Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de mathildexiste : Je n'ai pas apprécié

retour à l'index de la bibliothèque
La Fée carabine La Fée carabine
Daniel Pennac   
Rempli d'humour loufoque et d'ironie, ce roman ma beaucoup plus. Original à souhait, il constitue un véritable petit trésor que je vous conseille vivement

par YomYom
Jean Rivard, le défricheur Jean Rivard, le défricheur
Antoine Gérin-Lajoie   
Un ennui mortel. De la propagande ridicule qui n'essaie même pas d'être subtile.
L'Amant L'Amant
Marguerite Duras   
Je comprends la démarche et le potentiel d'analyse, mais je n'ai pas du tout apprécié ma lecture, malheureusement.
Harry Potter et l'Enfant maudit Harry Potter et l'Enfant maudit
John Tiffany    Jack Thorne    Joanne Kathleen Rowling   
Pour une Potterhead impatiente de lire une nouvelle histoire dans ce merveilleux univers... c'est une énorme déception. Je ne sais même pas par quel point commencer.
Les personnages. J'ai aimé Albus et Scorpius. Le reste... c'est du grand n'importe quoi. J'ai eu l'impression de lire une mauvaise fanfiction écrite par un enfant n'ayant absolument pas compris l'essence des personnages.
Concernant l'histoire maintenant. On prend un semblant d'histoire, des éléments canon, et on fait un mélange absurde. L'histoire entière repose sur une énorme incohérence. Le plot twist final concernant un personnage est pire que ridicule, ça frise le deus ex machina de pacotille d'un écrivain en mal d'inspiration et cherchant désespérément à finir son scénario.
Une fois de plus, les Maisons sont sous-représentées, deux Serpentard ok, ça ça me plaît (bien que...), et le reste à Gryffondor. Euh, Poufsouffle et Serdaigle, ça existe aussi vous savez. Et en plus, le seul Poufsouffle qui était un minimum développé ? Pas de souci, on déforme totalement son caractère ! C'est juste stupide. Parlons de Serpentard. Nous sommes 19 ans après la Bataille de Poudlard. 19 ans après la guerre. Et surprise surprise, Serpentard est toujours la maison du Diable ! Waw, quelle évolution. Je vais faire une comparaison un peu risquée, mais après la Seconde Guerre Mondiale, les choses ont changé. Les points de vue ont changé. Il y a eu une évolution de la pensée. Là... rien.
Le Retourneur de Temps. Son utilisation est totalement ABSURDE. Ça va à l'encontre de TOUT ce qu'on a appris sur leur utilisation.
Je ne vais pas m'étendre plus, mais le tout forme une masse totalement absurde et dénature le canon de l'univers d'Harry Potter tel qu'on le connait. Des petits détails m'ont fait grincer des dents comme pas possible, comme l'histoire avec la dame au chariot.

Une immense déception. Je suis passé de l'incrédulité au désespoir, et je regrette ma lecture, ce que je pensais ne jamais dire au sujet d'un livre en rapport avec Harry Potter.

par Stormy
Le Petit Roberge un petit peu illustré Le Petit Roberge un petit peu illustré
Jonathan Roberge    Mathieu Genest   
Humour cheap, clichés, moqueries de toute choses semblable à de l'intelligence, ce livre est un beau ramassis de petits textes qui ne sont pertinents que s'ils sont lus sur la bol.
Leonis, Tome 1 : Le Talisman des pharaons Leonis, Tome 1 : Le Talisman des pharaons
Mario Francis   
Il y a un temps où je trippais profondément sur l'Égypte.
J'ai lu ce livre justement durant cette période. J'avais entendu beaucoup de bien de cette série mais personnellement je n'ai pas du tout accroché. J'ai essayé plusieurs fois mais rien à faire. Aujourd'hui je suis rendue trop vieille je crois. j'avais à ce moment là 9-10 ans et je n'avais pas aimé. Aujourd'hui je trouverais ça trop enfantin j'imagine. Cette série n'est pas faite pour moi, mais j'imagine qu'elle fait le bonheur de d'autres. Beaucoup de bon commentaires tentez le coup quand même et donnez moi des commentaires si vous désirez pour partager votre avis ! :)
La bête à sa mère La bête à sa mère
David Goudreault   
Bien que le personnage principal (et donc le narrateur ici) soit un petit criminel minable, on se laisse vite prendre par son récit (bien articulé pour un boom), se demandant comment l'histoire va se terminer.
Issu d'un milieu peu recommandable (sa mère faisait régulièrement des tentatives de suicide, collectionnera les familles d’accueil, tombera dans le vice de la consommation, commettra des vols en tout genre), on ne peut s'attendre à ce que sa vie d'adulte soit plus reluisante.
À plusieurs reprises, il m’a fait bien fait sourire car il justifiait toujours ses méfaits et ses opinions par "c’est documenté", parce que oui ce délinquant lit.
L'auteur a bien réussit car même si le personnage est profondément perturbé et antipathique (menteur, manipulateur, voleur, égocentrique, toxicomane, harcelant, raciste, alcoolique, grand consommateur de pornographie, violent), j'ai presque eu pitié de lui et dans ses tentatives infructueuses pour renouer avec sa mère.
Certains passages étaient du délice littéraire au niveau de la formulation un peu loufoque:
"On n’est jamais si seul que par soi-même ";
"C’est agréable de respirer. On ne le réalise pleinement qu’avec des côtes et un nez brisés";
"Une danseuse en furie, c’est plus dangereux qu’un sac d’arachides dans une garderie";
"J’aurais mieux fait de naître bouvier bernois" quand il se rend compte que les animaux ont de meilleures familles d'accueil que les enfants de la DPJ.

Bref, j’ai bien aimé ce premier roman de David Goudreault.

Portrait d’un inconnu Portrait d’un inconnu
Nathalie Sarraute   
Sous l'apparence conventionnelle de deux personnages - un vieil « avare » et sa fille - sous leurs attitudes, leurs paroles, leurs pensées, celui qui raconte cette histoire découvre un monde invisible. C'est comme une vision au microscope. Mais ce qui se révèle ainsi est tellement complexe, rapide, insaisissable qu'il finit par être contraint d'abandonner et de revenir à l'apparence, aux conventions.
Une passionnante exploration que ne permettent pas les formes du roman traditionnel.

par tony77
À rebours À rebours
Joris-Karl Huysmans   
Probablement une des lectures les plus pénible que de mon parcours de lectrice. j'ai dû la lire dans le cadre d'un cours d'introduction à la littérature comparée et malgré que je comprenne sa pertinence dans le contexte post-naturalisme, ce livre est tout a fait ennuyeux. 200 pages de catalogue des goûts esthétiques de Des Esseintes ça va, mais avec ce style extrêmement ampoulé, non merci. À CHAQUE nom est associé un adjectif, le style est vraaaaaaiment trop lourd pour en faire une lecture agréable.
Que serais-je sans toi ? Que serais-je sans toi ?
Guillaume Musso   
Une attrocité littéraire tout simplement. À lire au deuxième degré pour se marrer, et au premier pour souffrir.
  • aller en page :
  • 1
  • 2