutôt qu’une fiction.

Il faut dire que, même en plein hiver, ce livre donne soif. J’en venais réellement à réfléchir à ce simple geste basique, tourner le robinet pour avoir de l’eau, et toute l’importance qu’il a dans notre quotidien. L’analyse des auteurs est cruelle, mais aussi extrêmement réaliste. Car, quand il s’agit de survie, l’Homme est absolument prêt à tout.

Nous avons un large panel de personnages dans cette histoire qui nous permettent d’avoir une vision globale de la catastrophe, interne comme externe. Le récit est construit avec intelligence et, pour une fois, le fait d’avoir plusieurs narrateurs ne m’a pas dérangée, bien au contraire : cela permet d’étendre encore plus la vision du lecteur sur ce qui se produit tout autour.

J’ai dévoré ce livre et, même s’il n’est pas un coup de cœur, il reste pour moi une histoire très importante à faire découvrir aux générations d’aujourd’hui. Neal et Jarrod Shusterman nous dépeignent une société qui ne paraît pas si loin que cela. Quand on sait les mesures que prennent la Californie dès que l’état de sécheresse est déclaré, on se rend compte qu’il suffit d’un rien pour que tout s’embrase et que la Société vacille.

Dry est une formidable prise de conscience, avec une histoire fluide, intelligente, et qui n’est pas là pour nous jeter de la poudre aux yeux. Certains événements sont difficiles et nous montrent toute la cruauté dont l’Homme est capable quand les règles sociales ne s’appliquent plus. Malheureusement, ce récit ne paraît pas si surréaliste, et nous offre, en même tant qu’une fantastique histoire, une très belle leçon quant à l’avenir de notre planète et de ses ressources…

par Kesciana
Rozenn, Tome 1 Rozenn, Tome 1
Laëtitia Danae   
Grosse déception. J'espérai l'aimé, je voulais vraiment qu'il me plaise mais c'est un flop d'autant plus grand que j'en attendais beaucoup.
Positif: l'écriture, très fluide et agréable bien que les dialogues soit parfois un peu niai faute d'autre termes qui me viennent à l'esprit, disons qu'ils font vu et revu.
l'univers: c'est un décors et des créatures peu souvent vu mais intéressant et bien exploité.
l'aspect politique entre dagnir et djinn qui est au cœur de l'histoire et des problème rencontré par l'héroïne, difficile pour elle de changer les choses.
Négatif: l'héroïne Rozenn, pour commencer au début je la voyais jeune 15/16 ans, la trouvant trop immature dans ses actions et paroles et puis on apprend que la plus jeune soeur à 16 ans amenant Rozenn plus vers 18 ans et simplement impulsive au point d'en être irritante. Rozenn est le personnage typique, elle est belle mais s'en fiche/n'y prête pas attention, rebelle, plus d'un personnage masculin tombera sous son charme, elle a une grande rivale, un compagnon animal trop mignon, trop unique, elle n'est pas là pour tomber amoureuse mais bon les hormones jouent et faut dire qu'il est quand même très beau bien qu'énervant et méchant ce prince.
Bref les "romances" ont tout gâché pour moi, les sentiments à mon goût forcé on aurait pu faire sans et avoir une très bonne histoire. Voir Odeleen et Cayden plus aurait été plaisant ils ont su avec leur personnalité trouvé grâce à mes yeux, mais non c'était Rozenn, Rozenn, Rozenn. Je compte pas le nombre de fois où j'ai levé les yeux aux ciel.
La Couleur du mensonge La Couleur du mensonge
Erin Beaty   
La couleur du mensonge… sa magnifique couverture, son résumé un peu trop détaillé, mais particulièrement intrigant… Voilà un titre qu’il me tardait de recevoir, et une histoire que je me languissais de dévorer ! Je n’ai pas attendu : je me suis jetée dessus sans tarder et je l’ai terminé très rapidement. Ce premier tome s’est révélé être un page-turner bourré de surprises.

Sage vit à la charge de son oncle et sa tante. Pour une fille telle qu’elle, le seul choix dont elle dispose est celui du mariage. Pourtant, Sage ne l’envisage pas un instant. Son caractère impétueux et son don aigu pour analyser les autres font d’elle une personne difficile à contenter. Un jour, son oncle lui annonce qu’il a réussi à lui obtenir une entrevue avec la marieuse la plus cotée du pays. Même si elle n’en a pas la moindre envie, Sage se plie à sa décision et rencontre donc Maitresse Rodelle. Mais on ne se débarrasse pas aussi facilement de sa langue bien pendue, et Sage n’est pas une fille qui se plie aux règles élémentaires. Plutôt que de lui trouver un mari, Maitresse Rodelle la prend comme apprentie. Les voilà bientôt à sillonner les routes afin d’accompagner de jeunes célibataires vers la capitale où elles seront mariées aux plus beaux partis du royaume. Escortées par une troupe militaire aux intentions douteuses, Sage va se lancer dans une aventure des plus inattendues.

Ce qui m’a d’abord séduit dans La couleur du mensonge, c’est son cadre bien particulier. Un univers aux allures médiévales, tout en se retrouvant dans la peau d’une apprentie entremetteuse… ça me plaisait énormément ! Il m’est très vite apparu que ce titre ressemblait à certains ouvrages de fiction historique, tout en apportant un vent bienvenu de nouveauté et d’une certaine modernité.

On le remarque surtout à travers Sage, une héroïne qui ne s'en laisse pas compter, opiniâtre avec un caractère de feu. Fine observatrice, elle m’a impressionnée plus d’une façon. Elle m’a fait penser à un petit animal sauvage qui mord parfois la main qu'on lui tend.

On suit également Ash et Queen, deux hommes chargés d’escorter les jeunes filles jusqu’à la capitale. Il y avait quelque chose chez Ash qui me dérangeait, sans que je parvienne à mettre le doigt dessus. En revanche, j’ai eu un faible pour Queen (quand vous aurez lu le livre, vous comprendrez l’ironie de la situation).

Là où Sage s’avère trop prompte à passer aux conclusions, Queen, lui, se montre trop pressé dans chacun de ses actes. Les histoires de Queen et de Sage sont différentes en tout point, mais leur route finit par s'entrecroiser par la force des choses. Et ça donne quelque chose… d’intéressant, je dirais !  

La prise en main du roman n’a pas été sans quelques difficultés, en ce qui me concerne. Le début, avec sa légère surcharge de plans stratégiques, m'a paru un peu difficile à intégrer. Mais après une centaine de pages, toutes les pièces du puzzle se mettent en place et j'ai pris énormément de plaisir à découvrir cette histoire.

L'univers créé par Erin Beaty est fourni, la psychologie des personnages bien amenée et sans artifices. L'auteur nous les présente tels qu'ils sont et nous offre des dialogues particulièrement percutants.

Au niveau du style et du contexte, j’ai beaucoup pensé à The Curse qui est une saga que j'affectionne énormément. Ça bouge dans tous les sens, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Erin Beaty joue avec nos nerfs, les personnages rusent, mentent et se cachent de lourds secrets. La manipulation atteint un tel niveau qu'au bout du compte, on ne sait plus très bien qui manipule qui. 

Quand on parvient au point de rupture où les masques s'abaissent, c'est la confusion qui règne. J'ai commencé à revenir en arrière pour relire certains passages et faire la lumière sur des dialogues un peu nébuleux. Une chose est certaine : les personnages cachent sacrément bien leur jeu. Et c’est sans doute ce que j’ai le plus aimé dans ce premier opus !

En résumé, stratégies militaires et paranoïa sont de mise. La couleur du mensonge est un roman qui s’apprivoise, où la vérité se mérite. Ne croyez pas tout ce que vous lisez, vous risqueriez de tomber dans le panneau, comme moi ! Ici, tout le monde cherche à en apprendre sur tout le monde. Les personnages rivalisent de ruses pour découvrir ce que cachent leurs interlocuteurs. Prêts pour une aventure où les mensonges sont au cœur de toutes les préoccupations ?


Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/fantasy---merveilleux/la-couleur-du-mensonge-erin-beaty
La Faucheuse, Tome 1 : Futur parfait La Faucheuse, Tome 1 : Futur parfait
Neal Shusterman   
5/5

La Faucheuse conte l'histoire d'un monde où plus rien n'est impossible. Vieillir n'est plus un problème puisque la mort n'existe plus. Mais pour réguler le nombre de personnes sur terre, Les Faucheurs sont obligés de glaner tous les jours, sans quoi La Terre serait surpeuplée.

On suit l'aventure de deux adolescents, Citra et Rowan, qui ont été choisis pour être des apprentis faucheurs.
Tout dans cette histoire m'a plu et a fait de ce livre un vrai coUp de cœur pour moi. L'histoire est vraiment super originale et bien menée: On ne s'ennuie pas un seul instant! Ce qui m'a fAit adorer ce livre c'est le fait que l'auteur ne se perd pas dans des descriptions longues et énervantes: il y a beaucoup d'ellipses qui permettent d'avoir un Livre fluide et dynamique, ça m'a permis de rentrer dans l'histoire vraiment rapidement et de ne pas m'ennuyer un seul instant!
Pour ce qui est des personnages ALORS LÀ, j'ai eu envie de Les frapper un nombre incalculable de fois: pourquoi ils choisissaient de faire ca? De dire çA? De vrais anti-heros au possible qui, justement, m'ont fAit les ADORER! Leurs défauts ne Les rendaient que plUs vivants et humains (pAs facile d'ailleurs de Le rester quand on est Faucheur et que son travail est de mette fin à la vie des Hommes).
L'intrigue m'a tenue en haleine tOut Le long dU récit et je ne peux clairement plus attendre pour lire la suite de ce livre grandiose!

À lire absolument !!
La Faucheuse, Tome 2 : Thunderhead La Faucheuse, Tome 2 : Thunderhead
Neal Shusterman   
4,5/5

Lire ma review : https://www.wilkymay.com/article/livres/469/chronique/thunderhead-arc-of-scythe-2-de-neal-shusterman

"Because rain is the closest thing I have to tears."

Oh mon dieu. Je n’étais pas prête pour un tel cliffhanger. Ce livre m’a complètement renversée. Ça va être dur de parler de Thunderhead parce que c’est bien connu que plus on aime un bouquin plus les mots nous manquent pour le décrire.

Déjà, je pense avoir mieux apprécié ce tome que le précédent. J’ai lu Scythe l’année dernière et je ne m’en souviens déjà presque plus. J’ai d’ailleurs dû lire un résumé de tout ce qu’il s’y était passé avant d’attaquer le second tome. Et je crois que j’ai bien fait, ahah.

Il me semble que l’un des points qui m’avaient le plus dérangée était la romance entre Citra et Rowan. Ici, je n’ai absolument rien à dire à ce sujet puisqu’il y a ZÉRO romance. Nada. Et j’en suis soulagée. Citra et Rowan sont séparés pendant la majorité du bouquin, donc pas le temps de fleurter, ahah.

Un autre point qui m’avait refroidie était le rythme du bouquin que j’avais trouvé trop lent. Malheureusement, c’est encore le cas dans ce second tome mais je m’y attendais plus ou moins donc cela m’a légèrement moins dérangée. Mais quand même, je tiens à souligner que ce livre était très dense et long. En tout cas, c’est mon ressenti.

Néanmoins, j’ai bien pris conscience que c’était nécessaire pour créer un tel world-building. Sans ça, ce livre ne serait pas ce qu’il est. On passe d’une scène à une autre et certaines paraissent décousues de l’intrigue, presque anodines, mais TOUT est calculé.

L’univers du livre est juste l’un des plus riches et complexes que j’ai jamais lu. C’est franchement incroyable. Cet aspect m’avait déjà beaucoup plus dans Scythe, et cela continue d’être le cas dans Thunderhead. C’est tellement bien pensé, tellement bien construit. Juste WOW.

Dans ce tome, on en apprend davantage sur le monde post-mortel dans lequel vivent nos personnages et c’était génial. Je ne pensais pas qu’on pouvait explorer plus loin cet univers MAIS SI. Il y a tellement de choses. AAAH. Il existe par exemple des personnes marquées comme Unsavory qui sont en fait des délinquants et ils ne sont pas autorisés à parler avec le Thunderhead. Et l’histoire se construit autour de ce concept et waw, j’ai adoré en savoir plus sur les Unsavories. C’était super intéressant !

Il y a également des territoires dans le monde qui font office d’expériences sociales pour le Thunderhead. Ce sont des endroits qui ont des règles particulières, par exemple dans un de ces lieux, il faut absolument avoir une modification du corps comme des implants, etc. Et il ya le Texas où justement, la règle est qu’il n’y a PAS de règles. Je vous laisse imaginer ce que cela donne, ahah.

EN PARLANT DU THUNDERHEAD. OH MON DIEU. C’était mon personnage préféré. Oui, je dis bien “personnage”, même s’il s’agit en réalité d’une Intelligence Artificielle. On se rend compte peu à peu que le Thunderhead a des sentiments. Il considère les humains comme des enfants qu’il doit protéger. Sachant que ce sont les hommes qui l’on créé, c’est juste FOU. Les humains sont à la fois ses enfants ET ses parents. Aaaah.

Et il y a un nombre incalculable de parallèles avec la religion actuelle. C’était tout simplement mind-blowing. Rien que d’y repenser j’en reste encore sans voix. En gros, le Thunderhead est une sorte de dieu. Il est omniscient, il sait tout du monde. Ahlala, tous les parallèles sont juste incroyables. Je ne peux pas en dire plus, c’est vraiment du PUR génie.

Concernant les autres personnages, je les adore également. Citra et Rowan sont géniaux. Ils suivent chacun leur propre voie dans ce livre.

Rowan est devenu Scythe Lucifer et tue les scythe qui sont corrompus. TROP BADASS. Mais une fois qu’il en tue un, d’autres vont prendre leur place et c’est un bout sans fin. Rowan est destiné à de grandes choses selon le Thunderhead, mais est-ce vraiment là sa vocation ?

Citra est tout aussi badass a sa manière. Elle est devenue une véritable Scythe. Elle s’appelle d’ailleurs Scythe Anastasia et on suit ses premiers pas dans le métier. J’adore sa façon de glaner. Elle laisse un mois aux personnes qu’elle doit glaner, le temps qu’ils puisse se faire à l’idée et préparer leur mort. Ensuite, elle leur accorde le droit de choisir la façon dont ils vont mourir. Je trouve ça super intéressant le fait qu’elle ait choisi de glaner ses sujets de cette façon, ça en dit long sur sa personnalité.

On fait également la rencontre Grayson Tolliver. Au début, je ne comprenais pas trop pourquoi on suivait ce personnage, mais peu à peu, l’intrigue se dévoile et on voit que Grayson est en réalité très important ! Il a été élevé par le Thunderhead puisque sa famille ne fait pas attention à lui mais lorsqu’il devient Unsavory, Grayson ne peut plus communiquer avec l’IA. C’est un véritable coup dur pour notre personnage, mais en réalité, tout était calculé par le Thunderhead…

Des plot-twists de PARTOUT. Bon, il y en a surtout durant la seconde moitié du bouquin (le livre est assez lent à démarrer comme je le disais plus haut). Mais une fois que les coups de théâtre arrivent, on n’est juste PAS PRÊTS. On se rend compte que tous les petits détails qui nous ont été présentés avant et auxquels on n’avait pas forcément prêté attention étaient SUPER IMPORTANTS. On fait alors le rapprochement à la fin, pour le grand bouquet final, et c’est glorieux. Oh. Mon. Dieu. Du génie, je vous dis.

Il me FAUT le troisième tome.

par wilkymay
Caraval, Tome 2 : Legendary Caraval, Tome 2 : Legendary
Stephanie Garber   
Ma note: 4.5/5
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2019/01/04/caraval-tome-2-legendary-de-stephanie-garber/

“Every good story needs a villain. But the best villains are the ones you secretly like.”

Ça fait maintenant environ un an et demi que j’ai lu Caraval pour la première fois, et après des mois passé dans ma PAL, il était temps que je me lance dans Legendary. Pour me préparer à ma lecture j’ai donc commencé par relire Caraval (parce que je ne me souvenais de presque plus rien), pour ensuite passer à Legendary. J’avais beaucoup aimé Caraval malgré pas mal de petits détails qui me dérangeaient, mais rien n’aurait pu me préparer à la claque qu’a été Legendary.

Quelques jours ont passé depuis la fin du Caraval gagné par Scarlett, et déjà la troupe de Legend se prépare à partir pour Valenda, capitale de l’empire, pour un nouveau jeu en l’honneur du 75e anniversaire de l’impératrice Elantine. Mais sous ses airs de jeu, ce Caraval pourrait se révéler plus réel et dangereux que jamais. Bien que réticente à y participer, Donatella va se retrouver malgré elle contrainte d’y participer afin de payer une dette qu’elle pourrait bien payer de sa vie si elle ne parvient pas à gagner.

Dans le premier tome, l’une des choses qui m’avaient le plus dérangée était le personnage principal. C’est simple : j’ai vraiment eu du mal avec Scarlett. Alors quand j’ai commencé Legendary, j’ai été agréablement surprise de voir qu’on suivait désormais Donatella. J’avais déjà préféré son personnage dans Caraval, et ça a été un pur plaisir de la découvrir plus en détails dans ce nouveau tome.
Si je la pensais insouciante et même un peu naïve aussi, le fait de découvrir son point de vue aide réellement à mieux comprendre son personnage, et surtout à l’apprécier. Je l’ai bien plus aimé que Scarlett, et ça s’est ressenti dans la suite de ma lecture. Bien qu’elle soit la plus jeune, je l’ai trouvée bien plus mature que sa sœur.

“Tella was the sister who would destroy the world if anything happened to Scarlett, but Scarlett’s world would be destroyed if anything happened to Tella.”

J’ai été agréablement surprise par le tournant qu’a pris l’histoire dans ce second tome. Après avoir fini Caraval je ne savais pas trop comment tout cela pouvait continuer sans que cela paraisse redondant, et Stephanie Garber est parvenue à me surprendre jusqu’au bout ! Certes, on retrouve la même base quand dans le tome précédent avec le Caraval, mais les enjeux sont ici bien plus réels, et j’ai eu l’impression qu’on le sentait dès le début, avec une atmosphère plus pesante que jamais.
J’ai également trouvé ça intelligent que l’on suive Tella ici puisque son expérience avec Caraval lui donne la possibilité de s’en « détacher » et de voir le vrai du faux… jusqu’à ce qu’elle se rende compte que tout n’est peut-être pas si faux.

J’ai eu un peu peur quand j’ai vu arriver le début de ce qui semblait être un triangle amoureux, et ma première pensée a été « pitié non, tout mais pas ça ».

Heureusement pour moi, ce n’est pas vraiment le cas. La dynamique de ce trio sera très différente de ce que je pensais, et je l’ai absolument adorée ! J’ai trouvé la relation entre ces personnages très intéressante, et on se rend rapidement compte au cours de notre lecture que beaucoup de points importants reposent sur les « liens » qui les unissent (avec des très grands guillemets).

L’un de mes problèmes dans le tome précédent était la présence d’éléments sur l’univers où se passe l’histoire, dans le sens où j’avais l’impression qu’on nous les envoyait sans trop de raison, juste pour donner une impression de world-building alors qu’il n’y en avait pas. Dans ce nouveau tome on comprend enfin un peu mieux cet univers, beaucoup d’éléments viennent s’ajouter à ceux que l’on connaît déjà, et surtout on peu enfin dire qu’il y a du world-building.

Ce livre est une série de retournements de situation plus surprenants les uns que les autres, même si certains plot twists m’ont laissée un peu perplexe dans leur révélation. En effet, certains détails nous sont donnés sur un plateau d’argent, et si l’auteure fait tout pour qu’on doute de nos convictions sur ces derniers, ça ne fonctionne malheureusement pas. C’est d’ailleurs mon plus gros reproche pour ce livre..

“Every story has four parts – the beginning, the middle, the almost ending, and the true ending.”

J’ai (presque) tout adoré dans ce livre. La romance m’a énormément plu, elle est certes bien présente, et l’alchimie entre les personnages est indéniable, mais je n’ai pas eu l’impression qu’elle prenait le dessus sur le reste. J’ai trouvé les personnages tous très intéressants et étonnamment bien développés, et l’intrigue est très bien ficelée et complexe sans pour autant qu’on ne se perde dedans.

Après avoir beaucoup aimé (mais sans plus) Caraval, je ne m’attendais pas à autant adorer Legendary. Outre les quelques petits détails qui m’ont un peu dérangée (et encore, il y en a vraiment pas tant que ça), j’ai adoré ma lecture, et une partie de moi regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt.
Ce tome sort en début d’année en France, et je ne peux que vous conseiller de le lire, même si Caraval ne vous avait pas convaincu.
Maintenant je n’ai qu’une seule hâte: que Finale sorte, pour que je puisse découvrir comment tout ça va se terminer. Vivement le mois de mai !

par Callmeluh